Navigation – Plan du site

Compte rendu du livre de Gilles Favarel-Garrigues, Thierry Godefroy, Pierre Lascoumes, Les sentinelles de l’argent sale. Les banques aux prises avec l’antiblanchiment, Paris, La découverte, 2009, 311 p.

Frédéric Ocqueteau

Texte intégral

1Pourquoi, comment et jusqu’où une politique de prohibition du recyclage de l’argent sale exigeant des acteurs bancaires de se faire les auxiliaires de police des circuits financiers, s’est-elle imposée dans notre paysage ? C’est à cette question fondamentale à laquelle s’est attaché ce long travail d’enquête en mobilisant le meilleur des compétences de l’économie, de la sociologie et de la science politique.

2Cinq parties structurant quinze chapitres, traversés par une foule d’entretiens menés auprès des principaux acteurs publics et privés concernés, donnent son piment particulier à l’ouvrage, en faisant pénétrer le lecteur hésitant dans les arcanes d’un objet pour le moins austère. Mais il devient vite passionnant à mesure qu’on le guide avec assurance dans le labyrinthe d’une trame enchevêtrée grâce à un constant effort pédagogique à saluer. Il s’agit, ni plus ni moins, de résoudre une énigme posée en termes de dissonance cognitive, la conversion des banquiers à la nécessité d’aller à l’encontre de deux principes constitutifs de leur profession : la sauvegarde du secret des transactions et la non ingérence dans les opérations du client.

3Les années 1990 ont certes été traversées par une forte mobilisation internationale autour de l’enjeu de la Lutte Anti Blanchiment (LAB), avec l’apparition du GAFI en 1989, puis la création de TRACFIN et autres, mais il faudra attendre une bonne dizaine d’années pour que la LAB en reçoive des applications tangibles à l’échelon national. Après les législations de panique qui suivirent les attentats du 11 septembre à propos desquels les USA annoncent leur volonté de contrôler la fiabilité des banques étrangères opérant sur leur territoire, et à cause du scandale dit de la « Société générale » et de la mise en examen du PDG d’Axa pour blanchiment aggravé en France, le feu s’embrase, qui couvait jusqu’alors sous la cendre. C’est ainsi que vont prendre effet, au tournant 2002-2003, de notables innovations caractéristiques d’un réel changement sous stress, comme le qualifient les auteurs.

4Les banquiers se persuadent enfin que la mise à mal de leur image et de leur réputation pourrait avoir des conséquences désastreuses à long terme s’ils ne prennent pas eux-mêmes le taureau par les cornes. L’objectif n’est plus tellement de protéger les directeurs des banques mais bien plutôt de protéger la réputation de leurs établissements.

5Deux innovations majeures vont contribuer à ce notable changement d’orientations. D’une part, la montée en puissance d’un métier flou qui cherche son identité professionnelle à partir de multiples bricolages autour des responsables de la conformité (compliance officers), dont le nombre va croître de manière spectaculaire, donnant naissance à un réseau de renseignements tout à fait original. Ces nouveaux agents, venus d’horizons hétérogènes se donnent pour tâche de résoudre une sorte de quadrature du cercle, située à mi-chemin entre le service juridique, d’inspection et d’audit. Il en ressort une typologie de profils encore peu unifiés, les « intégrateurs » étant sans doute ceux qui triompheront de l’histoire par rapport aux « légalistes », aux « enquêteurs » et aux « diagnostiqueurs ».

6D’autre part, un recours massif aux instruments informatiques : d’abord, les systèmes de filtrage de listes de clients, de zones géographiques ou de secteurs économiques placés dans le collimateur, filtrages censés repérer dans un flux, des transactions suspectes à partir de normes préfixées ; ensuite, les outils d’analyse comportementale, plus connus sous le nom de profiling (ou modelling). Dans un moment fort de leur analyse (chapitre 3), les auteurs insistent particulièrement sur les représentations mitigées parmi les utilisateurs quant aux progrès générés par ces outils d’aide à la décision, en raison notamment de la multiplication des « faux positifs » sur les « personnes politiquement exposées », et d’un doute réel sur les progrès accomplis à l’égard des « populations à risque ».

7Quels que soient pour autant la croyance ou le scepticisme mis dans l’efficacité de ces divers outils informatiques censés favoriser les déclarations de soupçons, les acteurs communient surtout dans une nouvelle fonctionnalité latérale de ces dispositifs et outils.

8Ayant permis de transformer des risques diffus en instruments de prévention de « risques opérationnels », le monde bancaire qui a su faire appel à leurs services, tient désormais plus que tout aux normalisations qu’ils ont secrétées, puisque de tels investissements lui ont précisément permis d’opposer aux États et à ses clientèles, la vertu retrouvée qui lui manquait le plus jusqu’à présent, la responsabilité sociale. En effet, apparaître en conformité avec les standards de la LAB veut dire qu’on entend donner des gages de bonne volonté selon l’approche qu’en a donnée Richard Ericson (defendable compliance). Ce qui passe, pour les banques centrales ou de proximité, par l’acceptation d’être jugées sur les obligations de moyens qu’elles se sont imposées à elles-mêmes, dans une stratégie de « conformité auditable » facilement routinisable.

9Que penser de ce nouveau policing ? N’y aurait-il pas quelque cynisme à cette stratégie délibérée d’auto-normalisation des banquiers, s’apparentant in fine à un effet de composition vertueux, cristallisé par tout un processus d’innovations en réponse aux aléas du terrorisme et de l’anarchie néo-capitaliste, aux fenêtres d’opportunité des politiques intérieures, à la montée d’un nouveau langage et de débouchés saisis par des professionnels opportunistes en mal de reconnaissance de leurs savoir-faire préexistants ? Les auteurs se refusent apparemment à porter un quelconque jugement moral au sujet de l’histoire de ces vingt dernières années. Ils montrent que seule fut de mise l’attitude pragmatique dans la gestion de la LAB, de la part d’un système bancaire contraint de naviguer à vue entre les écueils du besoin de se disculper d’un passé laxiste pour mieux éviter le blâme du futur.

10Il ne restera aux éternels insatisfaits que leurs larmes pour pleurer (de rire) avec les vaillants petits juges, notamment à la remarque désabusée de celui-ci : la LAB n’est qu’une politique symbolique qui clame haut et fort qu’elle part à la chasse au tigre, revient toujours avec des camions de lapins et, pour donner le change, les déclare porteurs de la rage (276).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Compte rendu du livre de Gilles Favarel-Garrigues, Thierry Godefroy, Pierre Lascoumes, Les sentinelles de l’argent sale. Les banques aux prises avec l’antiblanchiment, Paris, La découverte, 2009, 311 p. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Lectures, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7438

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

Directeur de recherche CNRS (CERSA).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org