Navigation – Plan du site

« Une nouvelle pièce du puzzle, une lacune comblée » (Janvier 2005),

Compte-rendu de lecture du livre de Gilles Chantraine, Par-delà les murs, Expériences et trajectoires en maison d'arrêt, Presses universitaires de France, coll. Partage du savoir (2004).
Philippe Combessie

Entrées d’index

Mots-clés :

prison ­
Haut de page

Texte intégral

1Gilles Chantraine, lauréat d'une mention spéciale du jury du Prix Gabriel Tarde, analyse la prison dans la continuité d'un courant novateur et fécond, amorcé dans les années 1960 outre-atlantique, puis qui s'est développé en France depuis les années 1970, notamment à partir des travaux de Michel Foucault.

2Dès 1960, dans deux articles parus dans un recueil collectif, George H. Grosser et Lloyd E. Ohlin invitaient les chercheurs en sciences sociales à déplacer le point d'observation pour ne plus analyser les prisons comme des espaces clos mais prendre en compte leurs relations avec l'extérieur. Il s'agissait alors de prescriptions basées sur des analyses théoriques, sans terrain empirique. En 1961 paraissait Asylums, où Erving Goffman développe le concept de total institution ; dans la quatrième partie de l'ouvrage, il analyse les enjeux des relations avec l'extérieur dans une perspective de relation de service de réparation. Mais le terrain psychiatrique sur lequel est basé ce travail rend difficiles les transpositions au milieu carcéral : Claude Faugeron et Jean-Michel Le Boulaire (1992) ont montré que le registre d'un traitement réparateur en prison relevait essentiellement d'un discours justificateur, souvent assez éloigné des pratiques de l'enfermement pénitentiaire.

3 Des premiers textes publiés en 1971 jusqu'aux derniers de 1984, et en particulier dans Surveiller et punir, l'œuvre de Michel Foucault articule des analyses de philosophie pénale et de sociologie politique qui placent les projets d'enfermement pénitentiaire élaborés au XVIIIe siècle dans la perspective de l'évolution du contrôle social, avec la mise en place d'institutions concourant à la disciplinarisation des corps et des esprits (école, armée, etc.). Ce faisant, Foucault constitue le projet carcéral en archétype des processus sociaux de quadrillage des sociétés modernes. L'ensemble des analyses de Michel Foucault concernant la prison, qu'il serait dommage de réduire au seul Surveiller et punir, ont été récemment synthétisées par François Boulant, 2003.

4Les premiers travaux empiriques faisant porter l'analyse sur l'interface entre la prison et l'extérieur ont été développés aux Etats-Unis. En 1985 paraissait le rapport Hawes, qui présentait une analyse de l'influence d'un établissement pénitentiaire sur l'évolution de la criminalité, et subsidiairement, des patrimoines fonciers. Bien que les méthodes et résultats aient été contestés, la nouveauté de la démarche est à souligner. Dans les années 1990, en France, dans une perspective d'écologie sociale, des enquêtes sociologiques plus académiques, et surtout moins engagées au service d'une politique de constructions de prisons nouvelles, portent spécifiquement sur l'interface entre la prison et son environnement : Combessie, 1996, et Renouard, 1999. Mais, aucune d'entre elles ne prend en considération le point de vue des détenus.

5C'est cette lacune que vient combler le travail de Gilles Chantraine, qui, dans cet ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, montre comment les détenus vivent au quotidien leurs séjours en prison et leurs allers-retours entre la prison et l'extérieur.

6La grande force de ce travail réside dans les choix de méthode et de terrain, et dans l'adéquation de leur articulation avec le courant sociologique dans lequel s'inscrit Gilles Chantraine.

7Le matériau de base est constitué d'entretiens biographiques, de récits de vie, particulièrement bien adaptés au développement des analyses présentées dans ce livre. La première partie présente différentes trajectoires carcérales : les logiques d'« engrenage », les différentes formes de « professionnalisation » et les multiples avatars de la « chute » ; la seconde partie, la vie intra muros : le rapport des détenus au temps qui passe, la façon dont l'ordre est négocié, la porosité des murs qui pourtant demeurent étanches. Le cœur du livre réside dans le troisième et dernier chapitre de la deuxième partie où Gilles Chantraine montre, à travers des exemples parfois cocasses, le plus souvent poignants, comment des murs peuvent être à la fois étanches et poreux, comment l'espace carcéral dispose d'une forme d'autonomie tout en étant foncièrement lié à l'organisation sociale extérieure, dont il est, pour reprendre les mots de Claude Faugeron « un laboratoire d'analyse privilégié [qui] concentre, dans un espace circonscrit et de façon amplifiée bien des phénomènes observés dans d'autres champs de la société » (Faugeron, 1996, 40).

8Le terrain choisi, les « maisons d'arrêt », est particulièrement propice pour opérer ce que Robert Castel (en parlant de Goffman) appelle le « couplage flou » entre l'ordre de l'interaction, saisi ici à travers les entretiens non-directifs, et les analyses macrosociologiques par lesquelles Gilles Chantraine ouvre des pistes de réflexion sociopolitique sur la place de l'enfermement dans la société contemporaine. A la différence des « établissements pour peine », auxquels se réfèrent implicitement beaucoup des réflexions philosophiques ou simplement citoyennes concernant le « sens de la peine », mais qui ne concernent qu'une minorité des détenus, les « maisons d'arrêt » sont les lieux d'enfermement pénitentiaire les plus fréquents : tous les détenus sont d'abord incarcérés en maison d'arrêt, et la plupart ne connaissent que ce type d'enfermement. Ce choix permet à Gilles Chantraine de mettre en évidence de façon particulièrement forte certaines incohérences entre les logiques, les discours et les textes qui servent à justifier l'enfermement carcéral et les pratiques du quotidien de la vie en prison.

9Parfois explicitement, souvent en filigranes, la dynamique de l'analyse de Gilles Chantraine repose sur deux piliers : Erving Goffman et Michel Foucault. Le premier pour la pertinence de son analyse des établissements pénitentiaires dans une logique d'institution totale ­ celle-ci a été parfois discutée, notamment par Guy Lemire, mais les analyses de Gilles Chantraine, après celles d'autres chercheurs, la confirment. Le second pour la virulence et la constance de ses prises de position engagées sur le plan intellectuel et civique. Gilles Chantraine invite à un renouvellement de l'analyse critique en matière de sociologie pénale, et finit son ouvrage sur une injonction à forme interrogative : « Quand la prison sera-t-elle non plus l'objet de critiques pratiques mais celui d'un rejet de principe ? ».

Haut de page

Bibliographie

Boulant, F, 2003, Michel Foucault et les prisons, Paris, Presses universitaires de France.

Combessie Ph., 1996, Prisons des villes et des campagnes. Étude d'écologie sociale, Paris, Éditions de l'Atelier ­ Éditions Ouvrières, coll. Champs pénitentiaires.

Combessie Ph., 2004, Sociologie de la prison, Paris, Editions La Découverte, coll. Repères.

Faugeron C., 1996, « Une théorie de la prison est-elle possible », in : Faugeron, Chauvenet, Combessie (dir.), Approches de la prison, Bruxelles, De Boeck Université, Montréal, PUM, Ottawa, PUO, collection « Perspectives criminologiques ».

Faugeron C., Le Boulaire J.-M., 1992, « Prisons, peines de prison et ordre public », Revue Française de Sociologie, XXXIII, 1, pp. 3-32.

Foucault, M., 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires.

Goffman E., 1961, Asylums, éd. française Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit, coll. Le sens commun, 1968.

Grosser G. H., 1960, « External Setting and Internal Relations of the Prison », in : Collectif, Theorical Studies in Social Organisation of the Prison, New-York, Social Science Research Council, pp. 130-144.

Hawes J. A. , 1985, Cities with prisons : do they have higher or lower crime rates ?, rapport au sénateur Robert Presley, Los Angeles, Senate Office of Research.

Ohlin L. E., 1960, « Conflicting Interests in Correctional Objectives », in : Collectif, Theorical Studies in Social Organisation of the Prison, New-York, Social Science Research Council, pp. 130-144.

Renouard J.-M., 1999, La Prison de l'Île-de-Ré : un travail d'équipe, Guyancourt, Cesdip, Questions pénales, XII-4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Combessie, « « Une nouvelle pièce du puzzle, une lacune comblée » (Janvier 2005), », Champ pénal/Penal field [En ligne], Archives, mis en ligne le 23 février 2007, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/72

Haut de page

Auteur

Philippe Combessie

Université René Descartes ­ Paris 5 Groupe d'analyse du social et de la sociabilité (CNRS ­ Paris 8)

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org