Navigation – Plan du site

Compte rendu du livre de Jean-Marie Renouard, Baigneurs et bagnards, tourismes et prisons dans l’île de Ré, Paris, L’Harmattan, 2007

Frédéric Ocqueteau

Texte intégral

1Sous le caractère insolite de son titre, ce livre offre une remarquable monographie de l’île de Ré, dont le propos transgresse largement des frontières réputées infranchissables à cause de puissants interdits symboliques, autant qu’académiques à son sujet. Il s’agit en effet de décrypter les mécanismes par lesquels, sur le petit paradis qu’est devenue cette « presque » île depuis qu’un pont la relie au continent, une économie touristique en expansion parvient à coexister avec une économie locale encore largement tributaire des intérêts de la prison de Saint Martin, premier employeur de ses habitants.

2Toute l’entreprise de J.-M. Renouard consiste à nous entretenir patiemment des ressorts historiques de la diffusion, au XXe siècle, d’une norme de discrétion au sujet du « bagne » de Saint-Martin, devenu la plus grosse centrale pénitentiaire française après la Seconde Guerre mondiale.

3Il excelle à dépeindre, comme personne ne s’y était essayé auparavant, l’histoire les luttes d’influence entre différents protagonistes engagés de près ou de loin dans un combat symbolique de longue haleine destiné à lessiver la part maudite d’une terre entachée par une verrue indélébile : le bagne de Saint Martin, dont la population rhétaise éprouverait encore durement le stigmate contaminant.

4Avant-guerre, la seule possibilité pour les quelques artistes en villégiature dans l’île, consiste à sous- estimer le bagne comme lieu de relégation en s’efforçant de le présenter à la société bien pensante comme un « lieu de transit » sans intérêt : c’est Cayenne en Guyane qui fait fantasmer, ou qui fait l’objet de toutes les indignations (via le combat d’Albert Londres), en aucun cas, la sinistre citadelle de Vauban. Tout va changer à partir des années 1930, quand afflue le premier tourisme populaire de masse lié à la promotion des congés payés, et que décision est prise de fermer le bagne.

5Dans l’immédiat après-guerre, la « pénitentiaire » s’installe en grand silence dans les restes de la citadelle, car Paris s’est rapidement convaincu de trois choses : d’une part, de la faiblesse des coûts d’installation de la centrale pour longues peines, de l’autre, de l’abondance d’une main-d’œuvre de paysans facilement mobilisable pour en faire des personnels de surveillance, enfin et surtout, de la vertu d’une île encore coupée du monde d’où toute évasion est quasi impossible. La centrale parvient à se faire oublier des baigneurs de l’après-guerre, encore largement constitués de campeurs populaires indifférents, ceux qu’une caste revendiquant son nouveau droit au soleil va rapidement traiter de son souverain mépris, en les nommant « congés payés ».

6Une petite bourgeoisie vacancière investit progressivement l’île de Ré, rachète et fait construire, en défendant de plus en plus énergiquement une quiétude qu’elle estime avoir méritée. Elle se préoccupe essentiellement de se démarquer du nouveau stigmate que constitue à ses yeux, le tourisme populaire en prenant la tête de deux combats : lutter contre le projet de construction du pont, d’une part ; faire interdire le camping dit sauvage, d’autre part. En réalité, il s’agit d’un camping sur parcelles privées dont les habitants sont assimilés aux hordes d’« étrangers » irresponsables, à l’instar de la population pénitentiaire de l’île, des criminels dont on se souvient utilement de l’existence quand on a besoin de se démarquer de ses ennemis de classe.

7Les politiques locaux sont écartelés, et l’auteur excelle à montrer, par le dépouillement systématique de la célébrissime gazette le Phare de Ré, et grâce à sa profonde connaissance des jeux subtils de la politique locale, comment petits et grands édiles de l’île doivent piloter à vue. Les maires sont évidemment engagés dans les stratégies de promotion de l’image de l’île et intéressés par sa progressive « peopolisation » l’espace d’un été. Ainsi, tout ce qui tend à faire oublier la prison aux touristes est bon à prendre, quitte à mettre en scène la revalorisation de l’image de la citadelle et du bagne comme d’un objet incomparable du patrimoine national, avec la complicité des érudits locaux, quand la mode s’en diffuse. Mais ils doivent aussi se montrer plus habiles encore, en composant avec les intérêts de l’employeur principal, la direction de la centrale. Or, cette prison est réputée la plus calme de l’hexagone alors qu’elle contient la plus grosse concentration de criminels. Comment cela est-il possible ?

8Renouard montre parfaitement, dans le chapitre le plus décisif de l’ouvrage, comment s’est progressivement mise en place une véritable conspiration du silence à propos d’une « gestion détendue de la détention » carcérale. On notera la filiation directe de son travail avec celui de Philippe Combessie (1996). Ces deux sociologues sont peut-être en train de fonder une école prenant à rebours bien des thèses des observateurs des institutions « closes » ou « totales », en montrant comment des prisons sont aussi des organismes en interaction permanente avec leur environnement immédiat. Grâce au profil de détenus réputés faciles, grâce au fait que la centrale de Saint Martin offrirait du travail abondant ainsi que de nombreuses activités sportives en interne et à l’extérieur, elle aurait surtout su mettre au point une politique très libérale de permissions de sortie, y compris l’été. Par extraordinaire, la population vacancière n’aurait aucune conscience de côtoyer continûment les permissionnaires dans la rue ou sur les plages. Lesquels auraient parfaitement intériorisé la discrétion nécessaire, ayant évidemment tout à gagner au libéralisme d’un tel système, sachant qu’il pourrait prendre fin à la première incartade. Le fantasme de l’évasion est ainsi largement tué dans l’œuf, et de fait, l’auteur note qu’il ne s’en est quasiment jamais produit ! Enfin, les surveillants, de souche rhétaise pour la plupart, auraient plus que tout autre, intérêt à participer discrètement à cette gestion souple de la carcéralité, d’autant que rien ne les empêcherait vraiment de se consacrer à d’autres activités à deux pas de chez eux : investir leurs lopins de terre ou activités de services dans l’économie touristique !

9À ce compte-là, les propagandistes de « l’entre soi fermé », réunis au sein de la très élitiste association des Amis de l’île de Ré, passent pour les grands perdants des différentes batailles menées contre la construction du pont et contre les « hordes » de campeurs. Ce qui n’est, semble-t-il, pas pour déplaire à l’auteur, apparemment plutôt du côté de David que de Goliath. Nul ne résistera par ailleurs à la narration du savoureux épisode de la controverse liée à la pose des filins anti-hélicoptère de 1993 sur la centrale. Renouard se paie ironiquement le luxe d’y voir une esthétique post-moderne sur architecture ancienne, pour mieux prendre ses distances avec les arguments des contempteurs qui, à ses yeux, ne firent que trahir un jugement moral imputant de la laideur à la réalité recouverte (p. 162).

10Cela dit, leur combat est-il perdu d’avance ? Deux options d’avenir se présentent : ou bien le tourisme de luxe triomphe dans l’île, le prix à payer étant la fermeture définitive de la centrale… Ou bien la sociologie du personnel pénitentiaire commence à se transformer progressivement, les règles du jeu non écrites mises à jour sont bousculées par le déracinement du personnel, et c’est toute l’économie insulaire qui bascule dans une nouvelle aventure…

11Pour l’instant, il nous semble que ce minutieux travail de dévoilement sociologique aura au moins servi les intérêts de tous les acteurs en présence, en les aidant sans doute à mieux comprendre la nature des impensés présidant aux rapports de forces qui les opposent dans les combats économiques et symboliques au sein desquels ils ont été, sont et seront plongés. Mais c’est le sort de tous les démystificateurs et de tous les désenchanteurs de la magie sociale : puisque personne ne peut prétendre totalement s’annexer leur travail, le risque est qu’il reste méconnu ou sous évalué. Voilà qui expliquerait peut-être les raisons de la frilosité des éditeurs parisiens (p. 4) qui auraient refusé le manuscrit en raison de son soi-disant régionalisme.

12Grave erreur ! Cette belle étude mériterait plutôt de figurer dans la bibliothèque de tout honnête homme éclairé, fût-il non spécialiste du domaine, aux côtés de celle d’une ethnologue avec laquelle il serait légitime de dresser maints parallèles. On se souvient qu’au sujet des habitants voisins de la centrale (nucléaire) de la Hague, F. Zonabend (1989) avait scruté les stratégies collectives d’intériorisation du danger par de subtils mécanismes d’adaptation ou d’occultation fatalistes. Les rhétais de Renouard expliquent qu’au sujet de l’autre « centrale » de Saint Martin de Ré, il n’y aurait rien à en dire parce qu’il ne s’y passerait rien !

13Le texte prouve assez le contraire. Soigné, agréable à lire en dépit d’un usage immodéré de métaphores basées sur des jeux de mots pas toujours très inspirés, nous avons affaire à un beau modèle d’enquête sociologique, à propos d’un objet difficile sur lequel on aurait pourtant cru ne pas apprendre grand-chose de nouveau, ce en quoi nous avions tort. À tous ceux qui ne la connaissent pas encore, nous nous permettrons alors ce conseil : lisez cette étude avant de visiter l’île, le détour vous donnera l’occasion d’y apparaître en touriste moins innocent que la moyenne !

Haut de page

Bibliographie

Combessie, P., 1996, Prisons des villes et des campagnes. Étude d'écologie sociale, Paris, Éditions de l'Atelier, éditions ouvrières.

Zonabend. F., 1989, La presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Compte rendu du livre de Jean-Marie Renouard, Baigneurs et bagnards, tourismes et prisons dans l’île de Ré, Paris, L’Harmattan, 2007 », Champ pénal/Penal field [En ligne], Archives, mis en ligne le 04 octobre 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://champpenal.revues.org/2791

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org