Navigation – Plan du site
Articles

Auteurs d’infractions et victimes d’agressions : Impact de la violence et du contexte professionnel sur le jugement de punition

Offenders and Victims of Attacks: The Impact of Violence and Professional Context on Judgements of Punishment
Caroline Desombre, Nathalie Przygodzki-Lionet, Annick Durand-Delvigne et Sabine Debosscher
Traduction(s) :
Offenders and Victims of Attacks: The Impact of Violence and Professional Context on Judgements of Punishment

Résumés

Cet article vise à mettre en évidence l’influence du vécu de la violence en tant qu’auteur d’infraction ou en tant que victime sur l’appréciation de situations d’agressions. Les deux expériences présentées ici comparent le jugement moral de personnes incarcérées à celui de personnes victimes d’agressions verbales et/ou physiques. Les résultats de notre première expérience nous permettent de confirmer l’indulgence des détenus et la sévérité des victimes. La deuxième recherche montre l’impact du contexte professionnel sur l’évaluation de la punition accordée à un agresseur. Ainsi, les agents de la SNCF se montrent très sévères dans leurs jugements alors que le personnel soignant d’un hôpital psychiatrique est quant à lui très indulgent. Cette différence entre ces deux types de salariés provient probablement de la qualification des situations d’agressions et du sens attribué à la victimation.

Haut de page

Texte intégral

1En quoi le vécu de la violence a t-il une incidence sur l’appréciation de situations d’agression ? Plus précisément, comment ces situations sont évaluées, d’une part par des personnes incarcérées, d’autre part par des personnes victimes d’agression.

2Ces évaluations sont appréhendées dans les deux études présentées ci-après par le biais du jugement de punition. Ce type de jugement s’insère dans le domaine plus large du jugement moral qui consiste à distinguer le bien du mal, le vrai du faux, le légitime de l’illégitime et le légal de l’illégal (Vidal, 1998).

3Les premiers travaux en psychologie concernant le jugement moral se sont inscrits dans le champ de la psychologie développementale avec la question de l’ontogenèse morale. Les théories les plus complètes et qui sont à l'origine des recherches ultérieures reviennent à deux auteurs, à savoir Piaget (1932) et Kohlberg (1976).

Le Jugement moral en psychologie développementale

4Piaget (1932) présentait à de jeunes enfants des histoires contrastées selon l'intentionnalité et les conséquences de l'acte. Cet acte était soit intentionnel sans conséquence soit accidentel avec conséquences. La tâche des sujets consistait à déterminer, suite à la lecture de ces deux histoires, lequel des deux acteurs en question était le plus "méchant".

5S’appuyant sur les justifications verbales des sujets, Piaget a discriminé pour les enfants de moins de 10 ans, deux attitudes morales distinctes s’excluant l’une de l’autre : l’une est dite “moralement objective” car les enfants effectuent leurs jugements uniquement sur la base des conséquences de l’acte (Piaget parle alors de « réalisme moral ») alors que l’autre est dite “moralement subjective” puisque seule l’intention est prise en considération pour juger. Ainsi, ces enfants émettaient des jugements unidimensionnels, c’est-à-dire s’appuyant sur une seule variable. En effet, ces deux attitudes étant exclusives, pour Piaget, les enfants ne pouvaient donc utiliser qu’une seule information (Intention ou Conséquence) pour juger l’acteur, ce qui écartait d’emblée toute possibilité de jugement multidimensionnel (Intention et Conséquence). Par ailleurs, Piaget a pu montrer que l’importance accordée à l’intention croît avec l’âge et symétriquement, le poids accordé aux conséquences décroît avec l’âge.

6Dans la continuité des travaux piagétiens, Kohlberg (1976) considérait le jugement moral comme un parcours à travers des structures cognitives de plus en plus complexes. Sa méthode privilégiée pour établir les niveaux de développement était le « dilemme moral ». C’était la structure de l’argumentaire moral associé à ces tâches de résolution de problèmes moraux qui intéressait Kohlberg. Il a ainsi construit six stades inscrits dans trois niveaux (pré-conventionnel, conventionnel, et post-conventionnel) considérés comme étant des structures globales, invariantes, hiérarchisées et universelles. Cette universalité peut néanmoins être remise en cause dans la mesure où les sujets de ces études étaient pour l’essentiel de sexe masculin. Ainsi Gilligan (1982) reproche à ces modèles la négligence de l’expérience morale spécifique aux femmes. Elle estime en effet que celle-ci se caractérise par une "éthique de sollicitude" basée sur la relation à autrui.

Les autres approches du jugement moral

7Suite aux modèles développementalistes, d’autres approches, comme les théories de la socialisation, se sont développées, reprochant à l’orientation constructiviste de négliger les processus de transmission sociale de la morale.

8Selon la théorie de l’apprentissage social (Bandura, 1977), les évolutions dans le domaine moral dépendent moins de l’âge des sujets que de l’exposition à des modèles adéquats. Cependant, la théorie de l’internalisation (Hoffman, 1983) souligne les limites de cet « apprentissage observationnel », l’acquisition des valeurs morales étant essentiellement liée au type d’interactions disciplinaires entre parents et enfants. Ainsi, plusieurs travaux ont montré que le niveau de développement moral d’un enfant est lié au style d’autorité des parents (Boyes & Allen, 1993).

9Pour Hogan (1973), les différentes théories en psychologie morale ne rendent pas compte de la multidimensionnalité du jugement moral, ce qui l’amène à proposer un modèle articulant cinq dimensions distinctes de la personnalité et de la conduite morale : la connaissance morale, la socialisation, l’empathie, l’autonomie et une composante du jugement moral qui correspond à une dimension bipolaire (éthique de conscience personnelle versus éthique de responsabilité sociale).

10Enfin, selon Forsyth (1980), il est possible de catégoriser les individus selon leur "idéologie éthique". Ainsi, ce sont des différences de philosophies morales implicites qui distingueraient les individus.

11Tous ces travaux montrent non seulement que de nombreux champs de la psychologie ont étudié le jugement moral mais également que celui-ci a été exploré avec différentes méthodes. Les premières recherches dans le cadre de la psychologie du développement utilisaient la méthode qualitative par le biais d’entretiens. D’autres méthodes expérimentales ont par la suite examiné le jugement moral à travers une analyse quantitative, basée sur des échelles de jugement. Un nombre conséquent d’études a été mené dans ce cadre, notamment celles utilisant la Théorie de l’Intégration de l’Information (Anderson, 1981).

La Théorie de l'intégration de l'information

12Cette théorie, développée par Norman Anderson dès la fin des années 50, trouve son origine dans la psycho-physique et a pour objectif de mettre en évidence les lois psycho-cognitives du traitement et de l’intégration de l’information. Le postulat de cette théorie repose sur la possibilité des individus d’intégrer plusieurs informations pour produire une réponse unitaire. D’après Anderson, les étapes permettant de juger sont au nombre de trois : (1) « évaluation » : attribution d’une valeur psychologique aux stimuli physiques, (2) « intégration » : combinaison de ces valeurs et (3) « jugement » : production d’une réponse observable sur une échelle de réponse linéaire.

13Les recherches menées dans le cadre de la Théorie de l’Intégration de l’Information (IIT) se sont d’abord intéressées aux variables classiques d’intention et de conséquence.Léon (1980, 1984) et Surber (1977, 1982) ont montré que les enfants étaient capables, dès leur plus jeune âge, d’intégrer ces informations (Intention et conséquence) dans le jugement de punition.

14Par la suite, d’autres variables ont été étudiées afin d’apprécier les facteurs d’influence du jugement moral. Ainsi, de nouvelles investigations ont démontré l’influence notable de variables telles que les justifications apportées à l’acte (Leon, 1982), la récompense (Anderson & Hommers, 1985) ainsi que l’âge de l’agresseur et l’âge de la victime (Przygodzki & Mullet, 1997).

15Léon (1982) a donc introduit non seulement les deux variables habituelles, c’est-à-dire l’intention et les conséquences de l’acte, mais également une information qui avait trait au “raisonnement” de l'acteur : celui-ci pouvait soit regretter réellement son acte, soit admettre simplement sa culpabilité, soit être totalement indifférent. Les jugements des sujets révèlent l’effet modérateur de cette troisième variable sur la punition. On retrouve ce même effet modérateur sur les jugements avec la variable “réparation”, prise en compte par Anderson et Hommers en 1985 à la suite de Berschied et Walster en 1967. Cet observable est important dans la mesure où, même s’il n’est pas explicite, ce facteur est tout au moins implicite dans tout jugement moral: on attend en effet des personnes responsables d’un dommage qu’elles fassent “réparation”, que celle-ci soit libre ou forcée.

16Przygodzki et Mullet (1997) avaient, quant à eux, l'objectif d’analyser l'intégration des informations d’âge de l’agresseur et de la victime, aux éléments traditionnels du schéma « Intention et Conséquence ». Les résultats de cette expérience montrent que les jugements de punition varient en fonction de ces deux facteurs d’âge. Plus précisément, l'agresseur adulte est puni plus sévèrement que l'agresseur plus jeune ou plus âgé. La sévérité augmente également avec l'âge de la victime : au plus elle est âgée, au plus l'agresseur est puni. Par ailleurs, l’âge de la victime interagit avec celui de la personne qui juge : chez les adultes et les personnes âgées, c’est lorsque la victime est respectivement un adulte ou une personne âgée que le degré de punition est maximal alors que les enfants échappent à ce phénomène d’identification avec la victime. Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont pu observer un autre phénomène, à savoir l’augmentation de la sévérité des sujets au fur et à mesure de leurs jugements. Roberts et Edwards (1989) avaient déjà mis en évidence ce phénomène: des sujets, après avoir lu une histoire relatant un crime grave, voyaient les offenses ultérieures d’une manière plus sérieuse, jugeaient les coupables plus négativement et les punissaient plus sévèrement. Cela signifie-t-il que l'on devient plus sévère à force de juger ? C’est pour tenter de répondre à cette interrogation que Przygodzki et Mullet (1999) ont mis en place une petite expérience dont les résultats permettent de corroborer l’assertion suivante: plus les individus jugent de manière répétée, et dans un laps de temps relativement court, de la punition à attribuer à un agresseur, plus ils ont tendance à devenir sévères.

17D'autres études ont souligné l'impact possible de l'appartenance ethnique ou sexuelle sur les jugements de punition. Ainsi, Cortese (1989) a réalisé une étude auprès d’hommes et de femmes américains d’origine africaine, européenne et mexicaine. Les résultats obtenus dans cette recherche, et dans de nombreux travaux ultérieurs, soutiennent l’hypothèse d’une structure universelle dans le jugement moral, aucune différence concernant le sexe et l’origine ethnique n’ayant pu être démontrée.

18L'impact de l'expérience de la violence (en tant qu'auteur d’infraction ou en tant que victime) sur les jugements de punition a également fait l'objet de manipulations expérimentales. Une étude de Przygodzki et Mullet (1993) comparait un groupe constitué de personnes condamnées à une peine de prison ferme à un groupe contrôle. Les sujets disposaient de deux informations, l’intention de l’auteur et les conséquences de son acte, pour déterminer le degré de punition à infliger à l’auteur. Cette recherche montre que les détenus, accordant moins d’importance à l’intention, sont plus cléments dans leurs jugements que les sujets-contrôle.

19A l’inverse, des personnes ayant été victimes d’agressions jugent en général plus sévèrement les infractions commises (Cusson, 1998). Cette sévérité manifestée par les victimes fait écho au blâme attribué aux victimes par des observateurs extérieurs. Ainsi, certains travaux tels que ceux de Lerner et Simmons (1966) montrent que nous avons tendance à déprécier toute victime, tout particulièrement quand nous sommes dans l’incapacité de lui venir en aide alors qu’elle est en train de souffrir. La souffrance renvoie à la notion de préjudice subi par la victime, le préjudice physique étant bien évidemment considéré comme plus grave que le préjudice matériel. Howe (1994) a d’ailleurs proposé une classification des diverses infractions selon leur degré de dangerosité, celle étant perçue comme la plus dangereuse étant le « meurtre avec préméditation » et la moins dangereuse le "trouble à l'ordre public". Dans sa deuxième expérience, il croise la gravité de l'acte avec la fréquence de l’acte pour étudier leurs effets sur les jugements de dangerosité: une personne récidiviste est jugée plus dangereuse qu'une personne primaire et ce d’autant plus que les actes qu'elle a commis sont de gravité croissante.

Aperçu général des deux recherches

20Dans la continuité des travaux antérieurs, nous avons décidé de mener une étude différentielle du jugement de punition auprès de personnes détenues et de personnes victimes d’agressions verbales et/ou physiques.

21Dans la mesure où nos recherches s’appuient sur la « méthodologie de la mesure fonctionnelle » d’Anderson, elles respectent les deux conditions expérimentales qui lui sont inhérentes, à savoir (1) la nécessité de soumettre au jugement des sujets des combinaisons de stimuli correspondant à l’ensemble des cellules d’un plan factoriel orthogonal et (2) l’usage d’échelles numériques.

22Nous avons confronté les résultats de nos deux recherches, réalisées dans deux contextes professionnels différents, afin de comprendre l'impact différentiel du vécu de violences sur les jugements.

EXPERIENCE 1

Méthode

Hypothèses

23On s'attend à ce que les jugements de punition soient différents entre les détenus et les agents du service commercial des trains : les agents de la SNCF qui ont subi une agression verbale et/ou physique devraient punir plus sévèrement que les sujets-contôle (Cusson, 1998), et ces derniers devraient être eux-mêmes plus sévères que les détenus (Przygodzki & Mullet, 1993).

24On s'attend également à une influence de l'intention de l'agresseur (Leon, 1980), de son âge (Przygodzki & Mullet, 1997), du type de violence (Howe 1988) et des conséquences de l'acte (Hermand, Mullet & Prieur, 1992) sur les jugements de punition. Plus spécifiquement, ces jugements devraient être plus élevés (punition plus sévère) lorsqu'il s'agit d'une agression physique, non justifiée, commise par un adulte et qui engendre des conséquences importantes.

25Enfin, on s'attend à une interaction entre le type de répondants et l'information relative à l'intention de l'agresseur (Przygodzki & Mullet, 1993): les détenus devraient accorder moins d'importance à cette information que les agents de la SNCF ou les répondants du groupe contrôle.

Participants

26Cette recherche porte sur 61 personnes qui se répartissent dans trois groupes appareillés en fonction du niveau d’étude et de l'âge.

27Le premier groupe est constitué de dix femmes et dix-huit hommes, agents du service commercial des trains (communément appelé « contrôleurs ») du Nord de la France, agressés verbalement et/ou physiquement.

28Le deuxième groupe se compose de six femmes et onze hommes incarcérés dans un centre de détention pour des délits divers.

29Enfin, le troisième groupe qui peut être considéré comme un groupe témoin, comporte sept femmes et neuf hommes. Ces personnes n’ont jamais eu de problème avec la justice et n’ont jamais subi d’agression physique. En outre, leurs professions ne les exposent pas régulièrement à la violence verbale.

Matériel

30Le matériel est constitué de trente deux feuillets différents qui comportent chacun une histoire et une échelle de réponse.

  • 1  La justification de l'acte correspond à un déplacement de l'agressivité car l'agresseur avait été (...)
  • 2  Les âges ont été choisis pour correspondre aux différents stades de développement, c’est-à-dire l’ (...)

31Chaque histoire comporte quatre informations qui constituent nos variables indépendantes. Il s’agit de l’intention de l’agresseur (justifiée et injustifiée)1, son âge (10, 16, 30 et 55 ans)2, le type de violence (verbale et physique) et la conséquence de l’acte (conséquence et pas de conséquence).

32En combinant les différents degrés de chaque variable, il en résulte 32 scénarios qui sont rangés dans un ordre aléatoire identique pour tous les sujets. Les participants jugeant deux fois les mêmes histoires, conformément à la méthodologie de l’IIT, ils effectuent donc 64 jugements.

33Un exemple de scénario: “Suite à une agréable réunion de famille, Guy, un adulte âgé de trente ans sort de chez lui détendu. Ainsi, rencontrant Hugues sur sa route, sans raison, il l’insulte. Celui-ci n'est pas touché”. Cette histoire correspond aux modalités suivantes: intention injustifiée - adulte de 30 ans - agression verbale – pas de conséquence.

34Une échelle de réponse de vingt échelons disposée sous chaque histoire permet aux répondants d’exprimer le degré de punition à infliger à l’agresseur. La borne gauche de l’échelle correspond à “Pas de punition” et la borne droite à “Punition très forte”.

35Le plan expérimental est donc: 3 x 2 x 2 x 4 x 2 x 2 x 2 avec le type de sujets (détenus ou contrôleurs agressés verbalement et/ou physiquement ou sujets-témoin), le sexe des répondants (féminin ou masculin) comme facteurs inter-sujets et l’intention (justifiée et injustifiée), l’âge de l’agresseur (10, 16, 30 et 55 ans), le type de violence (verbale et physique), la conséquence (pas de conséquence et conséquence) et la répétition des questionnaires (1er questionnaire et 2ème questionnaire) comme facteurs de mesures répétées.

Procédure

36La passation expérimentale est individuelle, anonyme et se décompose en trois phases.

37La première phase consiste en l’explication et la présentation du matériel aux répondants. Cette phase permet aux sujets de poser des questions et de se familiariser avec le matériel. Les participants réalisaient donc quelques jugements.

38Les deux autres phases constituent les phases expérimentales, durant lesquelles les sujets travaillent seuls et n’ont pas la possibilité de revenir en arrière pour comparer et/ou corriger leurs réponses. Les sujets disposent d’un temps illimité pour réaliser leur tâche. Ces deux phases expérimentales sont identiques, à l’exception de l’ordre de présentation des histoires qui diffère d’un questionnaire à l’autre.

Résultats et discussion

39Une valeur numérique a été accordée à chaque réponse des sujets en fonction du nombre d’échelons séparant le bord gauche de l’échelle de la réponse du sujet.

40L’analyse de variance révèle la non significativité du facteur sexe des répondants (F(1, 59) < 1; ns).

41Elle révèle par contre la significativité du facteur groupe (F(2, 58) = 7.3; p<0.05). Les détenus sont les plus cléments face aux actes immoraux dans la mesure où leur jugement moyen de punition se situe à 7,1 (sur une échelle de 20) ; ils sont suivis du groupe contrôle (M = 9,3) puis des agents de la SNCF (M = 11,3).Une analyse des contrastes indique que les détenus ont tendance à se différencier du groupe témoin dans leurs jugements (F(1, 58) =3; p=0.09). Les jugements moyens du groupe témoin tendent également à être différents du groupe des agents de la SNCF (F(1, 58) = 3.3, p=0.07). La différence entre les détenus et les agents de la SNCF est statistiquement significative (F(1, 58) = 14.5; p<0.001).

42La différence entre le groupe témoin et les détenus est conforme aux résultats obtenus par Przygodzki et Mullet (1993). Nous pouvons également constater que les personnes qui sont régulièrement confrontées à la violence verbale et/ou physique tendent à être moins tolérantes.

43L’analyse de variance révèle également la significativité des quatre facteurs utilisés dans les scénarios: F(1, 58) = 6.6 ;  p < 0.05 pour le facteur intention, F(1, 58) = 32.6 ;  p < 0.001 pour l’ âge de l’agresseur, F(1, 58) = 51.5 ; p < 0.001 pour le type d’agression et F(1, 58) = 51.9 ; p < 0.001 pour  la conséquence.

44Ainsi, les sujets punissent davantage l’agresseur lorsque l’intention est injustifiée et lorsque l’acte est suivi d’une conséquence, ce qui confirme les résultats antérieurs relatifs à l’influence de ces deux variables.

45Cependant, l'intention est modulée par le type de violence (F(3, 57) = 8,7 ; p < 0.05). En effet, la distinction entre intention justifiée et intention injustifiée ne se produit que lorsque l’agression est physique. Ainsi, la discrimination entre les deux degrés d’intention de l’acte devient déterminante lorsque l’acte est grave. L’importance de cette notion d’intentionnalité relève alors du besoin de comprendre la genèse du comportement agressif, ce qui est d’ailleurs observé dans tout procès pénal.

46Par ailleurs, la sévérité augmente de manière croissante avec l’âge de l’agresseur. En effet, le degré de punition sur l’échelle est de 7.6 pour l’enfant de 10 ans, 9.2 pour l’adolescent de 16 ans, 9.9 pour l’adulte de 30 ans et de 10.1 pour la personne âgée de 55 ans. Les répondants sont plus sévères envers un agresseur de 16 ans qu’envers un agresseur de 10 ans (F(1, 58) = 51.3 ; p < 0.001) et plus sévères envers un agresseur de 30 ans qu’envers un agresseur de 16 ans (F(1, 58) = 9.7 ; p < 0.01). Par contre, le degré de punition ne se différencie pas concernant les agresseurs de 30 et de 55 ans (F(1, 58) = 1.5 ; ns). Cette hiérarchie au niveau des jugements de punition n'est pas surprenante si l'on considère l'attitude de la justice française envers les justiciables de jeune âge. Les actes contraires à la morale sont considérés, en partie, comme le résultat d’une "mauvaise" éducation parentale, ce qui explique l’accent généralement mis, tout au moins dans les pays européens, sur la prévention plutôt que sur la répression de la délinquance des mineurs (Blatier & Robin 2000). La sévérité manifestée à l'égard d'un adulte se comprend par la maturation intellectuelle et morale qui est normalement acquise à cet âge, rendant ainsi l’individu conscient et responsable de ses actes.

47De manière logique, les sujets sont plus cléments dans leur jugement lorsque l’agression est verbale (M = 7.8) que lorsqu’elle est physique (M = 10.6). De plus, la différence entre agression physique et agression verbale est plus prononcée lorsque l'acte est suivi d'une conséquence (F(1, 58) = 25.4 ; p < 0.001). Nous pouvons supposer que les sujets attribuent la présence de conséquences d’une agression verbale à la fragilité de la victime. A l’inverse, le préjudice physique étant "quantifiable", la connaissance des conséquences de l’agression physique est nécessaire pour évaluer la punition à infliger à un agresseur.

48Dans la mesure où les sujets ont jugé deux fois les mêmes histoires, nous avons étudié le facteur répétition des questionnaires. Ce facteur est significatif  (F(1, 58) = 10.6 ; p < 0.01). Les jugements moyens sont de 9 pour le premier questionnaire et de 9.5 pour le second. Néanmoins, l'augmentation de la sévérité observée au niveau du deuxième questionnaire ne se produit que pour les agresseurs de 30 ou 55 ans (F(3, 174) = 10.4 ; p < 0.001). Les sujets ont probablement interprété la répétition des questionnaires comme la récidive d’adultes conscients de leurs actes.

49Contrairement à notre hypothèse, l’interaction entre le groupe et l’intention n’est pas significative (F(2, 58) < 1 ; ns). Cette absence de résultats peut être imputée à la formalisation de l'intention dans notre étude. Les deux types d’intention utilisés dans notre expérience se caractérisent par des degrés de justification de l’acte assez subtile, ne marquant peut-être pas suffisamment leur différence.

50Cette première étude nous a permis de vérifier que le vécu de la violence en tant que victime ou en tant qu’auteur d’infraction engendre des jugements de punition différentiels. Nous avons donc décidé de poursuivre nos investigations dans une deuxième expérience, d'une part en introduisant de nouvelles variables susceptibles de moduler le jugement de punition et d'autre part, en réalisant cette étude auprès de victimes d'agressions dans un autre contexte professionnel.

51En effet, l'activité professionnelle influence l'interprétation de l'acte agressif. Pour les agents de la SNCF, la violence est souvent incompréhensible et peut occasionner un vécu traumatique. Cette incompréhension peut expliquer la sévérité de leurs jugements. Lorsque l'acte agressif est rendu signifiant, les victimes manifestent-elles alors de l'indulgence ?

52Afin de répondre à cette question, nous avons étudié le jugement de punition du personnel soignant d’un hôpital psychiatrique. Les agressions étant généralement le fait d'altérations des facultés mentales, ces soignants disposent d'une compréhension plus importante des comportements agressifs qu’ils subissent.

53Toutefois, est-ce que cette indulgence, liée à la compréhension de l’acte transgressif, résiste à la multiplication des victimations ? Pour apporter une réponse à cette interrogation, nous avons comparé le jugement de punition de soignants agressés une seule fois à celui de soignants agressés plusieurs fois. Pour aller jusqu’au bout de notre raisonnement et traiter l’ensemble de la question, il nous a semblé pertinent d’étudier deux groupes de détenus, à savoir des détenus primaires et récidivistes. L’objectif étant ici de voir si l’indulgence qui caractérise les jugements de punition des détenus est accentuée par le nombre d’incarcérations.

54Afin de favoriser le processus d’identification des sujets aux personnages présentés dans les histoires, nous avons introduit, en plus des variables classiques d’intention, de conséquence et de nature de l’acte, une information concernant la récidive éventuelle de l’agresseur et une information sur le nombre de victimations.

EXPERIENCE  2

Méthode

Hypothèses

55On s’attend à une graduation de la sévérité selon les répondants : le personnel soignant poly-agressé devrait être le plus sévère, suivi du personnel soignant agressé une unique fois puis des détenus primaires et enfin des détenus récidivistes.

56On s’attend également à un effet de l’intention (Leon, 1980), de la récidive de l’agresseur (Howe, 1988), du type d’agression (Howe, 1988), du nombre de victimations, de la conséquence de l’acte (Hermand et al.,1992) et de la répétition des questionnaires  (Roberts & Edwards, 1989). Plus précisément, les jugements de punition devraient être maximaux dans le deuxième questionnaire, pour une agression physique, intentionnelle, commise par un agresseur récidiviste, et qui entraîne des conséquences.

57Pour la variable « nombre de victimations » (nombre d’agressions subies par la victime), deux hypothèses peuvent être proposées. Les sujets peuvent éprouver de la compassion envers une victime plusieurs fois agressée et juger plus sévèrement l’agresseur. A l’inverse, les sujets peuvent considérer qu’une victime qui a subi plusieurs agressions a certainement une part de responsabilité dans ce qui lui arrive et manifester une sévérité moindre envers l’agresseur (Lerner & Simmons, 1966).

Participants

58Cette deuxième recherche porte sur 72 personnes qui se divisent en quatre groupes de sujets.

59Le premier groupe se compose de quatorze femmes et dix hommes, exerçant la fonction de soignant (infirmiers et aides soignants) au sein d'un Etablissement Psychiatrique et de Santé Mentale et qui ont subi une agression physique dans l'exercice de leur fonction.

60Le deuxième groupe est composé de soignants (treize femmes et dix hommes) exerçant dans le même établissement que le premier groupe qui ont subi plusieurs agressions physiques.

61Le troisième groupe rassemble neuf femmes et de six hommes incarcérés pour la première fois (primaires) dans un centre de détention du Nord de la France.

  • 3  Il s'agit ici d'une récidive générale (les individus ont commis plusieurs infractions de nature di (...)

62Enfin, le quatrième groupe regroupe six femmes et quatre hommes détenus récidivistes3 condamnés et incarcérés dans le même établissement que le troisième groupe.

Matériel

63Le matériel est composé de trente deux feuillets avec une histoire et une échelle de réponse.

64Chaque histoire comporte cinq informations qui constituent nos variables indépendantes. Il s’agit de l’intention de l’agresseur (il s'agit d'un accident ou d'un acte intentionnel), la récidive de l’agresseur (primaire ou récidiviste), le type d’agression (incivilité ou agression verbale), le nombre de victimations (la victime a déjà été agressée de cette manière ou jamais) et la conséquence de l’acte (pas de conséquence ou conséquence). En combinant les différents degrés de chaque variable, il en résulte 32 scénarios qui sont rangés et présentés dans un ordre aléatoire aux sujets.

65Comme dans la première expérience, les sujets sont amenés à effectuer 64 jugements puisque l’expérimentatrice leur présente deux fois les mêmes histoires.

66Un exemple d’histoire: “De manière délibérée, une personne, et ce n’est pas la première fois qu’elle agit de la sorte, frappe quelqu’un, qui n’a jamais subi ce type d’acte. Celui-ci est malheureusement touché”. Cette histoire correspond aux modalités suivantes: Intention délibérée - récidive - agression physique - victime jamais agressée de la sorte - conséquence.

67Le même type d’échelle que dans l’expérience 1 est utilisé par les sujets pour exprimer leur jugement.

68Le plan expérimental est donc: 4 x 2 x 2 x 2 x 2 x 2 x 2 avec le groupe (personnel soignant agressé une seule fois ou personnel soignant agressé plusieurs fois ou détenus primaires ou détenus récidivistes) comme facteur inter-sujets et l’intention (pas d’intention et intention), récidive (pas de récidive et récidive), le type de violence (incivilité et violence physique), le nombre de victimations (jamais subi ce type d’acte et déjà subi), la conséquence (pas de conséquence et conséquence) et la répétition des questionnaires (1er questionnaire et 2ème questionnaire) comme facteurs de mesures répétées.

Procédure

69La procédure est la même que dans l’expérience 1.

Résultats et discussion

70La conversion numérique est la même que dans l’expérience 1.

71Les répondants n'effectuent pas de jugements de punition différents (F(3, 68) < 1 ; ns). En effet, les jugements de punition moyens sont de 8.7 pour les soignants agressés une unique fois, de 9.5 pour les soignants poly-agressés, de 7.6 pour les détenus primaires et de 8.4 pour les détenus récidivistes. Même si l'on constate que les moyennes vont dans le sens attendu, c'est-à-dire que le personnel soignant présente en moyenne des jugements plus sévères que les détenus, ces résultats ne se révèlent pas significatifs d'un point de vue purement statistique. Ainsi, le personnel soignant n'effectue pas de jugements de punition plus sévères. La fonction du personnel soignant ainsi que la position de juge dans laquelle les répondants sont placés pendant l’expérience peuvent expliquer ce résultat. En effet, le rôle du personnel soignant n’est pas de juger mais de comprendre ces actes de violence qui sont parfois le seul moyen d’expression de la souffrance des malades (Rosset, 1994). Les soignants ayant appréhendé les agresseurs dans les histoires comme des malades mentaux, ils ont manifesté une indulgence prononcée envers eux. L'absence d'effet significatif entre les soignants poly-agressés et les soignants agressés une unique fois tend à renforcer l'idée que la compréhension de l'acte agressif caractérise la démarche des soignants et ce quel que soit le nombre de victimations subies.

72En outre, les personnes récidivistes ne sont pas plus indulgentes que les détenus primaires. Les caractéristiques des personnes rencontrées peuvent être à l’origine de ce résultat contraire à nos hypothèses. En effet, les questionnaires étant strictement anonymes, nous ne connaissions pas la longueur de la peine et l'infraction à l’origine de l’incarcération. De toute façon, ces deux informations ne préjugent pas totalement du degré d' « enracinement criminel » des personnes interrogées (Blatier, 1999).

73L’analyse de variance révèle la significativité de nos six variables indépendantes, à savoir l’intention (F(1, 68) = 59.7 ; p < 0.001), la récidive éventuelle de l’agresseur (F(1, 68) = 115.4 ; p < 0.001), le type d’agression (F(1, 68) = 21.3 ; p < 0.001), le nombre de victimations (F(1, 68 )= 5.8 ;  p = 0.02), la conséquence de l’acte (F(1, 68) = 69.8 ;  p < 0.001) et la répétition des questionnaires (F(1, 68) = 4.7 ; p = 0.03).

74En effet, comme dans l’expérience 1, les sujets sont plus sévères quand l’acte est délibéré (M = 9.8) que lorsqu'il est accidentel (M = 7.4), quand l’agression est physique (M = 9.5) plutôt que lorsqu'il s'agit d'une incivilité (M = 7.6), etquand l’acte est suivi d’une conséquence (M = 9.3 versus M = 7.8quand il n’y a pas de conséquence). Les répondants effectuent également des jugements de punition un peu plus sévères dans le second questionnaire (M = 8.7) que dans le premier (M = 8.4).

75En outre, la punition est plus importante pour l'agresseur récidiviste (M = 9.9) que pour l'agresseur primaire (M = 7.2). Ce résultat rejoint ceux de Slovic et Monahan (1995) qui indiquent clairement qu’une personne est considérée comme plus dangereuse lorsqu’elle a déjà commis des agressions auparavant. Cette information relative aux précédentes agressions perpétrées par une personne donnée est primordiale, tant pour les jugements de probabilité de récidive que pour les jugements de dangerosité.

76Néanmoins, l'effet de la récidive est modulé par le type de répondants (F(3, 68) = 4.9 ;  p = 0.004). L'analyse des contrastes indique que l'information relative à la récidive a le même impact sur d'une part, les soignants quel que soit le nombre de victimations subies (F(1, 68) < 1 ; ns) et d'autre part, sur les détenus quel que soit leur statut pénal (F(1, 68) < 1 ; ns). Cependant, le personnel soignant et les personnes incarcérées ne sont pas influencés de la même manière par cette information (F(1, 68) = 13.7 ; p < 0.001) : les détenus manifestent dans leurs jugements une distinction plus importante entre les conditions « non récidive » et « récidive ». La connaissance précise du code pénal acquise par les détenus d'une part ainsi que la remise en cause du savoir-faire des soignants lorsqu’un patient réitère un acte violent d'autre part, peut expliquer ce résultat.

77La sévérité à l'égard de l'agresseur est plus importante lorsque la cible a déjà subi ce type d'agression (M = 8.7) plutôt que quand elle subit cette agression pour la première fois (M = 8.4). Alors que cette information quant au nombre de victimations n’est pas a priori connue de l’agresseur lorsqu’il commet son acte, les sujets le punissent pourtant davantage. Les travaux de Alicke et Davis (1989), repris récemment par Hermand, Mullet, Tomera et Touzard (2000), vont également dans ce sens. Des informations indisponibles à un individu au moment où se déroule l’action, influencent néanmoins très fortement les jugements de punition à l'égard de celui-ci lorsque les conséquences sont graves. En particulier, ces études montrent qu'une personne, en légitime défense, est moins sanctionnée si son acte est orienté vers un individu présenté comme dangereux plutôt que vers un individu considéré non dangereux. Or, la personne qui se défend ne connaît pas toujours le degré de dangerosité de son agresseur.    

78Enfin, la variable conséquence est modulée par la récidive de l’agresseur (F(1, 68) = 6.4 ; p = 0.01). Les répondants sont plus sévères dans la condition « récidive et conséquence de l'acte » que dans les trois autres conditions. La présence d’un seul de ces deux facteurs peut engendrer une certaine clémence. Par contre, si les conséquences délétères et la récidive sont conjointement présentes, les peines prononcées sont hautement sévères.

79Cette étude montre donc que le personnel soignant et les personnes incarcérées ne présentent pas de jugements de punition différents. Une des critiques que l’on pourrait adresser à ce travail concerne le faible nombre de sujets par condition et ce particulièrement pour les personnes incarcérées. La participation aux expériences étant basée sur le volontariat, il nous a fallu accepter ce nombre limité de candidats. Il importe toutefois de souligner que l’analyse statistique réalisée à partir de ces échantillons de populations permet de contrôler cette caractéristique. Par ailleurs, l’hétérogénéité de nos participants ainsi que la multiplicité des variables manipulées dans ces études, alors même qu’elles peuvent paraître sources de biais, résultent de nos objectifs de recherche et de nos hypothèses et nous permettent finalement d’aboutir à des résultats intéressants. Il est vrai que nous aurions pu ne pas prendre en considération le sexe des sujets dans nos deux recherches, cette variable se révélant généralement non significative dans les divers travaux portant sur le jugement moral. La non-significativité de cette variable sur le jugement de punition, confirmée encore par les résultats de notre première recherche, nous a donc conduits à ne pas la traiter statistiquement dans la seconde.

DISCUSSION GENERALE

80Alors que les résultats de notre première recherche nous permettent de confirmer d’une part, l’indulgence des personnes incarcérées et d’autre part, la sévérité des victimes lors des jugements de punition, notre deuxième étude vient nuancer ces premiers résultats en mettant en évidence l’importance du sens attribué à la victimation. En effet, même si les professionnels interrogés dans le cadre de ces travaux ont subi le même type d’agressions (verbale et/ou physique), les uns se montrent très sévères tandis que les autres font preuve d’une tolérance telle que leurs jugements deviennent similaires à ceux des personnes détenues.

81La prise en compte de la personne à l'origine de l'agression semble essentielle. Les violences dont les agents de la SNCF sont la cible proviennent en général de n’importe quel usager, ce qui rend ces actes imprévisibles, gratuits et incompréhensibles. Les agressions du personnel soignant proviennent, quant à elles, de patients généralement considérés comme irresponsables. La violence étant parfois le seul moyen d’expression de certains malades, les professionnels de santé s’efforcent de mieux comprendre de tels actes. Il est d’ailleurs révélateur de noter que pour le même type de victimation, la qualification verbale qui en est donnée diffère: contrairement à la SNCF, les professionnels du milieu psychiatrique ne parlent pas d’agression mais "d’interaction violente" (Rioton, Peltier & Guibert, 1998). De plus, ce débordement de violence ne visant pas généralement les soignants de manière spécifique, ceux-ci ne considèrent donc pas avoir à faire à un « comportement agressif ». Cette interprétation rejoint tout à fait la position de la plupart des psychologues qui, quelle que soit leur spécialisation, font une distinction claire entre « violence » et « agressivité ». Leyens (1979), par exemple, définit l'agression comme "un comportement effectué avec l’intention de faire mal à autrui". Eu égard à cette dimension motivationnelle, Bergeret (1992) qualifie l'agressivité de véritable "perversisation de la violence". Il apparaît clairement, au regard de nos résultats, que ce n’est pas le comportement en soi qui importe mais bien la représentation que l’on s’en fait. Face à un événement tel qu’une agression, il est bien évident qu’une recherche de sens s’impose: ainsi, en fonction des informations disponibles, des explications causales seront avancées permettant, ou non, d’attribuer au comportement en question une signification. L’intention de l’auteur, inférée alors par la personne agressée, semble déterminante dans la mesure où cette inférence influe directement sur l’évaluation de la situation et le jugement porté à l’encontre de l’individu agresseur.

82Parallèlement à ces interprétations relevant des caractéristiques personnelles des individus agressifs et violents, il nous paraît évident que le statut social et le rôle social des professionnels interrogés lors de ces recherches ont eu une incidence sur leur appréciation des situations d’agression. La fonction de « soignant » ne suscite pas les mêmes représentations et attentes sociales que la fonction de « contrôleur » et l’on peut penser que la relation d’aide attachée aux professions de santé crée une sorte d’incompatibilité avec tout jugement de punition. Nous pouvons d’ailleurs nous demander si nos résultats ne constituent pas tout simplement le reflet de normes sociales mettant régulièrement en opposition le soin et la sanction.

83Nous pouvons aussi nous interroger quant à la force et la généralité de cette position. Plus précisément, la compréhension manifestée par les soignants et leur clémence à l'égard des actes de violence, alors même qu’ils ont été la plupart d’entre eux d’ores et déjà agressés plusieurs fois, sont-elles toujours intactes chez des personnes ayant fait par exemple l'objet d'un arrêt de travail suite à la violence d'un patient ? Les résultats de notre deuxième étude n’ayant pas mis en évidence de différence de jugement selon le nombre de victimations subies par les personnels soignants, il est effectivement logique de se demander jusqu’où peut aller cette indulgence. Celle-ci ne serait-elle pas finalement souhaitable, voire nécessaire, pour le personnel ? La compréhension dont fait preuve le personnel soignant, et ce même s’il est régulièrement confronté à la violence, n’est-elle pas en fait également un moyen de préserver une image positive de la fonction que l’on occupe et donc de soi-même ? Finalement, ce fonctionnement ne constitue t-il pas une sorte de stratégie, plus ou moins consciente, d’adaptation face aux agressions, permettant de « mieux les vivre » ?

84Par ailleurs, cette attitude de bienveillance permanente des soignants à l’égard des personnes se montrant agressives se révèle t-elle bénéfique pour celles-ci ? Se pose en fait ici encore la question complexe du « traitement » des individus présentant à la fois des troubles psychiques et des comportements transgressifs. Il semble que cette problématique se traduise aujourd’hui, au niveau social et politique,  par cette interrogation : l’irresponsabilité doit-elle assurer l’impunité ?

Haut de page

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Alicke MD, Davis TL. 1989. The role of a posteriori victim information in judgments of blame and sanction. Journal of Experimental Social Psychology 25: 362-77

Anderson NH. 1981. Foundations of information integration theory. New York: Academic Press

Anderson NH, Hommers W. 1985. Algebraic schemes in legal thought and in everyday morality. In Criminal Behavior and the Justice System, ed. H Wegener, F Losel, J Haish. New York

Bandura A. 1977. Social learning theory. Englewood, N.J.: Prentice-Hall

Bergeret J. 1992. La violence fondamentale. Paris: Dunod

Berscheid E, Walster E. 1967. When does a harmdoer compensate a victim? Journal of Personality and Social Psychology 6: 435-41

Blatier C. 1999. La délinquance des mineurs : l'enfant, le psychologue, le droit. Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble

Blatier C, Robin M. 2000. La délinquance des mineurs en Europe. Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble, Collection Transeurope

Boyes MC, Allen SG. 1993. Styles of parents-child interaction and moral reasoning in adolescence. Merill Palmer Quaterly 39: 551-70

Cortese AJ. 1989. The interpersonal approach to morality : A gender and cultural analysis. Journal of Social Psychology 129: 429-41

Cusson M. 1998. La criminologie. Paris: Hachette supérieur

Forsyth DR. 1980. A taxonomy of ethical ideology. Journal of Personality and Social Psychology 39: 175-81

Gilligan C. 1982. In a different voice : Psychological theory and women's development. Cambridge: Harvard University Press

Hermand D, Mullet E, Prieur C. 1992. Moral judgment and consequences integration : an information integration approach. Social Behavior and Personality 7: 587-95

Hermand D, Mullet E, Tomera P, Touzard V. 2000. The relationship between intent, consequences, the dangerousness of the victim and blame : The case of self-defense. Psychology, Crime and Law 1: 1-13

Hoffman M. 1983. Affective and cognitive processes in moral internalization. In Social cognition and social development. A sociocultural perspective, ed. ET Higgins, DN Rubble, WH Hartup, pp. 236-74. Londres: Cambridge University Press

Hogan R. 1973. Moral conduct and moral character : A psychological perspective. Psychological Bulletin 79: 217-32

Howe ES. 1988. Dimensional structure of judgments of crimes. Journal of Applied Social Psychology 18: 1371-93

Howe ES. 1994. Judged person dangerousness as weighted averaging. Journal of Applied Social Psychology 24: 1270-90

Kohlberg L. 1976. Moral stages and moralization : The cognitive developmental approach. In Moral development behavior, ed. T Lickona. New York: Holt, Rinehart, & Winston

Leon M. 1980. Integration of intent and consequence information in children's moral judgments. In Information integration by children, ed. F Wilkening, J Becker, T Trabasso. Hillsdale: Erlbaum

Leon M. 1982. Rules in children's moral judgments : Integration of intent, damage and rationale information. Developmental Psychology 18: 835-42

Leon M. 1984. Rules mothers and sons use to integrate intent and damage information in their moral judgments. Child development 55: 2106-13

Lerner MJ, Simmons CH. 1966. Observer's reaction to the "innocent victim" : compassion or rejection? Journal of Personality and Social Psychology 4: 203-10

Leyens J-P. 1979. Psychologie sociale. Lièges: Mardaga

Piaget J. 1932. Le jugement moral chez l'enfant. Paris: Presses Universitaires de France

Przygodzki N. 1997. Relations entre blâme, intention, conséquences, âge de l'agresseur et âge de la victime chez les enfants, les adultes et les personnes âgées. Lille: Presses Universitaires du Septentrion

Przygodzki N, Mullet E. 1993. Relationship between punishment, damage and intent to harm in the incarcerated : an information integration approach. Social Behavior and Personality 21: 93-102

Przygodzki N, Mullet E. 1997. Moral judgment and aging. Revue Européenne de Psychologie Appliquée 47: 15-21

Przygodzki N, Mullet E. 1999. Devient-on plus sévère à force de juger? Bulletin de Psychologie 52: 531-4

Rioton B, Peltier MP, Guibert S. 1998. Les accidents du travail du personnel soignant au court d'interactions violentes avec des patients en milieu psychiatriques. Information Psychiatrique 74: 153-61

Roberts JV, Edwards D. 1989. Contextual effects in judgments of crimes, criminals and purposes of sentencing. Journal of Applied Social Psychology 19: 902-17

Rosset G. 1994. Passage à l'acte et inscription. Soins psychiatrie 168: 14-8

Slovic P, Monahan J. 1995. Probability, danger, and coercion. A study of risk perception and decision making in mental health law. Law and human behavior 19: 49-65

Surber CF. 1977. Developmental processes in social inference: Averaging of intentions and consequences in moral judgment. Developmental Psychology 13: 1018-29

Surber CF. 1982. Separable effects of motives, consequences and presentation order on children's moral judgments. Developmental Psychology 18: 257-66

Vidal F. 1998. Immanence, affectivité et démocratie dans le jugement moral chez l'enfant. Bulletin de Psychologie 51: 585-97

Haut de page

Notes

1  La justification de l'acte correspond à un déplacement de l'agressivité car l'agresseur avait été préalablement irrité. Lorsque l'acte est injustifié, l'agresseur agit sans raison apparente.

2  Les âges ont été choisis pour correspondre aux différents stades de développement, c’est-à-dire l’enfant (10 ans), l’adolescent (16 ans), le jeune adulte (30 ans) et l’adulte âgé (55 ans).

3  Il s'agit ici d'une récidive générale (les individus ont commis plusieurs infractions de nature différente).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Desombre, Nathalie Przygodzki-Lionet, Annick Durand-Delvigne et Sabine Debosscher, « Auteurs d’infractions et victimes d’agressions : Impact de la violence et du contexte professionnel sur le jugement de punition », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. II | 2005, mis en ligne le 06 juillet 2005, consulté le 25 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/333 ; DOI : 10.4000/champpenal.333

Haut de page

Auteurs

Caroline Desombre

Nathalie Przygodzki-Lionet

Annick Durand-Delvigne

Sabine Debosscher

Les auteurs appartiennent à l’équipe PSICO (EA 3584) Université Charles de Gaulle – Lille 3 U.F.R. de Psychologie. Domaine Universitaire du "Pont de bois" - B.P. 149 59653 Villeneuve d'Ascq Cedex – France. caroline.desombre@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org