Navigation – Plan du site
Les criminologiques de Tarde
Partie 2. La criminologie de Tarde au risque du présent

La question de la responsabilité chez Gabriel Tarde

Hélène L’Heuillet

Texte intégral

1Gabriel Tarde peut-il encore aujourd’hui nous enseigner quelque chose sur les questions de la responsabilité et de l’irresponsabilité ? C’est ce que je vais essayer de montrer en m’appuyant notamment sur la lecture de son ouvrage La philosophie pénale, paru, comme Les lois de l’imitation, en 1890 confirmant la renommée du juge d’instruction de Sarlat, déjà connu pour La  criminalité comparée, publiée en 1886.

2De nombreuses choses, pourtant peuvent nous éloigner de Tarde — n’étaient cet anniversaire, et, ici, la proximité géographique avec les lieux de son existence. Son style, ses problématiques, ses combats peuvent nous sembler appartenir au lointain XIXe siècle. Il convient de toute façon d’éviter le “ présentisme ” et de chercher dans un auteur qui fut injustement éclipsé par la victoire de la sociologie durkheimienne, la réponse à toutes nos questions. La pensée de Tarde peut néanmoins constituer un fragment du débat, au sens fort : un morceau que nous avons conservé et qui doit être mis au jour.  Il y a en effet quelques trouvailles à faire chez Tarde pour comprendre les problèmes qui se posent à nous aujourd’hui à propos de la responsabilité. Plutôt que de tenter de la prendre en défaut, je voudrais essayer de faire crédit à cette pensée. La force qui anime celle-ci tient en tout premier lieu aux enjeux théoriques et pratiques de l’engagement intellectuel de Gabriel Tarde, ainsi qu’aux prolongements que nous pouvons lui donner à notre époque.

3Enjeux

4L’ambition de Tarde est d’abord théorique. Elle se présente en effet comme une tentative de refondation de la théorie de la responsabilité. Celle-ci, selon lui, ne doit pas reposer sur la seule hypothèse de la liberté de la volonté. Considérer la responsabilité comme une conséquence du libre arbitre, c’est la rendre incapable de résister à l’opposition du déterminisme. Combattre le positivisme de l’école criminologique italienne représentée par Lombroso et Ferri, tel est en effet le but de Gabriel Tarde (Tarde, 1890). C’est contre le risque d’irresponsabilité induit, à ses yeux, par le déterminisme, que se forge sa doctrine de la responsabilité. Il s’agit, pour lui, de parvenir à mieux distinguer le criminel et le fou, là où le positivisme criminologique et sociologique, en naturalisant le crime, tendent inévitablement à les confondre, malgré leurs éventuelles déclarations d’intention (Renneville, 2003)1. Pour y parvenir, Tarde construit une conception de la personnalité psychologique et morale toujours intéressante à de nombreux égards.

5Mais l’enjeu théorique comprend aussi un enjeu pratique. Tarde prend non seulement appui sur la pratique de magistrat, mais cherche à faciliter celle-ci par le moyen de la pensée — jusque dans la dimension spéculative de celle-ci. Dans la biographie de Tarde, c’est en effet la question “ comment juger ? ” qui est à l’origine de la démarche théorique : Le juge doit être avant tout un moraliste éclairé, psychologue et sociologue à la  fois (Tarde, 1890). Or, la question du droit de punir requiert que soit résolu le problème de la responsabilité, devenu opaque à l’époque où Tarde écrit, en raison notamment du développement des sciences de l’homme. Avant même la culpabilité — ou plutôt en supposant réglée la question policière de la culpabilité de l’accusé (Tarde, 1890)2 —, c’est l’articulation pénalité/responsabilité qui oblige à avoir recours à la psychologie et à la sociologie :

À quelles conditions et dans quelle mesure l’individu est-il responsable de ses actes nuisibles à ses concitoyens ? Cette question très simple, qui est le point fondamental en pénalité, est en train de paraître aussi insoluble que le problème de la quadrature du cercle (Tarde, 1890).

6Le dernier enjeu est externe et concerne plus directement notre actualité que la pensée même de Gabriel Tarde. À l’heure où après la critique de le répression des années 70, c’est l’impunité qui est devenue insupportable, Tarde nous enseigne le geste qu’il a lui-même accompli dans un autre contexte : les questions fondamentales doivent être reposées. Il convient donc de se redemander pourquoi punir ?, qui est punissable ?, ou encore qu’est-ce qu’un être punissable ? Comme à Tarde, mais pour des raisons différentes, le problème de la responsabilité, pierre angulaire de tout système pénal  (Tarde, 1890) se repose à nous. Il est paradoxal d’aller chercher chez un auteur qui tente de fonder la responsabilité morale, et s’oppose avec virulence à ce qui lui paraît être une montée de l’irresponsabilité, un instrument théorique capable de modérer l’inflation actuelle de la responsabilité et le recul de l’irresponsabilité dans les consciences. C’est cependant, précisément, ce décalage de perspective qui rend la leçon de Tarde si précieuse pour nous aider à comprendre où nous en sommes.

7Je vais essayer de déplier les questions de Tarde à la lueur des nôtres, en montrant dans un premier temps comment celui-ci reformule la question de la responsabilité du sujet — qu’il nomme la responsabilité morale —, et comment il en dégage une théorie de la société, analysant la difficile question de la “ responsabilité sociale ”, pour en déduire sa doctrine de la punition et de la responsabilité pénale.

I. La  responsabilité morale

8La responsabilité morale constitue, chez Gabriel Tarde, la matrice de la doctrine de la responsabilité. C’est d’elle que tout découle, mais c’est elle qui pose aussi le plus de problèmes — étant aisément mise en défaut par le déterminisme.

Ce que n’est pas la responsabilité

9Le déterminisme est irrécusable. Le nier reviendrait à aller contre la science — ce qui est absurde. L’irresponsabilité semble donc nécessairement première. Comment un sujet pourrait-il répondre d’actes, mais aussi de comportements, de pensées et de paroles que les sciences humaines nous apprennent à ranger sous des lois, à l’instar des phénomènes de la nature ? Avant de s’opposer à l’école italienne, Tarde lui accorde de nombreux points de ses analyses. Il est impossible de régresser en deçà de l’apport lombrosien. L’école lyonnaise d’Alexandre Lacassagne dont Tarde est proche ne s’oppose pas à Lombroso sur ce point. La revue, les Archives de l’anthropologie criminelle, fondée par Lacassagne et à laquelle Tarde collabore, souligne, elle aussi, l’importance de la détermination sur la constitution du type criminel. Que cette détermination soit à leurs yeux sociale et non naturelle ne change rien au fait qu’elle est une détermination.

10Il y a certes bien une façon de sauver la responsabilité par l’idée du devoir. Dès lors que l’homme est considéré comme doué d’une volonté capable de se déterminer par la seule raison dans son usage pratique, il est nécessaire de penser qu’il connaît son devoir. Si tel est le cas, il peut être tenu pour responsable des actes qui peuvent lui être imputés : il en est alors, au sens fort, l’auteur. Cette solution est, à l’origine, celle de Kant, mais elle fut largement adoptée au delà de son auteur. La liberté est connue à partir du devoir, qui est un commandement de la raison pure pratique. Cette solution a l’avantage de ne pas nier le déterminisme. C’est ce qui conduit Tarde à affirmer sans nuance que ce grand penseur était déterministe, même s’il demeurait ébloui par l’idée fixe du devoir autant que par le ciel étoilé (Tarde, 1890). L’homme, en effet, selon Kant, ne cesse jamais d’être un phénomène déterminé par des lois. Il est bien un être explicable, et sa volonté, s’il est vrai qu’elle peut être autonome, est aussi hétéronome, c’est-à-dire empiriquement déterminée par diverses inclinations. Certes, Kant a raison : rien, dans l’expérience, ne nous permet de prouver l’existence de la liberté qui n’est pas un phénomène, mais rien, pour la même raison ne nous permet de la nier, car elle est d’un autre ordre. Kant prend l’exemple d’un mensonge à caractère de malignité par lequel un homme a introduit une certaine confusion dans la société3. On peut invoquer toutes sortes de causes empiriques capables d’expliquer son geste (mauvaise éducation, société pernicieuse, méchanceté ou irréflexion), on n’en blâme pas moins l’agent, et ce blâme est fondé sur une loi de la raison. On peut donc mettre totalement de côté de ce qu’il en a été de cette conduite, et l’action peut être attribuée selon une tout autre causalité — une causalité intelligible — de telle sorte que l’on peut dire que le menteur a, dans le moment même où il ment, l’entière responsabilité de ce qu’il fait.

11Mais cette solution, comporte aussi pour Tarde un inconvénient majeur, si l’on prend comme pierre de touche la pratique du jugement tel que l’exerce le juge d’instruction. C’est la conscience professionnelle qui oblige ici à réformer la pensée, et Tarde a des mots sévères pour les philosophes qui, égarés par leur engouement de l’absolu ne font que décliner des disjonctions exclusives (soit la certitude absolue, soit l’empirisme) et se privent ainsi de penser le probable, l’incertitude et, de manière générale, les degrés et la gradation (Tarde, 1890).

12Cette solution du problème de la responsabilité par l’argument du libre arbitre ne permet pas, en effet, de discriminer entre individus responsables et irresponsables. C’est tout et rien à la fois, et de manière absolue. En faisant reposer la responsabilité sur le libre arbitre, on aboutit en effet au résultat que chacun est d’un certain point de vue, celui de la causalité naturelle, déterminé et irresponsable, et d’un autre, celui de la causalité par liberté, responsable. La nature et la liberté, sont alors, pour reprendre les termes kantiens séparés par un abîme infranchissable, par un gouffre dans le langage de Gabriel Tarde4. Or, l’exercice même du métier de juge d’instruction oblige à distinguer des degrés de responsabilité. Une responsabilité graduée, une gradation dans la responsabilité, est impensable à partir de la volonté, qui depuis la définition cartésienne, est  immense et infinie ”5 et dont la liberté est de l’ordre du tout ou rien. Tarde ne tient pas pour autant le libre arbitre pour une erreur (Tarde, 1890), mais il considère que la liberté est la faculté de l’initiative, qu’elle est impliquée dans la nécessité, comme l’invention l’est dans l’imitation et n’entre pas dans la définition de la responsabilité. La  question de la responsabilité morale —  affirme Tarde en invoquant le savoir que chacun détient sur ces questions — n’est jamais celle de savoir en quoi un acte est ou non volontaire. Il faut donc changer de principe (Tarde, 1890). Mais qu’est-ce que la responsabilité, une fois écarté le libre arbitre ? (Tarde, 1890).

Ce qu’est la responsabilité

13La responsabilité, selon Tarde, ne repose pas sur la volonté mais sur l’identité. Il faut, d’après lui, admettre la légitimité du recours à la psychologie pour penser l’éthique —  solution résolument antikantienne. Un sujet peut répondre de son acte, de sa conduite, de ses paroles non s’ils sont vraiment volontaires (comment en décider vraiment ?) mais dès lors qu’ils les reconnaît comme siens. L’imputation peut se faire de manière littérale : le sujet est lui-même et se reconnaît, même s’il peut éventuellement admettre une part d’insu. On peut reconnaître en effet, dans l’insu, sa marque personnelle. Inversement, dans la folie, l’acte est volontaire, il n’est point mien (Tarde, 1890).

14Ce tour de force qui consiste à ne plus fonder la responsabilité sur le devoir et le libre arbitre mais sur l’identité est salué par Jacques Lacan qui considère que la philosophie pénale de Gabriel Tarde a mis en lumière  les conditions de la responsabilité du sujet6. Le problème  se pose en effet de manière similaire en psychanalyse : le déroulement de la cure psychanalytique, et les progrès qui en sont espérés, supposent bien une responsabilité du sujet alors même que la clinique est déterministe. Selon Lacan, la cure a même pour effet de restaurer cette responsabilité sans laquelle l’expérience humaine ne comporte aucun progrès (Lacan, posth., 2001, 125).

15Fonder la responsabilité sur l’identité permet d’échapper à la difficulté précédente. Ce n’est pas tout ou rien. Au contraire, l’identité ne se pense qu’à partir de degrés.  Il n’y a pas, en psychologie, d’identité absolue : l’identité ne se laisse pas ontologiser. Contre tout démontage sceptique de l’identité (Tarde, 1890), — qui reposerait sur l’idée que la permanence du moi est une illusion —, Tarde répond encore par la pratique. L’identité a une fonction pragmatique : elle n’est que ce qui nous assure d’un rapport avec la réalité. Il ne faut effectivement pas confondre le moi et le sujet, comme le montre la théorie psychanalytique, mais il ne faut néanmoins pas méconnaître l’importance du moi pour le sujet. Il ne s’agit pas ici de requérir une théorie du moi qui soit identité absolue et éternelle, mais il nous suffit d’une identité relative et temporaire (Tarde, 1890). Il n’existe aucune plénitude dans l’ordre de l’identité ; il n’y a au contraire toujours que des plus et des moins, et une échelle des degrés de l’identité personnelle (Tarde, 1890). Tarde ne s’appuie pas sur la psychanalyse, que Freud fonde cinq après la parution de la Philosophie pénale, mais sur la psychologie de Théodule Ribot. Ribot, au début des maladies de la personnalité, se demande ce qu’est l’individu. À cette question, il refuse de répondre de façon simple, car il n’y a pas, écrit-il, une conscience en général, mais des états de conscience 7. Il y a donc aussi des interruptions de la conscience 8. Le trouble d’identité, dans son extrême, peut se définir comme l’interruption en vertu de laquelle un sujet ne peut plus se reconnaître dans ses actes, et se trouve ainsi dans l’impossibilité de répondre de ceux-ci. La responsabilité implique donc “ un lien psychologique entre l’état antérieur durant lequel l’être jugé responsable a agi ou contracté et l’état postérieur durant lequel on le somme d’avoir à répondre de son acte ou à exécuter son contrat ” (Tarde,1890). En revanche donc, l’irresponsabilité procède de l’émergence d’un nouveau moi différent de l’ancien. La permanence, de manière générale, n’existe pas :

il est assez aisé de dire à un moment donné quand on voit de près une personne, jusqu’à quel point elle est restée la même qu’à une date antérieure ; mais nul ne peut dire à quel point elle a été libre en agissant. Admettons le libre arbitre, soit ; mais au moins doit-on reconnaître qu’il y a un avantage pratique des plus incontestables à faire reposer la responsabilité sur l’identité, qui est un fait patent, plutôt que sur la liberté qui est une force latente (Tarde, 1890).

16Ainsi, l’imputation change de sens ; certes l’imputation demeure une condition de la responsabilité. Mais pour Tarde, la nécessité de se reconnaître auteur d’un acte — qui distingue seule la responsabilité de la simple culpabilité, et fait de la responsabilité une notion proprement morale — requiert un jugement d’attribution personnel, qui passe par le sentiment de son identité, par ce qu’il nomme une foi en l’identité (Tarde, 1890). Tel est fondamentalement le souci de Tarde, d’après Lacan : maintenir, au siècle de la science, une foi en l’homme, ébranlée par le progrès des sciences de l’homme.

17Ce déplacement majeur —  véritable changement de paradigme — Tarde l’accomplit en dégageant les implications théoriques de la science statistique. L’œuvre de Tarde est, dans une certaine mesure, tout entière issue de cette réflexion sur les implications de la statistique. C’est cette contribution à l’avancée du savoir qui lui vaut d’être nommé en 1894 chef du service de la statistique au ministère de la Justice. Certes, Kant, déjà, n’avait pas méconnu l’existence de la statistique, mais il n’y voyait qu’une forme de déterminisme9. L’erreur est, selon Tarde, poursuivie par Quételet, et l’ensemble de la tradition sociologique. Ainsi, Durkheim se sert-il de la statistique seulement pour dégager des régularités10. Si l’on en reste là, selon Tarde : La  statistique (…) aboutirait partout à des séries uniformes, horizontalement déroulées et parfaitement comparables aux fameuses lois de la nature11, et elle conduirait alors à la même irresponsabilité que tout autre déterminisme.

18Or, si la statistique révolutionne la manière de penser la responsabilité, c’est parce qu’elle permet de mesurer le changement social. L’important, dans ce que saisit la statistique, ne réside pas tant dans la régularité que dans la mise au jour de l’invention. La société n’est pas fixe. Certes, la statistique n’a pas pour objet l’individu : elle ne s’occupe pas de Pierre ou Paul (Tarde, 1890). Elle oblige pourtant, si elle guette le changement social, à découvrir que la logique sociale réside dans l’interaction des individus, et elle invite à retrouver les actes individuels dont les faits sont faits. Dès lors, concernant la responsabilité :

la grande question, théorique et pratique en même temps, ce n’est pas de savoir si l’individu est libre ou non, mais si l’individu est réel ou non (Tarde, 1890).

19L’analyse des statistiques criminelles, pour Tarde, n’est réellement possible que si l’on ne néglige pas l’explication psychologique. On peut ainsi prendre l’exemple qui a paru remarquable à Raymond Boudon, et qui se trouve dans La criminalité comparée. Tarde y montre en quoi la décroissance des appels interjetés par le parquet, pour une période donnée pendant laquelle la proportion des appels demandés par les condamnés demeure stable, ne s’explique que par le fait que les magistrats du parquet prennent exemple les uns sur les autres12. Tarde retrouve dans les faits sociaux ce qu’il nomme les croyances et le désir.

20Mais alors à quelle forme de relation de l’individu au social cette interaction que Tarde nomme ici exemple et ailleurs imitation et autres synonymes conduit-elle ? Ce que la statistique psychologique permet de penser, ce n’est pas l’individu atomisé, mais l’individu dans la société. La responsabilité morale n’a aucun sens si on la considère comme seulement conditionnée par l’identité personnelle. Si la responsabilité morale, en tant qu’elle repose sur l’identité personnelle suppose chez un sujet un lien psychologique entre l’avant et l’après, elle implique aussi un lien social (…) entre les individus jugés responsables (Tarde, 1890). Le social s’explique in fine par l’individuel, qui renvoie lui-même au social. Par imitation, il faut en effet entendre au sens large une action à distance d’un esprit sur un autre13, un jeu d’influences. Si la statistique est un instrument de description des infimes variations du social, elle mène à une définition de l’individu telle que celui-ci ne se trouve pas abstrait de sa consistance sociale14, et reste crédible sur le plan anthropologique et psychologique — ce qui n’est pas le cas du sujet à dominante rationnelle des pensées contractualistes. Comment comprendre que la responsabilité implique un lien social ? Quel lien existe-t-il entre responsabilité morale et responsabilité sociale ?

II. La question de la responsabilité sociale

21En suivant la lettre du texte de Tarde, il faut dire qu’il n’en existe aucun et que l’une exclut l’autre. L’une des rares fois où, dans La philosophie pénale, Tarde évoque la notion de responsabilité sociale, le ton se fait violent :

Est-il donc vrai que de cette vieille et vénérable idée de la responsabilité morale, rien ne mérite d’être retenu, et qu’il soit urgent de la raser jusqu’aux fondements pour dresser à sa place (…) la nouvelle Bastille, non moins redoutable que l’ancienne d’ailleurs, la responsabilité sociale ? (Tarde, 1890).

22L’idée de la responsabilité sociale désigne la solution apportée par les positivistes pour éviter de conclure à l’irresponsabilité qui découle de leur pensée. Répugnant à renoncer à la responsabilité, ils enracinent celle-ci dans le social. Mais la conséquence est outrageante pour la société et dangereuse pour l’individu : toutes les actions nuisibles deviennent imputables, même commises involontairement ou dans un accès de folie (Tarde, 1890). Gabriel Tarde tient la responsabilité sociale pour un simple retour à l’idée antique de la responsabilité objective, qui conduit inévitablement à une forme de désubjectivation et de holisme (Tarde, 1890).

23Au delà de quelques adversaires du moment — Tarde nomme le psychiatre Charles Féré, qui ne distingue pas crime et folie15—, les enjeux de ces questions terminologiques sont essentielles pour comprendre la controverse avec Durkheim, qui publie la première édition des Règles de la méthode sociologique quatre ans plus tard. Se nouent en effet deux conceptions de la responsabilité sociale qui s’opposent — même si le débat comprend bien des malentendus16. Le fond de la querelle réside dans la conception du fait social. Des définitions divergentes qu’en donnent Tarde et Durkheim, découlent des conceptions antagonistes de la responsabilité. Pour celui-ci, la responsabilité individuelle est en elle-même nécessairement d’ordre social. La détermination durkheimienne du fait social, implique, pour tout individu, I’extériorité des règles sociales auxquelles il est astreint. Dire que le social est premier et objectif, c’est dire qu’il est extérieur, c’est-à-dire que l’individu trouve les règles qu’il respecte déjà toutes faites, en naissant17. Non seulement, ces règles sont extérieures mais elles sont coercitives, et fondent pour cette raison le système des obligations qui ne deviennent individuelles qu’à être d’abord sociales. La responsabilité n’est morale qu’à être d’abord, dans son contenu, sociale. Durkheim a conscience de s’opposer à Tarde : on voit  combien cette définition du fait social s’éloigne de celle qui sert de base à l’ingénieux système de M. Tarde18. Pour  Durkheim, l’influence que les individus exercent les uns sur les autres, que Tarde nomme imitation, ne permet pas de saisir le fait social comme tel ; c’est la raison pour laquelle il ne peut exister, pour celui-ci, de responsabilité sociale au sens littéral du terme.

24Contre Durkheim, on peut cependant avancer que Tarde développe une pensée de l’existence sociale. Si Durkheim ne peut en prendre la mesure, c’est parce que Tarde n’oppose pas l’individuel et le social. L’identité personnelle n’est pas une substance. Elle n’est pas, comme la monade de Leibniz — dont Tarde s’inspire pourtant (Tarde, 1890)19—, sans porte ni fenêtre. On ne peut même pas, en toute rigueur, parler d’extériorité du social, dans le cas de l’individu responsable. Au contraire, le moi individuel est le moi social, ou comme le dit Tarde :Les conditions de l’identité personnelle sont aussi celles de la similitude sociale (Tarde, 1890). Fonder la responsabilité morale sur l’identité personnelle, sur le moi, est la même chose que mettre au jour ce que Lacan nomme la consistance sociale de l’individu20, car le moi acquiert sa permanence par le social. Se reconnaître comme auteur, c’est être reconnu aussi comme tel par les autres. Il y a donc deux fondements de la responsabilité du sujet :  l’identité personnelle et ce que Tarde appelle la similitude sociale, effet de l’imitation. Le moi est, en effet, ce qui, en nous, est influençable. En revanche, peut être jugé irresponsable celui qui, tout en vivant dans une société, ne vit pas en société. Il n’est de responsabilité qu’à la condition que celle-ci soit subjectivée :

pour que, sociale ou individuelle, la responsabilité existe et soit sentie comme telle, il faut  d’abord nécessairement que certaines conditions morales subjectives soient remplies (Tarde, 1890).

25La folie, par exemple, nous fait étranger à notre milieu et étranger à nous-mêmes (Tarde, 1890). Le moi, soustrait à l’imitation, n’est plus influençable : le moi anormal n’écoute et ne croit que lui-même (Tarde, 1890). La responsabilité implique la possession de soi, laquelle suppose une insertion dans le social, une possibilité de se reconnaître dans l’autre et de prendre en compte la reconnaissance de l’autre.

26Suivre Gabriel Tarde dans son analyse du rapport de la responsabilité et de l’insertion sociale nous conduit à deux conséquences, selon que l’on se situe dans un registre analytique ou prescriptif. Dans le registre de l’analyse, la question de la responsabilité nous permet de creuser la définition de la vie sociale. Dans celui de la prescription, elle introduit à la question de la punition, et de l’impunité, de la répression de crimes et de la limite dans laquelle celle-ci doit se tenir.

La vie sociale

27La définition de la responsabilité engage celle de la nature de la société. Dans son rejet de tout naturalisme, Tarde ne s’oppose pas seulement aux positivistes mais aussi aux psychologues racistes, tels Gustave Le Bon, son contemporain. L’idée de race, affirme-t-il de manière remarquable pour l’époque, est essentiellement une idée belliqueuse, voire militariste21. Il refuse donc toute définition de la société par le biologique, ou, comme il dit, par le vital. Or, depuis la définition princeps de la sociologie par Auguste Comte, celle-ci, dans le système des sciences, succède à la biologie, et en procède — quoique la dépassant. Chez Durkheim, le social est pensé en analogie avec le biologique22. Tarde refuse ce lien positiviste de la biologie et de la sociologie. Je pense qu’une des raisons pour lesquelles on redécouvre aujourd’hui l’œuvre de Gabriel Tarde réside en ce qu’elle est traversée par la conscience de l’importance du langage dans la constitution de la société. L’association humaine repose, selon Tarde, sur le fait que l’homme parle :

Si, expressément et consciemment, on avait fait rentrer dans la sociologie la linguistique, qui en est, à notre avis, le fondement, on aurait évité le danger de traiter la science sociale en naturaliste, et de confondre ce qui est social avec ce qui est vital. On aurait vu clairement que le moment où l’homme parle est celui où il s’associe, et on aurait été amené ainsi à reconnaître que le fait social élémentaire, essentiel, est l’imitation (Tarde, 1890).

28La responsabilité est l’expression même du lien social de parole, étant l’acte par lequel on répond de soi.

29L’aptitude à imiter résulte de ce que nous parlons les uns avec les autres — ou, comme le disait Montaigne — que nous ne tenons les uns aux autres que par la parole23. La similitude sociale n’est pas, comme on pourrait le croire à partir de ce qui est dit, une simple ressemblance, et c’est même ce type de malentendu qui a conduit Tarde à reprendre Les lois de l’imitation pour la deuxième édition de 1895. En tout état de cause, ne faut-il pas entendre par là une quelconque ressemblance physique — qui nous ramènerait à une dimension biologique (Tarde, 1890). La ressemblance sociale peut donc aussi bien être une forme de dissemblance, une contre-imitation — laquelle relève encore de l’imitation. Elle suppose et permet la reconnaissance interindividuelle, et constitue un ensemble de références communes : exemple ambiant, éducation commune, coutume régnante (Tarde, 1890).

30Si le social fait l’identité, l’identité en retour fait le social. Les influences mutuelles qui font la société circulent d’autant mieux que le moi est plus influencé par lui-même — c’est-à-dire par la somme de ses souvenirs et expériences, qui sont elles-mêmes l’effet de son existence sociale, qui n’est elle-même assimilable que par l’identité personnelle. La responsabilité, en tant qu’elle est sociale, est aussi fidélité à soi, cohérence avec soi-même, respect de ses engagements. Inversement, si le lien social fortifie le moi, si sa dissolution le fragilise, on peut dire aussi que la multiplication des cas qui relèvent de l’irresponsabilité tend à dissoudre le lien social :

Quand la proportion des colériques, des alcooliques, des joueurs, des envieux, des politiciens, des vindicatifs, dépasse un certain degré, le lien social se relâche et se brise (Tarde, 1890).

31Mais en tout état de cause, l’irresponsabilité n’est pas une simple détermination : l’individu est irresponsable, non point parce que son action a été inévitablement déterminée, causée, mais parce qu’elle a été déterminée par une cause extérieure au moi, à l’être social (Tarde, 1890).

La dimension prescriptive

32La responsabilité a aussi une signification prescriptive dans La philosophie pénale. L’appartenance à une société confère une responsabilité spécifique à l’égard d’autrui. L’enjeu de la définition de la société, comme celle de la responsabilité et de l’irresponsabilité est d’ordre critique. Le propos déborde la sphère intellectuelle et juridique. Il s’agit de manière plus générale de souligner les défauts de notre rapport au crime ou à la délinquance. À mesure que le caractère des fautes est devenu plus individuel, chacun s’est comme senti plus intéressé à la répression du crime (Tarde, 1890), mais en même temps, alors que la même raison aurait dû conduire à faire admettre la complicité vague ou indirecte de tous quand un seul a frappé ou volé (Tarde, 1890), c’est l’inverse qui s’est produit. Gabriel Tarde écrit encore :

Notre individualisme exagéré est contraire à notre naturalisme qui ne cesse de nous rappeler la solidarité des pères et des enfants (…) La société, en punissant ses délinquants, ressemble trop souvent à ces pères libertins qui châtient cruellement le libertinage de leurs fils (Tarde, 1890).

33Or, nous avons un devoir de générosité, et ce devoir découle du sens que nous avons de notre responsabilité sociale — expression que j’emploie par commodité, en lui conférant un sens tardien. Tarde n’excuse pas le manquement à la loi, il ne prône pas l’impunité et refuse l’argument toujours actuel de la légitime défense des opprimés. Ainsi considère-t-il, par exemple, le développement de l’urbanisation comme la cause de ce que l’on nommerait aujourd’hui délinquance et criminalité sexuelles, et qu’il appelle attentats aux mœurs. Au demeurant, leurs auteurs ne sont ni fous ni épileptiques : ils sont donc responsables24. Mais affirmer la responsabilité du délinquant et du criminel ne nous dispense nullement de sentir notre propre responsabilité dans la société, et à l’égard de celle-ci. Gabriel Tarde compare la question de la criminalité à celle du paupérisme. S’il est vrai que nous nous sentons en général responsables de la pauvreté, il n’existe aucune raison pour que nous ne nous percevions pas comme responsables de la criminalité, ou de la folie. Il serait inhumain de prétendre guérir les malades ou assister les handicapés en vue du seul intérêt de la société. Il le serait tout autant de punir les malfaiteurs dans le seul but de défendre la société. Si ce n’est pas le seul intérêt, c’est donc le devoir qui nous conduit à tenir la société pour responsable des plus démunis. Ce devoir s’étend aux criminels et délinquants, seraient-ils responsables. Ainsi, affirme Tarde, La société a le droit de se défendre, comme chacun de nous, soit, mais plus qu’aucun de nous, elle est assez riche pour se payer le luxe de la bonté25. Il peut donc conclure en déclarant :

améliorer les coupables, civiliser les bandits, cela est pénible et coûteux, cela ne saurait s’appeler un bon placement du temps et de l’argent qui s’y emploient. Mais c’est une prodigalité obligatoire (Tarde, 1890).

34Une telle conception de ce que l’on peut appeler “ responsabilité  sociale ” dans un sens spécifiquement tardien conduit à examiner le sens de la peine en général, et plus particulièrement celui de la “ responsabilité pénale”  (Tarde, 1890).

III. La responsabilité pénale

35L’examen de ce qui précède permet de déterminer qui on peut punir, et qui on doit exempter de punition, et donc de répondre aux questions du but et du sens de la pénlité.

Qui punir ?

36D’après ce qui précède, est responsable celui qui est accessible à autrui, et donc se reconnaît comme sujet. La responsabilité pénale découle de la responsabilité morale mais elle prend une forme spécifique, celle de la dette (Tarde, 1890). Est dit punissable celui que l’on peut tenir pour débiteur, c’est-à-dire celui dont les actes ont été accomplis par imitation. Les influences ne déresponsabilisent pas, mais au contraire, rendent responsables. Je suis responsable du choix de mes modèles ou comme le dit Tarde :

si, à notre avis, on reste responsable des actes commis à l’exemple d’autrui, quoique sans cet exemple on ne les eût certainement pas commis, c’est que toute la personne, persistante et originale, a participé à cet acte d’imitation (Tarde, 1890).

37L’abandon du libre arbitre pour fonder la responsabilité a donc, on le voit, des conséquences tangibles au pénal. Le principe posé par Tarde découle de la définition de la société comme d’une collection de moi26, et constitue donc une conséquence de la détermination de celle-ci comme tissage langagier. Le délit n’est pas tant commis par l’individu vivant  que par l’individu personnel27.

38En revanche, si la folie désassimile et aliène, si elle rend le moi inaccessible à soi et à la société, le fou peut être déclaré irresponsable et ne peut être poursuivi pénalement (Tarde, 1890). Le pervers, en revanche, est responsable : le pervers, le fou moral, n’est nullement un aliéné (Tarde, 1890). Que penser des crimes commis sous l’influence de la foule ? Ils résultent bien de l’imitation. Entre ce qui rend un individu sociable et ce qui le rend vulnérable aux effets de foule, il n’y a pas une différence de nature mais une différence de modalité de l’imitation : l’imitation ordinaire, étant réciproque, complexifie la vie sociale et personnelle, entraînant changement et diversité, tandis que la danger inhérent à la foule provient de ce que celle-ci uniformise les croyances et le désir tout en les renforçant (Tarde, 1890). Que la société soit un rêve ou un cauchemar collectif — pour reprendre l’image de la  préface de la deuxième édition des Lois de  l’imitation28  — ne change rien à la distribution de la responsabilité. Notre somnambulisme social ne nous rend pas irresponsable (Tarde, 1890). Gabriel Tarde applique aux crimes commis sur ordre le même raisonnement que celui dont il use pour démontrer la responsabilité de l’alcoolique :

si donc un crime est fait par habitude avec la facilité d’un réflexe, presque inconscient, notre point de vue exige que la responsabilité de l’agent soit engagée encore plus fortement que s’il avait été voulu après délibération (Tarde, 1890).

39La coopération de plusieurs personnes à des crimes et des meurtres ne constitue pas, pour chacune d’elles prise individuellement, une circonstance atténuante, mais au contraire un motif aggravant (Tarde, 1890)29. De même, les États sont responsables et entretiennent entre eux des relations d’imitation, même si la similitude internationale n’approche jamais en général de la similitude moyenne entre les citoyens d’un État (Tarde, 1890). En revanche, on peut accorder aux enfants une responsabilité atténuée. L’identité personnelle n’est par définition pas fixe, et sa permanence est toujours relative. Mais elle change différemment aux divers âges de la vie. La jeunesse est le temps de la formation et des transformations. Ainsi le temps de prescription doit-il être plus court chez les mineurs, selon Tarde (Tarde, 1890). Ce dernier cas de figure conduit à se poser la question de la finalité de la peine.

Pourquoi punir ?

40L’idée de responsabilité pénale conduit à refuser de tenir la réparation du dommage pour la finalité de la punition :

Pour qu’il y ait peine, il faut qu’il y ait crime et non pas seulement préjudice ; et pour qu’il y ait crime, il faut que l’acte soit réellement imputable à son auteur apparent (Tarde, 1890).

41Procéder autrement (prendre pour référence le dommage, la victime) conduit nécessairement à légitimer les pires châtiments, parmi lesquels la peine de mort — alors que tout être sincère avec lui-même ne peut qu’éprouver de la répugnance à son encontre (Tarde, 1890). La société qui punit en se fondant sur le seul dommage se conduit comme une brute qui riposte stupidement à un coup sans savoir s’il est ou non intentionnel ou excusable (Tarde, 1890). La forme d’humanisation induite par le positivisme, qui intègre le crime dans les processus de régulation de la société, a son envers dans une violence moins manifeste mais tout aussi redoutable. Dans le passage qu’il consacre à Tarde, Lacan traduit ceci en disant que cela conduit à la limite, pour obtenir le redressement de Caïn, à mettre dans le parc concentrationnaire exactement le quart de l’humanité30. Il faut dire que Tarde n’est pas moins polémique quand il écrit que si le criminel est un sauvage qui nous attaque, alors il ne reste plus qu’à l’exterminer, ou à prévenir sa réapparition par des mesures d’hygiène adéquates (Tarde, 1890).

42Si l’on prend à sa juste mesure la responsabilité, on ne peut légitimer ni la vengeance, ni l’exclusion au nom du bien social. Ni la prévention de la récidive, ni la compensation pour la victime de la jouissance supposée du coupable ne sont également justifiables (Tarde, 1890). Refusant toute ontologie de la peine (Tarde, 1890), Tarde propose moins une forme de pénalité qu’il ne forge des instruments critiques permettant d’améliorer le système pénitentiaire. Ainsi, quand il dégage les quatre moments dans l’histoire de la peine, c’est davantage pour essayer de situer son époque, et pour donner une typologie. Il y a quatre phases : la pénalité expiatoire, la pénalité exemplaire, la pénalité douce et prétendument correctionnelle, et la pénalité sanitaire — celle qui cherche à guérir mais aussi à exclure et à éliminer de l’organisme social les corps étrangers (Tarde, 1890). Il remarque donc une proximité entre l’idée de la correction et celle de l’expiation — qui reposent sur une croyance en l’homme —, et entre les visées d’exemplarité et sanitaire, à caractère plus utilitaire et rationaliste (Tarde, 1890). De même encore, il faut mettre au jour le reste d’expiation contenu dans l’utilitarisme — car celui-là considère la responsabilité pénale comme capable de procurer une satisfaction utile aux personnes qui la réclament (Tarde, 1890). Il ne s’agit d’ailleurs pas tant de s’opposer à l’utilité en elle-même, que de requérir de celle-ci une cohérence complète (Tarde, 1890). c’est-à-dire de comprendre l’intérêt d’adopter le point de vue de l’accusé, et pas seulement celui de la société blessée. C’est un devoir de punir, mais c’en est aussi un de viser l’amélioration de l’incriminé et la réconciliation de celui-ci avec la société. Cela suppose de croire en la responsabilité du sujet, s’il est vrai que, comme le dit encore Lacan, celle-ci répond à l’espoir, qui palpite en tout être honni, de s’intégrer dans un sens vécu31.

Conclusion

43La critique tardienne nous permet de mieux comprendre quel rapport nous entretenons, aujourd’hui, à la responsabilité et à la punition. Parce que pour nous, c’est l’impunité qui a tendance à faire scandale, nous risquons d’oublier le sens de la responsabilité. Or, il n’y pas de responsabilité sans clause qui l’exclut ; aujourd’hui l’invocation incessante de la responsabilité et l’appel constant à la responsabilisation privent ces notions de leur sens et de leur efficacité. La responsabilité est toujours rejetée sur les autres — particulièrement sur ceux qui exercent des fonctions d’autorité.

44Récemment, un groupe de travail a été réuni à l’initiative du garde des Sceaux afin de réfléchir sur d’éventuelles modifications des règles applicables aux personnes déclarées irresponsables sur la base de l’article  122-1 du code pénal, dans un souci d’affermissement de la réponse judiciaire et de la prise en considération des victimes. Aujourd’hui comme à l’époque de Gabriel Tarde, le nombre de ceux qu’il appelle délinquants par passion ou par folie ne représente qu’une infime partie des malfaiteurs (Tarde, 1890). C’est donc que l’importance de telles mesures est plus théorique que pratique. Si le groupe n’a pas remis en question le principe de l’irresponsabilité, il préconise cependant la tenue d’une audience statuant sur l’imputabilité des faits. Il traduit ainsi la demande sociale qui presse de dissocier la responsabilité et l’imputabilité, nous ramenant ainsi à une forme de responsabilité objective — objet de la critique tardienne.

45Gabriel Tarde nous permet ainsi d’analyser notre rapport actuel à la pénalité, et de voir en quoi celui-ci découle de la déliaison sociale contemporaine en vertu de laquelle nous nous désassimilons, faisant du même coup perdre à la permanence du moi son caractère d’évidence partagée. Au delà des conséquences de ces analyses sur le système judiciaire, actuellement en charge de ce qui subsiste du lien social, Tarde nous apprend, sur la question de la responsabilité, à éviter aussi bien la tentation holiste que celle de l’individualisme abstrait.

Haut de page

Bibliographie

Berthelot J.-M., (1895) 1988, Préface, in Règles de la méthode sociologique (1895), Paris, Flammarion, coll. “ Champs  ”, 44 sqq.

Boudon R., 2000, “ Gabriel Tarde : la connexion micro-macro ”, in Études sur les sociologues classiques II, Paris, PUF, coll. “ Quadrige ”, 256-260.

Descartes R., (1641), Méditations métaphysiques 4ème partie.

Durkheim É., 1895, Règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion, coll. “ Champs ”.

Kant E., (1784), “ Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique ”, in Opuscules sur l’histoire, trad. de l’allemand par S. Piobetta, Paris, Flammarion, coll. “ GF ”.

Kant E., (1781-1787), 2001, Critique de la raison pure (1781-1787), trad. A. Renaut, Paris, Flammarion, coll. “ GF ”.

Lacan J., 1966, “ Fonctions de la psychanalyse en criminologie ”, in Écrits, Paris, Seuil.

Lacan J., 2001, “ Prémisses à tout développement de le la criminologie ”, in Autres Écrits, Paris, Seuil, posth..

Montaigne M., (1595), Essais, I, 9.

Renaut A., 1989, L’ère de l’individu, Paris, Gallimard.

Renneville M., 2003, Crime et folie, Deux siècles d’enquête médicale et judiciaire, Paris, Fayard.

Ribot T., (1885) 2001, Les maladies de la personnalité, Paris, L’Harmattan.

Tarde G., (1924) 2004, La criminalité comparée, Paris, Les empêcheurs de penser en rond.

Tarde Gabriel, La philosophie pénale (1890), Paris, Cujas, p. 296, 458, 66, 458, 459, 12, 217, 13, 460, avant-propos, 20, 57, 55, 95, 116, 117, 119, 95, 89, 116, 162, 18, 95, 155, 217, 186, 93, 188, 155, 316, 101, 91, 159, 148,149, 513, 32, 135, 303 (note), 157-159, 296, 324-325, 131, 100, 133, 217, 559, 217, 218, 473, 30, 488, 488, 135, 215, 63.

Tarde G., (1890-1895), Les lois de l’imitation, Paris, Les  empêcheurs de penser en rond.

Haut de page

Notes

1Lombroso, au départ, comme le remarque Tarde, est à la recherche d’un critère de distinction du fou et du criminel, mais dans un second temps, il les confond. Tarde démontre que c’est un effet de la place qu’il accorde à la détermination naturelle, vitale et biologique (Tarde, 1890 ; Renneville, 2003, 200)
2 Un crime est commis ; le plus souvent son auteur est connu ou seulement soupçonné ; quel est alors le premier soin qu’il importe ? C’est de rassembler des renseignements, tâche longue et ardue où se déploie un art qu’il serait malaisé de formuler en science. Mais je suppose ce travail achevé (Tarde, 1890, 459)
3 Kant, 1781-1787, 507-508.
4Le propos de La philosophie pénale est de tenter de concilier la responsabilité morale et le déterminisme, la conscience et la science, que la notion du libre arbitre avait paru séparer par un gouffre infranchissable, Tarde, 1890, avant-propos.
5 Descartes, 1641, 4e partie.
6 Lacan, 1966, 139.
7 Ribot, 1885, 6.
8 Ribot, 1885, 9.
9 Kant, 1784, 69.
10 Durkheim, 1895, 102.
11 Tarde, 1890-1895, 178.
12Pour Raymond Boudon, Tarde, par l’analyse de ces phénomènes d’imitation a une intuition de ce que sera la théorie moderne de la décision, notamment car Tarde prend en compte une forme d’anticipation, et de calcul rationnel de l’action, Boudon, 2000, 256-260 ; Tarde (1924), 2004, 114.
13 Tarde, 1895, 162 .
14 Lacan, 1966.
15 Renneville, 2003, 241-242.
16Au premier chef, celui d’avoir fait de Durkheim le représentant ex post, de l’école positiviste, cf. Berthelot, (1895), 1988, 8.
17 Durkheim, 1895, 96.
18 Durkheim, 1895, 104.
19 On ne peut s’en étonner car la monadologie leibnizienne est, comme l’a montré Alain Renaut, une des origines de la pensée de l’individu (Renaut, 1989, 115sq).
20 Lacan, 1966.
21 Tarde, 1890-1895, 46.
22 Berthelot, 1988.
23 Montaigne, 1595, 9.
24 Nous avons donc lieu de croire que la plupart des hommes reconnus coupables de ce crime l’ont été parce qu’ils ont eu le malheur de naître ou de s’établir au sein ou dans la voisinage de nos Babylones, au lieu de naître et de vivre en Auvergne. mais cette considération, nous le savons, ne fait pas obstacle à leur responsabilité : une virtualité vraiment leur était en eux, qui s’est réalisée grâce au séjour des villes, mais ne leur appartient pas moins pour cela  (Tarde, 1890, 293).
25 Un problème conduit à l’autre : la question de la pénalité revient à se demander quelle est la nature de l’association humaine (Tarde, 1890, 512).

26 Ce sont les moi seuls qui se lient entre eux de liens sociaux, juridiques, ce sont les moi seuls qui se servent mutuellement d’exemples à imiter ou à ne pas imiter ; ce sont les moi seuls qui peuvent contracter, donner, tester et aussi bien commettre des crimes ou faire des actes de vertu (Tarde, 1890, 94).
27 Le délit est un acte émané de l’individu vivant seulement, mais de l’individu personnel, tel que la société seule sait le créer et le faire croître à son image ; de la personne d’autant plus identique à elle-même (…) qu’elle est plus assimilée à autrui ; d’autant plus volontaire et consciente qu’elle est plus impressionnable aux exemples, comme le poumon est d’autant plus fort qu’il respire mieux. (Ibid., 419).
28 Tarde, 1895, 54.
29 Il y a toutefois une exception quand un individu honnête est emporté violemment par l’exemple de tout le monde, quand, par exemple, un soldat prend part à la révolte de son régiment, ou massacre, viole, incendie un village, à force de voir massacrer, violer, incendier autour de lui” (Ibid., 475).
30 Lacan, posth., 2001, 124.
31 Lacan, posth., 2001, 125.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène L’Heuillet, « La question de la responsabilité chez Gabriel Tarde », Champ pénal/Penal field [En ligne], XXXIVe Congrès français de criminologie, Les criminologiques de Tarde, mis en ligne le 14 septembre 2005, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/291 ; DOI : 10.4000/champpenal.291

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org