Navigation – Plan du site

Une nouvelle revue française

Éditorial
Pierre V. Tournier
Traduction(s) :
A New French Journal

Texte intégral

1Une idée nouvelle, même si elle est généralement portée quelques temps par la volonté d’un individu, n’est jamais « son » idée, car il lui faut un terreau pour naître et d’autres volontés, d’autres compétences, des expériences diverses, pour prendre forme. L’idée de « Champ Pénal / Penal Field » m’est venue lors d’une excellente semaine passée, en juillet 2002, à Roscoff (Finistère), à l’école thématique du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) sur « l’exploitation des résultats de la recherche et des compétences du chercheur en sciences de l’homme et de la société ». L’école était organisée par Isabelle de LAMBERTERIE et regroupait une cinquantaine de chercheurs et d’ingénieurs de toutes disciplines.

2Dès l’automne, un certain nombre de collègues chercheurs, français ou étrangers, que j’avais connus dans telle ou telle circonstance, sans nécessairement avoir travaillé avec eux, allaient donner vie au projet : créer une revue de criminologie, électronique, bilingue (français, anglais) et indépendante de toute structure ou institution existante.

Ex nihilo

3Nous aurions pu développer ce projet au sein de l’Association française de criminologie dont j’assume la présidence depuis 1999. Mais l’AFC est déjà impliquée dans un grand nombre de chantiers. De plus, comme nous souhaitions regrouper, au sein du comité de lecture, des français qui ne se retrouvaient pas nécessairement dans l’AFC et des étrangers ayant d’autres attaches associatives dans leur propre pays, il a été décidé de constituer une nouvelle structure exclusivement formée des 39 membres du comité de lecture. Un bureau exécutif a été élu comprenant un représentant légal, un rédacteur en chef (Thierry GODEFROY) un rédacteur en chef adjoint (Benoit DUPONT) et une trésorière (Nathalie PRZYGODZKI-LIONET), ainsi qu’une direction éditoriale constituée d’un directeur éditorial (Jacques FAGET) et deux délégués éditoriaux (Evry ARCHER et Hilde TUBEX).

4Nos préoccupations en matière de transparence et de déontologie nous ont amenés à apporter beaucoup de soin à la rédaction des statuts de l’association et des règles de fonctionnement de la revue (voir infra). Il a aussi été décidé que l’Assemblée générale annuelle de l’association (les 39 membres du comité de lecture) serait publique. On n’y discutera évidemment pas de tel ou tel projet d’article accepté ou refusé mais de la politique éditoriale de la revue, de ses orientations et de son fonctionnement. C’est aussi à cette occasion que les responsables et les membres du comité seront renouvelés, périodiquement.

Défense et illustration de la francophonie

5L’un des objectifs majeurs de « Champ Pénal / Penal Field » est de devenir un outil, au service de tous, de diffusion de la littérature criminologique francophone dans le monde anglo-saxon et plus généralement dans les pays non francophones. Aussi la revue a-t-elle vocation à diffuser des textes bilingues. La traduction des textes français sera, en effet, financée par la revue afin de mieux faire connaître ces derniers dans le monde criminologique anglophone. La sélection des articles à traduire se fera selon une procédure définie par les statuts de la revue.

6Il ne s’agit pas uniquement de faire connaître des travaux pensés et écrits en français. L’enjeu est aussi épistémologique, car beaucoup d’entre nous en ont fait l’expérience, au sein du Conseil de l’Europe, par exemple, ou dans le cadre de séminaires et de congrès internationaux : trouver le mot juste dans l’autre langue – plus généralement le syntagme –, la bonne formulation, c’est souvent se poser des questions essentielles sur le sens des concepts utilisés par l’auteur dans la version originale. Imaginez le traducteur heureux de traduire le mot français « probation » par le mot anglais « probation », alors que le concept en France ou en Angleterre et Pays de Galles recouvre des notions bien différentes. Comment traduire, en anglais, sans se poser quelques questions, le mot « délit », les expressions « peine correctionnelle », « aménagement des peines » ou « érosion des peines », etc. Il serait intéressant, d’ailleurs  d’examiner à quoi peut renvoyer l’expression « Champ pénal » et la traduction retenue, après un long débat, « Penal Field ». Un ami américain ne pensera pas nécessairement à Pierre Bourdieu, à Jacques Lacan ou à je ne sais qui. Il pourra aussi avoir d’autres références.

Sans papier

7Le principe d’une revue numérique est consubstantiel au projet initial. C’est Marc RENNEVILLE, responsable du Centre interdisciplinaire de recherches appliquées au champ pénitentiaire (CIRAP, ENAP) qui nous fit connaître la fédération REVUES.ORG de revues électroniques et son responsable, Marin DACOS. Nous avons été immédiatement convaincus par ses orientations éditoriales fondées sur l’idée que les connaissances produites appartiennent au patrimoine de l’humanité ; aussi doivent-elles être mises à la disposition du plus grand nombre, gratuitement. ChP/PF aurait sans doute pu vivre sans REVUES.ORG, mais tellement moins bien.

8Par rapport à d’autres revues électroniques, nous avons l’avantage de ne pas avoir de passé, un passé d’avant le numérique. Il ne s‘agit donc pas de créer une vitrine sur internet, de faire la promotion d’une revue qui existerait par ailleurs selon les règles traditionnelles, de mettre en ligne ce qui existe sur les étagères. Ces revues continuent naturellement à avoir leur raison d’être, même si parfois on peut en critiquer le fonctionnement (délais de publication, opacité du fonctionnement et du financement, coût prohibitif des abonnements, etc.) Il s’agit, ici, de faire autre chose, de développer une revue qui intègre au maximum les possibilités de l’édition en ligne, tout en étant conscient des inconvénients de la chose. L’adhésion à une entreprise d’envergure comme REVUES.ORG nous aidera dans cette démarche passionnante.

Vous avez dit criminologie ?

9Parmi les 39 femmes et hommes du comité de lecture, certains sont au début d’une carrière fort prometteuse, d’autres ont déjà réalisé une oeuvre reconnue par la communauté scientifique internationale. Ils travaillent en France, Allemagne, Angleterre, Belgique, Canada, Espagne, Italie, Suède ou Suisse. De formations diverses, aucun d’eux n’a exactement la même idée de ce qu’est la « criminologie ». Est-ce une discipline scientifique à part entière ou pas ? Selon la réponse apportée à cette sempiternelle question, certains se diront « criminologue », et d’autres pas. Quelle importance !

10Mais tous, ici, admettent que l’étude du « phénomène criminel », de la manière dont il est défini et contrôlé exige un solide trépied constitué des sciences du droit, des sciences de la société et des sciences du psychisme, la philosophie constituant certainement un socle indispensable à l’édifice. « Champ Pénal / Penal Field » se veut une revue scientifique, mais non réservée aux membres des centres de recherches et/ou des universités, le caractère scientifique d’une contribution se démontrant par un contenu, évalué selon les règles de l’art, et non par une « carte de visite ». Par ailleurs, la valorisation des travaux de recherches auprès des pouvoirs publics, des médias, des forces politiques et sociales, des acteurs du système de Justice pénale, des associations, des citoyens, est un devoir moral pour les chercheurs de métier. Aussi la revue cherchera-t-elle à s’adresser au plus grand nombre. Par ailleurs, une rubrique « Confrontations » a été prévue pour des papiers d’humeur, des prises de positions liées à l’actualité politique ou judiciaire, etc. Cette rubrique sera directement gérée par le bureau exécutif.

Une utopie nécessaire

  • 1 Association « Pénombre », créée en 1992 et présidée depuis 1998 par notre collègue Bruno Aubusson d (...)

11L’esprit de l’entreprise sera respecté si se vérifie cette équation (d’arithmétique citoyenne ?) déjà appliquée ailleurs, avec un certain succès1 : « s’appuyer sur les différences pour multiplier les points de vue en réduisant les divisions stériles ».

Haut de page

Notes

1 Association « Pénombre », créée en 1992 et présidée depuis 1998 par notre collègue Bruno Aubusson de Cavarlay (redaction@penombre.org).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre V. Tournier, « Une nouvelle revue française », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. I | 2004, mis en ligne le 17 mai 2005, consulté le 29 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/2 ; DOI : 10.4000/champpenal.2

Haut de page

Auteur

Pierre V. Tournier

Fondateur de ChP/PF, Directeur de recherches au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris I)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org