Navigation – Plan du site
Lectures

Morale de classe, maltraitance infantile et catégories de l’entendement assistanciel

À propos de Delphine Serre, Les coulisses de l’État social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux », 2009, 318 p.
Sylvain Laurens

Texte intégral

  • 1  Pour rendre justice à la réelle féminisation de la profession, on utilisera tout au long de cette (...)

1À mille lieux des travaux cherchant à produire une typologie des formes élémentaires de la pauvreté (Paugam, 2005) ou des figures changeantes de la misère sociale, Delphine Serre mène dans cet ouvrage une enquête au plus près des incarnations de l’État social en prenant pour objet le travail des assistantes sociales1 en matière de signalement d’enfant en danger. En analysant les opérations de classement et de reclassement de ceux et celles qui « sont en première ligne de l’aide aux plus démunis », ce travail développe une réflexion qui dépasse largement la simple ethnographie du travail bureaucratique et ouvre une série de réflexions fondamentales qui concernent tant les sociologues de l’État que les chercheurs intéressés par la question des mobilités sociales et des rapports socialement différenciés aux normes familiales.

Une enquête sur les transformations concrètes de l’État social

2Au regard des travaux anciens portant sur « le travail social » (Verdès-Leroux, 1978), la profession d’assistante sociale a été soumise ces dernières décennies à d’importantes transformations et notamment à d’importantes évolutions dans son recrutement social. Comme le précise d’emblée Delphine Serre, « au début des années 2000, les assistantes sociales issues des classes supérieures sont devenues minoritaires (12% de pères cadres) », tandis que la profession a assuré la promotion massive de femmes issues « des classes moyennes et populaires » (p. 9). On le devine, cette transformation contemporaine des soubassements sociaux de la profession n’a pas été sans effets sur sa structuration. Ainsi, si la bureaucratisation de l’action sociale s’est nourrie tout au long des années 1980 et 1990 de processus économiques et sociaux qui lui sont pour partie extérieurs, l’image de visiteuse des pauvres « associée à ses débuts à une idéologie vocationnelle »a cédé aujourd’hui la place à l’image« d’un métier séduisant qui offre le statut de fonctionnaire dans un contexte où le taux de chômage est élevé et les titres universitaires en voie de dévaluation » (p. 9). Puisant dans des couches « intermédiaires » de la société, la profession s’est donc peu à peu transformée par l’importation des valeurs et aspirations propres à ces groupes sociaux.

3Mais il y a plus. Dans le même temps, le développement des dispositifs juridiques encadrant la surveillance des familles et garantissant notamment les droits de l’enfant a complexifié les recours juridiques et les formes d’interventions de ces professionnelles auprès des familles. Les nouveaux dispositifs législatifs, fruits d’une inscription dans le droit des points de vue médicaux et militants sur « la maltraitance », ont, en effet, peu à peu placé les assistantes sociales à la charnière des relations entre les familles et la volonté étatique d’encadrer les relations « parents / enfants ».

4C’est là le fruit d’une évolution au long cours. D’abord formulée dans les années 1970 comme un « problème social d’un point de vue médical », la catégorie de « maltraitance » s’est, en effet, autonomisée tout au long des années 1980 au terme d’un vaste travail de mobilisation mené par des pédiatres, des militants et des professionnels de l’éducation. Dans le sillage de ces définitions portées par ces experts, cette prise en charge étatique, menée principalement au nom d’une « lutte contre le silence », a placé à l’avant-garde de l’action publique ceux et celles qui sont en position de dénoncer le « caché » et les « tabous » qui entourent la maltraitance infantile. En mettant au cœur des dispositifs publics « la question du repérage », l’État français confie ainsi, à compter des années 1980, aux assistantes sociales un véritable « mandat de protection de l’enfance, les instituant en vigie autorisée des cas singuliers » posant problème auprès des autorités judiciaires compétentes (p. 26).

5Mais cette rhétorique du « repérage » et ces dispositifs de signalement laissent néanmoins les assistantes sociales seules face à de nombreuses contradictions juridiques et éthiques qui se traduisent quotidiennement dans leurs pratiques professionnelles. En effet, d’un côté, l’élargissement continu de la notion de « maltraitance » à bien d’autres dimensions que les seules atteintes physiques directes ou sexuelles (« sévices par omission », « négligence (dénutrition par exemple) », « carences affectives ») (p. 27) suppose désormais que ces agents inspectent l’ensemble des relations familiales afin d’évaluer les risques encourus par l’enfant. Mais d’un autre côté, les prises en charge en cas de « défaillance constatée » n’ont jamais été systématisées ou automatisées par le législateur.

6En effet, initialement pensée sous la forme d’un acte de « protestation sociale contre un phénomène général perçu comme inique », l’étatisation de cette cause ne s’est jamais traduite pour autant par l’instauration de procédures systématiques de prises en charge : l’action étatique en ce domaine restant, en effet, selon Delphine Serre « plus guidée par un souci de dénonciation de familles singulières que par une volonté de prise en charge des enfants maltraités »(p. 29).

  • 2  En 2003, sur 200 000 enfants en danger pris en charge par la justice, seuls 111 000 ont été placés (...)

7En d’autres termes, un signalement d’enfant en danger opéré par une assistante sociale est loin d’entraîner systématiquement le retrait de l’enfant aux parents. Ainsi, pour les assistantes sociales, « le devoir de révélation », « l’obligation de prêter assistance » et de « dénoncer » peuvent entraîner une rupture de la relation de suivi avec les familles concernées sans pour autant entraîner à coup sûr une mise en branle de la machine judiciaire et encore moins un placement2. Une fois envoyée au parquet, la requête peut être soit classée sans suite, soit transmise au juge des enfants qui peut, le cas échéant, lancer une enquête de la brigade des mineurs (« ce qui est le plus courant dans les affaires d’abus sexuels »)(p. 11).

  • 3  Delphine Serre évoque ainsi un quasi « syndrome Auch » suite au procès conduit à Auch de deux memb (...)

8On comprend alors mieux ce qui est en jeu dans la relation de signalement pour ces assistantes sociales. Même si le nombre de signalements augmente régulièrement (31 000 en 1994, 56 000 en 2006), cette opération administrative reste un acte fort et marquant professionnellement qui place ces professionnelles face à une double contrainte : « premières à être critiquées au moindre fait divers d’enfants maltraités3(…) [pour] leur trop faible interventionnisme quand elles n’ont pas signalé à temps, elles peuvent aussi se voir accusées d’un trop grand empressement à retirer les enfants de leur famille » (p. 9).

Le signalement comme hapax d’une relation longue entre assistantes sociales et « usagers »

9Le signalement vient bien souvent clôturer ou pour le moins changer définitivement le sens d’une relation « assistancielle » relativement longue au cours de laquelle, les assistantes sociales ont accumulé, au quotidien, « des éléments suffisants pour étayer leur évaluation et choisir les critères pertinents pour établir leur diagnostic » (p. 11). En amont du signalement, celles-ci ont, en effet, multiplié les rencontres avec la famille (le plus souvent la mère) et passé des journées entières à « écrire ou réécrire leur rapport pour le rendre plus convaincant » (p. 11). Dans la mesure où chaque élément recueilli peut être enrôlé dans le signalement, comprendre la logique de celui-ci suppose donc de remonter en amont du dénouement de cette relation bureaucratique afin d’en rendre visibles les logiques stables qui peuvent conduire à la mise en alerte des autorités judiciaires.

10Resitué dans ce cadre plus général, le signalement n’apparaît alors peu à peu pour le lecteur que comme un ultime recours parmi la panoplie qui s’offre aux assistantes sociales pour établir leur autorité vis-à-vis des familles inspectées. La visite, la délivrance d’aides spécifiques voire le passage tonitruant et visible auprès du voisinage pour signaler à un père soupçonné d’abus auprès de sa fille qu’il fait l’objet d’une surveillance (p. 108) sont autant de moyens à la disposition des assistantes sociales pour accomplir leur mission. Mais, quoi qu’il en soit, ces « sanctions » ou ces leviers ne sont mobilisés par ces professionnelles qu’en fonction d’une appréciation plus générale et éminemment sociale de la situation familiale.

11En elle-même, l’activité d’encadrement des familles est, en effet, d’abord et avant tout « une activité de classification et d’interprétation qui distingue les situations familiales acceptables de celles considérées comme problématiques et devant être corrigées » (p. 13). Comme le souligne Delphine Serre, les assistantes sociales, en activant quotidiennement une série de « schèmes mentaux », mobilisent des cadres de perception qui s’appuient tout à la fois sur des normes professionnelles issues de leur formation, de leur socialisation au métier ou de leur insertion dans un microcosme hiérarchisé mais aussi sur « une vision du monde acquise en dehors du travail, sur un système de valeurs et des normes éducatives (…) incorporés au fil de leur trajectoire » (p. 15).

« Ce(ux) qu’ils devraient être » : les moteurs d’une évaluation générale de la relation parentale

12En suivant pendant deux ans le travail quotidien dans deux antennes de la DASES (la direction de l’action sociale de l’enfance et de la santé, créée à Paris en 1985 suite aux lois de décentralisation), Delphine Serre rend ainsi compte de la résolution de ces différents registres de valeur et décrit ces marges d’autonomie différentielles qui structurent le travail des assistantes sociales tant dans « l’arrondissement A », à dominante populaire et qui regroupe à lui seul 10% des signalements parisiens annuels que dans « l’arrondissement B », plus bourgeois. Alors apparaissent les racines éminemment sociales d’une morale professionnelle. Tout au long de leur interaction avec les familles, les assistantes sociales mobilisent, en effet, ce que Delphine Serre nomme des « catégories de l’entendement assistanciel spécifiques qui tiennent leur légitimité et leur cohérence de leur adéquation avec une certaine morale de classe » (p. 32) (comprendre la morale « d’une classe » qui n’est peut-être d’ailleurs plus exactement celle des « visiteuses des pauvres » du XIXe).

13La comparaison entre les différentes façons d’occuper le rôle d’assistante sociale et de mobiliser la panoplie des formes d’interventions permet de faire sans cesse le va-et-vient entre trois pôles qui structurent les évaluations des familles : d’une part les trajectoires personnelles de ces professionnelles, d’autre part la position sociale des inspectés et enfin les éléments « perçus » du « contexte familial » et auxquels l’assistante sociale va être le plus « sensible » dans le cadre d’une relation assistancielle spécifique. Sans jamais tomber pour autant dans une forme de relativisme (car bien sûr toutes ces évaluations sociales sont médiatisées par un langage et des normes professionnelles structurantes), Delphine Serre observe alors « que certaines familles semblent échapper à la normalisation et à l’impératif de changement, [tandis que] d’autres sont au contraire soumises à des exigences fortes. L’idéal de la relation assistancielle qui oriente l’activité des assistantes sociales et organise leur perception des familles pèse plus ou moins selon la position sociale et l’origine des parents et selon le statut d’activité de la mère » (p. 93).

14Ainsi, tous les inspectés ne sont pas « égaux » face à des dispositifs d’évaluation et de prise en charge qui reposent sur plusieurs « moments » et « interactions » qui, dans leur accumulation exposent potentiellement à un diagnostic négatif. Socle du « raisonnement assistanciel, le schème familialiste incite les assistantes sociales à considérer la famille comme la cellule élémentaire qui détermine le comportement de tous ses membres »(p. 73). Celles-ci adossent leur pratique professionnelle à une « vision du monde social qui fait de la famille le principe de toutes choses et qui tend à déduire les comportements individuels du fonctionnement du groupe familial » (p. 73).

15L’inspection au domicile des familles constitue, notamment, un des moments privilégiés d’activation de ce « schème familialiste » et de l’évaluation générale du « cadre familial ». « Les visites à domicile » ne sont, en effet, pas réservées au cas d’inspection obligatoire et restent organisées selon la libre initiative de chaque assistante sociale. Si bien que « certaines en font au total quelques-unes par an et d’autres plusieurs par semaine » (p. 32). Elles sont un moyen « d’avoir un autre regard sur la famille, d’observer un cadre de vie, de comprendre la problématique familiale, voire de sentir une atmosphère » (enquêtée p. 32). L’attention est ainsi portée à « l’aspect plus ou moins ordonné du logement, la délimitation des espaces de chacun, la présence de jeux » (p. 32). Mais la visite n’est pas le seul moment de l’évaluation. Forme d’engrenage auquel on prête plus ou moins prise en fonction de sa propre trajectoire, la relation assistancielle oblige également, à travers des rencontres répétées, à « se raconter » et à produire une véritable « biographie d’institution ».

16Parmi « les usagers » issus des classes populaires, des différences subsistent et certains parents sont alors plus ou moins « repérés » comme négligents en fonction des logiques propres à ces dispositifs. Selon les « récits d’eux-mêmes » qu’ils sont en mesure de produire, certains se voient alors notamment plus que d’autres « fortement contraints à changer leur mode éducatif » (p. 93). Une des variables décisives qui explique ces différences est notamment « le degré de dépendance par rapport à l’aide sociale » qui structure en retour le système d’attentes des assistantes sociales (p. 93). En effet, la délivrance de prestations apparaît bien souvent du côté de ces agents comme le premier terme d’un échange dont le contre-don est censé être une « réforme de soi » que les inspecté(e)es (souvent des mères venues solliciter une aide) ne sont pas toujours en mesure de produire. Le signalement peut alors se nourrir de ces éléments et se comprendre comme une des modalités possibles de retournement de la relation d’assistance si « une mère ne peut répondre aux attentes » (p. 97) ou si des espoirs ont été déçus du côté des assistantes sociales. Surtout la délivrance d’aides peut parfois fonctionner comme un « piège de la compassion féminine » qui peut se refermer sur les requérantes si l’aide ne met pas fin à « des réactions jugées non conformes à l’exigence d’autonomie » portée par ces professionnelles. La déception de ces dernières entraîne alors à son tour une prise de distance (« elle ne veut pas s’en sortir ») et un recours possible « à la justice comme outil de contrainte » (p. 97). Mais ce n’est là bien sûr qu’une des voies qui peuvent conduire au signalement.

17Car, loin de dénoncer « une police des familles », Delphine Serre prend soin dans ce livre de restituer les cas analysés en tenant compte de la difficulté des contextes sociaux auxquels se confrontent ces professionnelles. En position d’évaluer ce qui est de l’ordre de « l’acceptable » ou de « l’inacceptable », ces assistantes sociales doivent, en effet, arbitrer en permanence entre différents registres de valeur professionnels mais aussi personnels. Structurés par des normes professionnelles contraignantes, les signalements articulent toujours une appréhension du comportement de l’enfant, de « ses paroles, son corps, son environnement social et familial » (p. 73) qui ne se limite bien sûr pas à la seule analyse du « cadre de vie » mais intègre aussi les conséquences d’une intervention administrative et judiciaire dans la sphère familiale. Le véritable invariant est peut-être d’ailleurs à chercher dans cette nécessité d’arbitrer sans cesse entre plusieurs ensembles de normes potentiellement contradictoires : en ce sens ces dispositifs laissent bien souvent les assistantes sociales seules face à leur hiérarchie et leur propre pouvoir de décision. À quel moment doit-on passer outre la norme de « pérennité du couple ». Dans la mesure où « tous les actes de brutalité ne sont pas systématiquement qualifiés de danger et signalés à la justice » (p. 111), à quel moment néanmoins doit-on signaler ? Enfin et peut-être surtout que doit-on signaler - dans la mesure où le signalement ne garantit pas un placement des enfants - et comment écrire et décrire « l’inacceptable » ?

Écrire pour faire « entendre un appel au secours »

18Afin de rendre compte de ces tensions, Delphine Serre analyse alors le corpus constitué par l’ensemble des signalements réalisés dans ces deux arrondissements et porte au jour les tensions à l’œuvre dans l’écriture même de ces recours au juge. D’une assistante sociale à l’autre voire d’un « signalement à l’autre » (p. 41), la sociologue montre alors que ce ne sont pas systématiquement les mêmes mots qui sont mobilisés pour classer, décrire et dénoncer ce qui est « inacceptable ». Si « dans la moitié des cas, la désignation est explicite et prend la forme de "violences sexuelles", "attouchements sexuels", "agressions sexuelles", "abus sexuels" (…) », pour l’autre moitié « les désordres sexuels sont évoqués de façon euphémisée ("gestes déplacés et ambigus", "étalage de leurs vies intimes devant les enfants"), voire soustraits à toute qualification et réduits à l’état de "déclaration", "révélation", "accusation" » (p. 41). Les « propos rapportés par des tiers » sont exclus mais la confidentialité n’étant pas de mise pour les propos rapportés par la famille directement à l’assistante sociale, les signalements font alors longuement la place à la parole des parents ou des enfants. Ils mobilisent également des descriptions (orientées) de la situation qui doivent emporter l’adhésion du juge (des « faits objectifs présentés subjectivement » comme le laissent comprendre les enquêtées interrogées). Devant appuyer l’existence d’une relation causale entre « les comportements enfantins et parentaux, les signalements agencent des événements de façon à établir entre eux des relations nécessaires et intelligibles et à donner une image structurée du désordre familial auquel il s’agit de mettre un terme » (p. 76).

19Le basculement d’une perception générale d’une « atmosphère » et « d’un cadre de vie » à l’écriture d’un signalement ne peut ainsi se faire que par la construction d’un argumentaire répondant à des règles spécifiques. Écrit « soumis au chef », « requérant de longues plages horaires », le signalement est dès lors pour ces assistantes sociales souvent un long travail rédactionnel supposant de multiples brouillons intermédiaires (p. 231).

20À ce titre, le travail de Delphine Serre est aussi une sociologie de l’écriture bureaucratique. Comme le précisent tant les guides de rédaction que les « anciens » qui forment les nouveaux arrivants, il s’agit à travers le signalement de « faire comprendre un appel au secours » (enquêtée citée p. 49) en mobilisant une méthode descriptive qui conduit parfois à décrire longuement « l’histoire familiale d’au moins un des parents » (p. 51). Mais cet impératif descriptif entre parfois en contradiction avec une deuxième injonction professionnelle : celle de rédiger le signalement en plaçant la situation des enfants au centre de la rhétorique. Cela est d’autant plus délicat quand les faits dénoncés ne sont pas directs, « extrêmes » mais se présentent comme une accumulation de négligences et ne peuvent devenir « des arguments de danger [qu’]au regard de leur accumulation » (p. 104).

21C’est bien alors selon Delphine Serre une « morale familiale qui se présente comme universelle et est légitimée par la loi » qui constitue le liant susceptible de donner une structure cohérente à l’ensemble de ces argumentaires (p. 104). C’est aussi à ce stade qu’entre pleinement en jeu l’écart social existant entre les assistantes sociales et les inspectés. Dans la mesure où la morale familiale défendue par les assistantes sociales renvoie bien sûr aussi à leurs propres représentations et à leurs propres positions sociales, « la description des normes familiales au cœur des désordres » est, en effet, aussi « indissociablement [la description] de la distance entre les styles éducatifs valorisés par les classes moyennes et ceux [observés] parfois dans les familles de classes populaires » (p. 124). Il en va ainsi par exemple de la condamnation de l’absence « de jeux d’éveil » pour les jeunes enfants laissés « dans l’inactivité » et devant la télévision (p. 121). L’absence d’une « chambre à part » peut, de même, devenir une négligence qui empêche l’individualisation de l’enfant au prisme des modèles familiaux défendus qui promeuvent une famille nucléaire de petite taille et ajustée à des revenus permettant de « garantir un espace à chacun dans un logement suffisamment grand » (p. 127). L’enfant doit être « poussé », « occupé », « pris en charge ». Dans ces cas où la « négligence » est au cœur de la procédure de signalement et où l’écart social est le plus grand entre inspectés et assistante sociale (notamment dans l’arrondissement A), l’universalisation et la projection des modèles des classes moyennes sur les modes de vie des inspectés jouent pleinement et accélèrent la relation d’assistance en l’orientant vers ses dimensions les plus répressives.

22Activant les aspirations à « la conformité », « à l’épanouissement personnel », des assistantes sociales, ces situations de signalement sont alors guidées par l’enrôlement dans le travail bureaucratique d’un ethos promotionnel qui puise ses racines en dehors de la relation d’assistance et renvoie plus précisément à la pente de la trajectoire sociale de celles-ci.

Un travail bureaucratique qui repose sur un ethos promotionnel

23C’est sans doute dans l’analyse de cet ethos promotionnel que ce travail ouvre des pistes de réflexion les plus immédiatement transposables à d’autres terrains. En soulignant dans quelle mesure « les familles d’origine de [ces] assistantes sociales semblent partager (…) un désir d’ascension » (p. 154), en mettant en exergue à quel point la position sociale d’arrivée de celles-ci est liée « au fort investissement des pères dans leur métier, visible dans les mobilités ascendantes tant sociale que professionnelle, et une certaine familiarité avec l’école » (p. 154), Delphine Serre décrit avec précision les affinités entre les trajectoires personnelles de ces enquêtées et ce que leur travail leur demande de mobiliser en situation.

24Cette imbrication est des plus systématiques dans l’arrondissement A (le plus populaire) où la plupart des assistantes sociales enquêtées ont pour grand-père paternel et maternel des agriculteurs, ouvriers ou artisans et pour lesquels « la pente ascensionnelle concerne l’ensemble de la fratrie puisque les frères et sœurs des assistantes sociales sont presque tous cadres ou professions intermédiaires » (p. 154). Filles de pères « ayant souvent connu une promotion interne » (p. 154), celles-ci mettent volontiers en avant en entretien le fait qu’elles ont bénéficié tout au long de leurs études d’une « entreprise familialetout le monde s’épaulait » (p. 154). Plus encore, elles adhèrent volontiers à une éthique du travail, volontariste et conforme à la description de l’ascension sociale de leurs parents promue au sein de leur famille (« des petites gens qui sont arrivées à avoir un statut à force de travail », comme le confie également une enquêtée, p. 154).

25Cette appartenance à des couches sociales intermédiaires confortée par des alliances matrimoniales rarement exogames, alimente une vision de l’éducation qui est en permanence enrôlée et mobilisée dans le cadre du travail d’assistance. On comprend alors que l’accent mis dans la relation assistancielle sur « la découverte et le développement des potentialités des enfants, qui impliquerait une attitude d’écoute, un certain usage de la parole et la participation à des activités extrascolaires » (p. 156), ne fait pas simplement écho à une éthique professionnelle. Comme le démontre Delphine Serre, cette « bonne volonté civilisatrice » renvoie plus largement à la vision des rapports sociaux que ces assistantes sociales entendent développer « pour elles-mêmes ». De même, la mobilisation constante des références des psychologues ou des pédiatres ne s’explique pas seulement par la formation reçue. Elle renvoie aussi à une véritable sensibilité de classe et à une réceptivité partagée aux discours sur « les potentialités enfantines » ou sur « la fonction expressive de l’école » (p. 156).

26Dans cette perspective, l’exemple de Stéphanie, assistante sociale fille d’agriculteurs qui échappe à la reprise de l’exploitation familiale à travers l’accès à la position d’assistante sociale est édifiant. En procédant à la sociologie de ses pratiques non pas seulement professionnelles mais aussi corporelles (habillement, importance apportée au maquillage) et culturelles (lecture du magazine Elle, lecture de romans, visites d’expositions), Delphine Serre analyse plus largement « le rapport qu’elle entretient à son origine sociale » et restitue ainsi les logiques de l’adhésion de Stéphanie « à la morale d’épanouissement des classes moyennes salariées » (p. 157). Ce n’est, en effet, qu’en trompe-l’œil que les assistantes sociales enquêtées par Delphine Serre peuvent à certains égards laisser penser aux assistantes sociales du début du siècle. Car leur « volonté d’émancipation » des usagers se nourrit désormais de ces expériences intimes et personnelles de mobilité sociale et « s’appuie sur leur propre expérience de promotion » (p. 160).

27Rarement on aura lu une sociologie de l’État ou du travail social pousser aussi loin l’enquête sur les imbrications fines entre trajectoires personnelles et travail administratif. On pourrait multiplier ainsi les citations d’extraits qui ouvrent des réflexions importantes sur les ajustements personnels nécessaires pour « tenir en situation » et « se conformer » à son poste (p. 277). À travers par exemple la trajectoire de Laure, ancienne dans le métier mais sommée de s’adapter à ces évolutions, obligée de passer notamment « d’une conception délatrice du signalement à la compréhension de son "bien-fondé" et de sa légitimité en tant qu’outil pour protéger l’enfant » (p. 277), Delphine Serre donne aussi des outils d’analyse transposables à bien des métiers pour analyser l’articulation entre mobilités sociales personnelles et la mobilisation au cœur du travail bureaucratique des valeurs des groupes sociaux dans lesquels recrute l’État. Nous insisterons en conclusion sur ce dernier point qui, s’il n’est pas toujours pleinement développé de façon frontale dans l’ouvrage, nous semble mériter sans doute la plus grande attention tant il nous semble invalider « à distance » nombre de débats sans fin sur la stratification sociale aux implicites politiques rarement explicités.

La revendication d’une appartenance aux « classes moyennes » comme étendard de normalité

28Sans entrer dans les débats sur l’existence ou l’inexistence des « classes moyennes » par la question des taxinomies, Delphine Serre (qui utilise indifféremment les termes « groupe intermédiaire » ou « classe moyenne » tout au long de son ouvrage) nous semble néanmoins offrir une importante contribution aux débats anciens qui structurent la sociologie de la stratification sociale en posant non pas la question de « l’existence d’un groupe central » mais en s’intéressant à la façon dont ses enquêtées peuvent se « revendiquer » d’une appartenance aux classes moyennes.

29En effet, en analysant les revendications de « conformité » et de « normalité » de ses enquêtées qui sont au cœur de l’ethos promotionnel, elle nous donne à voir ce qui est en jeu dans la proclamation d’appartenance à une position « moyenne » dans l’espace social pour ces agents des couches intermédiaires en ascension sociale dans lesquelles se recrutent massivement les assistantes sociales. Sans chercher nécessairement à « classer » ces enquêtées en puisant dans la panoplie des termes désormais disponibles – « petits bourgeois », « petits-moyens » (Cartier et al., 2008)… –, elle montre plus généralement comment la diffusion et la prescription de normes « conformes » aux modèles familiaux dominants par un dispositif bureaucratique peuvent se nourrir d’aspirations individuelles à la « conformité » et à « la normalité ».

30En ce sens, une des façons de lire cet ouvrage serait de le considérer comme une des meilleures invitations qui soit à une sociologie de la fabrique du conformisme social qui ne dissocierait jamais l’analyse des institutions en mesure de prescrire et de diffuser des normes sociales d’une analyse plus fine des « aspirations » individuelles de certains acteurs sociaux à « être dans la norme ». En d’autres termes, ce travail nous incite à nous poser la question des rapports intimes existants entre conformisme et hubris. Il invite à porter le regard sur la façon dont les aspirations individuelles à une certaine conformité contribuent en retour à la reproduction d’un certain ordre moral ou familial.

31Dans le prolongement d’une littérature classique sur les « transfuges » qui a peut-être insisté trop exclusivement sur le malaise du « déclassé » ou sur les écarts culturels (plus ou moins subversifs) liés à la mobilité sociale, Delphine Serre nous donne ainsi à penser en quoi certaines formes de mobilités peuvent dans certaines configurations être paradoxalement le vecteur du maintien d’un ordonnancement social et cela simplement à travers le travail sincère et motivé de ceux qui souhaitent (pourtant) « améliorer les choses ».

Haut de page

Bibliographie

Paugam S., 2005, Les formes élémentaires de la pauvreté, PUR, Rennes.

Verdès-Leroux J., 1978, Le travail social, éd. de Minuit, Paris.

Cartier M., Coutant I., Masclet O. et Siblot Y., 2008, La France des petits moyens. Enquête sur la banlieue pavillonnaire, La Découverte, Paris.

Haut de page

Notes

1  Pour rendre justice à la réelle féminisation de la profession, on utilisera tout au long de cette recension le syntagme « assistante sociale » en remplacement d’assistant social.

2  En 2003, sur 200 000 enfants en danger pris en charge par la justice, seuls 111 000 ont été placés en foyer. On estime aujourd’hui qu’1,5% de la population âgée de moins de 18 ans est encadrée par une mesure de justice.

3  Delphine Serre évoque ainsi un quasi « syndrome Auch » suite au procès conduit à Auch de deux membres de la profession en raison d’un signalement tardif.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Laurens, « Morale de classe, maltraitance infantile et catégories de l’entendement assistanciel », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII | 2010, mis en ligne le 23 février 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7796

Haut de page

Auteur

Sylvain Laurens

Maître de conférences à l’université de Limoges.

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org