Navigation – Plan du site
Articles

« je désire quitté la france pour quitté les prisons. » [2ème partie]

Les requêtes de prisonniers pour obtenir leur exil (années 1870)
Prisoners' requests to be sent into exile, written in the 1870s
Jean-Claude Farcy
Traduction(s) :
Prisoners' requests to be sent into exile, written in the 1870s

Résumés

Utilisant un corpus de 500 lettres de prisonniers, écrites dans les années 1870, et demandant à quitter la France pour échapper à l’emprisonnement et à la surveillance légale, cet article s’interroge sur les conditions d’une écriture prisonnière particulière, celle de la requête administrative. Cette prise de parole, censurée et étroitement codifiée, laisse malgré tout percevoir l’imaginaire des détenus, la façon dont ils vivent l’enfermement, et témoigne, parfois, d’une mise en cause d’un système pénitentiaire qui ne laisse alors pas de place à la réinsertion, une fois la peine expirée.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XIXe siècle, années 1870
Haut de page

Notes de la rédaction

La 1ère partie de cet article est accessible via ce lien.

Texte intégral

Une écriture prisonnière particulière : « j’ai l’honneur d’avoir recours à votre excellence et de lui demander qu’elle veuille bien s’intéresser à ma triste position »1

  • 1 Louis Marie François Audrand, lettre du 29 septembre 1878, dépôt de condamnés de Saint-Martin-en-Ré (...)
  • 2 Aunay veuve Garraud, lettre du 18 avril 1875, maison centrale de Rennes (H 248).

1La requête adressée au ministre implique l’effacement de celui qui l’envoie : le prisonnier se réduit à un numéro d’écrou, un casier, une liste de condamnations… alors que la demande vise à renouer avec l’espoir, à refaire une vie nouvelle, loin de la métropole. La contradiction est renforcée par la distance entre le détenu et le destinataire, le ministre, voire le chef de l’État, personnage tout puissant, dépositaire du sort de chacun : “ Daignez, Monsieur le Ministre, accueillir l’humble demande d’une infortunée dont vous pouvez décider le sort ”2. Pourtant, cette infortunée devra bien s’efforcer de trouver les mots pour intéresser le ministre et l’amener à prendre une décision qui lui soit favorable. Après avoir exposé “ avec le plus profond respect à son Excellence ” sa condamnation (travaux forcés à perpétuité pour empoisonnement, aux assises de Laval en 1873), elle en vient à ce qui, pour elle, est essentiel et motive sa démarche : “ il me reste un enfant de neuf ans, qui m’est toujours bien cher ; la perspective de m’en voir séparée pour si longtemps, m’est tellement pénible, que je me résigne à faire cette démarche près de Votre Excellence ”. Et de promettre que si on lui permet de “ partir pour le premier convoi pour la Nouvelle-Calédonie ” avec son enfant, elle fera tous ses efforts pour “ gagner honorablement ma vie et celle de mon enfant, étant rendue à ma nouvelle destination ; le travail ne me coûte pas, je suis remplie de bonne volonté ; il me semble que nous ne serons pas malheureuse, j’en ai un véritable espoir. ” Comment douter de la sincérité de ces derniers mots et de la dignité dont ils témoignent ?

2Le genre de la supplique implique un jeu subtil entre effacement et mise en valeur de la personnalité du requérant. À travers toutes les contraintes - censure, illettrisme, genre imposé - se font jour des personnalités qui revendiquent à leur manière leur droit à l’existence sinon leur liberté, et parfois, contestent la société qui a broyé leur vie.

Contraintes et normes de l’écriture

Une correspondance très réglementée : « Extrait du règlement. Il est interdit aux détenus… »3

  • 3 Début de l’extrait du règlement de la centrale de Loos apposé sur le papier à lettres distribué aux (...)
  • 4 Toutefois en cas d’urgence (décès dans la famille, par exemple) l’administration peut accorder des (...)

3On vient de voir comment le courrier adressé aux autorités bénéficie d’un statut particulier, révélateur d’une réglementation visant à contrôler de près la correspondance des prisonniers. Celle-ci doit respecter des normes pénitentiaires très strictes pour ce qui est de sa fréquence et de son contenu (Krakovtich, 1992, 159-160). À lire l’extrait des règlements reproduits sur le papier à lettres distribué par la direction des diverses centrales, les détenus n’ont le droit d’écrire qu’une seule lettre par mois, sauf l’exception de Fontevrault où la périodicité est fixée par quinzaine4. Toutes les lettres partant de la centrale devant être affranchies, on ne manque pas d’insister sur l’interdiction absolue d’envoyer aux détenus des timbres postes, disposition visant sans doute à déjouer une correspondance secrète mais dont l’effet est également de limiter les possibilités matérielles d’envoyer une lettre, le coût d’un timbre n’étant pas négligeable pour un pécule modeste, amputé par des retenues diverses. Les punitions peuvent avoir cet effet, et elles servent également à limiter la fréquence du courrier : “ Les détenues peuvent être privées de correspondance, à titre de punition ” (Cadillac).

4Limité dans sa périodicité - sans compter les lettres qui s’égarent, notamment à destination des bagnes -, le courrier est également très surveillé dans son contenu. Le règlement fixe des interdits : les détenus “ ne peuvent s’entretenir que de ce qui concerne leur famille, leur position, leurs intérêts particuliers ” (Nîmes). Comme partout l’administration peut retenir les lettres ne respectant pas cette disposition, il y a là un puissant moyen de contrainte pour les détenus, d’autant que beaucoup, par dignité (et aussi par souci de ne pas inquiéter leurs proches), sont portés à ne pas trop s’épancher sur leur sort, et donc à taire tout ce qui a rapport avec leur condition. Le règlement de Cadillac, écrit sans doute pour une population féminine avec les représentations que cela implique, précise ce qui peut être censuré par les directions : “ Sont retenues les lettres injurieuses et inconvenantes, - celles contenant des renseignements politiques ou frivoles, - celles écrites en langue étrangère, - celles provenant d’un auteur inconnu ou non autorisé ”. Comme l’indique ce règlement, les lettres doivent toujours être rédigées en langue française. Pour vérifier l’application de ces dispositions, tout le courrier est lu par l’administration de la centrale, à l’arrivée comme au départ, et l’on prend soin, dans cet objectif, de permettre une identification précise des correspondants : numéro d’écrou et indication de l’atelier de travail sont imposés pour empêcher toute confusion possible en la matière.

5Écrits fréquemment sur un papier à en-tête de la prison, papier dont les dimensions mêmes réduisent la longueur de la correspondance - autre forme de censure -, les lettres partant de la prison sont donc soumises à des contraintes qui entravent très sérieusement la liberté des détenus. Un des rares espaces d’intimité - celui des liens avec les proches - est ainsi placé sous le regard inquisiteur de l’administration pénitentiaire. Cette censure s’applique naturellement au courrier destiné aux autorités, mais, paradoxalement, il y a peut-être plus de “ liberté ” dans cette correspondance très particulière. Certes, les critiques concrètes sur la vie à la prison risquent de bloquer une lettre dès le départ. Mais, en même temps, la requête adressée au ministre, portant sur un changement de pénitencier ou sur la volonté d’échapper au retour en prison à la libération, ne peut pas faire l’impasse complète sur le régime pénitentiaire, ne serait-ce qu’en termes généraux. Les demandes ont besoin d’être motivées. La dénonciation du régime de la surveillance légale témoigne d’une certaine absence de censure. Il est possible que les directions de prison ne soient pas fâchées de laisser s’exprimer de telles doléances - qui d’ailleurs ne mettent pas en cause leur administration -, dans la mesure où elles peuvent espérer ainsi ne plus revoir les mêmes récidivistes, facteurs de structuration de la société des prisonniers et donc de tensions au sein de l’établissement. Le meilleur moyen de se débarrasser des esprits rebelles n’est-il pas de leur faciliter une expatriation, ou, à tout le moins, un changement de pénitencier ? Par intérêt, les directions de prison ont pu - l’hypothèse mérite d’être avancée - atténuer, relativement et sur certains aspects, la censure du courrier destiné aux autorités, en particulier pour celui demandant un transfert dans une colonie pénitentiaire outre-mer.

Écriture et illettrisme : « Florantin ne sachant pas signé a fait une croix »5

  • 5 Lettre commune - rédigée par un écrivain - de Louis Florantin et Arthur Thuillier, 16 mai 1882, pri (...)
  • 6 Marie Doutre, lettre du 23 novembre 1872, maison centrale de Montpellier (H 252).

6Contrôlé par l’administration, le courrier doit d’abord être… rédigé. Il n’est pas dit à tout prisonnier d’écrire lui-même une demande de transfert à la Nouvelle-Calédonie, dans la mesure où l’illettrisme est encore très répandu, dans les années 1870, parmi une population pénitentiaire issue en majorité des couches populaires. Nombreux sont les exemples de requêtes témoignant de l’analphabétisme de leurs auteurs, le rédacteur de la missive signalant que le suppliant a simplement signé ou que des tiers (parfois un administrateur de la prison) ont authentifié la lettre : “ Les témoins soussignés certifient que la nommée Doutre a déclaré ne savoir signer et qu'elle a mis une croix ”6. Le plus souvent l’écrivain de service se contente de mettre, au bas de la lettre, les prénoms et nom du requérant, avec une graphie prolongeant la lettre finale pour imiter une signature, accompagnés de la mention : “ Illettré (e) ”. La faculté de savoir signer est bien loin, évidemment, d’indiquer un niveau d’instruction permettant de savoir écrire. La comparaison entre la signature et les lignes précédentes suffit à indiquer que le requérant a fait appel à une autre plume. Pour les détenus passés de la maison d’arrêt à la centrale, ou ayant été mutés, quand les demandes d’envoi aux colonies ont été répétées, il est fréquent de trouver des écritures différentes.

7On reconnaît rapidement les écritures authentiques, souvent malhabiles, peinant à respecter les lignes droites, traçant avec difficulté les mots et faisant usage d’une orthographe purement phonétique, parfois relevée à son arrivée - pour son humour involontaire - dans les bureaux du ministère, comme le montrent la mention “ Joli ! ” apposée en marge et les mots soulignés, a posteriori, dans la lettre de ce prisonnier d’Arras :

  • 7 Sénéchal, lettre du 13 décembre 1881, prison d’Arras (H 262).

“ Je vous adresse cette demande comme je suis bien desidé à me faire transporter à la Nouvelle Calédonie, libre. je suis à la maison d'aret pour une petite peigne à faire aussitôt la respiration je voudrai partir. Mai mes moyen me permettre pas de partir pour mon contre. Je voudrai partir au contre de l'état : et je voudrai partir à la première embarquation… ”7.

8Même quand l’écriture n’appelle pas les remarques ironiques du destinataire, la confusion est fréquente dans les connaissances relatives à la géographie (pour les lieux de destination souhaités) comme dans les notions pénitentiaires : on a déjà noté l’incertitude quant à l’emploi des termes de déportation, transfèrement, transportation dans les colonies.

  • 8 Louis François Soit, lettre du 16 mars 1873, maison centrale de Beaulieu (H 262).
  • 9 Joseph et Marie Virginie Moninoz, lettre du 4 juin 1874, prison de Bourg (H 259).
  • 10 Emmanuel Bourgeois, lettre du 3 avril 1873, maison centrale de Beaulieu (H 249).

9Aussi est-il attendu que la rédaction de ce courrier - peut être plus encore que celui destiné à la famille dans la mesure où l’on s’adresse directement au ministre et que l’enjeu est très important - soit souvent confiée à des écrivains dont l’identité reste malheureusement inconnue. Il est rare que l’un d’eux signe de son nom comme celui qui rédige la demande d’un prisonnier de Beaulieu en 1873 : “ Pour le pétitionnaire qui ne sait écrire, Le Cordiez ”8. Quant à la fonction et au statut de ces rédacteurs, elle n’est indiquée qu’une fois, et n’est alors très certainement pas représentative, car il s’agit d’un avocat, sollicité à la maison de justice, dans le prolongement de son travail de défense : “ Les époux Moninoz ne sachant pas écrire ont prié leur défenseur devant la cour d'assises de vous adresser la présente pétition en leur nom ”9. On peut supposer qu’il s’agit du personnel de la prison (greffier), de visiteurs étrangers (instituteur, membres de commissions de surveillance) ou de détenus plus instruits (Krakovitch O, 1992, 160-161). En tout cas, leur présence est certaine et a du inspirer la forme même des requêtes authentiques. Il suffit de classer le courrier conservé par centrales pour repérer rapidement des lettres types, à l’écriture semblable, suivant le même plan, utilisant à quelque chose près les mêmes formulations. Ainsi sur la cinquantaine de lettres émanant de la centrale de Beaulieu, plus de la moitié sont de la plume d’écrivains. On peut distinguer aisément cinq modèles différents dont l’un repris onze fois et les autres, respectivement six, quatre et trois fois. Dans la rédaction la plus fréquente, la composition suit toujours le même ordre : la condamnation servant d’identité, les motifs, la demande et la formule de politesse. La formulation est stéréotypée. Par exemple, pour les motivations, on retrouve toujours la même phrase : “ Que poussé par la honte et ce sentiment qui l’empêche de se représenter, à sa libération, auprès de ses anciennes relations, il est animé du plus vif désir de s’expatrier au loin ”. Quelques mots supplémentaires peuvent être ajoutés, tenant compte du passé ou de la personnalité du requérant, mais à condition de se couler dans le moule initial. Ainsi dans le type décrit pour Beaulieu, on fait parfois état des déboires conjugaux de l’intéressé pour renforcer l’idée d’une perte de tous liens avec la métropole : “ Que le doute sur la fidélité de sa femme, motif de sa condamnation, ne peut désormais plus l'attacher au sol natal ”10. Presque toujours la signature n’est pas celle du suppliant mais est imitée par l’écrivain. Il semble bien, au moins pour cette maison centrale de Beaulieu, que ce dernier appartienne à l’administration pénitentiaire. Des gardiens ou le personnel du greffe ont dû inspirer une formulation très administrative, parfois proche du style juridique. On peut supposer l’existence de modèles disponibles dans les bureaux : il arrive que certains soient repris par deux écrivains différents, l’écriture faisant la seule différence au final. Paradoxalement, les textes les plus authentiques, échappant - partiellement - aux modèles répandus dans la centrale, sont ceux écrits sur le papier officiel, à en-tête de la prison…

10En tout cas, même si le rédacteur est un avocat ou une personne extérieure à la prison, la formulation administrative comme la volonté de reprendre le style juridique témoignent bien des contraintes formelles qu’impose ce genre de démarche pour le détenu. L’objet même de la lettre - une requête - dicte sa forme.

Codes et pratiques de la supplique : « Votre très humble et très obéissant serviteur »

11La forme de la lettre est en grande partie déterminée par le destinataire auquel on doit s’adresser en respectant certaines règles (formules de politesse, composition), en usant d’une argumentation et d’un style susceptibles de fléchir sa volonté. Dans cet art très codifié de la supplique, les chances ne sont pas égales : la masse des détenus est très loin d’avoir l’aisance rhétorique des lettrés. On s’en remet alors à l’écrivain, aux modèles, en tentant parfois de faire passer un peu d’authenticité.

12La requête est adressée, dans l’immense majorité des cas, à un ministre. Comme les prisons dépendent de l’Intérieur, c’est d’abord à ce ministère qu’est envoyé ce courrier particulier, le ministère de la Marine - le seul habilité à accorder un passage gratuit vers une colonie ou dont l’avis est décisif pour un transfèrement - venant en seconde position. Le ministère de la Justice est peu sollicité : une dizaine de lettres seulement lui sont envoyées. Il est rare également - une dizaine de fois - que le suppliant s’adresse directement au chef de l’État, Empereur ou Président de la République. De même la sollicitation d’autorités de niveau inférieur, comme le procureur ou le préfet est l’exception, étant le fait de détenus en préventive ou venant d’être jugés. Il n’y a donc pas de surprise : on frappe à la bonne porte, peut-être sur les conseils de la direction de la prison, dans un souci d’efficacité.

  • 11 Edmond Chenon, cf. note 95 de la première partie.
  • 12 Marie Le Folle, lettre du 21 novembre 1872, prison de Saintes (H 256).
  • 13 Urbain Jiverny, lettre du 22 septembre 1873, maison centrale de Beaulieu (H 255).

13S’adresser au ministre, c’est au premier chef respecter les formules de politesse en usage. Là encore, on imagine la difficulté des prisonniers de milieu modeste à trouver leurs mots : les modèles en circulation, les conseils d’un greffier ou d’un gardien ont dû être d’un grand secours. L’appel de la lettre posait le moins de difficulté : “ Monsieur le Ministre ” est repris au moins dans huit cas sur dix, avec rarement l’ajout du poste (Intérieur, Marine). Les plus flatteurs commencent par “ A Son Excellence ” ou utilisent cette seule dénomination. Ils sont plus nombreux (une quarantaine) que les détenus plus démunis intellectuellement, lesquels se contentent d’un simple “ Monsieur ” (une trentaine de lettres). Le traitement au cours du texte respecte cette hiérarchie : c’est toujours “ Monsieur le Ministre”, “ Votre Excellence ” ou le simple “ Monsieur ” qui est rappelé, généralement - dans les lettres les plus courtes - une seule fois, juste avant la formule de politesse finale. Cette dernière est une figure imposée, le requérant se présentant comme le “ très humble très dévoué et très obéissant serviteur ” ou la “ très humble et soumise servante ”. Les variantes sont peu nombreuses. Soit la formule est directe, quant l’authenticité et la simplicité vont de pair avec l’ignorance du monde des puissants. Soit, au contraire, quand la flatterie est de mise, on insiste sur “ la soumission du plus humble de vos serviteurs ”, sur son “ éternelle reconnaissance ”. On peut aussi s’abaisser au rôle de l’“ indigne serviteur ” (le requérant utilisant à son profit la condamnation dont il est l’objet) ou jouer sur le contexte d’une nation vaincue en se présentant comme “ votre très humble et dévoué subordonné qui prie Dieu pour vous et mon pauvre pays ”11. On discerne aisément ceux qui, faute de modèle à leur disposition, retrouvent les mots simples de tous les jours, les seuls qu’ils aient jamais connus : “ je vous salue vôtre servante ”12, “ je vous salut votre malheureux prisonnier ”13 ; ou, plus rapide encore, le “ je vous salut ”, formule qui accompagne les requêtes les plus courtes, car les plus difficiles à rédiger comme celle de ce prisonnier de Beaulieu qui tient tout entière en quelques lignes :

“ Je vous écrits ces quelques lignes pour vous faire savoir que je suis à la maison Centrale de Beaulieu, je vous demande que vous vous occupiez de moi pour me faire transféré à la nouvelle calédonie, auqu'el j'ai à faire 7 ans et 10 ans de surveillance, je vous prie de vous occuper de moi et de faire votre possible pour m'y envoyer.

  • 14 Auguste François Prestant, lettre du 27 avril 1873, maison centrale de Beaulieu (H 260).

Je vous salut14 ”

14Il n’est pas question, dans ce cas, de faire appel aux sentiments d’humanité, à l’esprit de justice ou à la religion du ministre. Mais, le plus souvent, la requête est indirecte et présente son auteur à l’image de la formule de politesse finale, en position subordonnée et soumise. Le requérant se fait humble et efface toute personnalité, devenue indigne et infamante depuis la condamnation. Il se présente à la troisième personne, une fois sur deux, plus fréquemment encore quand le détenu exprime le désir de subir sa peine à la Nouvelle-Calédonie et se trouve encore loin du moment de sa libération : “ le nommé ”, “ le soussigné ” a l’honneur d’exposer, d’informer ou de solliciter… Parfois, cette posture ne peut être maintenue jusqu’au bout et la première personne s’impose quand il s’agit de passer à la demande concrète et elle achève la lettre :

“ La nommée Beaucousin (Julia), née le vingt-cinq septembre, mil huit cent quarante six, à la commune de Barquet, canton de Beaumont (Eure).

Viens prier son Excellence de vouloir lui accorder la demande qu’elle lui adresse de partir à la Nouvelle-Calédonie.

Ce n’est pas pour cause du jugement qui vient de me condamner à deux mois d’emprisonnement qui me fais vous adresser cette demande, Mon Excellence, il y a déjà quelque temps que cette idée et volonté ferme me poursuit.

  • 15 Julia Beaucousin, lettre du 28 février 1874, prison de Saint-Lazare (H 249).

Ce matin je me suis adressée à Monsieur le Directeur de la prison, c’est d’après sa réponse que je m’empresse de m’adresser à vous ”15.

  • 16 Marie Agisson, lettre du 10 décembre 1876, maison centrale de Clermont (H 248).
  • 17 Eugène Talineau, lettre du 20 avril 1880, prison de Dreux (H 262).
  • 18 Alexandre Rouge, lettre du 2 octobre 1881, maison centrale de Clairvaux (261).
  • 19 Baron, cf. note 66 de la première partie .
  • 20 Louise Besson, lettre du 20 mars 1876, prison de Dijon (H 249).

15L’exposant soigne également la composition de son texte dans lequel on retrouve presque toujours, au début, un rappel de son identité et de sa condamnation, puis la demande de partir aux colonies avec ses motifs, une promesse de revenir au bien, avant d’éventuelles référence à des recommandations par des notables. L’identité se confond souvent avec l’état de détenu et la condamnation. Bien des lettres commencent ainsi par une sorte de rappel de l’écrou, telle celle écrite par une détenue de Clermont en 1877 : “ Agisson Marie, N° 15141, condamnée par la cour d’assises de Beauvais le 11 Décembre 1876 à 20 ans de travaux forcés pour vols réitérés avec effraction dans les Eglises et dans les maisons particulières, vient solliciter de votre bienveillance… ”16. Il ne peut être question de passer sous silence la tache de la condamnation, même si l’évocation est pudique, de forme administrative. Certains ne peuvent nier avoir un casier bien chargé, et utilisent ce fait comme argument pour justifier leur expatriation : ils ont passé trop d’années en prison…Tel libérable de la prison de Dreux, sollicitant la faveur d’être transporté gratuitement, aux frais de l’État, à la Nouvelle-Calédonie, motive ainsi sa requête : “ A l'appui de cette demande il vous soumet le résumé succinct de son casier judiciaire qui se compose de dix ans et demi d'emprisonnement et huit condamnations pour vols, outrages et ruptures de ban ”17. De même, un ancien militaire, incarcéré à Clairvaux, admet bien volontiers que son “ cahier judiciaire est noir ”18. Mais d’autres, craignant, au contraire, l’effet néfaste de ce rappel quasi obligatoire pour l’issue de leur requête, cherchent à minorer la condamnation. Le crime a été commis dans un “ moment d’oubli ” ou “ l’horrible action ” est le fait d’un égarement, de la fougue de la jeunesse et relève désormais d’un “ passé qu’il regrette ”. On relativise la condamnation en évoquant l’avant et l’après : on ne peut réduire une vie à une faute, plus ou moins bénigne. Venant d’être condamné à 8 ans de réclusion, détenu encore dans la maison de justice de Quimper, un cultivateur breton se justifie ainsi : “ “En dehors du fait pour lequel j’ai été condamné, jamais aucun reproche sérieux n’a pu m’être adressé sur ma conduite, je ne suis donc pas un malfaiteur dangereux ”19. Condamnée pour association de malfaiteurs en compagnie de son époux, une détenue de la prison de Dijon rappelle que “ jusqu’à cette époque la vie de la soussignée avait été à l’abri de tout reproche ”20. Quant à l’avenir, les promesses de mener une vie honnête, honorable, en travaillant pour effacer sa faute, sont évidemment de rigueur, accompagnées parfois d’une garantie donnée par la bonne conduite présente en centrale. On flatte alors le destinataire quant à la vertu prêtée à la colonisation pénale de favoriser la réhabilitation des condamnés.

  • 21 Lecointe, lettre du 21 mars 1874, prison de La Santé (H 256).
  • 22 Victor Valentin, cf. note 29 de la première partie .

16Pour les notables, la référence à des recommandations possibles, susceptibles de pouvoir vérifier leurs dires, est perçue comme normale. Un prisonnier de la Santé, affirmant être condamné pour ivresse, souhaite partir pour la Nouvelle-Calédonie à l’expiration de ses quatre mois d’emprisonnement. Se disant d’une “ famille honorable ” - un père Chef de Division à la Préfecture, un frère Receveur d’Enregistrement à la Réunion, un autre frère Chef de Bureau à la Préfecture de l’Aisne - et rappelant ses états de services militaires en Algérie et dans l’armée de la Loire pendant la guerre de 1870, il ajoute, en post-scriptum : “ Vous pouvez prendre des renseignements sur ma famille près de Monsieur Aimé Leroux Député de Laon à l’Assemblée Nationale à Versailles ”21. De même, Victor Valentin, le fondateur et directeur de l'Echo commercial et agricole déjà cité, après avoir exposé ses compétences agricoles pour justifier l’accomplissement de sa peine à la Nouvelle-Calédonie, achève sa lettre de la même façon : “ Si quelques références étaient utiles, on pourrait les prendre près de Monsieur de Beauchamps député au Corps Législatif, rue miroménil, 20 qui le connaît ainsi que sa famille qui demeure à 13 kilomètres de son Chateau de Lhomaizé dans le département de la Vienne ”22.

17En dépit du genre imposé, il y a donc, naturellement, de grandes différences entre les requérants, selon leurs ressources intellectuelles et leur milieu social d’origine ou leur sexe. Sur ce dernier point, les femmes s’affirment davantage : elles se font plus directes dans leurs lettres, s’adressant parfois plus familièrement au ministre (Krakovitch, 1992). La preuve en est qu’elles sont bien plus nombreuses que les hommes à écrire à la première personne, à raison de trois sur quatre (76 %), contre moins d’un sur deux (46 %) pour les hommes. Si les formules de politesse sont assez similaires, les requêtes féminines font davantage appel aux sentiments du destinataire, se font plus implorantes - avec discrétion toutefois - à mesurer l’emploi du verbe supplier ou du terme pitié. On sait que l’une de leurs motivations principales concerne le désir de garder leurs enfants avec elles. Davantage dépendantes de la famille, même si elles se savent rejetées par la parenté ou leur mari, elles tiennent par-dessus tout à conserver un lien étroit avec leurs enfants. En général, leurs lettres sont également plus concrètes, sans longs développements sur leur passé ou leur projet d’avenir, allant directement au but. Les requêtes les plus courtes sont davantage, à proportion, le fait de femmes. Si des demandes similaires se rencontrent également pour les hommes, il est clair qu’ils sont dans l’ensemble plus prolixes, et ne craignent pas, pour certains, de pousser l’imploration jusqu’à la flagornerie. Un bon exemple est donné par Constant Pachot, détenu à la maison de correction de Beauvais et sollicitant en 1880 la “ digne et honorable personne ” du Ministre pour aller à la Nouvelle-Calédonie comme colon :

  • 23 Constant Pachot, lettre du 25 décembre 1880, prison de Beauvais (H 260).

“ Mon intelligence et mes capacités ne sont pas assez développées pour vous dépeindre la reconnaissance sans bornes dont ma personne vois serait redevable si vous vouliez ne pas être inflexible à ma demande. Sachez, Monsieur le Ministre, que c’est prosterner à vos pieds que je vois envoie cette demande qui vient sincèrement d’un cœur franc et loyal. J’ose espérer Monsieur le Ministre que vous daignerez étendre votre main secourable et protectrice sur votre serviteur soumis qui vous respecte à jamais… ”23.

18Ces plaintes et flatteries affectées sont cependant l’exception. On a plutôt l’impression, par-delà les formules de politesse obligées pour effectuer de telles démarches, que la majorité des détenus se contente d’exposer une requête avec simplicité, en rappelant des faits qui constituent la trame d’une vie à l’arrêt. On perçoit souvent une certaine dureté du style - peut-être renforcée par l’analphabétisme, le faible niveau d’instruction et la formulation administrative diffusée par les modèles - qui est à l’image de celle de la vie et de la dépersonnalisation à l’œuvre dans la prison. Une telle impression vaut surtout pour la correspondance des détenus modestes. Il y a, à cet égard, un fossé entre ces lettres malhabiles, concrètes, allant à l’essentiel, sans transition ni fioritures de style, et celles des lettrés dont la plume est parfaitement maîtrisée. La lettre type écrite par les Communards en détention à Belle Ile est un bel exemple d’argumentation, avec un style harmonieux, usant de phrases denses et synthétiques. La même maîtrise de la langue se retrouve dans la lettre de Louis Momiron, appartenant “ à une famille honorable du département de l’Allier ” qui, “ fatigué de cette vie d’aberration et de honte ” le conduisant de prison en prison pour délit de vagabondage, a décidé de partir dans “ une colonie quelconque ”. Les premiers mots donnent le ton de l’ensemble de la lettre :

“ j'ai l'honneur de vous soumettre cette demande dans l'espoir que vous daîgnerez l'accueillir favorablement; elle vous paraîtra peut-être étrange, mais j'espère en votre bienveillante justice pour prendre en considération la circonstance impérieuse qui motive son envoi ”.

19Tous les ingrédients habituels de la requête - le passé judiciaire, l’abandon de la famille, la demande et la promesse de “ mener une vie honnête et laborieuse ” à la colonie - s’y trouvent exposés avec une maîtrise et une élégance de l’expression contrastant très fortement avec la position de l’intéressé, à considérer le seul passage assurant la transition avec l’objet précis de la requête :

  • 24 Louis Momiron, lettre du 1er novembre 1875, prison de Nevers (H 259).

“ Abandonné de mes parents, repoussé par mes amis, honni par la société, dans ce péril imminent, sans argent, sans aucunes ressources, que fallait-il faire ? Forfaire l'honneur ? non ! Le Suicide ? Non ! Je me présentai au bureau de police en donnant connaissance de ma situation désespérée. Ecroué à la Maison d'arrêt, toujours sous la prévention de vagabondage, je réfléchis mûrement et je conclus qu'en restant en France je n'avais pour perspective que la prison. Je suis jeune encore (38 ans), robuste, et dans une colonie je puis être utile à la Société, à la mère patrie, en employant mon intelligence au bien ”24.

20Le genre de la requête, pourtant très codifié, laisse donc place à la “ liberté ” du suppliant, révélant la formation, les compétences et les personnalités de chacun. On pourrait aussi donner l’exemple des prisonniers militaires, très enclins à rappeler leurs états de services ou leurs exploits guerriers, au point parfois d’y consacrer plusieurs pages. L’impact de leur formation militaire, avec l’acquis du courrier aux supérieurs, est ici évident. Toutefois, pour la majorité, le seul apprentissage possible a été celui de l’école primaire dont la fréquentation semble avoir été épisodique pour nombre de prisonniers originaires du milieu rural. Est-ce à dire que, pour eux, seule subsiste la solution de la plume étrangère, soit d’une écriture, en somme, doublement prisonnière ?

L’écriture comme résistance : « Je prent la liberté de vous écrire… »25

  • 25 Lucie Louise Aimée Frétier, cf. note 51 de la première partie .

21C’est dans les lettres authentiques, écrites personnellement par les requérants, que la supplique se transforme parfois en revendication, ou, du moins, qu’elle exprime le mieux une personnalité qui cherche à rompre avec les contraintes de l’enfermement. Les demandes pour s’expatrier témoignent aussi, à leur façon, de l’impossibilité de briser totalement des êtres meurtris par la vie et la répression. Même écrites en fonction des contraintes et des normes qui viennent d’être exposées, ces lettres sont aussi rédigées - ou écoutées, quand l’écrivain relit son travail - dans un moment d’espoir. C’est une faveur que l’on demande - celle de partir à la Nouvelle-Calédonie -, et cela est déjà une petite parenthèse conquise sur la vie carcérale, quelques moments (en attendant la réponse) où l’on peut rêver à une autre vie, dans laquelle on pourrait vraiment affirmer sa personnalité, vivre libre, loin d’une société responsable de tout ce dont on souffre en prison ou après la libération. Les motivations avancées, mais aussi les mots et le style de la requête révèlent les résistances individuelles et parfois la contestation d’un ordre social injuste.

Une affirmation de soi : « je suis maitresses de ma personnes »

22Voici par exemple la lettre d’une femme, Adèle Barbier, détenue à Saint-Lazare :

“ Monsieur,

Monsieur le Ministre de la marine comme étant détenue a Saint lazare comme étant jugée a 6 ans et ayant un enfant agée de 7 ans nayant personnes pour garder se pauvre enfant, C’est pourquoi que M. le Directeur ma recommandé de madresser a vous M. le ministre pour obtenir de votre bonté est la grace de pouvoir partir pour la nouvelle Caledonie avec ma petite fille qui n’a plus que moi pour soutien car M. le ministre je suis sans mari alors lon ma di que je pourais lobtenir de Vous si vous vouliez avec facilité Car je suis maitresses de ma personnes Si je puis obtenir Cette faveur ayez la bonté de me le faire savoir le plus tot possible car mon pauvre enfant est Chez des étrangers est ne veule plus la gardez est si vous éte assez bon de macordez se que je vous demande alors M. le Directeur de Saint Lazare feras venir mon enfant avec moi ou je suis détenue en attendand mon dépard

En attendand votre réponse Monsieur le Ministre que je vous demande en grace

  • 26 Adèle Barbier, lettre du 7 juillet, prison de Saint-Lazare 1874 (H 248).

Je suis avec respect votre dévoué servan ”26.

23Style et orthographe témoignent à l’évidence d’une écriture authentique, sans faire appel à la plume d’un autre. Elle s’est simplement renseignée pour savoir à qui s’adresser afin de conserver avec elle son “ pauvre enfant ”, sa seule inquiétude. Elle veut une réponse rapide, car le temps presse : elle craint que les étrangers qui ont la garde de sa petite fille ne l’abandonnent. Le seul argument “ juridique ” est celui de son état matrimonial : l’enfant n’ayant pas ou plus de père, elle est “ maîtresse ” de sa personne. Argument bien dérisoire pour une personne emprisonnée, condamnée à 6 ans de réclusion et ayant probablement perdu ses droits civils… Sans doute, mais le mot résonne pour elle comme une résistance à l’engrenage qui va la conduire en centrale. Il exprime sa volonté de faire le maximum pour préserver son enfant, son unique raison de vivre. Dans cette lettre écrite à la première personne, le “ je ” exprime avec force une revendication, symbolise une personnalité qui tente de résister au régime pénitentiaire et à ses conséquences.

24Sans doute l’usage de la troisième personne n’est-il pas incompatible avec une telle attitude. Mais, en général, adapté aux codes de la requête administrative, il témoigne d’un effacement plus ou moins volontaire de la personnalité des suppliants. Il est significatif de constater que les lettres écrites à la troisième personne sont bien plus représentées parmi les détenus de centrale désirant être transférés à la Nouvelle-Calédonie pour y achever leur peine : 54 % d’entre eux adoptent cette formulation. Pour une part, ils ont le sentiment d’accomplir une formalité, sans illusion sur l’issue de la requête. Par contre, parmi les libérables ou les détenus expiant une peine de courte durée, la lettre est écrite en majorité - à raison de 56 % - à la première personne. Or c’est dans ces lettres que l’on trouve les critiques les plus véhémentes contre la surveillance de haute police, et que d’une manière générale, le ton est le plus vindicatif. Le choix de la première ou troisième personne n’est pas neutre : au-delà du faible niveau scolaire - mais il arrive, on l’a vu, qu’une lettre d’écrivain commencée “ dans les règles ”, à la troisième personne, se termine à la première sous pression du suppliant -, du genre imposé, du respect dû à l’administration, il n’est peut-être pas exagéré d’interpréter, pour une part, l’usage du “ je ” comme une prise de parole, une affirmation de soi en même temps que la revendication d’un droit à l’existence.

  • 27 Pierre Roujès, lettre du 21 septembre 1882, pénitencier de Castelluccio (H 261).

25Dans cette perspective, il est des correspondances dont il faut prendre les termes au pied de la lettre. Quand Pierre Roujès, détenu au pénitencier de Castelluccio, commence sa correspondance à “ Monsieur ” (le ministre de la Marine) par ces mots : “ Excusez moi la hardiesse que je prend en vous écrivant et en vous faisant savoir de mes nouvelles ”27, il faut prêter attention à l’incipit comme à la formule rituelle apprise à l’école pour écrire aux parents. Si la seconde témoigne d’une scolarité élémentaire, le premier affirme clairement les droits d’un Pierre Roujès prenant la “ hardiesse ” d’écrire à un ministre qu’il place, par l’appel (Monsieur) et la formule scolaire à … son niveau. Cette lecture nous semble d’autant plus pertinente que fréquemment, dans cette correspondance de prisonniers appartenant aux milieux populaires, maîtrisant à peine le français, le naturel de l’expression renforce - à nos yeux - la protestation implicite qui accompagne la demande, comme le montre bien cette autre lettre, commençant de manière similaire et écrite par un détenu de La Roquette, Alphonse Collin :

“ Monsieur

Vous exuserez la libertté que prend un prisonnier de vous écrire. Malheureusement je suis forcé de vous faire cette demande pour me retiré de la fautte ou je suis tombé. Car en liberté ne pouvant trouver du travaille rapport à ma surveillance ni resté dans paris, qui est mon pay; obliger d'errer sur les routte sans argent, enduré la faim et le froid, ce qui mest tres penible. car a vingt deux an alléz demandé un morceau de pain c'est bien triste pour moi; Je vous demanderai donc de vouloir bien macorder d'allez alla Nouvelle Caledonnie; ou en Algerie au frai de l'età vu que je nai pas dargent ni parents pour payer mon passage; je tacherai de me rende Util a bord car jai deja servit a bord des paquebot Anglai qui son a Cherbourg; Monsieur Ne rejetez pas la demande d'un Malheureu afin de revenir honnête homme car j'ai bonne envie de travaillez.

Je vous salut.

Votre tres humble serviteur

  • 28 Alphonse Francis Collin, lettre du 22 mai 1874, prison de La Roquette (H 251).

pour la vie ”28

Une écriture parfois contestataire : « ma probité est toujours sortie victorieuse de mes luttes cruelles contre la société qui, implacable, m'a constamment refusé les moyens de travailler » 29

  • 29 Paul Antoine Binquet, cf. note 31 de la première partie.

26La requête glisse donc insensiblement vers la contestation. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, celle-ci n’est pas tant le fait des prisonniers politiques que des droits communs, du moins dans notre corpus très particulier de requêtes à l’administration. On peut le comprendre dans la mesure où les Communards détenus à Belle Ile, ayant demandé - guère plus d’un an après leur condamnation - à partir pour les Antilles, la Guyane ou l’Algérie, ne remettent pas en cause leur peine et n’imaginent pas encore la possibilité d’une grâce ou d’une amnistie. Ayant sans doute admis leur défaite, conscients des réalités, bénéficiant du régime politique, ils souffrent surtout, comme on l’a vu, de l’inactivité et de son “ influence pernicieuse ” sur leur santé physique et morale. Pour eux, il y a le désir d’adoucir leur condition, de se rendre utile et surtout d’avoir la possibilité de vivre avec leur famille sur une terre lointaine où ils pourraient être exilés, sous un régime atténué de la déportation. Chacun dit espérer - dans une sorte de demande collective, même si elle est répétée individuellement comme l’impose la démarche administrative - qu’“ en raison de l'importance de sa peine, le gouvernement lui accordera quelques adoucissements comparativement au régime de la déportation, que les conditions qui lui seront imposées seront acceptables et qu'il aura la faculté de faire venir auprès de lui sa famille ”. D’où le choix d’un lieu d’exil différent de celui de la Nouvelle-Calédonie où ont été déportés une grande partie de leurs camarades jugés par les conseils de guerre après la défaite de l’insurrection.

27Pour les droits communs, la contestation est certes rare, mais elle apparaît dans quelques lettres, en dehors même de la mise en cause véhémente de la surveillance légale. Parfois, c’est le jugement même qui est critiqué. Au lendemain de sa condamnation par les assises de la Seine, un détenu encore à la Conciergerie est sous le coup de la colère contre les procédés du juge d’instruction lui ayant demandé de dénoncer ses complices alors que les promesses faites en échange ne sont pas tenues :

  • 30 Avril, lettre du 9 avril 1884, prison de la Conciergerie (H 248).

“ Jesperre que M. le Ministre voudra bien prendre des renseignement sur ce fait lon a pris aucun renseignement sur mon compte, j’ai toujours travaillé, soffe 15 jours que je me suis trouvé sans travail et sans recources je laises une femme avec 2 enfants et lon me condamne plus que les autre qu’il y a au moins 5 ans quils sont malfaiteur. Monsieur le Ministre Mepardonnera si je ne puis Mieux mespliquer car je suis orde moimême d’une injustice parreille ”30.

  • 31 Victor Jardin, lettre du 15 août 1873, prison de La Roquette (H 257).
  • 32 Jean-Louis Faure, lettre du 19 septembre 1880, maison centrale d’Eysses (H 253).

28Dans une autre affaire de complicité, un détenu de la Roquette s’en remet à la justice divine pour punir ses complices : “ Je espoire que Dieu les punira comme il le merite ”31. En général, une telle contestation se manifeste au lendemain de la sentence. Ensuite, les mois et les années passant, on s’en tient à une critique vague et générale de la justice - estimée responsable de longs séjours en prison -, critique s’exprimant par l’emploi de mots bien choisis : “ me trouvant sous le joug de 13 condamnations et 5 ans de surveillance… ”32.

29De même, la prison n’est pas dénoncée concrètement, mais en général, quelques détenus plus instruits pointant les impasses d’un tel système répressif, en faisant écho aux débats pénitentiaires des années 1870. Paul Bolllon, prisonnier à la centrale de Nîmes, reprend ainsi le plaidoyer en faveur de la transportation coloniale pour justifier sa demander d’aller, à sa libération, en Nouvelle-Calédonie. S’il reste en France, sans travail, il retournera forcément en prison et, pour rompre cette chaîne, il donne des leçons aux autorités en soulignant le rôle préventif que devrait avoir la loi. Lui accorder satisfaction

“ ce ne serait après tout que devancer une mesure qui pourrait m'atteindre dans l'avenir ne serait-il pas préférable de m’envoyer comme colon, plutôt que comme transporté ? la loi ne doit elle pas aussi avoir pour effet de prévenir les délits ou les crimes qu'elle réprime ! et ne serais-ce pas entrer dans l'esprit qui la dicte que d'accéder à ma prière ? la morale publique n'y peut rien perdre et j'ai tout à y gagner. ”

30Puis de vanter les mérites de l’Angleterre en la matière… et de justifier à l’avance une politique de relégation :

  • 33 Paul Bollon, lettre du 20 juin 1882, maison centrale de Nîmes (H 249).

“ L'intérêt national autant que l'intérêt particulier n'ont-ils pas avantage a faciliter des moyens de fortune aux déshérités de la mère Patrie ? et les envoyés dans une colonie n'est ce pas les leurs facilités ? ici ils sont un obstacle, un embarras pour la civilisation, là bas ne peuvent-ils pas devenir une force et en quelque sorte les pionniers de cette civilisation… ”33.

31La solution proposée aux dysfonctionnements du système répressif reflète la tonalité générale des demandes d’expatriation et s’inscrit bien dans le climat général des années 1870 et 1880, quand la transportation apparaît de plus en plus comme le remède à la lutte contre la récidive. En ce sens, les développements de ce détenu sont très loin d’être subversifs. Ils n’en remettent pas moins en cause le fonctionnement d’ensemble du système pénitentiaire incapable d’amender les détenus et de permettre leur réinsertion à la sortie.

  • 34 Anthony Bouvier, lettre du 16 janvier 1876, maison centrale de Poissy (H 249).
  • 35 Louis Momiron, cf. note 24.

32Au-delà de la prison, c’est toute une organisation sociale qui est, implicitement, contestée, voire rejetée, puisqu’on veut la fuir en s’expatriant. La demande d’exil est, en elle-même, un acte d’accusation contre une société rejetant les libérés. Les méfaits de la surveillance légale suscitent de sévères propos. On reprend, à charge, les accusations contre les récidivistes : sans travail, sans ressources, “ je ne sais que devenir et ne puis qu'être dangereux pour la société ”34. Comment ne pas retourner à la délinquance si la société, imbue de préjugés injustes, refuse tout secours, tout emploi aux libérés ? Pour Jean-Louis Faure, détenu à la centrale d’Eysses “ il n'est plus en mon pouvoir de revenir au bien car la société française n'a plus de pitié pour moi… ”. Vécue comme une injustice, la surveillance fait de ces anciens condamnés des parias. Le terme est employé dans plusieurs lettres. Louis Momiron, de sa prison de Nevers, le dit dans un style maîtrisé : “ J'ai reçu une instruction assez étendue, mais dans la position où je me trouve cela ne me sert à rien parce que la société me considère comme un paria et me ferme ses portes ”35. Mais Pierre Pitois, outré par le refus de lui donner la résidence de son choix, retourne contre les autorités le discours conservateur assimilant criminalité et Commune :

  • 36 Pierre Pitois, cf. note 69 de la première partie.

“ Monsieur le Ministre, il est peut être indispensable de se prémunir contre les tendances subversives d'une catégorie de repris de justice, mais il est certain qu'un grand nombre de ces parias sociaux n'accourent se ranger sous l'étendard de l'anarchie que parce que la surveillance les place dans la cruelle alternative de mourir de faim ou de faillir à nouveau ”36.

33On dira, à juste titre, que la protestation sociale est l’exception dans la correspondance des détenus demandant à expirer leur peine à la Nouvelle-Calédonie ou à s’exiler dans n’importe quelle autre colonie à leur libération. À l’évidence, la très grande majorité des lettres relève d’une écriture contrainte, “ prisonnière ” à tous les sens du terme, étroitement contrôlée par l’administration pénitentiaire, suivant les modèles répétés par des écrivains - passage obligé pour une population souvent analphabète -, s’inscrivant, par définition, dans une démarche administrative, celle de la requête qui est très codifiée et laisse peu de place à l’authenticité. Mais comment ne pas voir, particulièrement dans la correspondance de ceux qui s’apprêtent à quitter la prison pour recouvrer la liberté, la dénonciation implicite d’une société refusant de faire une place aux condamnés libérés ? Le fait que quatre requérants sur dix sont des détenus réclamant des facilités d’exil à leur libération est à lui seul un réquisitoire contre un régime de la surveillance de haute police, facteur essentiel de la récidive et du retour à la prison. Le paradoxe est que ces demandes vont sans doute servir d’argument supplémentaire à la mise en place d’une politique encore plus répressive, celle de la relégation des multi-récidivistes, adoptée en 1885.

34La supplique adressée au ministre - de l’Intérieur ou de la Marine - doit se plier aux normes de ce type de démarche administrative si elle veut avoir quelque chance d’aboutir : le “ très obéissant serviteur ” se présente comme le colon idéal animé d’une volonté de revenir au bien dans la France d’outre-mer. Pourtant, au-delà des contraintes du genre, on perçoit l’affirmation d’une existence qui n’a pas été brisée par l’incarcération : les requérants ont un projet de vie, envisagent une perspective d’avenir, expriment le besoin de renouer ou de recréer, à leur sortie, les liens sociaux leur permettant de construire une position nouvelle, en oubliant celle qu’ils ne pourront jamais retrouver en métropole. Même rédigée par la plume d’un autre, et plus encore dans les mots difficilement écrits de la lettre authentique, la requête au ministre exprime également une espérance. N’est-ce pas aussi pour le détenu, le temps de la rédaction et de l’attente de la réponse, un petit espace de liberté conquis sur la prison ?

35En faisant cette hypothèse on s’inscrit, en un sens, dans l’évolution de la recherche historique qui, à l’égal des autres sciences sociales, revalorise le rôle des acteurs. Ces prisonniers ou libérés, nous les voyons résister à l’entreprise disciplinaire, refuser leur condition, y compris dans l’étroite voie autorisée de la supplique adressée à l’institution. Toutefois, cette résistance s’opère dans le cadre du système pénitentiaire, en revendiquant une solution - la relégation outre-mer - qui, dans les faits, se révélera pire que celle qui est dénoncée. On peut lire ces lettres comme autant d’appels, de « bouteilles à la mer » lancées pour échapper à l’inhumanité de l’emprisonnement, et y voir également les limites du contrôle social. Il reste cependant que l’histoire de l’archipel pénitentiaire français, avec l’instauration de la relégation, souligne combien la recherche, par les détenus, de l’insertion dans la société à la fin de leur peine, a débouché sur son contraire : l’exclusion.

Haut de page

Bibliographie

Artières Ph., Laé J.-F., 2003, Lettres perdues. Écriture, amour et solitude (XIXe-XXe siècles), Paris, Hachette Littératures, 268 p.

Artières Ph., 2000, Le livre des vies coupables : autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, A. Michel, 428 p.

Badinter R., 1992, La Prison républicaine, Paris, 430 p.

Carlier Ch., Wasserman F., 1992, « Comme dans un tombeau ». Lettres et journaux de prisonniers : la Belle Époque, Fresnes, Ecomusée, 204 p.

Chartier R. (dir.), 1991, La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 462 p.

Clair S., 1992, « User le soleil avec la pierre ponce » ou la vie des déportés communards en Nouvelle-Calédonie d’après leur correspondance (1872-1880), Histoire de la Justice, n° 5, p. 117-151.

Foucault M., 1973, Moi, Pierre Rivière ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère, Paris, Gallimard/Julliard, Collection “ Archives ”, 350 p.

Krakovitch O., 1992, « Lettres de bagnardes et prisonnières (1855-1890) », Histoire de la Justice, n° 5, p. 153-170.

Krakovitch O., 1993, « Lettres de bagnardes et prisonnières (1855-1890) », in Expériences limites de l’épistolaire : lettres d’exil, d’enfermement, de folie, p. 399-418.

Lacombe-Loignon S., Sabbagh A., 2001, Lettres de prisonniers, choix, présentation et édition des textes, Paris, Centre historique des Archives nationales, CD.

Lapalus S., 2004, La mort du vieux. Une histoire du parricide au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 633 p.

Lebrun-Pezerat P., « La lettre au journal. Les employés des Postes comme épistoliers », in Chartier R. (dir.), 1991, La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, p. 427-449.

Moroz X., 1999, « Lyon, ville interdite de séjour aux individus assujettis à la surveillance de la haute police (1832-1838) », Cahiers d’histoire (Lyon), tome 44, n° 22, p. 219-235.

O'Brien P, 1982, The promise of punishment. Prisons in Nineteenth Century France, Princeton, Princeton University Press, 330 p ; trad. fr., 1988, Correction et châtiment, Paris, P.U.F, 342 p.

Petit J.-G., 1990, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1789-1875), Paris, Fayard, 749 p.

Vimont J.-C., 1993, La prison politique en France (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Anthropos, 510 p.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Louis Marie François Audrand, lettre du 29 septembre 1878, dépôt de condamnés de Saint-Martin-en-Ré (H 248)

2 Aunay veuve Garraud, lettre du 18 avril 1875, maison centrale de Rennes (H 248).

3 Début de l’extrait du règlement de la centrale de Loos apposé sur le papier à lettres distribué aux détenus.

4 Toutefois en cas d’urgence (décès dans la famille, par exemple) l’administration peut accorder des dérogations (règlement de la centrale d’Auberive)

5 Lettre commune - rédigée par un écrivain - de Louis Florantin et Arthur Thuillier, 16 mai 1882, prison d’Arras (H 253).

6 Marie Doutre, lettre du 23 novembre 1872, maison centrale de Montpellier (H 252).

7 Sénéchal, lettre du 13 décembre 1881, prison d’Arras (H 262).

8 Louis François Soit, lettre du 16 mars 1873, maison centrale de Beaulieu (H 262).

9 Joseph et Marie Virginie Moninoz, lettre du 4 juin 1874, prison de Bourg (H 259).

10 Emmanuel Bourgeois, lettre du 3 avril 1873, maison centrale de Beaulieu (H 249).

11 Edmond Chenon, cf. note 95 de la première partie.

12 Marie Le Folle, lettre du 21 novembre 1872, prison de Saintes (H 256).

13 Urbain Jiverny, lettre du 22 septembre 1873, maison centrale de Beaulieu (H 255).

14 Auguste François Prestant, lettre du 27 avril 1873, maison centrale de Beaulieu (H 260).

15 Julia Beaucousin, lettre du 28 février 1874, prison de Saint-Lazare (H 249).

16 Marie Agisson, lettre du 10 décembre 1876, maison centrale de Clermont (H 248).

17 Eugène Talineau, lettre du 20 avril 1880, prison de Dreux (H 262).

18 Alexandre Rouge, lettre du 2 octobre 1881, maison centrale de Clairvaux (261).

19 Baron, cf. note 66 de la première partie .

20 Louise Besson, lettre du 20 mars 1876, prison de Dijon (H 249).

21 Lecointe, lettre du 21 mars 1874, prison de La Santé (H 256).

22 Victor Valentin, cf. note 29 de la première partie .

23 Constant Pachot, lettre du 25 décembre 1880, prison de Beauvais (H 260).

24 Louis Momiron, lettre du 1er novembre 1875, prison de Nevers (H 259).

25 Lucie Louise Aimée Frétier, cf. note 51 de la première partie .

26 Adèle Barbier, lettre du 7 juillet, prison de Saint-Lazare 1874 (H 248).

27 Pierre Roujès, lettre du 21 septembre 1882, pénitencier de Castelluccio (H 261).

28 Alphonse Francis Collin, lettre du 22 mai 1874, prison de La Roquette (H 251).

29 Paul Antoine Binquet, cf. note 31 de la première partie.

30 Avril, lettre du 9 avril 1884, prison de la Conciergerie (H 248).

31 Victor Jardin, lettre du 15 août 1873, prison de La Roquette (H 257).

32 Jean-Louis Faure, lettre du 19 septembre 1880, maison centrale d’Eysses (H 253).

33 Paul Bollon, lettre du 20 juin 1882, maison centrale de Nîmes (H 249).

34 Anthony Bouvier, lettre du 16 janvier 1876, maison centrale de Poissy (H 249).

35 Louis Momiron, cf. note 24.

36 Pierre Pitois, cf. note 69 de la première partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Farcy, « « je désire quitté la france pour quitté les prisons. » [2ème partie] », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. II | 2005, mis en ligne le 24 février 2005, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/424 ; DOI : 10.4000/champpenal.424

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Farcy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org