Navigation – Plan du site

Compte rendu du livre de Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée, Paris, La Découverte/Zones, 2007

Frédéric Ocqueteau

Texte intégral

1Internet, le téléphone portable et la voiture piégée sont trois des ingrédients récurrents des conflits dits de la quatrième génération ou des open source conflicts, annonçant le triomphe de l’infrastructure du terrorisme global en réseau. L’attentat traditionnel à la voiture piégée serait-il alors devenu une arme périmée ? Rien n’est moins sûr d’après Mike Davis, pour qui cette technique restera encore longtemps le pain quotidien et l’infanterie lourde du terrorisme urbain.

2Voilà ce qui intéresse le célèbre visionnaire de la « City of Quartz » et du « Pire des mondes possibles » dans ce nouvel ouvrage : l’histoire des sinistres usages de cette arme de carnage par destination. Et le drame, en dépit de la comptabilité macabre des victimes coupables ou innocentes dressée dans de saisissants tableaux, c’est qu’il passionne le lecteur de bout en bout. D’abord, l’opus s’inscrit dans un mouvement d’études sociologiques sur les transferts de technologie par les savoir-faire, un must des sciences humaines d’aujourd’hui, dont la socio criminologie aurait tout intérêt à faire son miel pour renouveler pas mal de ses angles d’attaque. C’est en effet par ce biais qu’est construite une thèse effrayante : l’usage planétaire du bombardier du pauvre (la métaphore se réfère au chariot bourré d’explosifs de l’anarchiste italien Buda lancé par un cheval au galop dans Wall Street en 1919) vise à saper l’armature morale et physique des villes cibles, et engendre les mutations les plus significatives de la réalité et du style de vie urbain.

3Comment ce petit ouvrage iconoclaste convainc-t-il que la mécanique du pire a encore de beaux jours devant elle ? Sept propriétés caractérisent aux yeux de l’auteur l’usage des véhicules piégés en tant qu’armes du pauvre. Ce sont des instruments irréguliers mais puissamment efficaces quant aux dégâts qu’ils provoquent dès lors qu’ils ne ratent pas leurs cibles. Ils font du bruit, tant dans leurs impacts immédiats que différés (propagande pour la cause revendiquée), que leurs auteurs soient des puces écrasées au sein de régimes qui les bâillonnent, ou des éléphants telles ces organisations de résistance à large assise populaire. Ce sont des armes très peu onéreuses : une voiture volée et 400 € d’engrais chimique et d’électronique de contrebande suffisent à tuer 50 personnes alors qu’un missile de croisière censé riposter, coûterait au Pentagone 1 milliard de dollars l’unité. Les attentats sont très faciles à organiser par des presque amateurs, vu que les ingrédients nécessaires et les procédés sont abondamment décrits sur la Toile y compris dans les catalogues de la bibliothèque du Congrès américain. Le caractère fortement anonyme de cette arme permet de ne laisser qu’un minimum d’indices surtout quand les attentats sont commis par des kamikazes s’explosant dans la cible, le pied attaché à la pédale d’accélérateur. Enfin, l’effet destructeur de l’instrument est indiscriminé, autrement dit, les dégâts latéraux et collatéraux sont multiples, même s’ils ne sont pas toujours bien anticipés par les commanditaires.

4Sur ce dernier point, Mike Davis délaisse le registre de la realpolitik, introduisant un jugement de valeur explicite sur une méthode jugée fondamentalement fasciste, dans la mesure où la cause défendue sera toujours souillée du sang d’innocents. Une considération évidemment indifférente de la part du faible ou du pauvre, quoique… pas toujours. Maints exemples de l’histoire ont démontré que la technique s’était rapidement retournée contre les apprentis sorciers, au point que plus personne, des faibles et des forts, ne parviendrait à s’y retrouver pour mettre fin à la spirale de la terreur, contre-terreur et contre-contre-terreur.

5Cette banalité du carnage arrange évidemment pas mal d’intérêts pour peu que l’on raisonne selon une vision machiavélienne des choses depuis que l’industrie de l’attentat au camion piégé a remplacé le stade artisanal. Si le moyen est incontestablement fasciste dans ses conséquences, les causes défendues sont parfois justes, et c’est un dilemme récurrent au sujet duquel l’auteur n’hésite pas à trancher. Il ne s’interdit jamais d’épingler l’énorme responsabilité des puissances américaine, britannique, israélienne et française dans la mécanique du déclenchement de la terreur du dominé, quand elles ne l’y ont pas aidé (in)directement. À partir d’une documentation historiographique et journalistique critique d’origine essentiellement américaine (les Français trouveront évidemment à redire aux visions très peu nuancées sur l’histoire du terrorisme basque ou corse par exemple), on assiste aux mouvements saccadés de la respiration d’une Histoire mondiale dépeinte à la hache, à la manière d’une vaste roue incapable de se mouvoir sans écraser quelqu’un, si l’on veut paraphraser Victor Hugo.

6La visite guidée de Mike Davis nous entraîne, par un habile découpage de l’ouvrage, à New York dans les années 1920, puis au sein du tout nouvel État d’Israël en 1947, parmi le groupe Stern des combattants irréguliers de la droite sioniste rejoints par les miliciens de l’Irgoun. Après quoi, on revisite le rôle des motocyclettes et voitures piégées aux derniers jours de l’occupation coloniale à Saigon (1953), en passant par le festival de plastic déclenché par les commandos Delta de l’OAS dans l’Algérie des années 1961. La technique essaime en Corse au point que des nationalistes lui empruntent le terme de plasticage. Les méthodes se raffinent certes, mais les techniques évoluent encore assez faiblement : lors de la deuxième guerre d’Indochine (1963-1966) par exemple, le Viet-Cong s’en prend à l’ambassade des États-Unis à Saigon, tandis que l’organisation F-100 dissémine, selon une méthode dite de la « fourmi », des charges de plastic dissimulées dans les cadres de bicyclette, paniers à provisions ou landaus. Il s’agit d’instiller la peur parmi tous les membres de la communauté américaine, une stratégie payante à la longue avant l’offensive du Têt. L’auteur y voit le prototype de toutes les guérillas urbaines ultérieures.

7L’année 1969 marque un saut qualitatif quand des étudiants hostiles à la guerre du Viêt-Nam testent un nouveau mélange explosif de nitrate et de fioul, l’ammonitrate de synthèse à base d’ammoniaque étant alors utilisée à grande échelle par l’agriculture. La puissance destructrice du mélange ayant démontré ses effets dans le Wisconsin, l’IRA l’expérimente rapidement à Belfast en inaugurant une nouvelle technique militaire, l’arme semi stratégique de l’attentat à la voiture piégée, amplifiant la capacité destructrice des moyens traditionnels de l’armée clandestine, épargnant ainsi la vie d’un plus grand nombre de combattants anonymes. Mais c’est dans Beyrouth, au Proche et Moyen-Orients des années 1980, que vont s’élaborer d’une part la cuisine de l’enfer et s’expérimenter à grande échelle d’autre part les nouvelles techniques d’attentat par le biais des suicides altruistes de kamikazes rationnels ou fanatisés, suivant la lecture réaliste ou pathologique que l’on peut faire de leurs comportements. L’usage en devient massif parmi les jihadistes du Hezbollah pour contrer la technologie militaire de pointe des USA et d’Israël. Cette affaire est au demeurant suffisamment documentée pour permettre à l’auteur de s’attarder sur la façon dont les différents candidats au martyre sont financés par l’Arabie saoudite, parmi lesquels de nombreux diplômés des cours de sabotage montés par la CIA et les services secrets pakistanais en Afghanistan (ISI).

8Les années 1990 sont à lire comme les années d’une irrésistible mondialisation des savoir-faire terroristes dans la technique des véhicules piégés, Tigres tamouls, sicaires de Pablo Escobar et acteurs de la drogue des cartels de Medellin et de Cali, ou résistants tchétchènes, ayant, chacun à leur manière, raffiné les usages et justifié la restriction ou l’élargissement du périmètre de leurs cibles et de leurs victimes.

9L’auteur dresse in fine un bilan précis des zones de la planète les plus concernées par la terreur mondialisée : au moins 23 États sont principalement concernés et 35 États ont été les cibles principales d’un attentat majeur au cours du dernier quart du siècle : l’Europe de l’Ouest et le Moyen-Orient ont été les plus touchés, à la différence de l’Extrême-Orient. En apothéose : l’Irak sous occupation US depuis 2003, devenu l’épicentre mondial du phénomène : 9 000 victimes civiles, entre juillet 2003 et juin 2005, à Bagdad et Falloudja, un terrain de jeu infernal pour nouveaux cavaliers de l’apocalypse motorisée.

10Il reste à méditer une chose. Non seulement, les « bulles de sécurité », aussi sophistiquées seraient-elles devenues, n’ont jamais réussi à rien empêcher, sauf à avoir déplacé la main terroriste vers des cibles plus faciles (les villes touristiques notamment), mais surtout, la résistance et la contre-terreur n’auraient fait qu’alimenter la mécanique du pire. La stratégie de Nelson Mandela et la conquête du pouvoir par l’ANC fut une magnifique exception qui confirma la règle. Elle n’a apparemment rien appris à la plupart des politiciens ou leaders confessionnels au crâne obtus mais devrait pourtant être méditée. Mandela comprit en effet que la voiture piégée ne pouvait qu’affaiblir la cause du faible pourtant capable, à force de patience, de se renforcer par le biais de moyens pacifiques, et de finir par triompher comme la fin du régime d’apartheid l’a démontré. Cet exemple est bien choisi, mais il apparaîtra bien naïf à une majorité de faibles et de forts, impatients d’en découdre rapidement. Les faibles faucons, rage et désespoir chevillés au corps, n’ont souvent pas le loisir d’attendre le moment de devenir sur terre de fortes colombes. Le cycle vindicatoire de la terreur indéfiniment perpétuée disposera toujours de plus d’adeptes que de sages à l’autorité morale et à la lucidité stratégique indiscutables. C’est pourquoi la « petite histoire » de Mike Davis n’est pas le cauchemar de notre horizon, mais bel et bien celui de notre avenir assuré.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/3453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Compte rendu du livre de Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée, Paris, La Découverte/Zones, 2007 », Champ pénal/Penal field [En ligne], Lectures, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://champpenal.revues.org/3453

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

Directeur de recherche au CNRS-CERSA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org