Navigation – Plan du site

Denis Salas, La volonté de punir. Essai sur le populisme pénal

Xavier de Larminat

Texte intégral

1Avec La volonté de punir1, son dernier ouvrage en date, Denis Salas cherche à embrasser la question pénale toute entière, sous le prisme de ce qu’il nomme « le populisme pénal ». Ce livre cultive pour cela les formes les plus répandues de l’essai littéraire : caractère polémique, hauteur de vue et question d’actualité. Pour autant, la nature de cet ouvrage s’avère au fond plus ambivalente qu’il n’y parait à première vue. A l’image de son auteur, présenté tout à la fois comme « magistrat, enseignant et chercheur », il ne se laisse pas enfermer si facilement dans un genre ou une catégorie. Le clin d’œil du titre à Michel Foucault - auteur de La volonté de savoir et de l’incontournable Surveiller et Punir - laisse ainsi percer chez Denis Salas la voix de l’intellectuel au-delà de la figure du praticien concerné et consterné. C’est donc à travers ce double ancrage qu’il convient d’appréhender ce livre, afin de bien en mesurer le sens, l’intérêt et la portée.

2Sous la plume libérée de l’essayiste, dénudée de l’astreinte universitaire, Denis Salas défend la thèse d’une évolution répressive de la société, qui se manifesterait particulièrement sous la bannière d’un « populisme pénal ». Cette expression est destinée à exprimer le déséquilibre actuel de la justice pénale dont l’auteur déplore l’obsession sécuritaire qui ronge petit à petit une philosophie pénale construite sur un équilibre entre tendance à la répression et tendance à la clémence. Pour le dire autrement, il critique le poids excessif de la volonté de punir (symbolisant la force de l’Etat) face au principe de réhabilitation et d’individualisation des peines (soutenu par l’Etat de droit). En guise d’illustration, Denis Salas insiste sur ce qu’il appelle de façon polémique « l’inflation carcérale », c'est-à-dire ici une augmentation du stock de prisonniers conduisant à un surpeuplement des prisons au regard des normes en vigueur. En France, cette tendance est notamment le résultat d’une aggravation continue des lourdes peines. En amont, c’est l’hyperactivité législative en matière pénale que l’auteur relève comme symptôme majeur de ce phénomène. Toutefois, ce qui différencie ce livre d’autres approches du même type, c’est que Denis Salas ne s’arrête pas à ce constat : il cherche au contraire à étendre le spectre de sa réflexion de manière la plus large possible. D’après ses propres termes, « le populisme pénal » exprimerait autant une « pathologie de la punition » qu’une « pathologie de la représentation ». Dès lors, il cherche à dévoiler les racines de ce populisme pénal au sein de notre société à l’aide d’un questionnement sur le poids de l’opinion, le rôle médias ou le sens des débats sur l’insécurité. Un vaste programme qui, par ailleurs, n’omet pas de poser un regard historique et transnational sur le problème.

3Dès lors, l’ambition exhaustive de cet essai rend toute tentative de comparaison délicate. Il semble en effet difficile de situer ce livre au sein d’un cadre précis, puisque son optique prétend traverser l’ensemble du processus pénal : du travail policier au déroulement de la peine en passant par la procédure, le rôle du parquet et le pouvoir des juges. De ce fait, il convient de replacer ce regard omniscient face à des perspectives spécifiques et des recherches mieux affinées. On rencontre alors chez Denis Salas des préoccupations sur l’univers policier qui ne sont pas étrangères aux travaux sociologiques de Philippe Robert2 ou de Dominique Monjardet3, à propos des fonctions de patrouille et d’ilôtage de moins en moins en vigueur dans la police française par exemple. D’autre part, en prenant parti pour une indépendance statutaire des procureurs et en mettant en cause l’influence policière dans l’orientation des affaires, il tranche dans le vif un débat largement ouvert autour de la place du ministère public et s’approche des questions posées par des auteurs comme C. Mouhanna à propos des relations entre polices et parquet, prises dans l’engrenage du « traitement en temps réel »4. Si on ajoute à cela un regard transnational qui prétend comparer les modalités de la justice anglo-saxonne aux usages français et européens de la loi pénale, on comprend que ce livre ne fait que traverser des problématiques sous-jacentes et convoquer quelques recherches confirmées, au service d’une thèse ambitieuse quoique difficile à valider.

4Le même problème se pose concernant le balayage historique de l’évolution des politiques pénales. Denis Salas nous propose une vision rétrospective qui s’étend à peu près de la Révolution Française à nos jours (tout en s’accordant quelques assertions sur la justice royale absolutiste), ce qui constitue une période assez longue, riches en nuances et soubresauts. Il s’agit pourtant pour notre auteur de présenter au lecteur un horizon le plus clair possible, en quelques grandes phases évolutives vouées à souligner son propos. A « l’idéal pédagogique » de 1791 aurait succédé un « code de fer » en 1810 avant que tout ne s’accélère à la fin du XXème siècle : le traitement social de la déviance, promu à partir de 1945 par le mouvement de la Défense Sociale Nouvelle, se serait alors peu à peu effrité, au profit de la figure de la victime qui émerge dans les années 1970. Enfin, le 11 septembre aurait achevé de nous faire basculer dans une société du risque régit par la volonté de punir. Résumée ainsi, la synthèse semble un peu rapide : cette succession de tendances ne permet pas de comprendre le processus de création de la norme pénal, comme le fait par exemple Stéphane Enguéléguélé5 en s’attachant notamment aux interactions entre acteurs, dans une logique d’analyse des politiques publiques. Dès lors, on ne saisit pas bien si cette évolution traduit pour l’auteur une volonté politique ou une sorte de lente dérive sociale. On retiendra cependant que ces grandes lignes d’évolution ne sont qu’un support à la démonstration chez Denis Salas, et qu’en dépit de son caractère schématique, cette approche s’appuie sur la littérature juridique et législative produite à chaque époque6.

5Quoi qu’il en soit, à cette multiplication des angles d’approche répond un usage diversifié des sources sur lesquelles a été construit cet essai. Si l’influence d’auteurs comme Raymond Saleilles – au sujet duquel Denis Salas a participé à un ouvrage collectif7 – ou Marc Ancel8 reste diffuse et constante tout au long de ce livre, celui-ci est également nourrit d’un foisonnement culturel et disciplinaire : on trouve d’abord un certain nombre de sociologues, partagé entre des spécialistes de la prison et de la délinquance (L. Mucchielli, A. Chauvenet, J. Faget…) et des auteurs « canoniques » dont les travaux permettent une mise en perspective du sujet (E. Durkheim, H. Becker, L. Boltanski, E. Goffman…). Mais Denis Salas convoque aussi le regard philosophique d’auteurs comme M. Foucault, J. Derrida ou P. Ricoeur pour enrichir son analyse. Ne s’arrêtant pas à ce double point de vue, il fait également une place à l’approche historique de Michelle Perrot ainsi qu’à des auteurs plus subversifs ou contestés tels que Noam Chomsky ou Loïc Wacquant, ou encore des essayistes contemporains comme Pascal Bruckner. Surtout, en spécialiste d’Albert Camus, l’auteur parsème son exposé de citations et d’exemples tirés de la littérature et de la peinture, pour une gamme allant de Ionesco à René Char et de Kafka à Rembrandt. On l’aura compris, Denis Salas est partisan d’un décloisonnement des sources et d’une diversification des savoirs. Une intention enrichissante dans le contexte de cet ouvrage, même si cela implique de s’appuyer sur des travaux forcément inégaux et qu’il convient de ne pas tous les placer strictement sur le même plan. Sur ce point, on peut regretter une certaine indistinction dans l’usage des références qui donne plus ou moins d’impact aux propos de D.Salas selon les auteurs sur lesquels il s’appuie.

6Loin d’être une enquête empirique conduite par l’auteur et dont il dresserait le résultat, ce livre présente donc la particularité d’être à la fois une synthèse de différents travaux mais aussi une conceptualisation personnelle sur le fonctionnement de notre justice pénale. Cette ambivalence, que l’on a déjà soulignée, se retrouve dans la construction de l’ouvrage : après un panorama global sur la réorganisation des forces qui régissent la relation coupable/victime, l’auteur propose une comparaison entre Europe et Etats-Unis qui glisse petit à petit vers un registre d’évaluation moral. Enfin, les deux derniers chapitres, en forme de proposition, se chargent de conclure de façon normative cet essai critique sur « le populisme pénal ». L’ambition de ce livre ne saurait donc être de renouveler la manière d’appréhender les questions de justice dans les travaux de recherche. Au contraire, qu’il s’agisse du ton, de la construction de l’ouvrage et jusqu’au nom de l’éditeur (Hachette), on comprend que Denis Salas vise plutôt un public non nécessairement initié à ces questions. En somme, cet essai a le mérite de proposer une sorte de vulgarisation de l’approche pénale, avec l’ambition de soulever un certain nombre de problèmes. Pour cela, Denis Salas semble s’appuyer à la fois sur son expérience et sur son intuition pour esquisser une meilleure compréhension du couple justice et société.

7De ce point de vue, l’analyse que l’auteur développe à propos des réponses à la délinquance offre un point d’ancrage fécond pour d’éventuelles recherches : ainsi, il semble que de la petite et moyenne délinquance à l’activité terroriste, un système d’échelle se soit mis et en place qui ne distingue plus des différences de nature mais simplement de degré entre des infractions incluses dans un panel de plus en plus large9. Soutenue par la politique de la « tolérance zéro » et la « théorie de la vitre brisée »10, cette idée selon laquelle le vol et les petits trafics relèveraient de la même logique que la grande criminalité trouve de nombreux partisans. Avec pour conséquence un élargissement de la notion de bande organisée (aggravation des délits commis « en réunion ») qui conduit au ciblage de certaines catégories de personnes et de certains territoires. Denis Salas cherche ainsi à éveiller l’attention sur la question en révélant une logique sous-jacente qui ne demande qu’à être évaluée plus en détail. A l’autre bout de la chaîne pénale, le risque d’un déséquilibre entre l’objectif de « contrôle du crime » portée par la voix des victimes et l’ambition d’humanisation et d’individualisation à l’égard du condamné reste l’autre élément fort de cet essai. Solidement argumenté, et illustré par quelques exemples concrets, ces deux angles d’approche constituent la véritable charnière de l’ouvrage.

8En revanche, les faiblesses de l’argumentation sont souvent liées à un souci d’exhaustivité et de généralité. Derrière la profusion de thèmes et de phénomènes abordés (représentation politique, traitement des faits divers par les médias, etc), Denis Salas semble avoir été contraint de tronquer certains développements. Une tendance à la simplification qui s’avère parfois gênante. Ainsi, les raccourcis ne manquent pas autour des attentats du 11 septembre, ce qui donne lieu à quelques extrapolations sur le terrorisme de masse qui laissent quelque peu circonspect. Il en va de même quant au constat d’une « France lepéniste » issue de « la décomposition du monde ouvrier et d’une perte d’identité qui conduit à la xénophobie ». La caractéristique principale des quartiers populaires en terme de vote étant une tendance massive à l’abstention, le constat mériterait d’être nuancé. En fin de compte, les éléments les moins pertinents sont la plupart du temps des réflexions périphériques, destinées à étayer l’analyse. A mesure que l’on s’éloigne de la sphère pénale à proprement parler, l’auteur se montre plus évasif. Mais même si quelques approximations se révèlent gênantes, elles ne remettent pas en cause le sens et l’intérêt de l’ouvrage.

9Quel que soit l’œil avec lequel on aborde cet essai, il y a toujours lieu d’en retirer des éléments intéressants : le néophyte découvrira une prise de position pertinente face aux grands enjeux de politique pénale en même temps qu’un panorama synthétique de leurs grandes évolutions ; chercheurs et étudiants y trouveront pour leur part des axes de réflexion à mener, des sillons à creuser en même temps qu’une tentative de cristallisations des évolutions du processus judiciaire derrière le concept de « populisme pénal ». Au final, reste donc un ouvrage riche et accessible en dépit de quelques faiblesses sporadiques.

Haut de page

Notes

1 D. Salas, La volonté de punir. Essai sur le populisme pénal, Paris, Hachette, 2005
2 Robert (Ph.), Le citoyen, le crime et l’Etat, Genève-Paris, Droz, 1999
3 D. Monjardet, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996
4 C. Mouhanna, « Les relations police-parquet en France : un partenariat mis en cause ? », Droit & Société, 2004, n°58,  pp.505-522 ou encore B. Bastard, C. Mouhanna, W. Ackermann, Une justice dans l’urgence. Le traitement en temps réel des affaires pénales, Paris, CSO-Sciences Po, 2005
5 S. Enguéléguélé, Les politiques pénales (1958-1995), Paris, L’Harmattan, 1998
6 Outre les dispositions particulières du code pénal de 1791 et de celui de 1810 sur lesquelles on ne reviendra pas en détail, les initiatives législatives d’après guerre relatives à la protection judiciaire de la jeunesse et à l’application des peines confirment le contexte décrit par l’auteur ; d’un autre côté, la profusion récente de lois, de règlements et de circulaires (dont celle du 13 juillet 1998) sur « la politique pénale d’aide aux victimes » confirment en partie le virage observé aujourd’hui.
7 R. Saleilles, L’individualisation de la peine (1899) ; réédité sous la direction de Reynald Ottenhof, Erès, 2001
8 M. Ancel, La Défense Sociale Nouvelle (1956), Paris, Cujas, 1981
9 Sur cette même idée, on se reportera à l’ouvrage de Laurent Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalité dans le débat français, L’Harmattan, 2002.
10 Voir les travaux de Sébastien Roché à ce sujet
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier de Larminat, « Denis Salas, La volonté de punir. Essai sur le populisme pénal », Champ pénal/Penal field [En ligne], Archives, mis en ligne le 08 novembre 2006, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/582

Haut de page

Auteur

Xavier de Larminat

Doctorant à l'Université de Versailles-Saint-Quentin/CESDIP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org