Navigation – Plan du site
Articles

Les criminels des universitaires

Les formations discursives de la déviance criminalisée
Academics’ Criminals. The Discursive Formations of Criminalized Deviance
Nicolas Carrier
Traduction(s) :
Academics’ Criminals

Résumés

Dans cet article, je propose un ordonnancement analytique des criminels des universitaires, principalement en tentant une sociologie de la sociologie de la déviance visant la compréhension des opérations de ses pensées. Les énoncés scientifiques sur l’objet déviance criminalisée peuvent être répartis en trois ensembles sur la base du sens ou de la signification qu’y prend la délinquance. La maladie, le choix et le construit social représentent les trois principes axiomatiques fondamentaux permettant d’établir des formes distinctes de régularités discursives dans les travaux entourant la question de la déviance criminalisée et de son contrôle.

Haut de page

Texte intégral

1Au contraire des figures relativement simples et constantes que leur donnent les médias de masse, les universitaires produisent des formes discursives immensément complexes et variées de criminels. Dans cet article, je propose un ordonnancement analytique des criminels des universitaires, principalement en tentant une sociologie de la sociologie de la déviance visant la compréhension des opérations de ses pensées. J’espère permettre une réflexion non seulement sur les variantes théoriques, mais aussi sur les différentes épistémologies dans lesquelles prennent formes les ‘vérités’ sur les criminels sur la scène universitaire. Des vérités qui débordent cette scène et pénètrent le social, amenant les mots pour discourir sur les personnes criminalisées – ce qui est déjà intervenir sur elles. L’analyse des effets sociaux de ces discours ne sera pas conduite ici, mais le texte peut être lu comme une proposition d’outils conceptuels et d’investigations épistémologiques préalables à une telle analyse.  

2La thèse que j’exposerai ici est la suivante : les énoncés scientifiques sur l’objet déviance criminalisée peuvent être répartis en trois ensembles sur la base du sens ou de la signification qu’y prend la délinquance. Je voudrais montrer que les théories impliquant la notion de délinquance ou de contrôle social supposent une référence à la déviance comme résultat d’une pathologie, d’un choix stratégique, oud’une pratique sociale constituante. La méthode que j’ai employée dans la constitution de ces ensembles s’inspire de celle que suggère Michel Foucault dans L’archéologie du savoir (1969). Mon projet n’est pas de rencontrer les exigences méthodologiques de cette œuvre, mais de proposer un premier découpage de trois pratiques discursives. Leurs principes axiomatiques fondamentaux sont la maladie, le choix et le construit social, et ils permettent d’établir des formes distinctes de régularités discursives dans les travaux entourant la question de la déviance criminalisée et de son contrôle.

3Le concept de « formation discursive » que propose Foucault renvoie à un ensemble de rapports qui rendent possible et imposent une régularité aux événements discursifs. L’unité d’une formation discursive n’est pas donnée horizontalement, mais verticalement. Ce n’est pas l’homogénéité des éléments, mais la régularité de la pratique les rendant possibles qui permet d’individualiser une formation discursive (Foucault, 1969, 95). L’individualisation des trois formations discursives de la déviance criminalisée que je propose se limitera, pour l’essentiel, à ce que Foucault nomme la différenciation primaire des objets (97). Le discours, écrit Foucault, est tout autre chose que le lieu où viennent se déposer et se superposer, comme en une simple surface d’inscription, des objets qui auraient été instaurés à l’avance (58). Il s’agit donc de décrire les modes d’organisation des discours, les pratiques qui forment les objets dont ils parlent (66), et ma suggestion est qu’il y a trois façons de produire discursivement l’objet ‘déviance criminalisée’. Ou, pour le dire autrement, que chaque formation discursive différencie d’une façon originale et autonome un objet qui lui est propre. Cela ne signifie pas que les concepts d’une formation discursive particulière ne puissent se donner à l’observation au sein d’une autre. Cela signifie toutefois que l’ensemble des relations qui gouvernent leur manipulation est propre à chaque formation discursive.

  • 1  On pourra consulter Carrier (2006) pour un examen des problèmes que pose l’emploi du concept de co (...)

4En individualisant les formations discursives à partir de leurs principes axiomatiques, je ne prétends pas réaliser une archéologie. Une telle prétention supposerait notamment l’identification, dans chaque cas, de la fonction que doit exercer le discours étudié dans un champ de pratiques non discursives (90). Je ne prétends pas non plus à un survol exhaustif, au plan de la variété théorique et conceptuelle, des trois formations discursives que je construis. Dans les pages qui suivent, je n’ai pas la prétention d’offrir à la lectrice une sociologie de la déviance complète, encore moins de couvrir toutes les théories étiologiques, particulièrement celles génético-biologiques et psychologiques, que l’on peut situer dans les discours dont le substrat est une quelconque pathologisation de la différence. Les théories que je couvrirai seront plutôt utilisées comme symptômes des trois grands référants-déviance des discours sur le contrôle social1.

Le produit du mal

5Les théorisations établissant dans un mal quelconque la source de la déviance, dont je montrerai bientôt les principales déclinaisons, constituent la façon la plus courante de penser la transgression normative dans la tour d’ivoire universitaire, probablement aussi à l’extérieur de celle-ci. L’analyse que fait Foucault (1975a) de la production du savoir dans des disciplines telles que la criminologie, la psychologie et la psychiatrie l’illustre bien. Plusieurs analyses sociologiques du contrôle social témoignent également de la place importante des discours à l’effet que la déviance est d’abord symptomatique. C’est notamment le cas des analyses se formant autour de la notion d’exclusion sociale ou de l’inégalité. On constate aisément l’extraordinaire variété des énoncés théoriques et des énonçants qui s’inscrivent dans cette première formation discursive. À l’intérieur de ce système, on peut en effet voguer théoriquement de la chimie du corps humain aux mutations de l’économie politique en passant, si on les choisit parmi les autres destinations possibles, par Freud et Dieu.

La déviance-péché

  • 2  Par exemple, dans le cas des sorcières, une méthode pour obtenir la preuve de la présence du démon (...)
  • 3  Le paradoxe de Mannheim tient dans la question suivante : quel est le statut épistémologique d'un (...)

6L’histoire de l’évolution des formes du contrôle de la déviance qui est faite en sociologie de la déviance montre habituellement les problèmes qui découlent de la déviance-péché auxquels la révolution pénologique utilitariste du XVIIIe  siècle répondra, notamment l’obtention de la preuve sous la torture2. Mais la construction de la transgression normative sur la base d’une référence à Dieu ne peut, malgré sa mort, être conçue comme appartenant seulement à des temps reculés où la raison n’illuminait pas encore l’humanité. Il n’y a pas de production scientifique liée à l’analyse d’une déviance donnée dont on imputerait la cause à la transgression de la volonté de Dieu. L’emploi en sociologie contemporaine de la déviance-péché est plutôt similaire à celui qui est fait de l’idéologie : elle est toujours hors de soi (Ricoeur, 1997), chez l’autre qui est diabolisé. Si l’on ignore le paradoxe de Mannheim,3 on peut notamment trouver des traces de la déviance-péché dans la construction sociale de l’usage des drogues illicites. Un exemple est la justification de la lutte policière contre l’offre de drogues illicites par l’affirmation suivant laquelle la disponibilité des produits est source de tentation pour certaines personnes. On trouve un autre exemple chez les critiques de la prohibition des drogues qui l’associent, comme Oscapella (2000), à une « chasse aux sorcières ».  Il faut aussi mentionner le développement d’une criminologie que je qualifierais de naturaliste, dans laquelle ses représentants s’inspirent soit de la tradition phénoménologique, soit des Cultural Studies britanniques. On cherche à comprendre la déviance-péché par la tentation qu’exercerait la transgression normative. La parution de Seductions of Crime : Moral and Sensual Attractions in Doing Evil,de Jack Katz (1988) est peut-être l’œuvre qui a donné l’impulsion première à ce mouvement de Criminological Verstehen (Ferrel, 1998). J’en traiterai plus loin, puisque la cause ultime du mal est située dans la société moderne, dans une perspective inégalitariste.    

La déviance-biopathologie

  • 4  La latéralité du cerveau est reliée à la criminalité. La plupart des personnes sont droitières et (...)

Brain laterality is (…) related to criminality. Most individuals are right-handed and left-hemisphere dominant; however, 10 percent of the population is left-handed and either right- or left-hemisphere dominant. Many more males are left-handed, and many more left-handed males are criminals than right-handed males. Whatever is responsible for this pattern of hemispheric dominance, it does influence criminal and antisocial behavior4.(Jeffery, 1994)

7Dans les écrits en sociologie de la déviance, il est courant de faire suivre les considérations sur la déviance-péché par un examen de l’époque dite classique de la criminologie, où l’attention est dirigée vers l’usage de la raison dans la détermination d’une peine juste. C’est chronologiquement exact. Je préfère cependant réserver à plus tard l’analyse de ce mouvement des Lumières – qui représente aux yeux de certains la naissance de la criminologie – puisque je le situe dans la deuxième formation discursive de l’objet déviance criminalisée. À mon avis, les discours de l’‘époque classique’ représentent une émergence plus qu’une rupture. Certes, on constate une rupture tant sur l’axe de la pensée que des pratiques. Mais la philosophie utilitariste des réformateurs tels que Beccaria (1764) et Bentham (1789) opère ‘ailleurs’ que sur ou dans la première formation discursive : une nouvelle façon de conceptualiser la déviance et le contrôle, un nouvel objet naît. La ‘structure’ – imaginons que Foucault ait pu tolérer ce mot – de la formation discursive de l’objet déviance comme produit du mal n’est pas même effleurée. En témoignent les théories phrénologiques de Gall (1758-1828) et de Spurzheim (1776-1853), voulant que le comportement s’explique par la forme du crâne (qui aurait pris la forme du cerveau), mais surtout l’‘autre’ naissance de la criminologie : la parution, en 1876, de L’Uomo delinquente de Lombroso. Le corps venait s’y offrir comme premier vecteur d’expansion de la construction de l’objet déviance comme produit du mal. L’effervescence du positivisme ambiant fournit alors la motivation de la recherche de la cause pour libérer la société de ceux et, aujourd’hui, aussi de celles qui la menaceraient.

  • 5  Shoemaker (1990, 17) rapporte que la liste des éléments témoignant de l’atavisme selon Lombroso, o (...)
  • 6  Pour plus de détails sur Lombroso et la personnalité criminelle élaborée par ses élèves, qui formè (...)

8L’homme délinquant que fait naître Lombroso, dont la survivance soulève le spectre menaçant de sa vie éternelle, est l’homme qui présente une régression sur le plan de l’évolution de l’espèce, régression observable au niveau anthropomorphique5. L’influence de Darwin est certaine dans la création de ce criminel atavique, qui est en somme adapté aux lois cruelles de la vie sauvage plutôt que pour le commerce paisible et a-conflictuel des hommes de la raison. Le principal héritage criminologique de Lombroso est l’idée du « criminel-né », de l’objet déviance comme produit d’une mauvaise détermination biologique6. Il restait simplement à attendre que la connaissance scientifique fournisse les bases pour mettre en place ce qui se présente depuis comme pensable : des formes de contrôle anticipatoire du corps déviant avant même l’actualisation de sa détermination.

  • 7  Voir à ce sujet le survol critique offert par Sutherland et Cressey (1978).
  • 8  Pour un survol, voir Andrews, Bonta (1994) ; Doren (1987).

9Les thèses sur l’atavisme ne survécurent pas aux tests empiriques même si elles avaient été construites sur cette base. Cependant, la déviance-biopathologie était encore conceptualisée sur la base de biotypologies observables au milieu des années 1960, du moins dans la jeune École de criminologie de l’Université de Montréal (Ellenberger, 1969). Les travaux de Sheldon (1949), qui ont connu un succès important, établissaient alors trois formes essentielles de corps (je caricature : la frêle échalote, le solide trapu et le melon mou), auxquelles étaient associées les conduites. Les travaux imposants des Glueck (1950, 1956) contribuèrent également à la biotypologisation contemporaine de la déviance criminalisée. Toutefois, chez Sheldon comme chez les Glueck, l’objet déviance dépasse la biologie et s’étend à travers la personnalité vers la psychologie. L’essentiel des travaux criminologiques du siècle dernier cherchant à démontrer empiriquement l’objet déviance-biopathologie suggèrent la force des thèses psychologiques et sociologiques de la déviance comme produit du mal, puisque les analyses empiriques positivistes concluent habituellement que le biologique n’est pas le seul déterminant de la déviance, sinon qu’il n’en est pas un. C’est par exemple le cas des études sur l’hérédité, particulièrement intéressées à comparer la conduite entre jumeaux7, ainsi que de celles posant l’hypothèse d’une carence biochimique pour expliquer une déficience dans l’apprentissage (Eysenck) ou une recherche pathologique de stimulation (Quay)8. Aujourd’hui, les avancées scientifiques dans le domaine de la biologie moléculaire laissent cependant se concevoir la possibilité d’une déviance a-sociale et a-psychique, pure détermination génétique anormale.

La déviance-psychopathologie

  • 9  Au départ, pour contrer l’attitude défensive du patient à l’égard du traitement, le thérapeute peu (...)

Ton initially counter the patient’s defensive attitude toward treatment, the therapist might briefly summarize his problem as a lifestyle disorder that has roots in childhood or early adolescence, develops over a long period of time, and has serious negative consequences. It may also be pointed out that ASPD [Antisocial Personality Disorder] is a silent menace because persons suffering from this disorder usually can’t recognize the symptoms in themselves, and typically do not feel any discomfort until the disorder is quite advanced9.(Beck, Freeman, 1990)

10Ma première expérience universitaire a été la réalisation d’un baccalauréat en criminologie clinique à l’Université de Montréal. Parmi le corpus des savoirs qu’on me demandait de maîtriser un peu pour obtenir le diplôme se trouvaient les thèses sur la « personnalité criminelle », qui renvoient, selon les écoles, aux notions de désordre de personnalité antisociale ou, plus souvent, de psychopathe. Un professeur nous (groupe/classe) suggérait d’apprendre à reconnaître un psychopathe, aidé de grilles analytiques, en visionnant certaines productions hollywoodiennes. Ainsi, Brad Pitt dans Kalifornia ou Robert de Niro dans Cape Fear, pour ne citer que deux exemples, devenaient les formes idéal-typiques du psychopathe que nous, criminologues en devenir, allions certainement devoir surveiller et, peut-être, penser aider. Apprendre à produire la différence à partir de ce que révèle la conduite de l’économie psychique, voilà le projet immédiatement entrepris au lendemain de l’invention du criminel-né par les élèves de Lombroso, Ferri et Garofalo.

  • 10  Voir notamment les critiques de Cohen (1988) et Garland (1985) sur la criminologie positiviste.

11En étendant l’atavisme physique du délinquant ‘animal’ à ce qu’on lui reconnaissait alors de psyché, ces derniers fournissent un deuxième vecteur d’expansion de la formation discursive, moderne et positive, de l’objet déviance comme produit du mal. Son corollaire logique est que la punition du déviant doit être à la mesure non pas de l’acte, comme le veulent les idées des philosophes, mais bien de l’acteur que l’acte révèle. La psychologisation de la cause de la différence, révélée dans l’acte délinquant, allait d’ailleurs fournir un important motif légitimant la démarche de la criminologie positiviste, soit la possibilité d’améliorer la nature de ces bêtes dangereuses10. Si les théories psychologiques ont changé, l’essence de la construction déviance-psychopathologie est la même aujourd’hui, comme le suggère mon paragraphe introductif. Freud a évidemment contribué énormément à ce sous-ensemble de l’objet déviance comme produit du mal (notamment avec l’invention de l’inconscient, du triptyque Surmoi-Moi-Ça et des phases psychosexuelles du développement de la relation objectale), cela même s’il a peu disserté directement sur les ‘criminels’.

  • 11  Pour une critique épistémologique de l’approche cognitivo-comportementale, voir particulièrement R (...)
  • 12  Un autre exemple, moins connu, est celui de la drapetomanie, une insidieuse maladie mentale se man (...)

12En sol nord-américain, la psychiatrie et l’approche cognitivo-comportementale constituent sans doute les deux sources principales de la formation discursive de l’objet déviance-psychopathologie. L’approche psychiatrique a la particularité d’être près de la déviance-biopathologie pour des raisons institutionnelles, alors que celle cognitivo-comportementale peut construire la différence chez le psychopathe à partir de sa seule compétence à penser de la mauvaise façon. Dans le dernier cas, on note par exemple l’identification de 52 (Yochelson, Samenow, 1976), 8 (Walters, White, 1989), 10 (Walters, 1995), etc. ‘erreurs de pensées’ chez les « criminels », que l’on assemble en inventaires de styles de pensées anormales11. Au sujet de l’inventaire établissant la psychopathologie, on peut aussi mentionner l’influent checklist de 20 items développé par Hare (1980). La critique classique qu’apportent les sociologues aux conceptualisations de la déviance-psychopathologie est que les items compris dans de tels checklists témoignent souvent moins d’une pathologie que d’un écart avec les ‘normes de la société’. Il est habituel de mentionner à ce sujet que l’homosexualité figurait auparavant dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM) de la puissante American Psychiatric Association, pour illustrer la nature sociale de la définition de la normalité12.

13S’il est juste, comme je l’ai suggéré, d’imaginer pouvoir observer la formation de l’objet déviance sur une seule base biopathologique, cela semble difficile dans le cas de la déviance-psychopathologie. L’approche psychiatrique a trop de liens avec la déviance-biopathologie, et les écoles psychanalytiques, gestaltistes, humanistes et cognitivo-comportementales sont, du moins certainement aujourd’hui, mises en relation avec le biologique ou le sociologique (socialisation, influence des pairs, etc.). Peut-être cela s’explique-t-il du fait que seuls les concepteurs contemporains de la déviance-biopathologie se permettent de revendiquer un accès commensurable et dénué de subjectivité à la cause de la déviance (hormones, molécules, ADN, etc.), alors que les explorateurs de la psyché humaine n’osent plus, ou sont discrédités dans le cas contraire.

La déviance-sociopathologie

  • 13  Le crime a lieu quand la citoyenneté est frustrée ; ses causes se trouvent dans l’injustice et, in (...)

Crime occurs when citizenship is thwarted, its causes lie in injustice, yet its effect is, inevitably, further injustice and violation of citizenship. The solution lies not in the resurrection of past stabilities, based on nostalgia and a world that will never return, but on a new citizenship, a reflexive modernity that will tackle the problems of justice and community, of reward and individualism, which lie at the hearth of the liberal democracy13. (Young, 1998)

14Dans les écrits contemporains sur la déviance-sociopathologie, cet objet est formé en réaction à une forme quelconque d’injustice. L’injustice est alors comprise dans son acception libérale, soit une disparité au plan de l’égalité ou de la liberté. Ces conceptualisations inégalitaristes de l’objet déviant renvoient généralement à une vision structuraliste ou stratifiée de la société, qui permet entre autres de situer certains groupes dans une position de domination et de penser le contrôle de la déviance comme l’exercice d’un pouvoir ‘vertical’, du haut sur le bas.

15L’héritage d’Émile Durkheim dans la conceptualisation sociopathologique de la déviance se fait toujours sentir dans la sociologie contemporaine. Ses deux contributions essentielles à la sociologie de la déviance sont sa vision fonctionnaliste de la transgression normative et le développement de la notion d’anomie, dont il a fourni une illustration acclamée dans son œuvre sur le suicide (1897). La notion d’anomie renvoie à la naissance même de la sociologie, qui s’institue sur la quête de solutions aux problèmes imputés à la Modernité. Avant Durkheim, Auguste Compte aura par exemple voulu développer les bases positives des principes sur lesquels refonder l’unité sociale. Le projet d’une sociologie médicale, apportant remèdes et solutions aux effets de la pluralisation des normes, est particulièrement frappant dans L’éducation morale de Durkheim (1925). C’est le sentiment de perte de repères collectifs qui est au cœur de la formation de l’objet déviance expliqué à la lumière de l’anomie : la transgression normative trouve sa cause dans la fragilisation de l’unité. La différence pathologisée est conçue comme le résultat de la trop grande hétérogénéité des formes de socialités, et il faut s’attaquer au mal à la base, c’est-à-dire à la socialisation (déficiente) des enfants afin de préserver une communauté normative présumée. C’est là le cœur de la thèse de Travis Hirschi (1969) : la déviante a eu une socialisation déficiente qui rend impossible un contrôle sur soi et un lien aux institutions sociales. L’objet déviant criminalisé est alors conceptualisé sur la base de son défaut d’attachement, d’investissement dans la conformité, tant au plan des valeurs que des conduites. La notion d’anomie donnera ainsi lieu à des tentatives de démonstration empirique, par exemple, que la religiosité est inversement proportionnelle à la déviance (Hirschi, Stark, 1969). On trouve un autre exemple dans l’œuvre de Talcott Parsons. Selon Parsons, Shills (1951), qui n’ont pas eu plus de difficulté que Durkheim à prendre pour référant une société normativement unie, la délinquance est une conduite irrationnelle, incompréhensible, qui résulterait de l’échec de tous les mécanismes sociaux fonctionnellement voués à produire de l’intégration, particulièrement celui de la socialisation, qui précèdent l’ultime mécanisme que serait la coercition. Dans The Professionnal Ideology of Social Pathologists, Mills (1943) a fortement critiqué la formation de l’objet déviance autour de la notion d’anomie en montrant l’idéal d’une communauté rurale qui la supporte. La notion d’anomie est toujours utilisée dans la conceptualisation socio-pathologique de l’objet déviance, mais elle est aujourd’hui outil rhétorico-nostalgique et cause secondaire. Comme noté supra, la cause du mal est devenue l’injustice, comprise dans son acception libérale.

  • 14  La notion d’opportunité est comprise bien différemment dans la seconde formation discursive de l’o (...)

16Une fois l’anomie renvoyée à un rôle plus satellitaire, l’objet déviant correspond effectivement à une réaction à la répartition différentielle des opportunités sociales14. S’il est courant d’associer à Merton la construction de l’objet déviance en référence aux opportunités lorsqu’il applique la notion durkheimienne d’anomie à l’étude de la question criminelle, on en retrouve cependant des traces dans la sociologie écologique et topographique de la première école de Chicago, notamment dans le Polish Peasant de Thomas, Znaniecki (1927) et dans Juvenile Delinquency and Urban Areas de Shaw, McKay (1942). Chez Merton, la formation de l’objet déviant est conceptualisée comme réaction à l’accès inégal aux modes d’accès légitimes de réalisation des buts culturellement promus par la société, dont on trouverait au premier plan le succès économique. L’auteur développera une typologie des modes d’adaptation sociale en fonction de l’acceptation, sur l’axe des valeurs, des buts culturels et des modes institutionnalisés permettant leur actualisation, soit la conformité, l’innovation, le ritualisme, l’évasion (retreatism) et la rébellion (Merton, 1957). Cloward, Ohlin (1960) suggèreront que l’accès aux modalités illégitimes de réalisation des buts culturellement établis sont, comme les moyens légitimes chez Merton, inégalement répartis dans le social.

  • 15  On peut notamment trouver d’autres exemples d’une formation de l’objet déviance-sociopathologie au (...)

17La conceptualisation de l’objet déviant comme formation réactionnelle à la disjonction entre les moyens et les buts constitue le cœur de la sociologie contemporaine de l’exclusion sociale. On y  incorpore également, au niveau de la cause du mal, le postulat de la rupture d’une communauté normative et, à la suite des interactionnistes, la réaction sociale stigmatisante comme facteur de solidification de l’objet déviant. Par exemple, chez Xiberras (1993), la construction de l’objet déviant est réalisée sur la base d’un échec de la performance, de l’actualisation de ce qui serait consensuellement considéré comme les normes sociales (éducation, carrière professionnelle, mariage (!), etc.). Cela conduirait à une rupture du lien institutionnel dans laquelle l’échec à l’image performante de soi (…) peut être défini comme une rupture à la connaissance ou la reconnaissance de soi (29). Selon l’auteure, l’objet déviant se forme ainsi sur la base d’une incapacité à réaliser le modèle des vainqueurs à l’égard de laquelle la réaction sociale peut ajouter à l’incapacitation. Du moins lorsque ce ne sont pas les personnes qui s’excluent d’elles-mêmes d’un monde où elles n’ont pas de place (17). Les analyses ethnographiques de Philippe Bourgois (1998, 1995, 1992) sur l’objet déviant établi en lien à l’usage de drogues illicites fournissent une autre illustration de la perspective inégalitariste15. L’auteur y soutient notamment que la consommation de drogues illicites et l’implication dans l’économie souterraine qui y est liée représentent des modalités d’adaptation à la « victimisation structurelle » (1995, 143) de certains groupes sociaux. La discrimination qui les toucherait produirait donc l’objet déviance :      

  • 16  De façon générale, de semblables conceptualisations théoriques conduisent leurs auteurs à conclure (...)

L'habitant du ghetto qui ne se conforme pas strictement aux modes d'interaction en cours dans la société bourgeoise blanche sera licencié, ou, pire encore, on le forcera à se soumettre en le tournant en ridicule. (…) [L]a classe ouvrière potentielle provenant des quartiers pauvres du centre des villes est systématiquement humiliée quand elle recherche un emploi dans le secteur des services des quartiers d'affaires. La rue offre donc à la fois une alternative économique et un cadre idéologique qui rend possible la fierté et le respect de soi-même (Bourgois, 1992,78)16.

  • 17  Pour un survol extensif des variations marxistes dans la sociologie de la déviance, voir Garland ( (...)

18La formation de l’objet déviance-sociopathologie se manifeste également dans ce qui a été nommé la Radical Criminology, dont la naissance a lieu dans les années 1930 lors de l’application de la perspective marxiste à l’analyse du régime de la peine par Rusche et Kircheimer (1936). L’idée marxienne que le droit est un instrument de domination de la classe bourgeoise sera, après l’impulsion de Rusche et Kircheimer, notamment reprise dans Criminality and Moral Order de Turk (1969) et Law, Order, and Power de Chambliss, Seidman (1971), pour trouver sa formulation criminologique la plus influente dans la New Criminology de Taylor, Walter, Young (1973)17. Une telle construction de l’objet déviance a notamment ouvert deux nouveaux champs de recherches sociologiques. Dans le premier, ce sont les white collar crimes et la « criminalité de l’État » qui se retrouvent au centre des préoccupations (Hogg, 1998 ; Bequai, 1978). Le second est la perspective du Left-Realism. Dans ce cas, des auteurs comme Lea, Young (1984) et Lowman, MacLean (1992) insistent pour que l’attention des sociologues de la déviance soit dirigée sur les effets micro-sociaux et victimisants du capitalisme sur la ‘réalité’ des prolétaires.

  • 18  Une autre tentative est Beyond Critique : Toward a Post-Critical Criminology, de Caputo, Hatt (199 (...)

19La conceptualisation de l’objet déviance réalisée plus tard dans une perspective anarchiste, généralement aussi associée à la Radical Criminology, participe à l’établissement de la troisième formation discursive. Cela parce que l’anarchisme suppose l’illégitimité de toute forme d’autorité, ce qui inclut la description autoritaire de la science sur l’objet déviant et ses causes (Ferrell, 1994). Les critiques épistémologiques qui en découlent pour les inégalitaristes ont donné lieu à des tentatives de réhabilitation, comme l’illustre la parution de la New Criminology Revisited (Walton, Young, 1998), où la majorité des essais qui y figurent veulent répondre aux critiques des anarchistes et des postmodernes18. Les auteurs font valoir essentiellement que d’accorder à l’injustice une existence dépendante de sa seule constitution langagière revient à s’associer au « pouvoir du capital », selon les mots de Lea (1998, 185). C’est l’abandon de tout méta-récit (Lyotard 1979) sur le monde, ici le capitalisme marxien, que discréditent ces auteurs, estimant que cela conduit à ne plus pouvoir analyser les formes qu’empruntent la domination et le pouvoir dans la Late Modernity. Les anarchistes pourront avoir l’impression qu’on répond avec l’autorité de la description scientifique à leur critique de l’autorité.

  • 19  Voir Ferrell, Websdale (1999) ; Ferrell (1998) ; Hamm, Ferrell (1998) pour un survol de cette appr (...)

20Je terminerai cette section en m’attardant brièvement sur la conceptualisation de l’objet déviance-sociopathologie dans ce que j’ai nommé plus haut la criminologie naturaliste. Elle se développe particulièrement par le biais de la méthode ethnographique que Lyng (1998, 1993, 1990) désigne par Edgework : entrer à l’‘intérieur’ de la transgression normative pour en comprendre l’attrait dont on postule la nature causale19. C’est-à-dire que la pratique sociologique suppose ici l’immersion dans une ‘culture déviante’ et la prise de risque, peut-être la commission d’actes criminels. On justifie cette ethnométhodologie naturaliste ainsi :

  • 20  Les théories criminologiques sont des constructions abstraites à propos de comportements que les c (...)
  • 21  La conceptualisation de l’ethnographie que révèle ce passage correspond aux pratiques dominantes d (...)

Criminological theories are abstract constructions about behavior that criminologists have, for the most part, never seen. What criminologists know about crime and criminals has come from studying criminals in captivity (jails, prisons) and from crimes reported, though frequently not observed, by local police and other law enforcement agents. The validity of criminological theories is then tested with measurements (statistics) collected by instruments (surveys, interviews) used on criminals who have been removed from native environments. This sanitized style of studying criminals and crime has brought us dozens of criminological theories and dozens more strategies to intervene in criminal behavior. If any of these theories were correct and interventions effective, we wouldn't need so many of them (Fleisher, 1998, 55)20,21.

21Mis à part les conceptualisations de l’objet déviance comme adaptation à la discrimination dans l’inégalité des opportunités sociales que j’ai déjà abordé, vouloir comprendre la transgression normative en s’approchant de sa dimension phénoménologique a conduit à une nouvelle variante dans la construction de l’objet déviance-sociopathologie. La déviance répondrait au besoin de transcendance des personnes dans le contexte d’une Modernité rationalisante et aliénante où les domaines des affects, de l’irrationnel n’ont pas de lieux d’expression. La prise de risque (Edgework) deviendrait un moment expérientiel permettant une rupture avec cette aliénation. La prise de risque ne suffit cependant pas à construire l’objet déviance ; la cause ultime demeurerait encore la répartition différentielle des opportunités, non plus de la réalisation du « modèle des vainqueurs », mais de la possibilité de vivre des expériences transcendantes par des moyens légaux :

  • 22  En raison de l’inégalité des ressources dans la société, certaines façons de transcender la vie de (...)

As a consequence of the inequality of resources in society, some of the ways of transcending mundane life are more open to some groups of people than to others. Skydiving, for example, may offer a transcendent experience, but it is unlikely to be available to many young black members of the urban underclass. Crack, on the other hand, may provide a similarly transcending experience (which is only more "artificial" on a very narrow reading of artifice), but unlike skydiving is available to all, rich or poor. Moreover, the poor, perhaps more than any others in modernity, are faced with lives in which meaninglessness and the destruction of the self are ever-present possibilities. For this reason they have less to lose if they choose to prefer short-term (and relatively certain) pleasure and excitement over long-term (and uncertain) calculative rationality (O’Malley, Mugford, 1994, 209)22.

La symptomatologie de la différence

22En considérant l’immensité des univers théoriques attachés aux principales déclinaisons de la formation discursive de l’objet déviance comme produit du mal (que je n’ai fait qu’apercevoir, et encore, bien sélectivement), on constate la puissante imprégnation de la notion de symptôme dans la façon de penser la différence. Qu’il soit question d’une faute à la volonté de Dieu, d’un défaut du corps – de la forme du crâne à son économie bio-chimique – d’un problème psychique – du conflit Œdipal à une mauvaise façon d’interpréter le réel – d’une injustice sociale – de la socialisation déficiente à l’organisation des échanges économiques – ou d’un mélange de ce qui précède, l’appréhension de la différence est ici opérée dans une perspective symptomatologique. Cela revient à écrire que la différence et sa ou ses causes sont identifiables, ce que j’appelle la symptomatologie de la différence. Que nous soyons dans l’univers de la psychologie, de la sociologie ou de la biologie, l’objet déviance se forme ici dans la recherche de la maladie qui en serait la cause, simplement parce que la différence s’établit par sa pathologisation. Nous sommes dans une mer confuse dont l’agitation marie la cause à l’effet dans une mise au monde schizophrénique : la maladie que révèlerait la différence n’est compréhensible qu’en acceptant l’existence d’une quelconque symptomatologie de la différence.

23Au plan épistémologique, la formation discursive de l’objet déviance comme produit du mal ne présente pas de variation : le (post)positivisme règne. Le (post)positivisme suppose la possibilité de l’appréhension, complète ou approximative, de l’objet déviant conçu comme indépendant de cet acte d’appréhension. L’ensemble de la déviance-psychopathologie et biopathologie s’inscrit dans cette lunette épistémologique. Cela signifie que l’objet déviant a un corps ou une psyché anormale dont la science permet de percer le mystère. Les questions qui guident la pratique scientifique sont, par exemple, qu’est-ce qui explique l’usage de drogues illicites ? Quelles sont les chances que l’embryon que porte Madame Unetelle devienne une personne délinquante dans 15 ans si Madame fume la cigarette ? Si Madame ne fume pas la cigarette ? Etc. Dans bien des cas, la sociologie de la déviance s’assoit dans la même chaise épistémologique. C’est le cas de tous les énoncés inégalitaristes qui font fi des problèmes qui confrontent les constructionnistes contemporains, dont je ferai état en abordant la troisième formation discursive. Comme dans la déviance-biopathologie ou celle psychopathologique, la construction de l’objet déviance-sociopathologie appelle alors des questions du même ordre : quoi ? qui ? pourquoi ? Par exemple : qu’est-ce qui explique l’usage de drogues illicites ? Quelles sont les valeurs ‘sous-culturelles’ qui permettent l’adhésion à un ‘style de vie déviant’ ? Pourquoi les consommateurs de crack ne veulent-ils pas travailler pour Bill Gates ?, etc. Que la cause soit placée dans la psyché, dans la société ou dans la biologie, l’objet déviant est pris comme donné : la transgression normative est symptôme objectivable d’anormalité. Le corps, la psyché ou la société est malade.

Le produit du stratège

L'analyse stratégique ou actionniste prend le contre-pied du modèle médical qui réduit le crime, le suicide ou la toxicomanie au statut de symptôme et elle pose que l'acte déviant peut être conçu comme la solution d'un problème ou comme un moyen au service d'une fin. Ce qui vaut pour l'action sociale en général vaut pour les actes déviants (…) S'agissant d'un meurtrier, d'un voleur ou de tout autre déviant, il est utile de présumer que, dans la situation qui était la sienne, il avait de « bonnes raisons » d'agir comme il l'a fait (…) Les raisons de dévier sont variées et il n'est pas sûr qu'elles soient tellement différentes des raisons pour lesquelles on agit en conformité avec les règles sociales.(Cusson, 1992)

24Comme je l’ai noté plus haut, l’émergence de la seconde formation discursive de l’objet déviance correspond à ce qui est désigné comme la criminologie ‘classique’. La tendance téléologique des historiens fait qu’il est courant d’imputer la cause de la réforme pénologique du XVIIIe siècle à la progression de la civilisation vers une plus grande humanité (Weiss, 1987). C’est-à-dire que l’on interprète souvent ce passage de la « revanche à la contrainte » (Cohen, 1985, 76)  en y voyant un développement profondément positif. L’un des fondements du traité influent de Beccaria est effectivement d’humaniser les châtiments, cela à une époque où les supplices physiques sont publics. Les ‘révisionnistes’ ont toutefois réécrit cette histoire. Dans Surveiller et punir, Foucault remplace la cause d’une humanisation progressive de la réponse sociale à la transgression normative par un mouvement de généralisation de la punition, dans lequel le pouvoir de punir s’insère plus profondément dans le corps social (1975a, 98). Il importe peu ici de statuer sur la cause de la naissance de la criminologie classique, mais plutôt d’examiner la nouvelle façon de penser l’objet déviant qu’elle a généré.

La déviance-stratégie

  • 23  Ce résumé de Rawls ne doit pas l’associer à l’utilitarisme : la théorie libérale de la justice qu’ (...)

25Beccaria, Bentham, Mill ; voilà les dignes représentants de l’utilitarisme classique dont la pensée marque profondément la seconde formation discursive de l’objet déviance. Leur quête est la réalisation d’une société juste, celle-ci l’étant, résume Rawls, when its major institutions are arranged so as to achieve the greatest net balance of satisfaction summed over all the individuals belonging to it (1971, 22)23.Du principe de l’utilité définie comme la maximisation du bonheur et la minimisation du malheur pour tous les membres de la société découle le principe suivant, particulièrement explicité par John Stuart Mill dans On Liberty (1859) : toute contrainte à la liberté d’une personne doit reposer sur la démonstration du tort qu’elle cause, le tort qu’une personne se cause de son plein gré ne pouvant justifier aucune forme de contrainte. La formation de l’objet déviant chez les utilitaristes exclut donc tout ce qui relève de la morale en l’absence de la démonstration d’un tort fait à autrui. Montesquieu, affirmant sur cette base que tout châtiment qui ne repose pas sur une « nécessité absolue » est « tyrannique », inspirera particulièrement Beccaria dans sa critique de la justice criminelle du XVIIIe siècle :

[L]es désordres forment une échelle dont le premier degré est représenté par ceux qui tendent directement à détruire la société, et le dernier par le tort le plus léger fait à un de ses membres. (…) Tout acte non compris entre les deux limites (…) ne peut être appelé délit, ni puni comme tel, si ce n’est par ceux qui trouvent leur intérêt à lui donner ce nom (Beccaria, 1764, 73-74).

  • 24  Voir la critique forte que porte Nozick (1974) à cette conception.

26Dans une autre partie de son chapitre sur la Proportion entre les délits et les peines, Beccaria défendra son argument en suggérant que les sens variables que prennent dans le temps les notions de bon citoyen et de criminel, de vertu et de vice ne surviennent pas suite à la modification de l’intérêt commun mais en raison des passions et des erreurs des législateurs (74). Les utilitaristes proposent donc que la formation de l’objet déviance soit réalisée sur la seule base du profit injuste que retire d’une conduite un membre de la société sur un ou tous les autres. La déviance-stratégie est née. Leur conception de la conduite humaine comme étant guidée par la maximisation du bien-être et la minimisation du malheur24 appelle une normalisation de l’agir criminel. Celui-ci est en effet compris comme la manifestation rationnelle d’un choix qui présente plus d’avantages que d’inconvénients. Un corollaire : soit deux infractions punies identiquement induisant un « préjudice inégal » à la société ; en ce cas, rien n’empêcheran’importe quelle personne de commettre l’acte interdit le plus préjudiciable s’il s’accompagne du plus grand avantage (Beccaria, 1764, 75).

  • 25  En ce qui a trait à la raison, Melossi, Pavarini (1977) montrent que le projet benthamien du Panop (...)

27La raison (si l’on exclut de l’examen le cas de la ‘folie criminelle’) constitue donc le thème central de la seconde formation discursive25. Alors que la déviance-psychopathologie suppose qu’il est anormal qu’une personne veuille tirer avantage d’autrui, la déviance-stratégie est le résultat normal d’un choix rationnel exercé dans la recherche du bien-être en l’absence de contraintes. Je cite encore Beccaria :

Il n’est personne qui ait fait don spontanément d’une partie de sa propre liberté en vue du bien public ; cette chimère n’existe que dans les romans ; si elle était possible, chacun de nous voudrait que les pactes qui lient les autres ne le lient pas lui-même ; tout homme se regarde comme le centre de toutes les combinaisons du globe (Beccaria, 1764,  63).

28La philosophie des utilitaristes sera discréditée lors de la scientificisation de la pathologisation de la différence. L’école positiviste italienne jouera à cet égard un rôle influent, prétendant démontrer objectivement et empiriquement les déterminations de la formation de l’objet déviance comme produit du mal. Cependant, la déviance-stratégie a un présent depuis que des énonçants, se revendiquant également d’un statut scientifique, modernisent la criminologie classique. Se développe ainsi une criminologie actionniste (Cusson, 1992), plus couramment désignée par la perspective ou la théorie de l’analyse stratégique (Cusson, 1993b, 1986). Les énonciateurs extérieurs à cette École de Montréal disent quant à eux établir une criminologie de l’acte (Négrier-Dormont, 1992) ou, chez les anglo-saxons, une rational choice approach (Cornish, Clarke, 1986).  

29Dans sa formation discursive contemporaine, la déviance-stratégie s’associe toujours aussi profondément aux notions de raison et de libre-arbitre, mais celles-ci ont subi quelques assouplissements. L’importance qu’accordait Beccaria au rôle du contrôle social, dans sa dimension macro-sociale, est toujours maintenue. Aujourd’hui, on la met cependant en relation avec le contexte microsocial dans lequel se situe l’action.     

  • 26  On pourrait demander : sur quelle base peut-on affirmer que le fait qu’une personne soit capable d (...)

30La raison du stratège est relativisée par le concept de rationalité limitée ou de rationalité subjective (Cusson, 1992 ; voir aussi Boudon, 1992 ; Crozier, Friedberg, 1977). Cusson et Cordeau (1994, 94) écrivent ainsi que si tout être humain est intellectuellementactif, qu’il a normalement de bonnes raisons d’agir comme il le fait, il n’est cependant pas question du décideur omniscient  de certains modèles économiques. La personne rationnellement limitée ne chercherait pas, devant un problème qu’elle apprécie subjectivement, la meilleure mais la plus satisfaisante des solutions (Cusson, 1998b, 70). L’objet est l’action, non pas l’acteur. Ainsi, plutôt que d’être fondamentalement le produit d’une détermination pathologique, la déviance criminalisée est ici formée discursivement par la décomposition séquentielle de la démarche rationnelle d’un stratège dont l’action est influencée par l’anticipation de ses effets (1986, 55). Nous sommes donc en présence d’un behaviorisme amoral26, puisque le moteur de l’action serait avant tout le résultat, non pas la fin (Cusson, 1989, 83).       

L’analyse stratégique conçoit le délit comme un comportement orienté vers des résultats, ayant sa rationalité propre, compte tenu des opportunités qui s’offrent à l’acteur et de la conduite de ses adversaires. (…) Les stratégies sont des actions de l’homme sur son milieu et surtout sur autrui : ses mouvements d’attaque et de défense ; ses manœuvres pour influencer l’autre, le persuader, le manipuler, le dominer, le contraindre, le supprimer. Et le crime c’est ça (Cusson, 1989, 76-77).

31Nous voyons dans cette dernière citation apparaître la notion d’opportunités. Au niveau macro-social, entre alors dans l’analyse stratégique la totalité des actions menées contre le crime, soit celles des personnes comme celles des institutions. Critiquant la construction de la déviance bio/psycho/sociopathologique pour oublier l’effet structurant du contrôle social, Cusson en fait une des variables indépendantes influençant le crime (1998a ; 1993a, 38-39). L’argument est fidèle à son décisionnisme économique : plus une conduite entraîne réprobation sociale effective (formelle ou non, pénale ou non), moins est-elle fréquente en raison de ses coûts. Voilà expliqué, par exemple, pourquoi il y a moins de vols dans les banques que dans les petits commerces. Ou, ce qui est la même chose, pourquoi le stratège s’attaque en général aux petits commerces plutôt qu’aux banques. Ainsi, le macrosocial fournit un premier pôle autour duquel se réalise la démarche rationnelle du stratège dans son évaluation des « opportunités criminelles », les modifications sociétales les faisant varier (innovations technologiques, etc.). Les opportunités criminelles se dessinent également dans les espaces-temps dans lesquels se déplace notre stratège. Dans leur expression la plus simple, ces opportunités sont la réunion des conditions favorables à l’agir criminalisé dans un même espace et temps. Il s’agit donc du lieu de contact entre le stratège et une proie alléchante. Gassin (1988) discute à ce sujet de situations précriminelles.

32Notons que les opportunités sociales dont parlent les inégalitaristes peuvent être, dans la seconde formation discursive, construites comme des ressources que le stratège utilise dans ses joutes avec autrui. Par exemple, Matza (Sykes, Matza 1957 ; Matza 1969) a développé le concept de « technique de neutralisation » pour rendre possible une interprétation ‘classique’ du libre-arbitre dans son rejet de la criminologie étiologique. Lorsqu’il est question de déviance-stratégie, l’usage de ces techniques de neutralisation, par exemple celle de la ‘condamnation des condamnants’, peut être conceptualisé comme la modification stratégique des valeurs par le sujet. De façon fort contrastante, les conceptualisations qui s’opèrent dans la première formation discursive font de ces techniques de neutralisation, notamment, des ‘erreurs de pensées’. La déviance-stratégie pourrait donc reposer sur le postulat que les personnes sont en mesure de ‘saisir’, de signifier et d’utiliser ce que les théorisations de la déviance comme produit du mal affirment être les causes de la différence pathologisée. Relativement aux discours de certains sociopathologues, l’analyse stratégique a ainsi le mérite de ne pas faire du sujet un cultural dope (Garfinkel, 1967) à l’image de celui que créent (notamment) les critiques à la sauce de Francfort (voir Joas, 1996 ; Denzin, 1992) ou l’habitus bourdieusien (voir Rubinstein, 2000).

33Cependant, les lectrices informées des travaux de Cusson pourront faire valoir qu’il ne rompt pas avec la symptomatologisation de la différence. Les jugements moraux sur les personnes criminalisées qui traversent ses écrits appellent cette impression. Mais surtout le fait qu’il parle partout de « délinquants » : il intitule un livre Délinquant pourquoi ?,définit la tactique criminelle comme « la réponse du délinquant à la situation criminelle » (Cusson, Cordeau, 1994, 96), etc. Si l’analyse stratégique postule un penchant à la déviance, comment penser la stratégie comme principe axiomatique indépendant du mal ?

  • 27  On voit cependant que si la déviance-stratégie se fonde discursivement sur une base indépendante, (...)

34Ce « penchant » n’est pas postulé. Il s’agirait plutôt d’un acquis qu’on aurait mauvaise grâce de contester (1986, 54). Toutefois, nous dit Cusson, l’existence ‘acquise’ d’un Uomo delinquente ne permet en rien de comprendre les mécanismes par lesquels se matérialisent ses déterminations pathologiques. En somme, ce « penchant » n’est en rien fondateur de l’individualisme méthodologique par lequel on construit la déviance-stratégie. Cusson nous informe que dans l’ensemble des personnes ayant posé des actions criminalisées se trouvent un grand nombre de gens normaux. On y trouve seulement, continue-t-il, une minorité d’anormaux et une minorité plus petite encore de vrais malades mentaux (1998b, 68). L’établissement de l’anormalité du stratège sera donc au mieux une ‘conclusion’ de l’analyse stratégique, qui se définit un espace discursif indépendant de toute symptomatologisation de la différence27. Que Cusson croit personnellement que les déviants sont naturellement anormaux et que cela puisse être jugé visible dans ses écrits n’importe guère ; l’influence de ses travaux et des tenants de la rational choice approach a établi les bases ‘scientifiques’ d’une construction de la déviance criminalisée comme produit normal d’une décision économique (au sens large du terme). Même avec un Uomo delinquente, sans opportunité, nulle déviance (et inversement).           

  • 28  Une autre critique qu’il est possible d’apporter à l’analyse stratégique renvoie à la notion haber (...)

35L’idée que l’objet déviant puisse se former sans déterminations pathologiques est inadmissible pour les bio- et psychopathologues. Certains sociopathologues font valoir la même critique, alors que les constructionnistes apportent une critique qui me semble plus forte. Leur critique est que la déviance-stratégie est conceptualisée sur la base du rapport a-critique aux normes pénales, qui en permettent la création, et aux activités répressives, qui en assurent la formation. Exemple : il est possible de conduire une ‘analyse stratégique’ de l’implication dans le commerce des drogues illicites. Mais cela simplement si l’on maintient les lois qui créent de toutes pièces l’objet28. Lorsque Cusson (1998a) consacre un chapitre de sa Criminologie actuelle au trafic de la [sic] drogue, la formation discursive de la déviance-stratégie semble ainsi opérer dans l’oubli de l’utilitarisme dont elle se revendique toujours.

  • 29  Les mesures de contrôle établies dans une telle perspective donnent des munitions rhétoriques aux (...)

36On constate facilement que la posture épistémologique que suppose la formation discursive de l’objet déviance-stratégie est (post)positiviste. Le résultat est une raison militante (Tibon-Cornillot, 1992), une pratique scientifique orientée vers la gestion des choses, permise par la scission opérée entre le connu et le connaissant. Puisque la déviance-stratégie conduit l’œil des sociologues non pas sur ce qu’est mais sur ce que fait l’objet, et parce que la construction moderne de cet objet repose sur le postulat que l’illicite induit un tort, il est logique que les conclusions des universitaires portent sur les méthodes permettant de limiter les opportunités criminelles et d’orienter le délinquant vers l’option la moins criminelle par des modes techniques de prévention29.

[L]a croissance du cambriolage durant la seconde moitié du XXe siècle résulte largement de choix faits par la plupart d’entre nous. Plutôt que de fortifier nos maisons pour bloquer la route aux intrus, nous avons préféré amortir les conséquences des cambriolages en nous assurant contre le vol et en confiant nos valeurs à la banque (Cusson, 1993a, 55).  

Le produit d’une construction sociale

37Au sein de la troisième formation discursive de l’objet déviant, celui-ci n’est pas le produit d’une détermination associable à la maladie ou d’un choix profitable normalisé, mais plutôt de pratiques sociales qui le constituent comme tel ; la déviance est construite par les pratiques sociales qui l’appréhendent. Trois variations sont identifiables dans cette formation discursive : la déviance construite, produite et énoncée. La première renvoie aux discours postulant l’existence de conduites dont la moralisation et la criminalisation les construisent comme déviantes. C’est la perspective du constructionnisme. La seconde renvoie aux travaux de Foucault, dans lesquels l’objet déviant est non seulement construit socialement, mais aussi produit technologiquement. Dans la troisième, dont la timide manifestation la situe davantage dans l’ordre de la possibilité, la déviance-énoncée serait conceptualisée comme le seul résultat d’un langage créant la réalité. Ainsi, dans la troisième formation discursive, l’objet déviant est abordé à la jonction du rapport entre les mots et les choses. Contrairement aux discours abordés jusqu’ici, le statut ontologique de l’objet déviant devient problématique lorsqu’il est posé comme dépendant de la posture épistémologique employée par les sociologues, c’est-à-dire lorsque la scission entre ontologie et épistémologie se réduit, voire s’évapore.

La déviance-construite

[L]a déviance n’est pas une qualité de l’acte commis par une personne, mais plutôt une conséquence de l’application, par les autres, de normes et de sanctions à un « transgresseur ». (Becker, 1963)

38Dans les États-Unis des années 1920, dans le climat d’effervescence intellectuelle que font naître les représentants de l’école de Chicago de l’époque (Burgess, Park, McKay, Shaw, Thomas, Znaniecki), Edwin Sutherland commence l’élaboration de sa théorie de l’association différentielle. Elle trouvera une première forme en 1934 et sera révisée en 1978. Avec celle-ci allait s’ouvrir tout un pan de recherche en sociologie de la déviance. Sutherland avait en effet eu le culot de proposer une relativisation de l’objet déviant en posant comme principe, notamment, que l’agir criminel est appris et qu’il suppose les mêmes « mécanismes » d’apprentissage que toute autre conduite. La déviance-sociopathologie devenait un objet produit dans des interactions sociales impliquant des univers normatifs conflictuels. Si la théorie ne permettait pas l’interprétation de la désignation d’une conduite comme étant ou non déviante, faire de l’agir criminel une compétence apprise par des « mécanismes » identiques à ceux que requièrent la capacité à lacer ses chaussures appelait cette interrogation. On peut placer les inspirations de Sutherland chez Gabriel Tarde, Thorsten Sellin et les pères de l’interactionnisme symbolique, James, Mead, Cooley et Dewey (voir Denzin, 1992). Qu’il faille donner à Sutherland ou à ses pères intellectuels le crédit de la révolution qu’allait opérer la publication de la théorie de l’association différentielle, voilà qui importe peu.        

  • 30  Pour certains auteurs postmodernes, la cause du mal est également la répression de la différence, (...)

39Lemert (1942, 1951, 1967), en introduisant la notion de « déviance secondaire », allait promouvoir l’augmentation de l’attention des sociologues aux effets potentiellement négatifs de la réaction institutionnalisée sur la formation de l’objet déviant. Cette notion de déviance secondaire renvoie à la ‘solidification’ de la déviance au contact des agences gouvernementales chargées de la réprimer. Si la socialisation déficiente est toujours la cause du mal, Lemert suggère que le « contrôle social actif » peut aggraver les choses, comme l’avaient fait Trasher (1927) et Tannenbaum (1938). Les bases rhétoriques de l’école de Chicago des années 1960 étaient établies. La philosophie des pères de l’interactionnisme symbolique, que sociologise Herbert Blumer (1969), apporte de solides fondations théoriques. Le ‘mouvement’ de la contre-culture fournira une impulsion supplémentaire lorsque l’on verra les interventions policières et juridiques transformer les activistes en délinquants (Pfohl, 1985). L’objet déviance sera donc complètement transformé : la cause du mal devient la répression de la différence30.

  • 31  Pour un commentaire sur l’influence des travaux de Spector et Kitsuse, voir Miller, Holstein (1993 (...)

40Les Outsiders de Becker (1963), Asylums et Stigma de Goffman (1961, 1963) figurent parmi les œuvres de l’interactionnisme symbolique de l’époque ayant profondément marqué le constructionnisme. La théorie de l’étiquetage conduit à la critique des activités des agences chargées de réprimer la criminalité. Cela parce que leurs interventions induiraient l’introjection d’un concept de soi négatif chez les personnes, concept que porterait la construction institutionnelle de leurs conduites sur l’axe de l’anormalité. Les lecteurs sont conviés à s’enticher des contrôlés. Si l’objet déviance est présenté comme le résultat d’une interaction humaine à l’intérieur de laquelle les acteurs re-signifient constamment le sens que les choses ont pour eux, ce qui est, dans l’interactionnisme symbolique, la base de la théorisation de la conduite humaine, la nature construite de l’objet déviance demeure semblable à celle établie dans les théories antérieures. En effet, si la cause a été déplacée de la détermination du corps, de la psyché ou de la socialisation primaire vers l’interaction signifiante, c’est-à-dire dégradante (Garfinkel, 1972), la déviance est toujours sociopathologique. Peut-être que cela aurait été différent si l’on avait alors abandonné la recherche de la cause de la déviance pour s’attarder uniquement aux activités qui lui confèrent ce statut. Un premier saut théorique en ce sens sera la déterminante contribution de Spector et Kitsuse (1977)31, bien qu’il faille aussi mentionner les premiers travaux de Stanley Cohen (1973), dans lesquels il s’intéresse au rôle des médias dans la création des Folk Devils and Moral Panics.

  • 32  Dans le cas du Canada, par exemple, plusieurs auteurs suggèrent que l’un des principaux facteurs e (...)
  • 33  La posture constructiviste implique la fusion de l’ontologie et de l’épistémologie (Guba, Lincoln, (...)

41Dans Constructing Social Problems, Spector et Kitsuse suggèrent que l’objet déviance et, plus généralement, les problèmes sociaux, sont les produits de processus de définitions conflictuels, où entrent en jeu des groupes sociaux voulant que leurs activités de réclamation (Claims-Making) permettent l’établissement ou le maintien du statut amoral/criminel d’une conduite donnée. Je prends ici un exemple pour illustrer à la fois le constructionnisme et son problème épistémologique : toutes les histoires sociologiques de la prohibition des drogues qui ne veulent pas y trouver des motifs de légitimation sont écrites dans la perspective du constructionnisme. On y fait valoir comme cause, pour ne mentionner que cet élément, la xénophobie32. Or, ce faisant, les auteurs se trouvent dans la même position que celle qu’occupent les personnes dont ils analysent les discours : ils construisent la construction de l’histoire de la prohibition. C’est-à-dire qu’ils proposent une définition de la réalité par les mêmes mécanismes que ceux qu’ils analysent, mais en accordant un statut épistémologique distinct à leurs propres activités de Claims-Making. Woolgar et Pawluch (1985) ont ainsi reproché à Spector et Kitsuse leur Ontological Gerrymandering33.

42On pourrait croire que le constructionnisme forme l’objet déviance comme le produit d’un langage qui le constitue. Or, à mon avis, cela n’est le cas que partiellement, et seulement depuis la transformation du constructionnisme suggérée par Ibarra et Kitsuse (1993), que j’associe au postmodernisme et dont je traiterai infra. La distinction est épistémologique : le constructionnisme renvoie à ce que j’appellerais une épistémologie éthico-constructiviste, alors que le postmodernisme s’établit sur la prétention à une posture épistémologique que j’appellerai constructiviste radicale. La scission s’opère à partir de l’intégration plus forte de la réflexivité dans le constructivisme radical, dont on prétend qu’elle résout les problèmes épistémologiques et théoriques de la conceptualisation, entre autres, du langage et de la communication dans le constructionnisme. Pour le dire peut-être plus précisément, la posture éthico-constructiviste maintient une distinction entre le langage et la réalité sociale, au contraire de la posture constructiviste radicale. Le résultat est, par exemple, que le constructionnisme s’intéresse à la construction de la toxicomanie comme problème social, alors que les énoncés postmodernistes reposeraient, dans ce cas, sur le postulat qu’il n’y a de toxicomanie que par la performance de langages la faisant exister. Ainsi la posture éthico-constructiviste repose-t-elle sur la prétention qu’il y a ‘en soi’ des problèmes sociaux, dont le degré de moralisation ou de criminalisation varie.

  • 34  On pourrait donc me reprocher d’avoir situé des travaux comme ceux de Becker dans le constructionn (...)

43Le constructionnisme, tant dans la perspective que développent Spector et Kitsuse que dans celle qui se revendique de la micro-politique interactionniste symbolique, a été sévèrement critiqué par les inégalitaristes. Relativement à l’école de Chicago des années 1960, par exemple, un article de Liazos (1972) a causé tout un émoi dans la communauté des sociologues de la déviance. Dans Nuts, Sluts, and Perverts, Liazos s’insurge contre la sensibilité des sociologues à l’égard des petits mécréants, qui aurait l’effet de divertir l’attention de la vraie cause du mal de la déviance-sociopathologie, soit, pour lui, l’oppression capitaliste. L’influence de l’inégalitarisme fait en sorte qu’il est rare de trouver des travaux en sociologie de la déviance contemporaine s’inspirant du constructionnisme qui n’adoptent pas la perspective dite critique des inégalitaristes34. Par contre, les inégalitaristes ne tiennent pas compte du questionnement épistémologique auquel conduit inévitablement le constructionnisme contemporain et retiennent habituellement seulement l’apport des interactionnistes à l’égard du renforcement que peut opérer la réaction sociale sur la formation de l’objet déviant. Cela simplement parce que le cas contraire pourrait supposer que l’injustice est une construction sociale plutôt qu’une réalité tangible.

La déviance-produite

Le délinquant est un produit d’institution. (Foucault, 1975)

44Michel Foucault, dans son inclassable Surveiller et punir, fournit une seconde perspective de la formation de l’objet déviance comme construction sociale, que je nomme carcéraliste. La qualité ubiquitaire que l’auteur accorde au pouvoir constitue peut-être la dimension de sa thèse qui permet d’apercevoir comment il s’inscrit en rupture avec les variantes sociologiques de l’objet déviance dont j’ai traité jusqu’ici. Cela parce que, dans le carcéralisme, le pouvoir qui constitue l’objet déviant est omniprésent et non dans les mains d’un groupe dominant qui le contrôle (inégalitarisme) ou le construit (constructionnisme). Le carcéralisme signifie que la logique pénitentiaire a colonisé le social pour donner naissance à une société disciplinaire.

45Le référant déviance du carcéralisme est le corps indocile ou anormal. Il se forme dans la prise en charge des défauts que ses mouvements révèlent à l’égard des normes établies par différentes institutions sociales – prison, école, usine, etc., dont l’intervention balise en retour la normalité dans des espaces et des temps utilement ordonnés. Pour Foucault, la formation de l’objet déviant est le résultat d’une logique circulaire où la fabrication de l’objet déviant repose sur les efforts de normalisation institutionnelle mis en branle pour le redresser, alors que ces efforts supposent une construction toujours plus fine de la réalité prise pour objet. Il écrit ainsi que les processus d’objectivation du corps indocile naissent dans les tactiques mêmes du pouvoir et dans l’aménagement de son exercice (1975a, 121). Le corps anormal est constitué par le savoir, ce savoir étant en retour constitué par le pouvoir qu’opère la normalisation institutionnelle du corps. Dans le cas de la délinquance, le criminel-né lombrosien devient donc le produit du savoir constitué dans la prise en charge institutionnelle de l’infracteur. Au contraire de la première formation discursive dans laquelle la délinquance se forme sur la base de la transgression normative, la déviance comme produit d’une construction sociale est conceptualisée comme le résultat de la réponse institutionnalisée à cette transgression.

La technique pénitentiaire et l’homme délinquant sont en quelque sorte frères jumeaux. (…) Ne pas croire (…) que l’élaboration interne des méthodes pénitentiaires a fini par mettre en lumière l’existence « objective » d’une délinquance que l’abstraction et la raideur judiciaires ne pouvaient pas apercevoir. Elles sont apparues toutes deux ensemble et dans le prolongement l’une de l’autre comme un ensemble technologique qui forme et découpe l’objet auquel il applique ses instruments (Foucault, 1975a, 296).

46Dans cette logique, la réaction sociale institutionnelle à la transgression normative n’aurait pas pour effet la correction du transgresseur mais plutôt la production du délinquant. La prison fabrique les délinquants, et la délinquance représente la vengeance de la prison contre la justice (1975a, 297). Selon Foucault (1975a, 310-313), la fabrication des délinquants dans la prison se réalise notamment par les conditions de vie qui sont imposées aux personnes incarcérées, que l’on tente de rendre dociles en leur imposant un travail inutile dans un contexte où leur incarcération se déroule sur le mode de l’abus de pouvoir. Ces conditions assurent la solidarisation des détenus, favorisant la création de réseaux ‘criminels’. La prison est école du crime. La fabrication de la délinquance se réalise aussi dans la condamnation à la récidive, c’est-à-dire dans la surveillance serrée dont sont l’objet les infracteurs constitués en délinquants à leur sortie de prison. L’objet déviant est donc le corps qui est indocile, qui résiste à la normalisation et à la discipline. Il est l’heureuse manifestation de l’individualité et de l’incompressibilité de la nature humaine ; la déviance est énergie qui se redresse (339).

47La production de la délinquance est donc double. D’une part, le délinquant est fabriqué par le savoir qui se développe sur les corps sur lesquels s’épanche le pouvoir de normalisation dans les institutions et, d’autre part, l’opération même de ce pouvoir transforme le sujet transgresseur en sujet délinquant, ‘matérialisant’ le savoir qui naît de l’examen minutieux de son corps et de sa psyché (voir aussi Rose, 1999). Autrement dit, pour Foucault, l’objet déviant est à la fois créé discursivement et technologiquement, dans les discours sur les transgresseurs et dans les pratiques sociales entreprises à leur égard. La déviance n’est donc pas simplement construite socialement, elle est produite matériellement.

  • 35  Que ce soit par la menace de la force du droit, par la bienfaisance pastorale, par l’élaboration d (...)
  • 36  L’oxymoron de la contrainte positive découle de la tentative foucaldienne d’avancer une conception (...)

48La délinquance peut-elle être à la fois « énergie qui se redresse » et produite matériellement par l’alliage du savoir et du pouvoir dans le corps ? On peut lire au moins de deux façons les passages soulignés supra, dans lesquels Foucault associe l’indocilité à une forme politique de résistance. Une première appréciation est de considérer la ‘dialectique’ entre assujettissement et subjectivation comme l’un des plus féconds apports théoriques du ‘second’ Foucault. Je préfère pour ma part une deuxième lecture, qui suggère plutôt une problématique théorisation de la résistance au pouvoir. Le problème est de rendre synonymique assujettissement et ‘pratiques de liberté’, et donc ‘effets de pouvoir’ et résistance au pouvoir. Ce problème est abandonné dans L’usage des plaisirs et Le souci de soi, puisque Foucault déplace son attention des pratiques discursives du savoir/pouvoir vers la lente formation, dans l’Antiquité, d’une herméneutique de soi (1984a, 13). Dans l’ensemble, la position foucaldienne conduit aux oxymorons du pouvoir impuissant35 et de la contrainte positive36.

3.3 La déviance-énoncée  

  • 37  Il lui expliqua que c’est ce qui distinguait sa théorie criminologique du conflit de celles des au (...)

He explained to her that this is what differentiates his conflict theory of criminology from the others. She understood this: that the content of conflict criminology differed from the more conventional science of the causes of crime. But did it differ in its contentment? Did it differ in the fundamental pleasure which positioned the imagination of the criminologist materially in history as master of the natural facts of crime? This question disturbed her significantly. As she pursued this question she found herself losing her center; a slide into a different pleasure - the pleasure of difference; a slide into a different criminological practice - a politics of difference; a different conjuncture of power and its relation to knowledge. When she spoke to him of this disturbance and its different pleasure he had nothing to say. He had been telling her about his conflict theory of criminology, but she was speaking of a criminology that conflicts37. (Pfohl, Gordon, 1986)

  • 38  Cependant, comme Spector et Kitsuse dans les années 1970, Ibarra et Kitsuse pratiquent un construc (...)
  • 39  Voir aussi à ce sujet Luhmann (1998, 1990) ; Giddens (1991, 1990, 1981) ; Knorr-Cetina, Cicourel ( (...)

49En 1993, Ibarra et Kitsuse tentaient de réhabiliter le constructionnisme devant les critiques épistémologiques dénonçant le maintien d’une réalité sociale hors du langage. Prétendant utiliser la conception du langage que suggère (le deuxième) Wittgenstein, Ibarra et Kitsuse (1993, 30) proposent que le constructionnisme forme désormais l’objet déviance à partir de l’examen des typifications of socially circumscribed activities and processes - the society’s classifications of its own contents - used in practical contexts to generate meaningful descriptions and evaluations of social reality. L’objet déviance serait donc formé par un langage dont le sens est trouvé dans son usage pratique, comme le suggère Wittgenstein (1951, 1945)38. La scission entre les constructionnistes et les postmodernes s’opère au niveau de la théorisation du langage : le postmodernisme suppose qu’il n’y a pas de réalité sociale hors des mots par lesquels elle est saisie, qu’une réalité socialea-textuelle est impossible. Cela ne signifie pas, comme le veut la critique niaise du postmodernisme, que le sociologue en vient à douter de l’existence de la chaise sur laquelle repose son derrière lorsqu’il écrit ses élucubrations. Le postulat de la nature textuelle de la réalité sociale renvoie à l’un des célèbres aphorismes de C.W. Mills : the first rule for understanding the human condition is that men live in second-hand worlds (1959, 405)39.

  • 40  Mon intérêt n’est pas ici la postmodernité mais le postmodernisme. C’est-à-dire non pas de discour (...)
  • 41  Sur l’aventure postmoderne, on pourra notamment consulter Ritzer (1997) ; Denzin (1997, 1994) ; An (...)

50Les sociologues dont les énonciations reposent sur une vision non-essentialiste de la réalité, abordant celle-ci comme un texte toujours dialogique, qui ne saurait avoir un sens ou une signification fixe, non-contingent et absolu, adoptent deux postures exclusives. Ainsi les voit-on adopter soit une attitude purement déconstructionniste et ludique, laquelle est habituellement condamnée pour son nihilisme (Best, Kellner, 1997 ; Gubrium, Holstein, 1997), soit adopter une attitude affirmative dans laquelle la ‘régression infinie’ du déconstructionnisme est interrompue au profit de propositions de reconstruction. Ces deux façons de concevoir le travail sociologique dans un réel textualisé partagent toutefois plusieurs caractéristiques, lesquelles constituent (paradoxalement) la ‘nature’ de l’aventure postmoderne en sociologie40. Parmi celles-ci, notons : la négation de la possibilité d’une distinction entre objet et sujet, donc la négation de la possibilité d’une épistémologie représentationnelle ; la ‘décentration’ du sujet à la suite des poststructuralistes, conduisant notamment à l’impossibilité de penser l’action des personnes à l’image de l’homo economicus des utilitaristes, et ; la négation de la possibilité de produire un savoir objectif à prétention universelle, soit le refus même de la notion de vérité, donc de la prétention à l’élaboration d’une théorie du social au sens moderne du terme41.

  • 42  Par exemple, Bourgois (1995, :14) écrit :

51L’opinion de Schwartz et Friedrich (1994) à l’effet que la perspective postmoderne a peu marqué la criminologie me semble toujours juste en ce qui concerne l’application d’une démarche postmoderne ludique. Quelques auteurs ont toutefois fréquenté cette aire de jeu. Parmi ceux-ci on trouve Bruce Arrigo, qui adopte une attitude déconstructionniste face à l’objet déviance criminalisée sur la base que les violations of human rights and social acts of wrongdoing are not absolute et qu’aucune fondation ne peut être trouvée pour soutenir la vérité d’une explication des actes victimisants (Arrigo, Bernard, 1997, 48 ; Arrigo, 1995). Un autre criminologue ludique est Stephen Pfohl (1993a, 1993b, 1990 ; Pfohl, Gordon, 1986). Outre la production de textes non-conventionnels produits pour une audience universitaire, son approche postmoderne de la déviance criminalisée le conduit à produire des assemblages de textes audio-visuels, dont la présentation est destinée à faire valoir une narration non-linéaire de signifiants contradictoires liés à la délinquance. On peut comparer ces performances à certains films de David Lynch (Lost Highway, Mulholland Drive), ou encore aux ethnographes qui privilégient les Writerly Texts aux Readerly Texts (Silverman, 1982 ; Tyler, 1986) et la théâtralisation de la narration ethnographique (Mienczakowski, 1996). La lectrice/spectatrice de ces textes est confrontée à l’inexistence d’une rhétorique cohérente sur l’objet (les criminels ou autre) et doit faire sien le sens sans pouvoir prendre appui – du moins là est l’objectif – sur un point d’ancrage ne pouvant être remis en question. Ainsi voit-on construit audio-visuellement, par exemple, un échange mettant en cause (entre autres !) Bentham et son Panoptique, Foucault et son anatomo-politique des corps et Baudrillard et le Disneyland de son America. Les créations de Pfohl constituent donc une suggestion (au sens psychologique du terme) de détruire les fondations des discours ‘vrais’ des criminologues et des médias qui peignent les criminels autrement que comme l’opération effective de jeux de langages locaux et contingents. Tout l’exercice repose sur le plaisir (cependant politisé) de la déconstruction au profit d’une entrée dans un relativisme déstabilisant et d’une constante mise en cause des procédures par lesquelles nous établissons la différence (ici, celle criminalisée). Ce ludisme est violemment critiqué pour son élitisme, son idéalisme, voire son obscurité. Mais surtout parce qu’on y nierait l’expérience de la souffrance et l’urgence de certaines « crises sociales »42, les sociologues étant alors considérés comme des helpless spectators dont les activités de déconstruction ne changent rien au monde (Lea, 1998, 173).

52Le ludisme postmoderne en sociologie de la déviance semble trouver peu d’adeptes. Cette attitude ne peut être le privilège que d’universitaires titularisés n’ayant plus à se soucier de justifier la pertinence de leurs travaux pour obtenir paie ou subventions (selon les critères ‘modernes’ toujours en cours). Le point de vue de Lea évoqué plus haut semble également suggérer que le ludisme postmoderne est impopulaire en sociologie de la déviance en raison de l’impression, contestable à mes yeux, qu’il est a-politique. Peut-on s’amuser avec le crime ? Cette question renvoie en bout de ligne au rôle des intellectuels (à tout le moins, des universitaires). La criminologie postmoderne affirmative qui, depuis les années 1990, se développe autour des travaux de Dragan Milovanovic, de Stuart Henry et de T.R. Young (Arrigo (1998, 1997) a joint leurs rangs), place au centre de ses considérations politiques la nécessité pour les criminologues d’imposer des replacement discourses. Le projet politique d’une telle Newsmaking Criminology (Barak, 1988) ne sera pas abordé ici. Je voudrais plutôt tenter de comprendre comment les criminologues postmodernes conjuguent déconstruction et reconstruction de la constitution langagière de la déviance criminalisée.

  • 43  On trouvera chez Brodeur (1993) une autre analyse de la criminologie ‘postmoderne’ et de ses possi (...)

53La complexité théorique de cette « criminologie postmoderne » en montre bien la nature affirmative, au contraire d’un ludisme dont l’essentiel de la théorie se trouve dans la philosophie analytique, et dont le projet politique tient dans la poursuite de la conversation dans la tolérance du pluralisme (Rorty, 1991b, 1991c, 1991d, 1980). Pour se constituer affirmative, la criminologie ‘postmoderne’ emprunte deux avenues théoriques43.

54La première relève essentiellement de l’héritage de l’École de Francfort et se présente comme une critique de l’idéologie dominante de la constitution de la déviance criminalisée. On cherche alors à identifier les master signifiers producing and reproducing the dominant social order par la réalité qu’ils produisent, et particulièrement à mettre en lumière comment the desiring subject is imprisonned in restrictive discourses (Milovanovic, 1997b, 1995, 10, 1994a, 1993 ; Henry, Milovanovic, 1991). La position critique des auteurs les amène à constater la « subjugation » de certains savoirs/discours (Foucault) et à identifier les discours dominants construisant la déviance criminalisée. La conceptualisation de la déviance criminalisée opérée dans cette perspective est formulée ainsi : crime is defined as an expression of energy to make a difference over others, to the exclusion of those others who, in the instant, are rendered powerless to make their own difference. Crime is the power to deny others (Henry, Milovanovic, 1996, x). Le droit devient ‘cause’ du crime dans sa catégorisation violente des conflits. Cette conceptualisation s’inscrit dans le refus de construire le crime comme le font les constructionnistes, c’est-à-dire comme l’ensemble des conduites criminalisées. Cela permet notamment aux auteurs d’affirmer que certains ‘crimes’ ne sont pas criminalisés (ex. : a lot of what occurs in family life, certaines politiques gouvernementales, etc. (Pepinsky, 1997, 1991; Henry, Milovanovic, 1996, 116)). En somme, la délinquance devient ici la manifestation du pouvoir, les relations d’inégalités, les conduites qui induisent torts et souffrance, dont le sens se construit dans une dialectique de pouvoir et de contrôle impliquant les discours sociaux dominants (idéologie) et leurs corrélats phénoménologiques dans les interactions conflictuelles. Une telle vision permettrait l’émancipation d’une conceptualisation positiviste de la déviance établissant une distinction entre les criminels et les non-criminels, particulièrement par l’abandon de la recherche d’une cause en établissant la différence (Young, 1997a ; Milovanovic, 1995, 1991). Au contraire de la démarche ludique, celle affirmative juge ‘dépasser’ le postmodernisme en s’autorisant à développer des universalités contingentes (Henry, Milovanovic, 1996, 119), à défaut desquelles la ‘négation de l’autre’ ne pourrait être établie. Il s’agit donc de (re)construire le crime dans une politique égalitaire ; la déviance criminalisée est ainsi toujours conceptualisée sociopathologiquement.

  • 44  Les textes de cette criminologie débutent par l’éducation de la lectrice aux concepts et théories (...)
  • 45  De plus, nulle part ne nous explique-t-on pourquoi les personnes se conduiraient comme des nanopar (...)

55La seconde avenue pratiquée par la « criminologie postmoderne » affirmative est constituée par la présentation de théoriciens étrangers à l’interprétation du social. Ainsi nous résume-t-on certaines dimensions des ‘découvertes’ de Thom, d’Heisenberg, de Godel, de Poincaré, de Feigenbaum, de Lorenz, etc. Les textes de cette criminologie débutent (et sont habituellement majoritairement constitués) par une vulgarisation de concepts de la Topology Theory, tels que la Mobius Band ou la Klein-Bottle (Milovanovic, 1997a, 1994b), de la très populaire théorie du chaos, tels que les Strange Attractors et le Madelbrot Set (Henry, Milovanovic, 1996 ; Young, 1997a, 1991a, 1991b), de la mécanique quantique, de la géométrie non-euclidienne (Milovanovic, 1997a ; Young, 1997b ; Pepinsky, 1997), etc44. À ce capharnaüm de théories et de concepts des sciences dites ‘dures’, que je désignerai par « chaos etc. », les auteurs mêlent parfois le poststructuralisme, la sémiotique peircienne, la théorie de la structuration de Giddens (1984) ou celle de l’autopoïèse communicationnelle de Luhmann (1999, 1995) et Teubner (1994, 1993). La psychanalyse lacanienne est également de la partie dans les travaux de Milovanovic. Le chaos etc. et l’inconscient lacanien (qui serait structuré comme le langage) constituent deux vérités de ces ‘postmodernes’ s’acharnant à condamner la foi en la détermination possible d’une vérité distincte de l’opération de la pensée qui l’établit. L’absence fréquente de justification de l’importation du chaos etc. dans la pratique sociologique pourra en agacer plusieurs. Deux justifications sont énoncées : la valeur heuristique du chaos etc. (Milovanovic, 1994b, 42) et sa capacité à tenir compte de la complexité du social, permettant même l’exercice d’une « meilleure » prédiction (Young, 1997a, 48-49 ; Milovanovic, 1997b, 197)45. L’introduction du chaos etc. en sociologie de la déviance semble l’associer naturellement au postmodernisme puisque, comme en philosophie analytique, les théories des sciences ‘dures’ font valoir, entre autres, l’indétermination, le hasard et la contingence.  

56Contrairement à ce qu’elle prétend, cette criminologie n’abandonne pas la recherche ‘moderne’ de la cause. C’est plutôt la notion de causalité qui est modifiée à l’aide de la science postmoderne [sic] : a nonlinear assumption may lead researchers to develop models of causation that allow for the discontinuous, the random, the spontaneous, ironies, contradictions, and chance events that have no other explanation (Milovanovic, 1997b, 217 ; Henry, Milovanovic, 1996, ch.7). Le chaos etc. apporterait ainsi de meilleurs outils prédictifs pour la Behavioral Science que serait la criminologie (Young, 1997a, 44-45). Appliqué à la conceptualisation de la délinquance, le chaos etc. permettrait de ‘comprendre’ que, pour prendre un exemple utilisé en biopathologie, deux embryons monozygotes produisent un « délinquant » et un « non-délinquant », ou encore que des changements minimes dans les politiques de taxations causent une augmentation disproportionnée des crimes contre la propriété. Autre application ‘heuristique’ du populaire ‘effet papillon’ :

  • 46  Dans un bassin avec deux attracteurs (chacun pouvant être vu comme un torus connecté de façon lâch (...)

In a basin with two attractors (each of which can be viewed as a torus loosely connected to each other), the geometry of behavior becomes ever more uncertain; one may move between anti-social and prosocial behavior; one may be involved in both criminal and prosocial behavior at the same time. Indeed, the one act may be criminal while the next unpredictable run of acts is prosocial. The concept of "the criminal" becomes very fuzzy while the geometry of crime becomes very complex (Young, 1997b, 82)46.  

57L’application du chaos etc. se révèle donc comme prétention de dépasser les possibilités offertes par la Mainstream Criminology, qui se caractérise par son épistémologie (post)positiviste et son absence de réflexion épistémologique sur l’objet déviance criminalisée. Comme l’illustrent les exemples donnés supra, la criminologie affirmative utilisant le chaos etc. se révèle être une tentative de refondation positive de sa démarche scientifique. La lectrice cherchera en vain les considérations constructivistes lorsque les datas sont placées dans l’univers théorique du chaos etc.. On constate ainsi l’incapacité des auteurs de conjuguer théoriquement déconstructionnisme, chaos etc., théorie de la structuration, sémiotique, etc. Henry et Milovanovic (1996) prétendent y arriver, mais l’usage des deux avenues théoriques que j’ai dessiné se réalise dans des temps différents (dé/reconstruction ou chaologisation). La pauvreté du chaos etc. pour la démarche interprétative se révèle clairement lorsque l’on voit les auteurs quitter cet univers pour invoquer les thèses de Merton ou d’autres inégalitaristes, l’aliénation et le consumérisme capitaliste, voire l’ « hyperréalité » de Baudrillard (1981) pour ‘comprendre’ le déplacement ‘chaotiquement ordonné’ des personnes d’une conduite prosociale vers une conduite antisociale (Young, 1997a, 47, 1997b, 87 ; Milovanovic, 1997b,  231, 1994b, 251). Les réflexions sur la constitution langagière de la différence pro/anti-sociale ont alors disparu au profit d’une essentialisation des criminels comme les personnes opérant, dans une situation donnée, un pouvoir sur autrui.

Le constructivisme éthique et radical

58Dans la troisième formation discursive de la déviance criminalisée, la posture épistémologique qu’adoptent les énonciations constructionnistes et carcéralistes est celle que je nomme constructivisme éthique, que l’on pourrait également désigner par constructivisme sélectif. On constate dans de tels énoncés une certaine distanciation par rapport à l’objet déviant, à l’image de l’impératif durkhemien de la nécessité d’écarter systématiquement toutes les prénotions (1895,34) et de l’épistémologie suggérée par les auteurs du Métier de sociologue (Bourdieu, Chamboredon, Passeron, 1980). Dans un premier temps, l’interprétation de la construction de la différence se conduit dans la recherche des modalités matérielles de construction sociale de la ‘chose’ qu’est le ‘fait social’ déviance. Dans un second temps, elle se réalise dans l’examen des modalités discursives de construction sociale de l’objet déviant, qui peut dès lors ne plus avoir d’existence que par l’effectivité de ces modalités. J’ai montré comment Foucault tentait d’intégrer ces deux moments épistémologiques et donné un aperçu des confusions qui en découlent.

59Le constructivisme est éthique puisqu’il s’inscrit dans une pratique scientifique dite critique, dont la possibilité repose sur le maintien d’une scission entre l’objet déviant construit et sa construction sociologique (constructivisme sélectif). À mon avis, ce maintien s’explique pour des raisons politiques : les analyses des modalités de constructions discursives de l’objet déviant sont réalisées dans une pratique scientifique qui se signifie par ses visées émancipatrices, l’épistémologie (post)positiviste s’orientant plutôt vers la gestion technique des choses et des bêtes humaines (Habermas, 1976). Le nouvel ordre de questions qu’appelle cette posture est : comment ? Par exemple : Comment forme-t-on dans les discours l’objet déviant en criminologie ? Dans le constructivisme éthique, l’objet déviant est ainsi pris comme résultat d’un processus de désignation discursive, ou de prise en charge institutionnelle, qui devient le symptôme objectivable non plus d’une quelconque anormalité mais d’une victimisation ou d’une oppression potentielles ayant des effets matériels et non simplement discursifs. L’existence de la réalité Out There est toujours postulée indépendante des discours qui la construisent. C’est cette indépendance qui est mise en cause dans le postmodernisme, qui devrait prétendre à un constructivisme radical en refusant de dissocier le langage et la réalité. Or, j’ai montré que la constitution d’une déviance-énoncée relève davantage d’une possibilité que d’une pratique. Les auteurs qui se qualifient postmodernes pratiquent généralement un constructivisme éthique après avoir établi la nécessité d’un constructivisme radical dans leur critique de la criminologie ‘moderne’. Le projet évoqué de l’établissement de « discours de remplacement », rendus possibles par la revendication du droit à l’affirmation d’ « universalités contingentes », montre bien l’inscription de l’interruption de la déconstruction dans le registre du politique. Épistémologiquement, cette criminologie ‘postmoderne’ ne peut être distinguée des travaux des inégalitaristes intégrant un moment constructiviste. Pour ce qui est, enfin, des ‘chaologistes’, l’épistémologie adoptée est franchement (post)positiviste. Leur démarche n’est postmoderne que si l’on comprend ce qualificatif, non pas comme il est d’usage de le faire en sciences sociales, mais plutôt simplement ainsi : la « science » chaos etc. vient après la science ‘moderne’. La modification de la notion de causalité n’empêche en rien que se trouve au centre de la démarche scientifique la recherche de la cause d’une différence toujours pathologisée.

Derniers mots

  • 47  Il m’a semblé intellectuellement stimulant de construire ces systèmes sur les trois principes axio (...)

60Dans le survol sélectif des énonciations scientifiquement situées sur les criminels que j’ai proposé, mon désir n’a pas été d’établir une histoire des idées de la déviance criminalisée. Confronté à la critique des constructionnistes sur la criminologie positiviste, mais surtout à l’absence de critique constructiviste sur le constructionnisme dans cette discipline, mon ambition a été de proposer les premiers balbutiements d’une sociologie de la sociologie de la déviance qui puisse minimalement se prendre elle-même pour objet. J’ai tenté, à la suite de la suggestion de Foucault (1969), de construire des systèmes discursifs dont les règles d’opération sont internes, plutôt que de chercher à interpréter ce que ‘sont’ les textes en tant que témoins de modes d’organisation sociale externes47. Luhmann a montré beaucoup mieux que Foucault comment de tels systèmes sont à la fois autonomes et perméables (ouverts parce que fermés), et l’impossibilité de traiter convenablement ici des relations qui se tissent entre les diverses formations discursives constitue l’une des limites importantes de cette contribution. Cela sans parler des effets sociaux de celles-ci, particulièrement de leur profonde influence sur un système juridique toujours à la recherche de ‘raisons’ d’interdire et de punir.

Haut de page

Bibliographie

Andrews, D.A., Bonta, J., 1990, The Psychology of Criminal Conduct, Cincinnati, Andersen Publishing Co.

Antonio, R. J., Kellner, D., 1994, The Future of Social Theory and the Limits of Postmodern Critique, inDickens, D. R., Fontana, A. (eds.), Postmodernism and Social Inquiry, New York, The Guilford Press, 127-152.

Arrigo, B. A., 1998, Shattered Lives and Shelter Lies? Anatomy of Research Deviance in Homeless Programming and Policy, inFerrell, J., Hamm, M.S. (eds.), Ethnography at the Edge. Crime, Deviance, and Field Research, Boston, Northeastern University Press, 65-85.

Arrigo, B.A., 1997, The Chaotic Law of Forensic Psychology : The Postmodern Case of the (In)Sane Defendant, inMilovanovic, D. (ed.), Chaos, Criminology and Social Justice. The New Orderly (Dis)Order, Westport, Praeger Publishers, 139-154.

Arrigo, B.A., Bernard, T.J., 1997, Postmodern Criminology in Relation to Radical and Conflict Criminology, Critical Criminology, 8, 2, 38-60.

Atkinson, P., 1990, The Ethnographic Imagination. Textual Constructions of Reality, Londres, Routledge.

Barak, G., 1988, Newsmaking Criminology : Reflections on the Media, Intellectuals and Crime, Justice Quarterly, 5, 4, 565-587.

Baudrillard, J., 1981, Simulacres et simulations, Paris, Galliée.

Bauman, Z., 1992, Intimations of Postmodernity, New York, Routledge.

Beauchesne, L., 1991, La légalisation des drogues… pour mieux en prévenir les abus, Montréal, Éditions du Méridien.

Beccaria, C., 1764 [1991], Des délits et des peines, Paris, GF-Flammarion.

Beck, A. T., Freeman, A., 1990, Cognitive Therapy of Personality Disorder, New York, Guilford Press.

Becker, H.S., 1963 [1985], Outsiders, Paris, Éditions A.-M. Métailié.

Bentham, J., 1789 [1967], A Fragment of Government & An Introduction to the Principles of Morals and Legislation, Oxford, Basil Blackwell, 113-435.

Ben-Yahuda, N., 1990, The Politics and Morality of Deviance. Moral Panics, Drug Abuse, Deviant Science and Reversed Stigmatization, New York, State University of New York Press.

Bequai, A., 1978, White-Collar Crime : A 20th Century Analysis, Toronto, Lexington Books.

Bertrand, M.-A., 1986, Perspectives traditionnelles et perspectives critiques en criminologie, Criminologie, 19, 1, 97-111.

Best, S., 1994, Foucault, Postmodernism, and Social Theory, inDickens, D. R., Fontana, A. (eds.), Postmodernism and Social Inquiry, New York, The Guilford Press, 25-52.

Best, S., Keller, D., 1997, The Postmodern Turn, New York, The Guilford Press.

Blumer, H., 1969, Symbolic lnteractionism : Perspective and Method, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Boudon, R., 1992, Traité de sociologie, Paris, PUF.

Bourdieu, P., Chamboredon, J.-C., Passeron, J.-C., 1980, Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, 3e éd., Paris, Mouton.

Bourgois, P., 1998, The Moral Economies of Homeless Heroin Addicts : Confronting Ethnography, HIV Risk, and Everyday Violence in San Francisco Shooting Encampments, Substance Use & Misuse, 33, 11, 2323-2351.

Bourgois, P., 1995, In Search of Respect. Selling Crack in El Bario, Cambridge, Cambridge University Press.

Bourgois, P., 1992, Une nuit dans une "shooting gallery". Enquête sur le commerce de la drogue à East Harlem, Actes de la recherche en sciences sociales, 94, 59-78.

Brodeur, J.-P., 1993, La pensée postmoderne et la criminologie, Criminologie, 26, 1, 73-121.

Caputo, T., Hatt, K., 1996, Beyond Critique : Toward a Post-Critical Criminology, inO'REILLY-FLEMMING, T. (ed.), Post-Critical Criminology, Scarborough, Prentice-Hall Canada Inc., 410-435.

Carrier, N., 2006, La dépression problématique du concept de contrôle social, Déviance & Société, 30, 1, 3-20.

Carrier, N., 2005, La politique de la stupéfaction. La pérennité de la prohibition des drogues au Canada, thèse doctorale, Université du Québec à Montréal, département de sociologie.

Carrier, N., 2004, Les vedettes de la prohibition du cannabis, Drogues, santé et société, numéro double, 2, 2, et 3, 1, 233-286.

Carrier, N., Quirion, B., 2003, Les logiques des contrôles de l’usage des drogues illicites : la réduction des méfaits et l’efficience du langage de la périllisation, Drogues, santé et société, 2, 1, 9-73.

Castel, R., 1995a, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

Castel, R., 1995b, Les pièges de l’exclusion, Lien social et Politiques – Revue Internationale d'action Communautaire ( RIAC), 34, 74, 13-21.

Castel, R., 1994, La dynamique du processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation, Cahiers de recherches sociologiques, 22, 11-25.

Chambliss, W.J., Seidman, R.B., 1971,Law, Order, and Power, Don Mills, Addison-Wesley Pub. Co.

Cicourel, A.V., 1968, The Social Organization of Juvenile Justice, New York, John Wiley & Sons.

Clifford, J., 1986, On Ethnographic Allegory, inCLIFFORD, J., MARCUS, G.E. (eds.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press, 98-121.

Cloward, R.A., Ohlin, L.E., 1960, Delinquency and Opportunity, New York, The Free Press.

Cohen, S., 1988, Against Criminology, New Brunswick, Transaction Inc.

Cohen, S., 1985, Visions of Social Control. Crime, Punishment and Classification, Cambridge, Polity Press.

Cohen, S., 1973, Folk Devils and Moral Panics. The Creation of the Mods and Rockers, St Albans, Paladin.

Cornish, D.B., Clarke, R.V. (Eds.), 1986, The Reasoning Criminal, New York, Springer.

Crapanzano, V., 1986, Hermes' Dilemma : The Masking of Subversion in Ethnographic Description, inClifford, J., Marcus, G.E., Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press, 51-76.

Crozier, M., Friedberg, E., 1977, L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Seuil.

Cusson, M., 1998a, Criminologie actuelle, Paris, PUF.

Cusson, M., 1998b, La criminologie, Paris, Hachette.

Cusson, M., 1993a, L’effet structurant du contrôle social, Criminologie, 26, 2, 37-62.

Cusson, M., 1993b, Le virage stratégique en criminologie appliquée, Revue internationale de criminologie et de police technique, 3, 295-308.

Cusson, M., 1992, Déviance, inBoudon, R. (dir.), Traité de sociologie, Paris, PUF, 389-422.

Cusson, M., 1989, Délinquants pourquoi?, Québec, BQ.

Cusson, M., 1986, L’analyse stratégique et quelques développements récents en criminologie, Criminologie, 19, 1, 53-72.

Cusson, M., Cordeau, G., 1994, Le crime du point de vue de l’analyse stratégique, inSzabo, D., LeBlanc, M. (dir.), Traité de criminologie empirique, 2e éd., Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 91-112.

Denzin, N. K., 1998, The Art and Politics of Interpretation, inDenzin, N. K., Lincoln, Y.S. (eds.), Handbook of Qualitative Research. Volume III: Collecting and Interpreting Qualitative Materials, Thousand Oaks, Sage Publications, 313-344.

Denzin, N. K., 1997, Interpretive Ethnography. Ethnographic Practices for the 21st Century, Thousand Oaks, Sage Publications.

Denzin, N. K., 1994, Postmodernism and Deconstructionism, inDickens, D. R., Fontana A. (eds.), Postmodernism and Social Inquiry, New York, The Guilford Press, 182-202.

Denzin, N. K., 1992, Symbolic Interactionism and Cultural Studies. The Politics of Interpretation, Cambridge, Blackwell Publisher.

Dickens, D. R., Fontana, A., 1994, Postmodernism in the Social Sciences, inDickens, D. R., Fontana A. (eds.), Postmodernism and Social Inquiry, New York, The Guilford Press, 1-22.

Doren, D.M., 1987, Understanding and Treating the Psychopath, New York, Wiley & Sons.

Durkheim, É., 1897 [1981], Le suicide : étude de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France.

Durkheim, É., 1895 [1968], Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF.

Durkheim, É., 1925 [1963], L’éducation morale, Paris, Presses Universitaires de France.

Ellenberger, H.F., 1969, La criminologie du passé et du présent, Montréal, PUM.

Erickson, P.G., Cheung, Y.W., 1992, Drug Crime and Legal Control : Lessons from the Canadian Experience, Contemporary Drug Problems, 19, 2, 247-277.

Ferrell, J., 1998, Criminological Verstehen. Inside the Immediacy of Crime, inFerrell, J., Hamm, M.S. (eds.), Ethnography at the Edge. Crime, Deviance, and Field Research, Boston, Northeastern University Press, 20-42.

Ferrell, J., 1994, Confronting the Agenda of Authority : Critical Criminology, Anarchism, and Urban Graffiti, inBarak, G. (ed.), Varieties  of Criminology : Readings from a Dynamic Discipline, Westport, Praeger Publishers, 161-178.

Ferrell, J., Websdale, N., 1999, Materials for Making Trouble, inFerrell, J., N. Websdale, N. (eds.), Making Trouble : Cultural Constructions of Crime, Deviance, and Control, New York, Walter de Gruyter, 3-21.

Fischer, B., 1997, The Battle for a New Canadian Drug Law : A Legal Basis for Harm Reduction or a New Rhetoric for Prohibition? A chronology, inErickson, P.G., Riley, D.M., Y.W. Cheung, O’Hare, P.A. (eds.), Harm Reduction : A New Direction for Drug Policies and Programs, Toronto, University of Toronto Press, 47-68.

Fleisher, M. S., 1998, Ethnographers, Pimps, and the Company Store, inFerrell, J., Hamm, M.S. (eds.), Ethnography at the Edge. Crime, Deviance, and Field Research, Boston, Northeastern University Press, 44-64.

Foucault, M., 1984a, Histoire de la sexualité II. L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard.

Foucault, M., 1984b, Histoire de la sexualité III. Le souci de soi, Paris, Gallimard.

Foucault, M., 1984c, L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté, reproduit dans Dits et écrits – II – 1976-1988, Paris, Quarto, 1527-1548.

Foucault, M., 1982a, The Subject and Power, inDreyfus, H., Rabinow, P., Michel Foucault : Beyond Poststructuralism and Hermeneutics, Chicago, Chicago University Press.

Foucault, M., 1981a, Les mailles du pouvoir, reproduit dans Dits et écrits – II – 1976-1988, Paris, Quarto, 1001-1020.

Foucault, M., 1981b, Subjectivité et vérité, reproduit dans Dits et écrits – II – 1976-1988, Paris : Quarto, 1032-1037.

Foucault, M., 1978, Précisions sur le pouvoir. Réponses à certaines critiques, reproduit dans Dits et écrits – II – 1976-1988, Paris, Quarto, 625-635.

Foucault, M., 1977, Le jeu de Michel Foucault, reproduit dans Dits et écrits – II – 1976-1988, Paris, Quarto, 298-329.

Foucault, M., 1976, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Foucault, M., 1975a, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Foucault, M., 1975b, Pouvoir et corps, reproduit dans Dits et écrits – I – 1954-1975, Paris, Quarto, 1622-1628.

Foucault,  M., 1969, L'archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Freitag, M., 2002, L’oubli de la société. Pour une critique de la postmodernité, Laval, Presses de l’Université Laval.

Freitag, M., 1995, Le naufrage de l’Université et autres essais d’épistémologie politique, Québec, Nuit blanche éditeur.

Freitag, M., 1986, Dialectique et Société. 1I : Culture, pouvoir, contrôle. Les modes de reproduction formels de la société, Montréal, Éditions Saint-Martin.

Garfinkel, H., 1972, Conditions of Successful Degradation Ceremonies, inManis, J., Meltzer, B. (eds.), Symbolic Interactionism, New York, Allyn & Bacon, 201-208.

Garfinkel, H., 1967, Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliff, Prentice Hall.

Garland, D., 1990, Punishment and Modern Society, Chicago, University of Chicago Press.

Garland, D., 1985, The Criminal and his Science, The British Journal of Criminology, 25, 2, 109-137.

Gassin, R., 1988, Criminologie, Paris, Dalloz.   

Giddens, A., 1991, Modernity and Self-Identity. Self and Society in the Late Modern Age, Stanford, Stanford University Press.

Giddens, A., 1990, The Consequences of Modernity, Stanford, Stanford University Press.

Giddens, A., 1984, The Constitution of Society, Berkeley, University of California Press.

Giddens, A., 1981, Agency, Institution and Time-Space Analysis, inKnorr-Cetina, K. D., Cicourel, A.V. (eds.), Advances in Social Theory and Methodology.Toward an Integration of Micro- and Macro-sociologies, Boston, Routledge & Kegan Paul, 161-174.

Giffen, P.J., Endicott, S. Lambert, S., 1991, Panic and Indifference. The Politics of Canada’s Drug Laws. A Study in the Sociology of Law, Ottawa, Canadian Centre on Substance Abuse.

Glueck, S., Glueck, E., 1956, Physique and Delinquency, New York, Harper & Bros.

Glueck, S., Glueck, E., 1950, Unravelling Juvenile Delinquency, New York, Commonwealth Fund.

Goffman, E., 1963, Stigma : Notes on the Management of Spoiled Identity, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Goffman, E., 1961 [1968] Asiles, Paris, Minuit.

Gottdiener, M., 1994, Semiotics and Postmodernism, inDickens, D. R., Fontana, A. (eds.), Postmodernism and Social Inquiry, New York, The Guilford Press, 155-181.

Guba, E. G., Lincoln, Y.S., 1998, Competing Paradigms in Qualitative Research, inDenzin, N. K., Lincoln, Y.S. (eds.), Handbook of Qualitative Research. Volume I: The Landscape of Qualitative Research, Thousand Oaks, Sage Publications, 195-220.

Gubrium, J. F., Holstein, J.A., 1997, The New Language of Qualitative Method, New York, Oxford University Press.

Habermas, J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, 3e éd., Paris, Fayard.

Habermas, J., 1976, Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard.

Hamm, M. S., J. Ferrell, J., 1998, Confessions of Danger and Humanity, inFerrell, J., Hamm, M.S. (eds.), Ethnography at the Edge. Crime, Deviance, and Field Research, Boston, Northeastern University Press, 254-272.

Hare, R., 1980, The Hare Psychopathy Checklist, New York, Multi-Health Systems.

Henry, S., Milovanovic, D., 1996, Constitutive Criminology. Beyond Postmodernism, Thousand Oaks, Sage Publications.

Henry, S., Milovanovic, D., 1991, Constitutive Criminology : The Maturation of Critical Criminology, Criminology,  29, 2, 293-316.

Herpin, N., 1993, L’urban underclass chez les sociologues américains : exclusion sociale et pauvreté, Revue française de sociologie, 34, 421-439.  

Hirschi, T., 1969, Causes of Delinquency, Berkeley, University of California Press.

Hirschi T., Stark, R., 1969, Hellfire and Delinquency, Social Problems, 17, 202-213.

Hogg, R., 1998, Crime, Criminology and Government, inWalton, P., Young, J. (eds.), The New Criminology Revisited, Houndmills, MacMillan Press Ltd, 143-162.

Hunt, A., 1991, Postmodernism and Critical Criminology, inMacLean, B. D., Milovanovic, D. (eds.), New Directions in Critical Criminology, Vancouver, The Collective Press, 79-85.

Ibarra, P. R., Kitsuse, J.I., 1993, Vernacular Constituents of Moral Discourse : An Interactionist Proposal for the Study of Social Problems, inHolstein, J. A., Miller, G. (eds.), Reconsidering Social Constructionism. Debates in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, 25-58.

Jeffery, R. C., 1994, Biological and Neuropsychiatric Approaches to Criminal Behavior, inBarak, G. (ed.), Varieties of Criminology : Readings from a Dynamic Discipline, Westport, Praeger, 15-28.

Joas, H., 1996, The Creativity of Action, Chicago, University of Chicago Press.

Katz, J., 1988, Seductions of Crime : Moral and Sensual Attractions in Doing Evil, New York, Basic Books.

Knorr-Cetina, K.D., Cicourel, A.V., 1981, The Micro-Sociological Challenge of Macro-Sociology : Towards a Reconstruction of Social Theory and Methodology, inKnorr-Cetina, K. D., Cicourel, A.V. (eds.) Advances in Social Theory and Methodology. Toward an Integration of Micro- and Macro-sociologies, Boston, Routledge & Kegan Paul, 1-47.

Lea, J., 1998, Criminology and Postmodernity, inWalton, P., Young, J. (eds.), The New Criminology Revisited, Houndmills, MacMillan Press Ltd, 163-189.

Lea, J., Young, J., 1984, What is to be Done About Law and Order? : Crisis in the Eighties, Londres, Pluto.

Lemert, E. M., 1967, Human Deviance, Social Problems and Social Control, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Lemert, E. M., 1951, Social Pathology, New York, McGraw-Hill.

Lemert, E. M., 1942, The Folkways and Social Control, American Sociological Review, 7, 394-399.

Liazos, A., 1972, The Poverty of the Sociology of Deviance : Nuts, Sluts & Perverts, Social Problems, 20, 1, 103-120.

Lipovetsky, G., 1983, L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard.

Lowman, J., MacLean, B.D. (éds.),1992, Realist Criminology : Crime Control and Policing in the 1990s, Toronto, University of Toronto Press.

Luhmann, N., 1999, Politique et complexité. Les contributions de la théorie générale des systèmes, Paris, Les éditions du cerf.

Luhmann, N., 1998, Observations on  Modernity, Stanford, Stanford University Press.

Luhmann, N., 1995, Social Systems, Stanford, Stanford University Press.

Luhmann, N., 1990, Amour comme passion. De la codification de l’intimité, Paris, Aubier.

Lyng, S., 1998, Dangerous Methods. Risk taking and the Research Process, inFerrell, J., Hamm, M.S. (eds.), Ethnography at the Edge. Crime, Deviance, and Field Research, Boston, Northeastern University Press, 221-251.

Lyng, S., 1993, Dysfunctional Risk Taking : Criminal Behavior as Edgework, inBell, N. J., Bell, R.W. (eds.), Adolescent Risk Taking, Newbury Park, Sage Publications, 107-130.

Lyng, S., 1990, Edgework : A Social Psychological Analysis of Voluntary Risk Taking, American Journal of Sociology, 95, 4, 851-886.

Lyotard, J.-F., 1979, La condition postmoderne, Paris, Minuit.

Marcus, G. E., 1998, What Comes (Just) After "Post"? The Case of Ethnography, inDenzin, N. K. Lincoln, Y.S. (eds.), Handbook of Qualitative Research. Volume I: The Landscape of Qualitative Research, Thousand Oaks, Sage Publications, 383-406.

Marx, G. T., 1985, The Surveillance Society : The Threat of 1984-Style Techniques, Futurist, 19, 3, 21-26.

Mathiesen, T., 1994, General Prevention as Communication, inDuff, A. R., Garland, D. (eds.), A Reader on Punishment, Oxford, Oxford University Press, 221-237.

Matza, D., 1969, Delinquency and Drift, New York, Wiley & Sons.

McLaren, P., 1994, Multiculturalism and the Postmodern Critique : Toward a Pedagogy of Resistance and Transformation, inGiroux, H., McLaren, P. (eds.), Between Borders : Pedagogy and the Politics of Cultural Studies, New York, Routledge, 192-222.

Melossi, D., Paravini, M., 1977 [1981], The Prison and the Factory. Origins of the Penitenciary System, Londres, MacMillan Press Ltd.

Merton, R.K., 1957,  Social Theory and Social Structure, 2nd ed., Glencoe, Free Press.

Michalowski, R. J., 1993, (De)Construction, Postmodernism, and Social Problems : Facts, Fictions, and Fantasies at the "End of History", inHolstein, J. A., Miller, G. (eds.), Reconsidering Social Constructionism. Debates in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, 377-401.  

Mienczakowski, J., 1996, An Ethnographic Act. The Construction of Consensual Theatre, inEllis, C., Bochner, A.P. (eds.), Composing Ethnography. Alternative Forms of Qualitative Writings, Walnut Creek, Altamira Press, 244-264.

Mill, J.S., 1859 [1999], On Liberty, Peterborough, Broadview Press.

Miller, G., Holstein, J.A., 1993, Reconsidering Social Constructionism, in Holstein, J.A., Miller, G. (eds.), Reconsidering Social Constructionism : Debates in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, 5-23.

Mills, C. W., 1997,L’imagination sociologique, Paris, La Découverte.

Mills, C. W., 1959 [1963],The Cultural Apparatus, in Power, Politics and People. The Collected Essays of C. Wright Mills, New York, Oxford University Press, 405-422.

Mills, C. W., 1943 [1963], The Professional Ideology of Social Pathologists, in Power, Politics and People. The Collected Essays of C. Wright Mills, New York, Oxford University Press, 525-552.

Mills, C.W., 1939 [1963], Language, Logic and Culture, in Power, Politics and People. The Collected Essays of C. Wright Mills, New York, Oxford University Press, 1963, 423-438.

Milovanovic, D., 1997a, Visions of Emerging Orderly (Dis)Order, inMilovanovic, D. (ed.), Chaos, Criminology and Social Justice. The New Orderly (Dis)Order, Westport, Praeger Publishers, 195-211.

Milovanovic, D., 1997b, Postmodern Criminology, New York, Garland Publishing Inc.

Milovanovic, D., 1995, Dueling Paradigms. Modernist v. Postmodern Thought, Humanity and Society, 19, 1, 1-22.

Milovanovic, D., 1994a, Law, Ideology, and Subjectivity : A Semiotic Perspective on Crime and Justice, inBarak, G. (ed.), Varieties  of Criminology : Readings from a Dynamic Discipline, Westport, Praeger, 231-251.

Milovanovic, D., 1994b, The Decentered Subject in Law. Contributions of Topology, Psychoanalytic Semiotics, and Chaos Theory, Studies in Psychoanalytic Theory, 3, 1, 93-127.

Milovanovic, D., 1993, Borromean Knots and the Constitution of Sense in Juridico-Discursive Production, Legal Studies Forum, 17, 2, 171-192.

Milovanovic, D., 1991, Critical Criminology and the Challenge of Post-Modernism, inMacLean, B. D., Milovanovic, D. (eds.), New Directions in Critical Criminology, Vancouver, The Collective Press, 87-94.

Negrier-Dormont, L. 1992, Criminologie, Paris, Litec.

Nozick, R., 1974, Anarchy, State, and Utopia, New York, Basic Books.

O'Malley, P., Mugford, S., 1994, Crime, Excitement, and Modernity, inBarak, G. (ed.), Varieties  of Criminology : Readings from a Dynamic Discipline, Wesport, Praeger, 189-211.

Oscapella, E., 2000, Chasse aux sorcières et maccarthysme chimique : Le Code criminel et la politique canadienne en matière de drogues, Témoignage de Eugène Oscapella devant le Comité spécial sur les drogues illicites, Ottawa, 16 octobre, [en ligne] : http://www.parl.gc.ca/37/1/parlbus/commbus/senate/com-f/illef/presentation-f/witchs_hunts-f.htm (22 février 2002).

Parsons, T., Shills, E., 1951, Toward a General Theory of Action, New York, Harper & Row.

Paugam, S., 1991, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF.

Pepinsky, H., 1997, Geometric Forms of Violence, inMilovanovic, D. (ed.),Chaos, Criminology and Social Justice. The New Orderly (Dis)Order, Westport, Praeger Publishers, 97-109.

Pepinsky, H., 1991, The Geometry of Violence and Democracy, Bloomington, Indiana University Press.

Pfohl, S., 1993a, Revenge of the Parasites : Feeding Off the Ruins of Sociological (De)construction, inHolstein, J. A., Miller, G. (eds.), Reconsidering Social Constructionism. Debates in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, 403-440.

Pfohl, S., 1993b, Twilight of the Parasites : Ultramodern Capital and the New World Order, Social Problems, 40, 2, 125-151.

Pfohl, S., 1990, Welcome to the PARASITE CAFÉ : Postmodernity as a Social Problem, Social Problems, 37, 4, 421-442

Pfohl, S., 1985, Images of Deviance & Social Control. A Sociological History, New York, McGraw-Hill Book Company.

Pfohl, S., Gordon, A., 1986, Criminological Displacements : A Sociological Deconstruction, Social Problems, 33, 6, S94-S113.

Rawls, J., 1971, A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press.

Ricoeur, P., 1997, L'idéologie et l'utopie, Paris, Éditions du Seuil.

Ritzer, G. (1997). Postmodern Social Theory, New York : McGraw-Hill.

Rorty, R., 1991a, Non-Reductive Physicalism, in Rorty R., Objectivity, Relativism, and Truth. Philosophical Papers Volume I, Cambridge, Cambridge University Press, 113-125.

Rorty, R., 1991b, Solidarity or Objectivity?, in Rorty R., Objectivity, Relativism, and Truth. Philosophical Papers Volume I, Cambridge, Cambridge University Press, 21-34.

Rorty, R., 1991c, Science as Solidarity, in Rorty R., Objectivity, Relativism, and Truth. Philosophical Papers Volume I, Cambridge, Cambridge University Press, 35-45.

Rorty, R., 1991d, Philosophy as Science, as Metaphor, and as Politics, in Rorty R., Essays on Heidegger and Others. Philosophical Papers Volume II, Cambridge, Cambridge University Press, 9-26.

Rorty, R., 1980, Philosophy and the Mirror of Nature, Princeton, Princeton University Press.

Rose, N., 1999, Governing the Soul. The Shaping of the Private Self. 2nd ed., Londres, Free Association Books.

Rubinstein, D., 2000, Culture Structure & Agency : Toward a Truly Multidimensional Society, Thousand Oaks, Sage Publications.

Rusche, G., Kircheimer, O., 1936 [1994], Peine et structure sociale : histoire et théorie critique du régime pénal, Paris, Éditions du Cerf.

Savelsberg, J. J., 1994, Knowledge, Domination, and Criminal Punishment, American Journal of Sociology, 99, 4, 911-943.

Schwandt, T. A., 1998, Constructivist, Interpretivist Approaches to Human Inquiry, inDenzin, N. K., Lincoln, Y.S. (eds.), Handbook of Qualitative Research. Volume I: The Landscape of Qualitative Research, Thousand Oaks, Sage Publications, 221-259.

Schwartz, M. D., Friedrichs, D.O., 1994, Postmodern Thought and Criminological Discontent : New Metaphors for Understanding Violence, Criminology, 32, 2, 221-246.

Shaw, C.R., McKay, H.D., 1942, Juvenile Delinquency and Urban Areas, Chicago, Chicago University Press.

Sheldon, W.H., 1949, Varieties of Delinquent Youth, New York, Harper & Bros.

Shoemaker, D.J., 1990, Theories of Delinquency. An Examination of Explanations of Delinquent Behavior, New York, Oxford University Press.

Silver, H., 1994, Exclusion sociale et solidarité sociale : trois paradigmes, Revue internationale du travail, 133, 5/6, 585-638.

Silverman, K., 1982, The Subject of Semiotics, New York, Oxford University Press.

Sokal, A., Bricmont, J., 1997, Les impostures intellectuelles, Paris, Odile Jacob.

Spector, M., Kitsuse, J.I., 1977, Constructing Social Problems, New York, Aldine de Gruyter.

Sutherland, E. H., Cressey, D.R., 1978, Criminology. 10th ed., New York, Lippincott.  

Sykes, G.M., Matza, D., 1957, Techniques of Neutralization : A Theory of Delinquency, American Journal of Sociology, 22, 664-670.

Tannenbaum, F., 1938, Crime and the Community, New York, Ginn & Co.

Taylor, I., Walter, P., Young, J., 1973, The New Criminology, New York, Harper & Row.

Teubner, G., 1993, Droit et réflexivité. L’auto-référence en droit et dans l’organisation, Paris, LGDJ/Story-Scientia, 171-204.

Teubner, G., 1994, Law as an Autopoietic System, Oxford, Blackwell.

Thomas W.I, Znaniecki, F., 1927, The Polish Peasant in Europe and America, Volume II, New York, Knopf.

Tibon-Cornillot, M., 1992, Les corps transfigurés. Mécanisation du vivant et imaginaire de la biologie, Paris, Éditions du Seuil.

Trasher, F.M., 1927 [1936], The Gang, Chicago, University of Chicago Press.

Troyer, R. J., 1993, Revised Social Constructionism : Traditional Social Science More Than a Postmodernist Analysis, inHolstein, J. A., Miller, G. (eds.), Reconsidering Social Constructionism. Debates in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, 117-128.

Turk, A.T., 1969, Criminality and Legal Order, Chicago, Rand-McNally.

Tyler, S. A., 1986, Post-Modern Ethnography : From Document of the Occult to Occult Document, inClifford, J., Marcus, G.E. (eds.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press, 122-140.

Wagner, P., 1994, A Sociology of Modernity. Liberty and Discipline, New York, Routledge.

Walters, G.D., 1995, The Psychological Inventory of Criminal Thinking Styles. Part I : Reliability and Preliminary Validity, Criminal Justice and Behavior, 22, 3, 307-325.

Walters, G.D., White, T.W. (1989). The Thinking Criminal : A Cognitive Model of Lifestyle Criminality, Criminal Justice Research Bulletin, 4, 4.

Walton, P., Young, J. (eds.), 1998, The New Criminology Revisited, Houndmills, MacMillan Press Ltd.

Weber, M., 1971, Économie et société. 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon.

Weiss, R. P., 1987, Humanitarianism, Labor Exploitation, or Social Control? Journal of Social History, 12, 3, 331-350.

Wittgenstein, L., 1951 [1976], De la certitude, Paris, Gallimard.

Wittgenstein, L., 1945 [1961], Investigations philosophiques, in Tractatus Logico-philosophicus, suivi de Investigations philosophiques, Paris, Gallimard.

Woolgar, S., Pawluch, D., 1985, Ontological Gerrymandering, Social Problems, 32, 214-227.

Xiberas, M., 1993, Les théories de l’exclusion, Paris, Meridiens Klincksieck.

Yochelson, S., Samenow, S.E., 1976, The Criminal Personality. Volume I. A Profile for Change, New York, Jason Aronson.

Young, J., 1998, Writing on the Cusp of Change : A New Criminology for an Age of Late Modernity, inWalton, P., Young, J. (eds.), The New Criminology Revisited, Houndmills, MacMillan Press Ltd, 259-295.

Young, T.R., 1997a, Challenges : For a Postmodern Criminology, inMilovanovic, D. (ed.), Chaos, Criminology and Social Justice. The New Orderly (Dis)Order, Westport, Praeger Publishers, 29-51.

Young, T.R., 1997b, The ABCs of Crime : Attractors, Bifurcation, and Chaotic Dynamics, inMilovanovic, D. (ed.), Chaos, Criminology and Social Justice. The New Orderly (Dis)Order, Westport, Praeger Publishers, 77-96.

Young, T.R., 1991a, Chaos and Crime : Nonlinear and Fractal Forms of Crime, Critical Criminologist, 3, 4, 3-11.

Young, T.R., 1991b, Change and Chaos Theory, Social Science, 28, 3, 59-82.

Haut de page

Notes

1  On pourra consulter Carrier (2006) pour un examen des problèmes que pose l’emploi du concept de contrôle social dans ce que l’on nomme la ‘perspective de la réaction sociale à la déviance’.

2  Par exemple, dans le cas des sorcières, une méthode pour obtenir la preuve de la présence du démon était de noyer la femme, puisqu’un démon, tout le monde le savait alors, survit sans oxygène en raison de son lieu de résidence. Cette méthode avait évidemment l’inconvénient de tuer les innocentes.

3  Le paradoxe de Mannheim tient dans la question suivante : quel est le statut épistémologique d'un discours sur l'idéologie si tout discours est idéologique ? (Ricoeur, 1997, 27).

4  La latéralité du cerveau est reliée à la criminalité. La plupart des personnes sont droitières et utilisent surtout l’hémisphère gauche de leur cerveau. Toutefois, 10% des personnes sont gauchères et utilisent surtout soit l’hémisphère gauche, soit l’hémisphère droit. Il y a beaucoup plus d’hommes qui sont gauchers, et il y a beaucoup plus d’hommes gauchers qui sont criminels que chez les droitiers. Quelle que soit la cause de ce patron [pattern] dans la domination hémisphérique, il influence le comportement anti-social et criminel.

5  Shoemaker (1990, 17) rapporte que la liste des éléments témoignant de l’atavisme selon Lombroso, outre la forme de la mâchoire, des oreilles, des joues, etc, contenait également l’item « tatouage ».

6  Pour plus de détails sur Lombroso et la personnalité criminelle élaborée par ses élèves, qui formèrent avec lui l’école positiviste italienne de la criminologie, voir notamment Garland (1985) ; Pfohl (1985) ; Yochelson, Samenow (1976) ; Ellenberger (1969).

7  Voir à ce sujet le survol critique offert par Sutherland et Cressey (1978).

8  Pour un survol, voir Andrews, Bonta (1994) ; Doren (1987).

9  Au départ, pour contrer l’attitude défensive du patient à l’égard du traitement, le thérapeute peut résumer son problème comme un désordre du style de vie qui a des racines dans l’enfance ou au début de l’adolescence, qui se développe sur une longue période temporelle, et qui a des conséquences négatives sérieuses. On pourra aussi souligner que le désordre de personnalité antisociale est une menace silencieuse, parce que, habituellement, les personnes qui en souffrent sont incapables d’en reconnaître les symptômes par elles-mêmes, et, de façon typique, ne ressentent aucun inconfort jusqu’à ce que le désordre soit très avancé.

10  Voir notamment les critiques de Cohen (1988) et Garland (1985) sur la criminologie positiviste.

11  Pour une critique épistémologique de l’approche cognitivo-comportementale, voir particulièrement Rorty (1991a, 1980).

12  Un autre exemple, moins connu, est celui de la drapetomanie, une insidieuse maladie mentale se manifestant seulement chez les esclaves noirs de l’Amérique coloniale, et dont le principal symptôme était une fuite effrénée vers les limites du domaine du maître (voir Ben-Yahuda, 1990).   

13  Le crime a lieu quand la citoyenneté est frustrée ; ses causes se trouvent dans l’injustice et, inévitablement, ses effets sont davantage d’injustice et de violation de la citoyenneté. La solution ne se trouve pas dans la résurrection d’anciennes stabilités, basée sur la nostalgie et sur un monde qui ne reviendra pas, mais dans une nouvelle citoyenneté, dans une modernité réflexive qui considérera les problèmes de justice et de communauté, de récompenses et d’individualisme, qui sont au cœur de la démocratie libérale.

14  La notion d’opportunité est comprise bien différemment dans la seconde formation discursive de l’objet déviance, où elle renvoie à la possibilité de commettre un acte prohibé dans une situation donnée.

15  On peut notamment trouver d’autres exemples d’une formation de l’objet déviance-sociopathologie autour des notions d’opportunités sociales chez Paugam (1991), chez Castel (1995a, 1994) et dans les analyses de l’underclass américaine (Silver, 1994 ; Herpin 1993).

16  De façon générale, de semblables conceptualisations théoriques conduisent leurs auteurs à conclure que les déviantes étant le produit d’inégalités structurelles, elles ont, pour prendre les mots de Mathiesen (1994, 232), besoin d’assistance plutôt que de punition. On pourrait ainsi y voir la construction d’une déviance-victimisation. Ces critiques s’articulent habituellement autour d’analyses suggérant la fragilisation ou la fin du providentialisme.    

17  Pour un survol extensif des variations marxistes dans la sociologie de la déviance, voir Garland (1990, chapitres 4 et 5).

18  Une autre tentative est Beyond Critique : Toward a Post-Critical Criminology, de Caputo, Hatt (1996). La suggestion des auteurs est de remplacer les traditionnels objets de la criminologie, le criminel et la criminalité, par celui de la gouvernance.  

19  Voir Ferrell, Websdale (1999) ; Ferrell (1998) ; Hamm, Ferrell (1998) pour un survol de cette approche.

20  Les théories criminologiques sont des constructions abstraites à propos de comportements que les criminologues n’ont, pour la plupart, jamais observés. Ce que les criminologues savent à propos du crime et des criminels provient de l’étude des criminels en captivité (pénitenciers, prisons), et du crime reporté, quoi que fréquemment non observé, par les policiers locaux et d’autres agences de mise en force du droit. La validité des théories criminologiques est alors testée avec des mesures (statistiques) colligées par des instruments (sondages, entrevues) utilisés sur des criminels qui ont été retirés de leurs environnements. Ce style aseptisé d’étude des criminels et du crime nous a donné des douzaines de théories criminologiques et des douzaines de stratégies pour intervenir à l’égard du comportement criminel. On n’aurait pas besoin d’autant de théories et de stratégies d’intervention si les premières étaient correctes et les secondes efficaces.

21  La conceptualisation de l’ethnographie que révèle ce passage correspond aux pratiques dominantes de l’anthropologie jusqu’aux années 1970, peut-être 1980. Cette façon de concevoir l’ethnographie est depuis puissamment remise en question, ce que semblent ignorer les tenants de la criminologie naturaliste par la posture épistémologique qu’ils adoptent. Cela est particulièrement visible dans l’absence de questionnements théoriques et épistémologiques sur le rôle de l’écriture dans la formation de l’Autre et de sa culture, ici le déviant. Voir à ce sujet particulièrement Denzin (1998, 1997) ; Marcus (1998) ; Gubrium; Holstein (1997) ; Atkinson (1990) ; Clifford (1986).     

22  En raison de l’inégalité des ressources dans la société, certaines façons de transcender la vie de tous les jours sont plus accessibles à certains groupes qu’à d’autres. Le parachutisme, par exemple, peut offrir une expérience transcendante, mais risque peu d’être accessible pour plusieurs jeunes Noirs de l’underclass urbaine. Toutefois, le crack peut offrir une expérience transcendante similaire (qui est plus ‘artificielle’ qu’à partir d’une appréhension bien étroite de l’artifice) qui, au contraire du parachutisme, est accessible à tous, riches et pauvres. De plus, les pauvres, peut-être plus que tous les autres dans la modernité, sont confrontés à des vies dans lesquelles l’absence de sens et la destruction de soi sont des possibilités omniprésentes. Pour cette raison, ils ont moins à perdre s’ils choisissent de préférer plaisir et excitation relativement certains à court terme, plutôt qu’une rationalité calculatrice à long terme (et incertaine).  

23  Ce résumé de Rawls ne doit pas l’associer à l’utilitarisme : la théorie libérale de la justice qu’il développe se veut au contraire une alternative à l’utilitarisme.

24  Voir la critique forte que porte Nozick (1974) à cette conception.

25  En ce qui a trait à la raison, Melossi, Pavarini (1977) montrent que le projet benthamien du Panoptique appliqué aux prisons était conçu comme une façon de faire des ‘classes dangereuses’ des sujets pleinement rationnels.

26  On pourrait demander : sur quelle base peut-on affirmer que le fait qu’une personne soit capable de justifier ‘rationnellement’ une action puisse suffire à l’expliquer ?

27  On voit cependant que si la déviance-stratégie se fonde discursivement sur une base indépendante, elle est néanmoins pénétrée des discours des bio/psycho/sociopathologues. Voir sur l’interpénétration de logiques discursives indépendantes Foucault (1969), Luhmann (1995) et, pour une discussion moins abstraite, Carrier, Quirion (2003).  

28  Une autre critique qu’il est possible d’apporter à l’analyse stratégique renvoie à la notion habermassienne (1987) d’agir communicationnel et ferait valoir la dimension expressive de la conduite humaine.

29  Les mesures de contrôle établies dans une telle perspective donnent des munitions rhétoriques aux prophètes modernes de la thèse du Big Brother orwellien. Cela est particulièrement le cas chez Gary T. Marx (1985), qui suggère l’existence d’une Société à sécurité maximale.

30  Pour certains auteurs postmodernes, la cause du mal est également la répression de la différence, mais la répression est alors conceptualisée comme l’abolition autoritaire de la différence dans la création d’une forme unitaire, d’un objet, et, en ethnographie, de l’autre. Voir notamment Crapanzano (1986) ; Tyler (1986) ; Pfohl (1993a).

31  Pour un commentaire sur l’influence des travaux de Spector et Kitsuse, voir Miller, Holstein (1993).

32  Dans le cas du Canada, par exemple, plusieurs auteurs suggèrent que l’un des principaux facteurs en cause dans l’émergence du recours au pénal en matière de drogues est le contrôle des Asiatiques de la côte ouest par le biais de l’interdiction du commerce de l’opium à des fins autres que médico-scientifiques (ex. : Fischer 1997 ; Erickson, Cheung 1992 ; Giffen, Endicott, Lambert 1991 ; Beauchesne 1991).

33  La posture constructiviste implique la fusion de l’ontologie et de l’épistémologie (Guba, Lincoln, 1998), un anti-essentialisme (Schwandt, 1998), ce que n’assument pas les auteurs de Constructing Social Problems.  

34  On pourrait donc me reprocher d’avoir situé des travaux comme ceux de Becker dans le constructionnisme plutôt que dans l’inégalitarisme.

35  Que ce soit par la menace de la force du droit, par la bienfaisance pastorale, par l’élaboration d’une grille d’évaluation disciplinaire permanente et soutenue de l’utilité, de la performance et de la conformité, ou encore par des stratégies gouvernementales telles que la vaccination et la configuration de l’espace urbain, le pouvoir foucaldien circule toujours à l’intérieur d’autres types de rapports : il naît toujours d’autres choses que de lui-même (1978 :631). Cette circulation du pouvoir montre que chez Foucault, le pouvoir est relationnel et n’a pas de substance ; le pouvoir, c’est en réalité des relations (1977, 302). Pour lui, le pouvoir est trop mouvant et incertain, trop faible et impuissant (1978, 629), pour se laisser penser en terme de capacité. C’est la réversibilité et la labilité des relations de pouvoir, ou encore l’impuissance du pouvoir foucaldien, qui permettent de donner un sens à des formules telles que là où il y a pouvoir, il y a résistance (1976a, 125), s’il y a des relations de pouvoir à travers tout le champ social, c’est parce qu’il y a de la liberté partout (1984c, 1539) et ce par quoi le pouvoir était fort devient ce par quoi il est attaqué (1975b, 1623). Cette impuissance du pouvoir repose sur une conception des rapports de pouvoir dont l’enjeu est la direction de la conduite des autres (1981b), supposant (et reposant sur) leur « liberté » : power is exercised only over free subjects, and only insofar as they are free (1982, 221). La liberté est ici pensée comme simple possibilité de choisir sans égard aux contraintes : dans un rapport complètement inégalitaire, le fait que demeure encore la possibilité de se tuer, de sauter par la fenêtre ou de tuer l’autre » suffit à Foucault pour y voir une « certaine forme de liberté (1984c, 1539).

36  L’oxymoron de la contrainte positive découle de la tentative foucaldienne d’avancer une conception dé-juridicisée du pouvoir. Les formes « négatives » de pouvoir masquent, selon Foucault, la panoplie et l’extensivité des stratégies inductrices, séductrices, dont les vocabulaires de motifs (Mills) s’articulent à des valeurs positives. Malgré toutes les expressions d’un pouvoir « négatif » - un pouvoir qui dit non et qui agit en prononçant la règle – les relations de pouvoir prennent avant tout, selon lui, la forme plus douce d’une technologie du plaisir et du bien-être, un peu à l’image du Brave New World de Huxley. En dépit de ses tentatives de dé-juridiciser le pouvoir, Foucault ne parvient pas à le dissocier de l’idée d’une contrainte. La contrainte positive, c’est l’obéissance au pouvoir qui procure un plaisir non masochiste (1981a, 1019). Ce peut être, selon la formule de Nikolas Rose (1999), l’obligation d’être libre.

37  Il lui expliqua que c’est ce qui distinguait sa théorie criminologique du conflit de celles des autres. Elle comprit ceci : que le contenu de la théorie criminologique du conflit différait de la science plus conventionnelle des causes du crime. Mais en différait-elle dans son contentement ? Différait-elle dans le plaisir fondamental qui positionnait matériellement l’imagination du criminologue dans l’histoire comme maître des faits naturels crime ? Cette question la dérangea profondément. En poursuivant cette question, elle réalisa qu’elle perdait son centre ; une glissade dans un plaisir différent – le plaisir de la différence ; une glissade dans une nouvelle pratique criminologique – une politique de la différence; une conjonction différente du pouvoir et de sa relation au savoir. Lorsqu’elle lui parla de ce dérangement et de son plaisir différent, il n’eut rien à dire. Il lui avait parlé d’une théorie criminologique du conflit, mais elle lui parlait d’une criminologie conflictuelle.   

38  Cependant, comme Spector et Kitsuse dans les années 1970, Ibarra et Kitsuse pratiquent un constructivisme sélectif, puisque leur description des modalités de construction de l’objet déviance est réalisée comme si elle échappait au contexte pratique de son énonciation. En somme, Ibarra et Kitsuse ne répondent que très partiellement aux problèmes épistémologiques du constructionnisme : si l’objet déviance est constitué de processus langagiers qui le définissent désormais sans référence à sa ‘matérialité’, la description dans le champ scientifique de ces processus est toujours basé sur un accès au ‘réel’ qui n’est pas, lui, seulement jeu de langage. Les auteurs tentent, à mon avis, de maintenir l’autorité de la définition scientifique de la réalité sans laquelle l’activité sociologique peut sembler perdre son sens. Pour deux critiques différentes, voir Michalowski (1993) et Troyer (1993).

39  Voir aussi à ce sujet Luhmann (1998, 1990) ; Giddens (1991, 1990, 1981) ; Knorr-Cetina, Cicourel (1981).

40  Mon intérêt n’est pas ici la postmodernité mais le postmodernisme. C’est-à-dire non pas de discourir sur les arguments établissant l’arrivée (prochaine ou passée) d’une société postmoderne, mais seulement de décrire la démarche postmoderne dans les institutions universitaires, particulièrement en sociologie de la déviance. On pourra notamment consulter sur la première question Freitag (2002, 1995, 1986) ;Luhmann (1998) ; Wagner (1994) ; Bauman (1992) ; Giddens (1990) ; Lipovetsky (1983) ; Lyotard (1979).

41  Sur l’aventure postmoderne, on pourra notamment consulter Ritzer (1997) ; Denzin (1997, 1994) ; Antonio, Kellner (1994) ; Best (1994) ; Dickens, Fontana (1994) ; Gottdiener (1994) ; Bauman (1992) ; Rorty (1991b, 1991c) ; Hunt (1991) ;  Mills (1997, 1939).

42  Par exemple, Bourgois (1995, :14) écrit :

Deconstructionist "politics" usually confine themselves to hermetically sealed academic discourses on the "poetics" of social interaction, or on clichés devoted to exploring the relationships between self and other. Although postmodern ethnographers often claim to be subversive, their contestation of authority focuses on hyperliterate critiques of form through evocative vocabularies, playful syntaxes, and polyphonous voices, rather than on engaging with tangible daily struggles. Postmodern debates titillate alienated, suburbanized intellectuals; they are completely out of touch with the urgent social crises of the inner-city unemployed. Scholarly self-reflection often degenerates into narcissistic celebrations of privilege. Most important, however, radical deconstructionism makes it impossible to categorize or prioritize experiences of injustice and oppression. This subtly denies the very real personal experience of pain and suffering that is imposed socially and structurally across race, class, gender, sexuality, and other power-ridden categories.     

43  On trouvera chez Brodeur (1993) une autre analyse de la criminologie ‘postmoderne’ et de ses possibilités affirmatives.

44  Les textes de cette criminologie débutent par l’éducation de la lectrice aux concepts et théories retenues dans la liste non-exhaustive qui précède, cela d’une façon qui rappelle les exemples dont se nourrissent les Impostures intellectuelles que condamnent Sokal et Bricmont (1997).

45  De plus, nulle part ne nous explique-t-on pourquoi les personnes se conduiraient comme des nanoparticules, ou encore pourquoi il faut penser le crime et les criminels à leur image plutôt qu’à celles des corps visibles de la mécanique newtonienne (laquelle, malgré son ‘modernisme’, est toujours acceptée comme ‘vraie’ dans l’analyse des mouvements visibles).

46  Dans un bassin avec deux attracteurs (chacun pouvant être vu comme un torus connecté de façon lâche à l’autre), la géométrie du comportement devient encore plus incertaine; on peut se déplacer entre un comportement antisocial et un autre prosocial; on peut être engagé dans un comportement prosocial et antisocial en même temps. En effet, une action peut être criminelle alors que l’ensemble d’actes suivants est prosocial. Le concept du ‘criminel’ devient vraiment nébuleux alors que la géométrie du crime devient vraiment complexe.

47  Il m’a semblé intellectuellement stimulant de construire ces systèmes sur les trois principes axiomatiques que j’ai proposés. Un lecteur pourra en proposer deux, en plaçant la déviance-stratégie dans la déviance comme produit du mal. Cela peut-être sur la base d’une pathologisation de l’action, établie par l’idée de sens commun que le crime ne paie pas à long terme, que l’action est ainsi symptôme de l’anormalité de la raison du stratège. Pour sa part, une lectrice pourra en proposer quatre en faisant valoir l’existence d’une standpoint epistemology féministe, en plaçant peut-être (de mon masculin point de vue, problématiquement) le droit comme instrument patriarcal ailleurs que dans une démarche typiquement sociopathologisante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Carrier, « Les criminels des universitaires », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. III | 2006, mis en ligne le 12 novembre 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://champpenal.revues.org/528 ; DOI : 10.4000/champpenal.528

Haut de page

Auteur

Nicolas Carrier

Stagiaire postdoctoral Université de Lille-1, Université de Caen,peuimporte1@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org