Navigation – Plan du site

Dialogue à propos de l’ouvrage de Marie-Sophie Devresse : Usagers de drogues et justice pénale. Constructions et expériences, Perspectives criminologiques, Bruxelles, De Boeck et Larcier, 2006

Marie Danièle Barré et Marie-Sophie Devresse

Résumé

Depuis le début des années 90, le traitement judiciaire des usagers de drogues, figures cibles des politiques pénales et sécuritaires belges et européennes, s’est profondément modifié. Cette transformation constitue le point de départ de cet ouvrage qui s’attache à en mettre en lumière l’ambiguïté déduite d’un double mouvement. D’une part, des procédures pénales dites « alternatives » placent l’usager de drogues au centre d’un régime marqué par des formes de négociation et de subjectivation ; d’autre part, l’on applique à ce même usager des procédés bio-technologiques -comme le recours accru aux tests toxicologiques- qui semblent, eux, davantage relever d’une logique d’objectivation et de pure contrainte.

Cet ouvrage propose une lecture originale des conséquences de cette association subjectivation/objectivation tant sur la trajectoire judiciaire des usagers de drogues que sur leur appréhension de la justice pénale. En effet, le point de vue adopté sera celui des usagers rencontrés et interrogés dans le cadre d’une recherche empirique explorant également l’activité des instances policières et judiciaires.

Les aspects relatifs à cette expérience des usagers illustrent le fonctionnement actuel de la justice pénale, ses transformations, mais aussi ses dysfonctionnements et ses paradoxes. La complexité, l’opacité de la procédure judicaire, le rôle ambigu de ses acteurs, la difficulté de mettre en place les conditions d’une véritable communication entre les professionnels et le justiciable sont ici éclairés par la présentation du point de vue des consommateurs de drogues, mais également la mise à plat de leurs trajectoires, de leurs stratégies et de leur représentation de la justice.

Haut de page

Texte intégral

1Deux éléments retiennent l’attention de l’auteur dans cet ouvrage : d’abord, l’existence de nouvelles procédures de traitement pénal et notamment l’introduction de procédures négociées, avec dans ce cadre, l’analyse de la place de nouveaux outils de contrôle ; ensuite l’intérêt de l’expérience du justiciable usager de drogues et de son propre regard sur le traitement pénal dont il fait l’objet. Le fait de donner la parole aux destinataires d’une politique publique et de l’analyser comme source légitime de savoir est un point original de l’ouvrage.

Contexte pénal de la répression de l’usage de produits stupéfiants en Belgique :

2L’interdit pénal de la détention de produits stupéfiants date en Belgique de la loi de 1921 (modifiée en 1975) et a fait l’objet de réinterprétations diverses par voie de directives. Rapidement dit, les filières de réponses possibles sont les suivantes :

3Une pratique de constatation par voie de procès-verbal (PV) simplifié, organisée par les directives du 8 mai 1998 et du 25 janvier 2005, s’apparente au classement policier.

4Au-delà, lorsque le PV est transmis au Parquet, le traitement peut s’arrêter à cette étape soit par classement conditionnel ou non, soit par extinction de l’action publique suite à une transaction, une mesure de médiation, traitement médical, travail d’intérêt général ou formation. Cette filière qu’on peut appeler la « filière Parquet » constitue le premier stade d’observation des « mesures négociables » introduites dans la réponse pénale. C’est à ce niveau que se situe la « probation prétorienne », procédure spécifique, assortie du classement, offerte au Parquet en raison de sa liberté d’appréciation de l’opportunité des poursuites ; cette procédure permet un contrôle accru des usagers puisqu’il n’y a pas extinction de l’action publique.

5La « filière jugement » introduit un deuxième ensemble de mesures négociables au moment de l’instruction (par exemple comme alternatives à la détention provisoire) et enfin un troisième niveau à l’échelon du juge correctionnel.

6Dans ce cadre, l’injonction d’abstinence ou l’obligation de suivre un traitement sont souvent les points forts de l’articulation des négociations avec les usagers de drogues.

Vers un usage « institutionnel » des drogues ?

7MDB

8Comme tu le sais j’ai eu beaucoup de plaisir et d’intérêt à lire ton travail, novateur à bien des égards et qui, je le précise tout de suite, dépasse largement par sa portée théorique, le cadre de ton terrain d’observation, la région bruxelloise.

9Avant de revenir sur deux points que j’ai choisis de discuter : le test toxicologique et la place faite à l’expérience de l’usager dans l’étude de la politique de répression des drogues, je souhaite aborder une question plus générale.

10On démarre la lecture de l’ouvrage sur un propos un peu provocant, que tu qualifies toi-même d’insolent, qui parvient parfaitement à éveiller l’intérêt du lecteur éventuellement déjà submergé par la littérature sur les drogues. La justice non seulement réprime la détention-consommation de stupéfiants, mais elle explore à l’infini les multiples applications de cette répression. Bref, elle fait un usage immodéré des drogues au même titre que le toxicomane qu’elle réprime… (15). Le propos fait sourire bien sûr, mais au-delà, cette formule qui est presque une figure littéraire de substitution (sic) de sens exprime beaucoup plus qu’il n’est dit. Le propos suggère une façon de voir les choses que dans la suite de l’ouvrage tu ne sembles pas adopter systématiquement, une sorte de personnification de l’abstraction « justice » comme quelqu’un capable de décider, mais qui plus est ayant un projet, une stratégie. Plus loin, tu adoptes en particulier cette posture quand tu évoques les usages « policiers » et les usages « parquetiers » des drogues. Tu introduis à cette occasion une distinction entre « mobilisation de ressources » et  « instrumentalisation » et tu optes pour la lecture la plus radicale puisque tu parles d’instrumentalisation, ce qui comme tu le soulignes suggère au delà du détournement de finalité, un côté manipulatoire dans ce détournement, ce qui te met dans une posture normative de « dénonciation ».

11Ma question porte sur cette personnification du système. On peut penser bien évidemment que les choses ne se produisent pas au hasard, cependant ne risque-t-on pas, en passant par cette personnification, de déformer le regard que l’on porte sur l’ensemble des contraintes qui conduisent à la situation observée,  d’imposer une lecture téléologique là où éventuellement on n’observe que la résultante (au sens de la physique) du jeu de forces contradictoires ? Enfin si instrumentalisation il y a, sait-on où elle commence et où elle finit ? Les instrumentalisations ne sont-elles pas multiples voire réciproques ? Ainsi on observe qu’il y a parfois des instrumentalisations en chaîne : c'est-à-dire que la police instrumentalise l’usager-détenteur  mais est elle-même instrumentalisée parce qu’elle doit répondre à l’injonction (souvent d’élus locaux) de « normalisation » d’un territoire, ou plus globalement de lutte contre le sentiment d’insécurité. On observe d’ailleurs parfois des conflits entre services de police, les uns étant sommés d’intervenir sur un territoire alors que les autres y sont en observation et que cette intervention va réduire à néant plusieurs semaines de surveillance, voire d’infiltrations. On sait aussi que les interventions policières peuvent servir « la concurrence » sur un marché sans mode de régulation légale et à ce titre être suscitées et donc instrumentalisées par certains acteurs de ce même marché illégal.

12Enfin plus généralement, cette posture te situerait méthodologiquement en extériorité par rapport à ton sujet comme si c’était la meilleure façon possible d’en dévoiler toute la complexité. Dans le reste de l’ouvrage, la méthode employée est plutôt de nature compréhensive fondée sur l’observation des interrelations et le recueil du discours des acteurs. Est-ce que tu revendiques dans une certaine mesure cette position surplombante du sociologue ? Est-ce que la méthode utilisée est différente selon l’objet de ton analyse, « sociologie compréhensive » pour les usagers de drogues, « sociologie plus objectiviste » pour la justice pénale ? Ce sentiment de deux approches un peu différentes ne renvoie-t-il pas aussi aux contraintes de ton matériau et à son mode de collecte ?

13MSD

14Personnifier un système comporte en effet pas mal de risques et représente une option relativement contestable. Introduire de l’intentionnalité dans l’analyse d’une institution me semble un exercice tout aussi périlleux, même s’il m’est parfois arrivé de me demander, pour reprendre l’expression de Mary Douglas, ce que pouvait bien « penser » la justice pénale de cet usager de drogues qu’elle traite. Ce n’est évidemment pas ma perspective principale, mais je comprends que l’on puisse s’interroger à ce sujet. Deux intentions m’ont animée lors de mon travail : (1) rendre compte, comme tu l’as souligné, du fonctionnement du système pénal au départ de la posture adoptée par les usagers de drogues eux-mêmes et (2) rendre compte de la complexité des logiques professionnelles et de leurs produits sans attribuer aux magistrats et aux policiers des intentionnalités « coupables » qui expliqueraient le fonctionnement d’une justice dont on ne peut nier qu’elle produit de la souffrance. En définitive, poursuivre ces deux ambitions en même temps a représenté une tâche ardue car il ne s’agissait pas de se limiter à confronter, même si c’était inévitable, deux types de représentations sociales sur un même objet. Ainsi, dans la perspective des usagers de drogues, il est intéressant de voir combien l’institution qu’ils traversent semble une institution vide, une scène où les acteurs sont absents et où il n’est jamais question de rencontrer des professionnels animés d’une volonté propre mais où il s’agit plutôt de se trouver seul aux prises avec une machine folle. Les professionnels que les usagers rencontrent aux détours d’une procédure sont la plupart du temps, de leur point de vue, réduits à la qualité de « porteurs de la norme d’interdit », nécessairement injuste, sinon incompréhensible. Pour les usagers, les magistrats sont des acteurs indifférents qui ne les voient pas, qui ne les entendent pas. C’est un constat édifiant dans un contexte où la promotion des procédures interindividuelles, des mesures négociées est constante.

15Je ne désirais cependant pas m’en tenir à cette logique même si je voulais lui rendre honneur pour ce qu’elle nous apprend. Comment dès lors, intégrer la perspective des professionnels et évoquer des processus décisionnels et des tendances dans les pratiques sans porter un regard sur leurs représentations et comment gérer le face-à-face inévitable des perceptions mutuelles et des critiques (qui apporte une faible valeur ajoutée à la connaissance du système) ? La grande difficulté pour moi a résidé dans le fait de pouvoir produire une analyse du fonctionnement de la justice pénale qui éclaire la manière dont des pratiques peuvent être discrétionnaires sans pour autant être aléatoires. Combien la somme des décisions individuelles ou la résultante des forces contradictoires que tu évoques (en ce compris les diverses instrumentalisations de la norme) conduit une institution à construire de facto une image cohérente de l’usager de drogues et du traitement qui l’accompagne, indépendante de celles produites par les acteurs. Cette image cohérente, je l’ai trouvée et elle est décrite dans l’ouvrage avec force détails. Mais si elle ne relève d’aucune intentionnalité particulière (elle est le produit de tellement de logiques, complémentaires ou antagonistes), elle n’est cependant pas neutre et possède une consistance bien réelle. Elle n’est d’ailleurs pas étrangère à la définition que sous-tend un principe d’interdit, de prohibition. Ce qui nous ramène à la perspective des usagers qui ne se réfèrent finalement qu’à l’interdit et ses conséquences absurdes… Je pourrais dès lors conclure rapidement que, s’interroger sur les relations entre acteurs et système, dans une institution comme la justice pénale (ce n’est sans doute pas la seule) conduit à s’interroger sur la norme qui fait que les individus sont en coprésence, en l’occurrence, la norme d’interdit, qui rabat au moins l’une des parties au statut de contrevenant, de déviant. Et là, on ne peut qu’ouvrir à l’analyse de cet interdit, de ce qu’il peut soutenir en termes politiques et idéologiques. Mais c’est là que mon analyse s’arrête car je ne suis pas rentrée (et je ne le voulais pas…) dans le débat d’idées ou de valeurs sur l’incrimination de l’usage de stupéfiants.

16Maintenant, concernant la « position surplombante du sociologue », c’est évidemment toujours la question à laquelle on se heurte lorsqu’on se confronte au discours et à l’expérience des personnes. Mais tu réponds en partie à la question en évoquant les contraintes du matériau et du mode de collecte. Il est difficile de rencontrer de la même façon les professionnels et les usagers, d’adopter une méthodologie parfaitement symétrique. J’y ajouterais le fait que, faire se confronter des perspectives qui, en principe, ne se rencontrent presque pas dans la réalité sociale, conduit nécessairement à assumer une position de surplomb, d’extériorité. Mais je ne pense pas que celle-ci empêche de pouvoir envisager des trajectoires, des expériences au plus près du vécu des personnes et d’en tirer des conséquences sur le mode de fonctionnement d’une institution.

Technique, confiance et négociation

17MDB

18Je voudrais revenir maintenant sur la place du test toxicologique. Une grande originalité de ton travail réside dans l’analyse de la place de cette technique dans la construction pénale de l’usage et de l’usager. Il est intéressant de voir (mais c’est une technique habituelle de la police que de brandir la menace d’une preuve « objective », ce n’est pas propre au test d’urine) la technique comme support de l’aveu d’une part et d’autre part plus subtilement, support d’une relation d’évaluation dans un suivi avec le magistrat (qui en fait un outil d’évaluation de la confiance qu’il peut placer dans l’usager, soit que celui-ci soit conforme, soit qu’il renonce au mensonge ou au déni). Toutefois le test toxicologique est susceptible d’être en soi un mode d’approvisionnement (lorsqu’il est systématiquement proposé pour tous délits et qu’il confère « une étiquette » au délinquant « sous l’emprise de stupéfiants ») et un mode de construction de la récidive dans les suivis (toutes les rechutes sont considérées comme des « récidives » sinon légales du moins dans les représentations des acteurs). Ici tu analyses très finement le brouillage de l’autocontrôle voulu par les procédures de probation puisqu’un hétéro contrôle vient vérifier l’usage de l’autocontrôle. En conclusion d’après toi, il semble que ces dispositifs techniques ne remplacent rien et souvent viennent renforcer les mécanismes traditionnels de fonctionnement de la machine : place de l’aveu, de la bonne/mauvaise volonté, collecte d’information, contrôle « global » …

19Je souscris volontiers à ces conclusions auxquelles j’ajouterais deux remarques. Je me demande si on ne pourrait pas dire que dans la mesure où l’hétéro contrôle est prévisible dans le temps (dans le cadre d’un suivi, on peut penser que les usagers ont une connaissance voire une maîtrise minimum du calendrier du contrôle), il peut alors être intégré à l’auto contrôle, du moins pour certains d’entre eux ? Un peu comme dans les entreprises où la date de la visite médicale étant connue d’avance, ce qu’on teste finalement c’est la capacité du salarié à anticiper cette échéance et à adapter son comportement d’usage ce qui suppose qu’il n’en soit pas totalement dépendant ?

20Le deuxième point porte sur une question que tu poses à l’orée de tes observations sur le test toxicologique : que se passe-t-il quand négociation (processus de subjectivation) et contrôle technique par le test d’urine (processus d’objectivation) se rencontrent ? Il me semble que ce que tu dis c’est que l’objet technique devient un outil de la relation puisqu’il permet non plus seulement d’attester ou non du comportement d’usage mais de tester « fiabilité, confiance et sincérité ». Ce qui me semble intéressant c’est que si les mécanismes de négociation et d’appréciations subjectives ont toujours existé, en tout cas de façon implicite, ce qui apparaît, c’est que loin de supprimer ce processus de subjectivation, l’outil technique, comme tu en fais la remarque, le renforce, mais surtout en accentue le côté pervers puisqu’il renforce radicalement le rapport de domination tout en le niant. Es-tu d’accord ?

21MSD

22Je souscris complètement à ta proposition concernant l’intégration de l’hétérocontrôle à l’autocontrôle et au fait que le « test de capacité » de l’usager peut être aussi celui de son adaptation aux contraintes du système et à sa faculté de contrôler sa consommation à cette fin. Cela dit, on pourrait dire, dans la mesure où l’on évolue dans un système de prohibition, que l’usager de drogues doit s’attendre en permanence à un « hétérocontrôle » et que le simple fait d’arriver devant la justice pénale est déjà suspect à cet égard. Les débats politiques, en Belgique, sur l’intégration du vocable « usager problématique » dans les textes de loi sont très significatifs de cet étiquetage préalable et sur le malaise qu’il provoque. Les professionnels de la police et de la justice savent bien qu’on ne peut poursuivre tous les usagers. Faire partie de ceux qui sont interceptés signifie déjà quelque chose d’entrée de jeu. Par ailleurs, le rapport entretenu par la négociation et le test toxicologique est effectivement un jeu simple et subtil à la fois et je suis d’accord avec ta proposition lorsque tu soulignes que le test accentue le côté pervers du fonctionnement de la justice et notamment de la rencontre du magistrat et de l’usager. On est d’ailleurs face à une double dénégation car la mise en scène de la négociation, telle que j’ai pu l’observer, nie également le rapport de domination qui cadre pourtant la rencontre et ses conséquences. La menace de la peine, omniprésente dans les discours et les représentations (et aussi dans les faits, lorsque l’incarcération survient) semblerait totalement absente de la « donne » : on attend de l’usager, par exemple, qu’il construise un véritable projet thérapeutique, quasi indépendant de sa contrainte judiciaire. C’est difficile à imaginer lorsque l’on sait que le test, comme tu le rappelles, va intervenir pour contrôler cela… Ce qui n’empêche pas certains professionnels de porter un regard très critique sur l’usager qui suit son traitement en assumant la contrainte. Il est alors vu comme un manipulateur qui joue le jeu par conformisme. Le positionnement de l’usager est donc très difficile et c’est la raison pour laquelle la plupart d’entre eux tentent tout d’abord de nier leur consommation. Pour le stigmate que cela représente, mais aussi pour pouvoir éviter de se trouver, comme l’ont dit certains, « dans une situation impossible ».

De la recherche de sens à la perte de repères

23MBD

24Le deuxième point sur lequel je voudrais revenir concerne l’expérience du justiciable. Tu écris en introduction : les usagers sont considérés comme étant partie prenante à la construction du savoir sur l’institution pénale. C’est à coup sûr, un apport très original et précieux de ton travail. Mon enthousiasme premier pour cet apport est cependant tempéré par la constatation que au contraire des malades qui peuvent devenir des acteurs de la recherche médicale les concernant, ici  la participation du justiciable à la construction d’un savoir n’a pas de scène autre que celle que lui donne le chercheur, ce qui est certes une première étape, mais cette construction de savoir profite peu à celui du magistrat qui est en face de l’usager, et qui, empêtré dans sa charge de travail et aveugle aux rapports de domination qui se jouent dans la négociation, s’essouffle vainement à produire du sens dans le traitement pénal des usagers.

25Ce qui frappe, tu le dis, dans l’examen des évolutions de politique répressive à l’égard des usagers c’est que ces politiques semblent toujours être des politiques en quête de sens, comme s’il n’allait pas de soi. Par ailleurs, tu constates que la volonté d’individualisation des procédures produit tout le contraire de ce qui est prétendument recherché : elle produit de la perte de repères et de la perte de sens. C’est un exemple extrêmement frappant de la mise en œuvre d’une idéologie du supplément d’âme. Quant aux usagers, ils observent ce sentiment d’impuissance face à la toxicomanie, impuissance des juges qui renvoie à leur propre impuissance, avec pour certains une curieuse sorte de syndrome de Stockholm (cf. l’empathie de l’usager de drogues pour le magistrat débordé). Je ne sais pas comment interpréter cette mise à distance d’eux-mêmes : est-ce une aliénation de plus ou est-ce un début de démarche réflexive bénéfique ?

26Enfin face à ce retour que tu nous apportes de la part des destinataires de la politique pénale, je m’interroge sur la spécificité de cette vision du système pénal par les usagers de drogues. Est-ce que la question des repères ne revient pas au problème classique de juste position entre l’affirmation de la loi, l’égalité devant la loi d’une part et d’autre part l’individualisation de l’application de la loi ? Est-ce que ce sentiment de perte de sens n’est pas un sentiment assez répandu chez les justiciables comme on peut le voir par exemple plus généralement quand les sursis tombent alors que personne ne l’avait prévu faute de l’avoir anticipé ou même de le savoir, comme c’est le cas parfois pour les agents de probation ?  

27MSD

28Tout au long de mon travail de terrain, j’ai souvent pensé au fait qu’il y avait un paradoxe fondamental, pour les usagers, à ne pouvoir s’exprimer sur ce qu’ils perçoivent ou attendent de la Justice qu’en dehors du contexte de son exercice. À ce niveau au moins, par l’occasion qu’elle donne et la visibilité qu’elle procure, la recherche scientifique évite d’être elle-même en quête de sens. Mais comme tu le dis, ce n’est qu’une première étape ! Cette boutade mise à part, il me semble que la mise à distance dont les usagers peuvent faire preuve dans leur appréhension de certains « ratés » du fonctionnement judiciaire n’est certainement pas, à mon sens, l’expression d’un symptôme d’aliénation. Il s’agit plutôt de la démonstration d’une capacité analytique qui, précisément, est attentive aux effets de système. Par ailleurs, il me semble que cette déresponsabilisation des professionnels par les usagers de drogues fait montre d’une volonté de refuser la violence des rapports individuels tels qu’ils peuvent parfois se dérouler ou du moins, de ne pas vouloir les situer dans une relation de personne à personne (d’où l’idée de « scène vide »). Mais c’est une interprétation qui me conduit vers une herméneutique que, j’avoue, je ne maîtrise pas tout à fait, faute d’avoir adopté cette perspective dans la recherche. Enfin, il apparaît en effet que bon nombre de constats issus de la recherche ne renvoient pas nécessairement à une vision de la justice pénale « par des usagers de drogues » et pourraient être partagés par d’autres types de justiciables, sinon par ceux-ci dans leur ensemble. Il me semble cependant que ce qui caractérise les usagers de drogues, c’est de devoir sans cesse composer avec ce stigmate particulier qui conduit à des trajectoires judiciaires tout à fait spécifiques et qui véhicule des représentations puissantes. La recherche de sens qu’ont souvent évoquée les usagers, comme les professionnels, renvoyait très souvent au fait de se sentir dépassé par un symptôme dévorant qui conduisait chacun à devoir se situer par rapport à lui, sans toutefois jamais y arriver. D’une certaine manière, cette impuissance laisse une empreinte forte sur les expériences et les personnes et envahit le système pénal au point de faire de lui, comme tu le soulignais en introduction (et cette fois, j’assume la personnification), un consommateur de drogues qui court également le risque de l’aliénation.

L’impact relatif du produit consommé

29MDB

30J’aurais d’autres questions bien sûr à poser, comme celle assez évidente de la distinction entre produits. Dans tes descriptions, il semble que le produit, dont certes tu mentionnes le plus souvent la nature, n’intervienne pas comme facteur de construction de la situation. Est-ce que cela signifie que le produit  n’induit pas des comportements de réponse différenciés de la part des policiers ou que le produit compte moins que le comportement par rapport à ce produit ?

31MSD

32Il serait faux de dire que la nature du produit n’a aucun impact sur les pratiques des professionnels et les positionnements des usagers par rapport à celles-ci. Cela dit, le produit a beaucoup moins d’influence qu’on ne pourrait l’imaginer. Beaucoup de stratégies policières sont menées sur base du fait que l’on trouvera toujours quelque chose, même si ce n’est que du cannabis -ce qui est vrai la plupart du temps- et les magistrats ont parfois tendance à assimiler les consommateurs persistants de cannabis à des consommateurs de drogues dites dures. Le produit, et c’est finalement assez cohérent, est une donnée toute relative. À porter également à l’actif de cette nuance, le fait que la plupart des personnes interpellées font usage d’une diversité de produits (et vont parfois jusqu’à revendiquer leur « polytoxicomanie »), avec une consommation variable selon les lieux et les moments. À noter aussi que certains usagers ont parfois recours à un changement de produit ou de mode d’administration, précisément en réponse à une interpellation policière et à ses suites judiciaires (le plus classique est l’abandon de la consommation par injection au profit de l’inhalation). Par ailleurs, le phénomène de bi-implication, que j’ai délibérément laissé de côté dans l’analyse de manière un peu téméraire (je m’en explique dans l’introduction de l’ouvrage) a également pour effet de brouiller les pistes et conduire les magistrats à ne pas trop distinguer les produits dans leur pratique. Au niveau du discours, c’est par contre différent et systématiquement, policiers et magistrats manifestent vivement leur désintérêt pour le cannabis. La recherche démontre qu’il n’en est rien, les usagers de cannabis continuent d’être interpellés et condamnés par le fait de mécanismes complexes résultant des logiques propres à chacun des niveaux d’intervention et de leur combinaison. En outre, comme tu le soulignes, les observations de terrain indiquent que l’appréhension de l’usager par les professionnels de la justice est davantage produite de manière globale : on évalue le comportement du consommateur par rapport à son propre usage, par rapport à son attitude face aux prescrits judiciaires et par rapport à une représentation figée de ce qu’est « un bon client » pour la Justice. En définitive, peu de choses interviennent dans la construction de la situation, celle-ci étant prédéterminée par le cadre normatif et le contexte institutionnel. Par conséquent, les marges de manœuvre des acteurs sont faibles et les stratégies des usagers, lorsqu’il y en a, visent principalement à moduler la présentation de soi en vue de minimiser l’impact de ce cadre contraignant. Comme s’il n’y avait pas de gain à remporter, pas grand-chose à négocier, juste un peu moins de problèmes ou de tourments à éviter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Danièle Barré et Marie-Sophie Devresse, « Dialogue à propos de l’ouvrage de Marie-Sophie Devresse : Usagers de drogues et justice pénale. Constructions et expériences, Perspectives criminologiques, Bruxelles, De Boeck et Larcier, 2006 », Champ pénal/Penal field [En ligne], Archives, mis en ligne le 23 février 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/665

Haut de page

Auteurs

Marie Danièle Barré

Ingénieur /chercheur au CESDIP-CNRS, Guyancourt, France.

Marie-Sophie Devresse

Maître de conférence en sociologie de la ville et de la déviance à l'Université de Lille 1, chercheur au Clersé-CNRS,chargée de cours invitée à l'École de criminologie de l'Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org