Navigation – Plan du site

Compte rendu du livre de Philippe Robert, La sociologie du crime, La Découverte, Paris, 2005

Jean-François Cauchie

Texte intégral

1Figure incontournable de la sociologie pénale depuis près de 40 ans, Philippe Robert nous offre ici un livre riche et remarquable de clarté sur les enjeux d’une définition de la sociologie du crime. Partant du postulat que le crime est un comportement que le droit peut saisir en menaçant son auteur d’une peine (p. 10), la sociologie du crime doit nécessairement aborder trois volets si elle veut rester crédible : une sociologie de l’incrimination (primaire), une sociologie de la transgression criminelle et enfin, une sociologie de l’intervention pénale. Énonçant les pièges présents dans ces trois volets, et notamment leurs incapacités respectives à suffisamment prendre en compte leur teneur juridique, l’auteur appelle en outre à plus de complicité entre eux. Unies, ces trois dimensions peuvent en effet bâtir les fondations d’une sociologie du crime prête à reconnaître l’importance du caractère cognitif et professionnel du droit pénal. Le premier, parce que le droit pénal moderne a une rationalité qui lui est propre et que celle-ci transparaît dans tout processus de création de lois pénales. Le second, parce que l’usage du droit requiert une intervention qui suppose des acteurs à même, selon les circonstances, de le mobiliser. Mais ce n’est pas tout : le droit est aussi une ressource hautement appréciable pour comprendre le passage à l’acte criminel (cf. infra). Après avoir précisé la spécificité juridique de toute sociologie du crime, Robert reprend en détail les trois dimensions sociologiques susmentionnées.

Une sociologie du droit pénal comme indispensable colonne vertébrale d’une sociologie du crime

2Trop souvent simplifiée et morcelée, la sociologie du crime tend à minimiser voire occulter les apports d’une sociologie du droit pénal. Refusant de voir à quel point le caractère juridique du crime est indissociable de la définition du crime elle-même, d’aucuns croiront ainsi identifier un ‘vrai’ crime qui préexisterait ontologiquement à l’incrimination juridique (p. 9). Noyant le crime dans la catégorie plus globale de la déviance, d’autres ne verront pas davantage ce qui le distingue d’autres types de transgressions - à savoir son caractère proprement juridique (p. 10). Selon ces deux courants de pensée, donner « trop de place » au droit apparaît dangereux. Une telle valorisation encouragerait entre autres à comprendre le comportement de l’individu transgresseur à l’aune de la seule norme pénale ; hypothèse - et Philippe Robert les rejoint sur ce point - qui serait bien sûr absurde. Confondant analyse juridique des comportements et sociologie du droit pénal, ces courants qui n’intègrent cependant pas que le droit - et plus particulièrement le droit pénal - ont des spécificités qu’on se doit d’objectiver si on veut circonscrire les enjeux entourant la définition du crime.

3Soucieux d’identifier la singularité du droit, Robert rappelle ainsi très justement qu’il est l’œuvre d’un pouvoir institutionnalisé, donc autonomisé et stabilisé jusqu’à un certain point. En donnant à ses injonctions une mise en forme juridique, ce pouvoir produit une universalisation et autorise une prévisibilité. (…) Renonçant à une violence pure et arbitraire, l’intervention juridique lui préfère les voies de la controverse et de la contestation (pp. 30-31). Nécessairement étrangère aux conduites et situations concrètes, la pratique du droit suppose en outre des agents ou des institutions à même de jauger cette concrétude à l’aune des prescriptions abstraites de la norme (p. 32). En choisissant la peine comme manière de sanctionner une norme de comportement non respectée, le droit refuse là encore la voie de la violence pure. Et si les philosophies modernes de la peine (surtout les théories de la rétribution et de la dissuasion) sacralisent la souffrance et décident que seul un mal peut produire un bien (Pires, 1998), la peine n’en est pas moins administrée par un juge à l’issue d’un procès que le droit coule dans certaines formes (avec pour conséquence qu’à la prévisibilité de la loi s’ajoute la prévisibilité de la procédure) (p. 24).  

4Consciente de la singularité du droit pénal, la sociologie du crime peut alors s’organiser autour de trois dimensions reliées entre elles : (1) une sociologie législative ; (2) une sociologie de la transgression criminelle et enfin (3) une sociologie de l’intervention pénale.

(1) Identifier les processus de création et de modification de lois pénales, en distinguer ce qui est propre à la rationalité du droit de ce qui lui est (au départ) étranger

5S’appuyant sur le précieux avertissement de Ph. Robert, une sociologie législative se devra ainsi d’identifier la contribution proprement juridique de tout processus conduisant à la création de normes pénales. S’attardant trop souvent sur la seule face politique du phénomène, les études sur la création des lois oublient en effet à quel point une rationalité juridique annonce elle-même certaines réformes et fait obstacle à d’autres (Pires, 2002). Ceci dit, analyser la genèse d’une norme juridique ne pourrait se faire sans discerner les jeux d’acteurs conduisant à l’émergence d’un ‘problème social’ et à sa transformation en ‘besoin’ de droit répressif, que ces acteurs appartiennent ou non au champ professionnel juridique (p. 51). Là encore, Robert donnera d’utiles mises en garde, notamment contre le risque d’une lecture processuelle trop stratégique qui supposerait des acteurs ultra-lucides voire machiavéliques (p. 48).

(2) Bâtir une sociologie de la transgression qui tienne davantage compte des rapports que le droit pénal entretient avec les normes informelles et les mœurs

6Bâtir une sociologie de la transgression criminelle, c’est d’abord se défaire de l’illusion d’une théorie du crime valable à toute époque et dans toute société. Il faudra aussi éviter de ramener l’étude du passage à l’acte criminel aux caractéristiques individuelles du justiciable ou encore à un déterminisme direct (qu’il soit psychologique, biologique, social, économique ou tout à la fois) (p. 58). Soucieuse d’inclure l’élément d’incrimination juridique dans la définition du crime, une telle sociologie évitera par ailleurs le piège tendu par des frères ennemis mais néanmoins unis dans la volonté de concevoir le crime indépendamment de l’action du droit. Nous voulons bien sûr parler des théories du conflit (qui s’acharnent sur les seuls « crimes des puissants »), et, à l’autre bout de l’horizon idéologique, des théories du contrôle (qui, elles, se focalisent sur les seuls street crimes) (p. 74). C’est en effet tant la criminalisation primaire que la criminalisation secondaire qui hiérarchiseront la gravité des crimes, voire qui décideront de ce qui est crime et de ce qui ne l’est pas.

7Pour Robert, toute analyse de la transgression criminelle doit certes prendre en compte ce qui fait la singularité d’une époque ou d’un territoire (par exemple, une attirance croissante pour les biens de consommation conjuguée à une opportunité plus grande de se les approprier illégalement) (pp. 84-85). Mais pour comprendre comment apparaissent des transgressions criminelles et pourquoi elles se manifestent, il importe aussi d’étudier les relations que des règles juridiques entretiennent avec les normes informelles et les mœurs (pp. 81-82). Quand leurs prescriptions convergent, la norme officielle en est en effet grandement renforcée. Mais quand il y a conflit entre elles, lorsque le droit pénal se trouve réduit à ses seules forces, son caractère de norme indirecte a peu de chance de court-circuiter une transgression. Il peut même la provoquer, l’encourager. En sachant que l’apparition d’une norme pénale est rarement précédée d’un vacuum normatif, Robert estime donc, et à juste titre, qu’une sociologie de la transgression criminelle gagnerait à étudier les rapports que cette norme entretient avec les mœurs du moment. Ajoutons, comme on l’a déjà souligné plus haut, que le droit pénal est loin d’être la seule ressource possible pour comprendre un passage à l’acte criminel. Condition souvent nécessaire mais rarement suffisante pour éclairer une transgression, il pourrait même n’être d’aucun secours pour comprendre des situations essentiellement guidées par le jeu, la rage, le désespoir ou encore la valorisation de soi.

(3) Toujours garder à l’esprit que si le crime est un comportement que le droit peut saisir en menaçant son auteur d’une peine, le droit est lui-même une ressource parmi d’autres à disposition des victimes et des professionnels

8Enfin, une sociologie du crime ne pourrait se passer d’une troisième dimension, une sociologie de l’intervention pénale au sens large. Qu’il s’agisse de victimes individuelles ou d’organisations, la ressource pénale ne constitue souvent qu’une solution limite. Elle est rarement mobilisée (p. 105). Quant aux professionnels du système pénal, le recours au droit n’apparaît pas toujours comme la modalité la plus économique (en termes de coût, d’énergie, de temps) pour gérer leur charge de travail (p. 105). Le professionnel (policier, avocat, juge, personnel pénitentiaire) veille surtout à maîtriser au mieux les flux qu’il traite, notamment en vérifiant ce qu’il peut marginaliser mais aussi traiter plus informellement. Il ne sera souvent disposé à traiter une affaire que si l’infraction retient suffisamment son attention, soit par la gravité qu’il lui reconnaît, soit par la priorité que sa hiérarchie lui confère (p. 106). S’il faut se méfier d’une sociologie des professions qui occulterait la dimension cognitive du droit pénal dans la prise de décision (par exemple, dans le domaine du sentencing), elle n’en est donc pas moins l’indispensable complément d’une sociologie de l’intervention pénale.

9Éclairant pour quiconque travaille dans le champ de la justice pénale mais aussi très fécond en termes de pistes de recherche, le livre nous convainc de l’importance de bâtir une sociologie du crime autour des trois axes précités. Dense et brillamment illustré, l’ouvrage de Philippe Robert ne peut donc qu’être vivement recommandé aux praticiens (intervenants psychosociaux, policiers, magistrats), aux étudiants en sciences humaines (sociologie, droit, criminologie) ainsi qu’aux chercheurs confirmés.

Haut de page

Bibliographie

pires a.p., 1998, Aspects, traces et parcours de la rationalité pénale moderne, in debuyst c., digneffe f., pires a.p., Histoire des savoirs sur le crime et la peine. Vol. 2 : la rationalité pénale et la naissance de la criminologie, Ottawa, De Boeck Université, 3-52.  

pires a.p., 2002, Codifications et réformes pénales, in mucchielli l., robert ph. (dir.), Crime et sécurité, l’État des savoirs, Paris, La Découverte, 84-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Cauchie, « Compte rendu du livre de Philippe Robert, La sociologie du crime, La Découverte, Paris, 2005 », Champ pénal/Penal field [En ligne], Archives, mis en ligne le 16 septembre 2006, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/581

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org