Navigation – Plan du site
Articles

L’étude et le traitement judiciaire de la récidive à Chicago, 1920–1940

Contributions méthodologiques
Marie Fleck

Résumés

Les méthodes actuarielles ont un rôle croissant dans le traitement judiciaire de la récidive aux Etats-Unis, avec le développement du profilage criminel appliqué par la police ou des guides à la décision (guidelines) proposés aux juges et aux contrôleurs judiciaires. Une visite historique des travaux sociologiques de l’Ecole de Chicago (1920-1940) nous permet de mieux comprendre la situation actuelle. Elle nous invite à reconsidérer leurs principales contributions méthodologiques, l’approche complémentaire des méthodes actuarielles et cliniques et leurs préoccupations sur leurs conditions d’usage.

Haut de page

Notes de l’auteur

Note méthodologique : Les sources provenant de fonds d’archives ont été collectées pour l’essentiel à Special Collections de Joseph Regenstein Library (d’où l’abréviation SC-RL), à l’Université de Chicago, à partir des collections Ernest Watson Burgess Papers (EWB) et Ernest Watson Burgess Addenda (EWBa). Lorsque la date de rédaction d’un document n’est pas spécifiée, nous avons tenté soit de la retrouver précisément, soit d’en faire une estimation la plus précise possible, à partir des informations factuelles recueillies au sein de ces documents. Aussi, une grande partie de ces documents n’ont pas fait l’objet de publication, dans le cas contraire, nous donnons les indications nécessaires, dans la mesure du possible.

Texte intégral

  • 1 Par méthodes cliniques, nous entendons l’approche du sujet effectuée par le Bureau de Libération Co (...)
  • 2 Les méthodes actuarielles dans la loi pénale correspondent à « l’utilisation de méthodes statistiqu (...)

1Les malentendus courants au sujet du traitement judiciaire de la délinquance et de la récidive aux Etats-Unis nous porteraient aisément à croire que nous sommes passés des méthodes cliniques1 aux méthodes actuarielles2, miroirs respectifs de la justice réhabilitative, connotée de « romantisme » et d’indulgence (leniency), et de la justice punitive, souvent assimilée à la fermeté et à la sévérité (harsh punishment). Professeur de droit à l’Université de Chicago, Bernard Harcourt s’est intéressé, à travers son article publié en 2003, “From the ne’er-do-well to the criminal history category : the refinement of the actuarial model in criminal law”, dans la revue Law and Contemporary Problems puis dans son ouvrage Against Prediction, 2007, aux transformations structurelles ayant marqué l’orientation judiciaire américaine au cours du XXième siècle. Il observe le paradoxe suivant : les méthodes actuarielles appliquées à la récidive surgissent dans un contexte d’individualisation de la peine sous la forme de tables de prédiction (Harcourt, 2003, 109 ; Harcourt, 2007, 22). Pour leurs concepteurs, Ernest W. Burgess à Chicago (Bruce, Burgess, Harno, 1928) puis le couple Glueck à Boston (Glueck, 1930), elles représentaient une étape supplémentaire vers l’idéal judiciaire de la réhabilitation du criminel.

2Ce constat surprenant justifie un retour sur le point de vue méthodologique adopté sur la récidive par les sociologues et réformistes de Chicago entre 1920 et 1940, ainsi qu’une mise en perspective sociohistorique prenant en compte les évolutions du système judiciaire et ses méthodes. Nous souhaiterions montrer que les travaux sociologiques sur la récidive dans un contexte d’individualisation de la peine ne sont ni asservis, ni aveuglés par un « idéal romantique » mais visent avant tout une meilleure compréhension du délinquant en tant que personne et de son environnement social. Le savoir scientifique résultant des études de cas et des histoires de vie tout comme des tables de prédiction, a pour objectif d’adapter le traitement de la délinquance aux problèmes sociaux et psychosociaux décelés parmi les individus ou les groupes d’individus concernés.

  • 3 Cf. données d’archives, au sujet du risque de routinisation inhérent à la table de prédiction, expl (...)

3Dans son article de 2003, Harcourt propose une classification des hypothèses de chercheurs en sciences sociales, formulées au sujet de l’évolution du système judiciaire américain. Six tendances analytiques sont ainsi repérées, auxquelles s’ajoutent une septième, pour laquelle le professeur opte : « Le développement de la loi pénale (…) ne se caractérise ni par l’évolution d’un idéal romantique d’individualisme vers un modèle actuariel, ni d’un changement progressif des méthodes cliniques aux méthodes statistiques. C’est plutôt le développement et le raffinement de l’approche actuarielle appliquée à la loi pénale qui a été au cœur du tournant vers l’individualisation au début du XXième siècle, qui a pris initialement la forme d’un modèle clinique par défaut, et qui a peu à peu résulté sur le style de loi pénale caractéristique du début du XXIème siècle » (Harcourt, 2003, 102). L’analyse des données d’archives des collections Burgess Papers et Addenda conservées à la bibliothèque Regenstein de l’Université de Chicago nous conduit à privilégier une interprétation apparentée mais quelque peu distincte : pour le sociologue Ernest Burgess et ses acolytes, les méthodes cliniques appliquées à la loi pénale n’étaient pas perçues comme un « mal nécessaire » ou un « choix par défaut » mais comme un complément indispensable des méthodes actuarielles. S’il y a bien eu développement et raffinement des méthodes actuarielles, appuyé par un intérêt prévalant de la part des sciences sociales pour l’efficacité et le perfectionnement des méthodes de prédiction, l’élément décisif dans le revirement de l’orientation judiciaire nous semble avoir été l’application plus facile des méthodes actuarielles par rapport aux méthodes cliniques, le prestige des statistiques, contribuant à leur succès et à leur utilisation routinière, mécanique et quasi-bureaucratique à des niveaux de la chaîne pénale autres que ceux auxquels elles étaient initialement destinées (recours aux techniques de criminal profiling par la police et usage des guidelines lors du procès). L’usage immodéré et presque exclusif par la justice pénale de la version moderne de ces méthodes, fondée principalement sur la prise en compte de la nature de l’infraction et du casier judiciaire, rappelle l’application d’une loi proportionnelle à la nature du délit ou du crime perpétré négligeant les circonstances de l’acte et l’histoire sociale de son auteur, caractéristique du modèle de justice rétributive qui dominait au début du XIXème siècle, promu par les théories des « Ecoles » classique et néo-classique de criminologie. Il invite à une reconsidération des mises en garde exprimées vis-à-vis du crédit excessif accordé aux tables de prédiction par leurs concepteurs3.

4Nous nous pencherons alors, dans un premier temps, sur les méthodes préconisées par les sociologues de Chicago et leur usage pendant l’entre-deux guerres, dont les principales contributions ne sont peut-être pas tant l’invention des tables de prédiction que la conception dialectique de ces dernières avec des méthodes qualitatives et cliniques, ainsi qu’une réflexion engagée sur les objectifs et les conditions de leur application dans le traitement judiciaire de la récidive. Nous nous tournerons ensuite vers l’autoévaluation critique et lucide des sociologues quant aux apports et limites des méthodes des sciences sociales et à leur traduction dans le système judiciaire – une autoévaluation dont l’attention partielle a favorisé l’avènement des méthodes actuarielles et le retour de la peine déterminée.

1. Des méthodes sociologiques au service d’une justice réhabilitative

1.1. Les objectifs des sociologues et le principe d’individualisation des mesures et des sanctions en Illinois

5Entre 1920 et 1940, le principe d’individualisation de la peine est déjà consacré dans le système judiciaire de l’Etat d’Illinois : la période 1891 – 1899 marque un tournant décisif vers la justice réhabilitative, avec l’instauration d’un système de libération conditionnelle pour les mineurs délinquants et l’extension de ce système aux adultes condamnés puis aux récidivistes (habitual criminals). Elle se définit comme la possibilité de libérer d’une institution carcérale un condamné qui « a purgé une partie de sa peine sous la condition d’avoir respecté les règles disciplinaires et à condition de rester sous le contrôle de l’institution ou d’une autre agence approuvée par l’Etat jusqu’à ce que l’acquittement soit prononcé [par le bureau de libération conditionnelle] » (Bruce, Harno, Burgess, 1928, 8). La libération conditionnelle est présentée comme un rouage essentiel pour servir les objectifs judiciaires de sanction, de réhabilitation des anciens détenus et le devoir de protection de la société. Lorsque « plus de 95% des détenus sont libérés tôt ou tard, doivent-ils être libérés sous supervision ou sans supervision ? Le sens commun nous amène à penser que pour la protection de la société, ils devraient être libérés sous contrôle judiciaire » (Burgess, 1938, EWB, 193 : 1).

  • 4 Son originalité résidait dans la demande de participation active de la part des résidents, le recru (...)
  • 5 In Bruce, Harno, Burgess, 1928, cf. la description de l’ancien système pp. 67-68 par le président d (...)
  • 6 In ibid., p. 81 : il y a, expliquent les chercheurs, soit une profusion de matériel désordonné, soi (...)

6Les figures emblématiques de la sociologie émergente telles qu’ Ernest W. Burgess et ses collègues et anciens étudiants s’engagent pour le développement de la libération conditionnelle. Ils sont présents aux côtés des agences sociales et des institutions judiciaires, à l’Institut de Recherche Juvénile (IJR) avec la création d’un département de sociologie en 1926, dans la mise en place du Chicago Area Project4 en 1931, auprès du bureau de libération conditionnelle où ils créent un poste de sociologue en 1933 puis trois postes en 1939, enfin par leur participation à de nombreuses commissions d’évaluation du système judiciaire. Leurs tâches sont multiples : il leur faut définir un nouveau champ de recherche (Park, Burgess, 1921 ; Sutherland, 1924), comprendre la délinquance et la criminalité à partir de tendances sociales générales ainsi qu’à travers l’expérience du délinquant (Shaw, McKay et leurs publications à l’IJR, 1929 - 1942); proposer leurs connaissances et compétences en vue de prévenir et traiter les « comportements anti-sociaux ». Les sociologues contribuent également, via le criminologue d’état en poste au Département d’Aide Publique (Department of Public Welfare) depuis 1917 et le département de sociologie de l’IJR dès 1926, à fournir des informations, contenant des données sociales, psychologiques et médicales sur chaque individu, au Bureau de Libération Conditionnelle sur les détenus à la suite de leur condamnation (Bruce, Harno, Burgess, 1928, 73). Mais ces connaissances ne seront véritablement prises en compte qu’à partir de 1927 avec le recrutement de 6 membres s’ajoutant aux 3 existants, ce qui devait permettre d’éviter des décisions de libération approximatives et superficielles dues à une charge de travail trop importante5. L’usage de ces informations constituera la base de la méthode clinique mise en oeuvre, qui s’avèrera plus ou moins efficace en raison de problèmes persistants6.

  • 7 Cf. “Needed – A Sociologist” in id., p. 188, et autres mentions de la nécessité du recours à la soc (...)
  • 8 Ceci montre que les sujets matières à prédiction sont très variés (Burgess, 1950, 47-52) ; l’élabor (...)

7Lorsque Burgess érige la prédiction en tant que « but des sciences sociales » et argumente en faveur de la prédictibilité des comportements sociaux (Burgess, 1929, 533), son objectif est double : il s’agit, d’un côté, de légitimer la scientificité des sciences sociales au même titre que les « sciences de la nature », de les techniciser par l’élaboration des tables d’ « expectation » afin qu’elles deviennent des partenaires sociaux incontournables7, une science d’expertise dans des domaines comme le travail social, la justice, sur des sujets tels le risque de récidive en libération conditionnelle, en probation (Reiss, 1949), ou encore, dans un tout autre registre, la probabilité d’adaptation d’un couple au mariage en fonction de son adaptation aux fiançailles8. D’autre part, à travers l’étude The Workings of the Indeterminate-Sentence Law and the Parole System in Illinois, menée dès janvier 1927 à la demande du président du Bureau de Libération Conditionnelle, Hinton G. Clabaugh, par les universitaires Andrew A. Bruce, Albert J. Harno et Ernest W. Burgess, avec ses étudiants Clark Tibbitts et John Landesco (Bruce, Burgess, Harno, août 1928, ix), il s’agit de convaincre du bien-fondé du système de libération conditionnelle. Lors d’un symposium organisé par le journal Herald Examiner, Burgess déclare, « les méthodes de sévérité [plaidée par les hommes d’affaires pragmatiques] et d’indulgence [plaidée par les humanistes] ont toutes deux été essayées en pratique. Toutes deux ont échouées. Pourquoi ne pas se tourner, à la place, vers [l’application des méthodes et des découvertes de la science aux problèmes de la criminalité et du criminel] les principes de classification, de prédiction scientifique, et l’étude de cas (social case work) ? » (Burgess, 1929-33, EWB, 193 : 1).

8Au cœur de l’alliance entre justice et sciences sociales, la table de prédiction, jouissant du prestige de son caractère statistique, sert les intérêts mutuels de ces deux domaines. Mais il n’a jamais été question, pour les sociologues, d’en faire un usage exclusif. Burgess souligne l’importance de l’usage complémentaire de méthodes qualitatives, notamment lorsqu’il cite en exemple le département d’ajustement de l’institution pénitentiaire du Maryland : « depuis le 1ier octobre 1931, 2000 hommes ont été interviewés et aidés. Ainsi, le superintendant des prisons peut tâter le pouls de ces hommes intra muros. Il peut se placer lui-même dans la position de la personne incarcérée et regarder les choses de son point de vue. Ce département est aujourd’hui agrandi et tous les contacts entretenus avec les prisonniers sont attachés à des études de cas (case histories) » (Burgess, 1936, EWB, 193 : 1). Le concepteur de la table de prédiction chicagoane défend la contribution égale de ces deux types de méthodes, dont « l’interaction (…) va sans aucun doute porter ses fruits » (Burgess, 1927, 120).

1.2. Une première tentative de systématisation des facteurs sociaux : les tables de prédiction

  • 9 Burgess, Shaw et McKay, et même Sutherland à ses débuts adoptent cette perspective multifactorielle (...)

9La dernière partie du travail du comité d’évaluation sur le système d’individualisation de la peine, écrite par Ernest Burgess avec l’aide de son étudiant Clark Tibbitts, est consacrée aux facteurs déterminants de la récidive en libération conditionnelle. A partir d’un échantillon aléatoire de 3000 détenus des institutions Menard, Pontiac et Joliet, libérés sous conditionnelle entre 1923 et 1925, 22 facteurs sociaux objectivés et standardisés sont testés : ce nombre important, caractéristique de la perspective multifactorielle adoptée par les sociologues chicagoans9 pour expliquer la délinquance et la récidive, leur offre une vue d’ensemble sur les aspects significatifs et scientifiquement vérifiés dans la perpétration d’un délit ou crime après une expérience d’incarcération. Cependant, les données statistiques sur la libération conditionnelle comportent certaines failles : « dans le large éventail de statistiques criminelles (souvent loin d’être parfaites), affirme Burgess, celles sur la libération conditionnelle sont les moins satisfaisantes » (Burgess, 1936, EWB, 193 : 1). L’hétérogénéité des taux de violations reportés dans les différents états américains, au sein de différentes institutions carcérales d’un même état, variant entre 0.1 à 49 % (Wright, Robert J. in Burgess, ibid), empêche toute comparaison ; et le problème le plus évident, que Burgess dénonce, est l’absence d’une définition commune de la libération conditionnelle aux Etats-Unis. En ce qui concerne l’Illinois, une libération n’est possible qu’après un an de détention au minimum, et elle doit s’ensuivre de cinq ans de supervision selon les statuts du bureau de 1927. L’ancien détenu est alors contraint d’obéir aux lois et aux règles de la conditionnelle, soit l’interdiction de sortie du territoire de l’état, le respect de couvre-feux, ou encore l’obligation de signer un rapport mensuel certifiant le respect des conditions de libération. Les violations majeures, perpétration d’un nouveau crime ou délit, ou mineures, transgression des règles propres à la libération conditionnelle, donnent suite à une réincarcération immédiate, sans procès judiciaire.

  • 10 Par exemple, il y a amalgame entre le taux de criminels professionnels libérés et incarcérés, or ce (...)
  • 11 Cf. table p. 9 de cet article: les résultats portent normalement sur chacune des 3 institutions cor (...)

10D’autres réserves importantes doivent être formulées sur la mesure de la récidive et de la réhabilitation, la correspondance approximative entre le nombre de violations connues et inconnues, les ambiguïtés liées au nombre de violations mineures connues comme indice de non réhabilitation, la différence entre le taux de violations signalé pendant la période sous contrôle judiciaire et sur le long terme ; enfin, nous pourrions également mentionner des distinctions mal définies par les sociologues de l’époque, entre la réhabilitation, ou le respect des lois, et la réformation, indiquant un changement de valeurs et d’attitudes plus radical, entre le profil de la population carcérale et celui de la population libérée10. Malgré ces aléas, une table de prédiction est érigée, dont nous donnons une illustration (voir le tableau 1 en annexe). Les taux obtenus qui sont supérieurs au taux moyen de violations, 25,7% dans les trois institutions, indiquent une propension à la récidive, alors qu’un taux inférieur correspond à l’inverse à une propension à la non récidive11.

11Bien qu’elle puisse paraître quelque peu simpliste aujourd’hui, la table de prédiction de Burgess fut utilisée dès 1933 pour la sélection des candidats à la conditionnelle : « c’est une chance, note Burgess, qu’un état, l’Illinois, a introduit son usage dans la sélection des candidats à la libération conditionnelle dès 1933, à peu près cinq ans après que les deux premières études [sur la table de prédiction] aient été menées. A cette époque, un sociologue et statisticien a été recruté dans chacune des trois prisons d’état » (Burgess, E. W., Introduction in Ohlin, L. E., 1951). Elle sert en tant qu’instrument de pronostic, à partir de scores de 0 à 21, totalisés en fonction du profil du détenu testé, indiquant soit un risque élevé de violation de la conditionnelle lorsque le nombre est bas, soit un risque faible quand le nombre s’approche de 21. 0 est attribué aux facteurs favorisant la récidive (black marks), 1 aux facteurs à effets inverses (white marks), et la somme calculée sur les 21 facteurs est traduite en pourcentage. Son principal apport réside dans la prise en compte systématique des facteurs sociaux dans la décision du Bureau quant aux fins d’incarcération appropriées, dans le degré, la nature et la durée de supervision des anciens détenus.

  • 12 In Bruce, Harno, Burgess, 1928, 68, puis cité in Harcourt, 2003, 113 ; Harcourt, 2007, 53 : Harno r (...)

12Cette nouvelle disposition contraste avant tout avec les prises de décision du Bureau avant 1927, essentiellement calquées sur les avis favorables ou défavorables exprimés par le juge et le procureur lors du procès en raison de l’état chaotique et inutilisable du matériel sur la situation sociale des détenus12. Or, dans ce cas, leur marge de manœuvre pour déterminer la durée d’incarcération faisait difficilement sens, puisque les avantages revendiqués d’une décision du Bureau, tels l’accès à des données sociales sur le détenu, la prise en compte de l’évolution des attitudes et valeurs du détenu, n’avaient que peu de portée réelle. La table de prédiction confère au Bureau un pouvoir effectif de décision en cohérence avec les principes d’individualisation de la peine. Elle lui offre une meilleure lisibilité des facteurs sociaux liés à la récidive, des similarités et différences entre les détenus candidats à la libération conditionnelle ; elle est simple et rapide à utiliser.

13Malgré tout, la question suivante demeure : « le détenu A, candidat à la libération conditionnelle, va-t-il faire parti des 1 ½ pour cent qui violent la conditionnelle ou des 98 ½ % qui suivent les règles, le détenu B est-il plus proche de l’un des 30 % qui transgressent les règles de la conditionnelle ou des 70 % qui suivent ses principes (etc.) ? » (Burgess, 1938, EWB, 193 : 1). Elle rend la réflexion des membres du Bureau indispensable, indépendamment et en complément du pronostic de la table. Aussi, ses faiblesses, comme la perspective statique et horizontale qu’elle suppose, occultant l’expérience du détenu, son parcours, l’effet de son incarcération et les modifications possibles de son comportement et de ses valeurs (Ohlin, 1949, EWB, 135 : 2), l’absence de mesure précise du degré d’impact de chaque facteur social en jeu en fonction de chaque détenu (Benson, 1940, EWB, 36 : 4), enfin, l’absence de mise en relation entre les facteurs (Clark, 1939, EWB, 35 : 7 ; Ohlin, 1949, EWB, 135 : 2), appellent à recourir aux méthodes cliniques, aux études de cas ou, mieux encore, aux histoires de vie.

1.3. Récidive et réhabilitation : des processus sociaux

14Pour les auteurs du manuel sur l’individualisation de la peine, une formation dans le travail social ou en sociologie apparaissait nécessaire pour réaliser les enquêtes sur la condition sociale des détenus. L’étude de cas (case work, case study) constituait pour eux la méthode d’investigation par excellence. Cette dernière consiste, comme l’explique Clifford Shaw, en « l’accumulation de matériel brut sous la forme de cas, décrits en détail, avec les données psychiatriques, psychologiques et médicales traditionnelles, tout comme l’origine culturelle de la famille et de la communauté, et l’histoire de vie et les relations sociales de l’individu » (Shaw, 1928-30, EWB, 136 : 9). L’histoire de vie du délinquant, composée d’une autobiographie commentée par le sociologue et d’autres documents dont le casier judiciaire, était qualifiée d’« étude de cas détaillée ». En révélant des séquences d’événements auxquels l’individu répond, la façon dont sa personnalité sociale se manifeste au cours de son parcours de vie, ses valeurs, ce type de méthode est le reflet de la perspective (micro-) processuelle initiée par les fondateurs de la sociologie de Chicago, en particulier William I. Thomas, et adoptée par ses successeurs, pour lesquels « le monde social est envisagé comme un ensemble de processus [] rien n’est fixé définitivement (…) » (Abbott, 2005). A l’Institut de Recherche Juvénile, les histoires de vie rassemblées à partir des comptes-rendus autobiographiques de détenus avaient pour fonction de dévoiler la formation de leur personnalité, la création d’un rôle criminel, soit la récidive – parfois aussi la réhabilitation – en tant que processus social.

15Face au constat du faible succès, The Jack-Roller mis à part, de l’histoire de vie en tant que méthode des sciences sociales, le sociologue Gilbert Geis souligne son maigre apport sociologique ; aussi, d’après lui, les idées clés de « processus » (et de « carrière ») ont peut-être été innovantes aux débuts de la sociologie, mais elles sont aujourd’hui des lieux communs (Geis in Snodgrass, 1982, 121-134). L’histoire de vie fait partie du folklore, du patrimoine sociologique d’où sa banalité apparente, pourtant, elle n’est que rarement intégrée en tant que mode effectif de connaissance. Or elle ne manque pas de pertinence. Nous aimerions souligner deux aspects contributifs de cette méthode, avec pour illustration le cas de Stanley, présenté dans The Jack-Roller, (Shaw, 1930). L’avantage de son récit est qu’il retrace un parcours de vie sur près de 70 années, avec deux écrits publiés, l’un sur ses vingt premières années, l’autre, The Jack-Roller at Seventy (Snodgrass, 1982), sur les 50 années suivantes. Aussi, tandis qu’un pronostic à partir de la table de Burgess tendrait à souligner un risque de récidive important, sa propre histoire, en 1930, est celle du parcours d’un délinquant sur la voie d’une réhabilitation. Durant les cinq années suivant sa libération, le jeune homme, selon Shaw, a abandonné ses activités délictueuses, et, avec le soutien du sociologue, il se rapproche progressivement d’un mode de vie conventionnel.

16L’histoire de Stanley rend compte des subtilités se profilant derrière les notions de « succès » ou d’ « échec » à la suite d’une expérience carcérale. Le manque de standardisation de l’histoire de vie qui constitue son point faible est également constitutif de sa valeur car il compense le caractère rigide des catégories de la table de prédiction. Alors que The Jack-Roller annonçait la réinsertion sociale du garçon, les événements suivant la publication de l’ouvrage, sa tentative de hold-up et sa réincarcération à Bridewell, les déboires de son mariage et ses deux hospitalisations en psychiatrie, rompent avec le portrait arboré d’une happy end. Les commentaires mitigés sur le parcours de Stanley, « clairement réformé » pour Solomon Kobrin puisqu’aucune violation sérieuse et persistante de la loi n’a été perpétrée, « loin de la norme » aux dires de Geis et évidemment marginal sans être un échec selon James Short, démontrent qu’évaluer un tel parcours comme un « succès » ou un « échec » est extrêmement restrictif. Cette histoire de vie met à jour la distinction entre la réforme du délinquant évaluée en fonction des critères de la classe moyenne et sa réhabilitation, impliquant l’abandon de la perpétration régulière d’actes délictueux mais aussi la persistance d’un décalage vis-à-vis des critères de bienséance et de respectabilité de groupes sociaux « conventionnels ». Instable, impulsif et marginal, mais respectant les lois, la personne de Stanley révèle la complexité du processus de réhabilitation du délinquant.

17Le potentiel clinique de l’histoire de vie, souligné par Shaw, se caractérise par son aptitude à divulguer la personnalité de l’autobiographe à partir de ses réactions à différentes situations sociales et de sa manière de conter les événements successifs. La méthode a permis à Shaw de repérer les contextes sociaux les plus favorables à la réhabilitation de Stanley, les mieux adaptés à son caractère individualiste et à sa forte susceptibilité. Aussi, dans son cas, l’histoire de vie apparaît comme un moyen de nouer une relation d’échange, de permettre une « conversation entre classes (sociales) » (Snodgrass, 1982, 11) encourageant à une autoréflexivité bénéfique au processus de réhabilitation. Jon Snodgrass et Stanley lui-même soulignent l’importance du rôle de Shaw dans ce revirement social : la relation informelle, durable et intime avec le sociologue et ancien contrôleur judiciaire, une figure paternelle admirée par ce garçon, contraste avec les relations formelles des agents de probation et de libération conditionnelle entretenues avec les individus sous leur contrôle (Problem of sponsorship in one parole district, ar. 1943, EWB, 36 : 4), peu significatives. En définitive, la table de prédiction devait et pouvait certainement servir comme indicateur du degré de supervision à exercer auprès d’un ancien détenu sous libération conditionnelle, mais l’étude de cas ou l’histoire de vie sembla bien plus utile pour définir un programme de suivi socio-judiciaire adapté, comme l’exigeait l’idéal judiciaire de réhabilitation.

2. Perspicacité sociologique et difficultés du traitement judiciaire de la récidive

2.1. Le bilan

  • 13 Nous pouvons supposer qu’il y ait eu un peu plus d’histoires collectées, car certaines ont été perd (...)
  • 14 En 1926, on dénombre 4986 détenus (Burgess, EWB, 35 : 1) puis plus de 15000 en 1939 (Puttkammer, 19 (...)
  • 15 Cf. les commentaires de l’archiviste Gary Stockton, 1983 à la Chicago Historical Society, par rappo (...)

18Dans l’ensemble, l’usage de l’histoire de vie fut relativement limité lorsque l’on compare les quelques 133 autobiographies de détenus conservées dans la collection d’archives Life Histories, Institute of Juvenile Research par la Société Historique de Chicago13, avec l’ensemble de la population carcérale annuelle à Pontiac, Menard et Joliet, comptant entre 5000 et 10000 individus14. Son utilisation peu fréquente s’explique certainement par le temps et l’énergie qu’une telle méthode nécessite ; c’est également pour cette raison que sa version abrégée, l’étude de cas, semblait mieux adaptée au travail social et aux activités du Bureau de Libération Conditionnelle. Seules trois histoires furent publiées, suivies d’un arrêt abrupt de la collecte, comme le montre l’absence de ce type de documents dans les archives après 194015. Cet abandon soudain est intriguant, d’autant plus que Shaw, principal instigateur de ces travaux, reste à la direction du département de sociologie de l’Institut de Recherche Juvénile jusqu’à sa mort, en 1957. Les recherches du sociologue et historien James Bennett nous conduisent à privilégier deux hypothèses à ce sujet : contrairement à The Jack-Roller, les publications de l’histoire de Sidney (1931) et de celle des frères criminels (1938) eurent un bien moindre succès, en partie en raison de la redondance des trajectoires et des commentaires sociologiques. Ainsi, l’une des visées des sociologues via l’histoire de vie, soit la diffusion des travaux auprès d’une large audience, est dès lors compromise. La seconde explication probable est que le Chicago Area Project, promu à travers les histoires de vie (Bennett, 1981, 208), demandait un investissement tel de la part de Shaw, son initiateur, qu’il fut contraint d’abandonner ses travaux de recherche. Lors d’une conversation, Henry McKay confie à Bennett que « cette activité [pour le Chicago Area Project] prenait tellement de temps à Shaw que [j’ai] du faire le plus gros du travail de la dernière histoire de vie publiée, Brothers in Crime » (Bennett, 1981, 167).

19Au Bureau de Libération Conditionnelle, malgré des efforts d’amélioration considérables avec le recrutement de 25 membres dont cinq enquêteurs en 1939, le recours aux méthodes cliniques dans les décisions de libération reste problématique : Sam Daykin, sociologue et statisticien (actuarist) au Bureau, déclare au sujet des données sociales sur les détenus, « [ce matériel] est presque insignifiant, lorsqu’il est mis à la disposition des Bureaux de Libération Conditionnelle, car soit il est difficile à comprendre, soit les données sont trop mal regroupées lorsqu’elles leur sont présentées » (Daykin, 1938, EWB, 35 : 7). De plus, le potentiel clinique des études de cas par rapport au suivi socio-judiciaire des anciens détenus semble inexploité par les sponsors, en raison de leur charge de travail, comme en atteste certains témoignages concordants, restitués dans un document d’archives, « c’est tout juste un arrangement de papier » ; « combien de fois je vois mon sponsor ? Une fois par mois, lorsqu’il me signe mon rapport » ; « mon sponsor est un homme sympathique, mais il ne sait rien de ce que je fais » etc. (Problem of sponsorship in one parole district, ar. 1943, EWB, 36 : 4). Alors que le Bureau est à son apogée en 1939, avec « la meilleure administration de l’histoire de l’état » et l’ « une des mieux classés [du pays] » (Burgess, 1939, EWB, 193 : 2), le professeur de droit Puttkammer constate aussi l’absence totale de supervision des individus en conditionnelle (Puttkammer, 1939, EWB, 193 : 2). Pourtant, la fonction accordée à la table de prédiction adoptée par le Bureau et validée par l’Etat est justement de déterminer le degré de supervision par rapport à chaque profil social de détenus, plus encore que de sélectionner les condamnés à libérer. En l’état, les recommandations d’usage de Burgess demeurent lettres mortes. L’outil se voit donc confiné aux procédures décisionnelles, où son utilisation exclusive et mécanique est théoriquement proscrite, mais concrètement probable, étant donné le temps extrêmement limité consacré à chaque candidature lors des réunions mensuelles du Bureau. Les trois sociologues et statisticiens recrutés avaient pour fonction l’élaboration de pronostics et leurs efforts intellectuels, relayés par bien d’autres chercheurs, se concentraient sur l’amélioration des tables, de leur efficacité prédictive dans un contexte d’individualisation de la peine et de libération conditionnelle fragile, dont ils se préoccupaient moins.

20Or, la situation de 1937 annonce bien les difficultés que rencontrera le système de libération conditionnelle. Bon nombre d’inquiétudes font surface : « la libération conditionnelle est-elle en danger ? » (New York Times, 1936, EWB, 193 : 1) ; « doit-on abolir le système de la libération conditionnelle ? » (Puttkammer, 1939, EWB, 193 : 2). Elles ont pour origine les « escapades illégales » en 1936 de cinq anciens détenus en conditionnelle s’étalant sur quatre jours à Chicago, au cours desquelles trois d’entre eux furent abattus par des policiers. Sous la pression des média et du public, le Bureau de Libération réagit en réduisant le nombre de sorties carcérales à 500 individus l’année suivante au lieu des 2500 libérations accordées précédemment chaque année. Cette régression résulta sur le développement d’un sentiment d’injustice dans les prisons, notamment à Joliet où s’organisa, fin 1937, une grève de la faim puis se déclarèrent des émeutes (Burgess, 1937, EWB, 193 : 2). Cette même année, le projet de loi Ward-Schnackenberg, dont l’objectif était de réduire le pouvoir du Bureau de Libération Conditionnelle et de donner au juge le droit de fixer une durée de peine minimale et maximale à partir de laquelle le Bureau pouvait agir, fut soutenu par l’opinion publique, hostile à la conditionnelle, impopulaire et mal comprise. Elle était considérée comme une mesure d’indulgence, soucieuse du bien-être des condamnés au détriment de la sécurité des citoyens « honnêtes ». Tenaces et revivifiés lors d’événements tragiques, ces préjugés obligèrent les chercheurs pénalistes à un travail d’information, d’explicitation civique, sous peine de devoir abandonner le système judiciaire aux tergiversations d’une opinion influençable et peu éduquée. Le projet de loi ne prôna pas ouvertement l’abolition de la libération conditionnelle, mais ses intentions sous-jacentes furent dévoilées par la communauté intellectuelle et réformiste :

« Son adoption équivalait à la fin de la libération conditionnelle. Ca a été la tendance dans les états où des lois de ce type sont en vigueur. Les peines de prison sont souvent définies avec une durée minimale et maximale si proches l’une de l’autre (‘pas moins de cinq ans ni plus de cinq ans et un jour’) que la libération conditionnelle est exclue et des peines fermes ainsi qu’une libération sans surveillance ont de nouveau cours. En effet, certains des partisans du projet ont franchement admis leur souhait de revenir vers des peines déterminées » (Puttkammer, 1939, EWB, 193 : 2).

21Compte tenu de l’opposition au projet de bon nombre d’associations influentes de la ville de Chicago, le Gouverneur Horner lui opposa son veto. Aucune dissension semblable n’eut lieu par la suite, mais les difficultés du Bureau à agir en accord avec les principes de l’individualisation de la peine persistèrent. Dans un document écrit après 1945, il lui fut reproché son traitement expéditif des détenus, sa tendance à fonctionner comme « un bureau de condamnation suivant la procédure des peines fermes et déterminées » (Parole, report on corrections, 1946, EWB, 36 : 4).

2.2. Vers un retour de la justice punitive

22Malgré le caractère rudimentaire des outils statistiques au début du siècle dernier, nous pourrions qualifier le trio de sociologues, Burgess, Shaw et McKay, de « perspicaces » quant à la perspective méthodologique qu’ils adoptèrent. Ils étaient conscients des limites de chaque méthode employée, à savoir la conception atomiste de la société que donnent les statistiques, outil peu apte à rendre compte des interactions et des processus sociaux mais jouissant du prestige propre aux formules mathématiques et aux données de masse considérées comme plus scientifiques, ou encore l’impossibilité de standardisation des études de cas et des histoires de vie, pour cela souvent dévalorisées. Burgess, dans ses articles, insistera souvent sur « l’état d’enfance des sciences sociales ». Sa remarque peut sembler témoigner d’un signe de naïveté. Doit-on y voir la marque d’une illusion sur le progrès scientifique, possible pour les sciences de la société de la même manière que pour les sciences de la nature ? Elle peut être aussi analysée comme un signe de modestie, à l’image des personnalités de Burgess et de Shaw, l’un décrit comme un homme calme,  sympathique et humble, le second comme un être chaleureux et prévenant. Les propos de Shaw rapportés à A. J. Reiss quant aux activités de prévention de la délinquance attestent de sa clairvoyance : « Je ne crois pas, explique-t-il, qu’il y ait une ville [Chicago] dans ce pays qui ait plus d’agences sociales ou d’autres groupes qui travaillent avec les gens. Et pourtant, nous avons le taux de récidive le plus élevé du pays. Cela signifie qu’augmenter le nombre d’agences ne va pas nous aider. (…) De plus, il semble que (…) l’Institut [de Recherche Juvénile] n’est pas un facteur vital dans le processus de réhabilitation » (Reiss, 1946, EWB, 36 : 5). Shaw, guidé par sa quête de savoir et malgré son attachement à la cause réformiste, encouragea d’ailleurs Reiss à orienter ses recherches vers les limites de l’intervention sociale dans le processus de récidive ou de réhabilitation. Ainsi, les méthodes utilisées pour la connaissance du monde social comme pour le traitement social étaient considérées comme fragmentaires. La peine de sursis et la conditionnelle étaient estimées insuffisantes pour assurer la réinsertion sociale des condamnés car l’unité de traitement était l’individu et non la communauté. Le programme du Chicago Area Project, devait compenser cet écueil en aidant à la réorganisation des quartiers pauvres grâce à la coopération des résidents, et en contribuant à la réinsertion des anciens détenus. Même à l’égard de ce projet, une prise de distance peut s’observer lorsque Shaw soutient la thèse d’un processus naturel de réforme pour la plupart des délinquants.

  • 16 Cf. Reynolds, 1995, 79 au sujet de John Landesco ; l’auteur s’interroge et propose des hypothèses q (...)

23En même temps, les sociologues se montraient soucieux des conditions et du contexte d’usage de leurs méthodes. La protection de la société devait passer par la prévention de la délinquance et de la récidive sur plusieurs fronts, la réhabilitation des délinquants et criminels mais aussi le développement de peines alternatives plutôt qu’une incarcération excessive des inculpés. Afin de mieux servir les principes d’individualisation de la peine, la table de prédiction de Burgess fut clairement destinée au Bureau de Libération Conditionnelle et, contrairement à celle du couple Glueck, moins précautionneux, non au juge lors du procès. Cette orientation leur a valu deux types de reproches, avec d’un côté, des accusations de sentimentalisme nuisible à la société, vis-à-vis desquelles ils se sont ardemment défendus, de l’autre des critiques sur leur complicité avec les élites de la ville et leurs revendications trop policées. Gilbert Geis, par exemple, s’étonne de « l’indifférence apparente de la part de Shaw et de Burgess par rapport aux conditions de vie carcérales décrites par Stanley [dans The Jack-Roller] » (Geis in Snodgrass, 1982, 123), une description de la misère et de la malveillance prise selon lui avec légèreté, voire ignorée. Il était fait mention des difficultés rencontrées par le système judiciaire, de la surpopulation carcérale, de la relation problématique entre la politique et la justice. Mais il est vrai qu’ils évitèrent un certain nombre de questions politiques sensibles et considérées non sociologiques comme les lois de prohibition ou le lien entre le crime organisé et la politique16. Resitués dans leur contexte, les idées du Chicago Area Project, souvent mises en contraste avec le radicalisme de Saul Alinsky (Short in Snodgrass, 1982, 147), en soutenant le leadership des membres des communautés défavorisées plutôt que les compétences des travailleurs sociaux non indigènes, étaient plus incisives qu’elles ne le semblent aujourd’hui. Cependant, l’approche générale des sociologues de Chicago consistait en une valorisation de la coopération entre la recherche en sciences sociales et les différents agents du système social (‘work within the system’) en vue de l’améliorer. Ce rapport de conciliation était privilégié tant entre la recherche et la pratique sociale qu’au sein même de la sociologie de la délinquance et de la criminalité, entre méthodes quantitatives et qualitatives.

  • 17 Cf. Chapoulie, 2001, 200, expliquant que l’usage ou non de statistiques en 1950-60 constituait une (...)

24La configuration consécutive de la sociologie américaine aviva les dichotomies théorie – empirie, méthodes quantitatives – qualitatives, avec le développement de nouveaux centres de recherche sociologique privilégiant d’un côté les méthodes statistiques appliquées à Columbia, sous l’influence de Paul Lazarsfeld recruté en 1940, de l’autre appelant, sous l’égide de Talcott Parsons, promu directeur du département de sociologie de Harvard en 1944, à la consolidation d’un système théorique en sciences sociales susceptible d’apporter plus de légitimité au champ universitaire. Quant au département de sociologie de l’Université de Chicago, il fut en proie à une véritable crise institutionnelle en 1951-1952, du fait d’une rupture générationnelle due au départ en retraite de Burgess et de Ogburn, du décès de Wirth et de la mutation de Blumer à Berkeley, ainsi que de problèmes financiers. Les tensions et rivalités interpersonnelles s’intensifièrent en l’absence de figures charismatiques et fédératrices. Elles allèrent bien au-delà des positionnements intellectuels et inclurent les questions d’ordre méthodologique opposant des camps bien définis17. Les adeptes des méthodes qualitatives, Blumer et Hugues, mirent l’accent sur des situations sociales particulières et l’interactionnisme symbolique, donc sur la méthode d’observation participante au détriment des histoires de vie, moins appropriées. Ainsi, Becker résume la tendance observée après 1950 : « (les professeurs) connaissent bien les histoires de vie et demandent à leurs étudiants de les lire. Mais ils ne pensent ordinairement pas à collecter des documents d’histoires de vie ou à intégrer la technique dans leur approche de recherche » (Becker, 1970, 71-72).

  • 18 Cf. la thèse d’Albert J. Reiss, Jr. intitulée The Accuracy, Efficiency and Validity of A Prediction (...)

25Les statisticiens du Bureau de Libération Conditionnelle et sociologues de Chicago, entre autres Ferris F. Laune et Clark Tibbitts, puis entre 1947 et 1954 Lloyd Ohlin, Otis Duncan, Daniel Glaser et Albert J. Reiss travaillèrent au perfectionnement de l’instrument de prédictibilité. L’échantillon de base de la table de prédiction fut élargi ; les différentes tables proposées furent évaluées avec l’aide, par exemple, de la contestable « réduction du pourcentage d’erreur » (percentage reduction in error) de Ohlin et Duncan ; des tentatives de prise en compte du poids des différents facteurs en jeu ainsi qu’une annexion de variables difficilement quantifiables furent initiées ; enfin, une évolution des tables vers une réduction du nombre de facteurs et une homogénéisation des échantillons pour gagner en efficacité fut préconisée, notamment dans la thèse doctorale de Reiss18.

  • 19 Pour plus de détails sur l’usage des méthodes actuarielles aujourd’hui et les conséquences qui en d (...)

26C’est ce type d’orientation des recherches que Bernard Harcourt met en exergue et qu’il perçoit comme l’élément central des transformations de l’orientation judiciaire de 1970 à aujourd’hui. Ce dernier nous offre, à travers ses travaux (Harcourt, 2003, 2005, 2007), un aperçu des dernières évolutions judiciaires américaines, au-delà de l’exemple particulier de l’état d’Illinois, que nous pourrions résumer ainsi : l’usage des méthodes actuarielles resta une spécificité de l’Etat d’Illinois jusque dans les années 1970, lorsque d’autres états suivirent son exemple tout comme l’United States Parole Commission, instaurant un « guide » de libération conditionnelle (parole guidelines) centré sur un nombre restreint de facteurs clés, dont la majorité est lié au casier judiciaire. En 1978, un revirement complet de la politique judiciaire en Illinois s’opéra. La libération conditionnelle fut abolie et l’Etat revint aux principes de la peine déterminée, à l’image de la Californie, du Maine et de l’Indiana. Quant aux méthodes actuarielles, elles se perpétuèrent sous une autre forme et s’étendirent à un tout autre contexte d’usage sous le label de « guide de recommandations de sanction » (sentencing guidelines), mis à disposition du juge pendant le procès. Différents modèles furent expérimentés au niveau des états comme au niveau fédéral. Vers la fin 1986, la commission fédérale chargée des guides remit son projet, inspiré par les modèles en usage au Bureau de Libération Conditionnelle, mais simplifiés pour faciliter leur utilisation. Deux facteurs principaux, le degré de gravité du délit et le casier judiciaire, y furent pris en compte et permirent de déterminer une durée de peine minimale et maximale pour les inculpés, au service de deux objectifs judiciaires, l’uniformité du traitement des inculpés et la proportionnalité du traitement en fonction de l’infraction commise. Les caractéristiques sociales des détenus, telles que le statut socioéconomique, le parcours scolaire et professionnel, les liens et les responsabilités familiales etc., en furent exclues car considérées comme non pertinente dans l’attribution de peines. Dans la pratique, une alternative classique aux guides se développa, la négociation des chefs d’inculpation (plea bargaining et charge bargaining). Avec le développement de guides à disposition des juges excluant les facteurs sociaux, et celui des négociations de peines, les décisions de la justice pénale s’éloignèrent alors distinctement des objectifs auparavant centraux de réhabilitation et de réinsertion sociale des délinquants et criminels, dont l’élément fondamental résidait dans la flexibilité de la durée de peine et une attention tournée vers l’évolution du détenu pour décider de sa libération19.

Conclusion

27Le retour ou détour par l’histoire du Bureau de Libération Conditionnelle et par l’approche méthodologique des sociologues de Chicago, leurs réflexions, nous offre des clés pour comprendre la situation présente, et par contraste pour la mettre à distance. La situation du Bureau en 1937, par exemple, démontre que l’existence d’un système de libération conditionnelle ne signifie pas pour autant qu’il est effectif, tout particulièrement lorsqu’il est soumis à de fortes pressions médiatiques et publiques. De plus, les mises en garde passées quant aux dérives possibles d’un système d’individualisation de la peine vers des peines déterminées semblent avoir été oubliées, l’application de guides à la décision (guidelines) par les juges, sous-jacent au projet de loi Ward-Schnackenberg et décriée par le professeur Puttkammer, s’est généralisé. Enfin, le recours privilégié aux méthodes actuarielles par rapport aux méthodes cliniques du Bureau de Libération Conditionnelle, son usage parfois exclusif, considéré comme un mésusage par les sociologues de l’entre-deux guerres car il transforme la structure en « bureau d’attribution de peines usant d’une procédure de peine ferme ou déterminée (…), un type de procédure identique à celui que le juge utilise et que le bureau de libération conditionnelle devait éliminer » (Parole, report on corrections, EWB, 36 : 4), s’est considérablement banalisé. En cela, l’expansion et la routinisation des méthodes actuarielles dans le système pénal, suivant certainement un processus généralisé de modernisation de la société décrit par Balandier comme « la [réduction de] la marge laissée à l’empirique, la [substitution] au jugement individuel et concret des procédures de décision ‘techniques’, c’est-à-dire toute faites et automatiques » (Balandier, 1985, 159), en plus de leurs nouveaux attributs, sont des ferments d’une justice rétributive, c’est-à-dire d’un retour à une formule abstraite et automatique de la loi avec une considération prégnante du crime au détriment de la personne sociale ayant commis une infraction pénale, d’objectifs de protection de la société par l’intimidation et l’incapacitation plus que par la réhabilitation sociale des délinquants.

  • 20 Nous optons pour le terme « alter-moderne », par opposition à la définition plus classique de « mod (...)

28Aussi, les scissions méthodologiques dans les sciences sociales, le déséquilibre dans la pratique judiciaire entre méthodes actuarielles et méthodes cliniques, prolongements respectifs de méthodes quantitatives et qualitatives, ainsi qu’une décontextualisation de l’usage des outils de prédiction, apparaissent comme des mécanismes contribuant aux transformations de l’orientation judiciaire américaine. Si l’on accepte le fait que la modernité ne se résume pas au progrès scientifique et à la sophistication technique, l’approche méthodologique des sociologues de Chicago, malgré d’incontestables limites, un caractère rudimentaire et des signes épisodiques de naïveté, pourrait être qualifiée d’alter-moderne20. Ces derniers manifestaient un souci tout particulier d’équilibre méthodologique au sein de leur discipline comme dans la pratique judiciaire. Ils avaient souligné l’importance des conditions d’usage de leurs outils et mené des réflexions abondantes sur une justice au plus proche des besoins de chaque catégorie d’acteurs. En guise de conclusion, nous aimerions inviter au développement de réflexions éthiques sur la justice et sur les instruments, les méthodes et les techniques dont elle dispose, car « l’approche actuarielle (…) implique une décision politique et morale sur le type de monde que nous créons. Un choix normatif doit être fait. Le problème, s’il y en a un, n’est certainement pas la prolifération de nombres, ni l’identification de régularités statistiques. Le problème, c’est plutôt ce que nous faisons avec ses informations » (Harcourt, 2003, 149).

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A., 1999, Department and Discipline, Chicago Sociology at One Hundred, The University of Chicago Press, Chicago.

Abbott, A., Mars 2005, Le concept de l’ordre social et la sociologie des processus de l’École de Chicago, Colloque « Robert Ezra Park : son œuvre, son temps », Université Marc Bloch, Strasbourg.

Analysis of problem of Sponsorship in one parole district, author unknown, ar. 1943, RL-SC, EWB, 36, 4, Chicago.

Balandier, G., 1985, Le Détour, Pouvoir et modernité, Fayard, Paris.

Becker, H. S., 1970, Sociological Work: Method and Substance, Aldine, Chicago.

Bennett, J., 1981, Oral History and Delinquency, the Rhetoric of Criminology, The University of Chicago Press, Chicago.

Benson, P. H., 1940, Predicting Behavior, RL-SC, EWB, 36, 4, Chicago.

Benson, P. H. to Burgess E. W., 1941, Letters with Hypotheses relating rate of recidivism to length of time served, RL-SC, EWB, 36, 4, Pontiac, Illinois.

Bogue, D. J. (ed.), 1974, The Basic Writings of Ernest W. Burgess, Community and Family Study Center, University of Chicago, Chicago.

Bogue, D. J., May 2005, Lesser-Known Facets of the Chicago School of Sociology, Panel Presentation, Spring Institute, Chicago.

Burgess, E. W., 1927, Statistics and Case Studies as Methods of Sociological Research, Sociology and Social Research, 12, 103-120.

Burgess, E. W., 1929, Is Prediction Feasible in Social Work? An Inquiry based upon a Sociological Study of Parole Records, Social Forces, 7, 4, 533-545.

Burgess, E. W., ar. 1929-1933, Symposium on parole, Herald Examiner, RL-SC, EWB, 193, 1, Chicago.

Burgess, E. W., 1933, Can Parole Administration be Placed on a Scientific Basis?, RL-SC, EWB, 193, 1, Chicago.

Burgess, E. W., 1936a, Editorial on Parole Statistics, RL-SC, EWB, 193, 1, Chicago

Burgess, E. W., 1936b, Statement on Parole Statistics, RL-SC, EWB, 193, 1, Chicago.

Burgess, E. W., 1937, Prisons and Parole Reform, The Beacon, RL-SC, EWB, 193, 2, Chicago.

Burgess, E. W., 1938a, The Present Status of the Parole Problem, RL-SC, EWB, 193, 1, Chicago.

Burgess, E. W., 1938b, The Future of Parole in Illinois, RL-SC, EWB, 193, 1, Chicago.

Burgess, E. W., 1939a, Parole and Parole Administration, RL-SC, EWB, 193, 1, Chicago.

Burgess, E. W., 1939b, How to Secure a Real Parole Reform, Illinois Labor Notes, vol. 7 n° 3, 1-6, RL-SC, EWB, 193, 2, Chicago.

Burgess, E. W., 1950, Predictive methods and Family Stability, The Annals of the American Academy, 272, 47-52.

Bruce, A. A., Burgess, E. W., Harno, A. J., 1928a, The Workings of the Indeterminate-Sentence Law and the Parole System in Illinois, Springfield.

Bruce, A. A., Burgess, E. W., Harno, A. J., 1928b, Ratio of number paroled to prison population (1897-1926), RL-SC, EWB, 35, 1, Chicago.

Clark, R. E., 1939, Some Current Research in Parole Prediction, RL-SC, EWB, 35, 7, Illinois, Joliet.

Chapoulie, J.-M., 2001, La tradition sociologique de Chicago, 1892-1961, Seuil, Paris.

Daykin, S., 1938, The Use of Prediction Techniques in Parole Administration, RL-SC, EWB, 35, 7, Illinois, Joliet.

Glaser, D., 1950, Predicting the Rehabilitation of Criminals, Report for Sociology 333: Problems and Methods of Prediction, student paper, RL-SC, EWBa, 255, 22, Chicago.

Glueck, S., Glueck E. T., 1930, Five Hundred Criminal Careers, Alfred A. Knopf, Inc, New York.

Harcourt, B. E., 2003, From the Ne’er-Do-Well to the Criminal History Category: the Refinement of the Actuarial Model in Criminal Law, Law and Contemporary Problems, 66, 99-151.

Harcourt, B. E., May 2005, Against Prediction: Sentencing, Policing, and Punishing in an Actuarial Age, Chicago Public Law and Legal Theory Working Paper N°94, Chicago.

Harcourt, B. E., 2007, Against Prediction: Profiling, Policing and Punishing in an Actuarial Age, The University of Chicago Press, Chicago.

New York Times, 1936, Is Parole on The Way Out?, RL-SC, EWB, 193, 1, New York.

Ohlin, L. E., 1949a, Letter to Thorsten Sellin about the parole manual, RL-SC, EWB, 135, 2, Chicago.

Ohlin, L. E., 1949b, Memorandum, preparation of the parole manual, RL-SC, EWB, 135, 2, Chicago.

Park, R. E., Burgess, E. W., 1921, Introduction to the Science of Sociology, The University of Chicago Press, Chicago.

Puttkammer, E. W., 1939, Should the Parole System be Abolished ?, Illinois Labor Notes, vol. 7 n° 3, 6-11, RL-SC, EWB, 193, 2, Chicago.

Reiss, A. J., 1946, Interview with Clifford R. Shaw, Institute of Juvenile Research, August 12, 1946, Time: 11.00 – 12.30, RL-SC, EWB, 36, 5, Chicago.

Reiss, A. J., 1949, The Accuracy, Efficiency and Validity of A Prediction Instrument, Chicago, PhD Thesis.

Report on Corrections, Parole, 1946, author unknown, RL-SC, EWB, 36, 4, Chicago.

Reynolds, M., 1995, From Gangs to Gangsters, How American Sociology Organized Crime, 1918-1994, Harrow and Heston Publishers, New York.

Saleilles, R., 1898, L’individualisation de la peine. Étude de criminalité sociale, Alcan, Paris.

Shaw, C. R., ar. 1928-1933, Case Study Method, SOC 353, RL-SC, EWB, 136, 9, Chicago.

Shaw, C. R., 1930, The Jack-Roller, A Delinquent Boy’s Own Story, The University of Chicago Press, Chicago.

Shaw, C. R., McKay, H. D., 1931, Social Factors in Juvenile Delinquency, Report for the National Commission on Law Observance and Enforcement, Chicago.

Shaw, C. R., McKay, H. D., ed. 1963 (1948), Juvenile Delinquency and Urban Areas, The University of Chicago Press, Chicago.

Shaw, C. R., Moore, M. E., 1931, The Natural History of a Delinquent Career, The University of Chicago Press, Chicago.

Shaw, C. R., Myers E. D., 1929, The Juvenile Delinquent, Chicago, Illinois Crime Survey.

Shaw, C. R., McKay, H. D., McDonald, James F., 1938, Brothers in Crime, The University of Chicago Press, Chicago.

Snodgrass, J., with The Jack-Roller, Geis, G., Short, J. F., Jr., Kobrin, S., 1982, The Jack-Roller at Seventy, A Fifty-Year Follow-Up, Lexington Books, Lexington, Massachussetts.

Stockton, G., 1983, IJR-Life Histories Catalog, Chicago Historical Society, Chicago.

Sutherland, E. H., 1924, Principles of Criminology, The University of Chicago Press, Chicago.

Tonry, M. (ed. with Gottfredson, D.), 1987a, Prediction and Classification: Criminal Justice Decision-Making, The University of Chicago Press, Chicago.

Tonry, M., Hirsh, A., Knapp, K., 1987b, The Sentencing Commission and its Guidelines, Northeastern University Press, Boston.

Tonry, M., 1995, Malign Neglect, Race, Crime and Punishment in America, Oxford University Press, New York.

Haut de page

Notes

1 Par méthodes cliniques, nous entendons l’approche du sujet effectuée par le Bureau de Libération Conditionnelle, à partir des diagnostics du psychiatre, des travailleurs sociaux puis des sociologues, grâce à des entretiens, des études de cas ou des histoires de vie.

2 Les méthodes actuarielles dans la loi pénale correspondent à « l’utilisation de méthodes statistiques sur d’importantes bases de données pour déterminer les différents niveaux d’incrimination associés à un ou plusieurs trait(s) de groupe, afin de prédire les comportements criminels passés, présents ou futurs, afin d’administrer une mesure de justice pénale » (Harcourt, 2005, 3).

3 Cf. données d’archives, au sujet du risque de routinisation inhérent à la table de prédiction, explicite à travers l’expression rule of thumb methods of the actuary, c’est-à-dire l’application large d’une méthode qui n’est pas strictement exacte et fiable à chaque fois : Burgess, 1938, EWB, 193 : 1 ; Benson to Burgess, 1941, EWB, 36 : 4 ; Reports on Corrections, Parole, 1946, EWB, 36 : 4).

4 Son originalité résidait dans la demande de participation active de la part des résidents, le recrutement de leaders locaux, d’anciens délinquants réformés, estimés, une fois formés, plus aptes à intervenir de par leur charisme et leur connaissance du monde environnant, que bon nombre de travailleurs sociaux, étrangers au quartier.

5 In Bruce, Harno, Burgess, 1928, cf. la description de l’ancien système pp. 67-68 par le président du Bureau H. Clabaugh, et les commentaires d’Albert J. Harno, l’un des membres du comité à l’origine du manuel sur l’individualisation de la peine et le système de libération conditionnelle, sur les décisions de libération peu fondées (« those who were paroled were little short of having been guessed out of prison », résume Albert J. Harno) résultant du manque de personnel et de la charge de travail incombant aux membres du Bureau (« La pratique [du Bureau de Libération Conditionnelle] auparavant, explique Clabaugh, était supposée être similaire à celle d’aujourd’hui, ils [les membres] étaient supposés lire en entier [les dossiers des détenus], mais il est inconcevable que l’organisation précédente put leur permettre cela. (…) Ils pouvaient difficilement consacrer plus de temps [que quelques minutes à chacun des prisonniers] et en même temps s’en sortir avec leur travail ») par rapport au nouveau système, p. 76 : « [ce que l’on prend en considération, c’est] une combinaison de faits et circonstances. Tout d’abord l’histoire de la personne, son éducation, sa mentalité, sa condition physique, son attitude par rapport à la discipline et la société, telle qu’elle apparaît dans les rapports de différentes institutions. En plus de cela, nous prenons en considération ses anciennes habitudes, ses associés, l’environnement dans lequel il a grandi, tous les faits et circonstances en rapport avec l’histoire de la personne avant qu’elle commette une infraction, dans les limites des données disponibles, la perpétration du délit et sa conduite depuis et au moment de l’inculpation, son apprentissage d’une ou plusieurs compétences professionnelle(-s) pendant son incarcération, sa participation scolaire et religieuse durant son incarcération, et enfin, nos propres conclusions après avoir parlé en détail avec le prisonnier et après l’avoir examiné plusieurs fois avant qu’on lui accorde une libération conditionnelle ». Les propos de Clabaugh sont également repris et analysés in Harcourt, 2003, 114.

6 In ibid., p. 81 : il y a, expliquent les chercheurs, soit une profusion de matériel désordonné, soit très peu d’informations au sujet des détenus ; le manque de compétences sociologiques des membres du Bureau qui savent difficilement comment utiliser ce type de matériel constitue également un problème

7 Cf. “Needed – A Sociologist” in id., p. 188, et autres mentions de la nécessité du recours à la sociologie en dehors de la sphère universitaire.

8 Ceci montre que les sujets matières à prédiction sont très variés (Burgess, 1950, 47-52) ; l’élaboration d’une table appliquée à l’ajustement au mariage fait suite aux inquiétudes vis-à-vis du taux de divorce et à la question de la législation contre le divorce. Elle est destinée aux « centres de conseils pré-/post- maritaux ».

9 Burgess, Shaw et McKay, et même Sutherland à ses débuts adoptent cette perspective multifactorielle.

10 Par exemple, il y a amalgame entre le taux de criminels professionnels libérés et incarcérés, or ceux-ci sont certainement plus nombreux en prison qu’à l’extérieur car une sélection est faite par le Bureau – cela amène à des affirmations peu fiables, telles que les « criminels professionnels » sont peu nombreux soit de facto, soit car ils sont moins souvent interpellés : cf. Glaser, 1950, 20.

11 Cf. table p. 9 de cet article: les résultats portent normalement sur chacune des 3 institutions correctionnelles de l’Illinois, Menard, Pontiac et Joliet. Nous avons ici calculé une moyenne des 3 pour des raisons de synthétisation.

12 In Bruce, Harno, Burgess, 1928, 68, puis cité in Harcourt, 2003, 113 ; Harcourt, 2007, 53 : Harno raconte que « souvent ça prenait un jour, parfois deux et même trois jours à un membre du comité pour démêler la masse de matériel d’une de ces enveloppes (jackets), pour l’arranger, le lire et le digérer ».

13 Nous pouvons supposer qu’il y ait eu un peu plus d’histoires collectées, car certaines ont été perdues lors de déplacements du département et des fonds d’archives dans les années 1960. La méthode, cependant, n’a jamais été utilisée de manière extensive ; aussi parmi les 133 histoires restantes, un nombre important d’entre elles sont incomplètes.

14 En 1926, on dénombre 4986 détenus (Burgess, EWB, 35 : 1) puis plus de 15000 en 1939 (Puttkammer, 1939, EWB, 193 : 2)

15 Cf. les commentaires de l’archiviste Gary Stockton, 1983 à la Chicago Historical Society, par rapport au fond IJR - Life Histories: « Shaw commence probablement à collecter des histoires de vie dès 1921 et au moins jusque dans les années 1940, bien que nous ne soyons pas sûrs de la date marquant la fin de collecte ».

16 Cf. Reynolds, 1995, 79 au sujet de John Landesco ; l’auteur s’interroge et propose des hypothèses quant à l’absence relative de travaux sur le crime organisé dans la sociologie de Chicago, et sur la publication très tardive du travail de Landesco en rapport avec le crime organisé.

17 Cf. Chapoulie, 2001, 200, expliquant que l’usage ou non de statistiques en 1950-60 constituait une ligne de partage entre le clan Hauser vs Hugues et Warner puis Janowitz ; voir in Abbott, (Gaziano), 1999, 34-79 pour un compte-rendu et une analyse détaillée des conflits durant la période de transition intergénérationnelle à l’Université de Chicago, ainsi que Bogue, 2005 pour une brève présentation de son point de vue personnel sur la situation en 1952, à son arrivée à l’Université, « the department felt depleted and weakened ».

18 Cf. la thèse d’Albert J. Reiss, Jr. intitulée The Accuracy, Efficiency and Validity of A Prediction Instrument, 1949: il retient 4 facteurs « stables » et (les plus) « efficaces ». Aussi, il démontre que l’homogénéisation des échantillons (en séparant les délinquants/ criminels Blancs des Noirs, ou en basant la table sur des catégories de crime ciblées etc.) devrait faire apparaître les facteurs cachés et donc permettre une meilleure prédictibilité des comportements.

19 Pour plus de détails sur l’usage des méthodes actuarielles aujourd’hui et les conséquences qui en découlent, cf. Harcourt, 2003, 2007, et les travaux de Michael Tonry auxquels il se réfère, 1987-2001.

20 Nous optons pour le terme « alter-moderne », par opposition à la définition plus classique de « moderniser » selon Balandier, présentée ci-dessus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Fleck, « L’étude et le traitement judiciaire de la récidive à Chicago, 1920–1940 », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. V | 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://champpenal.revues.org/6863 ; DOI : 10.4000/champpenal.6863

Haut de page

Auteur

Marie Fleck

Doctorante en sociologie, Université Marc Bloch (Strasbourg), Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe (UMR 7043). Contact : marie_fleck@yahoo.com.

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org