Navigation – Plan du site
Articles

Espaces d’apparition et espaces de disparition dans le champ carcéral

Loup Noali

Résumés

Si la prison ne favorise guère l’expression de ses pensionnaires, cela tient sans doute à la nature totalitaire de l’institution, mais non moins à un milieu carcéral. Les résistances y opposées ressortissent à un double champ : celui d’espaces d’apparition appauvris et celui d’espaces de disparition hypertrophiés, dont les pratiques clandestines, parce que largement compensateurs des carences des premiers. Nous nous proposons de montrer que les uns et les autres sont effectivement liés intra muros et qu’ils se déploient en raison inverse. Parce que les personnes détenues ne peuvent guère s’exprimer, se développent en effet des échappatoires diverses dont les pratiques clandestines réalisent une illustration majeure. Même si la normalisation- trait marquant de la prison moderne - tend lentement à sa réduction, un tel déséquilibre s’avère toujours considérable et néfaste : pour l’équilibre des personnes incarcérées, pour l’ordre carcéral et pour la (ré)insertion sociale des condamnés.

Haut de page

Texte intégral

Que l’homme ne puisse rien accomplir de plus grand que sa propre apparence, sa propre actualisation, c’est une conviction qui certainement ne va pas de soi (Arendt, 1983, 269)

Pour que l’enfermement redevienne « politique », la seule voie est peut-être… de rendre audible la voix des détenus (Paci, Kaminski, Mary, 2007, 143).

Introduction

1Le rejet du système pénitentiaire par la population carcérale s’exprime fondamentalement par deux processus apparemment opposés : des modalités ouvertes tendant à la réalisation d’espaces d’apparition, d’une part ; des formes secrètes donnant accès à des mondes parallèles, d’autre part. Ces deux grandes familles de résistances constituent pourtant des formes somme toute assez complémentaires. L’une comme l’autre, elles concourent en effet lorsqu’équilibrées à l’harmonie intérieure et traduisent en réalité des aspirations constantes et essentielles de l’être au monde, plaire et séduire en ne révélant de soi que son meilleur jour. Une expérience vécue et de nombreux témoignages nous ont confirmé dans cette conviction que ces deux types d’espaces revêtent intra muros une importance fort inégale. Alors que les espaces de disparition sont paradoxalement catalysés par le régime disciplinaire, les avatars ouverts de l’expression personnelle spontanée sont en revanche étouffés. De fait, l’un et l’autre évoluent alors en raison inverse : plus limité est le champ de l’apparition, plus grand celui des comportements occultes qui, en dépit d’une surveillance rapprochée et constante, prospèrent en compensation. Prenant ici appui sur les concepts développés par G. Simmel et surtout H. Arendt, nous confronterons dans une approche conceptuelle des espaces d’apparition sous très haute surveillance (I) aux espaces de disparition libérateurs ou contraints (II), les finalités de la réflexion étant de tenter d’apprécier la portée de leurs spécificités respectives comme de leur déséquilibre aux plans individuel, de l’ordre carcéral et de la (ré)insertion - soit dans la perspective d’une culture des résistances carcérales (Poulalion, 2004) et d’esquisser pour conclure quelques suggestions.

1. Des espaces d’apparition sous haute surveillance

  • 1  Ainsi, au delà des préoccupations sécuritaires, la mise à nu du condamné - à tous les sens du term (...)

2Bien que l’uniformité réductrice soit un trait majeur de l’entreprise carcérale et de son emprise, l’enfermement pénal dans sa conception traditionnelle au moins n’interdit pas absolument toute forme d’apparition. Il en impose même certaines1. Sans doute, celles-ci ne réalisent-elles pas cependant les conditions d’un authentique espace d’apparition qu’il convient de définir avant d’en montrer les intérêts, les moyens, mais aussi les limites. Pour Arendt, la grande théoricienne de l’apparence et de l’apparition et de l’apparition, En agissant et en parlant les hommes font voir qui ils sont, révèlent activement leurs identités personnelles uniques et font ainsi leur apparition dans le monde humain, alors que leurs identités physiques apparaissent  sans la moindre activité, dans l’unicité de la forme du corps et du son de la voix (Arendt, 1983, 236), les hommes se présentent aussi en paroles et en actes et indiquent par là comment ils entendent paraître, et ce qui, à leur avis, est digne ou non d’être vu (Arendt, 2005, 56). Ceci suppose le choix conscient et actif de l’image offerte (Ibid., 58).

3Mais l’action et la parole, conditions sine qua non de cette apparition, supposent une liberté essentiellement expérimentée dans l’action (Arendt, 1972a, 196) et, par conséquent, l’existence d’un espace démocratique parce que partout où le monde fait pour l’homme ne devient pas scène pour l’action et la parole – par exemple dans les communautés gouvernées de manière despotique… - la liberté n’a pas de réalité mondaine. Sans une vie publique politiquement garantie, il manque à la liberté l’espace mondain où faire son apparition (Ibid., 193). Toujours selon Arendt, qui évoque ici la pensée antique, Être libre exigeait, outre la simple libération, la compagnie d’autres hommes dont la situation était la même, et demandait un espace public commun où les rencontrer – un monde politiquement organisé, en d’autres termes, où chacun des hommes libres pût s’insérer par la parole et par l’action (Ibid., 192)

  • 2  Car l’acteur, le faiseur d’actes, n’est possible que s’il est en même temps diseur de paroles. (Ar (...)

4Des principes ainsi posés, il ressort que, dans sa conception actuelle, la prison ne présente pas un cadre idéal à l’existence d’espaces d’apparition dignes de ce nom. Voyons cela plus en détail. Parmi les composantes de l’apparition, relevons d’abord le couple indissociable acteur-spectateur. L’acteurest celui qui fait, dit, et qui dit ce qu’il fait2 parce que l’acte ne prend un sens que par la parole dans laquelle l’agent s’identifie comme acteur, annonçant ce qu’il fait, ce qu’il a fait, ce qu’il veut faire (Arendt, 1983, 235).

  • 3  À ce propos encore, Arendt (1983, 236) observait que Cette révélation du « qui » - les qualités, l (...)
  • 4  Car il est probable que le « qui », qui apparaît si nettement, si clairement aux autres, demeure c (...)

5Notons pourtant avec l’auteur (Ibid., 236) que la personnalité, l’identité morale, le qui peut aussi se révéler sans la moindre activité3et à l’insu même de l’acteur4. En ce cas toutefois, le sujet ne se présente pas, mais il se montre. Alors, comme le dit Arendt (2005, 59) il n’a d’autre alternative que de faire voir les propriétés qui sont les siennes.

  • 5  La remarque de Arendt (1972a, 193) Sans une vie publique politiquement garantie, il manque à la li (...)
  • 6  Goffman (1968, 110) observait à ce propos Ainsi le reclus partage-t-il l’esprit de résistance de s (...)

6Si nous insistons tant sur cette distinction c’est que, s’agissant des personnes détenues, privées de l’espace démocratique que requiert normalement tout véritable espace d’apparition5, la révélation involontaire de soi tend le plus souvent à prévaloir, sous la pression du contrôle institutionnel notamment. Non seulement parce que Contrôler vise précisément à… substituer des comportements à la parole et à l’action libre. Il s’agit d’abord de prévenir l’événement. (Chauvenet, 2004, 280), mais encore en raison de la méfiance et de la suspicion généralisées qui n’incitent guère à une apparition libre et spontanée. En tout état de cause, qu’il cherche à se mettre en valeur, qu’il se livre ou se taise, l’acteur détenu, comme tout autre, se donne à voir. Lui aussi n’existe au monde - et non pas simplement pour lui - que par des spectateurs car L’existence - c’est-à-dire la faculté de paraître…. dépend de la présence d’êtres vivants. Il n’est rien au monde, ni personne dont l’être même ne suppose un spectateur (Arendt, 2005, 37-38). Or, si le public a sans doute dans la prison traditionnelle comme partout ce privilège d’applaudir ou de siffler, la difficulté tient ici au fait que ses attentes y sont nécessairement hétérogènes et contradictoires pour un même espace-temps6. D’autre part, dans un univers largement gouverné par la méfiance et la paranoïa, le spectateur quel qu’il soit ne s’avère que rarement bon public et se montre toujours versatile. Comme l’observe encore Chauvenet, (2004, 291), un mot de travers, un regard de travers, une poignée de main négligée, un rien, suffisent pour déclencher de rudes affrontements verbaux, des bagarres…

7Quant àla scène, pour Arendt (1972a, 200) les hommes en ont besoin pour se produire. Ceci est sans doute particulièrement vrai pour les personnes détenues en mal d’apparition du fait de leur histoire et de leur condition présente. Mais la scène carcérale offre encore cette autre spécificité d’être à tout moment sous les feux de la rampe et de ne permettre qu’un jeu sans coulisses, sinon toujours sans souffleur. En cela précisément elle est le lieu de tous les dangers.

1.1. Intérêts des espaces d’apparition en prison

8L’apparition par l’exhibition de soi tend à faire apparaître ce qui n’apparaît pas, qui n’est pas de l’ordre de l’apparence et donc du monde : elle tend à donner une réalité mondaine à ce qui n’en a pas. (Tassin, 1989, 98). Par elle, il s’agit d’offrir dans l’apparence de soi une image favorable, celle de ce que l’on voudrait être, ou que l’on juge opportune pour masquer et sauvegarder sa véritable nature. Mais si la réalisation d’espaces d’apparition en prison présente de l’intérêt pour les personnes détenues, par ses retombées elle n’est pas moins bénéfique pour l’institution et la société.

1.1.1 Pour les personnes détenues

9Les intérêts en question apparaissent multiples autant que divers et parfois contradictoires. Tout d’abord, le prisonnier souhaite, généralement assez vite après son incarcération, se présenter à ses pairs. Cette apparition maîtrisée est en effet le moyen incontournable de s’affranchir de cette lourde solitude dans laquelle le choc carcéral plonge toujours les primaires. Cette quête active de tout ce qui peut rapprocher se confond ainsi avec la recherche de l’autre comme semblable, alors que tout ce qui en distingue constitue au contraire un facteur d’isolement aboutissant de facto à réaliser un deuxième cercle d’enfermement. Par ailleurs et dans le même temps, comme tout individu, la personne détenue cherche par son apparition à affirmer avec son identité sa différence. Car En agissant et en parlant les hommes font voir qui ils sont, révèlent activement leurs identités personnelles uniques (Arendt, 1983, 236). Simmel (1991, 7) ne dit rien de bien différent, pour qui … chaque partie se révèle à l’autre par ses paroles et par sa vie, ni non plus un certain Willoquet (cité in Guéno 2000, 99) déclarant que Quand on est devant les autres…, la solution la première, abrupte, est d’abord d’agresser. J’entends démontrer sa différence, sa marginalisation ; briser en mille morceaux les règles du jeu, abattre les  murs de la connerie, des lois, des préjugés, faire admettre (le moyen importe peu) le fait qu’on existe, le fait qu’on EST !

  • 7  En ce sens, Huerre (2002, 186).observe que La délinquance symbolique se substitue à la délinquance (...)
  • 8  L’une des deux jeunes victimes des récents événements de Villiers-le-Bel, Mouchine, écrivait ainsi (...)
  • 9  Selon Dubet et Martucelli cit. (1998, 195), les jeunes en échec n’ont le choix qu’entre deux solut (...)

10Cette résistance par la turbulence, voire par la violence, affirmation de l’être par effraction singulièrement répandue dans la population détenue la plus jeune trahit d’ailleurs, avant même la recherche d’un quelconque profit matériel7 en même temps qu’elle le motive - ce besoin vital d’apparaître coûte que coûte8, affirmation identitaire à l’origine de bien des transgressions et de nombreuses carrières délinquantes. Il s’agit même là d’un type de réponse assez banal à une frustration parfois ancienne dans la mesure où s’exprime par là le fait que les habitants des « banlieues difficiles (qui peuplent largement nos prisons) ont l’impression de n’être pas reconnus comme des personnes… Ils se sentent enfermés dans un mépris général et ont l’impression de ne pas exister pour autrui au delà des stéréotypes diffusés par les médias (Dubet, Martucelli, 1998, 191). Un tel besoin apparaît alors à leurs yeux comme la seule réponse possible au rejet dont - à tort ou à raison il n’importe - ils s’éprouvent l’objet9.

11Or, cette finalité de l’affirmation de soi présente d’autant plus de prix que le détenu rêvé demeure, en dépit des intentions proclamées, un être sans histoire(s), simple matricule sur un corps docile et que de ce fait La rencontre de l’individualisme et d’une structure de domination entraîne aussi l’émergence d’une obsession du mépris, d’une non-reconnaissance, d’une invalidation personnelle (Ibid., 195). Le besoin d’apparaître et de paraître, au contraire, semble intimement lié à la vie même. À ce sujet, Arendt définit précisément l’existence comme la faculté de paraître et pose à maintes reprises (2005, 37) qu’être et paraître coïncident. S’appuyant sur la conviction des Romains, pour qui inter homines esse (être parmi les hommes), s’entre-paraître caractérisait les êtres vivants, alors que inter homines esse desinere signifiait au contraire être mort, ce même auteur constate (Ibid., 40) que C’est, à la vérité, comme si toute chose vivante – en plus du fait que sa surface est faite pour paraître, digne d’être vue et destinée à apparaître aux autres – était mue par le besoin de paraître (Ibid., 50), alors même qu’une vie sans parole et sans action – et c’est le seul mode de vie qui ait sérieusement renoncé à toute apparence… - est littéralement morte au monde… (1983, 233). Du point de vue du biologiste Portmann (1963, 64), l’apparition dans un extérieur de quelque chose d’interne définit aussi la vie. Il pourrait donc être affirmé sur le mode cartésien un Je parais, donc je suis.

12Ces constatations revêtent d’autant plus d’importance que la prison est souvent vécue par les prisonniers comme une privation de vie ou à tout le moins une vie au ralenti quand ce n’est une mort à petit feu. Si le développement des espaces d’apparition est donc de nature à redonner un sentiment plus fort d’exister, ce serait aussi en restituant leur rôle d’acteurs sociaux et de citoyens aux personnes détenues et en leur enlevant par là cette motivation pour nous majeure de l’acte et du comportement délinquant, ce sentiment fondé ou non - il n’importe là encore - d’une dépossession précoce du paraître. Semblent à cet égard particulièrement porteuses toutes les activités et procédures de nature à favoriser l’expression pacifique de soi, dont les méthodes de régulation institutionnelle, pénale, sociale, professionnelle, relationnelle ou psycho-affective préconisées par Melas et Ménard (2002, 44-66). Le développement, avec des espaces de parole, de la représentation collective notamment apparaît à cet égard essentiel.

13Mais l’apparition répond aussi pour la personne détenue à un besoin d’être approuvée et rassurée. Une telle quête s’avère d’autant plus vive que l’épreuve processuelle et la condamnation ont pu s’avérer particulièrement humiliantes. L’apparition recherchée - dont le désir est d’autant plus fort qu’entravé - tend alors, pour une large part, à se parer d’une apparenceflatteuse. De surcroît, et indépendamment même de ce besoin de reconnaissance et de réhabilitation qui le trahit, il s’agit non moins pour les personnes détenues de s’assurer qu’elles sont encore capables d’être montrées, c’est-à-dire regardées, écoutées, soit de plaire. Or, pour beaucoup d’entre elles, se justifier au moins vis-à-vis de ses pairs vise non seulement à se faire accepter, mais encore à se prouver, devant le seul public vraiment à portée, qu’elles ne se réduisent pas à leur histoire singulière, encore moins à un épisode de leur vie, mais qu’elles ont aussi un futur, ce dont l’autre fournirait en quelque sorte la preuve par quatre. En effet, comme le remarque encore Arendt (2005, 38) le fait que j’aie aussi le sentiment de moi-même et puisse donc, dans un certain sens, m’apparaître à moi-même, ne suffirait jamais à garantir ma réalité. Au total, la finalité de l’acteur-détenu, qu’il cherche à se préserver de son public ou à le manipuler, est donc moins ici de le distraire et l’instruire que de jouer pour soi.

1.1.2. Pour l’administration pénitentiaire

14Arendt a observé (1983, 236) que Le « qui » ne peut se dissimuler que dans le silence total et la parfaite passivité… Le régime disciplinaire, qui tend traditionnellement à étouffer la parole et à tout interdire, s’avère à cet égard contre-productif, même s’il peut sembler servir l’ordre et la sécurité à première vue. En effet, privés par définition d’espace d’apparition, les corps dociles (Foucault, 1975, 138-171) représentent en fait pour l’institution un vrai danger parce que personne ne sait qui il révèle lorsqu’il se dévoile dans l’acte ou le verbe (Arendt, 1983, 237) et qu’une meilleure connaissance de ses pensionnaires ne peut que servir l’objectif sécuritaire autant que la pax carceralis. Mais l’orthopédie sociale elle-même, cette autre mission de la prison, ne saurait être menée avec quelque chance de succès que si l’administration pénitentiaire connaît les sujets à elle confiés. Sans préjudice d’une observation rapprochée et discrète, toute mesure de nature à favoriser une apparition optimale sur la scène carcérale des personnes détenues présente donc un intérêt évident.

15Encourager la parole et les initiatives apparaît en cela un moyen incontournable. En particulier, le développement d’espaces d’apparition pacifiques - tels des lieux d’expression et d’échange verbal – (Melas, Ménard, 2002, 61) offrirait en outre un intérêt certain comme instrument majeur de la démocratisation de la vie carcérale d’autant plus nécessaire que l’absence de liberté politique - et en particulier celle de moyens politiques, tel un espace de parole où parler et agir ensemble - est facteur deviolence. (Melas, Ménard, 2002, 61). Substitut et dérivatif de celle-ci, la verbalisation des affects permet bien souvent au contraire - tout surveillant de quelque expérience le sait bien - de libérer les tensions au moindre coût pour l’institution comme pour ses pensionnaires.

16À l’inverse, tout ce qui concourt à restreindre les espaces d’apparition en prison s’avère contre-productif. Cela conduit en effet au développement de cette version cachée des faits (hidden transcripts)théorisée par J C. Scott et, avec elle, à une autre forme d’apparition échappant largement au contrôle institutionnel. Sur un plan formel, les pratiques clandestines réalisent effectivement une subversion efficace de l’emprise pénitentiaire (Mary, 1989, 172)En ce sens, Chauvenet (2004, 286) constate que La double exclusion d’un espace de droit, de parole et d’action en commun a pour effet de substituer à celui-ci des rapports de face à face… entre les personnels de surveillance et les détenus d’un côté, entre les détenus de l’autre et qu’elle encourage de ce fait une propension naturelle à la violence comme moyen privilégié et parfois désespéré de l’affirmation de soi.

17Le développement des espaces d’apparition permettrait encore de limiter le recours à ces espaces de disparition privilégiés que sont les voies clandestines concernant au moins les sujets qui, privés de parole et d’action publique, mais trop timorés pour affronter ouvertement l’institution, n’ont guère d’autre issue que de se réfugier dans des pratiques secrètes destructrices. Dans une optique sécuritaire, une telle politique ne permettrait-elle pas aussi à l’administration pénitentiaire de mieux connaître les sujets dont elle a la garde ? Concrètement, favoriser une certaine liberté de parole avec la surveillance par exemple, n’est-ce pas une autre façon d’améliorer un peu la transparence et permettre de relâcher de la pression en tant que de besoin ? Comme tout surveillant chevronné le sait bien, il y a là de fait un remarquable outil de cette régulation psycho-affective dont traitent Melas et Ménard cit. (2001, 50sqq.) Parce que le défoulement verbal a des effets cathartiques, des écarts de langage sont de nature à en éviter de plus graves comme nous l’a souvent montré une observation participante prolongée de la vie intra muros.Percer l’abcès, savoir simplement écouter, formes de reconnaissance, sont des pratiques éprouvées à l’égard même des sujets les plus violents, ou encore pour aider à surmonter certaines introversions. Lors d’une enquête que nous avions menée dans un centre pénitentiaire de l’ouest, même si les avis étaient également partagés sur la question de savoir si un détenu résiste moins quand il peut se faire entendre, 80% des prisonniers sondés avaient estimé que si le détenu peut discuter avec l’administration, celle-ci est amenée à infléchir sa position. Un tel travail apparaît en fait une condition sine qua non de la normativisation.

18Observons par ailleurs que l’action est une dimension constitutive essentielle de l’apparition. De nombreuses activités, surtout si elles sont librement consenties, exercent sur le climat de la détention un effet apaisant non moins avéré. De façon générale, toutes celles qui favorisent l’expression personnelle pacifique (activités créatrices et sportives…) ne peuvent que concourir à l’amélioration du climat de la détention.

1.1.3. Pour la société et le droit

19Fondamentalement, l’apparence implique une reconnaissance de l’autre - de sa place et de son importance - et, avec celle-ci, une recherche d’approbation qui ne va pas à certains moments au moins - sans quelque renoncement à soi, des concessions. Elle apparaît de ce fait une manifestation majeure et incontournable de la socialisation, particulièrement chaque fois qu’elle incline à se conformer à des règles ou à des goûts généralement reçus, à entrer dans des moules. Mais les espaces d’apparition constituent par ailleurs une conditio sine qua non de l’exercice de la citoyenneté. Pas de participation sociale effective en effet sans cette possibilité d’expression libre de soi par des actes et des paroles qui signalent le comportement de tout acteur social. Ils apparaissent encore dans le champ incontournable de la responsabilisation du condamné qui ne peut s’entreprendre et se poursuivre heureusement que par des actions, des initiatives, et des paroles sur celles-ci. Leur développement en détention - intrinsèque à la normativisation - se révèle d’ailleurs d’autant plus porteur en terme de (ré)insertion sociale que ce sont assez souvent la pauvreté et les carences de ses espaces d’apparition anté-carcéraux qui poussent assez souvent le jeune délinquant à s’affirmer à tout prix. Ceci étant, les moyens de l’apparition en prison sont-ils réellement en mesure de répondre à ces divers intérêts ?

20Au plan de la pénologie, la sanction peut se trouver amplement dévaluée lorsque les espaces de disparition concourent à faire la prison plus douce ou plus dure au contraire. Plus douce, comme c’est le cas avec les pratiques clandestines notamment. Car si punir dans le sens le plus positif du terme consiste à substituer au vieil homme un homme neuf, notamment par la mise en place d’interdits, les actions en coulisse de la population pénale s’avèrent à cet égard résolument contre-productives. Faisant en effet échec à la loi au sens large du terme, les activités cachées, permettent bien souvent en effet la poursuite dans l’enfermement d’errements anciens pernicieux (rackets et violences diverses, déviances sexuelles, …) alors que la réussite de la punition se comprend comme sa reconduction indéfinie, sa perpétuation illimitée (Gros, 2001, 94). Au total, si punir c’est aussi transformer une souffrance en malheur » (Ibid., 109), les espaces de disparition que permettent des activités par lesquelles la personne détenue en faisant sa prison se fait la prison, aboutissent à rendre la peine plus douce et vont ainsi à l’encontre de sa fonction rétributive.

21Mais la peine rendue plus dure par un confinement cellulaire strict, espace de disparition comme punition auto-infligée, revient essentiellement chez certains prisonniers, nous l’avons maintes fois constaté, à substituer à la peine publique une sanction personnelle de surenchère, soit à annuler la justice sociétale. De même le suicide, cette auto-sanction suprême par quoi un prisonnier peut échapper absolument à la justice des hommes et qui aboutit là encore à une victimisation paradoxale du coupable (Ibid., 113). D’où cette nécessité de favoriser les espaces d’apparition aux dépens des espaces de disparition de cette nature.

1.2. Les moyens d’apparaître

22Pour des raisons sans doute essentiellement sécuritaires mais qui tiennent encore au milieu, de diverses manières le champ carcéral contraint les personnes qui y sont soumises à apparaître, au sens le plus absolu du terme, imposant souvent leur mise à nu au moins physique dans de nombreuses situations. À côté de ces formes contraintes cependant - victoire au moins partielle sur les forces du champ - un certain nombre de modalités d’apparition libres se manifestent.

1.2.1. Espaces d’apparition contraints

  • 10  Dans le même sens, Hyvernaud (1949) écrivait Nous nous cognons aux autres comme aux pauvres d’un c (...)
  • 11  Toujours en ce sens Mary (1989, 175) a parlé de Ce processus de dégradation de l’individu… par la (...)
  • 12  Car les détenus sont placés sous la responsabilité d’un groupe dont la tâche principale est de les (...)

23Des illustrations en sont données d’abord par le régime cellulaire, caractéristique de la détention provisoire, ainsi que par les fouilles au corps et les parloirs - familles. La promiscuité cellulaire contraint quant à elle de façon permanente des individus à tomber les uns sur les autres10selon la formule de Chauvenet (2004, 287). Le défaut d’un espace de disparition qui puisse garantir une intimité minimale permet alors - même sans acte et sans parole - un espace d’apparition optimale et non voulu, entraînant en quelque sorte la transparence à l’autre11. En ce qui concerne par exemple les parloirs, en raison des conditions dans lesquelles ceux-ci se déroulent, ce n’est plus seulement la personne physique et morale du détenu qui est contrainte d’apparaître, mais sa vie familiale et affective qui se trouve alors livrée au regard étranger. Plus généralement, l’institution totalitaire impose à la personne détenue d’apparaître contre son gré12.

  • 13  Portmann (1961) distingue les apparences authentiques, qui sont évidentes comme se manifestant d’e (...)

24Observons ici que le viol de son intimité physique ne se réduit pas à la simple révélation de parties du corps normalement préservées du regard de l’autre, mais à leur exposition forcée ou à l’insu du sujet. Alors que l’intimité physique n’est pas violée en effet dans le cas de l’exhibitionniste pour qui l’apparition inauthentique13 est source de jouissance, ou encore pour qui s’expose au risque d’être découvert nu sans le moindre état d’âme, l’œilleton des cellules et l’auscultation des portes dévoilent souvent la personne détenue à son insu et/ou malgré elle, l’obligeant donc à apparaître au delà de ce qui est ordinairement souhaité. Mais c’est sans aucun doute avec les fouilles au corps que se réalise l’apparition forcée la plus extrême. Par elles s’effectue alors l’intrusion absolue (au delà même du sensible dans l’apparence physique inauthentique, puisque sa réalité échappe même au sujet dans le cas de l’investigation rectale.

  • 14  Plus il est porté par un désir de reconnaissance, plus il se sent menacé par le mépris disent du j (...)

25Or, pareille obligation de se livrer, portée à son apex dans tout univers concentrationnaire, est génératrice d’un ressenti de mépris dont des auteurs (Dubet, Martucelli, 1998, 191-195) ont pu souligner la part à l’origine de la violence14 dans une population où prévaut justement chez les plus jeunes l’obsession de la « face » et de l’honneur (Ibid., 192). Alors que les espaces d’apparition permettent normalement à l’individu de ne révéler à l’autre que ce qu’il veut, et donc de préserver ou masquer ce qu’il a de plus intime, le voici donc dans la nécessité de révéler tout ce que préserverait normalement des espaces d’apparition choisis et maîtrisés que la prison n’ignore toutefois pas absolument, comme nous allons maintenant le voir.

1.2.2. Espaces d’apparition choisis

26Parmi les modalités de l’apparition volontaire en prison, distinguons ici les actes et conduites positifs ou neutres des espaces négatifs. Concernant les premières, la plus ordinaire est sans doute la parole, incontournable outil du paraître qui poursuit alors essentiellement des fins de réhabilitation. Par elle, il s’agit en effet de se montrer sous son jour le plus favorable. Donné à l’homme pour cacher sa pensée, disait Talleyrand, le verbe vise en effet, non moins que le silence mais de façon active et constructive, à jeter l’oubli sur des actes, brouiller les cartes et recomposer son passé. Mais les comportements et les attitudes ne comptent pas moins comme moyens d’exprimer l’importance de la face.

  • 15  Ainsi, selon le témoignage d’E. Caldier dit Manu le Gitan (2005, 73-74) ... trop d’hommes… en pris (...)
  • 16  Décr. n° 83-48 du 26 janvier 1983.
  • 17  Et quand il s’agit enfin d’être, la proposition est toujours associée à une réponse préétablie (êt (...)

27Parmi les actes et conduites positifs ou neutres, la tenue vestimentaire et le souci de l’apparence physique - qui dépassent la simple identité physique passive produite quant à elle sans la moindre activité, dans l’unicité de la forme du corps (Arendt, 1983, 236) - témoignent de l’importance de la construction de son image15. Le soin généralement attaché à l’habillement et l’intérêt pour la musculation semblent à cet égard significatifs. Si le droguet fut longtemps un symbole fort de l’entreprise de stigmatisation et d’uniformisation poursuivie par le système carcéral, son abandon depuis 198316, et de ce moment la possibilité de se vêtir à son gré, a permis au contraire au détenu d’apparaître à la fois comme monsieur tout le monde et d’affirmer également sa différence, soit une identité et une distinction au sens que Bourdieu donnait à ce terme, avec tout ce que cela a de positif pour l’apparition. À ce propos, Simmel observait (1996, 52) que L’essence et le sens de la parure, c’est d’attirer le regard des autres sur celui qui la porte, et… de mettre l’accent sur la personne. La coiffure ou, plus rarement sans doute, les tatouages, à l’instar des bijoux, relèvent encore de ce travail en surface par quoi il s’agit non moins pour la personne de corriger ce qu’elle estime être le fondement objectif de sa déficience (Goffman, 1975, 19). De fait, la tenue s’avère un signe porteur d’information sociale (Ibid., 61), l’un de ces désidentificateurs….qui tendent - en réalité ou dans l’espérance - à briser un tableau… pour le modifier dans un sens positif voulu par leur auteur, et dont l’effet n’est pas tant de poser une nouvelle revendication que de mettre fortement en doute celle qui existait virtuellement (Ibid., 60). Concernant la pratique assidue de la musculation, ou plus généralement d’une activité sportive, elle tend moins à procurer une amélioration sensible et durable de l’apparence ou de la forme physique, à l’accomplissement de performances pour soi - bien que celle-ci soit effectivement réhabilitante pour l’ego meurtri - qu’à en mettre plein la vue. L’objectif principal est ici une fois de plus d’être remarqué, d’impressionner l’autre et de susciter, encore et toujours, l’envie et de plaire17.

  • 18  Ainsi, un prisonnier (Michel, cité par Guéno (2000, 156), déclarait à propos de ses œuvres (toiles (...)

28Mais bien d’autres activités paraissent offrir à leur auteur un espace d’apparition de choix. Les arts plastiques, l’écriture constituent autant de moyens de se valoriser pour des individus en manque de faire valoir18. En ce cas cependant, comme souligné encore par Arendt (1972a, 199-200), … ce n’est pas le libre processus créateur qui finalement fait son apparition et importe au monde, mais l’œuvre d’art elle-même, le produit final du processus. Plus généralement, l’auteur apparaît non par un agir, mais par le résultat de ses actes, trace ostensible et durable de soi. Il en va autrement à cet égard pour «les artistes qui se produisent – les danseurs ; les acteurs de théâtre, les musiciens… ont besoin d’une audience pour montrer leur virtuosité, exactement comme les hommes qui agissent ont besoin de la présence d’autres hommes devant lesquels ils puissent apparaître (Ibid., 200). Ainsi, la participation du prisonnier à une activité théâtrale, à un orchestre satisfait-elle plus encore le besoin impérieux et tonifiant d’apparaître, requérant littéralement une scène. Une telle activité procure en effet un auditoire élargi devant lequel il devient alors possible de se produire publiquement sans risquer de se trahir et de livrer son intimité.

  • 19  Le reclus se met à forger une « histoire de ses malheurs » souvent triste, sorte de complainte et (...)

29Venons maintenant aux espaces négatifs de l’apparition. Sicertains sont pleinement licites, beaucoup ne peuvent se réaliser qu’au prix d’une transgression. Relativement aux premiers, relevons ici la part du mensonge. L’apparence différant toujours plus ou moins de la réalité arrangée pour les besoins de la cause, la place du mensonge, de l’hypocrisie et du déni comme moyens courants du paraître est importante. À propos du mensonge, Simmel (1991,15) a observé que La nature profonde de tout mensonge, aussi concret que soit son objet, est de faire naître l’erreur sur le sujet qui ment : car il consiste, pour le menteur, à cacher à l’autre la représentation vraie qu’il possède. Ainsi, la personne détenue arrange-t-elle volontiers son histoire19.

30En ce qui concerne les grèves de la faim et les actes auto-agressifs (Cf. sur la question  Bourgoin, 2001), ils offrent dans un tout autre registre un espace d’apparition relativement recherché. Il ne s’agit plus alors en effet de séduire ou d’éveiller l’envie, ni non plus d’échapper au jugement. En suscitant la pitié, la peur, éventuellement l’horreur, l’objectif est clairement de faire pression sur les décideurs et/ou d’appeler à l’aide, soit d’impressionner et d’attirer sur soi le regard par une irruption remarquée sur la scène carcérale. Ce mode d’apparition par effraction se situe ainsi dans le registre d’une stratégie de résistance-spectacle, délibérée donc, par quoi il est forcé à voir, et non plus simplement donné à voir. Par l’automutilation en particulier, voici que l’acteur-détenu sort de l’anonymat, le matricule se fait chair au prix du sang versé, accédant du même coup à un fort sentiment d’exister. Avec le suicide, nous tenons une forme d’apparition-disparition parce que c’est aussi par cette dernière que se réalise la première. Nous y reviendrons donc à cet autre titre.

31Quant aux formes illicites de l’apparition, certaines sont résolument ouvertes, mais la plupart doivent se cacher. Ressortissent clairement aux premières les actes hétéro-agressifs (agressions physiques et verbales) qui éclatent au grand jour. Même si, perpétrés devant témoins, ils ne recherchent pas forcément la publicité, ils n’en permettent pas moins une démonstration de force dont la finalité principale - inconsciente ou non - est bien de s’affirmer au regard de ses pairs et de soi-même par ces actes autant que par l’extériorisation d’affects. La sanction institutionnelle de ces faits est elle-même susceptible d’en faire le prix et de constituer en certains cas un facteur de l’apparition, nous y reviendrons. Mais une autre nécessité fonde encore ce type d’apparition. En effet, comme le remarquait un détenu (Patrick, in Guéno, 2000, 57), Le respect passe toujours par la violence, si tu veux pas toujours physique, peut-être verbale, quelquefois une apparence agressive suffit, mais toujours tu dois faire croire que tu es capable de violence. Enfin, fréquemment ponctuées de paroles du type Moi, je me laisse pas faire ! je l’ai eu ou je vais le défoncer, ce bâtard !, les hétéro-agressions comportent encore une connotation sexuelle, réalisant en ce cas une apparition du type viril qui est, intra muros, en mal de preuves. Toutefois, chaque fois qu’elles se prolongent dans le temps ou qu’elles sont susceptibles de se répéter, les actions illicites doivent être soigneusement dissimulées.

32Les pratiques clandestines réalisent ainsi des formes mixtes d’apparition-disparition car elles impliquent à la fois une apparition (restreinte) et une disparition (étendue) à l’institution et au milieu. Observons enfin que ces divers modes d’apparition par un comportement ou une action font tantôt l’économie de la parole et tantôt celle de l’acte, ceci en fonction souvent de handicaps personnels, mais encore des situations. Cette considération amène aux limites de l’apparition en prison.

1.3. Limites des espaces d’apparition en prison

33L’apparition en prison est contrariée par les contraintes disciplinaires et par le milieu mais souvent aussi par la personnalité des personnes détenues.

1.3.1. Les contraintes disciplinaires

34Les limites tiennent d’abord à la condition carcérale et à la conception de la prison qui la façonne. Elles sont encore largement déterminées par un milieu humain bien particulier. Être en prison, c’est être au trou, au placard, à l’ombre. Or, disparaître à la lumière, c’est être privé de visibilité en ce sens aussi où le regard du plus grand nombre, et surtout peut-être des gens comme tout le monde, fait défaut et ne peut donc plus, ni vous atteindre, ni vous prendre en compte. Une illustration extrême en est donnée par le modèle du Pelican Bay (Bauman, 2000). Par cette mutation de l’utopie pénitentiaire caractérisée par la privation de tout contact physique, avec toute possibilité d’apparition - symbolisée par l’absence de baies dans l’architecture de la prison californienne - ce sont aussi les moindres manifestations de l’apparence qui se trouvent alors réduites à néant. Dans une moindre mesure sans doute, l’ancien régime des Q.H.S. comme l’isolement, (disciplinaire ou dans l’intérêt de la personne détenue) aboutissent à une visibilité et à une transparence optimales du prisonnier et quasiment à sa réification.

  • 20  De fait, le paraître correspond plutôt à un espace de disparition dans la mesure où le souci n’est (...)

35Si par ailleurs, dans le régime cellulaire commun, le sujet incarcéré peut apparaître à ses gardiens et à ses codétenus, et même de plus près, c’est dans des espaces limités à l’extrême, confinés et plus souvent subis que choisis. Observons que la fin de l’apparition est alors, non d’apparaître pour soi mais de paraître à l’autre et pour l’autre par la production d’une image de soi conforme aux attentes20 d’ailleurs souvent résolument contradictoires de l’institution et du milieu. Il s’agit donc dans le même temps de disparaître aux uns pour paraître aux autres car on ne peut prétendre se faire bien voir de l’institution et de ses pairs dans la plupart des cas. Pour l’administration par ailleurs, il s’agit alors moins de faire paraître ses pensionnaires, autrement dit de les valoriser, que de les faire apparaître tels qu’en eux-mêmes.

1.3.2. Les contraintes du milieu

  • 21  Transposant ici le fameux principe d’indétermination de Heisenberg à l’échelle de l’infiniment pet (...)

36Si les espaces d’apparition s’avèrent le plus souvent restreints en détention, le régime disciplinaire n’est pas par ailleurs seul en cause dans leurs carences. En effet, le milieu carcéral fait non moins obstacle à l’expression personnelle par la parole et par l’action (Arendt, 1983, 233),éléments créateurs de l’apparence. En tout état de cause, l’enfermement pénal ne peut guère offrir que des espaces d’apparition – croupions. En effet, souligne Chauvenet (2004, 278), La privation de liberté et la situation d’inégalité fondamentale liée au statut d’assujetti du prisonnier excluent d’emblée celui-ci de ces deux dimensions inséparables de l’espace démocratique, conditio sine qua non d’espaces d’apparition positifs. De fait, comme ce dernier auteur l’a observé (Ibid., 280), Contrôler vise précisément à éviter l’action commune et ses conséquences imprévisibles, à substituer des comportements à la parole et à l’action libre. La surveillance permanente et tous azimuts ne peut donc qu’altérer la réalité de l’être, modifié malgré lui par le regard souvent insistant des autres21.

37Pour nous résumer, à peine de s’exposer à des sanctions disciplinaires et, s’agissant du milieu, à la censure non moins stricte des entrepreneurs de morale (Becker, 1985, 158, 171-187), la personne recluse n’a guère le loisir de pouvoir apparaître impunément.

  • 22  La nécessité de se couler dans des moules  dans l’espace-temps d’apparition, soit donc toutes les (...)

38Parce que la stigmatisation et la sanction pèsent bien davantage en milieu fermé sur les comportements déviants notamment, elles imposent alors ce dilemme de ne s’avancer que masqué à moins de se compromettre de façon plus ou moins irrémédiable en révélant quelque chose de l’apparence inauthentique. Reprenant le thème de la duplicité de Maffesoli (1979, 140), Mary (1989, 179) relevait à cet égard que le devoir être prime en prison le pouvoir être et que jouer un rôle y apparaît dans ces conditions une dimension tout à fait essentielle de la résistance carcérale22. Un tel constat illustre, avec la vieille dichotomie métaphysique de l’Être (vrai) et la (simple) Apparence» et « la suprématie ou au moins la priorité (Arendt, 2005, 42) de celle-ci, le postulat arendtien de la prédominance persistante de l’apparence (Ibid., 43).

1.3.3. La personnalité des acteurs et leur casier judiciaire

39Quant à l’impact de la personnalité, là encore les individualités les plus fortes se révèlent bien évidemment les mieux armées. Concrètement et très généralement, il importe d’abord de bien distinguer le cas des grands hommes de celui des sous-hommes (Welzer-Lang et al., 1996, 128-156) et, plus généralement, celui des personnalités vulnérables à des titres divers de celui du détenu moyen. À cet égard, l’apparition par effraction que constitue la violence, d’une part, et le retrait, refus d’apparaître, d’autre part, sont des comportements extrêmes révélateurs. Tant et si bien que les espaces d’apparition constituent une remarquable pierre de touche de la grande inégalité devant la peine de prison (Noali, 2008, 85-100). Alors que le faible niveau culturel, les carences de verbalisation et un manque de savoir-faire affectent sensiblement l’apparence et les modalités de l’apparition, les individualités fortes, i.e. celles qui présentent des atouts pour s’imposer (caïds, sujets intellectuellement évolués et dotés de facilités d’expression), sont bien évidemment mieux à même de se faire entendre, de se faire voir et de se faire bien voir. Des facultés intellectuelles favorisent - notamment avec ces formes d’escapisme que sont la poursuite d’études, des activités créatrices - autant de champs d’apparition (et aussi de disparition) éprouvés. Dans un tout autre registre, la faculté de dissimuler constitue une ressource non moins efficace pour l’apparition comme pour la disparition.

40S’agissant plus particulièrement de la population vulnérable, l’espace d’apparition s’avère aussi largement tributaire de la nature des délits et crimes. Celle-ci détermine en effet le degré de la pression du milieu. Les prisonniers impliqués dans des affaires de mœurs sont ainsi tout au long de leur incarcération exposés à des persécutions contraignant la plupart à un isolement maximal (confinement cellulaire, voire isolement administratif) et, dans le meilleur des cas, à des relations exclusivement inter pares (Welzer-Lang et al.).

41Une longue observation personnelle nous incline d’ailleurs à penser que le passé judiciaire exerce une incidence plus forte que la contrainte disciplinaire sur les individus en cause. De façon plus générale, tout reclus présentant une vulnérabilité physique ou psychique et même plus banalement des difficultés d’expression verbale voit ses espaces d’apparition considérablement réduits. Enfin, les personnes présentant des vulnérabilités non liées à la condamnation - infirmes ou sujets psychiquement diminués, voire celles atteintes de troubles mentaux - sont elles-mêmes enclines, ou contraintes, à développer en conséquence leurs espaces de disparition (confinement cellulaire, repli sur soi, évasion artificielle…), ne serait-ce que pour limiter là encore les difficultés relationnelles liées à la fragilité de l’être.

42Parce que les espaces d’apparition pris dans le champ de force des contraintes carcérales se trouvent fortement affectés, encadrés et limités, l’apparition doit donc être recherchée et inventée dans des mondes parallèles. Aux espaces d’apparition interdits ou contrariés répondent alors des espaces d’apparition permis, et donc ouverts, ou clandestins et ravis.

2. Des espaces de disparition libérateurs ou enfermants

43Si dans la conception panoptique de la prison traditionnelle la population carcérale est susceptible d’être appréhendée en permanence et en tous lieux dans ses moindres faits et gestes, une telle situation n’empêche pas absolument les espaces de disparition. Au contraire, elle tend plutôt à les rendre nécessaires, à les susciter, et ne peut y faire absolument obstacle malgré qu’elle en ait. Les pratiques clandestines sont ainsi à la fois choisies par le détenu en même temps que générées par le système.

2.1. Fondements et intérêts

44Par opposition aux espaces d’apparition,lesespaces de disparition pourraient être caractérisés par l’absence de trois éléments constitutifs des premiers :le défaut d’acteur, de scène et de public. Au sens le plus large du terme, ils sont réalisés par tous les moyens de retranchement possibles. Nous les entendrons alors comme un ensemble de conduites, voire de ficelles plus ou moins consciemment recherchées par le prisonnier en tant que moyens d’accéder à des espaces de liberté et d’intimité ou à leur illusion parce qu’elles permettent d’être soi-même, en soi et pour soi. Citons parmi les voies les plus usitées les études, le rêve, les comportements de retrait tel le confinement cellulaire, les toxicomanies. De façon générale, si l’espace de l’apparence est nécessaire à la personne pour son équilibre et son épanouissement, l’espace de disparition répond non moins à cette nécessité parmi d’autres.

  • 23  Pour Mary (1989, 179), Les pratiques clandestines peuvent ainsi être considérées comme autant de t (...)

45Toutefois, le besoin en est assurément plus fort en prison. Les conditions comme les carences de l’espace d’apparition incitent en effet à la construction de mondes parallèles où trouver refuge, oubli ou expression de soi23. Ceci d’autant que les espaces d’apparition et de disparition souhaités parl’administration pénitentiaire et la personne détenue ne coïncident que rarement. Le système comme le milieu contraignent d’ordinaire les reclus à apparaître là où ils souhaiteraient disparaître tout en leur interdisant d’apparaître là où ils le souhaiteraient. Cependant, si les prisonniers tirent largement parti du développement en prison d’espaces de disparition, l’administration pénitentiaire peut paradoxalement y trouver son compte et ainsi, dans une certaine mesure au moins, leurs intérêts se rencontrer ici.

2.1.1. Intérêts pour l’institution

46En premier lieu, il existe de nombreux moyens licites, neutres, voire bénéfiques à la personne détenue d’échapper à l’emprise carcérale ou de l’alléger. Parce qu’ils occupent plus ou moins utilement le prisonnier, ceux-ci servent bien évidemment les intérêts de l’administration pénitentiaire, l’oisiveté étant une source majeure de difficultés sur un plan disciplinaire. Ainsi, et sans préjudice d’autres fins, les études, les jeux, une activité créative, la lecture, le sport ou la télévision sont autant de niches où trouver refuge et disparaître d’une réalité vécue insupportable quand on est enfermé.

47Il peut sembler en revanche paradoxal, que l’établissement pénitentiaire trouve un quelconque intérêt à des formes d’escapisme résolument négatives, notamment celles qui violent de façon flagrante des interdits formels. Leur contrôle permanent étant une mission essentielle de la surveillance, celle-ci a néanmoins besoin d’un maximum d’informations sur ce que pensent les personnes dont elle a la charge, ce qu’elles font et ce qu’elles sont réellement, ou ce qu’elles tentent de cacher. Or, les pratiques dissimulées peuvent être un bon moyen de révéler la personnalité dans un univers imposant aux sujets un vigilant contrôle de soi et freinant l’apparition spontanée. Dans un tel contexte, en un mot, le sujet se révèle, et donc apparaît, essentiellement par sa disparition. De surcroît, avons-nous déjà observé, il peut être commode à la surveillance d’ignorer au quotidien des propos, des faits et gestes, voire certaines incivilités et des transgressions. À cet égard, l’omerta carcérale l’arrange autant qu’elle peut la gêner (Noali, 2006, 341). C’est bien sûr le cas dans la mesure où la sécurité de l’établissement n’est pas compromise, ni son bon ordre ouvertement défié (cas de pratiques toxicomanes ou sexuelles déviantes).

48Enfin, si la plupart des pratiques clandestines, domaine privilégié de l’espace de disparition en prison, n’échappent guère à terme à la vigilance de la surveillance, elles constituent une sorte de soupape de sécurité pour relâcher opportunément la pression (Scott, 2006). Elles font en effet diversion à un affrontement direct avec l’institution alors qu’une excessive rigueur s’avère contreproductive pour la sécurité, comme le savent bien les agents pénitentiaires chevronnés et comme l’ont souligné de nombreux auteurs dont Mary (1989, 173) et Scott (2006). Observons enfin que la prison est plus désarmée pour maîtriser les espaces de disparition que pour contenir les espaces d’apparition.

2.1.2. Intérêts pour les personnes détenues

49En cherchant à se présenter sous un jour favorable, le détenu-acteur vise à la fois à disparaître tel il se perçoit négativement et à apparaître tel il souhaite être vu, avons-nous observé. Ensuite, pour les raisons également évoquées, il se trouve en quelque sorte condamné à disparaître plus ou moins du simple fait qu’il paraît et se trouve en permanence tenu d’apparaître. Après l’exposition de leurs fondements et de leurs intérêts, les avatars des modes de disparition, puis leurs limites, nous retiendront.

50Là encore, envisageons d’abord le cas général. En apparaissant, et du simple fait qu’ils paraissent, les prisonniers se trouvent amenés à disparaître peu ou prou car, souligne Arendt (2005, 45), elles (les apparences) ne se contentent pas de révéler, elles dissimulent aussi… Elles dénoncent et elles protègent également et,pour qui se trouve au-dessous, ce rôle de protection pourrait bien être le plus important (nous soulignons). C’est le cas toutes les fois que les sujets ne peuvent, ou ne veulent, correspondre aux modèles imposés, et ceci non le temps d’une scène, mais durablement, soit pour le temps de la détention. Mais observons que, comme ils déterminent dans une certaine mesure au moins les formes de leur apparition et ses espaces, ces modèles affectent les espaces de disparition ainsi que leurs modalités. Si toute personne a besoin en effet pour son équilibre de ces mondes parallèles où cultiver son quant à soi, ceci est certainement plus nécessaire intra muros.

  • 24  Car il y a aussi que certaines choses, tout simplement pour exister, ont besoin d’être cachées tan (...)

51D’une part, comme l’a remarqué Simmel (1996, 40), la publicité totale empêche bien des contenus existentiels de se manifester. Le secret offre en quelque sorte la possibilité d’un autre monde à côté du monde visible… Dans cet ordre d’idée, Goffman (1968, 99) a relevé qu’il arrive qu’une adaptation secondaire devienne comme un refuge pour la personnalité sorte de « churinga ». D’autre part, … la découverte moderne de l’intimité apparaît comme une évasion du monde extérieur, un refuge cherché dans la subjectivité de l’individu… » (Arendt, 1983, 111). Or ces espaces parallèles sont d’autant plus désirés que le sujet n’a pas la maîtrise de son intimité24.

52 Le souci de la préserver a minima et le combat permanent qu’elle motive pour tenter d’en sauver au moins des parcelles apparaissent en fait des éléments moteurs de cette entreprise de disparition poursuivie peu ou prou par toute personne recluse. Plus généralement, parce que toute expression d’opposition ouverte est bridée, un naturel ordinairement contestataire et des errements déviants souvent anciens reviennent au galop, d’autant que ne sont plus guère laissées aux reclus comme issues pacifiques que l’opposition larvée, l’hypocrisie et les pratiques clandestines.

53Mais l’institution n’est pas seule en cause ici. Fait de suspicion permanente, terrain fertile de la paranoïa (Chauvenet et al., 2005), le milieu carcéral, dans lequel l’autre est constamment cherché et « recherché » par ses pairs impose particulièrement la construction d’une image convenue de soi et incline tout autant que la chape disciplinaire à la dissimulation. Or, ce repli stratégique dans des mondes parallèles refuges, cercle vicieux, alimentent à son tour des procès d’intention. Certaines formes de disparition (les pratiques clandestines) sont ainsi motivées par la difficulté de ne pas se trahir sur la scène carcérale car, comme l’a encore observé Arendt (1983., 237), nul ne sait qui il révèle lorsqu’il se dévoile dans l’acte ou le verbe, et cela ni l’auteur de bonnes œuvres… ni le criminel qui doit se cacher à autrui ne peuvent se le permettre. Ce sont des solitaires...

  • 25  Pour ceux-ci en effet, la sécurité passe par la mobilisation de tout ce qui, dans la pratique et d (...)

54Une illustration nous en est fournie avec les détenus homosexuels, en permanence contraints à un travail de présentation de soi destiné à éloigner tout soupçon (Welzer-Lang et al., 1996, 144)25. Apparaît aussi déterminante l’expérience anté-carcérale d’un autre univers, celui singulièrement des banlieues, chasse gardée où se développent un « monde des affaires », où s’offrent des opportunités, des activités orientées vers la survie ou, plus souvent, vers l’acquisition des moyens qui permettent… des petites affaires, des « combines », des coups plus ou moins légaux dans lesquels les jeunes se présentent comme des entrepreneurs marginaux au petit pied (Dubet, 1994, 188). Alors en effet, les mêmes causes produisant les mêmes effets, tout comme dehors et tout comme avant, voici que les espaces de disparition se muent en authentiques espaces d’apparition.

2.2. Moyens et limites

2.2.1. Des moyens

  • 26  On lit pour lire. Pour s’engourdir, se défaire, se perdre, se vider de soi (Hyvernaud, 2000, 147)
  • 27  Seul, mon stylo m’aide à survivre, il m’aspire vers l’évasion, vers l’ailleurs imaginaire (Sébasti (...)

55Nous distinguerons les espaces de disparition recherchés des espaces de disparition imposés. Quant aux premiers, nous opposerons là encore les formes licites aux formes illégales. S’agissant des premières, toutes les modalités de l’escapisme susceptibles de permettre l’évasion mentale à partir d’activités aussi diverses que les études, la lecture26, l’écriture27, les arts plastiques, des sports ou la musique, des jeux, la télévision ouvrent des espaces de disparition éprouvés. La réserve et le silence, un refus délibéré d’apparaître sont sans doute encore un moyen usuel d’échapper partiellement à la présence envahissante de l’autre et de tenter de garder ses secrets. Ainsi, comme l’a observé Turine (in Paci, Kaminski, Mary, 2007, 103) Le détenu apprend à se retenir de crier sa détresse, sa solitude, sa colère, sa culpabilité et à dompter cette épuisante voix « du dedans » qui ne s’arrête jamais de vraiment chuchoter.

  • 28  Car Les rêves du prisonnier lui paraissent plus réels que son existence quotidienne. Il y retrouve (...)

56Le mensonge et la dissimulation constituent en prison des armes de résistance usuelles non illicites et donc non répréhensibles. Ils apparaissent à la fois comme moyens d’apparaître et de disparaître, de disparaître pour mieux apparaître. Avec le déni encore - forme de résistance singulière également répandue chez les personnes détenues - la situation est différente. En ce sens d’abord qu’un tel comportement n’est pas forcément ou, en tout cas, pas aussi pleinement conscient. Par ailleurs, s’il peut encore s’agir de sauver les apparences, s’ouvre avant tout par là un espace de disparition à soi-même, sans alors une nécessaire contrepartie d’apparition à l’autre. Mais la solitude et le repli sur soi ainsi que le rêve28qui leur est le plus souvent associé, constituent sans doute les espaces de disparition les plus banaux car les plus accessibles. Je me suis créé mon univers où je n’autorise personne à entrer. Là, seulement, je parviens à écarter, de temps en temps, les barreaux. Furtivement. Je n’ai plus envie d’aimer et d’observer les gens. Ils me font peur. Ma grande solitude est mon seul refuge…  (Amélie, in Guéno, 2000, 56)

  • 29  La veille de son suicide, un jeune détenu nous confia, ce que nous ne comprîmes pas sur le coup, D (...)

57La plupart des formes d’exit constituent autant d’avatars imparfaits en ce sens que, à la différence de certaines toxicomanies qui ne laissent plus passagèrement qu’un lien ténu avec les autres et le monde, les sujets conservent alors une certaine conscience du lien social. Dans le cas des retraits et du confinement cellulaire cependant, une limite est atteinte. De ce point de vue, R. Knobelspiess (1980, 197) a évoqué ces détenus qui ne vont plus se promener, restent cloîtrés dans leur cellule, prostrés, dans l’attente de médicaments. et relaté que la grande majorité des détenus vivent des jours, des semaines, des mois côte à côte sans parler, sans même échanger un regard, un rire, ou rien qu’un soupçon de chaleur humaine (1980, 203). Si l’observation se rapporte certes à un établissement pour personnes mentalement fragiles (Château-Thierry), les détentions ordinaires n’ignorent pas pour autant ce type d’espace de disparition. Quant au suicide - acte depuis longtemps licite bien que négatif - il réalise sans doute la forme de disparition la plus absolue. Mourir c’est en effet, selon un euphémisme usuel, disparaître et le défunt, c’est communément le disparu. Avec la mort, le corps se dissout et s’évanouit l’esprit, pour soi et dans le même temps pour l’autre auquel la mort le ravit non moins absolument29. Au regard de l’autre comme pour lui-même le sujet a perdu toute réalité et ceci pour toujours. Alors que la prison constitue une parenthèse pour beaucoup au moins, avec le suicide s’accomplit l’évasion sans retour, une disparition irréversible.

  • 30  Scott (2006, 2) parle du discours « en coulisse » des sans pouvoir.
  • 31  S’agissant par exemple des graffiti visant tel ou tel agent, ils peuvent même procurer autant de s (...)

58Les pratiques clandestines (Mary, 1989), réalisent sans doute quant à elles la voie royale des espaces de disparition en prison. Ceci parce que toute transgression, et plus généralement toute déviance, incline ordinairement son auteur à quitter la scène pour atteindre ses objectifs car, ainsi que l’a observé Simmel (1991, 42), si le secret n’est pas lié directement au mal, le mal est lié directement au secret. Car l’immoralité se cache, pour des raisons évidentes - même lorsque l’acte immoral n’encourt pas le châtiment social, comme certains délits sexuels. Agir en coulisse30, disparaître, apparaît une nécessité de l’action, dont l’objet au demeurant ne relève pas essentiellement en prison de ce que J C. Scott a appelé l’infra-politique des groupes subalternes31. Par de telles pratiques, des mondes parallèles peuvent prospérer et se déployer à l’infini. Par ailleurs, de même que le sujet qui apparaît ne le fait jamais que partiellement, et pour partie malgré lui, en parvenant à sauvegarder une fraction de sa part de l’ombre, par ses agissements cachés témoigne-t-il toujours au fond du besoin d’approbation, le dicible et le montrable posant alors la frontière avec l’intime et le secret de soi.

59Quant à la consommation de drogues en prison, par l’évasion mentale procurée, elle permet une autre forme de disparition pour soi. Plus d’acteur, plus de scène et plus de public. Dans le cas extrême de l’expérience dépassée peut s’ouvrir alors un espace de disparition absolue non désiré. Quant à l’évasion physique, elle est susceptible de réaliser une remarquable disparition-spectacle, un espace de disparition idéal. Avec elle en effet, il ne s’agit plus - comme dans le cas de l’évasion psychique ou de l’autolyse manquée - d’une évasion éphémère pour soi seul, mais d’une recherche d’effet prolongé. Disparition-apparition (disparaître ici pour apparaître ailleurs) et aussi, accessoirement, d’une apparition-disparition donnant à voir à ses pairs une manière d’assomption.

60À côté de ces espaces de disparition recherchés par intérêt et choisis dans leurs modalités, la prison en impose un certain nombre. Le modèle du Pelican Bay californien en a fourni une illustration extrême, mettant ainsi en évidence le lien étroit entre l’un et l’autre de ces types d’espaces. Exposant constamment le prisonnier à la visibilité absolue, il aboutit en revanche à le priver de toute visibilité sur ce qui l’entoure, y compris ses geôliers. « Enterré » vivant dans une cellule sans fenêtre, privé ainsi du moindre contact humain comme du regard de l’autre, le reclus est par conséquent placé dans l’impossibilité absolue d’apparaître et d’être vu.

  • 32 Toutefois, le détenu ainsi isolé conserve parfois la possibilité dans certains établissements ne di (...)

61Si ce cas réalise certes une limite extrême, il est approché par la situation temporaire de l’isolement à titre de sanction disciplinaire (mise en cellule disciplinaire prévue de l’article D. 251, 5°, dans les conditions fixées par les articles D. 251-3 et D. 251-4 CPP), ou dans l’intérêt de la personne détenue (mise à l’isolement de l’article D. 283-1), lesquels entraînent ipso facto la disparition physique du sujet de la communauté carcérale, comme de celle-ci pour l’isolé. Privé de scène et d’auditoire, le sujet dans l’impossibilité de se présenter par ses paroles, ses faits et gestes32 ne peut plus alors être acteur. N’apparaissant plus à personne, il est littéralement au trou. Cependant, et paradoxalement, ce type de châtiment interdit une qualité d’espace de disparition dont la personne recluse aurait précisément le plus besoin, soit celui qui lui assure une intimité personnelle minimale et, avec celle-ci, une certaine liberté d’être soi, en soi et pour soi.

62Cependant, cette peine d’isolement comme sanction de la résistance à l’institution peut être elle aussi, en certains cas, un moyen éclatant de s’affirmer aux yeux de ses pairs. Déjà, comme l’a observé en effet un psychiatre (Huerre, 2002, 186), un séjour en quartier disciplinaire distingue dans la hiérarchie locale le « vrai » homme ! Nous avons ainsi connu personnellement un jeune détenu qui se targuait d’avoir passé au mitard plus des trois quarts de son temps de détention. À l’occasion, la peine d’isolement peut même offrir un espace d’apparition éphémère, l’occasion de se donner en spectacle par des cris ou des propos injurieux et agressifs qui traversent les murs, des violences sur soi, voire un suicide (apparition-disparition). L’absence de public peut aussi provoquer par un état d’angoisse insupportable de ces crises de nerfs et de ces débordements extrêmes qui font alors de la cellule d’isolement un espace paradoxal d’apparition, une scène où s’affirmer au moins, à défaut de spectateurs, devant un surveillant, et toujours à ses propres yeux. Comme si, dans cette situation limite, façon de refuser sa néantisation, pour le sujet l’apparition trouvait sa signification essentielle dans l’affirmation à soi et pour soi parce que si l’homme privé n’apparaît point, c’est donc comme s’il n’existait pas (Arendt, 1983, 99).

2.2.2. Des limites

63Pour l’administration pénitentiaire d’abord. Si cette dernière a vocation à restreindre a minima les espaces d’apparition en prison, le contrôle de la population dont elle a charge paraît devoir s’appliquer a fortiori et prioritairement sur les espaces de disparition dans la mesure où le risque réside justement pour elle dans l’invisible, l’occulte de mondes parallèles échappant par définition à tout contrôle. Le parangon de la surveillance maximaliste est accompli par le modèle du Pelican Bay. En réduisant a minima les contacts des personnes détenues - tant avec le personnel qu’avec les codétenus - et en réalisant un isolement physique maximum, leur sont en effet enlevées, avec l’éviction de l’autre, toutes motivations de lui échapper mais encore, de ce fait, la plupart des possibilités de disparition via des pratiques clandestines. Le strict contrôle des moindres déplacements par vidéo surveillance et le confinement imposé réduisent en effet leur faisabilité à néant. La compensation de carences de l’espace d’apparition libre portées a maxima dans un tel système ne peut plus alors se faire que par les seules voies orthodoxes qu’offrent la lecture, l’étude, les jeux, le rêve, le sommeil et, bien sûr le suicide apparition-disparition.

64Hormis ce cas de figure limite, le renforcement des contrôlesne peut que compromettre le développement des espaces de disparition illicites offerts par des pratiques secrètes non strictement solitaires. Quant aux espaces de disparition ouverts par le recours aux hallucinogènes, ils s’avèrent fort imparfaits. En effet, le lien entre soi et l’autre, qui peut définir l’apparition, n’est que suspendu, et non irréversiblement coupé comme dans le cas du suicide. Toutefois, il peut aussi bien être soutenu que ce dernier mode d’escapisme trouve justement sa limite dans la perfection de la disparition assurée, i.e son irréversibilité.

En guise de conclusion

65Être en prison, c’est être privé du paraître et de l’apparence, être à l’ombre, comme le dit si bien l’expression populaire, tandis que dans l’état de liberté nous sommes du monde et pas simplement au monde (Arendt, 2005, 41). Univers aux antipodes de la démocratie, le système carcéral ressortit à la police entendue au sens large du terme comme le concept rendant compte des règles qui décident de l’apparition des corps et de leur disparition, qui décident de ce qui est discutable et de ce qui est indiscutable (Kaminski, Mary, 2007, 140). L’atrophie des espaces d’apparition en prison s’inscrit plus généralement dans une logique totalitaire, avec à sa source le rapport dominants-dominés. Mais les carences sont sans doute particulièrement patentes dans l’enfermement pénal où l’idéal du corps docile suppose la négation de l’être.

66Quant à l’opposition des espaces d’apparition et de disparition à laquelle nous avons tenté de nous livrer, elle s’avère de fait moins nette qu’il y peut paraître au premier abord. En effet, comme encore observé par Arendt(2005, 40), toute chose qui paraît acquiert, en vertu de son paraître, une espèce de masque qui peut très bien, mais pas nécessairement, la dissimuler ou la déformer. N’est-ce pas là d’ailleurs pour les prisonniers l’un de ses intérêts et parfois même l’intérêt majeur de l’apparition ? À rebours, celui de la disparition à la faveur des pratiques clandestines est aussi, nous l’avons vu, de permettre une forme d’apparition compensatrice. Parce que l’expression politique de groupes subalternes, qui ont toute raison de craindre d’avancer leurs opinions à découvert (Scott, 2006, 2) devient notamment possible. Mais aussi l’expression personnelle, forme du besoin d’apparaître, y trouve au moins partiellement son compte et comme une bouffée d’oxygène dans un univers où elle est si étroitement contrôlée.

67Si nous cherchons maintenant à apprécier les conséquences des deux types d’espaces envisagés du point de vue de l’institution pénitentiaire, que l’on considère le plan sécuritaire, la pax carceralis ou la (ré)insertion, les inconvénients de la résistance à la prison par la disparition - en dépit et aussi à cause de ses modalités discrètes - semblent tout compte fait, l’emporter sur ceux de la résistance par l’apparition. En dépit même des modalités violentes et destructrices que celle-ci peut à l’occasion revêtir, mais aussi parce que la poursuite de pratiques clandestines n’est bien évidemment guère propice à la disparition du vieil homme et à une connaissance optimale de ses sujets par l’administration qui en a la garde.

68Sans doute les espaces de disparition jouent-ils dans une large mesure le rôle d’une soupape de sécurité. Même s’ils ne sont certes pas - contrairement à une opinion répandue - un substitut à toute résistance réelle (Scott, 2006, 2), par les compensations qu’ils procurent, ils contribuent au moins à démobiliser les détenus les moins combatifs. Mais cette soupape n’est véritablement nécessaire que si la pression carcérale se fait explosive.

69Or, le climat de tension apparaît grandement lié à des contraintes multiples et variées, plus ou moins humiliantes et - circonstance aggravante - souvent incomprises, qui réalisent autant de limites patentes des espaces d’apparition dont on connaît la fonction équilibrante sur la personne. En même temps, de telles limites traduisent aussi les carences du paraître en milieu fermé, un tel déficit ne faisant que reproduire, voire aggraver, les causes à l’origine de tant de comportements déviants. Parce que les espaces de disparition se développent en fonction inverse des espaces d’apparition, la façon la plus douce mais aussi la plus efficiente de les combattre ne serait-elle pas alors au bout du compte cette voie indirecte que constitue le développement des espaces d’apparition ? Cela dit, tout espace de disparition ne saurait sans inconvénient être réduit à néant, en prison moins que partout ailleurs. Il s’agit plutôt alors de rechercher un équilibre subtil, là où nous avons constaté un flagrant déséquilibre. Car, indépendamment de ces considérations d’efficacité, si l’être et le paraître coïncident, tout ce qui affecte le paraître atteint l’être du même coup. Par les espaces d’apparition et de disparition – summa divisio des résistances carcérales, ne s’agit-il pas au fond pour les personnes détenues – qu’elles s’efforcent de tenir bon ou de s’opposer au système - d’exister ? Il faudrait donc que Le processus démocratique commence et recommence inlassablement, quand ceux qui n’ont pas droit à la parole parlent, quand ceux qui ne comptent pas deviennent visibles (Kaminski, Mary, 2007, 140). Ne nous le cachons pas cependant, la normativisation de la vie carcérale ne pourra jamais pallier que partiellement l’aliénation causée par l’atrophie de l’espace d’apparence en milieu fermé. Celle-ci est en effet, pensons-nous, non seulement inhérente à la nature de l’enfermement, mais l’emprise des mentalités comme celle du milieu constituent bien à cet égard des obstacles majeurs. Et d’autant plus redoutables qu’ils sont quant à eux insusceptibles d’une action du législateur.

70Or, les carences des espaces d’apparition intra muros comme leur flagrant déséquilibre avec les espaces de disparition nous questionnent aussi sur le devenir des condamnés. Elles ne sont pas en effet sans exercer de lourdes conséquences lors du retour à la vie libre. S’il peut être admis avec nous qu’une source notoire de la délinquance, juvénile notamment, se situe dans une recherche d’apparition à tout prix pour tenter de surmonter la souffrance de l’exclusion entendue comme une grande difficulté d’apparaître, l’enfermement pénal, en limitant les occurrences d’un espace d’apparition démocratique n’aboutit-il pas à reproduire et pérenniser la cause du mal ? Dans bien des cas, à son épreuve, l’espace d’apparition anté-carcéral déficient se trouve, soit durablement consolidé, soit sensiblement élargi – mais pas forcément pour la bonne cause – à moins qu’il ne soit tout au contraire sensiblement rétréci. Perdure fréquemment alors, quand il n’en sort pas renforcé, un sentiment récurrent de frustration prêt à faire feu de tout bois.

  • 33  L’importance ou la valeur personnelles peuvent alors se mesurer facilement… à la valeur de la sanc (...)
  • 34  S’agissant particulièrement des formes violentes d’apparition, Huerre cit. (2002, 212) a observé q (...)

71Ainsi, en retrouvant son quartier, le jeune repris de justice qui n’aura pu intégrer en détention d’autres façons d’apparaître pourra-t-il se prévaloir, et s’en voir paré, de l’aura d’un ancien combattant, toutes choses étant égales par ailleurs. Pour ses cadets, n’est-il pas volontiers celui qui a fait toutes les guerres, et qui s’en est sorti ? N’a-t-il pas cher payé pour savoir et n’est-il pas aussi allé bien souvent avec l’épreuve carcérale au bout de son défi et de lui-même ? Pour un auditoire – qui n’est pas censé adhérer aux valeurs communément reçues - voici donc que la condamnation - excepté le cas d’une atteinte aux bonnes mœurs bien sûr - loin d’être infamante, le fait plutôt apparaître33. Tel un affranchi, une sorte d’initié34. Pour d’autres au contraire - sauf à pouvoir écrire leurs mémoires d’outre-murs – autre façon de se construire par la parole et par l’action un espace d’apparition élargi - le leur se trouve au mieux cantonné au cercle de la famille et à celui de ceux qui savent, les vouant en fait à un immense espace de disparition. Toujours autant recherchées, l’estime et la considération ne peuvent plus désormais se gagner ou se maintenir qu’au prix d’une permanente fabulation : ou, passivement, par du non-dit et une vigilante dissimulation de soi ; ou, activement, par une construction incessante et fragile soutenue par un vieux déni résurgent. Sans doute, pour certains encore, toute honte bue et comme acharnés à leur perte, une (ré)apparition peut-elle toujours se produire par une recherche quasi suicidaire de la stigmatisation.

72Pour un plus petit nombre enfin - terminons sur cette note résolument optimiste - la (ré)apparition s’accomplira par une reconversion dont la finalité sera de montrer haut et fort que l’être vaut décidément mieux que ses errements négatifs, et de paraître, ce faisant, que l’on n’est pas - ou pas simplement - ce qu’on avait jusque là, ou à un moment de son existence, paru ; que le paraître n’exprime jamais qu’une part de soi. En appelant désormais sur eux en tout bien tout honneur le regard, ne s’agit-il pas encore et toujours au bout du compte de se poser en acteurs de leur vie, d’être en apparaissant par une seconde naissance dans laquelle nous confirmons et assumons le fait brut de notre apparition physique originelle (Arendt, 1983, 233) ?

Haut de page

Bibliographie

Arendt H., 1983, Condition de l’homme moderne, réédit., Calmann-Lévy, Paris..

Arendt H., 1972a, La crise de la culture, réédit., Gallimard, coll. Folio essais, Paris.

Arendt H.; 1972b, Du mensonge à la violence, Calmann-Lévy, coll. Agora, Paris.

Arendt H., 2005, La vie de l’esprit, réédit., PUF, Paris.

Bartholeyns F., Béghin, J., Bellis Ph. et Mary, Ph., 2002, Le droit pénitentiaire en Belgique. Limite aux contraintes carcérales ?, in : SchutterO. (de), et Kaminski, D. (Dir.), L’institution du droit pénitentiaire, Enjeux de la reconnaissance de droits aux détenus, Bruylant, L.G.D.J, « La pensée juridique », Paris, 153-183.

Bauman Z., 2000, Social Uses of Law and Order, in Garland, D., R. Sparks R. (eds), Criminology and Social Theory, Oxford University Press, Oxford, 23-46.

Becker H-S., 1985, Outsiders, Etudes de sociologie de la déviance, Métailié édit., Paris.

Bourgoin N., 2001, Les automutilations et les grèves de la faim en prison, Déviance et Société, vol.25, n°2, 131-145.

Caldier E. dit Manu le Gitan, 2005, Mes prisons, Flammarion, Paris.

Chauvenet, A., 2004, Démocratie et violence en prison, in : Kaminski, Kokoreff, Sociologie pénale : système et expérience, Erès, coll. Trajets, Paris, 273-294.

Chauvenet A, Monceau M, Orlic F et Rostaing C, 2005, La violence carcérale en question, synthèse 132/juin 2005, Mission de recherche Droit et Justice, CNRS-EHESS, Paris.

Dubet F., 1994, Sociologie de l’expérience, Seuil, Paris.

Dubet F.etMartucelli, D., 1998 Dans quelle société vivons-nous ? Seuil, « L’épreuve des faits », Paris.

Foucault M.,1975,Surveiller et punir, Naissance de la prison, Gallimard, NRF, « Bibliothèque des Histoires », Paris.

Garapon A., Gros F.et Pech Th., 2001, Et ce sera justice, Punir en démocratie, O. Jacob, Paris.

Goffman, E., 1961, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Édit.de Minuit, « Le sens commun », Paris.

Goffman E., 1975, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Edit. de Minuit, « Le sens commun », Paris.

Gros F., 2001, Punir, c’est éduquer un individu, in Garapon A., Gros F., Pech Th., Et ce sera justice, Punir en démocratie, O. Jacob, Paris, 91-107.

Guéno J-P., 2000, Paroles de détenus, Librio, Radio France,

Huerre P, 2002, Ni anges, ni sauvages, Les jeunes et la violence, Carrière édit., Paris.

Hyvernaud G.,La peau et les os, 1982, Le Dilettante édit., Paris.

Kaminski D et Kokoreff M., (dir.)et al., 2004, Sociologie pénale: système et expérience, Erès, « Trajets », Paris.

Knobelspiess R., 1980, Q. H. S. Quartiers de Haute Sécurité, France Loisirs, Paris.

Lemire, G., 1990, Anatomie de la prison, Presses de l’Université de Montréal, Montréal.

Livrozet S., 1973, De la prison à la révolte, essai, Mercure de France, Paris.

Maffesoli M., 1979, La conquête du présent, PUF, Paris.

Mary Ph., 1989, Pratiques clandestines en milieu carcéral. Réflexions sur la reproduction et la production de la prison, RevueInternationale de Criminologie et de Police Technique, vol. 42,n° 2/1989, 172-184.

Melas L et Ménard F., 2002, Production et régulation de la violence en prison: avancées et contradictions, Rapport final, Mission de Recherche Droit et Justice, coll. Arrêt sur recherches, Paris.

Noali L., 2005, Déviances sexuelles masculines en détention, Le cas des prisons françaises, Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique et Scientifique, vol. 58,n° 3/2005, 281-304.

Noali L., 2006, Réflexion sur la question de l’omerta en prison, Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique et Scientifique; vol. 59,n°3/2006, 326-349.

Noali L., 2008, Plaidoyer pour une peine de prison moins inéquitable, Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique et Scientifique; vol. 61,n° 01/2008, 85-100.

Paci D., Kaminski D.et Mary Ph., 2007, L’enfer-me-ment, Husson édit, Bruxelles.

Portmann A., 1953, Das Tier als soziales Wesen, Zurich.

Portmann A., 1961, La forme animale, trad. G. Rémy, Paris.

Poulalion J L., 2004, Pour une culture des résistances carcérales ? Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique et Scientifique ; vol. 57,n° 3/2004, 339-366.

Rancière J., 1995, La mésentente, Politique et philosophie, Galilée, coll. La philosophie en effet, Paris.

Schutter (de) O, Kaminski D, (dir.)et al., 2002, L’institution du droit pénitentiaire, Enjeux de la reconnaissance de droits aux détenus, Bruylant, L.G.D.J., « La pensée juridique », Paris.

Scott J. C., 1990, Domination and the Arts of Resistance : Hidden Transcripts, Yale University Press, New Haven.

Scott J. C., 2006, Infra-politique des groupes subalternes, Vacarme36/chantier savoir et pratiques des gouvernés, http://www.vacarme.eu.org/article 675.html, trad. P. Guy.

Simmel G., 1996, Secret et sociétés secrètes, Circé édit., Paris.

Tassin E., 1989, La question de l’apparence, in : Colloque Hannah Arendt, Politique et pensée, Tierce, Paris, 87-119.

Turine G, 2007, Présentation de photos, in : Paci, Kaminski, Mary, L’enfer-me-ment, Bruxelles, 103.

Welzer-Lang D, Mathieu L et Faure M., 1996, Sexualités et violences en prison, Ces abus qu’on dit sexuels, Observatoire international des prisons, Aléas édit, Lyon.

Colloque H. Arendt, Politique et pensée, 1989, Tierce édit. ; réédit. Petite bibliothèque Payot & Rivages, Paris.

Haut de page

Notes

1  Ainsi, au delà des préoccupations sécuritaires, la mise à nu du condamné - à tous les sens du terme - exprime dans la continuité du cérémonial de l’exécution publique une dépossession symbolique du corps, préfigurant l’exécution du coupable, autant que la volonté d’humilier.

2  Car l’acteur, le faiseur d’actes, n’est possible que s’il est en même temps diseur de paroles. (Arendt, 1983, 235).

3  À ce propos encore, Arendt (1983, 236) observait que Cette révélation du « qui » - les qualités, les dons, les talents, les défauts de quelqu’un, qu’il peut étaler ou dissimuler – est implicite à tout ce que l’on fait et tout ce que l’on dit.

4  Car il est probable que le « qui », qui apparaît si nettement, si clairement aux autres, demeure caché à la personne elle-même, comme le daimôn de la religion grecque qui accompagne chaque homme tout au long de sa vie, mais se tient toujours derrière lui en regardant par-dessus son épaule, visible seulement aux gens que l’homme rencontre. (Arendt, 1983, 236)

5  La remarque de Arendt (1972a, 193) Sans une vie publique politiquement garantie, il manque à la liberté l’espace mondain où faire son apparition prend a fortiori toute sa portée dans l’enfermement pénal. par opposition au « ce que  »

6  Goffman (1968, 110) observait à ce propos Ainsi le reclus partage-t-il l’esprit de résistance de ses compagnons lorsqu’il se trouve avec eux, mais il leur cache la docilité dont il fait preuve lorsqu’il est seul en présence du personnel.

7  En ce sens, Huerre (2002, 186).observe que La délinquance symbolique se substitue à la délinquance utilitaire

8  L’une des deux jeunes victimes des récents événements de Villiers-le-Bel, Mouchine, écrivait ainsi sur son blog : Qu’on parle de moi en bien ou en mal, l’essentiel c’est qu’on en parle. Et le psychiatre Huerre d’expliquer (2002, 185) : À défaut d’être sûr d’exister, exister par le pire paraît une solution

9  Selon Dubet et Martucelli cit. (1998, 195), les jeunes en échec n’ont le choix qu’entre deux solutions : exit ou voice, retrait ou protestation. Mais comme la protestation organisée et civile n’est guère possible pour celui qui est responsable de son propre malheur, il ne reste que la violence.

10  Dans le même sens, Hyvernaud (1949) écrivait Nous nous cognons aux autres comme aux pauvres d’un cachot.

11  Toujours en ce sens Mary (1989, 175) a parlé de Ce processus de dégradation de l’individu… par la violation de certains de ses domaines intimes (corps, actions, etc…), par l’impossibilité de garder ses distances vis-à-vis de contacts jugés indésirables et par l’immixtion de tiers dans ses relations privées (promiscuité, censure du courrier….)

12  Car les détenus sont placés sous la responsabilité d’un groupe dont la tâche principale est de les surveiller, afin que tout acte soit constamment visible…  (Bartholeyns et al., 2002, 155-156)

13  Portmann (1961) distingue les apparences authentiques, qui sont évidentes comme se manifestant d’elles-mêmes, des apparences inauthentiques qui demandent quant à elles à être révélées.

14  Plus il est porté par un désir de reconnaissance, plus il se sent menacé par le mépris disent du jeune des banlieues Dubet et Martucelli (1998, 190).

15  Ainsi, selon le témoignage d’E. Caldier dit Manu le Gitan (2005, 73-74) ... trop d’hommes… en prison… perdent l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes, en laissant se dégrader leur apparence physique. Ils ont tort. Car quand on n’a plus rien, reste l’image. La préserver, c’est donc pouvoir séduire et s’imposer face aux compagnons de détention, aux médecins, aux matons. Face à un directeur de prison. Alors, un conseil reste valable : l’hygiène corporelle, les abdominaux, les soins du visage, les vêtements bien tenus forcent le respect.

16  Décr. n° 83-48 du 26 janvier 1983.

17  Et quand il s’agit enfin d’être, la proposition est toujours associée à une réponse préétablie (être musclé, jeune, séduisant…), le plus souvent inscrite dans le catalogue du paraître (Huerre, 2002, 184).

18  Ainsi, un prisonnier (Michel, cité par Guéno (2000, 156), déclarait à propos de ses œuvres (toiles et écrits) que L’expression est enfin née et je vais persévérer ; tu vas être content de m’écouter et de voir ce que j’aime. Et si d’autres personnes viennent voir le Michel, ils me connaîtront comme une image parlante.

19  Le reclus se met à forger une « histoire de ses malheurs » souvent triste, sorte de complainte et d’apologie, qu’il répète sans arrêt à ses compagnons pour justifier la médiocrité de sa condition actuelle. » (Goffman, 1968, 112).

20  De fait, le paraître correspond plutôt à un espace de disparition dans la mesure où le souci n’est pas tant de se montrer que de se révéler à l’autre sous un jour conforme. C’est avant tout une apparition pour l’autre.Sans doute observera-t-on aussi que, pour l’individu libre également, le paraître implique toujours une bonne dose de conformisme. Il y a là en fait une concession nécessaire à l’autre et avec elle une marque de socialisation. Ce faire-semblant répond cependant alors autant à un choix qu’il est subi.

21  Transposant ici le fameux principe d’indétermination de Heisenberg à l’échelle de l’infiniment petit – mutatis mutandis - l’observation minutieuse et au plus près générée par le système, comme par la promiscuité ne permet pas de saisir dans le même temps avec une suffisante et égale certitude toutes les paires de qualités de la personnalité détenue, l’image proche et instantanée ne pouvant notamment rendre les constantes définies par une observation distanciée et dans la durée.

22  La nécessité de se couler dans des moules  dans l’espace-temps d’apparition, soit donc toutes les fois que la personne détenue agit et parle et qu’elle dit ce qu’elle fait, semble alors contredire l’affirmation arendtienne selon laquelle être et paraître coïncideraient toujours.

23  Pour Mary (1989, 179), Les pratiques clandestines peuvent ainsi être considérées comme autant de tentatives non seulement de préservation mais aussi d’affirmation de soi.

24  Car il y a aussi que certaines choses, tout simplement pour exister, ont besoin d’être cachées tandis que d’autres on d’être étalées en public. (Arendt, 1983, 115)

25  Pour ceux-ci en effet, la sécurité passe par la mobilisation de tout ce qui, dans la pratique et dans l’image offerte aux autres, contribue à construire un moi viril (dominant) et éloigné de toute référence à la féminité (dominé) (Welzer-Lang et al., 1996, 144)

26  On lit pour lire. Pour s’engourdir, se défaire, se perdre, se vider de soi (Hyvernaud, 2000, 147)

27  Seul, mon stylo m’aide à survivre, il m’aspire vers l’évasion, vers l’ailleurs imaginaire (Sébastien, in Guéno), 2000, 93)

28  Car Les rêves du prisonnier lui paraissent plus réels que son existence quotidienne. Il y retrouve confusément les anciens paysages, les visages connus, tout le cadre familier de sa vie normale, alors que sa réclusion l’en a dépouillé… (Zay, cité in Guéno, 2000, 167).

29  La veille de son suicide, un jeune détenu nous confia, ce que nous ne comprîmes pas sur le coup, Demain ils ne m’auront plus ! Envolé l’oiseau ! C’est la différence avec le mode de disparition que permet l’usage de certains stupéfiants car alors l’absence n’est que passagère et ne réalise donc pas une disparition absolue.

30  Scott (2006, 2) parle du discours « en coulisse » des sans pouvoir.

31  S’agissant par exemple des graffiti visant tel ou tel agent, ils peuvent même procurer autant de satisfaction qu’une agression verbale directe. Mais les actions en coulisse ne sont pas, il est vrai, toujours un exutoire. Loin d’avoir forcément un effet cathartique, elles peuvent parfois alimenter au contraire en certains cas des agressions ouvertes, notamment en prison (cf. sur ce point Scott, 2006) puisqu’il s’agit ici en disparaissant, non tant de mener à des fins stratégiques une lutte invisible contre l’institution que d’échapper à son regard et, par conséquent, à son contrôle.

32 Toutefois, le détenu ainsi isolé conserve parfois la possibilité dans certains établissements ne disposant pas des conditions matérielles d’un isolement matériel absolu de réapparaître à la fenêtre de sa cellule et à ses codétenus de lui réapparaître alors, avec qui des échanges verbaux limités sont alors possibles, bien que théoriquement interdits.

33  L’importance ou la valeur personnelles peuvent alors se mesurer facilement… à la valeur de la sanction… judiciaire…. ou encore des condamnations de justice, voire - même si le prix en est lourd - au temps passé en prison (Huerre, 2002, 186).

34  S’agissant particulièrement des formes violentes d’apparition, Huerre cit. (2002, 212) a observé que Les transgressions prennent aujourd’hui la place des rituels de passage dans un non-sens social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loup Noali, « Espaces d’apparition et espaces de disparition dans le champ carcéral », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VI | 2009, mis en ligne le 24 octobre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7547 ; DOI : 10.4000/champpenal.7547

Haut de page

Auteur

Loup Noali

78, rue d’Orléans, F - 49400 Saumur,  jeanpoulalion@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org