Navigation – Plan du site
Les criminologiques de Tarde
Partie 2. La criminologie de Tarde au risque du présent

Hypothèses sur la filiation Tarde-Deleuze à travers la criminologie

Laurence Saquer

Texte intégral

1L’entreprise de réédition aux Empêcheurs de penser en rond des œuvres de Gabriel Tarde s’ouvre par la réédition de Monadologie et Sociologie, article paru en 1893 sous le titre « Les monades et la Science Sociale » dans la Revue Internationale de Sociologie1 puis repris en 1895 dans Essais et mélanges sociologiques2 sous le titre tel qu’il est proposé aujourd’hui. Préfacé par Éric Alliez, Monadologie et Sociologie a cette particularité de présenter les principes essentiels de la philosophie de Tarde et de fournir la porte d’entrée à l’ensemble de la réflexion philosophique de notre auteur3. Plus précisément, ce texte fait état des interrogations de Tarde sur les conditions d’apparition des phénomènes du monde réel : comment apparaît une coutume, comment apparaît un comportement social, comment naît un groupe, etc. ? Pour répondre à ce type de questions, Tarde propose une réflexion fondamentale sur l’origine et les conditions d’avènements de ce type de phénomènes, réflexion dont il dégagera un calque, un schéma selon lui applicable à tous phénomènes sociaux.

2Les œuvres de Tarde ont été rééditées sous la direction d’Éric Alliez4 et l’ensemble de ces ouvrages ont été préfacés par des lecteurs ou disciples5 de Gilles Deleuze (1925-1995). Cette particularité a son explication.

3Dès 1956, Deleuze cite Tarde dans ses écrits et c’est à partir des rééditions de 1999 qu’il sera fréquemment rendu à Deleuze la paternité du renouveau tardien6 notamment à travers l’analogie du rhizome et de la monade, du flux et de l’action interindividuelle, etc. Ces notions méritent ici un éclaircissement pour la poursuite de la démonstration envisagée.

4D’après Monadologie et sociologie7, il faut entendre par monade – terme tardien – élément provenant de la sphère de l’infiniment petit et constitutif du réel. Cette monade est capable, selon Tarde, d’inspirer une configuration globale de la sphère dans laquelle elle évolue parce qu’elle se lie, se connecte avec les autres monades – à travers le mécanisme de répétition-opposition-adaptation8 – et produit petit à petit un monde précis. Il faut souligner ici la multiplicité des réseaux et donc des mondes. Pour être plus précis, indiquons qu’appréhendée d’un point de vue sociologique, une monade, qui est un élément, peut être un individu ou bien un groupe. La monade peut prendre aussi la forme d’une tradition ou d’une coutume. Par conséquent, d’après Tarde, une monade/individu qui se connecte avec une autre monade/individu forme un groupe et une monade/groupe qui se connecte avec une autre monade/groupe forme une société etc., et les liens qui permettent cette configuration ne sont rien de moins que des liens sociaux ou des actions interindividuelles qui, sous la plume tardienne, revêtent la forme de la répétition, de l’opposition et de l’adaptation.

5Par ailleurs, il faut entendre par rhizome – terme deleuzien largement développé dans Mille Plateaux9 – point de connexion du monde réel qui une fois connecté à d’autres rhizomes détermine la configuration générale d’un monde appréhendé qui se présente alors sous la forme d’un réseau. Les connexions qui lient les rhizomes entre eux constituent ce que Deleuze et Guattari appellent des lignes ou segments qui tissent la toile du réseau.

6On peut le constater d’ici : monade (d’après Tarde, 1999 (1893)) et rhizome (d’après Deleuze, Guattari, 1980) désignent le même état et retranscrivent parallèlement des approches similaires du monde réel.

7L’influence de Tarde sur Deleuze est à peine voilée dans les écrits de ce dernier et il semble évident que les nombreuses évocations de Tarde dans les œuvres deleuziennes10 n’ont pas pu échapper aux lecteurs avertis de Deleuze.

8Ainsi, une entreprise de réédition menée par des disciples deleuziens du fait de l’influence de Tarde sur Deleuze invite à s’interroger sur la filiation conceptuelle qui semble se dégager des parallèles manifestes entre ces deux systèmes de pensée. Néanmoins, dans le cadre de cette journée d’étude, il convient d’orienter cette problématique vers un questionnement dont le troisième acteur serait la criminologie.

9En conséquence, le lien privilégié qui est probant en philosophie entre Tarde et Deleuze emprunte-t-il aussi la voie de la criminologie ? Ou plus précisément, la criminologie fournit-elle un moyen d’accès à la filiation Tarde-Deleuze ?

10Dans un premier temps, il s’agira de relever et d’exposer les évocations de Tarde à travers trois textes de Gilles Deleuze (1968 ; 1980 ; 1986) pour cadrer au mieux le lien entre nos deux auteurs. Puis, à partir de l’analyse de ces évocations, il conviendra d’expliciter l’hypothèse selon laquelle la criminologie pourrait éventuellement constituer une porte d’entrée à l’étude de cette filiation.

11Les trois citations qui suivent sont extraites d’ouvrages de Gilles Deleuze. Les deux premières s’attachent à présenter rapidement un point théorique tardien tandis que la troisième propose un lien éventuel entre Gabriel Tarde et Michel Foucault (1926-1984).

12La première évocation de Tarde dans un écrit deleuzien date de 1956. Elle apparaît dans le cadre d’un article intitulé « La conception de la différence chez Bergson »11. Si cette première citation évoque un Tarde qui caractérisait sa propre philosophie comme une philosophie de la différence et la distinguait des philosophies de l’opposition12, l’injection de Tarde dans le raisonnement deleuzien est rendue manifeste par cette note de 1968, visible dans Différence et répétition, tenue la plupart du temps pour responsable de la filiation qui nous occupe13.

13Dans Différence et répétition et plus précisément dans le chapitre portant le titre « La répétition pour elle-même », Deleuze présente Tarde comme un philosophe de la différence arborescente et productrice. Puis, du rappel succinct qu’il fait de la triade tardienne (répétition, opposition, adaptation), il désigne le système de Tarde comme « une dialectique de la différence et de la répétition, qui fonde sur toute une cosmologie la possibilité d’une microsociologie »14, car c’est bien sur ce point précis, la microsociologie, que Deleuze entend déceler l’essence de Tarde et son système dans sa globalité. À ce stade, il faut comprendre la microsociologie comme étant une sociologie qui insiste sur la valeur fondamentale des éléments – monades – qui évoluent au niveau infinitésimal du monde réel et qui accorde à ceux-ci la responsabilité de la configuration du niveau « supérieur », plus exactement du niveau « suivant ». Deleuze explique ainsi la microsociologie de Tarde : Ce que Tarde instaure, c’est la microsociologie, qui ne s’établit pas nécessairement entre deux individus, mais est déjà fondée dans un seul et même individu (par exemple, l’hésitation comme "opposition sociale infinitésimale", ou l’invention comme "adaptation sociale infinitésimale")15. Ainsi, un individu qui hésite puis prend une décision en raison de son appartenance sociale ou de la strate culturelle dont il est issu est un des objets de la microsociologie telle que Tarde l’envisage.

141980 : Deleuze précise son appréhension de la microsociologie tardienne dans Mille plateaux16 dans le cadre du chapitre « Micropolitique et segmentarité ». Deleuze introduit une nouvelle fois l’évocation de la pensée tardienne, la présentant de façon identique à la note précédente mais en y faisant état, cette fois-ci, du flux propagé, binaire puis conjugué, c’est-à-dire la répétition, l’opposition et l’adaptation, ce mécanisme inter comme intra individuel mais ce mécanisme qui s’opère toujours entre deux éléments ou monades – que ces éléments soient internes ou externes à l’individu – parce que Tarde, de toutes façons, n’a jamais fait qu’étudier les flux et non les individus17, l’imitation et non l’imitateur.

15Enfin, la troisième et dernière citation choisie est extraite du chapitre « Les stratégies ou le non-stratifié : la pensée du dehors (pouvoir) », visible dans l’ouvrage de Deleuze sur Michel Foucault publié en 198618. Deleuze y suggère l’association de la pensée de ce dernier et de la définition qu’il propose du pouvoir en tant que microphysique ou « anatomie politique du détail »19 à la microsociologie de Tarde. Naturellement, ce rapprochement entre microphysique foucaldienne et microsociologie tardienne n’a de sens que si cette dernière a, selon Deleuze, pour objet « les rapports diffus, infinitésimaux, ni les grands ensembles ni les grands hommes, mais les petites idées des petits hommes »20.

16Mais précisons notre démarche et avouons que l’intérêt de cet extrait réside dans les renvois à Surveiller et punir, Naissance de la prison (1975) de Michel Foucault, ouvrage qui livre une réflexion sur le pouvoir punitif et carcéral et qui en ce sens opère la connexion avec notre troisième acteur : la criminologie. Par ailleurs, selon Deleuze, des analogies entre Tarde et Foucault seraient envisageables du point de vue de cet ouvrage.  

17Précisons le cercle référentiel qui existe entre Gabriel Tarde et Michel Foucault et  dont Deleuze se fait le vecteur : 1) en 1980, dans Mille plateaux et plus précisément dans le cadre d’un paragraphe qui rend très concrètement hommage à Tarde21, Deleuze renvoie le lecteur à la « micro physique du pouvoir » de Surveiller et Punir et 2) en 1986, Deleuze réitère cette proposition d’après une nouvelle analyse de l’approche micro dans son Foucault22.

18Analysons maintenant les suggestions deleuziennes.

191) Le chapitre de Surveiller et punir, « Discipline. Les corps dociles », auprès duquel Deleuze renvoie à Tarde, fournit l’explication de la constitution de la discipline en termes généraux, son émergence et ses particularités. Mais ce qui nous intéresse ici – et ce vers quoi Deleuze semble vouloir nous conduire – n’est pas tant la discipline elle-même, en tant que forme d’application du pouvoir, ni ce qu’elle prétend, mais bien la façon dont elle s’est constituée en tant qu’élément advenu. Son apparition n’a pas été soudaine : elle est un élément et tout autant qu’elle cadre ou "discipline" les individus, les comportements, les corps, elle-même fut cadrée ou "disciplinée" d’une certaine façon… car advenue. Aussi, avant de se révéler indépendamment et de s’individualiser, la discipline a été l’objet d’une connexion multiple ou, pour citer Foucault, elle est le produit d’un ensemble de processus souvent mineurs, d’origine différente, de localisation éparse, qui se recoupent, se répètent ou s’imitent, prennent appui les uns sur les autres […] entrent en convergence et dessinent peu à peu l’épure d’une méthode générale23. Foucault n’hésite pas à nommer cet ensemble « invention »24 pour signifier un résultat, un avènement issu de stratégies ou petites ruses dotées d’un grand pouvoir de diffusion25. Foucault, en outre, termine sur cette phrase : La discipline est une anatomie politique du détail26 pour signifier la progression minutieuse de chaque apprentissage – nouveau geste, nouveau comportement – et insister sur la discipline en tant que "finalisation" d’une multitude de rayonnements, de connexions, qui, à un moment donné, s’entrecroisent au sein d’un individu et de fait forment une ou la discipline – que l’on peut entendre comme réseau.

20Comment relever l’intérêt "tardien" de cette réflexion ?

21Les termes employés par Foucault – multiplicité, invention et diffusion – font naturellement penser à la progression constitutive du réel que Tarde développe en 1893 dans Monadologie et Sociologie où il place la monade à l’origine du lien social. En termes foucaldiens, la monade devient comportement ou plus précisément technique du corps. Comme cela a déjà été précisé, la monade peut être entendue comme individu ou élément constitutif du réel pourvu d’une force agissante et vivante grâce à ses connexions avec les autres monades dans la sphère de l’infinitésimal. En ce sens, elle est un modèle, un calque épistémologique qui suggère qu’une technique du corps ajoutée à une autre technique du corps puissent constituer à terme une discipline.  

22Ainsi, la monade tardienne comme le corps foucaldien sont tous deux des vecteurs grâce auxquels une invention advient. Et comme pour une nouveauté sociale qui ne serait pas adoptée par un individu d’abord, plusieurs ensuite, si le nouveau geste ou comportement foucaldien ne s’actualise pas par le biais de l’individu qui joue le jeu de la discipline, cette invention reste en suspens ou avorte. Puis de la reproduction et de l’adaptation qu’il peut être faite de l’invention – donc de la connexion ou de la mise en présence simultanée de différentes techniques – la discipline prend corps tel un agencement de multiplicités27 éparses et d’origine différente pour reprendre les mots de Foucault employés plus haut. Alors, si l’on revient à ce que Foucault dit lui-même, il convient de replacer [les minuties] non seulement dans la solidarité d’un fonctionnement, mais dans la cohérence d’une tactique28, de la même manière que Tarde nous indiquait, très solennellement, que livrée à elle-même […] une monade ne peut rien29.

232) Le passage que Deleuze suggère dans Foucault est un extrait du chapitre « Discipline. Le panoptisme ». Deleuze propose de lire ce passage sur les « minuscules inventions »30 car, dit-il, ce texte [est] très proche de Tarde31. L’extrait en question explique la chose suivante : D’un mot, dit Foucault, les disciplines sont l’ensemble des minuscules inventions techniques qui ont permis de faire croître la grandeur utile des multiplicités32 ou encore c’est pour faire croître les effets utilisables du multiple que les disciplines définissent des tactiques de répartition, d’ajustement réciproque des corps, des gestes et des rythmes, de différenciation des capacités, de coordination réciproque par rapport à des appareils ou à des tâches33.

24De la discipline ainsi exposée, nous pouvons retenir qu’elle objective les oppositions et favorise les contradictions : de façon plus générale, la discipline fournit un cadre, pas nécessairement harmonieux – il n’est pas question d’harmonie générale – mais d’expression et d’ordonnance des multiplicités humaines34. Cependant, pourquoi Deleuze nous renvoie-il à ce texte ?

25Les ajustements et coordinations réciproques des corps à des appareils ou à des tâches s’inscrivent dans l’idée d’une progression permanente et constitutive du réel où stratégies, duels logiques, adaptations ou compromis tissent la toile du social. Dans les Lois de l’imitation, Tarde évoque le besoin impérieux d’unité35 qui signifie l’accord ou la logique sociale, cette sorte d’algèbre [qui] règle les soustractions et les additions36 des volontés multiples. Ce besoin a cette tendance créatrice […] [qui] s’accorde toujours avec la tendance critique des croyances par l’élimination des inventions ou des découvertes en contradiction avec la majorité des autres37. Tarde suggère de cette façon la mise en adéquation des multiplicités pour les faire tenir ensemble ou, plus exactement, en termes foucaldiens, coexister utilement38 par le biais de duels logiques et adaptations successives. Pour illustrer son propos, Tarde donne l’exemple de la voiture et du piston à vapeur [qui] ont longtemps coexisté sans qu’on ait songé (toujours moyennant d’autres inventions) à voir dans le piston à vapeur le moyen de faire marcher la voiture39. De cette façon, nous pouvons revenir à Foucault qui affirme que les disciplines sont des techniques pour assurer l’ordonnance des multiplicités humaines40.

26Au terme de ces deux passages, une technique du corps est constitutive d’une discipline dans la mesure où un corps, un individu l’adopte et l’ajoute à d’autres techniques. La discipline ainsi obtenue sera différente de la précédente – celle dans laquelle cette nouvelle technique était absente – et c’est en ces termes qu’il faut comprendre l’idée d’ajustement et de coordination réciproque telle que Foucault la présente.  D’autre part, la discipline, dont le fait est d’être apparue sous l’influence simultanée d’autres éléments – c’est-à-dire des techniques qui viennent d’être évoquées – est donc à son tour un élément, comme un autre.

27Alors, de la constitution de l’épure d’une méthode générale41 se révèle l’importance d’une anatomie politique du détail42 qui fait écho à une monadologie tardienne qui ne cesse d’affirmer que tout part de l’infinitésimal et [que] tout y retourne […] que l’infiniment petit, autrement dit l’élément, est la source et le but, la substance et la raison de tout ?43.

28Nous avions proposé de lire la filiation Tarde-Deleuze – qui est une évidence en termes philosophiques – à travers le prisme de la criminologie pour tester cette filiation sur une nouvelle strate. Pour cela, il a semblé intéressant de saisir les évocations parallèles que Gilles Deleuze fait de Gabriel Tarde et de Michel Foucault dans la mesure où la réflexion que celui-ci a menée dans Surveiller et punir s’inscrit dans un cadre criminologique.

29De la mise à l’épreuve des conceptions tardiennes aux développements foucaldiens, quelques observations peuvent être énoncées.

30Dans un premier temps, il apparaît que la constitution de la discipline en tant qu’élément est identique à la constitution d’un phénomène social selon Tarde. D’abord attitude isolée, une technique s’intègre dans un cadre disciplinaire dès lors qu’elle se voit correspondre à un ensemble lequel ne serait plus le même si ce comportement en était absent. Pour Tarde, rappelons qu’une monade isolée, coupée des connexions possibles avec les autres monades, n’a aucune capacité à créer, à innover, à porter la nouveauté44. Rappelons aussi la réflexion suivante que Tarde porte sur le fondement du mode d’apparition des phénomènes : Le caractère bizarre et grimaçant de la réalité, visiblement déchirée de guerres intestines suivies de boiteuses transactions, suppose la multiplicité des agents du monde. Leur multiplicité atteste leur diversité, qui peut seule lui donner une raison d’être. Nés divers, ils tendent à se diversifier, c’est leur nature qui l’exige ; d’autre part, leur diversité tient à ce qu’ils sont, non des unités, mais des totalités spéciales45. Nous sommes donc sur un registre différentiel qui justifie la modification permanente d’une phénomène à mesure qu’un nouveau élément vient se greffer à lui. Cela nous conduit ainsi à Deleuze et Guattari qui, dans « Rhizome », fournissent une explication supplémentaire à cette approche : Un agencement [qui peut-être tout autant une discipline qu’une sphère du réel] est précisément cette croissance de dimensions dans une multiplicité qui change nécessairement de nature à mesure qu’elle augmente ses connexions46.

31La seconde observation va permettre de répondre plus précisément à la problématique présentée en début de réflexion. Est-ce que la criminologie constitue une voie d’accès particulière et pertinente à la filiation Tarde-Deleuze ?

32Les éléments dégagés de cette réflexion ont principalement permis de mettre en relief un cadre terminologique propre à chacun des auteurs mobilisés. 1) Gabriel Tarde parle de phénomènes sociaux (groupe, tradition, coutume…) en termes de monade, élément infiniment petit, pour signifier son approche particulière de la monadologie. Il ne paraît pas superflu ici de rappeler les termes de cette approche : J’explique, dit Tarde, les similitudes d’ensemble par l’entassement  de petites actions élémentaires, le grand par le petit, le gros par le détail47. Ainsi, un comportement social apparaît puis subsiste dès lors qu’il est adopté par le plus grand nombre d’individus. 2) Michel Foucault, quant à lui, suggère l’accommodation et la reformulation d’une discipline en fonction de la nouveauté qui viendra d’une nouvelle technique du corps. Si une nouvelle technique apparaît, elle conduira une discipline déjà existante et à laquelle elle correspond à se redéfinir et à se reformuler. 3) Enfin, Deleuze et Guattari envisagent le même type d’approche en terme de rhizome et d’agencement – qu’il faut entendre comme réseau – en indiquant plus précisément que ce dernier se modifie à mesure que grandit le nombre de ses connexions.

33En définitive, si ces développements permettent de constater qu’il existe un cercle référentiel entre ces trois auteurs et que l’ensemble des schémas proposés par Tarde, Foucault et Deleuze, lorsqu’ils expriment cette idée de monadologie, de discipline ou d’agencement, n’ont de différence qu’au niveau du vocabulaire employé pour les exprimer, il n’apparaît pas que la criminologie soit la voie d’accès privilégiée à l’étude de la filiation Tarde-Deleuze. Elle fournit un cadre infime à l’appréhension de cette dernière mais les clés de compréhension qui s’en dégagent sont bien insuffisantes dès lors qu’elles se limitent à l’étude d’un champ lexical.

34Néanmoins, il ne sera pas anecdotique de préciser, à la fin de cette démonstration, que selon Peter Sloterdijk, Gabriel Tarde pourrait se révéler comme étant celui auprès duquel on aurait pu apprendre le vocabulaire et la syntaxe à l’aide desquels on peut écrire correctement une société moderne48.

Haut de page

Bibliographie

ALLIEZ É., Les temps capitaux (préface de DELEUZE G.), 2 tomes, Paris, Cerf, 1991, 1999.

ALLIEZ É., 1993.La signature du monde ou Qu’est-ce que la philosophie de Deleuze et Guattari ?, Paris, Cerf,

ALLIEZ É. , 1998, Gilles Deleuze. Une vie philosophique, Le Plessis-Robinson, Synthélabo.

ALLIEZ É., «Tarde et le problème de la constitution» in TARDE G., Monadologie et Sociologie, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. «Les empêcheurs de penser en rond», 1999 (éd. originale 1893).  

DELEUZE G. , 1968, Différence et répétition, Paris, PUF, coll. «Bibliothèque de Philosophie contemporaine».

DELEUZE G., 2002, « La conception de la différence chez Bergson », in DELEUZE G. L’île déserte et autres textes, Paris, Minuit, 43-72.

DELEUZE G. , 2004, Foucault, Paris, Minuit (1ère éd. 1986).

DELEUZE G. & GUATTARI F. , 1980, Mille plateaux, Paris, Minuit, coll. « Critique ».

FOUCAULT M. , 2001, Dits et écrits I, 1954-1975, Paris, Gallimard, coll. « Quarto » (1ère éd. 1994).

FOUCAULT M, 2004., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, coll. « Tel » (1ère éd., 1975).

JOSEPH I., « Gabriel Tarde : le monde comme féerie », préface à TARDE G., Les lois sociales, Le Plessis-Robinson, coll. « «Les empêcheurs de penser en rond», 1999 (éd. originale 1898).

KARSENTI B., Présentation, in TARDE G., Les lois de l’imitation, Paris, Kimé, 1993 (éd. originale 1890).

LATOUR B., «Pourquoi viens-tu si tarde ? Comment trouver un successeur au structuralisme ?», La Recherche, mai 1999, 320.

LATOUR B. , «Le retour de Gabriel Tarde», Le Monde des débats, février 2000, 11.

LAZZARATO M., 1999, Postface, « Gabriel Tarde : un vitalisme politique », in TARDE G., Monadologie et sociologie, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. Les empêcheurs de penser en rond (éd. Originale, 1893).

MARTIN J.-C. , 1999, Préface « Tarde aujourd’hui », in TARDE G., L’opposition universelle, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. Les empêcheurs de penser en rond (éd. Originale, 1897).

MILET J., Gabriel Tarde et la philosophie de l’Histoire, Paris, Vrin, 1970.

SCHERER R., «Homo ludens - Des stratégies sociales», in TARDE G., La logique sociale, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. «Les empêcheurs de penser en rond», 1999a (éd. originale 1893).

SCHERER R. «Fin de siècle - Une utopie esthétique» in TARDE G., Fragment d’histoire future, Biarritz, Séguier, 1999b (éd. originale 1896).

SLOTERDIJK P., Ni le soleil ni la mort, Paris, Pauvert, 2003 (éd. originale 2001).

TARDE G., Les lois de l’imitation, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2001 (éd. originale 1890).

TARDE G., Monadologie et Sociologie, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. «Les empêcheurs de penser en rond», 1999 (éd. originale 1893).

TARDE G., « Les monades et la Science Sociale », Revue Internationale de Sociologie, tome I, 1893, 157-173 ; 231-246.

TARDE G., La Logique Sociale, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. «Les empêcheurs de penser en rond», 1999 (éd. originale 1893).

TARDE G., Essais et mélanges sociologiques, Lyon-Paris, Storck-Maloine, coll. « Bibliothèque de criminologie », 1895.

TARDE G., Les Lois Sociales, Le Plessis-Robinson, coll. « «Les empêcheurs de penser en rond», 1999 (éd. originale 1898).

Haut de page

Notes

1 Tarde, 1893, 157-173 ; 231-246.
2 Tarde, 1895, 309-390.
3 Voir Espinas, cité par J. Milet, 1970, 70.
4 Alliez, 1993 ; 1991/1999 ; 1998.
5 Alliez, 1999 (1893) ; Lazzarato, 1999 ; Schérer, 1999a (1893) ; 1999b (1896) ; Martin, 1999 (1897) ; Joseph, 1999 (1898)…
6 Alliez, 1991-1999.,  9.
7 Tarde, 1999 (1893).
8 Voir Tarde, 1999 (1898),  pour une présentation de cette triade.
9 Deleuze, Guattari, 1980.
10 Voir notamment Deleuze, 1968, 104-105 ; Deleuze, Guattari, 1980, 267-268.
11 Deleuze, 2002, 43-72, paru en 1956 in Les études bergsoniennes, vol. IV.
12 Idem., 57.
13 Alliez, 1999 (1893), 9.
14 Deleuze, 1968, 105.
15 Ibid.
16 Deleuze, Guattari, 1980.
17Voir Latour, 1999, 81 ; Karsenti, 1993 (1890), XVII. Deleuze avait déjà fait cette précision : une micro-imitation semble bien aller d’un individu à un autre. En même temps, et plus profondément, elle se rapporte à un flux ou à une onde, et non pas à l’individu, in Deleuze, Guattari, 1980, 267.
18 Deleuze, 2004 (1986).
19 Foucault, 2004 (1975), 163  .
20 Deleuze, 2004 (1986), 81.
21 Deleuze, Guattari, 1980, 265 où Deleuze dit précisément : Soit l’analyse de Foucault, et ce qu’il appelle "microphysique du pouvoir", dans Surveiller et punir : […] il s’agit bien de mécanismes miniaturisés, de foyers moléculaires qui s’exercent dans le détail ou dans l’infiniment petit, et qui constituent autant de "disciplines" à l’école, à l’armée, en usine, en prison, etc.
22 Quant à Foucault lui-même, il ne cite guère Tarde. Le nom de notre auteur apparaît cependant dans un article de 1969 intitulé « Linguistique et sciences sociales » et de façon plutôt subliminale. Voir Foucault, 2001 (1994), 854.
23 Foucault, 2004 (1975), 163.
24 Idem., 162.
25 Ibid..
26 Ibid.
27 Il faut entendre ici multiplicité comme synonyme d’élément. Voir Deleuze, Guattari, 1980, 45-46.
28 Foucault, 2004 (1975), 163.
29 Tarde, 1999 (1893), 66.
30 Deleuze, 2004 (1986), 81 note 6.
31 Ibid.
32 Foucault, 2004 (1975), 256-257 .
33 Idem, 256.
34 Idem, 254.
35 Tarde, 2001 (1890), 209.
36 Ibid.
37 Ibid.
38 Foucault, 2004 (1975), 256-257.
39 Tarde, 2001 (1890), 211-212.
40 Foucault, 2004 (1975), 254.
41 Idem, 163.
42 Ibid.
43 Tarde, 1999 (1893), 39.
44 Ibid., 66.
45Ibid., 93.
46 Deleuze, Guattari, 1980, 15.
47 Tarde, 1999 (1898), 63, note 1.
48 Sloterdijk, 2003 (2001), 91.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Saquer, « Hypothèses sur la filiation Tarde-Deleuze à travers la criminologie », Champ pénal/Penal field [En ligne], XXXIVe Congrès français de criminologie, Les criminologiques de Tarde, mis en ligne le 14 septembre 2005, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/280 ; DOI : 10.4000/champpenal.280

Haut de page

Auteur

Laurence Saquer

Laurence Saquer est doctorante en sociologie (Paris V-René Descartes) et ATER (Université d’Évry, département de Droit)

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org