Navigation – Plan du site
Les criminologiques de Tarde
Partie 1. L'actualité de Tarde en son temps

La presse pousse-au-crime selon Tarde et ses contemporains

Roger Bautier et Élisabeth Cazenave

Résumé

L'article analyse les principales caractéristiques de la pensée de Gabriel Tarde sur les rapports entre la presse et la criminalité et montre son insertion dans les débats de la fin du XIXe siècle portant sur les effets de la presse.

Haut de page

Texte intégral

1Les thèses de Gabriel Tarde sur la criminalité sont liées à une réflexion sur le pouvoir de la presse qui est une des marques les plus évidentes de la fin du XIXe siècle (même si certains éléments de cette réflexion ont été formulés dès les années trente). Étant donné que la récente "redécouverte" de cet auteur a réussi quelquefois à déconnecter sa pensée de celle de ses contemporains, il faut peut-être rappeler, au contraire, son insertion forte dans un débat très riche sur les influences qu'exerceraient les journaux. Ce sont précisément les principales caractéristiques de cette insertion de la pensée de Gabriel Tarde dans une large discussion sur les effets supposés de la presse que nous souhaiterions analyser, en rappelant ses positions à propos des rapports entre la presse et la criminalité et en les rapprochant de celles de ses contemporains. Il s'agira d'abord de dégager les constituants de la représentation des effets criminogènes de la presse, puis de relever les arguments échangés à propos d'une éventuelle transformation de la presse, enfin de souligner ce qui fait la spécificité de Tarde dans l'analyse des situations de communication.

La nouvelle presse

La suggestion du crime par la presse

  • 1  Tarde, 1897a.

2Lorsqu'il s'intéresse à la criminalité juvénile, Tarde entend défendre l'école contre les attaques dont elle est souvent l'objet1. Si, cependant, selon lui, l'école ne doit aucunement être tenue pour responsable de ce type de criminalité, il est tout autant avéré qu'elle ne constitue ni un frein moral, ni un ressort moral pour les populations à risque, dans la mesure où elle fournit seulement ce qu'il appelle "un stimulant intellectuel, un apéritif mental", ne trouvant malheureusement pas son prolongement à l'extérieur de l'école. Car l'instruction primaire, par l'aptitude à la lecture qu'elle engendre, donne à l'écolier un simple outil, outil dont l'utilisation va avoir lieu essentiellement à l'occasion de la lecture d'une presse que Tarde qualifie en ces termes : ordurière et haineuse, friande de scandales, bourrée de chroniques judiciaires. En fait, selon lui, au lieu de trouver une nourriture salutaire et choisie sous forme de bibliothèques et de cercles, c'est, en sortant de l'école, aux conséquences du double déchaînement du journalisme et de l'alcoolisme que l'écolier va être confronté, puisque l'on peut établir un parallèle étroit entre le petit verre et le petit journal, qui alcoolise le cœur. Reprenant une remarque de Fouillée, il estime, en effet, que la loi sur la liberté de la presse et celle sur la liberté des débits de boisson, contemporaines des lois scolaires, ont engendré une montée spectaculaire de la consommation d'alcool en même temps qu'une forte progression de la pornographie et de la diffamation, dont il pense qu'elles sont devenues les deux mamelles du journal. Plus particulièrement, la chronique judiciaire des journaux est jugée responsable de la contagion du meurtre - selon le titre de l'ouvrage d'Aubry (1894) - et de celle du vol. Il s'agit donc de voir, derrière l'expression d'une crise de la moralité, la marque d'une crise de la morale, se manifestant notamment dans la déchristianisation engendrée par la science et la philosophie.

3La référence à Aubry, qui est médecin, se révèle majeure dans cette analyse. C'est lui qui, très précisément, décrit les effets de la presse quant à la propagation du meurtre. Il établit notamment une comparaison entre, d'une part, le fait que les épidémies de choléra et de fièvre typhoïde, qui sont marquées par une grande contagiosité, touchent beaucoup d'individus mais pas tous, d'autre part, le fait que les gens du peuple qui n'achètent le Petit Journal que pour connaître le crime du jour dans ses plus petits détails sont évidemment très nombreux mais restent, le plus souvent, absolument honnêtes. En revanche, il considère que les effets sur des individus foncièrement mauvais peuvent être désastreux, renforcés qu'ils seront quotidiennement par les nouveaux récits de crimes présentés avec un luxe de détails inouï, et il pense que même des individus à peu près normaux peuvent être rendus criminels par de telles lectures répétitives. Il insiste également sur une nouveauté redoutable : la diffusion de dessins représentant des crimes qui s'ajoutent dans la presse (en particulier dans le Petit Journal et l'Intransigeant) aux descriptions par l'écrit, dessins dont il estime qu'ils exercent une suggestion beaucoup plus dangereuse que celle des images pornographiques.

L'influence de l'instruction

  • 2  Tarde, 1886.
  • 3  Tarde, 1890b.

4Selon Tarde2, les statistiques montrent que le progrès de l'instruction primaire n'exerce aucune influence bienfaisante sur la criminalité (même si, comme le degré de richesse, il influe sur la qualité des méfaits, qui concernent moins les personnes et plus les biens) : la quantité des crimes et des délits pris en bloc n'est pas le moins du monde atteinte par sa diffusion. Il n'accorde une influence moralisatrice au savoir que dans la mesure où celui-ci dépasse sa fonction d'outil pour devenir un objet d'art. D'où la condamnation d'une instruction qui devient professionnelle au lieu d'être esthétique, sinon classique : pour lui, il s'agit de faire en sorte que l'on ne cède pas à la tentation d'affaiblir dans les collèges le côté esthétique de l'éducation, alors que l'on a déjà supprimé l'enseignement religieux à l'école primaire. Cette mise en évidence de l'inefficacité de l'instruction primaire se retrouve un peu plus tard, lorsque Tarde rappelle que le contenu de cet enseignement ne contredit en rien les idées sourdes impliquées dans les penchants délictueux, cela ne combat en rien le but qu'ils poursuivent, cela ne suffit pas à prouver à l'enfant qu'il est de meilleurs moyens que le délit d'atteindre ce but3. Quant à la criminalité chez ceux qui ont bénéficié d'une acquisition de la haute culture, elle ne prouve rien, selon lui, sinon que tout le bénéfice moral des études supérieures se tourne en préjudice quand elles ne servent plus qu'à gagner de l'argent.

  • 4  Renan, 1890.

5L'insistance sur l'intérêt d'une éducation privilégiant le côté esthétique est fréquente à cette époque. Elle est, par exemple, proche de celle exprimée par Renan, qui défend l'idée que ce qui est condamnable dans un gouvernement n'est pas la violence ou la tromperie qui peuvent le caractériser, mais bien plutôt de ne pas œuvrer à élever le niveau culturel de la population4. S'appuyant sur son propre exemple (Moi qui suis cultivé, je ne trouve pas de mal en moi, et spontanément, en toute chose, je me porte à ce qui me semble le plus beau. Si tous étaient aussi cultivés que moi, tous seraient comme moi dans l'heureuse impossibilité de faire le mal), il pense même que cette élévation est la seule action qui permettrait d'aboutir à une société dans laquelle la liberté pourrait être totale.

La force des idées et l'information à outrance

  • 5  Bérenger, 1897.

6L'ensemble de la réflexion sur la "contagion du meurtre" est liée à une réflexion plus large sur la "force des idées" et, plus particulièrement, de celles qui sont véhiculées par la presse. Ainsi, en prologue à la présentation d'une enquête sur les effets de la presse, Bérenger5 estime que le journal, parce qu'il suggère sans jamais commander, a la capacité d'asservir ses lecteurs en les persuadant qu'il les affranchit. Pour Bérenger, il est clair que la presse corrompt la démocratie, en favorisant la débauche, en trompant le peuple, en décourageant l'élite, en provoquant la criminalité... C'est dire par là même que les idées véhiculées ont une force, force à laquelle Fouillée s'intéresse spécifiquement :

  • 6  Fouillée, 1897b.

S'imaginer que la littérature obscène laissera intacte la pureté des mœurs, que la littérature violente ne déchaînera pas la violence, que les "idées" ne seront pas des "forces", que les passions excitées resteront dans le cœur sans passer dans les actes, c'est ignorer les résultats les mieux démontrés de toute la psychologie physiologique 6.

7Par ailleurs, Fouillée insiste sur la nécessité d'admettre que des idées, parce qu'elles ont une force, peuvent être aussi pernicieuses que des actes, dans la mesure où elles sont, justement, toujours susceptibles de se traduire en actes :

  • 7  Fouillée, 1900.

Espérez-vous que les idées se tiendront immobiles et inertes dans les esprits "comme des couteaux dans la poche" ? Non, ce sont des armes qui aspirent à sortir et à frapper 7.

8Le rôle de la presse dans ce passage de l'idée à l'acte, c'est d'abord l'incitation indirecte ou directe au crime : elle est indirecte lorsque les actes immoraux sont excusés, elle est directe lorsqu'ils sont racontés de telle manière qu'ils attirent les lecteurs et peuvent susciter, chez les plus faibles d'entre eux, le passage à l'acte par imitation (Fouillée parle aussi de contagion et de suggestion et renvoie à l'ouvrage d'Aubry sur la contagion du meurtre).

  • 8  Zola, 1889a, 1889b.

9Cette réflexion est également liée à celle qui se développe alors sur l'information en général. Par exemple, Zola8 examine ce qui relève presque, pour lui, de la pathologie mentale :

Le virus de l'information à outrance nous a pénétrés jusqu'aux os, et nous sommes comme ces alcooliques qui dépérissent dès qu'on leur supprime le poison qui les tue. Il serait si bon de ne pas porter dans le crâne tout le tapage du siècle, la tête d'un homme aujourd'hui est si lourde de l'amas effroyable des choses que le journalisme y dépose pêle-mêle quotidiennement.

10Le phénomène serait, de plus, aggravé par la tendance qu'auraient les reporters à privilégier le sensationnel - voire à l'inventer -, au détriment de la véracité. D'autres points de vue apparaîtront, souvent complémentaires, comme chez Vogüé (1898), qui, au lieu de juger l'influence de la presse sur la société d'un point de vue moral, entreprise qui lui semble relever de l'impossible, trouve plus judicieux qu'on se limite à l'étude de l'action physiologique du journal sur le cerveau, qui peut être, selon lui, fondée sur l'expérience de chacun. Il considère ainsi qu'il est déjà possible d'affirmer que chaque matin, pendant quinze, vingt ou trente minutes, le lecteur d'un ou de plusieurs journaux est soumis à la décharge simultanée des fils électriques qui convergent de tous les points du globe vers son front et que la modification du cerveau qui en résulte provient moins encore de l'intensité des sensations que de leur multiplicité et de leur divergence, de cet égrènement de l'attention, en quelques minutes, sur cent sujets différents.

Changer la presse

Le journal selon Tarde

  • 9  Tarde, 1890b.
  • 10  Tarde, 1899.

11Quelques indications précieuses sont fournies par Tarde sur la manière dont il conçoit le journal et son rôle. Ainsi, il estime que la littérature réaliste, malgré les sujets qu'elle aborde, serait plutôt un dérivatif des instincts criminels, à condition cependant qu'elle ne consiste pas en comptes rendus de cours d'assises 9. Il pense qu'elle surexcite le vice et que celui-ci peut prédisposer au délit, mais, admettant que le rêve dispense de l'action, il pense aussi que l'action de la littérature la plus immorale est peut-être plus apparente que réelle, quoique réelle assurément. Mais il développe surtout une analyse de la rhétorique propre au journal. Il rappelle ainsi qu'un discours, tenu par une personne effectivement présente, s'adresse à une réunion d'individus en nombre nécessairement restreint et qu'il se déroule dans un temps relativement court, tandis que le journal s'adresse de façon régulière à un groupe beaucoup plus large, mais dont les membres sont séparés les uns des autres et invisibles aux journalistes10. C'est pourquoi Tarde insiste sur le danger qu'il y aurait à concevoir un article de journal comme l'équivalent d'un discours : il est rare qu'un article isolé puisse avoir une quelconque action sur le lecteur du journal dans lequel il est inséré. En fait, c'est le journal en tant que formé d'une succession de livraisons qui est l'équivalent de l'orateur traditionnel et qui va, éventuellement, agir sur le lecteur, par l'intermédiaire de tout un tissu d'articles écrits par des personnes différentes, tissu lui-même élaboré sur un temps très long.

12L'analyse du journal contemporain n'est pas la seule préoccupation de Tarde à retenir. Elle se double d'une préfiguration d'un journal qui n'existe pas encore. On sait l'intérêt de Tarde pour les statistiques ; cet intérêt se traduit notamment dans sa manière d'envisager l'information future.  Selon lui, en effet,

  • 11  Tarde, 1890a.

il pourra venir un moment où, de chaque fait social en train de s'accomplir, il s'échappera pour ainsi dire automatiquement un chiffre, lequel ira immédiatement prendre son rang sur les registres de la statistique continuellement communiquée au public et répandue en dessins par la presse quotidienne11.

13L'avantage escompté est considérable : il s'agirait, en fait, d'échapper à la situation dans laquelle le lecteur non seulement reçoit des informations, mais également est conduit à penser de telle ou telle façon en subissant mécaniquement l'influence des journaux. Ce qui est donc vu comme un progrès de la civilisation, c'est l'augmentation relative de la part accordée aux faits, aux chiffres, aux renseignements brefs et sûrs. En conséquence, un "journal sans article politique et tout plein de courbes graphiques, d'entrefilets secs ou d'adresses" devient, chez Tarde, un idéal dont il serait bon, selon lui, de se rapprocher le plus possible. Il s'insère, en cela, dans un contexte fortement marqué par la remise en cause du journalisme à la française et la promotion, à l'inverse, d'un journalisme à l'anglo-saxonne.

Réglementer ?

14Quelques années seulement après la promulgation de la loi sur la liberté de la presse, la réflexion qui prend pour objet l'information débouche souvent sur la question de l'éventuelle nécessité d'une réglementation nouvelle. Nordau (1894), par exemple, insiste sur la très forte augmentation des éléments qui viennent troubler la vie des individus et demander un effort supplémentaire de son cerveau. La presse apparaît en bonne place dans la liste des responsables. Nordau imagine que ce processus puisse aller jusqu'au point où des mesures de sauvegarde s'imposeraient, comme d'interdire aux journaux les longs comptes rendus de violences et de punir les auteurs de récits ayant suscité des actes répréhensibles chez des lecteurs. Chez Aubry (1894), au contraire, il s'agit de réfléchir tout de suite aux moyens capables de combattre l'influence de la presse. Le premier, difficile à mettre en pratique, serait l'interdiction, avec certaines réserves, du récit des crimes et des faits et gestes de l'assassin. Le second, préférable, serait que les journaux ne donnent que des comptes rendus sommaires des affaires criminelles. Si un journal comme le Figaro est jugé relativement discret, Aubry estime néanmoins que même les "grands journaux français" ont encore des progrès à réaliser. Il propose en ce sens un modèle d'écriture correspondant à trois moments. D'abord : Le 28 octobre 1891, Mathias Hadelt (ou bien un individu encore inconnu) a tué le père Ildefonse, au monastère d'Aiguebelle. Puis : Mathias Hadelt, l'assassin du père Ildefonse a été condamné à mort par la Cour d'assise de la Drôme (4 mai 1892). Enfin : Ce matin (3 juillet 1892), Mathias Hadelt a été exécuté dans la cour de la prison, en présence des membres du Tribunal et des représentants de la presse.

  • 12  Fouillée, 1897a.

15Fouillée, quant à lui, juge que la criminalité juvénile est excessive et anormale. Admettant qu'elle peut s'expliquer en partie par les transformations de la société - plus grande mobilité de la population, concentration dans les villes, situation politique entraînant une atmosphère morale troublée, orageuse, fiévreuse et un état électrique perpétuel, etc. -, il juge néanmoins que l'existence de cette criminalité doit être mise en relation avec l'insuffisance d'éducation fournie par la famille et par l'école, et bien plus encore avec la propagande que constitue, selon lui, la "suggestion du vice et du crime" assurée par la presse12. Selon lui, il n'y a pas de raison pour réglementer les théâtres forains, où ne peuvent entrer que quelques centaines de personnes, et pour laisser toute licence à ces théâtres dans un fauteuil ou dans une chaise qui s'adressent d'un seul coup à des centaines de milliers de lecteurs. Il est, en conséquence, partisan d'une législation qui punirait les excès de la presse - et notamment de la presse "populaire" -, tout en lui laissant une entière liberté en matière politique, scientifique et religieuse. Convaincu que la conception ancienne du "sacerdoce" de la presse n'a rien perdu de son actualité et que la reconquête de la presse par l'élite intellectuelle et morale doit être favorisée, Fouillée (1900) est amené à rappeler la mission éducatrice de la presse, qui est indispensable, selon lui, à la démocratie et qui dépasse de très loin la simple fonction d'information à laquelle les journalistes se réfèrent fréquemment.

Des mesures inutiles ou dangereuses

  • 13  Durkheim, 1897.

16La référence à Aubry et à son analyse de la contagion du meurtre est présente chez Durkheim, qui rappelle que certains auteurs, attribuant à l'imitation un pouvoir qu'elle n'a pas, ont demandé que la reproduction des suicides et des crimes fût interdite aux journaux. Il considère possible que cette prohibition réussisse à alléger de quelques unités le montant annuel de ces différents actes mais juge très douteux qu'elle puisse en modifier le taux social, étant donné que l'état moral des groupes ne serait pas changé pour cela13. L'analyse qu'il présente est différente : En réalité, ce qui peut contribuer au développement du suicide ou du meurtre, ce n'est pas le fait d'en parler, c'est la manière dont on en parle. Selon lui, c'est l'état de la société qui est déterminant : si elle condamne nettement ces pratiques, les comptes rendus qui paraîtront dans la presse ne pourront pas exciter les prédispositions individuelles ; si, au contraire, elle est dans une situation morale incertaine, la manière d'en parler trahira une sorte d'indulgence qui ne mettra pas en lumière leur caractère immoral, et un fait rapporté pourra avoir des conséquences regrettables, non pas parce qu'il sera un exemple à proprement parler, mais parce que la tolérance ou l'indifférence sociale diminuent l'éloignement qu'il devrait inspirer. En fait, Durkheim (1900) partage avec Fouillée le jugement que celui-ci porte sur la situation de la France à la fin du XIXe siècle : il y a effectivement une crise morale, qui correspond au fait que les idées et les hommes ont subi un "déclassement" qui n'a pas encore été suivi d'un "reclassement". Pourtant, en l'absence de définition de ce qu'il appelle des fins nouvelles à aimer et à vouloir, les remèdes proposés par Fouillée lui semblent inaptes à entraîner une amélioration de cette situation, dans la mesure où ils relèvent essentiellement de la législation, qui, dépendent des faiblesses du législateur, elles-mêmes symptômes de la crise que traverse le pays.

  • 14  Faguet, 2003.

17Si le souhait d'une réglementation plus sévère n'est pas rare, il n'empêche que la liberté de la presse ne sera pas véritablement remise en cause car c'est la liberté d'opinion qui risquerait d'être atteinte par une telle réglementation. Le libéralisme, en effet, trouvera de nombreux avocats pour sa défense. C'est ainsi que Bouglé (1902) défend le libéralisme intellectuel : La parole, disiez-vous, est l'avant-coureur de l'acte, et ainsi la doctrine subversive risque de traîner derrière elle une foule turbulente d'actes illégaux. En fait, entre la parole et l'acte, il y a heureusement une distance respectable, et que les plus audacieux hésitent à franchir d'un bond14, qui va plus loin, est d'avis de n'admettre aucune restriction : la liberté de la presse doit être absolue et les délits de droit commun commis par l'intermédiaire de la presse doivent être punis conformément au droit commun et comme s'ils étaient commis par une autre voie. La position de Faguet concerne d'ailleurs l'ensemble des tentatives pour punir ce qu'il appelle les fautes morales : un gouvernement qui va dans le sens de cette répression se transforme immédiatement, selon lui, en un gouvernement ecclésiastique et théocratique.

Une situation de communication spécifique ?

Foules et publics

  • 15  Tarde, 1892.
  • 16 Ibid.
  • 17  Tarde, 1993.
  • 18  Le Bon, 1895.

18Tarde a bien mis en lumière les caractéristiques qu'il attribue aux foules, caractéristiques qui expliquent qu'elles soient dangereuses. Selon lui, quel que soit le but, même noble et légitime, qui soulève une foule, sa formation est toujours, par un côté important, une véritable rétrogradation sur l'échelle de l'évolution sociale15. C'est pourquoi l'individu apparaît comme toujours supérieur à un rassemblement d'individus. L'attribution de traits féminins et bestiaux, banale à l'époque, est évidemment présente : Tarde prétend que la foule, parmi les populations les plus civilisées, est toujours une sauvagesse ou une faunesse, moins que cela, une bête impulsive et maniaque, jouet de ses instincts et de ses habitudes machinales16 ; selon lui, d'une part, "une multitude lancée (…) a toujours quelque chose de bestial et de puéril à la fois", d'autre part, "la foule est femme" 17. Il s'agit là d'une conception très proche de celle de Le Bon, lorsque celui-ci s'intéresse aux rassemblements d'individus qui, sous l'influence de certains facteurs, vont acquérir une unité mentale, une âme collective : d'abord, la disparition du sentiment de responsabilité ; puis la manifestation du phénomène de contagion mentale entre les individus ; enfin et surtout, l'apparition d'un état de suggestibilité, qui serait proche de l'état de fascination de l'hypnotisé18. L'opinion publique se manifeste, d'ailleurs, selon Le Bon (1898), par l'extrême mobilité des attitudes alliée à la violence des sentiments, d'où le danger qu'elle représente :

Elle est terriblement féminine, et, comme la femme, ne possède aucune aptitude à dominer ses mouvements réflexes. Elle vacille sans cesse à tous les vents des circonstances extérieures.

19Ce qui confère, en revanche, une position originale à Tarde, c'est la distinction qu'il établit entre les foules et les publics. Considérant que la pensée est la force sociale par excellence (il évoque les "idées-forces" de Fouillée), Tarde (1901a) analyse la formation progressive de ce qu'il appelle le public en soulignant que celui-ci prend naissance avec l'invention de l'imprimerie ; celle-ci, parce qu'elle autorise le transport de la pensée à distance de manière massive, permet à l'ensemble des lecteurs - essentiellement des lecteurs de livres - de former un corps social nouveau, qui grossit et se fragmente en différents publics plus ou moins spécialisés. La foule, de ce point de vue, apparaît comme un groupe social très ancien mais limité. Par contraste, le public apparaît comme un groupe social illimité :

Mais le public est indéfiniment extensible, et comme, à mesure qu'il s'étend, sa vie particulière devient plus intense, on ne peut nier qu'il ne soit le groupe social de l'avenir. Ainsi s'est formée, par un faisceau de trois inventions mutuellement auxiliaires, imprimerie, chemin de fer, télégraphe, la formidable puissance de la presse, ce prodigieux téléphone qui a si démesurément grossi l'ancien auditoire des tribuns et des prédicateurs.

20C'est pourquoi Tarde reproche à Le Bon de parler de l'époque contemporaine comme d'une ère des foules.

"S'isoler en soi"

  • 19  Tarde, 1899.

21Cette position originale se manifeste tout autant quand il s'agit, pour Tarde, d'établir un rapprochement entre le développement des publics et l'évolution des conflits19. La naissance et l'expansion d'un parti dépendent, d'après lui, de l'existence de conditions rendant possible une suggestion réciproque qui, en s'exerçant, va permettre aux opinions individuelles de se renforcer réciproquement et provoquer un phénomène de contagion. D'où l'affirmation que tout ce qui favorise et facilite les communications mentales entre les hommes est propre à nourrir l'esprit de parti. Cependant, Tarde considère que le progrès des communications entre les familles, entre les professions, entre les classes, entre les nations, a eu pour effet de rendre la frontière des partis plus mobile ou moins tenace, moins lente à se modifier ou à se remanier, (…) et, par là, d'élargir – en l'atténuant – la lutte des partis, comme celle des armées. Rappelant que la presse a fortement contribué à cet agrandissement énorme et à cet affaiblissement, Tarde juge donc favorablement ce progrès des communications et estime que cette évolution va dans le sens d'un apaisement des conflits.

  • 20  Tarde, 1901b.
  • 21  Tarde, 1897b.
  • 22  Tarde, 1893.

22C'est au travers de telles analyses que se dessinent les contours de la pensée de Tarde au sujet des effets globaux de la communication. Étant donné que, pour lui, le progrès social consiste essentiellement à rendre de plus en plus prépondérante l'action inter-spirituelle comparée à l'action inter-corporelle20, définit la foule comme le premier degré de l'association humaine (en dehors de la famille), mais admet qu'elle conduit à la corporation, c'est-à-dire à la foule périodique et organisée. Par exemple : Un banquet périodique, c'est déjà une corporation naissante : il y a embryon de discipline, un président, des places d'honneur. C'est une foule assise et circulairement assise. Et, d'une certaine manière, le degré maximal de discipline sera assuré par l'absence de mise en relation des différentes communications inter-individuelles21. Si l'opposition entre foules et publics est incontestablement importante, elle doit donc être complétée par les remarques formulées par Tarde à propos des foules elles-mêmes. Une distinction très éclairante est celle qu'il effectue lorsqu'il analyse la situation de communication que constitue le fait d'assister à une pièce de théâtre 22. À ses yeux, un auditoire de théâtre n'est foule qu'à demi, car, pour qu'il y ait une vraie foule, il faut qu'elle soit composée de gens debout et, même, plutôt, de gens en marche (c'est alors seulement que le contact atteint son plus haut point de rapidité et d'énergie). Très précisément, il estime que s'asseoir, c'est commencer à s'isoler en soi, même si, bien sûr, les agents de suggestion mutuelle restent bien présents dans cette situation de communication, en particulier la vue. D'où l'idée selon laquelle on serait beaucoup moins unanime soit à applaudir, soit à siffler" s'il n'y avait pas la possibilité pour les spectateurs de se voir entre eux.

Contagion et suggestion

  • 23  Tarde, 1897a.
  • 24  Durkheim, 1897.

23On sait combien est grande l'importance chez Tarde de la progression indéfinie, cette progression qui lui paraît être le sens général des lois de l'imitation dont il cherche à montrer les différentes applications23. Ce sont les défauts d'une telle conception qui sont particulièrement pointés par Durkheim, lorsqu'il distingue les trois sortes de situation auxquelles le mot imitation peut renvoyer 24 : premièrement, celle qui correspond au fait que des états de conscience, éprouvés simultanément par un certain nombre de sujets différents on la propriété de pouvoir donner naissance à un état nouveau qui est l'état collectif ; deuxièmement, la situation qui correspond au fait que nous ressentons un besoin qui nous pousse, par l'intermédiaire d'une opération intellectuelle, à adopter les manières de penser ou de faire qui sont générales autour de nous ; troisièmement, la situation qui relève effectivement de l'imitation et qui, en l'absence de toute opération intellectuelle, entraîne chez un sujet la reproduction d'un acte effectué par autrui.

  • 25  Tarde, 1893.

24Il faut pourtant noter que Tarde peut parfaitement mettre en lumière la situation décrite par le deuxième sens. Et c'est ce qu'il fait précisément en évoquant le comportement des sceptiques à Lourdes : pour lui, quand ils se conduisent comme les croyants, c'est qu'ils ne veulent pas scandaliser, car ils accordent de l'importance au blâme collectif25. Mais Tarde ne se contente pas de cette analyse. Il pense aussi que le sceptique, au milieu des multitudes ferventes, va se transformer :

Il faut, je crois, admettre aussi qu'au moment où un frisson d'enthousiasme mystique passe sur elles, il en prend sa petite part et se trouve avoir le cœur traversé d'une foi fugitive. Et, cela admis et démontré pour les foules pieuses, nous devons faire usage de cette remarque pour expliquer ce qui se passe dans les foules criminelles, où souvent un courant de férocité momentanée traverse et dénature un cœur normal.

  • 26  Bouglé, 1905.
  • 27  Tarde, 1892.

25En cela, Tarde conforte l'interprétation qui sera résumée par Bouglé dans article nécrologique consacré à la sociologie de Tarde26 : ce qui se trouve à l'origine de cette sociologie, ce sont les idées de contagion et de suggestion, elles-mêmes issues de la médecine, et la théorie de l'imitation peut apparaître comme une généralisation et une application à tout le monde social des enseignements de l'hypnotisme. L'une des thèses principales formulées par Tarde à propos des foules criminelles27 est d'ailleurs là pour le rappeler, puisqu'elle revient à penser, à la fois, que le meurtre est l'un des actes humains les plus fascinateurs et que la vue du meurtre est particulièrement contagieuse (elle le serait plus que la vue de l'accouplement sexuel).

Conclusion

26Il en résulte que les analyses présentées par Tarde paraissent s'orienter dans deux sens assez différents. D'un côté, elles insistent sur le caractère fascinateur du meurtre et sur la contagion du meurtre dont seraient responsables les chroniques judiciaires dans la presse. D'un autre côté, elles montrent que l'émergence des publics, grâce, notamment, au développement de la presse, favorise un apaisement, lui-même lié à un plus grand isolement en soi des individus. C'est en fait tout un ensemble de questions relatives à la médiatisation qui sont ainsi posées implicitement. En effet, il s'agirait, d'une part, de savoir quels sont les effets de la vision directe d'un événement en fonction du type d'événement et quels sont les effets de la réception de son compte rendu par le texte et par l'image. Il s'agirait, d'autre part, de savoir quelles sont les incidences des conditions de communication (en particulier le plus ou moins grand isolement) sur les effets de la vision directe ou de la réception d'un compte rendu. Effets propres du média, incidences des conditions de communication : autant d'objets d'étude auxquels les travaux effectués depuis l'époque de Tarde, qui ont porté sur la presse, puis sur la radio et la télévision, enfin sur l'internet, n'ont certainement pas enlevé tout leur mystère.

Haut de page

Bibliographie

Aubry P., 1894, La contagion du meurtre, 2ème éd. (refondue), Paris, Alcan.

Bérenger H., 1897, Les responsabilités de la presse contemporaine, Revue bleue, 4ème série, VIII, 706-710.

Bouglé C., 1902, La crise du libéralisme, Revue de métaphysique et de morale, X, 635-652.

Bouglé C., 1905, Un sociologue individualiste : Gabriel Tarde, Revue de Paris, XII-3, 294-316.

Durkheim É., 1897, Le suicide, Paris, Alcan.

Durkheim É., 1900, note critique sur La France au point de vue moral d'Alfred Fouillée, L'Année sociologique, IV, 443-445.

Faguet É., 1903, Le libéralisme, Paris, Société française d'imprimerie et de librairie.

Fouillée A., 1897a, Les jeunes criminels, l'école et la presse, Revue des deux mondes, CXXXIX, 417-449.

Fouillée A., 1897b, , Quelques réflexions sur la criminalité et le socialisme, Revue bleue, 4ème série, VIII, 546-551.

Fouillée A., 1900, La France au point de vue moral, Paris, Alcan.

Le Bon G., 1895, Psychologie des foules, Paris, Alcan.

Le Bon G., 1898, Psychologie du socialisme, , Paris, Alcan.

Nordau M., 1894, Dégénérescence, Paris, Alcan.

Renan E., 1890, L'avenir de la science, Paris, Calmann-Lévy.

Tarde G., 1886, La criminalité comparée, Paris, Alcan.

Tarde G., 1890a, Les lois de l'imitation, Paris, Alcan.

Tarde G., 1890b, La philosophie pénale, Lyon, Storck.

Tarde, G., 1892, Les crimes des foules, Archives d'anthropologie criminelle, VII, 353-386.

Tarde, G., 1893, Foules et sectes au point de vue criminel, Revue des deux mondes, CXX, 349-387.

Tarde, G., 1897a, La jeunesse criminelle, Revue pédagogique, XXX, 193-215.

Tarde G., 1897b., L'opposition universelle, Paris, Alcan

Tarde G., 1899, Les transformations du pouvoir, Paris, Alcan.

Tarde G., 1901a, L'opinion et la foule, Paris, Alcan.

Tarde G., 1901b, La réalité sociale, Revue philosophique de la France et de l'étranger, LII, 457-477.

Vogüé E.-M. de, 1898, La presse et les cerveaux, Le Figaro, 3 janvier.

Zola É., 1889a, Préface pour La Morasse (ouvrage publié par les Secrétaires de rédaction), Paris, Marpon et Flammarion.

Zola É.,1889b, Lettre-préface pour Chincholle Ch., Les mémoires de Paris, Paris, Librairie moderne.

Haut de page

Notes

1  Tarde, 1897a.

2  Tarde, 1886.

3  Tarde, 1890b.

4  Renan, 1890.

5  Bérenger, 1897.

6  Fouillée, 1897b.

7  Fouillée, 1900.

8  Zola, 1889a, 1889b.

9  Tarde, 1890b.

10  Tarde, 1899.

11  Tarde, 1890a.

12  Fouillée, 1897a.

13  Durkheim, 1897.

14  Faguet, 2003.

15  Tarde, 1892.

16 Ibid.

17  Tarde, 1993.

18  Le Bon, 1895.

19  Tarde, 1899.

20  Tarde, 1901b.

21  Tarde, 1897b.

22  Tarde, 1893.

23  Tarde, 1897a.

24  Durkheim, 1897.

25  Tarde, 1893.

26  Bouglé, 1905.

27  Tarde, 1892.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Bautier et Élisabeth Cazenave, « La presse pousse-au-crime selon Tarde et ses contemporains », Champ pénal/Penal field [En ligne], XXXIVe Congrès français de criminologie, Les criminologiques de Tarde, mis en ligne le 14 septembre 2005, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/253 ; DOI : 10.4000/champpenal.253

Haut de page

Auteurs

Roger Bautier

Élisabeth Cazenave

Université Paris 13
Roger Bautier et Élisabeth Cazenave sont, respectivement, professeur et maître de conférences à l'Université Paris 13. Ils sont membres du Laboratoire des sciences de l'information et de la communication. Ils ont publié récemment : Les origines d'une conception moderne de la communication. Gouverner l'opinion au XIXème siècle, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, 2000 ; L'instauration de la presse anglaise et américaine en modèle pour la France, Histoire et sociétés. Revue européenne d'histoire sociale, n°4, 2002. bautier@sic.univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org