Navigation – Plan du site
Contribution de clôture

La critique de la critique : un fondement problématique de l’innovation pénale

Philippe Mary

Résumés

Selon Cauchie et Kaminski, la criminologie critique pose deux problèmes majeurs : elle ne voit a priori que le mauvais côté des choses et empêche le développement d’innovations pénales. Cet article entend souligner le caractère problématique de cette proposition en montrant qu’elle concerne une mouvance criminologique qui a vécu, qu’elle a déjà fait l’objet de débats tenus il y a 20 ans et qu’elle surestime l’influence des savoirs criminologiques sur les politiques et pratiques. Sur cette base, il s’agira aussi, en conclusion, de s’interroger sur la responsabilité politique des criminologues.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comme l’ont amplement démontré non seulement les travaux de doctorat de Cauchie (2003), mais aussi les diverses contributions au séminaire initié par Cauchie et Kaminski, le thème de l’innovation pénale apparaît comme une voie de recherche particulièrement riche et prometteuse. Outre l’analyse de transformations empiriquement observables et une conceptualisation de l’innovation, ce séminaire ambitionnait aussi de renouveler ou d’approfondir ce que les organisateurs ont appelé « la critique » en raison des problèmes posés par celle-ci. C’est ce dernier point que je voudrais brièvement aborder ici car, autant l’observation empirique et la conceptualisation s’imposent d’elles-mêmes, autant ce que j’appellerai ici la « critique de la critique » telle que formulée par Cauchie et Kaminski dans leur introduction, me semble être un fondement problématique du projet.

2De manière générale, cette critique de la critique peut se résumer ainsi : l’analyse critique développerait des énoncés, certes incontestables, mais potentiellement paralysants (toute réforme est récupérée par le pouvoir étatique) ou « crédulisants » (il faut croire en l’innovation car des transformations impensables finissent par se réaliser) et, ce faisant, ne serait pas stratégiquement pertinente. D’une part, en effet, dans son versant paralysant, elle conduirait à des résultats contre-productifs en figeant la manière de penser le système pénal : partant du postulat (moral et non scientifique) que l’intervention pénale est un mal en soi, ces analyses se focaliseraient trop sur son extension au risque non seulement d’en occulter le contenu, mais aussi d’en oublier des critiques plus importantes à adresser au système pénal, notamment dans ses composantes « dures » comme l’emprisonnement (Cauchie, 2003, 19) ; sans nécessairement nier l’intérêt, voire l’utilité, des analyses en termes d’augmentation du contrôle pénal, il conviendrait ainsi de les dépasser pour rechercher ce qui pourrait être de l’ordre de l’innovation pénale, c’est-à-dire ce qui pourrait être de nature à modifier la rationalité pénale dominante. D’autre part, toujours dans son versant paralysant, l’analyse critique entraînerait dès lors des effets pratiques tout aussi, voire plus contre-productifs non seulement en sapant les fondements de toute réforme au motif qu'il est impossible d'humaniser la prison, mais aussi en rejetant toutes solutions de remplacement sous prétexte d’extension du contrôle social. En simplifiant, la critique de la critique pourrait se résumer ainsi : la critique ne voit a priori que le mauvais côté des choses ce qui tronque ses analyses et ne leur permet plus d’accéder à la complexité de leurs objets ; la critique empêche le développement d’innovations pénales (sous-entendu positives vu les caractéristiques essentiellement négatives attribuées à la rationalité pénale moderne).

3Pour montrer en quoi ces énoncés me semblent problématiques, je procéderai en trois temps. Premièrement, il s’agira de préciser ce qu’est la « critique » à laquelle il est ici fait référence ; je montrerai que, pour l’essentiel, il est question d’une mouvance des années 1970, qui a aujourd’hui quasiment disparu. Deuxièmement, j’examinerai la nouveauté de cette critique de la critique et, dans le même temps, d’un projet de recherche d’innovations pénales ; je montrerai qu’il s’agit de propositions qui ont déjà occupé maints débats criminologiques il y a 20 ans, débats qu’il n’est dès lors peut-être pas inutile de rappeler, fût-ce brièvement. Troisièmement, je me pencherai sur les rapports entre savoirs (criminologiques), politiques et pratiques (dans le champ du crime) ; je montrerai que l’incidence politique, voire pratique, des savoirs criminologiques (y compris critiques) est largement surestimée par la critique de la critique. Enfin, en guise de conclusions, je m’interrogerai sur la responsabilité politique imputée en particulier aux criminologues ainsi que sur le type de criminologie qui semble aujourd’hui en passe de dominer le champ et dont l’une des caractéristiques est précisément la dimension a-critique.

1. De quelle critique parle-t-on ?

4Pour Cauchie et Kaminski, la perspective critique que nous voulons approfondir regroupe tout discours sérieux qui présente les traits suivants : la dénonciation de l’action du système pénal (et donc tout accroissement en la matière) comme un mal en soi ;  la tendance à évaluer d’emblée négativement toute réforme en matière pénale (et donc à ne finalement pas la prendre au sérieux) ; le rejet de la prison et de ses alternatives au nom d’une évaluation également négative. S’il est évident que les paradigmes, théories ou modèles qu’on inclut classiquement dans la lecture critique (posture abolitionniste, féministe, conflictualiste, marxiste, foucaldienne, etc.) ne présentent pas systématiquement les traits précités, ils peuvent néanmoins succomber à la tentation d’en faire des postulats1.

5Dans l’histoire de la criminologie, de tels discours sont apparus dans les années 1970, essentiellement dans la version la plus radicale de la criminologie critique, parfois aussi qualifiée de « néo-marxiste », surtout présente dans les milieux académiques anglo-saxons. Trois exemples représentatifs peuvent être rappelés. En Grande-Bretagne, dans un ouvrage célèbre Taylor, Walton et Young (1973) soutenaient à l’époque la nécessité de rompre avec toute forme de correctionnalisme (nécessairement lié à l’analyse de la déviance comme pathologie) et de réformisme social afin de développer une véritable théorie sociale de la déviance et une criminologie politiquement engagée dans l’abolition des inégalités sociales. Aux États-Unis, prônant une sorte de socialisme religieux (qui lui valut ensuite de solides critiques), Quinney (1977) considérait les innovations et réformes pénales comme un mélange de répression et d’humanisme soutenant un système dont le but fondamental était la préservation du capitalisme ; dès lors, poursuivait-il, la seule vraie réponse au crime passe par la lutte des classes et la révolution socialiste. En France, si les exemples sont moins nombreux, le collectif Actes (1978) n’en fut pas moins radical, qui considérait qu’il ne peut y avoir de ‘bonne criminologie’. Humanitaire ou personnaliste, critique ou radicale, et quel que soit le travesti qu'elle emprunte (droit, psychologie, sociologie...), la criminologie en tant que ‘science ayant pour objet d'étude spécifique le crime et la délinquance’, est – et ne peut qu’être – une discipline (au double sens du terme) répressive. Cela dans la mesure où elle tend à diffuser et à légitimer par des arguments d’apparence rationnelle (statistiques, théories...) les mécanismes de répression propres à tout système de domination. La criminologie est née, vit et prolifère pour que nous soyons tous bien persuadés qu’il existe des ‘méchants’ (...). La sanction de ces déviants est, nous dit-on, indispensable (mais à qui ?). Cependant, leurs ‘méfaits’ ne viennent-ils pas à point pour justifier un contrôle de plus en plus strict de l'ensemble de la population, destiné, paraît-il, à mieux nous protéger ? » (Collectif "Actes" et Lascoumes, 1978, 17). En Belgique, par contre, dressant un bilan de la recherche criminologique, Ponsaers et Janssen (1993, 68) ont pu souligner que celle-ci restait généralement ignorante des théories structuralistes ou néo-marxistes, les plus critiques d’entre elles se référant à l’interactionnisme symbolique. En dehors des écrits de Van Outrive (par exemple, 1977), tout au plus peut-on mentionner l’éphémère (et discrète) revue politique de droit Pro Justitia, à laquelle collaborèrent avocats, chercheurs et militants de gauche ou d’extrême gauche, au demeurant davantage actifs – mais minoritaires – dans le champ de la politique criminelle que dans celui de la criminologie.

6Si l’apport de ces auteurs n’est pas à négliger, en particulier en ce qui concerne l’ouverture à une approche macrosociologique, le caractère souvent doctrinaire et toujours militant de leurs positions leur valurent d’importantes critiques (Brodeur, 1984) qui contribuèrent à accroître la position marginale qu’ils occupaient déjà dans le champ criminologique. Aujourd’hui, à l’image des tentatives d’élaboration de « Grandes Théories », cette mouvance radicale a quasiment disparu du paysage criminologique. Le constat dépasse d’ailleurs largement la criminologie pour s’étendre aux autres sciences sociales et n’est pas sans liens avec l’état du contexte politique et idéologique dans lequel ces disciplines évoluent. Nombre d’anciens radicaux en sont venus, comme Young, à prôner un « réalisme de gauche » qui se positionne contre les analyses critiques exactement pour les mêmes raisons que celles invoquées par Cauchie et Kaminski. Un abolitionniste comme Hulsman (Hulsman, Bernat de Celis, 1982), dont les positions influencèrent des organisations telles que la respectable Société internationale de défense sociale ou le très sérieux Comité européen pour les problèmes criminels (1980), considère aujourd’hui de manière plus « réaliste » que l’abolitionnisme est devenu moins un programme politique de changement du système pénal qu’une posture académique impliquant une certaine manière de penser, non seulement la pénalité, mais aussi le monde ; pour lui, la question n’est donc plus tant d’abolir des institutions sociales comme la police ou la justice, mais bien un système de pensée se référant aux catégories pénales2.

7Si l’on peut encore parler de criminologie critique aujourd’hui – au sens d’une criminologie qui problématise la réaction sociale au crime –, il s’agit d’un ensemble relativement diversifié qui, précisément pour pouvoir prétendre au titre de « discours sérieux », se veut sinon réaliste, du moins soucieux de se dégager d’anciens postulats dogmatiques et de soumettre les hypothèses critiques (extension du filet pénal, reproduction du système pénal à l’identique, logique pénale pérenne, pénalisation du social…) à l’épreuve de l’empirie, par l’examen des dispositifs, des pratiques des agents de ces dispositifs ou des trajectoires de ceux et celles qui y sont confrontés3. Si une telle approche peut continuer à mettre en évidence des évaluations négatives et à alimenter ainsi la dénonciation de certains fonctionnements institutionnels ou de certaines pratiques, peut-être convient-il alors de distinguer entre le chercheur qui les étudient et le même qui prend position sur des questions de société, sans nécessairement postuler que c’est le second qui détermine immanquablement les choix du premier et non l’inverse.

2. La critique comme savoir contre-productif : un constat novateur ?

8La critique de la critique comme savoir contre-productif n’est pas neuve et remonte à tout le moins aux années 1980, de même d’ailleurs que la proposition de développer une approche théorique qui permette de développer des « innovations » en politique criminelle.

9Lors du Xème congrès international de criminologie (Hambourg, 1988), s’adressant indirectement à Cohen et à Hulsman, présents dans la salle, van Dijk dénonçait déjà le désintérêt général à l'égard de la situation pénitentiaire en dépit des graves problèmes soulevés par la surpopulation des établissements et accentués par les réductions budgétaires. Étrangement, poursuivait-il, la voix des criminologues prônant de meilleures conditions de vie au sein des prisons, n’a plus la même portée qu'autrefois. Ce désespoir pourrait en grande partie dériver de la criminologie même ; c'est elle qui a conduit la réforme pénitentiaire dans un cul de sac. Quelle a été la cause de cette ‘trahison des clercs’ de la criminologie ? (van Dijk, 1989, 249). Selon lui, les résultats soi-disant négatifs des recherches évaluatives sur le traitement ont jeté le discrédit sur les potentialités de celui-ci et favorisé l’apparition d’une perspective purement rétributiviste. De plus, les criminologues radicaux ont non seulement sapé les fondements de toute réforme au motif qu’il est impossible d’humaniser la prison, mais aussi rejeté toutes solutions de remplacement en prétendant que, loin de se substituer au système, elles ne faisaient que s’y ajouter et renforçaient ainsi l’emprise du contrôle social4. S’attaquant plus particulièrement aux positions abolitionnistes, van Dijk s'emploiera à démontrer qu’elles sont erronées et reposent sur des jugements de valeur. Ainsi, il serait faux de prétendre que les systèmes pénitentiaires se sont étendus malgré les efforts faits pour réduire l’emprisonnement car, sur un long terme, les taux d’incarcération ont sensiblement diminué dans la plupart des pays occidentaux. L’augmentation du nombre de détenus dans les années 1970 et 1980 s'expliquerait essentiellement par des facteurs démographiques et par une plus grande sévérité dans la lutte contre la drogue, paramètres qui devraient changer dans les années 19905. Par contre, les expériences de plusieurs pays attestent que la diminution de l’emprisonnement tout au long du XXème siècle est due à l'introduction d’alternatives telles que le sursis, la probation ou, plus récemment, les travaux d'intérêt général. De surcroît, contrairement au dogme du « rien ne marche » hérité de la littérature américaine, il est des programmes de traitement et de prévention qui, en Europe, donnent des résultats positifs. Ainsi, au lieu de sombrer dans l’idéologie sceptique des abolitionnistes à l’égard de l’État, plaidera van Dijk, il faut développer une approche théorique qui permette de distinguer entre innovations progressistes et régressives en politique criminelle.

10Mais, vraisemblablement obnubilé par l’abolitionnisme qui s’est développé aux Pays-Bas, van Dijk semble avoir lui aussi ignoré la littérature abondante, voire pléthorique, qui fut consacrée dans les années 1970 à la crise du traitement, en général, et à la prison, en particulier, dont on peut sommairement dégager deux ordres de critiques. Les premières, pragmatiques, prirent leur source en Amérique du Nord pour rapidement inonder le monde occidental, comme en témoignent exemplairement la position des quatre sociétés internationales actives dans le champ6 : la prison est incapable de remplir sa mission de rééducation, voire produit des effets contraires, et l'idée même de traitement s'en trouve remise en question. Sans la supprimer pour autant, il convient donc de n'user de la privation de liberté qu'en dernier recours et de développer des mesures alternatives (Pedrazzi, 1975). Le deuxième ordre de critiques, nettement plus radical, s'axera sur l'usage sociopolitique de la prison dans le cadre plus général du contrôle social, essentiellement en référence à M. Foucault (1975), qu’il est inutile de rappeler ici. On sait aussi que ce type d'analyse conduira certains chercheurs à se détourner de l'étude des buts assignés à la peine, pour développer celle de la fonction remplie par la prison dans une société donnée, mettant notamment en évidence son rôle dans la reproduction des inégalités sociales (Baratta, 1981, et les références citées).

11Sur le plan politique, ces critiques contribuèrent à focaliser les débats sur deux options : réforme ou abolition de la prison (Landreville, 1978, et les références citées). Confrontés à un contexte sociopolitique peu favorable ou à l'effectivité de certaines fonctions pénitentiaires dans le champ du contrôle social, la plupart des auteurs en viendront toutefois, pragmatiquement, à prôner la poursuite de « la dénonciation des effets néfastes de la prison ainsi que ses fonctions réelles qui renforcent la justification de son abolition. Mais, en même temps, il faut contribuer à la mise au point d’un régime pénitentiaire moins pernicieux et plus conforme aux fondements théoriques d'un État social et démocratique de droit » et défendre une interprétation de la réglementation pénitentiaire en vigueur, inspirée par un objectif de resocialisation et tendant au respect maximum des droits des détenus (de la Cuesta Arzamendi, 1985, 551). Autrement dit, tant que la prison existera, la resocialisation doit rester une priorité afin d’éviter que ne soient perdus les quelques apports positifs de son application, mais aussi parce qu’il serait en pratique difficile, sinon impossible, d’imaginer un régime de vie en prison qui respecte les droits des détenus sans poursuivre la resocialisation car l’abandon de cet idéal conduirait plus que probablement à un renforcement de la répression comme moyen de contrôle les détenus. Dans cette optique, devraient être développés des programmes de resocialisation tenant compte des droits de l’homme, c'est-à-dire un régime humanisé, démocratique et exempt de souffrances inutiles. Concrètement, ceci nécessiterait la judiciarisation de la prison, notamment par l’instauration d'un juge de l’application des peines, l’adaptation du régime à la vie extérieure afin d’accroître la participation des détenus et contrer les effets désocialisants de l'institution ou encore la possibilité d'un travail apte à faciliter la resocialisation7. Se dessinera ainsi un nouveau compromis pragmatique : à (long) terme, abolir la prison mais, en attendant, y instaurer un système basé sur un principe recueillant l’unanimité, les droits de l'homme.

12Une telle conception semble en effet avoir rassemblé rapidement des auteurs de tendances pour le moins différentes. Ainsi, du côté de la criminologie du passage à l’acte, Pinatel considèrera que la réforme pénitentiaire est orientée vers le traitement par sa finalité et ses méthodes. Mais elle demeure attachée à l’orientation répressive et neutralisante par son cadre qui reste déterminé par les systèmes pénitentiaires du XIXème siècle (...). La contestation de la société conduit à remettre en cause le but même du traitement, à savoir la resocialisation (...). Elle conduit également à souhaiter la reconnaissance et la sanction juridictionnelle des droits fondamentaux du détenu ainsi que l’assimilation du travail pénitentiaire et du travail libre, notamment sur le plan de la sécurité sociale (Pinatel, 1973, 63-65). Et, du côté de la criminologie critique, Van Outrive soutiendra qu’il est possible de tracer les contours d'une politique pénitentiaire raisonnable : comme la prison humanitaire ne peut exister, il est inutile de prétendre la réformer, mais le point de départ de toute politique pénitentiaire doit être les ‘droits des détenus’ qui (...) ne pourraient être limités que par la défense de circuler dans la communauté (Van Outrive, 1979, 32) : droit à un logement décent, à un personnel humain, à l’assistance de services extérieurs, à la communication, à la liberté d'expression et d'association, à une formation professionnelle, à l'égalité devant la loi et à la protection de la loi. Cette conception raisonnable de la prison peut et doit servir à expliciter, à rendre plus manifeste le caractère inhumain de l’isolement des êtres humains de la société (Van Outrive, 1979, 34)8. Autant d’éléments qui renvoient donc à l’abolitionnisme pragmatique que Chantraine et Kaminski appellent de leurs vœux9, avec toutefois la question de savoir si, quelque trente ans plus tard, il n’a pas perdu de sa capacité mobilisatrice, sinon, comme dirait Hulsman, comme posture académique.

3. Savoirs, politiques et pratiques

13Si la critique de la critique ou la recherche d’innovations destinées à dépasser le clivage entre réformisme naïf et radicalisme paralysant sont donc loin d’être des nouveautés, l’ensemble n’en pose pas moins un certain nombre de questions qui méritent d’être approfondies : est-il en fin de compte pertinent de considérer que la criminologie critique n’est pas « stratégiquement pertinente » ? La criminologie critique est-elle paralysante ?

14Est-il pertinent de considérer que la criminologie critique n’est pas « stratégiquement pertinente » ? Autrement dit, peut-on reprocher à la criminologie critique de ne pas déboucher sur des propositions de changement ? Il me semble que, répondant indirectement à van Dijk lors du congrès international de criminologie de Hambourg en 1988, Cohen (1989) a bien posé les termes de ce genre de problème, à la fois simplement et efficacement, et je me contenterais ici de les rappeler.

15Cohen partait du constat que, sur le plan de la théorie criminologique, aucune nouveauté n’émergeait et que, sur le plan politique, face à la litanie de ce qui ne marche pas, on assistait à un retrait de la pensée critique et au retranchement dans le réalisme, qu’il soit de gauche ou de droite. Pour lui, dans une telle situation, la question était finalement celle de savoir ce qu’il convenait de faire du message de la criminologie critique (ce qu’il appelait « l’anticriminologie ») car, malgré ses critiques – ou « à cause de ses critiques », diraient les réalistes –, les structures de base de la connaissance et des pratiques en matière de contrôle du crime sont demeurées intactes. En fait, pour Cohen, ce message n’a pas été compris, ni même entendu, il a été absorbé dans le discours dominant et certains de ses partisans en ont dénaturé la portée ou ont réalisé que le « déconstructionnisme » ne sapait pas nécessairement la valeur d'une théorie ou l’utilité d'une pratique ; mais toutes ces raisons peuvent se résumer simplement : la critique du savoir/pouvoir en criminologie opère à un niveau différent de celui du savoir/pouvoir lui-même (Cohen, 1989, 60, ma traduction). En effet, comme les autres sciences humaines, la criminologie comprend trois niveaux : descriptif (le crime, les systèmes de contrôle, les victimes), théorique (les interprétations ou modèles de causalité expliquant la description) et/ou prescriptif (les idéologies relatives à ce qui est ou doit être fait), critique (la réflexion quant aux choix effectués aux deux premiers niveaux), ce dernier niveau constituant le point de départ de toutes les criminologies « alternatives ». Par rapport à ces niveaux, le problème n'est pas de savoir si un travail se situant sur l'un d'eux est opérationnel sur un autre, mais de veiller à ce qu’il informe sur ce qui se passe dans les autres. Ainsi, reprocher à la criminologie critique de ne pas être réaliste (utile, positive, optimiste…, ajouterais-je) ou de ne pas lutter contre le crime n’a pas de sens car, partant du troisième niveau, elle se situe dans un ordre de préoccupation différent des deux premiers en questionnant ce qui y est fait.

16Dès lors, et à nouveau, une chose est de dénoncer une approche faite d’a priori et de postulats dogmatiques n’ouvrant qu’à la dénonciation du système et se fermant à toutes tentatives de le changer, une autre est de distinguer une approche critique alimentée par le niveau descriptif et le niveau théorique, pour laquelle ce qui est ici présenté comme postulat relève de l’hypothèse de travail ou du résultat de recherche. À propos de cette dernière approche, je soutiendrais d’ailleurs volontiers que c’est certainement elle qui, dans l’histoire de la criminologie, a le plus contribué à souligner la complexité du système pénal, de son fonctionnement et de ses liens avec le fonctionnement sociétal.

17De ce point de vue, la question de savoir si la criminologie critique est paralysante ou défaitiste10 ne se pose donc pas, mais posons-la quand même puisqu’elle est au cœur de la critique de la critique depuis plus de 20 ans et que d’aucuns ont même soutenu que les analyses critiques avaient (eu) des effets politiques parfois dévastateurs.

18Je soutiens simplement que cette influence a été et est, à peu de choses près, nulle. Elle a été et est nulle, premièrement, parce que, comme je l’ai indiqué, ce type d’analyse a été marginal et a aujourd’hui quasiment disparu ; même à l’époque la plus « glorieuse » de la criminologie radicale, on peine à trouver un ministre défaitiste ou une politique criminelle paralysée par les critiques, a fortiori quand on voit, par exemple en Belgique, le nombre de chantiers de réforme qui ont été ouverts depuis les années 1970 (Mary, 1998). Elle est nulle, deuxièmement, car, de manière générale, la recherche criminologique pèse d’un poids pour le moins réduit dans le débat et la décision politique, sauf parfois dans sa version pragmatique. Examinant cette question dans le cas de la Belgique, Kaminski et moi-même concluions en soulignant un des paradoxes du développement de la recherche criminologique, prise entre une expansion jamais égalée et une absence d'influence significative sur les réformes en chantier, au point d’apparaître parfois davantage comme un garant de légitimité de politiques soucieuses de masquer leurs tendances sécuritaires, que de pouvoir être considérée comme un véritable outil d’aide à la décision. Et de se creuser la distance entre les connaissances scientifiques relatives aux possibilités instrumentales réelles de la justice pénale et les constats opérés dans le cénacle de décideurs politiques. Comme l’ont montré L. Huyse et A. Verdoodt (1999), durant au moins 30 ans en Belgique, les problèmes de la justice ont été absents de l’agenda politique malgré les demandes insistantes adressées par divers groupements de praticiens ou les recherches scientifiques mettant en évidence différentes failles du système pénal. Mais aujourd’hui, le décalage s’est déplacé car, si l’agenda politique est submergé par ces failles, il n’en semble pas moins tout autant étranger, sinon sourd, aux demandes de praticiens et aux constats scientifiques (Mary, Kaminski, 2002, 671). Et, lorsqu’une influence transparaît timidement, comme le souligne pertinemment Poulet ces emprunts repérables ne signifient pas que les décideurs politiques choisissent parmi les théories existantes celle qui leur paraît la plus pertinente par rapport au problème qu’ils disent vouloir résoudre, ni surtout qu’ils s’y tiennent et en déduisent un dispositif d’intervention. Il s’agit d’un processus beaucoup plus complexe où des références scientifiques ‘qui conviennent’ sont appelées à l’appui d’un projet qui a bien d’autres motifs et raisons d’être et qui doit aussi tenir compte de diverses contingences administratives et budgétaires. C’est pourquoi elles sont sélectivement mobilisées, pliées et éventuellement déformées de manière à pouvoir entrer dans le projet et devenir compatibles avec les autres éléments du dispositif (Poulet, 1995, 68).

19Une exception pourrait être trouvée avec la notion d’extension du filet pénal qui a réussi à s’imposer dans le discours politique (en tous cas, en Belgique) et qui, selon Cauchie (2003), aurait eu des effets contre-productifs (i.e. empêcher le développement d’innovations pénales). Or, l’examen attentif des textes ou discours politiques qui s’y réfèrent montre que l’usage de la notion est avant tout rhétorique car son évocation est la plupart du temps immédiatement suivie par des propositions qui vont exactement en sens inverse. Je pense en particulier à une proposition récurrente de différents ministres belges de la Justice qui, tout en évoquant la nécessité d’éviter le risque d’extension du filet, soutiennent la création ou le développement d’alternatives aux courtes peines de prison pour lutter contre la surpopulation, alors que celle-ci est due à l’allongement des peines de plus de 3 ans et que les courtes peines de prison ne sont, en majorité, plus exécutées. Plus fondamentalement, on peut considérer que des notions comme l’extension du filet pénal, surtout lorsque le discours politique se les réapproprie, sont aujourd’hui de plus en plus réduites à des outils d’évaluation de l’ampleur du fossé entre objectifs politiques et pratiques lors de l’introduction de nouvelles mesures pénales et, de ce fait, de moins en moins inscrites dans le projet d’un Cohen (1985) de construire une théorie critique du contrôle social.

20Reste, par contre, la question de l’influence du discours critique sur les pratiques professionnelles.

21Effets positifs, d’abord. La question peut en effet être posée de savoir si l’analyse critique de politiques publiques n’a pas permis d’influencer certaines pratiques qui en sont ainsi venues à contredire cette analyse, précisément parce qu’elle avait été énoncée ; autrement dit, l’analyse critique aurait ici un effet performatif « positif ». Il ne s’agit que d’une hypothèse, mais qui me semble pertinente au vu, en Belgique toujours, de l’évolution moins sécuritaire d’une politique publique comme celle des contrats de sécurité ou de demandes régulièrement adressées par des travailleurs sociaux pour obtenir une grille d’analyse critique des politiques sécuritaires de manière à mieux cerner la place de leurs pratiques dans ce cadre. Dans le même ordre d’idées, on pourrait aussi avancer l’hypothèse que des analyses critiques, par leurs fondements empiriques, ont même permis de nuancer et d’atténuer des représentations radicales de certains professionnels, notamment en ce qui concerne la portée effective de nouveaux dispositifs sécuritaires. Vraisemblablement, toutefois, de tels effets positifs ne se produisent qu’à la marge.

22Effets négatifs ensuite. Comme je l’ai relevé ailleurs (Mary, 2006, en référence à de Coninck, e.a., 2005) à propos des conceptions actuelles de la guidance sociale en justice (probation, libération conditionnelle…), la conception de la responsabilité et de la responsabilisation qui s’impose aujourd’hui dans ce domaine, est loin d’être univoque, allant du projet émancipatoire d’un sujet autonome à l’individu renvoyé à lui-même, amené, comme l’a souligné Kaminski en référence à l’allégeance, à bien se contraindre (Kaminski, 2006, 336). Le dilemme qui surgit ici est que la volonté de limiter la guidance sociale au contrôle du respect des conditions a été, en partie du moins, motivée par le souci de limiter l’emprise du système pénal sur les justiciables et leurs problèmes – la « pénalisation du social » – en éliminant toute prétention, jugée abusive, à une prise en charge plus large qui relève de la compétence d’autres services et donc, d’autres logiques d’intervention. Or, on observe qu’un tel souci peut finalement conduire à une restriction du travail social en justice au seul contrôle, restriction potentiellement problématique quand se réduit l’offre des autres services et que le justiciable se trouve ainsi laissé à lui-même.

23Je faisais ici le lien avec le modèle du « juste dû », lien que précisait bien Houchon en soulignant que ce modèle résulte d'une alliance objective entre radicaux (‘le traitement est un abus de pouvoir à l'égard des classes opprimées’) et les néo-classiques dont le discours sur la proportionnalité dissimule mal un retour à la rétributivité (Houchon, 1984, 205). Il y a incontestablement là un effet pratique de l’analyse critique, que l’on pourrait qualifier de contre-productif : au nom de la défense des opprimés, on en vient à renforcer leur oppression, puisque c’est finalement à eux d’en porter le poids, quand bien même ils ne disposent généralement que de bien peu de capitaux (économique, social, culturel…) pour ce faire. Mais j’ajoutais un bémol, important, en rappelant une différence non négligeable de point de vue entre néo-classiques et radicaux (ou critiques, si l’on préfère) : les premiers étaient motivés par la réduction de l’interventionnisme étatique, tandis que les seconds visaient la réduction de l’interventionnisme pénal, parallèlement au développement de politiques susceptibles de rendre effectifs les droits économiques et sociaux. Or, ce que le déclin actuel de l’État social et la montée en puissance de sa version active impliquent avant tout, c’est précisément l’affaiblissement de ce second volet de la proposition radicale, de cette condition sine qua non du développement d’autres politiques pénales. Là est d’ailleurs la version que je soutiens de la thèse « hydraulique » (moins de social entraîne plus de pénal) et non pas son contraire.

24Ceci étant, à lire les résultats de la recherche empirique à laquelle je viens de faire référence (Coninck, e.a., 2005), on peut légitimement douter que les changements observés dans le travail social en justice ne soient dus qu’aux analyses critiques, pour peu que celles-ci aient même eu un quelconque impact. L’importance prise par le travail en réseau, la gestion des risques ou la responsabilisation des agents et des justiciables qui y fut soulignée semble en effet devoir davantage à des changements sociaux plus larges. Et, à la limite, s’il fallait relier ceux-ci à des courants criminologiques, ce serait bien plus vers des orientations dites gestionnaires et du choix rationnel que critiques que l’on se devrait se tourner.

Conclusions

25La critique de la critique me semble donc un fondement problématique du projet d’analyse des innovations pénales, à la fois anachronique et décalé au vu des enjeux criminologiques actuels. En guise de conclusions, je voudrais creuser encore un peu la question sous l’angle de la responsabilité politique des criminologues.

26Nonobstant l’influence (limitée) de leurs analyses sur les politiques et les pratiques, on peut être surpris par le fait que la responsabilité politique des criminologues critiques soit à ce point soulignée. Surpris, par exemple, quand d’aucuns en viennent à adjurer les criminologues de cette tendance de faire preuve de responsabilité politique dans leurs écrits. Ils devraient prendre garde au fait que ce ne sont pas seulement leurs propres interventions théoriques et politiques qui se trouvent viciées par cette culture du pessimisme, mais aussi celle des criminologues à venir (O’Malley, 2006, 324) ; ou, pour reprendre une référence de Cauchie et Kaminski dans le texte locomotive de ce séminaire, surpris que « Matthews (2005, 181) pourrait bien avoir raison : In line with the media, many academics feel that only bad news is worth reported ».

27Réagissant à une critique similaire, un éditorialiste d’un quotidien belge écrivait : « Avec de tels propos, et au vu de l’actualité belgo-allemande du moment (4 000 licenciements à VW), (…) on voit d’ici les licenciements (collectifs) dans la presse si celle-ci se mettait à annoncer : Hier, M. Alfred a conservé son emploi. Ou : Jeudi, la SNCB [les chemins de fer belges] a réussi à faire arriver un train à l’heure »11. Et, en le lisant, je me prenais à penser à de nouvelles (formes de) publications délibérément optimistes : « En Belgique, au 1er mars 2005, sur une population totale de 10 445 852 habitants, 10 436 477 ne se trouvaient pas en prison, le taux de non-détention étant de 99 910,3 pour 100 000 habitants, taux qui, malgré une légère diminution par rapport à 2004, reste très largement supérieur à celui des États-Unis qui avoisine les 99 350 » ; ou, version météo, « la médiation pénale ne concernant en moyenne que 0,5% des affaires dont le parquet est saisi, aucun risque d’extension du filet n’est à craindre à moyen, voire à long terme, au Nord comme au Sud du pays ».

28Plus sérieusement, il semble bien que cette responsabilité politique soit nettement plus problématique dans le champ criminologique que dans d’autres disciplines. Pointe-t-on, en effet, la responsabilité politique des sociologues de l’éducation lorsque ceux-ci mettent en évidence les discriminations sociales à l’école, plutôt que les réussites scolaires, et leur demande-t-on nécessairement de proposer des pistes stratégiquement pertinentes ? Reproche-t-on à des épidémiologues de délivrer les chiffres de l’usage de tabac chez les jeunes ou les femmes enceintes, sans, à nouveau, nécessairement les accompagner de stratégies sanitaires ? Vraisemblablement, l’objet de la criminologie n’est pas étranger à de telles postures, de même que, depuis sa naissance, son attachement viscéral à la démonstration de son utilité sociale.

29D’une certaine manière, le problème est, en effet, de nature épistémologique. Dans une discipline sans véritable objet ou, du moins, qui le recherche toujours, une telle faiblesse constitutive semble avoir toujours été contrebalancée par la recherche de « solutions » aux problèmes qu’elle a étudiés. En conclusion du congrès de Hambourg de 1988, un des rapporteurs généraux s’écria ainsi significativement : Oublions avoir jamais entendu que ‘rien ne marche’. C’est notre responsabilité de criminologues de montrer ce qui, en réalité, peut marcher et marchera. Aujourd’hui, les criminologues ne peuvent plus rester silencieux. Nous devons tenir un discours rationnel et humaniste qui associe néo-classiques et abolitionnistes, mondes développé et sous-développé, délinquant et victime (Joutsen, 1989, 257, ma traduction). Dans une telle discipline, quoi d’étonnant en fin de compte que la critique soit ainsi décriée car, comme le soulignait Cohen, si ce niveau d'analyse est intellectuellement supérieur en ce qu’il englobe les deux autres (descriptif et théorique/prescriptif), les tendances de la criminologie actuelle attirent avant tout l’attention sur la victimisation, la souffrance ou les investissements massifs de moyens et d'énergie, bref, sur une réalité considérée, elle, comme supérieure (Cohen, 1989, 63) ? La société internationale de criminologie ne le contredira d’ailleurs pas, qui placera dorénavant ses congrès sous le signe des « défis », non de la connaissance, mais de la criminalité12.

30La critique de la critique est alors surprenante à un autre titre : elle se trompe en quelque sorte de « cible criminologique ». Se focalisant sur des débats passés, elle semble occulter ce contexte actuel où la réalité s’avère « supérieure » et le poids, aujourd’hui autrement plus important, d’au moins trois courants criminologiques : un courant gestionnaire et pragmatique, éludant toute tentative de théorisation un tant soit peu élaborée pour en venir au plus vite à la résolution de problèmes définis par le politique ; le courant des « théories » du choix rationnel qui ne voient dans le délinquant qu’un être hédoniste dont il faut limiter les opportunités criminelles13 ; et ces criminologies qui tentent aujourd’hui avec un succès croissant de redonner corps à la notion de dangerosité et à la prédiction clinique de la délinquance, parfois dès le plus jeune âge. S’ils diffèrent à maints égards, mais se complètent à d’autres, ces courants partagent au moins un point commun qui les distinguent nettement de la criminologie critique : l’absence de problématisation des processus de criminalisation primaire et secondaire, c’est-à-dire leur dimension a-critique. À voir les succès engrangés par ces courants, si attractifs pour nombre de cénacles politiques, on peut raisonnablement se demander si ce n’est pas en leur sein que se dressent aujourd’hui nombre d’obstacles pour un projet d’innovation pénale. Dit autrement, la critique de la critique est-elle « stratégiquement pertinente » ?

Haut de page

Bibliographie

Baratta, A., 1981, Remarques sur la fonction idéologique du pénitencier dans la reproduction de l'inégalité sociale, Déviance et société, V, 2, 113-131.

Brodeur, J.-P., 1984, La criminologie marxiste: controverses récentes, Déviance et société, VIII, 1, 43-70.

Cartuyvels, Y., Mary, Ph., (dir.), 1999, L’État face à l’insécurité. Dérives politiques des années 90, Bruxelles, Labor.

Cauchie, J.-F., 2003, Contribution des travaux communautaires à une manière innovante de penser et de pratiquer l’intervention pénale, Louvain-la-Neuve, UCL, Thèse de doctorat en criminologie.

Cauchie, J.F. et Kaminski, D., 2007, « L’innovation pénale : oxymore indépassable ou passage théorique obligé ? », Innovations Pénales, Champ pénal / Penal Field http://champpenal.revues.org/document1353.html

Chantraine, G. et Kaminski, D., 2007, « La politique des droits en prison », Innovations Pénales, Champ pénal / Penal Field, http://champpenal.revues.org/document2581.html.

Cohen, S., 1985, Visions of Social Control, Cambridge, Polity Press.

Cohen, S., 1989, Criminological Theory : From inside out or outside In ?, Annales internationales de criminologie, XXVII, 1-2, 57-64.

Collectif « Actes » et Lascoumes, P., 1978, La criminologie: savoir et ordre, in Actes, Délinquances et ordre, Paris, Maspero, 11-98.

Comité européen pour les problèmes criminels, 1976, Le travail pénitentiaire, Strasbourg, Conseil de l'Europe.

Comité européen pour les problèmes criminels, 1980, Rapport sur la décriminalisation, Strasbourg, Conseil de l'Europe.

Comité européen pour les problèmes criminels, 1983, La gestion des établissements pénitentiaires, Strasbourg, Conseil de l'Europe.

Cusson, M., 1998, Peines intermédiaires, surveillance électronique et abolitionnisme, Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 1, 34-45.

Coninck de, Fr., Cartuyvels, Y., Franssen, A., Kaminski, D., Mary, Ph., Rea, Van Campenhout, L., 2005, Aux frontières de la justice, aux marges de la société. Une analyse en groupes d’acteurs et de chercheurs, Gand, Academia Press – Politique scientifique fédérale.

de la Cuesta Arzamendi, J.L., 1985, Le système pénitentiaire: réforme ou abolition, Revue de droit pénal et de criminologie, 6, 548-556.

Foucault, M., 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Gatti, U., 1989, Criminologie et sciences humaines, Annales internationales de criminologie, XXVII, 1-2, 65-77.

Gignez, R., 1981, Quelques axes d'une réforme pénitentiaire possible, in Premier rapport du Collectif "Réforme pénitentiaire", Huccorgne, Éd. Perspective, 5-69.

Gignez, R., 1982, L'impossible réforme du système pénitentiaire belge, in Assises de la politique pénitentiaire, Rapport du Collectif  Reforme pénitentiaire, Namur (ronéo).

Houchon, G., 1984, À la recherche du temps perdu, Déviance et société, VIII, 2, 199-206.

Hulsman, L., Bernat de Celis, J., 1982, Peines perdues. Le système pénal en question, Paris, Le Centurion.

Huyse, L., Verdoodt, A., 1999, À la recherche de nouvelles formes d’intermédiation entre la population et la justice , in Van Dooninck, B., Van Daele, L., Naji, A., (Eds), Le droit sur le droit chemin?, Antwerpen-Apeldoorn/Louvain-la-Neuve, Maklu/ Academia, 161-200.

Joutsen, M., 1989, Scientific Summary of the Tenth International Congress on Criminology, Part II : Abuse of Power; The Crisis of Penal Sanctions, Annales internationales de criminologie, XXVII, 1-2, 249-257.

Kaminski, D., 2006, Un nouveau sujet de droit pénal ?, in Digneffe, F., Moreau, T. (dir.), La responsabilité et la responsabilisation dans la justice pénale, Bruxelles, De Boeck, 323-342.

Landreville, P., 1978, Réforme et abolition de la prison: illusion ou réalité?, in Société internationale de criminologie, Oitavio congresso internacional de criminologia. Actas (Lisboa, 4 a 9 de setembro de 1978), Lisbonne, 437-447.

Mary, Ph., 1998, Délinquant, délinquance et insécurité: un demi siècle de traitement en Belgique (1944-1997), Bruxelles, Bruylant.

Mary, Ph., 2006, (Dé)responsabilisation et pénalité, in Digneffe, F., Moreau, T. (dir.), La responsabilité et la responsabilisation dans la justice pénale, Bruxelles, De Boeck, 343-360.

Mary, Ph., Kaminski, D., 2002, La recherche criminologique en Belgique. Entre savoir et pouvoir, Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 3, 665-671.

O’Malley, P., 2006, ‘Mondialisation’ et justice criminelle : du défaitisme à l’optimisme, Déviance et société, XXX, 3, 323-338.

Matthews, R., 2005, The Myth of Punitiveness, Theoretical Criminology, 2005, 9, 2, 175-201.

Pedrazzi, C., 1975, Rapport général de synthèse du Centro nazionale di prevenzione e di difesa sociale, in Association internationale de droit pénal, Fondation internationale pénale et pénitentiaire, Société internationale de criminologie, Société internationale de défense sociale, La privation de liberté dans les perspectives de la lutte contre le crime, particulièrement à l'égard de ses nouvelles formes, Milan, Centro nazionale di prevenzione e difesa sociale et Fondation internationale pénale et pénitentiaire.

Pinatel, J., 1973, La crise pénitentiaire, L’Année sociologique, XXIV, 13-67.

Ponsaers, P., Janssen, Ch., 1993, Les travaux de recherche sur la production de l'ordre et le contrôle pénal en Belgique: bilan des années 80, in Van Outrive L., Robert Ph. (dir.), Crime et justice en Europe. État des recherches, évaluations et recommandations, Paris, L'Harmattan, 39-79.

Poulet, I., 1995, Les nouvelles politiques de prévention. Une nouvelle forme d’action publique?, Bruxelles, Services fédéraux des affaires scientifiques, techniques et culturelles.

Quinney, R., 1977, Class, State and Crime, New York, Longman.

Taylor, I., Walton, P., Young, J., 1973, The New Criminology. For a Social Theory of Deviance, London – New York, Routledge.

Van Campenhoudt, L., Cartuyvels, Y., Digneffe, Fr., Kaminski, D., Mary, Ph., Rea, A., (dir.), 2000, Réponses à l’insécurité : des discours aux pratiques, Bruxelles, Labor, 2000.

van Dijk, J., 1989, Sanctions pénales et processus de civilisation, Revue internationale de criminologie et de police technique, XLII, 3, 249-261.

Van Outrive, L., 1977, Interactionnisme et néo-marxisme. Une analyse critique, Déviance et société, I, 3, 253-289.

Van Outrive, L., 1979, Le système pénitentiaire en Belgique: un système bloqué, Revue interdisciplinaire d'études juridiques, 3, 1-36.

Young, J., (s.d.), The Left and Crime Control, www.malcolmread.co.uk/JockYoung.

Haut de page

Notes

1 Voir Jean-François Cauchie et Dan Kaminski (2007), « L’innovation pénale : oxymore indépassable ou passage théorique obligé ? », Innovations Pénales, Champ pénal / Penal Field http://champpenal.revues.org/document1353.html.
2 Conférence au cours de politique criminelle de l’École de sciences criminologiques de l’ULB, 20 octobre 2004.
3 Il serait trop long de les développer ici, même succinctement, mais je pense à de nombreux exemples de recherches empiriques menées dans cette optique en Belgique (voir par exemple, dans l’ordre, la série formée par Cartuyvels, Mary (dir.), 1999, Van Campenhoudt, e.a., (dir.), 2000 et de Coninck, e.a., 2005).
4 Dans le même sens, au même congrès, voir Gatti, se référant notamment au réalisme de gauche de Lea et Young, pour qui l’analyse critique a poussé la science criminologique dans une situation de renoncement à l’intervention et conduit à une situation de paralysie, de renoncement et d'impuissance en présence des graves problèmes de la violation de la norme et de la réponse sociale à la violation (1989, 68).
5 On remarquera au passage que cette prédiction a été pour le moins malmenée par les taux de détention dont l’augmentation est généralement constante dans les pays occidentaux.
6 Société internationale de criminologie, Association internationale de droit pénal, Société internationale de défense sociale et Fondation internationale pénale et pénitentiaire.
7 Pour le Conseil de l’Europe, voir Comité européen pour les problèmes criminels, 1976 et 1983.
8 On notera qu’en Belgique, à l’époque, c’est étonnamment du côté du personnel pénitentiaire lui-même que se manifesteront les positions les plus radicales. Au début des années 1980, fut créé un Collectif « Réforme pénitentiaire », composé de quelque 200 agents de l'administration voulant promouvoir la réflexion des praticiens confrontés quotidiennement aux problèmes posés par la prison. D'un premier rapport présentant « Quelques axes d'une réforme pénitentiaire possible » (Gignez, 1981), la commission « politique pénitentiaire » de ce collectif en vint, en abordant les rapports de force en présence dans tous les milieux socio-politiques concernés, à un rapport intitulé « L'impossible réforme du système pénitentiaire » (Gignez, 1982)…
9 Voir Gilles Chantraine et Dan Kaminski (2007), « La politique des droits en prison », Innovations Pénales, Champ pénal / Penal Field, URL : http://champpenal.revues.org/document2581.html.
10 Pour reprendre l’expression de O’Malley (2006), qui parle aussi du « pessimisme » et du « désespoir » qui l’imprègnerait.
11 P. Bouillon, « Il pleut, il fait froid, il fait gris et tout ça est très chouette », Le Soir, 25-26 novembre 2006, 6.
12 « Conceptions de la criminologie : défis de la criminalité et stratégies d'action » (Hambourg, 1988) ; « Changements socio-politiques et crime: un défi pour le XXIème siècle » (Budapest, 1993) ; « Réduire le Crime et promouvoir la justice : défis pour la science, la politique et les pratiques » (Rio de Janeiro, 2003).
13 À noter que, dans cette mouvance, un auteur comme Cusson a également alimenté la critique de la critique, en expliquant notamment la sous-exploitation des sanctions intermédiaires par le fait que, soumis à des pressions populaires en faveur de l’incarcération plutôt que d’une probation considérée comme peu punitive, les juges ne pourraient recourir aux sanctions intermédiaires en raison du « travail de sape » des « abolitionnistes » qui, « sous couvert de lutte contre la surveillance électronique, s’attachent à discréditer l’ensemble des peines intermédiaires », la critique de la surveillance électronique, principalement basée sur le risque d’extension du filet pénal, étant une partie d’un plan d’ensemble visant la destruction du système pénal et, naïveté supplémentaire, de tout rapport de domination dans la société (Cusson, 1998, 37-39).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Mary, « La critique de la critique : un fondement problématique de l’innovation pénale », Champ pénal/Penal field [En ligne], Séminaire Innovations Pénales, mis en ligne le 30 septembre 2007, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/2691 ; DOI : 10.4000/champpenal.2691

Haut de page

Auteur

Philippe Mary

Philippe Mary est professeur à l’Université Libre de Bruxelles. Directeur du centre de recherches criminologiques. Membre du comité de rédaction de la Revue de droit pénal et de criminologie (Bruxelles) et de la revue internationale Déviance & Société. phmary@ulb.ac.be  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org