Navigation – Plan du site

Sécurisation des quartiers « sensibles » : l’inéluctable ascension de la prévention situationnelle ?

Véronique Levan
Traduction(s) :
Making public housing safer in France: the gentle rise of Situational Crime Prevention?

Résumés

Dès le milieu des années 1990, le recours pragmatique, par les bailleurs sociaux, à l’approche situationnelle, pour résorber les dysfonctionnements propices à la diffusion des incivilités et des actes délinquants, devient légion dans de nombreux quartiers d’habitat social dits « sensibles » sur le territoire français. Comment évaluer ce choix ? Quels possibles accompagnements sociaux envisager pour tenter de concilier la banalisation de ces systèmes abstraits de sécurisation avec l’exigence d’urbanité?

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anthony Giddens (1998) désigne ce phénomène par processes of ‘detraditionalization’.

1Les approches environnementales de prévention de la délinquance par l’aménagement du milieu urbain ont fait l’objet d’une montée en puissance remarquable, ces dix dernières années, en France, dans les quartiers dits « sensibles », se substituant aux modèles étiologiques jusqu’alors dominants. L’apparition de modalités inédites de catégorisation des risques, définies par des « experts », appelle nécessairement la conceptualisation de réponses nouvelles aux désordres urbains (Giddens, 1991). Les paysages des îlots d’habitat social témoignent ainsi de profondes mutations sociales et sociétales, qu’il convient de replacer, à juste titre, à des échelles d’agrégation spatiale plus élevées, dans un contexte de mondialisation effrénée mais non régulée, d’émergence de menaces terroristes protéiformes, de déliquescence du lien social1 et de montée de l’individualisme. Un phénomène, certes récent – comparé aux situations outre atlantique et outre manche –, auquel il convient de s’intéresser.

  • 2 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une thèse actuellement en cours à l’Université de Paris (...)

2Le but de cette étude2 est de montrer, dans un premier temps, les dynamiques qui sous-tendent le choix indéniable de la prévention situationnelle lors des opérations de réhabilitation de quartiers d’habitat social. La carence cognitive certaine afférente à l’évolution constante des théories criminologiques dans ce domaine, laisserait cependant présager que la conception de cette approche préventive axée sur la réduction des opportunités délinquantes, telle qu’elle est appréhendée, en France notamment, est pour le moins réductrice. Non exclusivement fondée sur la théorie des espaces défendables (Newman, 1972), ou sur les concepts de contrôle d’accès et de durcissement des cibles (Clarke, 1992), ou encore de « garant des lieux » (Cohen et Felson, 1979), son champ d’application dans la sphère du logement social inclut, entre autres, les problématiques relatives à une gestion adéquate des transferts de populations résidentes (Bottoms et Wiles, 1988) et de traitement des incivilités (Wilson et Kelling, 1982), et à une intervention proactive de la police de proximité (Clarke et Sorensen, 1997 ; Body-Gendrot et Duprez, 2001).

3Au fur et à mesure qu’un urbanisme sécuritaire – ou mis au service de la sécurité – prend racine, il s’accompagne immanquablement d’une « institutionnalisation de la méfiance » (Crawford, 2000) à l’égard des étrangers à la cité, que légitime le risque du danger exogène. On lui prête également d’autres imperfections, dont celle de produire des espaces de vie homogènes, uniformes, et aseptisés de toute considération pour les pratiques sociales établies antérieurement. Comment donc, et dans quelle mesure concilier les logiques prônant l’urbanité et le « vivre ensemble », d’un côté ; et de l’autre, l’impératif-même de gouvernance nouvelle des risques urbains, sous-jacent au déploiement de systèmes techniques et abstraits de prévention situationnelle? C’est l’objet de notre dernière partie.

Réponses à l’insécurité dans les quartiers « sensibles » (1995 - présent) : un choix d’outils « par la preuve » (evidence-led) ?

Du « nothing works » … au « what works » ?

  • 3 La question relative au manque de congruence de la problématique « What Works ? » à l’échelle inter (...)

4Il est fort commun, pour des notions sociologiques et pour des concepts criminologiques, particulièrement médiatisés et politisés, de faire leur chemin, puis de migrer vers d’autres terres d’accueil, à l’échelle internationale (Donnison, 1998 ; Hope et Sparks, 2000), où ils pourront notamment donner lieu, a posteriori, à des paradigmes de politiques publiques de prévention de la délinquance. Il convient, dés lors, de s’interroger sur la pertinence de la question « What works ? » dans le contexte français3. S’agirait-il d’un glissement de programmes sociaux d’un type de prévention primaire (Brantingham et Faust, 1976) dont l’échec serait avéré, vers des approches privilégiant l’action à la fois sur les formes urbaines et - dans une bien moindre mesure en France - sur l’auto-défense par les communautés résidentes (residential defense, selon Tim Hope, 1995), dont l’efficacité serait prouvée? Ou bien la perception des réponses à apporter fluctuerait-elle au gré des contextes politico-culturels, en fonction de l’orientation conjoncturelle des modes de gouvernance, et de nouvelles constructions sociales des problèmes urbains? Dans ce dernier cas, aurait-on alors affaire à un effet de mode ?

5En outre, lorsque le marasme ambiant du « nothing works », dans lequel étaient plongées les politiques socio-préventives - fondées sur la criminologie positiviste, à la suite de la réhabilitation et du traitement thérapeutique -, est devenu prégnant, vers le milieu de la décennie 1970, au Royaume-Uni avec, entre autres, Ron Clarke et Ian Sinclair (1974), et aux Etats-Unis, avec Robert Martinson et James Q. Wilson (1975), il s’agissait essentiellement de remettre en cause l’efficacité du modèle de la prédisposition. Signe d’une mouvance du champ de définition du concept, vingt ans plus tard, en mettant à l’ordre du jour la question « what works », Lawrence Sherman et ses collègues (1997) se faisaient les apôtres de l’évaluation scientifique dans une mise en garde contre tout recours idéologique à des politiques publiques symboliques. Est-il pour autant légitime d’affirmer, qu’en France, l’approche sociale de prévention de la délinquance aurait clairement montré ses limites dans le traitement du phénomène de délinquance urbaine? La rareté des évaluations scientifiques (Robert, 1994) n’autorise pas à prendre fermement position malgré une progression des actes de petite et moyenne délinquances. Certains chercheurs semblent mettre en exergue la thèse du « défaut de mise en place » (implementation failure), par opposition à l’argument de la « faille théorique » (theory failure). Seraient alors pointés du doigt notamment, le cloisonnement et les rivalités des administrations chargées de promouvoir les programmes sociaux, la stratification des dispositifs, la dispersion des aides financières, etc. (Body-Gendrot, 1993). Il s’avère conséquemment peu probable que l’on soit en mesure d’indiquer, par le comptage, l’ampleur des faits de délinquance qui ont pu être évités par ces projets.

Le sacre de la culture du résultat

  • 4 Ce terme désigne généralement les gestionnaires de logement social, qu’ils soient publics (Offices (...)

6L’approche situationnelle paraît se prêter assurément plus facilement aux rationalisations préfigurant une culture de type managérial. De nombreux - quoique, souvent peu subtils - instruments d’observation de la délinquance ont fait peu à peu leur apparition chez des acteurs locaux qui, auparavant, n’avaient pas intégré la sécurité dans leurs préoccupations quotidiennes d’ordre gestionnaire, tels les bailleurs sociaux4. On dispose désormais du moyen de chiffrer ce qui constituait jadis, la part des données manquantes. C’est aussi la voie royale pour gagner la considération des autres intervenants au sein des partenariats locaux de la sécurité. Puisque priorité est accordée à l’entrave matérielle des desseins des délinquants ou susceptibles de le devenir, on gère en conséquence, occultant de ce fait délibérément la question de l’insertion des présumés fauteurs de trouble. L’urbanisme doit s’adapter à la délinquance d’opportunisme, afin que le passage à l’acte déviant soit perçu, par son auteur potentiel, comme plus pénible, moins profitable, moralement répréhensible, bref, qu’il suscite moins la convoitise (soit provocations reduction, selon l’expression de Ron Clarke, 2003).

  • 5 La création des unités locales de gestion locative au sein des quartiers d’habitat social s’inscrit (...)

7Fixer des objectifs à atteindre, mesurables, et surtout réalisables, dans une perspective de court terme, devient un mode d’action très à la mode, et coexiste paradoxalement avec l’engagement d’investir dans le développement durable et rentable, autrement dit, dans les dispositifs de sécurité et les matériaux résistants à l’usure et aux dégradations volontaires, de surcroît aisément interchangeables. Il s’agit avant tout de repérer les bonnes pratiques, de les diffuser, voire éventuellement, de les généraliser (Wyvekens, 2003). Les opérations traditionnelles de réhabilitation n’ont, en effet, pas porté leurs fruits. Outre les actions « vitrines » (Boucher, 2003), visibles, destinées à être le reflet d’une prise en compte institutionnelle de la demande sécuritaire, les antennes décentralisées de gestion du logement social5 font surface dans le même temps pour réagir vite et bien, et dans le but de cerner au plus près les préoccupations de leurs clients.

Pragmatisme oblige…

  • 6 Tout un arsenal de développements législatifs tels l’article 11 de la loi n°95-73 du 21 janvier 199 (...)

8Inspiré des travaux pionniers de l’architecte américain Oscar Newman (1972) dans le logement social new yorkais, suivis de la recherche d’Alice Coleman (1985) à Londres, le concept de privatisation des sphères communes de l’habitat social collectif n’a suscité, en France, un intérêt que bien tardivement, magnifié par le modèle de résidentialisation de certains quartiers d’habitat social. Si le manque évident de rigueur scientifique de ces deux études n’a, semble-t-il, pas constitué de frein à l’intégration de la question de la sécurité lors de programmes de réhabilitation dans des quartiers populaires de l’Hexagone, c’est alors sans doute en raison du pragmatisme affiché de cette nouvelle approche, et par ailleurs, de la concomitance avec une impulsion gouvernementale en matière d’analyse et de gestion des risques urbains6, ainsi qu’avec un déficit de théorisation sur la notion d’espaces défendables.

  • 7 Ce thème récurrent est également confirmé par les entretiens qualitatifs semi-directifs que j’ai me (...)
  • 8 Cette rencontre s’est tenue du 24 au 25 octobre 1997 et a réaffirmé le principe de sécurité partagé (...)

9Ce mouvement récent s’inscrit, en outre, dans une logique de « démocratisation de l’accès à la sécurité7 » qui aurait affecté nombre de pays occidentaux depuis quelques décennies (Roché, 2002a), et qui a été réaffirmée à maintes reprises depuis le Colloque de Villepinte8 en 1997. Un droit à la sécurité pour tous, qu’il ne semblerait pas légitime de dissocier des objectifs de reconquête des « cités interdites » et de prévention de supposées menaces intégristes latentes (Bousquet, 1998), auxquels est supposé répondre le principe de l’institutionnalisation de la surveillance formelle exercée par les gardiens d’immeubles et par les agents de police de proximité. Ces derniers n’ont, du reste, pas à avoir à s’accommoder des nouveaux arrangements urbains, puisqu’ils émettent au préalable des recommandations quant aux issues qui requièrent d’être murées, afin de promouvoir un urbanisme propice aux interventions policières. Certains y verront une forme foucauldienne de « gouvernement à distance ».

10La résidentialisation se propose ainsi de redéfinir les modalités d’organisation spatiale, de déplacement et d’interaction des usagers, dans les espaces communaux d’immeubles du parc locatif social. La fonction suggestive de l’urbanisme est notamment mise au profit de la régulation des flux des usagers, de manière à réduire les possibilités de conflits et à produire des environnements ordonnés « statiques », que consacrerait l’insuffisance des rapports interpersonnels directs (Berman, 1982). Mais, au juste, que pensent les principaux récipiendaires de cette démarche, sont-ils acteurs ou spectateurs de ces évolutions qui les touchent de près au quotidien? Comment revigorer des espaces publics amoindris ?

Urbanité et sécurité : un difficile équilibre ?

L’efficacité, du côté des usagers

11La déclinaison française de la sécurisation des quartiers d’habitat social repose sur un double postulat. D’un côté, la banalisation de portes d’entrées avec protections, de systèmes digicodes, l’érection de grilles toujours plus hautes et infranchissables, devraient, par leur caractère perçu potentiellement comme dissuasif, contribuer à limiter de manière significative la perpétration d’actes déviants. De l’autre, la connotation sociale associée au vocable de « résidence » (Tabet, 1999) pourrait conférer aux habitants le sentiment d’avoir reçu un statut privilégié par le prisme de la lecture de la carte de leur parcours résidentiel. En retour, il est souvent implicitement escompté de leur part qu’ils s’engagent à veiller au bon respect des espaces semi-privatifs et semi-publics communs et à la préservation de la qualité du cadre de vie, dans l’intérêt général. Toutefois, la question relative aux « coûts sociaux » (Skogan, 1981) qu’engendre, sans conteste, l’irruption de tels systèmes techniques dans leurs routines quotidiennes, semble avoir été éludée. Certes, l’offre de sécurité est réellement justifiée en direction de ces secteurs d’habitation inéquitablement troublés par les incivilités en tous genres. Il est cependant à regretter que l’on ait affaire à un type de gouvernance des risques urbains qui privilégie les actions pour ces résidents, néanmoins, sans prise en compte systématique de leurs doléances ou de leurs avis. Il s’ensuit que, soit par manque de motivation, ou de prise de conscience, par les bénéficiaires, des enjeux inhérents au déploiement de techniques situationnelles, le fonctionnement de ces systèmes experts s’avère inopinément déficient, voire inefficace pour tout l’ensemble, et c’est là que le bât blesse. La question de l’éthique de l’approche situationnelle est donc plus que jamais à l’ordre du jour, au moment même où la politique de sécurité connaît un essor considérable.

12Des enquêtes réalisées auprès de résidants de quartiers d’habitat social à Paris, Londres et New York, sur une base ad hoc – uniquement pour le cas français – et post hoc, relative à la mise en place de dispositifs de prévention situationnelle devraient, ultérieurement, permettre d’apporter un nouvel éclairage sur ces problématiques.

Vers un urbanisme participatif ?

  • 9 La loi n°86-1290 du 23 décembre1986 (loi tendant à favoriser l’investissement locatif, l’accession (...)

13En réaction aux critiques - axées principalement sur le déterminisme des formes urbaines -, et formulées à l’encontre de la première génération de concepts sur la prévention de la délinquance par l’aménagement du milieu urbain (First-Generation CPTED) issus de la criminologie environnementale, est apparue, ces dernières années, la deuxième génération de ce courant (Second-Generation CPTED) aux Etats-Unis et au Canada, ostensiblement plus pragmatique. Une forte composante sociale, couplée à une exigence de concertation sur les projets d’urbanisme, définissent le cadre d’action. Cette approche novatrice, que l’on assimile volontiers à de la prévention sociale, vise à construire ou à restaurer une identité locale et culturelle du quartier, à recréer du lien social intergénérationnel par de la médiation sociale, et à réintégrer le quartier dans la trame urbaine et économique en y diversifiant l’offre de services (Cleveland et Saville, 2003). L’habitant lui-même devient sujet des mutations qui façonnent son environnement quotidien, et il réinvestit progressivement l’espace public. Il est à souligner que l’urbanisme participatif, en France, a été encouragé par toute une série de lois inaugurées dés le milieu des années 19809. Toutefois, la myriade de dispositifs d’inclusion ne traduit pas nécessairement un emploi régulier de ces procédures dans la pratique, et l’ancrage de la tradition de paternalisme catholique ne va pas dans ce sens non plus. Or, lorsque c’est le cas, le détour en vaut la peine, comme le montre l’expérience suivante développée ailleurs (Levan, 2004), qu’une méthodologie d’enquête de terrain fondée sur l’observation participante a permis de faire remonter.

14Dans le but de mettre un terme à un historique de relations de piètre qualité entre le bailleur social – en charge d’un îlot social d’immeubles collectifs situé dans un secteur dense de Paris –, et la principale amicale de locataires, l’arrivée d’un nouveau gestionnaire s’est accompagnée d’une refonte radicale de la politique de communication. L’élaboration d’une approche par la résolution des problèmes (problem-solving) a notamment contribué à faire émerger les priorités spécifiques des résidants en matière de sécurité et d’entretien, d’incommodité due à la configuration urbaine, etc. En somme, la prise en compte de ces doléances par le bailleur social a, semble-t-il, occasionné une responsabilisation de ces locataires, qui se sont improvisés « garants des lieux » à maintes reprises par la suite. Au cours d’une visite du quartier organisée en décembre 2003 par le gestionnaire, l’une des résidantes présentes n’a pas hésité à réprimander un groupe de jeunes rassemblés dans le hall d’un immeuble, pour leur occupation illégitime des lieux associée à l’apparition de dégradations et de nuisances sonores ou olfactives – générées, entre autres, par la consommation de produits illicites. La liaison causale entre la participation accrue des habitants aux décisions inhérentes à la qualité de leur cadre de vie et le développement des mécanismes informels de « veille » (Roché, 2002b) est loin d’être linéaire, toutefois, l’agrégation de ces initiatives dans le long terme devrait concourir à fournir le cadre nécessaire, propice à une mobilisation moins marginale des résidants à l’effort d’autogestion.

15Cette conception préventive originale se plie, assurément moins bien, aux impératifs afférents à une évaluation scientifique rigoureuse, mais il serait judicieux d’interroger les pratiques informelles de contrôle social, mises en œuvre par les habitants, pour combler le déficit cognitif lié à la question de l’impact réel de ces mesures.

16Démocratiser l’accès à la sécurité, dans les quartiers dits « à problèmes », exige de porter l’attention sur les dimensions sociale et humaine de la demande sécuritaire. Dés lors, cette démarche est à même de donner lieu à une « culture commune » urbaine (Audoin et Bossavit, 2000), partagée à la fois par les prestataires de l’offre de sécurité, et par les récipiendaires. C’est d’une approche pédagogique et holistique dont il est question, elle doit également rendre compte des diversités socio-culturelles et économiques de l’environnement local de mise en place.

17La pratique de l’évaluation des politiques publiques en France, restée longtemps la prérogative d’experts, et souvent peu employée en raison de la résistance à toute forme de contrôle – caractéristique de la culture politico-administrative hexagonale – , doit faire montre d’une ouverture. Les méthodes des sciences sociales mériteraient d’y être intégrées pleinement, de manière à ce que l’on soit en mesure de légitimer les résultats au-delà du simple succès anecdotique et, si besoin, d’étendre, à une échelle plus ambitieuse, les expériences innovantes. Autrement dit, l’on serait alors dans une position plus confortable pour justifier ce recours massif à la prévention situationnelle dans le contexte français. Le caractère opportuniste de celui-ci ne serait ainsi plus de rigueur.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Allen, B., Bonetti, M., 1998, Decentralisation of social housing companies in France : an on-going process, CSTB, non publié, 1-17.

Audoin, J., Bossavit, J-L., 2000, La place des habitants dans les projets de restructuration urbaine – conclusion de séminaire, Paris, UNFOHLM.

Berman, M., 1993(1982), All That Is Solid Melts Into Air – The Experience of Modernity, Verso, Londres.

Body-Gendrot, S., 1993, Ville et Violence – L’Irruption de Nouveaux Acteurs, Presses Universitaires de France, Recherches Politiques, Paris.

Duprez, D., 2001, Les politiques de sécurité et de prévention dans les années 1990 en France, Déviance et Société, vol.25, n°4, 377-402.

Bottoms, A., Wiles, P., 1988, Crime and housing policy : a framework for crime prevention analysis, in : Hope T., Shaw M. (Eds.), Communities and Crime Reduction, Home Office Research and Planning Unit, Londres, 84-97.

Boucher, M., 2003, Turbulences, contrôle et régulation sociale – des modèles sécuritaires et démocratiques dans les quartiers impopulaires, Déviance et Société, vol.27, n°2, 161-182.

Bousquet, R., 1998, Insécurité : Nouveaux Risques, Les Quartiers de Tous les Dangers, L’Harmattan, Paris.

Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, Urbanisme et Sécurité, 43, 2001.

Clarke, R., (Ed.), 1992, Situational Crime Prevention, Successful Case Studies, Harrow and Heston, New York.

2003, The past, present and future of CPTED, Communication non publiée donnée lors de la Conférence Internationale CPTED sur la Technologie, la Prévention de la Délinquance et la Sécurité, à Amsterdam, le 24/09/03.

Sorensen, S., 1997, Situational crime prevention in public housing, article préparé pour le Journal of Architectural and Planning Research, 1-22.

Cleveland, G., Saville, G., 2003, An introduction to 2nd Generation CPTED – part 2, CPTED Perspectives, Vol.5, n°2, 1-4.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cohen, L.E., Felson, M., 1979, Social change and crime rate trends : a routine activity approach, American Sociological Review, vol.44, 588-608.
DOI : 10.2307/2094589

Coleman, A., 1985, Utopia on Trial – Vision and Reality in Planned Housing, Hilary Shipman, Londres.

Crawford, A., 2000, Situational crime prevention, urban governance, trust relations, in : Von Hirsch, A. et al. (Eds.), Ethical and Social Perpective on Situational Crime Prevention, Hart Publishing, Oxford, 193-213.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Donnison, D., 1998, Creating a Safer Society, in: Jones Finer, C., Nellis, M., (Eds.), Crime and Social Exclusion, Blackwell, Oxford, 3-21.
DOI : 10.1111/1467-9515.00072

Giddens, A., 1991, Modernity and Self-Identity, Polity, Cambridge.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hope, T., 1995, Community crime prevention, in : Tonry, M., Farrington, D., (Eds.), Building a Safer Society – Strategic Approaches to Crime Prevention, University of Chicago Press, Chicago, 21-89.
DOI : 10.1086/449229

Sparks, R., 2000a, Introduction : risk, insecurity and the politics of law and order, in : Hope, T., Sparks, R., (Eds.), Crime, Risk and Insecurity, Routledge, Londres, 1-10.

Levan, V., 2004, Second-Generation CPTED at Work : building community culture bridges in Parisian Belleville, The CPTED Journal, Vol.3, n°1, 3-14.

Newman, O., 1972, Defensible Space : Crime Prevention Through Urban Design, MacMillan, New York.

Robert, P., 1994, Evaluer la prévention, Archives de Politique Criminelle, 16, 53-70.

Roché, S., 2002(a), Towards a new governance of crime and insecurity in France, in : Crawford, A., (Ed.), Crime and Insecurity, the Governance of Safety in Europe, Willan Publishing, Cullompton.

Roché, S., 2002(b), Tolérance Zéro? Incivilités et Insécurité, Odile Jacob, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sherman, L., Gottfredson, D., MacKenzie, D., Eck, J., Reuter, P., Bushway, S., 1997, Preventing Crime : What Works, What Doesn’t, What’s Promising, National Institute of Justice, US Department of Justice, Washington DC.
DOI : 10.1037/e520922006-001

Skogan, W., 1981, On attitudes and behaviors, in: Lewis, D., (Ed.), Reactions to Crime, Sage Justice System Annuals, Vol.16, Sage, Beverly Hills, 19-45.

Sullivan, R., 2000, Liberalism and Crime – The British Experience, Lexington Books, New York.

Tabet, J., 1999, La résidentialisation du logement social à Paris, Les Annales de la Recherche Urbaine, n°83-84, 155-163.

Wilson, J.Q., Kelling, G., 1982, Broken windows, The Atlantic Monthly, 29-38.

Wilson, J.Q., (1977(1975)), Thinking About Crime, Vintage Books, New York.

Wyvekens, A., 2003, De “What Works” en “bonnes pratiques” – Y a-t-il un bon usage du pragmatisme anglo-saxon?, Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 54, 7-19.

Haut de page

Notes

1 Anthony Giddens (1998) désigne ce phénomène par processes of ‘detraditionalization’.

2 Cette recherche a été menée dans le cadre d’une thèse actuellement en cours à l’Université de Paris IV – Sorbonne et au CESDIP-CNRS, et qui porte sur une étude comparative de la mise en place de la prévention situationnelle dans le logement social. Le Comité Français de la Fondation Franco-Américaine a apporté son soutien avec l’attribution d’une bourse Tocqueville en 2003.

3 La question relative au manque de congruence de la problématique « What Works ? » à l’échelle internationale a été soulevée à quelques reprises dans les ateliers de la 1ère Conférence Mondiale des Sociétés de Criminologie qui s’est tenue à Paris du 13 au 15 mai 2004. Cet article est la version développée de la communication donnée lors de cette rencontre.

4 Ce terme désigne généralement les gestionnaires de logement social, qu’ils soient publics (Offices Publics d’HLM), semi-publics (Offices Publics d’Aménagement et de Construction ) ou privés (Sociétés Anonymes).

5 La création des unités locales de gestion locative au sein des quartiers d’habitat social s’inscrit dans un mouvement de décentralisation des organismes de logement social, amorcé dés la décennie 1970 d’abord dans les grands établissements (Allen et Bonetti, 1998). Elle met en relief une logique de gestion efficiente du patrimoine locatif social, étayée par la réduction du nombre de logements affectés à une unité décentralisée, la réorganisation des priorités, et la redéfinition des fonctions du personnel de gardiennage.

6 Tout un arsenal de développements législatifs tels l’article 11 de la loi n°95-73 du 21 janvier 1995 ( Loi d’Orientation et de Programmation sur la Sécurité), l’article 52 de la loi n°2001-1062 du 15 novembre 2001 (Loi relative à la Sécurité Quotidienne), etc., participent de cet effort.

7 Ce thème récurrent est également confirmé par les entretiens qualitatifs semi-directifs que j’ai menés avec des hauts responsables de fédérations de l’habitat social et se retrouve dans les discours officiels lors de conférences sur la sécurité dans l’habitat.

8 Cette rencontre s’est tenue du 24 au 25 octobre 1997 et a réaffirmé le principe de sécurité partagée avec la mise en œuvre des contrats locaux de sécurité et le déploiement d’une police de proximité.

9 La loi n°86-1290 du 23 décembre1986 (loi tendant à favoriser l’investissement locatif, l’accession à la propriété de logements sociaux et le développement de l’offre foncière) établit le devoir pour le bailleur social de mettre en place des espaces de concertation sur les projets urbains dés lors qu’une hausse des loyers est envisagée. La circulaire 93-60 du 6 août 1993 précise en outre les modalités de concertation avec les locataires pour toute réhabilitation d’immeuble ayant nécessité le financement PALULOS. Plus récemment, la loi n°2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain réaffirme ces principes pour les zones urbaines sensibles en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Levan, « Sécurisation des quartiers « sensibles » : l’inéluctable ascension de la prévention situationnelle ? », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. I | 2004, mis en ligne le 30 novembre 2004, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/64 ; DOI : 10.4000/champpenal.64

Haut de page

Auteur

Véronique Levan

Doctorante, Université de Paris IV-Sorbonne et CESDIP-CNRS, Immeuble Edison, 43 boulevard Vauban, F-78280, Guyancourt. Contact : vlevan@cesdip.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org