Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Joxe, Cas de conscience.

Genève, Labor et Fides, 2010, 245 p.
Frédéric Ocqueteau

Texte intégral

1Il arrive que des hommes politiques ou des hauts fonctionnaires observent aux premières loges, durant leur mandat ou leur carrière administrative, comment prennent forme les illégalismes des puissants, tant au sein du monde économique que politique, et y réagissent avec les armes pratiques et idéologiques dont ils disposent pour les contrer.

  • 1  On trouvera des tactiques intéressantes dans les travaux de Pierre Lascoumes. Cf. par exemple, Éli (...)

2Les spécialistes de l’analyse de la « régulation » des phénomènes corruptifs s’efforcent, quant à eux, d’étudier les mécanismes de l’(in)tolérance à de tels phénomènes, et les raisons pour lesquelles l’appareil pénal demeure en général relativement désarmé pour en enrayer l’emprise. Dans la mesure où ces analystes sont souvent dans une position dominée par rapport aux élites conformistes ou déviantes dont ils entendent expliquer les conduites, l’accès aux sources pertinentes constitue la première des preuves de leur crédibilité scientifique. Comment rusent-ils alors avec les acteurs qui les dominent pour coller au plus près de la « description » et de la « compréhension » de leurs pratiques ? De quelles sources ou de quelles informations disposent-ils pour établir leurs démonstrations ? Quel discours de la méthode mettent-ils en avant pour apporter un surcroît de connaissance au sujet du domaine étudié1 ?

  • 2  Un bon exemple dans le témoignage de deux sociologues du monde de la bourgeoisie : Michel Pinçon e (...)

3Ce sont là des questions classiques de cuisine scientifique qui renvoient souvent les analystes « objectivants » à des dilemmes moraux les confrontant à leurs sources ou à leurs informateurs2. Mais, de façon asymétrique, il peut arriver que des acteurs dominants éprouvent, eux aussi, le besoin de faire état de la nature de leurs propres dilemmes moraux en tant qu’hommes de pouvoir et d’influence, passant alors du statut possible d’acteurs objectivables à celui d’analystes de leurs propres dilemmes d’hommes d’action en situation.  

4 Il nous a semblé que le présent ouvrage, d’une facture tout à fait insolite, se prêtait à cette rencontre improbable mais possible, et qu’il valait le coup, au-delà d’un strict compte rendu, d’en tirer quelques conclusives en faisant appel à la perspective de la philosophie morale du sociologue Jon Elster.

1. Présentation

  • 3  Et autant estimé des policiers que des sociologues, ce qui est plutôt rare. Il a durablement marqu (...)

5À bien des égards, en effet, ce témoignage tout à fait atypique devrait aiguiser la curiosité des lecteurs de Champ Pénal, bien au delà de ceux qu’ont longtemps intrigué et fasciné cet homme à l’apparence austère, de famille et mœurs protestantes, à l’humour pince sans rire, grand serviteur de l’État, fidèle du mitterrandisme, député, plusieurs fois ministre (dont deux fois de l’Intérieur3), puis président de la cour des Comptes et membre du Conseil constitutionnel. À soixante-quinze ans, il nous convie à entrer dans l’intimité des dilemmes qui l’ont accompagné avec des intensités variables durant sa longue carrière publique. L’auteur identifie, présente et observe comment il a tenté de les résoudre dans des occasions et des places différentes de l’histoire de la Cinquième République. Le seul précepte de sa gouvernance de lui-même ayant été de vivre libre ou mourir, il estime avoir toujours cherché dans sa propre idée du service public les voies de la libération des hommes sur les forces d’oppression. Ce qui nous semble une assez bonne définition des valeurs de gauche. Traduction concrète de cette conduite de vie, avec un clin d’œil appuyé : l’éthique de responsabilité n’est pas identique à l’absence de conviction (10).

6L’ouvrage est construit en trois parties divisées chacune en trois chapitres. La première, intitulée JEUNESSE, met en scène trois circonstances : son action de censeur de « l’Echo d’Alger » durant la guerre d’Algérie ; sa confrontation aux mécanismes de la corruption immobilière en terres de Languedoc-Roussillon comme jeune magistrat de la cour des Comptes ; la blessure de la réhabilitation historique des généraux félons de l’Organisation de l’Armée Secrète par la gauche aux affaires, en 1982, durant son mandat de député et de dignitaire du PS. La deuxième, intitulée FAIBLESSE, décrit des dilemmes de loyauté envers le président Mitterrand durant son mandat de ministre de l’Intérieur (à l’occasion notamment de la libération des terroristes du groupe Abou Nidal en 1985), et de ministre de la Défense (celle du crime humanitaire lié au fiasco de l’opération somalienne dite Restore Hope de 1992) ; et enfin, sa défense de l’idée très « britannique » du service public de l’information durant divers épisodes de la période dite de berlusconisation des chaînes de télévision françaises. La troisième, intitulée SAGESSE (avec un ?), campe trois opinions personnelles dissidentes sur des lois validées par le Conseil constitutionnel qui n’eurent pas son assentiment de sage : loi Perben II de 2004 sur des remises en cause de l’âge de la minorité pénale ; loi sur le Contrat Première Embauche de 2006 remettant en question l’obligation de justifier des motifs d’un licenciement ; loi de mars 2009 sur la nomination par le chef de l’État du président des chaînes de télévision publique, ayant bafoué à ses yeux les principes fondamentaux de liberté, de pluralisme et d’indépendance des médias.

7Cette question de la publicité des opinions divergentes dans cette instance le soucie apparemment beaucoup. Et comme il entend mettre fin à cette situation de silence contraint pour aboutir à une normalisation à l’échelon européen, Pierre Joxe, à la veille de son départ du Conseil, se demande, amusé, si cette attitude militante serait bien celle d’un sage.

2. Dilemmes moraux

  • 4  Cette expression imagée est de l’auteur et revient à plusieurs reprises sous sa plume.

8Il vaut de s’appesantir ici, non pas tant sur l’objet des déviances des puissants telles que perçues par un homme politique de réputation plutôt intègre, qu’aux raisons pour lesquelles différentes situations où il se trouvait aux commandes furent vécues comme problématiques, comment il choisit de les affronter sans que sa propre conscience ait eu trop à en souffrir. P. Joxe offre suffisamment d’éléments de son propre puzzle pour éclairer des facettes qui intéresseront à n’en pas douter les tenants d’une criminologie appliquée tourmentés par leur éthique humaniste éprise de fraternité. Face au mal sur lequel d’aucuns peuvent avoir une influence pour en diminuer les effets collectifs, comment les pilotes aux commandes « avalent-ils néanmoins des couleuvres »4 et pourquoi le font-ils ? Ou comment évitent-ils d’avoir à les avaler et comment négocient-ils, en conscience, de tels évitements ?

  • 5  Pierre Grémion, Le pouvoir périphérique, bureaucrates et notables dans le système politique frança (...)
  • 6  Article 40 du code de procédure pénale : « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonc (...)

9Le jeune haut fonctionnaire découvre, au moment où Pierre Grémion enquête sur la mécanique du « pouvoir périphérique » des années 19605, comment s’ajustent localement les mécanismes de collusion entre affairistes de l’immobilier et élus locaux. Il est dissuadé d’user de l’arme explosive de l’article 40 du CPP6, et après s’être ouvert de ses états d’âme à Pierre Massé et montré indulgent envers Pierre Racine, il part sur la pointe des pieds. « On » se montre plus précis avec le maniement de cette arme redoutable, quand à la suite des malversations qu’il met à jour dans la gestion de l’ORTF, « on » lui fait comprendre qu’il violerait lui-même le secret professionnel en divulguant des informations qui ne lui appartiennent pas. Enfin, il explique comment son « patron » à la cour des Comptes de l’époque lui fait comprendre la nécessité de ne pas mettre sur la place publique son rapport très précis sur la gestion calamiteuse de la maternité de l’hôpital d’Albi par des médecins sans scrupules mais surtout puissants conseillers généraux, en laissant au Préfet le soin d’en trancher, c’est-à-dire d’enterrer le scandale avant qu’il n’éclate. Ainsi, par trois fois, diverses stratégies d’amicales pressions voire de franche intimidation ont eu raison de Joxe. Il s’en dédouanera quelque peu, lorsque devenu à son tour président de la cour des Comptes vingt ans plus tard, il saura pousser de jeunes magistrats à publiciser des affaires par le biais de l’article 40 du CPP, en faisant porter à la connaissance de la Justice ce qui allait devenir le scandale dit de l’Association pour la Recherche contre le Cancer dirigée par J. Crozemarie.

  • 7  Éphémère secrétaire d’état aux rapatriés du gouvernement Mauroy.

10L’une des circonstances les plus douloureuses qu’il ait apparemment eu à affronter fut l’affaire de la réintégration des quatre généraux criminels de l’OAS dans les cadres de l’armée, un épisode traumatique où il se sentit manipulé et trahi par le président et par sa famille politique. Pour de basses considérations politiciennes locales en effet, F. Mitterrand laissa prospérer ce projet de Raymond Courrière7 dans le dos de Joxe, mesure qui ne fut promulguée qu’avec le recours brutal de l’arme constitutionnelle de l’article 49-3, qui autorise une approbation silencieuse et lâche. Elle dispensa pourtant l’auteur de devoir entreprendre une action politique spectaculaire à l’époque, comme si Mitterrand lui avait sauvé la face… de carême (90). Le lecteur présume qu’il sut néanmoins lui rendre la pareille, et la révélation en est presque touchante, le jour où il crut devoir mentir au président, à l’occasion de l’élargissement des terroristes d’Abou Nidal. Peu avant sa mort, Joxe lui révéla le détail de l’affaire en lui confiant qu’il s’était alors montré ambigu, comme vous m’avez appris à le faire. Et de conclure sur cette formule chère au président florentin : Mazarin avait bien pardonné à la Fronde (111).

  • 8  Et éclaire lumineusement, ce faisant, un passage resté obscur du texte précité (CSI, 1999, 52-54), (...)
  • 9  Une attitude peut-être plus subtile mais moins virile que la célèbre théorie dite des « godillots  (...)

11L’exemple le plus instructif des affres de conscience les mieux dépeints par l’auteur, trouve une éloquente illustration dans la gestion de ce qu’il désigne comme le crime humanitaire en Somalie (131-158). Face aux jusqu’aux-boutistes de l’ingérence humanitaire (B. Kouchner et R. Dumas en sortent peu grandis), P. Joxe tenta, en tant que ministre de la Défense se sentant piégé, d’en limiter les dégâts sur le terrain. Ayant eu la parfaite prescience des conséquences catastrophiques qui allaient s’en suivre, il estime avoir tout fait pour éviter la confrontation, sans avoir pu éviter le carnage qu’assumeront un peu plus tard les Américains. C’est sans doute à ce moment qu’il décida de rendre définitivement son tablier à la politique. Il tire au passage trois leçons amères mais lucides au sujet de la gestion des pièges de la realpolitik8 : essayer de limiter les dégâts politiquement, c’est devoir nécessairement les accepter, devoir abuser la presse et surtout, de ne plus avoir de prise sur la critique du tribunal de l’histoire. Quant à sa responsabilité politique propre, il estime avoir obéi en désobéissant au chef de l’État, chef des armées9. Tirant la leçon de cet épisode traumatique, il estime avoir au moins démontré par l’absurde la faiblesse du système du devoir d’ingérence humanitaire, en combattant des idées généreuses aux conséquences criminelles. Et le petit progrès, par delà le naufrage de l’aventure, d’avoir réussi à imposer durablement la présence d’un aumônier musulman dans l’armée française, à côté du curé, du pasteur et du rabbin (152).

3. Pour aller plus loin…

  • 10  Voir par exemple : Proverbes, maximes, émotions, Paris, PUF, 2003 ; Agir contre soi, la faiblesse (...)

12Il est si rare, pour un politique de livrer de lui-même des facettes obscures de son action publique, qu’il faut le mettre au crédit de cet homme d’honneur. Ces fragments de mémoire éclairent utilement les matériaux dont se sert la philosophie morale d’un Jon Elster pour argumenter l’idée qu’il est impossible de nier l’existence de processus mentaux à la fois inconscients et motivés10.

13Si les incessants avalages de couleuvres de Pierre Joxe sont campés avec autant d’alacrité sous sa plume inspirée, on ne saurait en déduire pour autant que ses convictions profondes aient pu seulement servir d’excuses face aux responsabilités assumées d’un homme public courageux s’observant dans une Histoire toujours en train de s’écrire. On pourra facilement juger qu’il eut tort de ne pas avoir démissionné comme il en eut souvent l’envie, de ne pas avoir fait assez sur tel ou tel dossier, de n’être pas parti au bon moment en claquant la porte, d’avoir parlé ou agi trop tard, etc. Mais ce n’est pas vraiment ce qui importe.

14Bien au contraire, ce qui importe, c’est que les dilemmes ainsi mis à jour nous rendent ce personnage distant soudain familier et proche, presque sympathique, car ses « cas de conscience » résonnent chez tout un chacun. Ils nous disent que le temps de savourer les petites revanches d’une conséquence vertueuse différée peut racheter bien des petites lâchetés qui permirent au « mal » de prospérer. Ils nous font mieux comprendre pourquoi, si l’on peut toujours trouver de bonnes raisons d’agir contre soi-même ou de sa propre conscience dans telle ou telle circonstance historique, l’aptitude à s’en souvenir plus tard quand vous est donné le pouvoir d’en réparer les conséquences en ne réitérant pas les mêmes erreurs, vaut la peine d’être instruite, documentée et valorisée.

15À l’échelle d’un homme public, aussi puissant ou faible soit-il, ce sont certes là des victoires minuscules sur les ratés de l’action publique. Elles nous paraissent tout aussi fondamentales à disséquer et à expliquer que les grandes victoires collectives de la paix remportées sur la guerre, pour ne point parler de celles qui fâchent tant aujourd’hui, l’apparente victoire des vices publics sur les vertus privées.

Haut de page

Notes

1  On trouvera des tactiques intéressantes dans les travaux de Pierre Lascoumes. Cf. par exemple, Élites irrégulières, essai sur la délinquance économique et financière, Paris, Gallimard, 1997.

2  Un bon exemple dans le témoignage de deux sociologues du monde de la bourgeoisie : Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Voyage en grande bourgeoisie : journal d’enquête, Paris, PUF, 1997.

3  Et autant estimé des policiers que des sociologues, ce qui est plutôt rare. Il a durablement marqué de son empreinte l’histoire de la police en lançant notamment le premier grand plan de sa modernisation en 1986, tout en l’assortissant de l’édiction d’un code de déontologie inexistant auparavant. Les sociologues lui doivent la création de l’IHÉSI en 1989 et son soutien indéfectible à la recherche sur les objets policiers. Voir entre autres, son entretien pour les dix ans de l’Institut : « La demande de sécurité intérieure », Cahiers de la Sécurité Intérieure (CSI), 1999, 37, 45-54 ; et sa préface à Dominique Monjardet, Notes inédites sur les choses policières, 1999-2006, Paris, La découverte, 2008.

4  Cette expression imagée est de l’auteur et revient à plusieurs reprises sous sa plume.

5  Pierre Grémion, Le pouvoir périphérique, bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Le Seuil, 1976.

6  Article 40 du code de procédure pénale : « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».

7  Éphémère secrétaire d’état aux rapatriés du gouvernement Mauroy.

8  Et éclaire lumineusement, ce faisant, un passage resté obscur du texte précité (CSI, 1999, 52-54), dont nous n’avions pas compris à l’époque à quel point il lui était douloureux, quand nous l’interrogions sur le « brouillage des frontières entre le civil et le militaire », à la lumière des opérations de police internationale extérieures assumées par des forces militaires.

9  Une attitude peut-être plus subtile mais moins virile que la célèbre théorie dite des « godillots », mise à l’épreuve à plusieurs reprises par l’un de ses collègues (« partir ou fermer sa gueule »), voire celle de l’un de ses adversaires de droite, dite de la « tentation de Venise », assimilable quant à elle à un simple fantasme romantique de désertion.

10  Voir par exemple : Proverbes, maximes, émotions, Paris, PUF, 2003 ; Agir contre soi, la faiblesse de volonté Paris, O. Jacob, 2007 ; et surtout : Le désintéressement, traité critique de l’homme économique, Paris, Seuil, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Pierre Joxe, Cas de conscience. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII | 2010, mis en ligne le 27 février 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7799

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

CNRS (CERSA), frederic.ocqueteau@cnrs.cersa.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org