Navigation – Plan du site
Les criminologiques de Tarde
Partie 1. L'actualité de Tarde en son temps

La notion d’ « imitation » dans la criminologie tardienne

Yoshifusa Ikeda

Résumés

Nous nous intéressons ici aux rôles de la notion d’imitation dans la criminologie tardienne, qu’on a souvent méconnus. Nous remarquons, d’abord, que Gabriel Tarde a expliqué les tendances criminelles non seulement avec la notion d’hypnotisme mais aussi avec les idées sociologiques de coutume et de mode. Ensuite nous verrons que c’est en s’appuyant sur la notion d’imitation qu’il pouvait se distinguer des autres criminologues, soit classiques, soit positivistes. Enfin, nous montrons que Tarde a essayé d’établir un nouveau procédé sociologique de la recherche criminelle sur la base de la notion d’imitation.

Haut de page

Texte intégral

1Dans cette étude, nous mettons en question comment Gabriel Tarde a appliqué sa notion d’imitation dans sa criminologie. Et, en même temps, nous cherchons à montrer que Tarde est le précurseur de l’approche sociologique dans la criminologie.

2Pourtant, pour arriver à cette hypothèse, il y a deux questions à poser. D’une part, la théorie de l’imitation est-elle vraiment une sociologie ? Elle a été si influencée par les recherches sur l’hypnotisme qu’elle était considérée comme une sorte de psychologie. La critique de Tarde par Émile Durkheim a mis en relief la réception de la théorie de l’imitation à la fin de XIXe siècle.

3D’autre part, la théorie de l’imitation joue-t-elle un rôle important dans la criminologie tardienne ? Ce n’est pas toujours très clair. Par exemple, d’après Laurent Mucchielli, la contribution principale de Tarde à la recherche criminelle est plutôt son hypothèse du type professionnel du crime, mais la théorie de l’imitation n’avait rien d’un guide efficace de recherche et n’apparaît dans son œuvre criminologique que de manière presqu’incidente, comme surajoutée1.

4Pour résoudre ces problèmes, nous examinerons d’abord l’explication du crime avec la notion d’imitation dans sa Philosophie pénale. Ensuite, nous verrons la situation de Tarde dans le monde de la criminologie, pour enfin dire que Tarde a précisément utilisé la notion d’imitation pour établir la recherche sociologique du crime.

Pourquoi la criminalité est-elle régulière ? : Les influences physiques et physiologiques

5Tarde remarque tout d’abord la régularité de la criminalité dans la statistique judiciaire. Il pense que cette régularité ne peut pas s’expliquer par le libre arbitre de l’homme. Pour l’expliquer, d’après Tarde, il faut penser qu’il y a quelques facteurs extérieurs à la volonté qui influencent la criminalité :

cette uniformité absolue ou relative serait incompréhensible si l’on n’admettait que les volontés, réputées autonomes en droit, ne font pour ainsi dire aucun usage en fait de leur autonomie, et qu’elles obéissent constamment à une somme égale, ou régulièrement croissante et décroissante, d’influences d’ordre social, ou viral, ou physique, en comparaison desquelles la part attribuable à leur liberté est une quantité négligeable2.

6Tarde commence par envisager les facteurs physiques, par exemple, les influences des saisons, des climats. Par exemple, Alexandre Lacassagne révèle que le maximum des crimes contre les personnes se trouve en juin tandis que le minimum des crimes contre les propriétés, en juin et juillet dans son calendrier criminel. On dit qu’il y a plus de crimes violents dans le Sud où la température est relativement élevée, et que le développement de la criminalité est proportionnel à la longueur du jour. Mais Tarde pense que ces facteurs climatiques n’ont que des influences limitées. S’il n’y a pas beaucoup de crimes violents dans le Nord, région froide, c’est que le degré de la civilisation y est plus avancé. Dans la période où le Sud était le plus civilisé, on devait trouver dans le Nord, plus d’homicides, coups et blessures, etc. En plus, Tarde explique l’accroissement des crimes en été, non par la longueur des jours mais par le fait que la vie sociale est plus vive dans cette saison3.

7Ensuite, Tarde passe aux facteurs physiologiques. Il s’agit notamment de la race et du sexe. Pour la race, Tarde admet que [la proportion] des natures homicides est plus forte en Corse ou en Sicile qu’à Milan ou à Bordeaux4. Mais il dit que cette différence ne tient pas aux races5, parce que l’influence des sectes criminelles comme la mafia est très importante en Corse et en Sicile. C’est plutôt à cause des facteurs sociaux que l’on trouve plus d’homicides dans ces deux îles qu’ailleurs.

8Pour le sexe, Tarde le considère comme un des plus importants facteurs physiologiques. Si l’on compare les nombres des crimes des deux sexes, on trouve que le nombre des criminels masculins est beaucoup plus élevé que celui des femmes criminelles. Mais Tarde pense que cette différence de criminalité entre les deux sexes provient du style de vie, parce que les femmes sortent moins souvent que les hommes. Tarde invoque le nombre des morts à cause de la foudre : compté pendant une dizaine d’années, dit-il, le nombre des femmes tuées par la foudre s’est trouvé environ deux fois moindre que celui des hommes foudroyés. Cela tient-il à la vie plus sédentaire, plus casanière des femmes ? En tous cas, cela ne peut tenir qu’à des particularités de leur vie sociale, et nullement, je le suppose, de leur vie physique6.

9Comme nous avons vu, Tarde pense que les influences des facteurs physiques et biologiques deviennent de moins en moins importantes, à mesure que la civilisation se développe. C’est plutôt l’importance des facteurs sociaux qui va augmenter :

le fait révélé par la statistique que telles saisons ou tels climats coïncident avec telle recrudescence ou telle diminution de certains crimes ne prouve pas plus la réalité des causes physiques du délit, que le fait révélé par l’anthropologie d’une fréquence plus grande d’ambidextres, de gauchers, de prognathes, etc., parmi les malfaiteurs ne démontre l’existence d’un type criminel dans le sens biologique du mot. [...] l’explication physique ou physiologique du délit étant écartée, nous avons à montrer dans quelle voie doivent être cherchées les lois du crime. Nous les trouverons dans une application particulière des lois générales qui nous paraissent régir la science sociale7.

L’imitation comme une des causes sociales du crime

Quatre imitations chez Tarde

10C’est suivant la notion d’imitation que Tarde examine les causes sociales du crime. La théorie de l’imitation est une clé de la sociologie tardienne, mais on a pensé qu’elle ne concernait que le processus psychologique, parce que Tarde a fondé la notion d’imitation sur les études contemporaines sur l’hypnotisme. Certes, Tarde assimile l’imitation à l’hypnotisme dans ses Lois de l’imitation8, mais il examine, en même temps, les lois logiques et les influences extra-logiques de l’imitation. Ces conceptions sont déjà vraiment sociologiques, puisque Tarde s’intéresse aux changements sociaux provoqués par des courants d’imitations. D’après ces arguments, Tarde aborde la « coutume », propagation temporelle de l’imitation, et la « mode », propagation spatiale de l’imitation. La théorie de l’imitation dépasse le cadre de la psychologie individuelle, bien qu’elle soit inspirée des études sur la suggestion hypnotique comme point de départ.

11Pour bien comprendre la portée de la théorie de l’imitation, nous subdivisons l’imitation tardienne en deux axes. D’abord, nous trouvons que Tarde explique l’interaction au niveau de l’individu et ses conséquences au niveau collectif par la notion d’imitation. Nous pouvons représenter cette distinction des niveaux par les termes de « niveau microscopique » et de « niveau macroscopique ». Ensuite, au niveau macroscopique, nous pouvons penser que Tarde explique par les notions de coutume et de mode les deux différentes diffusions, c’est-à-dire la diffusion synchronique et la diffusion diachronique. Autrement dit, la mode est la diffusion spatiale à un moment, et la coutume est la diffusion dans la longue durée. Au niveau microscopique, nous pouvons supposer également qu’il y a deux imitations différentes : l’imitation synchronique (hypnotisme) et l’imitation diachronique (socialisation).

12Nous trouvons les quatre différentes « imitations » que Tarde a supposées dans ses œuvres, en croisant l’axe de micro-macro et celui de synchronique-diachronique (voir Tableau I).

13Nous allons donc aborder l’analyse du crime chez Tarde en s’appuyant sur cette subdivision de l’imitation. Avec cela, nous pouvons montrer que Tarde ne reste pas dans le cadre étroit de l’hypnotisme, quand il explique les phénomènes criminels sur la base de la notion d’imitation.

Tableau I : La typologie des imitations tardiennes

Les explications du crime au niveau individuel : l’hypnotisme et la socialisation

14Il s’agit de l’hypnotisme dans le chapitre sur « la théorie de l’irresponsabilité » de La philosophie pénale. Tarde démontre qu’il ne faut pas attribuer la responsabilité du crime à l’auteur qui l’a commis dans l’hypnose. Il veut savoir comment rechercher la responsabilité de l’auteur hypnotisé plutôt que savoir si on peut commettre un crime sous l’influence de la suggestion hypnotique.

15Il fait mention, bien sûr, de la probabilité d’un crime sous l’influence de l’hypnotisme, mais il exprime une opinion relativement négative à ce sujet. Il déclare qu’il n’a jamais été démontré, par un seul exemple authentique, que l’hypnotisme ait transformé une nature bonne et droite en une nature cruelle et fausse9.

16Tarde affirme certainement que l’hypnotisme est un élément de la relation sociale, mais il ne pense pas qu’il influence les comportements humains comme le crime. À la différence de l’hypnose, l’état social ordinaire ne signifie pas obéir aveuglément à une seule suggestion d’un seul hypnotiseur mais de recevoir différentes suggestions de diverses personnes. L’homme social n’est donc ni l’être raisonnable qui a le libre arbitre, ni l’automate hypnotisé :

Il est certain aussi, suivant nous, que, le rapport social étant l’imitation, l’être le plus pleinement social est l’être le plus largement imitatif. Mais il faut noter ce point très important : l’imitativité complète, la faculté de subir des influences de tous genres et de toutes parts, et non pas seulement d’un seul côté, comme chez l’hypnotique, implique essentiellement la faculté de résister à un exemple isolé, à une influence particulière10.

17L’intérêt de Tarde pour l’hypnotisme est plutôt théorique que pratique. Pour Tarde, la société est composée des nombreuses suggestions hypnotiques, relations psychologiques entre deux personnes. Nous pouvons entrevoir ce point de vue dans la phrase suivante :

L’hypnotisme enfin est le point de jonction expérimental de la psychologie et de la sociologie ; il nous présente la vie psychique la plus simplifiée qui se puisse concevoir sous la forme du rapport social le plus élémentaire11.

18Nous traitons également de la socialisation, qui est l’imitation de longue durée au niveau microscopique. Il s’agit de savoir comment on apprend les moyens des crimes ou comment on s’établit comme criminel. Tarde n’attache pas d’importance à cette problématique dans sa Philosophie pénale, mais il examine brièvement la formation des criminels. Il remarque que les enfants se forment comme criminels dans une bande criminelle.

On s’y est jeté dès sa naissance ; c’est le cas habituel ; la plupart des meurtriers et des grands voleurs ont commencé par être des enfants abandonnés, et le vrai séminaire du crime doit être cherché sur chaque place ou chaque carrefour de nos villes, petites ou grandes, dans ces volées de gamins pillards qui, comme des bandes de moineaux, s’associent pour le maraudage d’abord, puis pour le vol, à défaut d’éducation et de pain au logis. L’entraînement des camarades, souvent sans prédisposition naturelle, a décidé la voie de ceux-ci12.

19Dans un groupe criminel, on apprend non seulement les techniques du crime mais aussi ses argots, la fidélité à ses camarades, en un mot, sa propre culture. Tarde cite un rapport d’après lequel il y a une école de formation des criminels13. Ce point de vue est complètement opposé à l’hypothèse de « criminel-né » de l’école positive italienne.

Les explications du crime au niveau social

20Nous passons du domaine personnel au domaine collectif, c’est-à-dire, la criminalité comme une tendance qui se développe dans le temps et l’espace. Il s’agit de nos imitations macroscopiques. Dans sa Philosophie pénale, Tarde explique, par quelques lois montrées dans ses Lois de l’imitation, comment le crime se diffuse dans le temps et l’espace en se transformant. Il essaie de considérer, du point de vue macroscopique, des phénomènes criminels comme changement social.

21Tarde commence par la loi de la marche de l’imitation du supérieur à l’inférieur, pour expliquer la mobilité des phénomènes criminels. Il croit que les phénomènes criminels se propagent des groupes plus prestigieux aux groupes moins prestigieux, comme tous les autres phénomènes sociaux. Mais il faut remarquer que l’on change avec le temps ses objets de l’imitation, auxquels l’on attribue du prestige. On a imité, d’abord, l’aristocratie qui a du prestige hiérarchique, mais on imite de plus en plus les grandes villes, notamment les capitales. En plus, Tarde fait la distinction entre l’imitation-coutume et l’imitation-mode, suivant que l’on a ses modèles à l’intérieur de son groupe ou à l’extérieur. Il applique aussi ce principe à la propagation des phénomènes criminels. Il essaie de montrer comment la criminalité se propage dans le temps et l’espace en adoptant continuellement des nouveautés. Nous voyons ces deux phases du développement de la criminalité, c’est-à-dire : 1o la marche de l’imitation de haut en bas ; 2o la propagation et le changement de la criminalité par l’alternance de l’imitation-coutume et l’imitation-mode.

La propagation des crimes du supérieur à l’inférieur

22Dans sa Philosophie pénale, Tarde applique, d’abord, à l’explication de la diffusion des crimes un des principes des influences extra-logiques, c’est-à-dire, la loi de « la marche de l’imitation du supérieur à l’inférieur ». Il pense que les crimes ont été originairement ceux qu’on ne trouvait que dans les hautes classes mais qu’ils se sont graduellement diffusés aux basses classes14. Tarde cite quelques vices comme l’ivrognerie ou l’habitude de fumer, et plusieurs crimes comme le vagabondage, le braconnage, l’empoisonnement, le meurtre par sicaires, l’incendie, la fausse monnaie, le vol, la séquestration, le pickpocket et le viol, et tout cela, d’après Tarde, a sa source dans l’aristocratie et descend peu à peu jusqu’à la classe populaire. Mais Tarde pense que la propagation des crimes par imitation ne tient pas toujours au prestige des hautes classes. Dans ses Lois de l’imitation, il a affirmé que le prestige géographique, c’est-à-dire la prépondérance de la grande ville sur la campagne, se substituait au prestige hiérarchique. Cette hypothèse s’applique à la diffusion des crimes. Après l’aristocratie, ce sont les grandes villes, surtout les capitales, qui montrent des modèles des crimes :

Les capitales n’envoient pas seulement à la province leurs goûts ou dégoûts politiques ou littéraires, leurs genres d’esprit ou de sottise, leurs coupes d’habits, leurs formes de chapeaux, leur accent, elles lui expédient leurs crimes et leurs délits. Les attentats à la pudeur sur les enfants sont un crime essentiellement urbain comme le montre leur carte ; on les voit, en se répandant, faire tache d’huile autour des grandes villes. Chaque variété de meurtre ou de vol que le génie du mal imagine, naît ou s’implante à Paris, à Marseille, à Lyon, etc., avant de se répandre en France15.

23Tarde prend les exemples de la mutilation, le vitriolage et le meurtre avec le revolver, qui se sont passés, d’abord, dans une grande ville, et ensuite se sont diffusés en province. Il suggère que la presse joue le rôle de transmetteur des modèles urbains à la population rurale.

La coutume et la mode dans les phénomènes criminels

24Tarde a distingué l’imitation-coutume de l’imitation-mode, suivant que l’on cherche la source de la supériorité dans l’intérieur de sa société, ou dans les contemporains étrangers. Ces deux imitations peuvent être considérées comme les processus sociaux du point de vue macroscopique. L’imitation-coutume est la continuation par l’assimilation locale temporelle, tandis que l’imitation-mode est la continuation par l’assimilation simultanée spatiale16. Il croit expliquer, de ce point de vue, la propagation des crimes et leur changement temporel et spatial par ces notions de coutume et de mode.

25D’une part, ce n’est pas difficile d’imaginer que les phénomènes criminels se propagent dans l’espace sous la forme de la mode. On peut considérer, par exemple, la série des vitriolages ou des mutilations comme la mode d’un crime, parce qu’ils se sont propagés dans une grande étendue en peu de temps. Tarde, lui-même, n’approfondit pas cette problématique, mais il cite l’étude de Corre qui a montré la fréquence des meurtres qui ont suivi l’affaire de Jack l’éventreur :

Mais quel exemple plus saisissant d’attentat criminel suggesto-imitatif que la série des mutilations de femmes, commencée au mois de septembre 1888 à Londres, dans le quartier de Whitechapel ! Jamais peut-être l’influence pernicieuse du fait divers n’a paru avec plus d’évidence. Les journaux sont remplis des exploits de Jack l’Éventreur, et, dans moins d’une année, jusqu’à huit crimes absolument identiques sont commis en diverses rues populeuses de la grande cité17.

26D’autre part, l’imitation-coutume serait, contrairement à l’imitation-mode, difficile à appliquer aux actions criminelles que Tarde considère comme anti-sociales, puisque, en général, la coutume est la chose que l’on considère comme orthodoxe dans la société. Mais nous pouvons supposer qu’il y ait des crimes qui se propagent dans une région limitée endémiquement, et nous pouvons les considérer comme coutumiers. Tarde cite un crime, le sfregio, qui se propage à Naples comme un exemple des crimes coutumiers :

Le sfregio est l’usage des amants napolitains comme le vitriol est à l’usage des maîtresses françaises ; il permet aux premiers de se faire épouser de force par la menace d’une balafre au visage, comme aux secondes par la menace d’une brulûre encore plus défigurante. L’une et l’autre défigurations ont eu au début un caractère épidémique, puis, la première au moins, un caractère endémique. Le coup de rasoir à la figure des femmes est tellement nationalisé aux environs de Naples, que, d’après M. Garofalo « il y a des villages où pas une jeune fille, à moins que sa laideur ne la sauvegarde, n’a chance d’y échapper, si elle ne se résigne à épouser le premier venu qui lui en fait la proposition18.

27La propagation des phénomènes criminels dans le système criminologique de Tarde, comme nous l’avons montré, a deux côtés, c’est-à-dire la propagation temporelle par imitation-coutume et la propagation spatiale par imitation-mode. Les phénomènes criminels changent par l’interaction de ces deux aspects. Si, à un moment donné, une invention vient de l’extérieur de la société et se fixe comme la mode, on y voit une coutume être complètement abandonnée pour cette nouveauté ou se changer en s’unissant avec elle. Et ce qui reste après cette élimination ou ce changement se reproduira comme la nouvelle coutume de cette société. Ce principe de l’alternance de la coutume et la mode peut s’appliquer aux phénomènes criminels :

Nous aurions pu ajouter que, [...], [la branche du crime] se transforme ou se développe par l’insertion intermittente de nouveaux bourgeons ou de nouvelles greffes d’imitations-modes qui viennent renouveler et alimenter, quelquefois refouler, un fonds d’imitations-coutumes, mais tendent elles-mêmes à s’enraciner, à grossir le legs coutumier et traditionnel. Toute industrie s’alimente ainsi par un afflux de perfectionnements, innovations aujourd’hui, traditions demain ; toute science, tout art, toute langue, toute religion, obéit à cette loi du passage de la coutume à la mode et du retour de la mode à la coutume, mais à la coutume élargie19.

La place de Tarde dans les recherches criminologiques : entre l’école classique et l’école positiviste

28Pour bien comprendre la criminologie de Tarde, il faut connaître les pensées de ses précurseurs. Nous examinons ici la pensée de l’école classique du droit pénal et celle de l’école positive italienne.

29D’après l’école classique fondée sur les pensées de Kant ou Beccaria, l’homme est essentiellement libre et raisonnable. Par conséquent, s’il a violé la loi, quoiqu’il puisse choisir ne pas le faire, on peut le considérer comme coupable. L’école classique a monopolisé le monde du droit pénal pendant une longue période, mais à la fin du XIXe siècle, on a commencé à douter que le droit pénal fondé sur cette pensée corresponde à la réalité. On établit de nouveaux courants de droit pénal. Le plus connu est un groupe de scientifiques italiens dont le chef est médecin légiste à Turin, Cesare Lombroso20. Ce groupe, appelé « école positive italienne », objecte que le libre arbitre de l’école classique n’a pas de fondement scientifique. Ces scientifiques examinent le crime (plutôt le criminel) du point de vue anatomique ou anthropologique et ils exigent de réviser le droit pénal sur la base de ces connaissances scientifiques. Ils croient que si l’on a commis un crime c’est qu’il a quelque facteur physique qui le provoque. Ce sont vraiment des partisans du déterminisme biologique. Et de ce point de vue, l’homme ne serait pas libre de choisir ses actes et, par conséquent, il ne serait pas responsable de son acte criminel. Ils pensent que la peine pour le criminel doit être remplacée par le remède approprié à la « maladie » du criminel, parce que la peine n’est pas très efficace pour la défense sociale. Finalement, il y a une opposition sévère entre les juristes, procureurs et juges, et les « experts », médecins légistes ou anthropologues21.

30Tarde pense que le courant social de l’imitation a une influence sur l’augmentation ou la diminution des crimes. Il nie nettement la pensée de l’école positive italienne et son déterminisme biologique. Et, en même temps, nous devons bien remarquer qu’il rejette la pensée de l’école classique puisqu’il suppose que les hommes qui s’imitent n’ont pas de libre arbitre. Mais il veut concilier ces deux pensées au lieu de tout nier. Il réfute certainement, avec l’école positive italienne, la notion du libre arbitre, mais ne nie jamais celle de la responsabilité morale, avec l’école classique. Tarde essaie d’établir une nouvelle théorie du droit pénal, en fondant son hypothèse de la responsabilité morale sur les idées de l’ « identité personnelle » et la « similitude sociale », au lieu de celle du libre arbitre. Tarde croit que cette nouvelle théorie de la responsabilité contribuera à réconcilier les deux écoles opposées22. Mais, en réalité, pour les positivistes, il est inadmissible qu’il ait défendu la responsabilité morale comme l’école classique23.

31Nous devons revenir aux questions soulevées au début de cette étude. D’abord, nous ne pouvons pas douter que Tarde visait à établir sa propre sociologie avec la théorie de l’imitation, parce qu’il a souligné la coutume et la mode, le côté social de l’imitation, par rapport à l’hypnotisme, son côté individuel.

32En plus, nous pouvons dire que la criminologie de Tarde est totalement fondée sur sa théorie de l’imitation24. La notion d’imitation n’est conciliable ni avec l’idée du libre arbitre chez l’école classique du droit pénal, ni avec le déterminisme biologique de l’école positive italienne. Sans la notion d’imitation, il ne pourrait pas se distinguer des autres chercheurs qui s’occupent de la criminologie.

33Enfin, si Tarde s’attache à l’imitation dans la recherche criminologique, c’est qu’il veut traiter du crime comme les autres phénomènes sociaux. Nous pouvons entrevoir sa position dans la phrase suivante :

La manière dont nous posons la question démontre déjà que le crime à nos yeux est un fait social singulier, mais après tout un fait social comme autre. Il est une branche gourmande de l’arbre national, mais une branche nourrie de la sève commune et soumise aux lois communes. Nous avons vu que, prise à part, elle grandit en se conformant à la règle de l’imitation de haut en bas, comme toutes les autres branches fruitières et utiles du même tronc25.

34Il est vrai que Tarde, contrairement à Émile Durkheim qui affirme que le crime est un phénomène de sociologie normale26, n’admet pas que l’on applique au crime le mot « normal » qui peut impliquer le jugement de valeur. Il n’a pas oublié de faire la distinction entre le bien et le mal. Le crime est, dit-il, un phénomène social comme un autre mais un phénomène anti-social en même temps, comme un cancer participe à la vie d’un organisme, mais en travaillant à sa mort27. Mais il est clair que Tarde est d’accord avec Durkheim pour considérer le crime comme un objet de la sociologie, puisqu’il affirme que la "criminologie" n’est qu’un cas de la sociologie telle que nous l’entendons28. Nous pouvons donc conclure que Tarde, comme Durkheim, est un précurseur des recherches sociologiques sur le crime.

Haut de page

Bibliographie

Aubry, P. , [1887] 1894, La contagion du meurtre, Paris, Alcan.

Borlandi, M. , 2000,, Tarde et les criminologues italiens de son temps, Revue d’Histoire des Sciences Humaines3, 7-56.

Corre, A. , 1891, Crime et suicide, Paris, Doin.

Durkheim, É., [1895] 1937,  Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF.

Ikeda, Y. , 2002, La théorie criminologique de Gabriel Tarde et la sociologie de son époque, Mémoire de DEA de sociologie, Université Victor Segalen Bordeaux 2.

Kaluszynski, M., 1994, Identités professionnelles, identités politiques : médecins et juristes face au crime au tournant du XIXème et du XXème siècle, in Mucchielli, L. (éd.), Histoire de la criminologie française, Paris, l’Harmattan 1994a, 215-235.

Mucchielli, L. (éd.), 1994a, Histoire de la criminologie française, Paris, l’Harmattan.

Mucchielli, L., 1994b, Hérédité et milieu social : le faux antagonisme franco-italien, in Mucchielli , L. (éd.), Histoire de la criminologie française, Paris, l’Harmattan 1994a, 189-214.

Mucchielli, L., 1994c, Naissance et déclin de la sociologie criminelle (1880-1940), in Mucchielli, L. (éd.), Histoire de la criminologie française, Paris, l’Harmattan 1994a, 287-312.

Renneville, M., 1994, La réception de Lombroso en France (1880-1900), in Mucchielli, L. (éd.), Histoire de la criminologie française, Paris, l’Harmattan 1994a, 107-135.

Tarde, G., 1886, La criminalité comparée, Paris, Alcan.

Tarde, G., [1890a] 1895, Les lois de l’imitation, Paris, Alcan.

Tarde, G., [1890b] 1892, La philosophie pénale, Lyon-Paris, Storck-Masson.

Tarde, G., 1898, Qu’est-ce que le crime ?, Revue philosophique, 46, 337-355.

Haut de page

Notes

1 Mucchielli, 1994c, 296.
2 Tarde, [1890b] 1892, 299.
3 Cf. Tarde, [1890b] 1892, 305-308.
4 Tarde, [1890b] 1892, 321.
5 Ibidem.
6 Tarde, [1890b] 1892, 322.
7 Tarde, [1890b] 1892, 322-323.
8 La société, c’est l’imitation, et l’imitation c’est une espèce de somnambulisme, Tarde [1890a], 1895, 95, Tarde souligne.
9 Tarde, [1890b] 1892, 193.
10 Tarde, [1890b] 1892, 197-198.
11 Tarde, [1890b] 1892, 192.
12 Tarde, [1890b] 1892, 252-253.
13 Tarde, [1890] 1892, 290-291.
14 Cf. Tarde, [1890b] 1892, 332-333.
15 Tarde, [1890b] 1892, 341.
16 Ikeda, 2002, 17-18.
17 Corre, 1891, 226, Corre souligne. Cité par Tarde [1890b] 1892, 342.
18 Tarde, [1890b] 1892, 371-372.
19 Tarde, [1890b] 1892, 364-365.
20 Lombroso est le plus connu dans toute l’école positive italienne, mais nous devons remarquer qu’il n’était pas toujours « représentant » de la criminologie italienne. En outre, il faut remarquer que le débat entre les juristes du libre arbitre et Lombroso n’était pas nécessairement le plus important en France (Renneville, 1994, 107).
21 Pour les controverses entre les juristes et les médecins légistes, voir Kaluszynski, 1994.
22 Cf. Tarde [1890b] 1892, avant-propos.
23 Cf. Borlandi, 2000, 14.
24 Dans cet article, nous ne traitons que La philosophie pénale, mais Tarde a continué de publier ses études criminologiques sur la base de la théorie de l’imitation. Par exemple, il a défini le danger du crime par l’idée de l’imitation dans son article «  Qu’est-ce que le crime ? », paru en 1898 dans la Revue philosophique. Le danger social du crime, dit-il, c’est l’éventualité de son imitation. Mais ce danger, même au cas où il reste impuni, est toujours contenu dans des limites assez étroites, car l’exemple donné par l’acte criminel est combattu par les exemples multiples et contraires d’actes honnêtes qui abondent en toute société saine (Tarde, 1898, 346).
25 Tarde, [1890b] 1892, 364.
26 Durkheim, [1895] 1937, 66.
27 Tarde, [1890b] 1892, 420.
28 Tarde, [1890b] 1892, 386.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoshifusa Ikeda, « La notion d’ « imitation » dans la criminologie tardienne », Champ pénal/Penal field [En ligne], XXXIVe Congrès français de criminologie, Les criminologiques de Tarde, mis en ligne le 14 septembre 2005, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/265 ; DOI : 10.4000/champpenal.265

Haut de page

Auteur

Yoshifusa Ikeda

Yoshifusa IKEDA est enseignant à l’Université Waseda au Japon (1-24-1, Toyama, Shinjuku, Tokyo, 162-8644, Japon). yoshifusa.ikeda@nifty.ne.jp

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org