Navigation – Plan du site
Version française & English Version

Observations critiques d’un clinicien criminologue autour du texte programmatique de Samuel Lézé

Séminaire GERN "Longues peines et peines indéfinies. Punir la dangerosité" (Paris, 21 mars 2008)
Christophe Adam

Résumés

La présente contribution propose quelques observations critiques générales à partir de la discussion du texte de S. Lézé consacré aux enjeux de l’expertise. Il pose des considérations tirées de l’histoire des grandes idées criminologiques ressaisies à travers une lecture clinique et les décalages interprétatifs qu’elle suggère.  

Haut de page

Texte intégral

1Le stimulant texte de Samuel Lézé sera ici discuté en regard d’un double point de vue disciplinaire, celui que peut porter un criminologue et psychologue clinicien de formation, non seulement en qualité de chercheur, mais aussi de praticien ayant pratiqué l’expertise psychodiagnostique dans le cadre de l’élaboration d’avis destinés à éclairer l’autorité judiciaire dans sa prise de décision relative à une libération anticipée. Il me faut d’emblée préciser que je n’ai pas étudié l’expertise psychiatrique en tant que telle mais l’ « expertise »1 psychologique et de travail social dite « psychosociale » dans le cadre de la libération conditionnelle, concernant plus particulièrement des auteurs d’infraction à caractère sexuel. La discussion que j’engage ici se fonde sur une série de réactions – encore mal différenciées – qu’a suscité la lecture du programme de recherche, à la fois polyphonique et foisonnant, proposé par S. Lézé lors du séminaire ; je prendrai également une certaine liberté à l’égard de son propos et des cadres concernés par sa recherche pour indiquer quelques enseignements que j’ai pu tirer de ma propre démarche dont l’ancrage me paraît suffisamment proche pour que je me permette de les évoquer ici très brièvement. J’espère ainsi jeter des ponts entre « son » anthropologie politique et « ma » clinique criminologique, les affinités ne manquant pas. Au reste, le format de cette discussion me conduira certainement à la caricature et nombre de mes formules seront inévitablement lapidaires et provocatrices dans le sens originel de ce dernier terme : elles seront peut-être utiles pour mettre en voix de futures discussions.

2Le programme de l’auteur se fonde au moins sur deux constats majeurs : d’une part, la maigreur des enquêtes empiriques dans le champ désigné ; d’autre part, la réduction d’une figure professionnelle à une figure du pouvoir participant à la grande entreprise du contrôle social.

3Dans le domaine de la sociologie de la prison, les logiques professionnelles ont été étudiées mais le plus souvent du côté des surveillants : on se souviendra ici du magnifique travail empirique d’Antoinette Chauvenet, Françoise Orlic et Georges Benguigui (1993) proposant l’une des premières sociologies françaises du métier de surveillant. Les autres professions, plus particulièrement celles relevant du « soin », n’ont pas été abordées ou n’ont été traitées que de manière périphérique. À cet égard, la contribution de Bruno Milly (2001) se détache de la production d’ensemble dans la mesure où il aborde le problème du « soin » sous l’angle d’une sociologie des professions complexe, se refusant à adopter une définition nominaliste de ces dernières, identifiant ainsi un champ traversé par une pluralité de logiques professionnelles déclinant le verbe « soigner ». Dans cette approche, l’auteur met notamment en cause l’analyse foucaldienne : tout se passe comme si, décrète-t-il, Foucault avait tout dit sur le milieu pénitentiaire (Milly, 2001, 14-15). C’est en ce sens que l’on peut comprendre cet aveu des historiens face à Michel Foucault, il cite alors Michel Perrot : Le fameux schéma foucaldien devenu aussi encombrant qu’un schéma marxiste (ibid.). Si je relève cette contribution, c’est parce que je retrouve des traces de ce genre de critique dans le questionnement de départ de S. Lézé – citant d’ailleurs B. Milly en note de bas de page pour tout autre chose – où il se demandait, prudemment, s’il fallait oublier Foucault, emboîtant le pas à la phase de « défoucaldisation »2 de la sociologie française.

4Deux remarques à ce propos :

51. C’est une schématisation de Foucault qui est visée ; on peut toujours schématiser un auteur pour les besoins de sa propre cause, prétendant ainsi rompre avec lui ou sa pensée. Cette schématisation est déjà l’œuvre lorsqu’on parle « du » « contrôle social » comme d’un objet univoque. Le terme « contrôle » à lui seul, vaut déjà la peine d’un examen différentiel chez les Michel Foucault car ils sont plusieurs. Or, seul le Foucault de Surveiller et punir – et encore pas tous les chapitres – est désigné. Dans cette réduction, l’empirie foucaldienne n’est pas épargnée, elle ne traiterait que des discours et, en ce sens, elle apparaîtrait bien maigre. En fait, d’après moi, c’est moins l’empirie en tant que telle qu’il faudrait interroger que le rapport entre empirie et théorie. C’est donc moins un défaut empirique qu’un certain type de rapport qui doit être questionné.

62. Lorsqu’un schéma devient encombrant, on peut nourrir l’illusion de s’en débarrasser, notamment en l’oubliant. Ainsi, l’historien prétendrait évacuer le philosophe de l’histoire qu’il a contribué à façonner, il serait alors un historien bien suspect. Mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est le poids que nous attribuons à ce qui semble nous gêner. Oublier, c’est s’exposer au risque d’un retour du refoulé ; ici, c’est le psychologue clinicien inspiré par la psychanalyse qui parle, je le concède bien volontiers. Une fois par trimestre, dans la petite ville provinciale de Namur où j’habite, les services de ramassage des ordures récoltent une fois par trimestre les « objets encombrants ». Avant le ramassage officiel, l’on voit beaucoup de badauds en quête des objets encombrants des autres qui, pour eux, deviennent simplement utiles, inutiles mais beaux, voire revendables. En « anthropologue politique » autoréflexif, je me suis intéressé à mon propre comportement : avant l’aube, il m’arrive moi aussi de me mettre en quête d’objets encombrants : ceux des autres, alors que je me sépare en même temps de mes propres objets. Si je pousse la métaphore dans ses retranchements, je puis affirmer que je risque fort de voir un Foucault revenir : un Foucault pour le canapé ou la cuisine, m’étant justement séparé de mon Foucault de bureau jauni. Une sorte de brocante scientifique parallèle se met en place pour celui qui veut bien y participer.

7La pensée schématisée de Foucault nous donne à voir un dangereux auteur provoquant la récidive des sociologues critiques et radicaux, la paralysie des historiens et le remords ou l’aveu de culpabilité des sociologues de la nouvelle génération. Il me semble que l’on commence à penser justement quand les objets deviennent encombrants, lorsqu’ils font obstacle.

1. La pensée enrhumée d’une criminologie encombrée

8Dans le domaine qui est le mien, j’ai tenté de me dégager d’une criminologie encombrante, une criminologie sur les pratiques, conçue comme discours sur. J’ai souvent même construit ma démarche de recherche clinique en opposition à cette criminologie dont je prétendais me distancier. En outre, je me suis lassé des péroraisons sur l’institution pénitentiaire. Souvent, au même titre que l’institution, ses représentants sont indirectement suspectés de faire le jeu d’une entreprise sécuritaire et de légitimer son action envahissante ; dans ces discussions, tout se passe comme si le praticien était assimilé à – toute – l’institution elle-même, comme s’il était nécessairement de son côté, sans regard critique, sans décalage possible, simplement considéré comme un maillon de la chaîne, un pion de l’échiquier, un soldat de plomb de l’institution. Cette position critique externe me semble toujours intéressante – il s’agit effectivement de pouvoir continuer à soutenir semblables options, sous peine d’émousser le sens critique lui-même –, mais m’apparaît insuffisante ; au surplus, il s’agit aussi de pouvoir comprendre pourquoi les praticiens reproduisent à moindre frais et aussi facilement ce type de discours – dans lequel ils s’engagent parfois – car, adopter la position critique qu’on suppose être celle du chercheur en la faisant trop rapidement sienne, peut aussi délester le praticien d’interroger en profondeur sa position, préférant se tenir à la surface et dans les contours que le regard critique vise.

9J’en viens alors à l’un des aspects du programme de S. Lézé qui me paraît des plus stimulants : la sociologie de la critique des professionnels où il réinscrit la démarche critique au cœur même des capacités et possibilités du professionnel. Je trouve cette option séduisante mais, comme toujours, elle ne va pas sans risques ; risques que j’ai pu mesurer dans ma propre démarche. Je les livre ici de manière très résumée :

101. Prendre ce que dit le professionnel pour argent comptant et implicitement soutenir cette critique, laquelle prend la forme d’une plainte, d’un discours plaintif dans lequel le professionnel s’enferme symboliquement, d’autant qu’il a trouvé dans le personnage du chercheur un témoin crédible ou un porte-parole efficace qui a, lui aussi, à se plaindre de ce que lui fait subir sa propre institution. Ensemble, ils peuvent ainsi faire consensus : tout contents qu’ils sont de tomber enfin d’accord, faisant ainsi disparaître du même coup le sens critique.

112. Traduire cette plainte dans des énoncés scientifiques qui contribueront à l’alimenter sans envisager des possibilités de dépassement : comment le milieu pénitentiaire pourrait-il être décrit d’une autre manière que tragique3, nourrissant ainsi la plainte et se nourrissant d’elle ? La question semble déplacée : comment prendre plaisir à ce qu’on fait dans ce milieu si critiqué et critiquable sans devenir un sadique et/ou un masochiste ? Le professionnel deviendrait-il un homme aussi froid que le milieu dans lequel il travaille ? Le plaisir y serait suspect et les objets de la sociologie critique se doivent d’être tragiques : aliénation, paupérisation, domination… À quand les beaux jours ? Je me suis intéressé aux fonctions du rire chez les professionnels, transformant quotidiennement la souffrance au travail en plaisir. Je plaide donc pour une sociologie du rire en négatif de la critique. Lorsque le chercheur rit, il quitte un instant sa position de chercheur et, s’il ne rit pas, il ne voit que le rire des autres sous la forme univoque de la moquerie. Bref, voilà un objet bien indomptable, passablement « dangereux » au regard du sérieux scientifique.    

123. Le professionnel suppose que le chercheur est un personnage de savoir, singulièrement critique, il peut alors se mesurer à lui en s’objectivant : je suis moi aussi un homme de savoir et l’homme lui-même disparaît sous l’effet du dispositif et des places imaginaires dans la situation de langage devenant elle-même un fait empirique. Le chercheur devient l’alter ego du professionnel, ce dernier double le chercheur, se fait quelquefois plus expert que le chercheur lui-même : du coup, les frontières entre eux se troublent et le rapport expert-expertisé se déplace.

13Ces remarques étant posées, je différencierais une sociologie de la critique professionnelle d’une sociologie de et par la plainte. On aura compris que j’intégrais dans mon questionnement l’implication du chercheur sur le terrain et sa part contributive aux phénomènes qu’il prétend découvrir. Je suis aussi méfiant quant à la structuration des échanges entre le chercheur et les professionnels sur un mode duel et symétrique, encouragé par un postulat qui vaudrait quelque détour : le professionnel est seul expert de sa pratique. Enfin, il faut se méfier d’un positionnement critique exclusif si l’on suit ici D. Lhuilier : (…) la position critique, aussi fine soit-elle dans le décryptage des processus de domination, voire d’emprise, nous semble contre-productive : à démontrer la puissance de ces mécanismes, la subtilité et la congruence des forces qui concourent à la déliaison, la soumission, l’anesthésie de la pensée et l’effacement des solidarités, on ne peut qu’être renvoyé à l’impuissance, voire au Prozac. La perspective critique souvent privilégiée dans les sciences sociales, est à la fois indispensable et insuffisante (Lhuilier, 2006, 185). L’analyse critique ne renvoie plus au praticien qu’une seule face, qui plus est raplatie, du volume de l’activité, sa « face sombre », alimentant le désenchantement de sa pratique.

2. L’ère du Nothing Works à l’ère du Nothing tout court : la critique académique du traitement en milieu pénitentiaire

14Les slogans sont toujours des réductions aisément manipulables. Je rappelle que l’on doit ces deux mots à Martinson (1974) qu’ « on dit » à l’origine du pessimiste critique en matière de traitement – réglé en « deux mots » –, lequel pourrait bien avoir fait le jeu de l’expertise et de sa réduction à la psychométrie diagnostique, du moins est-ce mon hypothèse.  

15Il est vrai, comme le souligne Philippe Mary (1998), que les « discours critiques sur la prison », plus particulièrement les thèses abolitionnistes, ont été d’une certaine utilité pour formuler autrement la question du traitement ; cela étant, elles ont aussi contribué à accréditer cette thèse du Nothing Works et à faire le jeu d’une étonnante transposition, puisque ces discours sont nés en Amérique du Nord – faut-il le rappeler ­­–, et il n’a pas fallu longtemps pour qu’ils franchissent la barrière naturelle de l’Atlantique tant ils allaient rencontrer bien des attentes.

16Après la parution du - trop - célèbre article, voyant qu’il lui échappait, Martinson (1979) lui-même a éprouvé le besoin de revenir sur ses conclusions pour les nuancer mais il n’a pu empêcher que le propos glisse dans le sens commun, attestant d’un pessimiste du traitement, plus en vogue dans les cénacles académiques que chez les praticiens qui continuèrent à travailler sans oser dire qu’ils y croyaient encore, ce qui ne veut pas dire, bien sûr, qu’ils n’y croyaient plus…

17Ainsi que Philippe Mary (2007) l’écrit récemment, on a probablement surestimé l’impact du discours critiques sur les pratiques ; j’ajoute qu’on l’a aussi, en même temps, sous-estimé. On ne peut alors raisonnablement trop vite mettre de côté qu’un professionnel du « soin » lorsqu’il s’adresse à un chercheur dans un dispositif de recherche puisse supposer qu’il n’est pas de bon ton de parler d’une thérapeutique intra-muros puisque rien ne marche. Or, cette dimension est, la plupart du temps, cachée, non dite, non reconnue, soustraite à l’analyse scientifique, parce que l’on suppose qu’elle ne pourra être entendue par un chercheur critique ou, plus férocement, par la profession elle-même qui pratique à l’extérieur là où elle trouve sa noblesse, reconstruit sa pureté méthodologique, énonce son credo technique et témoigne de sa splendide supériorité éthique. La pratique intra-muros en devient misérable. C’est aussi cette présupposition dans le chef du professionnel qui produit le renforcement d’un discours d’expertise transformant le clinicien en un psycho-expert. Je fais ici une courte parenthèse dans la mesure où S. Lézé a également travaillé le thème de l’autorité des psychanalystes. Je fais ici un lien entre cette autorité en Belgique et ce qu’elle a produit : la disqualification des moyens diagnostiques au nom de l’intérêt supérieur de la thérapeutique, l’avènement du culte de la parole et du « tout est langage » au détriment d’autres médiations comme les techniques de relaxation, le dictat du divan de cuir en lieu et place de l’inconfortable chaise de bureau en pin, le « hum, oui, mais encore… », borborygmes discréditant les engagements directifs de type « mais enfin Monsieur avez-vous pensé à la victime ?! »… Bref, la critique vient aussi et peut-être surtout de la profession ainsi que B. Milly l’a bien montré.

18La plainte émerge alors : « on ne fait plus que de l’expertise » nous disent les praticiens déçus voyant leurs idéaux thérapeutiques se raboter, ce qui nous conduit au diagnostic d’enlisement gestionnaire de l’action qui n’est certes pas faux mais raplatit l’activité professionnelle. Le professionnel a oublié, lui aussi, jusqu’à le dénier, que l’expertise « psy » revêt toujours une dimension thérapeutique. La séparation manichéenne entre expertise et thérapeutique relève d’une ingénierie médicale qu’on ne retrouve que rarement dans la pratique troublée par la maladie du malade. J’évoque ici la séquence médicale : diagnostic-pronostic-traitement, découpage étanche et manichéen de l’Evidence Based Medecine. Avec beaucoup de clairvoyance, S. Lézé affirme que la plupart des recherches ont minoré la différence entre acte d’expertise et acte thérapeutique, je pense aussi, au regard de mes propres travaux, d’une part, que la valorisation symbolique de l’expertise comme savoir a relégué l’acte thérapeutique dans l’ombre ou aux marges de l’acte d’expertise, et, d’autre part, que les travaux ont majoré la différence entre les deux types d’acte au point de mutuellement les exclure, ce qui mène à l’idée que l’expert n’est pas un thérapeute et qu’il ne peut pas l’être, idée qu’on soutient à grands renforts d’arguments déontologiques tranchants4. Cette division statique offre alors la possibilité de se positionner de manière confortable et sans risque pour le professionnel mais pas sans risque pour le justiciable. Une ancienne tradition de l’anthropologie médicale (Laplantine, 1986) ne sépare pas les deux actes, car, en fait, il s’agit d’un seul et même acte constitué des deux dimensions dont la polarisation dépendra des cas et des circonstances, voire des équilibres en présence. L’expertisé peut attendre tout autre chose que de recevoir le nom de son trouble ou de sa maladie, on peut encore l’espérer du moins lorsqu’on se veut clinicien. Lorsque S. Lézé se demande quels modes de réinvestissement d’une dimension thérapeutique dans l’acte d’expertise peut-on opérer, il me paraît tenir une question fondamentale.

19De cette époque de désenchantement marquée par ce slogan « toujours prêt à l’emploi » à la situation d’aujourd’hui, on doit noter le glissement dans le sens commun du Nothing Works au Nothing tout court, et ce n’est dès lors plus tellement que rien ne marche, c’est que rien n’existe ainsi que Lode Van Outrive le décrétait pour le cas belge : Au sujet du traitement, nous pouvons encore être plus bref. Il n’existe pas. Jamais nous n’avons connu de planification systématique de programmes différenciés de traitement ou de thérapie (Van Outrive, 1979, 8). Comme s’il fallait que le traitement soit systématisé et planifié pour qu’il existe… Le regard formaliste extérieur – pressé de prendre en défaut ? – n’a simplement pas vu que le traitement existait sous des formes qui se dérobaient aux attentes mâtinées d’idéal politique. De manière isomorphe, on reconnaîtra dans ce constat glacial un « discours d’expert » lorsqu’il leur arrive, par exemple, d’affirmer dans des rapports qu’un « psychopathe n’a pas d’émotions », faisant ainsi écho à une littérature scientifique redondante qu’on ferait bien de davantage déconstruire5. Voilà qui va bien vite en besogne car cet expert s’est-il demandé si ce « psychopathe » pouvait se montrer émotif à lui-même et/ou à l’autre ? Dans cette logique, n’est-ce pas nos attentes qui construisent ce que l’on voit trop rapidement, hallucinant ainsi ce que l’on voudrait voir ? Les criminologues radicaux ne récuseraient sans doute pas ce postulat constructiviste.

20Il semble bien que ce constat tranché, posé voilà plus de trente ans, soit davantage le fait d’une position politique qui, je le pense, a atteint ses limites en terme de renouvellement de la question du traitement et, ce, dans la mesure où elle ignore ou refuse que le cadre carcéral puisse être un opérateur du traitement lui-même. Du coup, ceux qui tentent la chose au quotidien se voient immédiatement discrédités, devenant des prolongements tentaculaires de la pieuvre du « contrôle social »6, même si Michel Foucault lui-même se refusait à tout simplisme : Je ne crois pas qu’on puisse les prendre [les assistants sociaux de prison] dans une fourchette trop simple en disant : vous consolidez le système dans la mesure où vous le contestez, en y restant (Foucault, 1973, 14)…

21La criminologie critique d’hier s’en prenait à l’efficacité des traitements ; aujourd’hui, elle prend pour cible les techniques actuarielles et les métriques du risque. Ne voit-on pas ainsi un déplacement s’opérer, du thérapeutique au diagnostic ?

3. Quelques hypothèses de travail pour ne pas conclure

22Je fais ici l’hypothèse que l’entreprise critique a participé à la fabrication de la catégorie des intraitables, opérant ainsi un glissement aisé entre deux prédicats : « le traitement ne marche pas » et « l’auteur est intraitable » au sens d’une caractéristique interne. Or, c’est faire porter tout le poids de la « traitabilité » sur le seul auteur, tout se passant comme si la responsabilité du traitant n’était plus engagée et que son cadre ou ses méthodes n’étaient pas en cause. Pour reprendre les mots de S. Lézé, cet intraitable étant une « figure de modélisation du déviant » –– j’ajouterai de la déviance. À l’inverse de l’auteur, mais de façon complémentaire, je me demanderais plutôt comment est modélisé le normal ou, mieux, comment est modélisé le lien entre normal et déviant, c’est ce lien qui me semble poser aujourd’hui problème car le dangereux, c’est inévitablement l’autre, une des multiples figures radicales de la différence anthropologique.

23L’intraitable se confond alors avec le dangereux. Depuis les années 1950, les criminologues, notamment lors des Congrès internationaux, n’ont cessé de débattre sur la notion de dangerosité. Ce débat était tourné vers le problème limité d’une définition clinique et criminologique de la notion de dangerosité. Depuis le milieu des années 1970, Christian Debuyst a critiqué sévèrement le concept de personnalité dangereuse et criminelle7.

24Il me semble que cette critique a, accidentellement et loin des intentions des auteurs, fait le lit d’un courant envahissant, celui qui a substitué la notion de risque à la notion de dangerosité, encore qu’on doive noter aujourd’hui une coprésence notionnelle. Je vois des indices empiriques que je formulerai sans les nuances qui s’imposent :

251. La transformation du champ sémantique observable dans les rapports d’expertise où les catégories psychopathologiques sont évitées. Ces catégories sont passées dans le sens commun. On n’y trouve pas le mot « dangereux » mais bien le mot « risque ».

262. Puisqu’on ne peut plus soutenir l’idée de la dangerosité, les experts ne s’autorisent plus à se prononcer sur le risque de récidive, contestant eux-mêmes de façon très critique et résistant à l’usage de ces échelles de risque. Ils ont « oublié » que les méthodes qu’ils utilisent leur permettraient de se prononcer dans un sens clinique et en tenant compte d’un ensemble d’autres données. Cet abandon a, selon moi, fait une place au soleil aux techniques prétendues plus scientifiques et objectives, reléguant l’artisanat clinique à une pratique dépassée, celle de quelques « dinosaures » en voie d’extinction. Le rajeunissement de la profession, le pragmatisme, la dominance du behaviorisme cognitif, un personnel jeune donc peut-être plus malléable représentent, entre autres, des facteurs précipitant cette évolution technocratique. Je pointe également ici la question de la responsabilité du pronostic dont je remarque qu’on en parle en termes de « pronostic de récidive », formule que S. Lézé utilise également, ce qui est une extension du sens classique du pronostic qui ne relevait pas d’une réitération des actes pénalement répréhensibles, mais bien du risque de rechute de la maladie dans la tradition médicale classique.

273. La conception de la dangerosité reste univoque et l’affaire des individus. Les praticiens se la représentent comme ne relevant que d’un noyau de personnalité isolable chez le sujet. Or, et d’autres courants théoriques sont à redécouvrir, notamment les travaux de ladite « École de Lyon » et de Marcel Colin8, la dangerosité n’est pas statique, elle constitue un processus dynamique, c’est en quelque sorte une « maladie de la rencontre », « un point ultime du dialogue », « une façon de vivre le lien social », une certaine configuration de la relation et non un trait individuel, c’est un lien à l’autre qui peut s’avérer dangereux dans certaines circonstances toujours à repérer.

28Le chercheur, le justiciable, la victime, l’institution comme le professionnel participent à et de ce lien. Si nous entendons délimiter le concept de dangerosité, demandons-nous ce que serait la « non-dangerosité », il n’est pas certain que cela soit plus évident et que nos esprits soient enfin éclairés… Je voudrais terminer en encourageant Samuel Lézé à soutenir ses questions dans un travail de recherche qui m’apparaît fort prometteur et en le remerciant d’avoir soumis son texte programmatique à la discussion, m’offrant ainsi l’occasion de découvrir entre nos deux démarches des « affinités électives », pour reprendre les mots de Goethe.

Haut de page

Bibliographie

Chartier J.P., 2007, Peut-on guérir le psychopathe ?, Psychanalyse, violence et société, Topique, 99, 62-78.

Chauvenet A., Orlic F., Benguigui G., 1993, Le monde des surveillants de prison, PUF, Paris.

Colin M., 1961, Examen de personnalité et criminologie (étude clinique et médico-légale), Premier Congrès Français de Criminologie, Lyon, 21-24 octobre 1960, T. 1, Masson, Paris.

Debuyst C., Digneffe F., Pires A.P., 2008, Histoire des savoirs sur le crime et la peine. III. Comprendre et expliquer la délinquance, De Boeck, Bruxelles.

Debuyst Ch., Tulkens F., 1981, Dangerosité et justice pénale : ambiguïté d’une pratique, Masson, Paris.  

Foucault M., 1973, Entretien avec Michel Foucault, Pro-Justicia, 3-4, 14.

Laplantine F., 1986, Anthropologie de la maladie, Payot, Paris.

Lhuilier D., 2006, Cliniques du travail, Érès, coll. « Cliniques du travail », Toulouse.

Martinson R., 1979, New Findings, New Views: A Note of Caution Regarding Sentencing

Reform, Hofstra Law Review, 7, 43-258.

Martinson R., 1974, What Works? - Questions and Answers About Prison Reform, The Public Interest, 35, 22-54.

Mary Ph., 1998, Délinquant, délinquance et insécurité. Un demi-siècle de traitement en Belgique (1944-1997), Bruylant, Bruxelles.

Mary Ph., 2007, La critique de la critique : un fondement problématique de l’innovation pénale, Champ pénal, Innovations Pénales Innovations Pénales [en ligne], mis en ligne le 30 septembre 2007. URL [http://champpenal.revues.org/document2691.html]. Consulté le 25 mars 2008.

Milly B., 2001, Soigner en prison, PUF, coll. « Sociologies Essais », Paris.

Van Outrive L., 1979, Le système pénitentiaire en Belgique : un système bloqué, Revue interdisciplinaire d’études juridiques, n°3.

Haut de page

Notes

1 Les guillemets s’imposent ici dans la mesure où ce type d’investigation n’est pas assimilable à l’expertise psychiatrique ; du reste, elle ne porte pas le nom d’expertise mais d’évaluation psychosociale.
2  Je reprends le terme de B. Milly.
3 Lors du séminaire, en réaction aux considérations d’Antoinette Chauvenet sur la peur en prison centrale, Gaëtan Cliquennois proposait, de manière empiriquement très intéressante, d’élargir la « chaîne émotionnelle » à d’autres motifs que la peur. Il me paraît hautement significatif que la série d’émotions qu’il a ajoutée renvoyait toutes à des émotions négatives (bien qu’il faudrait nuancer de quel point de vue cette négativité se pose). Joie, enthousiasme et plaisir n’étaient pas au programme. Il est vrai qu’on les imagine difficilement sous le poids de l’évidence du tragique en milieu pénitentiaire. Je pense qu’il faudrait dans le sens même de la proposition de G. Cliquennois, non seulement complexifier les émotions les ressaisissant dans ce qu’il a appelé une « chaîne » mais aussi les dialectiser par leurs contraires, de manière à tenter d’appréhender les dépassements quotidiens des effets de sidération créés par la rencontre de la réalité carcérale.  Ne pas le faire serait nous priver de comprendre comment les professionnels « tiennent dans » un tel milieu et « tiennent à » leurs pratiques.
4  Il ne s’agit pas ici de disqualifier la déontologie elle-même mais de s’interroger sur les fonctions qu’on lui fait jouer, notamment défensives, maintenant les clivages positionnels commodes. Pour saisir la complexité des positions déontologiques, on redécouvrira la déontologie médicale du Docteur Marcel Colin pour qui l’examen de conscience auquel l’expert doit toujours se prêter ne peut être définitivement réglé par le droit ; voyez Colin, , 1961. En fait, cette autonomisation de l’expertise à l’égard du thérapeutique pose de sérieuses difficultés déontologiques contrairement à une idée reçue insistant au cœur de la justification de la séparation institutionnalisée du « diagnostiquer » (ou de l’évaluer) et du « soigner ».
5 À ce titre, voyez la remarquable démonstration proposée par Jean-Pierre Chartier (2007) reconsidérant les stéréotypes scientifiques autour du traitement de la psychopathie.
6  Avec les réserves que j’ai exprimées au sujet de la réduction du concept.
7 Voyez les nombreuses publications que l’auteur a consacrées à ce thème et plus spécifiquement les actes d’un colloque qui a fait date dans l’histoire de la critique de la notion : Debuyst, Tulkens, 1981.  
8 Voyez notamment Colin, 1961,; on peut aussi se faire une idée des apports de l’École de Lyon dans Debuyst, Digneffe, Pires, 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Adam, « Observations critiques d’un clinicien criminologue autour du texte programmatique de Samuel Lézé », Champ pénal/Penal field [En ligne], Séminaire du GERN "Longues peines et peines indéfinies. Punir la dangerosité" (2008-2009), mis en ligne le 07 octobre 2008, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/6333 ; DOI : 10.4000/champpenal.6333

Haut de page

Auteur

Christophe Adam

Université Libre de Bruxelles et Université Catholique de Louvain.
Contact : christophe.adam@ulb.ac.be, christophe.adam@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org