Navigation – Plan du site

Quand un fonctionnaire de police s’ouvre aux sciences humaines et ouvre sa porte aux sciences sociales

À propos de Philippe Pichon, Journal d’un flic, Paris, Flammarion, 2007, 417p.
Frédéric Ocqueteau

Texte intégral

1À l’amateur d’autobiographies policières qui saurait le caractère précieux de cette source de connaissances afin de mieux comprendre une institution compliquée, il faut recommander le présent témoignage pour son caractère résolument novateur. Son auteur renouvelle suffisamment le genre pour livrer au public un document d’une valeur psycho sociologique exceptionnelle.

2Homme d’action et de réflexion, cet officier de police de 37 ans, ayant déjà 16 ans de carrière derrière lui, s’arrête un temps pour offrir un témoignage soigné, aussi riche et vivant dans son contenu que téméraire dans sa construction. Ce document se distingue d’emblée par sa rareté : en effet, les cadres intermédiaires de la police se répandant généralement assez peu, à la différence des commissaires, et le font d’autant moins aisément qu’ils sont à mi-parcours de leur carrière. Mais la rareté n’est pas forcément synonyme d’intérêt. Après tout, un fonctionnaire de la police peut toujours enjoliver sa vie professionnelle ou au contraire, la contraindre par effet d’autocensure liée à l’obligation de réserve, au point que le journaliste chasseur de scoop, l’historien ou le sociologue n’y apprennent généralement rien d’intéressant. Pour capturer l’intérêt d’un public et d’un éditeur exigeants, il faut certes à l’auteur savoir pimenter son témoignage de quelque scoop (sur les dessous de la libération des otages du Liban par exemple), mais ne pas y sombrer. Il lui faut surtout se tenir à bonne distance du plaidoyer pro domo en langue de bois ou du réquisitoire en règlement de comptes. Chez Philippe Pichon, on ne rencontre pas l’écueil de ces deux travers classiques. Il y a surtout le talent du littéraire qui laisse entrevoir des procédés narratifs tout à fait originaux.

3Ce gros ouvrage se divise en quatre parties déclinées en une quarantaine de courts chapitres de trois à quinze pages chacun, ce qui rend la lecture très attrayante et rarement ennuyeuse. Les parties ne suivent pas toujours l’ordre linéaire du fil de la carrière de l’auteur, qui s’autorise à recourir à de nombreux flash back. Il campe d’abord ce qu’est un officier de sécurité publique, interroge ensuite certains paramètres du « mal des banlieues », s’attarde sur les « affaires », pour revenir enfin à des questions d’actualité.

4Après avoir situé précisément les prémisses de sa vocation, exercice obligé, l’auteur montre comment il a successivement accompli, depuis l’âge de 21 ans, des missions opérationnelles et intellectuelles les plus diverses. Officier de paix en sécurité publique en Seine-Saint-Denis (de 1991 à 1999 – il fut le plus jeune officier de France à avoir dirigé les Unités Mobiles de Sécurité, ancêtres des fameuses BAC, chap. 27 et 28), il fut affecté, en tant que chargé d’étude, à l’IHESI (15 mois de 2000 à 2001), et comme officier de liaison à l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (20 mois de 2003 à 2005), gens du voyage à qui il a consacré un ouvrage remarqué en 20021. Il a également œuvré 13 mois en sécurité publique dans la commune folklorique, mouvementée et « affairiste » de Saint-Tropez (en 2001-2002), puis a rejoint le commissariat de Coulommiers (Seine-et-Marne) comme officier adjoint et chef du service de l’Unité de sécurité de proximité à la tête de laquelle il a fait face aux « événements » de novembre 2005. Il a reçu son galon de commandant en janvier 2005.

5Ces balises donnent à comprendre la capacité de l’auteur à rebondir dans ses différents métiers et à endosser de multiples « rôles professionnels ». Ce qui se traduit sur le papier par une attitude de doute méthodique et une mise à distance des différentes casquettes assumées. Le témoignage autoréflexif produit en est d’autant plus passionnant. Certes, on pourra y trouver une certaine tendance à l’auto flagellation, des états d’âme un peu complaisants (chap. 16), mais à vrai dire, cette démarche participe visiblement d’un louable effort de socioanalyse à travers une description minutieuse des déterminants d’une « mythobiographie » professionnelle. Il y a chez l’auteur comme un besoin farouche de montrer qu’il n’est jamais là où l’on pense qu’il se trouve, de toujours remettre en cause les stéréotypes généralement les plus intériorisés au sein de l’institution, tant les projections collectives sur le métier mythifié du flic lui sont un tourment de tous les instants. Il les traque impitoyablement pour leur faire rendre gorge, avec pour seul viatique des phrases lui permettant d’accéder à une vie plus juste. Comment mettre un terme à cette tension entre la noblesse d’un engagement professionnel au service du public et les désillusions du quotidien ? La narration mentale que Philippe Pichon exerce au jour le jour à l’égard de ce qu’il fait, voit et sent, un stylo toujours fiché dans la tête ou entre les doigts, paraît devoir sauver l’écorché vif du spectacle de la schizophrénie collective côtoyée dans l’exercice des missions laissant peu de place au loisir d’en rire ou d’en pleurer, quand l’essentiel du travail est de montrer l’exemple.

6Heureusement, la plume de l’authentique « écrivain Pichon » joue comme un appareil enregistreur et salvateur du « policier Pichon ». Cet officier accomplit des efforts titanesques pour lutter contre aigreur, rancœur, haine, vengeance, veulerie et laideur de son monde. Une peur diffuse et insidieuse (ch. 12) explique le plus souvent fanfaronnades, racisme, fainéantise, déformations professionnelles, le lot commun d’attitudes qu’il appartient à l’officier de prévenir sans relâche dans son service. Sa tâche prioritaire consiste en effet à rehausser individuellement chacun dans sa propre estime de soi pour espérer des miracles qui arrivent parfois, ce qui exige évidemment d’être doté soi-même d’un bon équilibre mental.

7Philippe Pichon, comme par un réflexe instinctif de survie professionnelle, regarde dans les directions opposées à celles où l’on veut généralement le faire aller, seul ou avec ses troupes, qu’il s’agisse de politiques plus ou moins responsables, de grands chefs vénérés ou petits chefs méprisables, de maires corrompus (ch. 37), de petites frappes minables terrorisant des quartiers (ch. 33), de victimes déboussolées ou de vrais truands qui ne sont plus ceux auxquels on pense. Ce qui donne un officier lui-même toujours au bord de la ligne jaune, semblant se demander, code de procédure pénale en main, pourquoi les responsables des choses ou des deniers publics ferment aussi facilement les yeux quand ils devraient les ouvrir ou les ouvrent quand ils devraient les fermer. Est-ce la lassitude qui expliquerait parfois qu’un officier, en dépit de ses excellentes notes de service, puisse avouer s’être laissé aller à la violence pour arracher un aveu (ch. 44), à justifier que des gardiens de la paix puissent parfois contribuer à provoquer de la violence quand ils pourraient au contraire la prévenir (ch. 24), à montrer pourquoi un enquêteur devrait toujours affûter le sens normal de sa curiosité, quand le hasard l’amène à renifler des coups tordus à sa portée et que d’autres lui conseillent plutôt de se boucher le nez, à défaut de toujours fermer les yeux (ch. 38).

8Dès que le lecteur se demande par quel carburant est mû ce policier (humanisme désespéré à l’égard des faibles cabossés par la dureté des temps, ou posture de justicier à l’égard de la morgue des puissants ?) ; dès qu’il se demande où se situeraient ses affinités partisanes (un composite de valeurs susceptibles d’orienter une idéologie pragmatique ?), le romancier P. Pichon, libertaire au grand cœur, est déjà parti sur une piste insoupçonnée. Soit dans une fresque pessimiste sur le déclin de l’État par effet de désintrication du droit et de la norme, soit dans une entreprise destinée à prouver à quel point sa culture juridique peut rivaliser avec celle d’un professeur en chaire sur « les droit des nomades » (ch. 32) ou bien encore, dans une éblouissante analyse stratégique des rapports vécus entre police judiciaire et parquet, que ne renierait point le Centre de Sociologie des Organisations. Attardons-nous quelques instants sur ce dernier point (ch. 4), attendu qu’on ne saurait rendre compte ici de la richesse du contenu.

9Philippe Pichon explique comment une nouvelle idéologie professionnelle affecte désormais le métier de « péjiste » (PJ) dans un double mouvement de conversion des agents de police à l’obligation de moyens et à l’abandon de l’obligation de résultats. Son hypothèse nous semble aller à contre-courant des idées reçues car, en dépit des déclarations officielles, la première obligation supplanterait la seconde avec les primes au mérite associées. L’organisation policière s’adapterait aux injonctions centrales en prouvant à la hiérarchie que l’enquête a été menée dans les règles, indépendamment de la nature des gains obtenus par le système liés à la qualité des procédures des gradés et gardiens OPJ… « Très honnêtement, dit-il, si la question de la procédure me tourmente autant, j’observe que mon rapport à celle-ci n’est pas fétichiste mais instrumental : les actes de terrain – par exemple les actes de surveillance ou de vaines recherches – sont de plus en plus supérieurs en nombre aux actes de procédure (…) Vous voyez bien, chef, que le service produit… de la sécurité judiciaire ! ». P. Pichon estime qu’en cas de prestations jugées insuffisantes, la capacité de rétorsion des magistrats est nulle en zone étatisée, car ne peut jouer le chantage à la mobilisation alternative des gendarmes. Les maîtres du jeu restent d’autant plus les enquêteurs qu’ils ont appris à anticiper les résultats des procédures par rapport aux mis en cause : «  Mes OPJ se doivent d’affronter victorieusement le constat classique d’une difficulté à prévoir les résultats de l’investigation judiciaire et dont je fais un élément de ralliement à l’obligation de moyens. Cette « lutte » est effectivement perceptible dans ma pratique de direction de l’investigation (…). Nous anticipons largement sur l’ensemble de la stratégie de défense du mis en cause (…) J’invite « mes » hommes à considérer la montée en puissance de l’avocat comme figure de l’adversaire ( …) Ainsi, nous nous accrochons à une espèce de hiérarchie intériorisée de la recevabilité des éléments de preuve apportés, en pondérant celle-ci par des éléments de déclarations liés aux individus qui vont interpréter la partie à jouer ; entrent alors en scène : la qualité de l’avocat, les prédispositions du magistrat, les capacités intellectuelles de l’enquêteur à faire face lors d’auditions contradictoires ou de confrontations » (p. 56).

10 De cette sociologie spontanée de l’adaptation tactique des agents au contexte particulier de cette SOP (« socio des organisations pénales » pour le dire dans un autre jargon), n’y aurait-il, chez l’ex-officier de paix, que calcul d’efficience à défaut d’imagination sur l’efficacité générale ? Un tel opportunisme organisationnel n’est pas de mise chez l’auteur qui a apparemment plus d’un atout dans son sac : « J’invite en effet mes collègues OPJ à adopter une approche statistique du fonctionnement de la chaîne pénale, partagée par les magistrats », avertit l’auteur, tout en ajoutant plus loin : « il me semble que l’espace singulier de l’interaction OPJ/magistrats doit être considéré comme un lieu de la chaîne pénale où s’opère une médiation entre les logiques policières et les logiques judiciaires ». Et finalement, comme s’il pressentait la nécessité de devoir changer son fusil d’épaule pour n’en pas rester à la raideur de ses premières assertions en Zweckrationell (rationalité par rapport aux fins), il les troque contre des considérations plus conformes à la Wertrationell (rationalité axiologique). Contrairement à ce qu’a semblé dire un récent audit de la Chancellerie sur la diminution générale de la qualité des procédures policières, le niveau actuel de recrutement des officiers incite Ph. Pichon à penser à une meilleure conversion des policiers au respect du droit. Il s’en suit que : « la relation PJ/Parquet est un lieu d’acculturation réciproque dans lequel la culture des magistrats se métisse d’une attention aux résultats et celle des policiers d’une attention au droit, tandis que les personnels en tenue non OPJ et les magistrats du siège conservent leur approche monolithique du travail de police judiciaire » (p. 60).

11Ainsi donc, ce que nous avions pris pour une vision conflictuelle du monde des policiers et des juges, devient sous sa plume, un apprentissage commun, difficile mais bien réel pour aplanir une tension ancestrale entre les deux protagonistes… Finalement, le pédagogue n’est jamais loin (comme dans le beau chapitre dédié à l’accueil dans les commissariats), qui ajoute in fine : « Aujourd’hui, OPJ anciens et magistrats du Parquet diffusent, par ailleurs, leur culture syncrétique en essayant, dans des relations plus ou moins conflictuelles, d’amener les « conservateurs » de leur camp à intégrer en partie la logique de l’autre : les parquetiers dans leurs réquisitions et les OPJ lorsqu’ils tancent les gardiens qui ont pu se montrer négligents juridiquement »…

12Faut-il voir dans ce passage un trait de convergence, une passerelle ou un pont entre des soucis communs aux policiers procéduriers et aux sociologues dans leurs entreprises respectives d’objectivations d’un même enjeu : l’amélioration du fonctionnement de la justice pénale ? Personnellement je le pense. Un dialogue me semble désormais possible entre des intellectuels qui, de l’extérieur, prétendent savoir en ignorant comment réformer de l’intérieur, et des policiers qui, de l’intérieur, donnent souvent l’impression qu’ils ignorent largement les mécanismes généraux d’occultation qui les gouverneraient. Ces derniers, sommés de participer à des réformes cycliques de leur maison sans jamais voir aboutir aucun résultat d’ensemble, adoptent des attitudes cyniques (faire croire qu’ils s’y soumettent alors que la routine et le manque d’enthousiasme sont les archaïsmes les plus volontiers partagés au sein d’un modèle de fonctionnement prétendument « professionnel »).

13Ce témoignage polyphonique contrasté, violent, éclaté, horripilant, lumineux, dépressif, emphatique, généreux, par définition totalement inclassable, séduit par la faculté qu’il donne au lecteur de rebondir sur de multiples pistes d’envol communes. Après le passage du cyclone Philippe, il est certain que la porte laissée ouverte ne pourra plus se refermer. Savoirs, savoir-faire, élucidation des marges de manœuvre, déclinaisons des systèmes de convictions demanderont à être réinterrogés et réinterprétés avec des spécialistes extérieurs. « L’invisibilité de la vie policière » dévoilée participe évidemment de la consolidation de l’entreprise démystificatrice pionnière de Dominique Monjardet sur l’institution à qui l’auteur rend un hommage appuyé.

Haut de page

Notes

1 Voyage en Tsiganie. Enquête chez les Nomades en France, Paris, éd. de Paris, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Quand un fonctionnaire de police s’ouvre aux sciences humaines et ouvre sa porte aux sciences sociales », Champ pénal/Penal field [En ligne], Archives, mis en ligne le 13 mars 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/668

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

Frédéric Ocqueteau est chercheur au CERSA-CNRS. frederic.ocqueteau@cersa.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org