Navigation – Plan du site
Articles ("Varia")

Sociologies anglo-saxonnes du virage punitif

Timidité critique, perspectives totalisantes et réductrices
Nicolas Carrier
Traduction(s) :
Anglo-Saxon Sociologies of the Punitive Turn

Résumés

Depuis le début des années 2000 semble s’établir un consensus à la fois criminologique et politique au sujet d’une nouvelle donne culturelle en regard de la question pénale. Dans le champ pénal, ce (relatif) consensus est saisi par le biais d’expressions telles que « virage punitif » et « nouvelle punitivité ». En sciences sociales, trois principaux groupes de symptômes sont utilisés pour établir le diagnostic de cette mutation générale de la pénalité : le boom carcéral, la prison post-disciplinaire, et la réémergence d’une pénalité ‘expressive’. Cette contribution propose de disséquer la façon dont le changement social, particulièrement dans le domaine de la pénalité institutionnalisée, est théorisé par les analystes du virage punitif. Les cinq ‘sociologies du virage punitif’ qui dominent les débats théoriques dans le champ pénal académique anglo-saxon sont ici analysées. Cette analyse révèle notamment leur timidité critique et leur conception réductrice du champ pénal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je tiens à remercier Justin Piché et Frédéric Ocqueteau pour leurs commentaires précieux sur cet a (...)
  • 2  Je présente plus bas rapidement les principaux symptômes de ce virage punitif identifiés dans les (...)

1Ce que les anglophones nomment criminologie théorique (theoretical criminology) se présente essentiellement comme une sociologie du crime (Robert, 2005), ou – à mon sens plus précisément – comme une sociologie de la criminalisation (Carrier, 2008a)1. Comme la sociologie prise dans son ensemble, la criminologie théorique s’approprie et mobilise plusieurs concepts et théories dont les lieux institutionnels de naissance sont d’autres sciences humaines et sociales (psychologie, géographie, science politique, philosophie, etc.). Elle ne le fait pas, bien sûr, afin d’instrumenter une volonté d’expliquer, de prédire et de contrôler le crime pris comme objet non-problématique (i.e. dont l’essence et l’existence sont totalement extérieures à cette volonté). Au contraire, la criminologie théorique s’approprie et mobilise plusieurs concepts et théories afin d’instrumenter un désir de comprendre le complexe procès de la criminalisation, soit l’ensemble des manifestations du travail social du droit pénal. Sur la scène académique anglo-saxonne, une telle appropriation et mobilisation sont particulièrement explicites dans les récents efforts déployés par un nombre croissant d’analystes de la criminalisation pour interpréter un contemporain ‘virage punitif’ (punitive turn ; également souvent saisi par the new punitiveness)2.

  • 3  Il s’agit évidemment d’une affirmation fortement contestée, particulièrement par les auteurs de tr (...)

2Certains analystes ont suggéré qu’un tel virage punitif constitue un tsunami, ou produit un « effet domino » (Pakes, 2006, 154) balayant rien de moins que l’ensemble des démocraties libérales (Hallsworth, 2002, 473 ; Hogeveen, 2005, 87), alors que d’autres ont tenté de montrer que différents pays, notamment le Danemark, l’Allemagne, la Suède, l’Italie, l’Autriche, le Canada, le Japon, la Hollande et la Norvège n’en sont pas victimes (Comack, Silver, 2008 ; Doob, Webster, 2006 ; Meyer, O’Malley, 2005 ; Nelken, 2005 ; Penna, Yar, 2003). Il faudrait en conséquence prudemment localiser dans l’espace et le temps le virage punitif, voire le limiter à l’exceptionnalisme américain – et du même souffle blâmer la criminologie critique en la qualifiant de « criminologie catastrophiste » (O’Malley, 2000 ; voir aussi Zedner, 2002). De telles préoccupations empiriques indiquent clairement la prégnance de cette thèse du virage punitif, prégnance que Matthews (2005,175) a même qualifiée de consensus criminologique. Parallèlement, plusieurs croient pouvoir observer un consensus politique (sup)posant une communauté de plus en plus punitive, au sein de laquelle il est désormais tout à fait acceptable de se montrer « cruel » envers les personnes criminalisées (Holtfreter et al., 2008 ; Chevigny, 2003 ; Pires, 2001; Simon, 2001)3. La thèse du virage punitif n’affirme donc pas seulement de profondes transformations dans les politiques, rhétoriques, logiques et pratiques officialisées de criminalisation. La thèse suggère également de nouvelles médiations sociales, culturelles, symboliques, non-institutionnalisées à ces mêmes politiques, rhétoriques, logiques et pratiques officialisées. Comme on le verra, certaines sociologies du virage punitif vont jusqu’à poser la soumission des institutions de la criminalisation à cette nouvelle donne culturelle, alors que d’autres préfèrent observer le rapport inverse, parfois même sous l’angle d’une large entreprise de manipulation.

3La proposition guidant cette contribution est de suspendre, dans un premier temps, la question de la validité de la thèse du virage punitif. Cette suspension permet d’explorer, de comprendre, et de soumettre à un examen critique les principales mobilisations de concepts et théories sociologiques que s’approprient les analystes afin d’expliquer le changement social. Ou du moins, celles aisément observables autour de la question du virage punitif : structure sociale et gestion de l’ « armée de réserve » du capitalisme ; privatisation des prisons et marchandisation des personnes incarcérées ; populisme et médiatisation ‘glocalisée’ ; impacts de la modernité avancée (late modernity) ; processus de (dé)civilisation. C’est ce désir de décortiquer les contributions théoriques anglo-saxonnes - et seulement celles-ci - qui anime cette contribution. La focalisation sur les contributions anglo-saxonnes s’explique d’abord par le fait que c’est dans cet espace académique que la thèse du virage punitif s’est développée au point que certains en discutent comme d’un consensus criminologique. Cette focalisation s’explique également par la traditionnelle surreprésentation des contextes américains et britanniques dans les travaux de nature criminologique, mais aussi parce que les sociologies du virage punitif montrent de façon exemplaire, à de rares exceptions près, comment ces mêmes contextes deviennent, par synecdoque, l’Occident.

  • 4  J’aurai l’occasion de commenter les bases, parfois peu satisfaisantes, du diagnostic du virage pun (...)

4Cet article propose donc, après avoir rapidement précisé le sens donné au virage punitif en criminologie théorique, une analyse des principales sociologies du virage punitif4. Cette analyse révèle des problèmes importants, notamment un regard totalisant et réducteur sur le champ pénal, ainsi qu’une critique criminologique bien timide. Je ne tenterai pas de proposer, dans une finale époustouflante, une perspective théorique totalisante sur le virage punitif, qu’aurait rendu possible la sélection arbitraire et le mariage forcé des dimensions propres aux diverses sociologies analysées. L’histoire de la sociologie, de même que les analyses les plus fines en épistémologie des sciences sociales (Berthelot, 1996, 1990) convainquent aisément, il me semble, du caractère non seulement vain, mais également intellectuellement problématique, d’une telle entreprise. La conclusion de l’article voudra néanmoins identifier quelques possibilités pour la pratique d’une criminologie critique évitant plusieurs problèmes identifiés dans les sociologies du virage punitif (tant sur le plan de l’observation empirique que du travail théorique).

1. Principaux symptômes du virage punitif

  • 5  Certains analystes ne jugent pas nécessaire de pouvoir constater tous ces groupes de symptômes afi (...)

5Le virage punitif correspond au diagnostic que posent plusieurs analystes de la criminalisation lorsque peuvent être observés, dans les démocraties libérales, trois principaux groupes de symptômes5. Le premier, souvent celui jugé le plus important, est d’ordre strictement quantitatif : il s’agit du boom carcéral. Les deux autres groupes de symptômes sont de nature plus qualitative. Le second renvoie essentiellement aux transformations des logiques de gestion des populations criminalisées, transformations généralement saisies sous l’angle de l’émergence d’un espace carcéral globalement post-disciplinaire. Enfin, le troisième groupe correspond à une constellation plus étendue de symptômes, pointant dans la direction d’une pénalité de plus en plus ‘expressive’, publique et publicisée. Cela tant sur le plan discursif, comme dans le cas des appels à la « tolérance zéro », que sur le plan des pratiques, comme dans le cas des actions prises pour faire connaître à la ‘communauté’ l’identité des hommes ayant eu recours aux services des travailleurs ou travailleuses du sexe (pratiques de John shaming).

1.1. Le boom carcéral

  • 6  Toutefois, lorsqu’il s’agit de la seule ou principale préoccupation des analystes, cette croissanc (...)
  • 7  Pour un portrait détaillé de l’évolution des taux d’incarcération aux États-Unis, voir notamment G (...)
  • 8  Voir notamment Blomberg, Hay (2007) ; Peay (2007) ; Carrier (2006a) ; Sumner (1997) ; Melossi (199 (...)

6La dramatique et constante augmentation de la population incarcérée, particulièrement en sol américain, fournit généralement le principal – parfois même le seul – indicateur d’un virage punitif6. Le caractère dramatique et constant de la croissance carcérale américaine est difficilement contestable. En effet, après cinquante années de « remarquable » stabilité, avec un taux d’incarcération moyen avoisinant 110 prisonniers par 100 000 habitants des années 1920 aux années 1970, les États-Unis ont été le théâtre d’un recours exponentiel à l’incarcération (Gottschalk, 2006,3-4). En quelques années à peine, le taux d’incarcération triple, s’établissant à 310 en 1985, pour ensuite quasiment doubler en une décennie, s’établissant à 600 en 1995. Depuis, la croissance se poursuit et consacre les Américains champions mondiaux de l’incarcération. Les chiffres les plus récents (2008) établissent le taux d’incarcération à 760 par 100 000 habitants, soit plus de 2,3 millions de personnes (International Centre for Prison Studies, 2009)7. Si l’on choisit d’étendre l’observation à l’ensemble des personnes sous contrôle ‘correctionnel’, pour inclure notamment les personnes en liberté conditionnelle, on obtient (pour 2007) un taux de surveillance pénale officielle de 3,2%, soit plus de 7,3 millions de personnes, ou une personne adulte sur 31 (Bureau of Justice Statistics, 2009). L’augmentation du nombre d’individus supervisés par les appareils pénaux hors prison est toutefois satellitaire dans les arguments visant à établir le virage punitif – dans le cas contraire, nous aurions affaire à une simple reformulation de la thèse de l’extension du filet pénal. En effet, le virage punitif, et encore plus clairement l’expression ‘nouvelle punitivité’ (new punitiveness), renvoie à une transformation plus qu’au simple élargissement d’une logique inchangée. Une transformation qui d’ailleurs ne présente pas la subtilité et la douceur (certes, bien relatives) des pratiques de contrôle qui, à la suite de son interprétation de Foucault (1975), inquiétaient profondément Cohen (1985)8.

  • 9  Toutefois, des pratiques d’incarcération ciblant particulièrement, par le droit écrit ou par les u (...)

7L’exceptionnalisme américain ne réside pas simplement dans l’appétit gargantuesque de ses institutions pénales, mais aussi dans leur préférence marquée pour des aliments exotiques ; comme on le sait, ces institutions se nourrissent majoritairement de la criminalisation de personnes Noires9. Dans le cas des institutions carcérales, par exemple, Wacquant (2001, 82) a noté que depuis 1989, et pour la première fois dans l’histoire nationale, les Afro-Américains constituent la majorité des personnes admises en prison chaque année, ceux-ci composant désormais (avec les Latino-Américains) près de 70% de la population carcérale. On a ainsi pu estimer qu’aux États-Unis, un homme Noir sur trois sera incarcéré au cours de sa vie, et qu’une personne Noire a plus de chance d’être ‘admise’ en prison qu’à l'université (Simon, 2007,141). Cette couleur de la pénalité américaine marque évidemment certaines sociologies du virage punitif – cela d’autant plus que plusieurs analystes de ce virage sont basés aux États-Unis.

1.2. Pénalité post-disciplinaire

  • 10  Sur la prison post-disciplinaire, voire particulièrement Chantraine (2007, 2006).
  • 11  Ceux-ci œuvrant toutefois désormais dans une institution où la poursuite de cette volonté se const (...)

8Outre l’explosion de la population carcérale, les analystes du virage punitif prennent également pour point de départ l’idée que cette population est abordée sous l’angle d’un déchet social, dont on se débarrasse, ne serait-ce que temporairement, mais sans se soucier de l’investir afin de le rendre potentiellement rentable, utile et propre. L’espace carcéral est caractérisé comme étant essentiellement post-disciplinaire, c’est-à-dire, suivant Foucault (1975), que son organisation n’est plus finalisée dans la normalisation10. Ou, de façon plus générale, l’espace carcéral serait sorti d’une période que Garland (2001) a nommé pénalité moderne (penal modernism, ou penal welfarism), période au cours de laquelle le projet de réhabilitation aurait été hégémonique. En conséquence, la prison et les pratiques correctionnelles ont pu être décrites comme présentant les traits d’une industrie de « gestion des déchets » (waste management vision of corrections, Simon, 2007,143) ; comme un espace au sein duquel la production sociale de la différence (anormalité, déviance, pathologie) n’y engendrerait (potentiellement) de volonté transformative que chez les acteurs toujours « humanistes » et « modernes »11.

9L’argument des analystes du virage punitif est que la prison est « redécouverte » dans, et « re-légitimée » par, la capacité de ses murs à mettre à l’écart, contenir et punir (Wacquant, 2008 ; Hallsworth, 2002 ; Garland, 2001). Les murs de la prison – plutôt que la tour panoptique – incarneraient la logique pénale dominante : la punition peut (doit ?) se suffire à elle-même. Ou, lorsque la punition n’est pas simple et brutale rétribution, elle trouverait sa finalité dans la protection de la société, mais sans toutefois passer par le détour sinueux et incertain – risqué – de la réhabilitation. D’aucuns rapportent ainsi les remarques de politiciens estimant qu’il faut maintenant « comprendre moins et punir davantage ». Et la dissociation de l’incarcération du projet de normalisation, qu’elle soit avérée ou simplement suggérée, immunise l’institution carcérale contre les vers qui l’ont rongée depuis sa prétention à changer êtres et conduites : la prison n’est plus à blâmer en cas de récidive. Bien au contraire, les récidives qui font les choux gras des médias de masse renforcent l’espace carcéral en déplaçant la critique des pratiques correctionnelles tantôt vers les sentences d’incarcération trop courtes, tantôt vers les politiques rendant trop facile la sortie de prison.

1.3. Pénalité politisée et expressive

  • 12  On évoque ici généralement la tendance à retirer les pratiques et discours entourant l’imposition (...)

10Le troisième groupe de symptômes dont l’observation participe généralement au diagnostic d’un virage punitif se compose d’une gamme plus ou moins harmonieuse de pratiques et de discours (re)plaçant très explicitement – très médiatiquement – la pénalité au centre d’un espace politique. Un espace politique dont la nouveauté alléguée est son incroyable ouverture à une variété non seulement d’intérêts, mais aussi d’émotions. Pour le dire autrement, les analystes observent le renversement de tendances habituellement jugées caractéristiques d’une pénalité qui se pense et s’auto-décrit comme moderne et civilisée12. Par exemple, en introduisant les chapitres du livre The New Punitiveness, réunissant une vingtaine de contributeurs, ses éditeurs suggèrent que le virage punitif peut être compris comme des formes de punition qui semblent violer la productivité, la retenue et le caractère rationnel de la pénalité disciplinaire moderne, et retourner, de multiples façons, aux thèmes destructeurs et émotifs d’une pénalité de souveraineté (sovereign punishment, Pratt et al., 2005, xii, ma traduction). C’est justement en raison de ce renversement que certains voudront interpréter le virage punitif comme résultant d’un processus de décivilisation (voir infra). Ce troisième groupe de symptômes renvoie donc à un ensemble d’agir et de discours punitifs dont la racine commune est leur caractère dramatiquement public et politique, et donc forcément médiatique, voire spectaculaire (Debord, 1967).

11L’argument que proposent les analystes du virage punitif ne se limite donc pas à une simple augmentation du recours au carcéral et à l’abandon plus ou moins généralisé de l’idée moderne suivant laquelle la criminalisation et l’incarcération peuvent être transformées en opportunités – possibilité de produire un sujet libre (comprendre : ‘rationnel’), sain, éventuel consommateur et producteur de marchandises (voir Rose, 1999 ; Wagner, 1994; de Swann, 1988). Le virage punitif renvoie également à une nouvelle politisation et médiatisation de la question pénale dans un registre qui privilégie l’émotion, la simplicité, voire le bon vieux sens commun. C’est ainsi que l’on fait converger des discours et pratiques multiples : « tolérance zéro », discours politiques faisant valoir la ‘dureté’ (tough on crime), lois de type three strikes and you’re out (voir Zimring, Hawkins, Kamin, 2001), publication de registres de « délinquants sexuels » (voir Spencer, 2009), renvoi des mineurs devant les tribunaux pour adultes, impacts culturels et juridico-politiques de ce que Best (1999) a nommé l’« industrie de la victimisation », représentations médiatiques des prisons comme étant des Club Med, disqualification politico-médiatique de l’expertise criminologique (voir Loader, 2006), etc.  

2. Interprétations du virage punitif

12Le diagnostic du virage punitif a rapidement stimulé la production d’interprétations sociologiques dans le champ criminologique. Celles-ci font valoir un large éventail d’éléments : rapports entre population et économie, intérêts commerciaux et politiques, impact des médias de masse sur la politique, transformation de la socialité suite à la radicalisation de la dislocation du temps et de l’espace, processus de décivilisation, etc. L’examen non exhaustif (du fait de ma centration sur les travaux anglo-saxons) de ces éléments conduit sans détour à la difficile théorisation du changement social. En effet, toute sociologie posant une mutation radicale et subite dans le champ pénal génère l’attente d’une telle théorisation. C’est cette attente qui motive les pages qui suivent. Il ne s’agit pas ici d’établir comment on doit penser le changement social, mais d’analyser les outils conceptuels et les cadres théoriques mobilisés par la criminologie théorique lorsqu’elle entreprend de penser les racines, les causes, les raisons d’un changement qu’elle estime fondamental, relativement soudain, et certainement imprévu.

2.1. Structure sociale et gestion de l’ « armée de réserve » du capitalisme

  • 13  Pour une analyse des rapports entre État et post-keynesianisme et de leurs impacts sur la criminol (...)
  • 14  Voir également Melossi (2008a, 229-252, 2008b) ; De Giorgi (2006) ; Reiman (2004) ; d’Alessio, Sto (...)

13Une première sociologie du virage punitif fait essentiellement valoir qu’il faut le comprendre comme un des multiples dommages collatéraux d’une économie post-keynesienne mondialisée (Gilmore, 1998/1999)13. On discutera en ce sens d’une représentation politique de l’économique comme un espace autorégulé, dont l’un des corollaires serait la timidité ou l’abandon de tout activisme politique dans ce même espace. Certains proclament ainsi la mort d’un « État social » (Rivera Beiras, 2005), ou observent la liquidation de politiques sociales inspirées de la doctrine de Keynes (Beckett, Western, 2001). Dans ce contexte, la boulimie carcérale devrait être interprétée suivant l’hypothèse centrale de Rusche et Kirchheimer (1939), c’est-à-dire comme le résultat prévisible de rapports économiques au sein desquels une large portion de la population est de facto inutile14. Si l’on se situe dans le contexte étasunien et que l’on ajoute à l’oppression de classe celle qui se dessine selon des lignes ethno-racialisées, alors nous avons les ingrédients fondamentaux de cette première sociologie du virage punitif, dont le représentant le plus en vue est sans doute Loïc Wacquant.  

  • 15  Si la criminalité est abordée comme stimulus, c’est seulement dans ses représentations culturelles (...)
  • 16  Cela ne signifie pas que les stratégies de capitalisation financière du virage punitif sont ignoré (...)

14Le parallèle entre Rusche et Kirchheimer et Wacquant est clair. D’abord – mais cela est le propre de toute sociologie de la peine depuis Punishment & Social Structure – pas question de comprendre les variations des pratiques pénales (et particulièrement carcérales) dans le schéma d’une réponse au stimulus de la criminalité (Rusche, Kirchheimer, 1939, 5; Wacquant, 2005, 12)15. Ensuite, et surtout, il s’agit de diriger le regard vers la dévaluation de la force de travail brute (non qualifiée), et vers la dévaluation symétrique des pauvres. Dans une telle perspective, le virage punitif est donc accentuation et durcissement des stratégies pénales de gestion de l’ « armée de réserve » du Capital. Mais le parallèle reste très imparfait. Notamment parce que Rusche et Kirchheimer se préoccupaient des possibilités d’extraction directe de la valeur par la peine (travail en milieu carcéral et amende). La maximisation de ces possibilités est évidemment centrale dans les analyses de « l’industrie du contrôle du crime » (voir infra). Mais elles sont au mieux secondaires ici, puisqu’il s’agit de penser le virage punitif sous l’angle du contrôle des pauvres, plutôt que sous l’angle de la capitalisation financière de leur gestion comme marchandises carcérales16. Le parallèle est également imparfait puisque Wacquant voudra, en dernière analyse, pointer du doigt la responsabilité politico-étatique plutôt que des forces de nature essentiellement économiques (Wacquant, 2008, 70).

  • 17  C’est surtout lorsqu’il compare le ghetto étasunien avec la banlieue rouge française que Wacquant (...)

15L’originalité de l’analyse qu’avance Wacquant (2008, 2006, 2005, 2001) est de lier, dans le contexte étasunien, le contrôle des pauvres par le biais de la criminalisation à ce qu’il nomme strategies of caste enforcement ou peculiar institutions qui, depuis le début du XVIIe siècle, disjoignent les Afro-Américains des autres personnes. Jugeant historiciser (2008, 46) les fonctions de quatre stratégies – l’esclavage, le régime Jim Crow (ségrégationnisme des États du sud), le ghetto et « hyperghetto » + prison – Wacquant propose de comprendre le virage punitif comme l’un des résultats de l’obsolescence du ghetto dans le contexte économique contemporain. Les trois premières stratégies de disjonction (esclavage, régime Jim Crow et ghetto) convergeaient dans leur « fonction » de prévenir la ‘contamination’ de la pureté civilisée, notamment grâce aux supports idéologiques qui culmineront dans la doctrine et les pratiques eugéniques, mais également dans l’extraction de la valeur par le travail – d’abord du sol, puis à l’usine. Or, c’est justement cette seconde fonction que perdrait la principale stratégie contemporaine de disjonction en sol américain, qui se présente pour Wacquant selon la formule « hyperghetto » + prison (2008, 41-133). En effet, les rapports économiques actuels (et un ensemble de pratiques et de décisions politiques les dynamisant) auraient pour effet que les Afro-Américains ainsi traditionnellement exploités auraient perdu leur fonction économique positive (2001, 91)17. L’articulation des rapports économiques et politiques, dont l’un des effets est le virage punitif, est lue comme une tentative d’imposer un travail salarié désocialisé comme la norme de citoyenneté pour les fractions déqualifiées de la classe post-industrielle (2001, 84, ma traduction ; 1999).

  • 18  Sur le rôle des savoirs criminologiques dans l’oppression ethno-raciale, voir notamment Walby, Car (...)

16La nouvelle scène pénale qu’est le virage punitif se caractériserait moins par la simple poursuite du focus du contrôle pénal sur les Afro-Américains contestant l’oppression superstructurelle que par la recomposition des stratégies pénales autour des axes de classe et de race. Ce que Wacquant saisit par « hyperghetto » renvoie effectivement à un espace de ségrégation selon un axe racial, mais qui se spécifie également par une homogénéisation spatialisée de classe. En fait, il va jusqu’à proposer que la fonction contemporaine de l’ « hyperghetto » opère davantage selon l’axe de classe que selon l’axe ethno-racial, ségrégant une population certes majoritairement Noire, mais d’abord et avant tout extrêmement pauvre (comparer Bourgois, 1995 ; Bourgois, Schonberg, 2007). Le passage du ghetto à l’« hyperghetto » signale donc l’exil des Afro-Américains des classes moyenne et supérieure, exil dont une des conséquences identifiée par Wacquant est la dissolution progressive des contrôles sociaux informels, entraînant une pénétration maximale des appareils étatiques répressifs – dans l’espace public, résidentiel et scolaire (voir aussi Lyons et Drew, 2006). La formule « hyperghetto » + prison qu’avance Wacquant est ainsi proposée pour souligner non seulement la couleur de la pénalité américaine, mais également que l’extérieur de l’espace carcéral prend de plus en plus la forme d’une prison pour les Afro-Américains de classes économiques défavorisées. Ce contexte favoriserait la résurgence des supports idéologiques à teneur biologique, comme ceux qu’avancent des auteurs comme Wright (2009) et Walsh (2004)18. Ces supports, nécessaires à la légitimation politique de pratiques de contrôle du crime, masquent la responsabilité politico-étatique pour le développement d'espaces urbains dits « criminogènes », développement associé au déclin de l’État-providence. Ainsi, malgré l’importance des mutations des rapports économiques dans un environnement globalisant (voir aussi Barak, 2001) – au premier chef la disparition substantielle du besoin d’une main-d’œuvre locale pour le travail manufacturier – cette première sociologie du virage punitif pointe du doigt, en dernière analyse, la sphère politique et appelle à une reconstruction de l’État social (Wacquant, 2008, 279).

2.2. Privatisation carcérale et marchandisation des personnes incarcérées

17Un second type de sociologie du virage punitif s’articule également autour de motifs de nature économique, mais insiste beaucoup moins sur l’évolution des stratégies de gestion de l’ « armée de réserve » du capitalisme pour se concentrer sur les forces vives du Capital qui commercialisent et profitent des pratiques variées entreprises pour lutter contre le crime. Cela en faisant des personnes criminalisées soit des instruments de production de valeur en milieu carcéral, soit de véritables marchandises (Stern, 2006 ; Hooks et al., 2004 ; Welch, 2003 ; Hallett, 2002 ; Weiss, 2001 ; Christie, 2000 ; Davis, 1998). Quoique potentiellement articulée avec les arguments (du relatif) retrait de l’État des affaires d’une économie post-keynesienne, ainsi qu’avec ceux des fonctions structurelles de la répression des personnes confinées à des activités économiques criminalisées, cette seconde sociologie du virage punitif se focalise donc moins sur le gouvernement de la pauvreté que sur la production et l’extraction de valeur par le biais du contrôle du crime. Et donc, forcément, par le biais de la création de criminels (Stern, 2006). Le représentant le plus connu de cette seconde sociologie du virage punitif est sans doute Nils Christie.

  • 19  Évidemment, celles-ci ne constituent que la pointe émergée de l’iceberg du gigantesque marché de l (...)

18Le point de départ de l’analyse avancée dans Crime Control as Industry paraît être le besoin de contrôler, par le biais du droit criminel, les personnes qui pourraient vouloir chercher à déranger un ordre social reposant sur la répartition inégale de la richesse et de l’accès au travail rémunéré (Christie, 2000, 13). Mais l’argument ne s’inscrit pas dans la prolongation simple et directe d’une perspective marxisante, notamment parce qu’il se développe tout particulièrement autour de l’analyse du marché de la souffrance (pain market). En effet, cette seconde sociologie du virage punitif ne propose pas de penser les transformations putatives de la pénalité contemporaine comme reflet de profondes mutations des rapports économiques dans un contexte globalisant – que ces mutations soient ou non attribuées, en dernière analyse, à un ethos politique néolibéral. Cela parce qu’elle préfère insister sur l’appréhension de la criminalisation et la pénalisation comme des activités économiques19. Autrement dit, si l’on peut trouver derrière cette industrie des effets associables à la gestion de l’ « armée de réserve » du capitalisme, il nous faut néanmoins aborder cette industrie comme étant finalisée, d’abord et avant tout, par l’accumulation de capital, et secondairement par une mise en force et un maintien des inégalités sociales protégeant les relations de production capitalistes (Welch, 2003, 234, ma traduction).

19Dans la perspective proposée par cette sociologie du virage punitif, la criminalisation et la pénalisation sont des activités terriblement rentables parce que le crime est abordé comme une ressource illimitée :

En comparaison avec la plupart des autres industries, l’industrie du contrôle du crime est dans une position très privilégiée. Il n’y a pas de manque de matières premières, le crime semble être une ressource inépuisable. Les demandes pour ce service, ainsi que la volonté de payer pour ce qui est vu comme sécurité, sont également inépuisables. Et l’habituelle question industrielle de la contamination n’apparaît pas (Christie, 2000,14, ma traduction).

  • 20  Voir notamment les écrits de Barbara Hudson (2008, 2006), et aussi Bauman (1993).  
  • 21  Notons toutefois que Bauman, depuis son analyse d’une modernité « liquide » (2002, 2000), suggère (...)
  • 22  Cette interprétation est aujourd’hui plus fréquemment formulée en déplaçant l’analyse de la Modern (...)

20Pour Christie, qui s’inspire ici fortement de la thèse de Bauman (1989) suivant laquelle l’holocauste n’est pas une aberration anti-moderne, mais bien un des produits de logiques propres à la Modernité, la « position privilégiée » dans laquelle se trouve l’industrie du contrôle du crime est fortement tributaire de dynamiques modernes contraires à l’idéal (tout aussi moderne…) d’une justice cosmopolite20. Comme Bauman, Christie suggère que le dogme bureaucratisé de l’efficacité et de la raison instrumentale favorisent la chosification, la déshumanisation ou, à tout le moins, une mise à distance morale de l’Autre rendant possible une insensible et impersonnelle imposition de la souffrance (voir aussi Waxman, 2009)21. Les logiques de la Modernité sont ici traditionnellement saisies par le biais d’un passage de la communauté à la société (modèle Gemeinschaft/Gesellschaft de Tönnies ; voir Freitag (1986) et Spitzer (1983)). Elles comprennent également la croissance de la distance sociale, attribuée à l’érosion (relative) des « contrôles sociaux informels » et au recours corrélativement croissant à des modes étatiques de contrôle et techniques de surveillance. Ces logiques constituent un terreau fertile pour aisément convertir un nombre croissant d’actes en crimes22, mais également pour ‘naturellement’ faire des personnes incarcérées soit des outils de production, soit de purs et simples biens échangeables sur le marché de la souffrance.

  • 23  Rappelons que l’abolition de l’esclavage aux États-Unis n’est toujours pas étendu à l’esclavage co (...)
  • 24  Au Canada, les pénitenciers accueillent les personnes condamnées à une peine d’emprisonnement de 2 (...)

21Dans le premier cas, les analystes du virage punitif pointent du doigt les profits pantagruéliques que certains groupes industriels tirent du travail des prisonniers et prisonnières – payés avec des salaires de misère, ou (comme c’est le cas notamment au Texas) exploités sans salaire (Christie, 2000, 135)23. Au Canada, par exemple, DeVillis (2009) dénonce les profits que réalise l’entreprise CORCAN dans les pénitenciers fédéraux24. L’entreprise déclarait, pour l’année 2007-2008, des ventes de biens et services de plus de 70 millions de dollars, ce qui lui permettait de célébrer cette « forte performance » et d’engranger des profits nets de 3,3 millions de dollars (CORCAN, 2008,17), soit une hausse de 1,2 million par rapport à l’année financière précédente (CORCAN, 2007). DeVillis (2009) souligne que de tels profits sont possibles du fait que l’entreprise, qui proclame offrir un environnement de travail correspondant à la réalité du ‘vrai monde’, paie ses ‘employé(e)s’ avec de très faibles salaires et les empêche de se syndiquer. Weiss (2001, 255) entend pour sa part situer l’analyse du travail en milieu carcéral dans le contexte des restructurations des rapports économiques imputées à la globalisation, suggérant notamment l’utilité croissante des personnes détenues pour l’accumulation de capital dans la nouvelle économie politique.

  • 25  Corrections Corporation of America (CCA) contrôle plus de 50% des espaces carcéraux privés sur le (...)
  • 26  Cette sociologie du virage punitif se trouve donc parfaitement illustrée lorsque, devant le nombre (...)

22Le second type d’argument, tel qu’annoncé supra, se concentre moins sur la transformation des personnes incarcérées en outils de production que sur leur marchandisation. L’analyse relie alors pratiques et idéologies pénales, sphère politique et Capital. La marchandisation des personnes incarcérées et la privatisation des prisons permettent notamment la rencontre des intérêts du politique et du Capital dans la création d’emplois et la ‘stimulation’ d’économies rurales par la construction de prisons (Christie, 2000) – rencontre qui prend pour Davis (1998, 416) des airs de keynesianisme carcéral (carceral keynesianism). La rencontre des intérêts politiques et économiques se manifesterait également sur le plan des idéologies pénales, corporations (profitant des pratiques carcérales) et politiciens (profitant des anxiétés contemporaines) investissant la sphère culturelle et y répandant, suggère Welch (2003, 299), leur propagande : les représentations populaires du crime sont faussées par les intérêts gouvernementaux et commerciaux (voir également Hallett, 2002). À la différence des sociologies du virage punitif qui posent la primauté de la responsabilité politique pour le populisme pénal (voir infra), ce sont ici les tentacules du Capital qui dominent l’interprétation, celles-ci exerçant une emprise terrible sur les acteurs politiques. Welch (2003) condamne ainsi fortement le lobby politique exercé par les corporations qui gèrent un archipel croissant d’espaces carcéraux privés, notant que la valeur marchande annuelle d’un corps incarcéré aux États-Unis peut atteindre 74 000 dollars américains. La puissance de ce lobby s’illustre par le fait que l’industrie américaine du contrôle du crime – avec en tête Corrections Corporation of America25 – a été la principale contributrice à la caisse électorale du parti Républicain dans plusieurs des États où l’on a adopté des pièces législatives de type 3 strikes and you’re out (Prison Privatisation Report International, 2006)26.

2.3. Populisme pénal et médiatisation ‘glocalisée’

  • 27  Voir notamment Carlen (2008) ; Grant (2007) ; Pratt (2007) ; Hinds (2006) ; Loader (2006) ; Sparks (...)
  • 28  Pour une analyse foucaldienne de l’impact de la criminologie conventionnelle dans la production co (...)

23Une troisième forme de sociologie du virage punitif préfère se concentrer sur une sphère politique conçue comme n’étant pas la simple porte-parole du Capital. On y fait essentiellement valoir que les racines de cette mutation de la pénalité se trouvent dans les transformations des pratiques de la politique contemporaine, ces pratiques ayant cédé à la tentation populiste27. Proposant de penser les rapports entre politique et médias de masse comme se renforçant mutuellement, on insiste ici fortement sur la qualité spectaculaire des représentations médiatiques des questions criminelles et pénales. Vient ensuite, dans la séquence argumentative de cette sociologie du virage punitif, la production et dynamisation d’une culture de la peur ou de l’insécurité, laquelle permettrait de comprendre la séduction exercée par le populisme pénal et la réussite commerciale des produits médiatiques thématisant violences et victimisations28. Alors que les deux premières sociologies du virage punitif trouvent leur support empirique d’abord et avant tout dans le boom carcéral, c’est plutôt sur la réémergence d’une pénalité expressive et sa politisation contemporaine qu’est ici placée la focale des analystes.

24C’est l’expression populisme pénal qui a été retenue par la criminologie, après que Bottoms (1995) ait d’abord suggéré punitivité populiste (populist punitiveness) pour indiquer que les politiciens puisent et utilisent à leurs fins propres ce qu’ils considèrent être la posture généralement punitive du public (p.40, ma traduction). Roberts et al. (2003, 5) discutent également du populisme pénal pour signifier une instrumentalisation politique de la question criminelle, qui a pour effet notable que les gains politiques ont préséance sur l’efficacité des politiques criminelles. Mais l’expression est aussi mobilisée pour englober une gamme plus étendue de tendances contemporaines (voir Pratt, 2007). On discute principalement de celles-ci : les pratiques pénales sont présentées comme étant problématiquement centrées sur les personnes criminalisées, négligeant les besoins des victimes et du ‘public’; le populisme pénal renvoie à un ensemble de rhétoriques ‘anti-système’, ciblant les acteurs jugés peu représentatifs du ‘public’ (juges, universitaires et praticiens pro-réhabilitation) ; l’expression saisit plus largement un climat général d’anti-intellectualisme, condamnant la distance et le caractère rationalisant des discours experts au profit du sens commun et de l’émotionnel. Le populisme pénal désignerait donc un vaste ensemble discursif dont l’une des fondations serait cette idée que le ‘vrai peuple’ se serait en quelque sorte fait voler son droit de parole et de décision en matière de politiques criminelles. Le ‘besoin’ de vengeance que manifesterait le public devrait être satisfait, de même que son ‘droit’ à être protégé d’une criminalité présentée comme prédatrice et aléatoire. Les représentants de cette sociologie du virage punitif observent donc la puissance contemporaine d’un discours politique qui valorise incapacitation et rétribution comme stratégie pour communiquer une proximité avec l’expérience concrète des électeurs. Il s’agirait de faire de la punition des infracteurs une mise en scène symbolique de réassurance et de vengeance pour un public attentif, et d’humiliation et de dégradation des personnes criminalisées (Pratt, 2007, 40, ma traduction).   

25L’efficacité du populisme pénal est notamment attribuée à sa capacité fédératrice, les déclarations politiques guerrières (war on crime) étant manifestations discursives du moment populiste suprême (Steinert, 2003, 266). Les analogies avec la ‘guerre’ à ‘la’ drogue, à la pauvreté, au cancer ou encore au terrorisme sont fréquentes dans ces écrits. Parallèlement, le populisme pénal est analysé comme une stratégie gouvernementale (au sens foucaldien; Simon, 2007 ; Madriz, 1997), ou encore comme stratégie politique de diversion ou de fraude (Welch, 2003), dans la tradition de la critique de la manipulation de l’École de Francfort (Marcuse, 1964 ; Horkheimer, Adorno, 1944) :

les paniques à l’égard du crime ne peuvent être comprises si on considère que leur fonction centrale est de contrôler les pauvres ; elles doivent plutôt être comprises comme un effort pour gagner l’allégeance de la populace de sorte qu’elle oubliera, au moins temporairement, l’étendue des inégalités et de la mauvaise gestion du gouvernement (Chevigny, 2003, 91, ma traduction).

26Cependant, le populisme pénal apparaît aux yeux de certains (Garland, 2001, 146) davantage comme une re-description de ce qu’il s’agit en fait d’expliquer. On pourra en effet demander comment expliquer l’émergence du populisme pénal, et comment interpréter le fait que cette émergence coïncide avec la (relative) régression des taux officiels de criminalité. Les tenants de cette sociologie du virage punitif avancent alors trois principales clés interprétatives.

27La première tiendrait à la transformation du rapport culturel aux systèmes d’expertise. Les analystes pointent du doigt ce que Nevitte (1996) a qualifié de déclin de la déférence, plusieurs criminologues pleurant ici la décroissance de leur influence (d’où les appels à une newsmaking criminology ou à une criminologie publique).

28La globalisation fournirait la seconde clé interprétative du populisme pénal. On fait valoir que le populisme pénal est un mécanisme (pathologique) de défense de la sphère politique face à la décroissance alléguée de sa capacité à protéger ses interventions domestiques des effets de forces transnationales. On interprète donc le populisme pénal comme ayant une fonction essentiellement symbolique, dont la finalité est le déni de l’obsolescence de la souveraineté au sens plein.

  • 29  Lorsque les analystes – Sparks (2001) par exemple – veulent saisir et théoriser les effets des com (...)

29Enfin, et cela est directement lié aux effets associés à la globalisation, le populisme pénal est expliqué par la transformation de l’économie communicationnelle des sociétés contemporaines. Le réflexe de plusieurs criminologues est alors de blâmer les médias en reprenant certains thèmes critiques de C.W. Mills (1956), particulièrement la transformation du public en société de masse et la production d’un analphabétisme psychologique chez le citoyen-à-libérer de l’emprise des médias de masse. Il est ainsi commun de voir les analystes pointer du doigt la ‘désinformation’ des médias pour expliquer la ‘culture de la peur’, l’érosion de la solidarité sociale et de la confiance (Demker et al., 2008 ; Pfeiffer et al. 2005 ; Welch, 2003). Une désinformation engendrant peut-être des attitudes ‘irrationnelles’ fondées sur l’hyperréalisation du ‘danger’ criminel, mais ayant certainement des effets réels de contraintes sur l’action et le discours politique. D’autres analystes, toutefois, insistent moins sur le contenu que sur la forme des communications de masse dans un espace culturel où local et global sont, de façon complexe et contingente, constamment (ré)assemblés (Grant, 2007 ; Franko Aas, 2005 ; Sparks, 2001 ; voir aussi Sassen, 2006 ; Ludger, 2005)29. Ainsi Franko Aas (2005) suggère-t-elle, s’inspirant fortement de la société de l’information décrite par Lash (2002), que les médias de masse nourrissent et renforcent le populisme pénal, moins parce que le discours critique criminologique orienté vers une plus grande justice sociale serait disqualifié (du fait de son orientation ‘à gauche’, de son élitisme ou de son intellectualisme), que parce que ce type de discours est difficilement utilisable à l’intérieur d’une structure communicationnelle qui soumet l’ « information » à une exigence de rapidité, d’accessibilité et de capacité à être citée (quotability). Cette imposition viserait le formatage de tout discours afin de le rendre communicable sans égard aux contraintes posées par des associations imprévisibles de l’espace et du temps. D’où la conclusion que la ‘sloganisation’ des discours (tough on crime, tolérance zéro, 3 strikes & you’re out, broken windows, etc.) est le produit d’une nouvelle économie communicationnelle ayant de lourds effets sur la parole académique dans l’espace public, ainsi que sur la pratique de la politique.

2.4. Impacts de la modernité avancée (late modernity)

30La quatrième sociologie du virage punitif trouve sa représentation la plus éclatante dans le très influent The Culture of Control de David Garland (2001), à qui l’on doit d’ailleurs l’expression de virage punitif. La thèse centrale de cette sociologie tient en la nécessité de prendre acte d’une nouvelle expérience socio-psychologique du crime, d’un nouveau et collectif « complexe » de dispositions psychosociales, attribué à la modernité avancée (radicalisation et accélération de certaines logiques propres à la modernité, tel que d’abord suggéré par Giddens (1990, 1991)). Les thèses présentées jusqu’ici sont jugées insatisfaisantes par Garland (2001, 139,146), parce qu’elles n’expliquent pas les conditions sociales et psychologiques les rendant possibles, et supposent que les citoyens acceptent passivement que leurs libertés soient réduites.

31Aux yeux de Garland (Garland, 2001; Garland et Sparks, 2000), les transformations centrales dans l’organisation et le mode de reproduction des démocraties libérales dont il nous faut tenir compte afin de pouvoir comprendre la ‘nouvelle punitivité’ sont les suivantes : a) une formule renforcée d’accumulation capitaliste, reposant sur une dynamique de production et d’échange accélérée et délocalisée, de laquelle résulte notamment un spectre élargi d’insécurités liées à l’emploi ; b) un nouvel espace familial et conjugal, profondément altéré par la présence massive des femmes sur le marché du travail, et également marqué par une pénétration extensive sinon d’anxiétés, du moins d’incertitudes, associées aux effets d’une sécularisation radicalisée ; c) des mutations importantes dans l’écologie sociale, causées par la plus grande dislocation de l’espace et du temps, reconfigurant l’espace privé et celui du travail, et menant à la quasi-disparition des « contrôles sociaux informels » (comparer Lianos, 2001) ; d) une dynamisation des effets culturels des médias de masse, généralisant attentes et peurs, diluant davantage l’influence des forces et traditions locales sur les pratiques identitaires et culturelles, et générant de nouvelles contraintes pour la pratique électorale ; e) une plus grande démocratisation de la vie sociale et culturelle, se manifestant particulièrement par le biais d’un ‘individualisme moral’.

32Ces dimensions de la modernité avancée convergent pour placer une part toujours croissante de la population dans une situation d’insécurité tout aussi matérielle qu’ontologique. Young (1999a, b) utilise cette croissance de l’insécurité pour expliquer la production d’une société exclusive. Refusant l’idée d’une montée de l’intolérance, Young suggère plutôt la transformation de notre rapport aux personnes qui éprouvent des « difficultés » (sans-papiers, sans-abris, sans-emplois, personnes criminalisées, etc.). C’est à l’égard de ces difficultés qu’est née une nouvelle intolérance, cependant que la « diversité » (ethnique, culturelle, dans les domaines des pratiques parentales et sexuelles, etc.) n’est plus abordée comme symptomatique d’une tare que devrait investir un projet anatomo-politique. De façon similaire, Rose (1999) observe la mise en place de divers circuits d’exclusion qui tendent à contenir l’essentiel d’un pouvoir disciplinaire reposant sur des techniques physiques et optiques.

  • 30  Cette logique argumentative et ses supports empiriques ont été contestés (Stack et al., 2007 ; Bro (...)

33Mais les arguments de Garland sont plus spécifiques : si les conséquences de la modernité avancée n’épargnent personne (voir aussi Loader, 2009 ; Hinds, 2006 ; Cavender, 2004 ; Vaughan, 2002), le virage punitif devrait avant tout être compris comme le produit de la transformation du rapport culturel au crime (et à d’autres « difficultés ») chez un groupe social particulier, celui des liberal elites (ou classe moyenne professionnelle). En effet, selon Garland, il s’agit du groupe dont les attitudes et dispositions ont été le plus profondément transformées au cours des trois dernières décennies. Ce sont les adaptations de ce groupe à l’expérience d’un taux de criminalité élevé qui ont causé l’impact le plus significatif sur les politiques pénales et de contrôle du crime (2001, 148, ma traduction). Garland suggère que la classe moyenne professionnelle n’est plus idéologiquement et culturellement encline à lire le crime comme symptôme d’inégalités sociales et à faire valoir le besoin d’une pratique correctionnelle empathique axée sur la réhabilitation. Il ne s’agit donc pas ici d’évoquer la réduction de l’efficacité sociopolitique de ces positions, mais plutôt de constater leur impopularité contemporaine dans le groupe social autrefois le plus activement engagé dans leur promotion. Garland considère que ce groupe est the dog that did not bark (le chien qui n’a pas aboyé). La production d’un espace carcéral globalement post-disciplinaire, le boom carcéral et la réémergence d’une pénalité ‘expressive’ seraient largement attribuables à l’absence d’une claire et forte opposition de la part de ce groupe social. Ce qui est en retour expliqué par les arguments suivants : la classe moyenne professionnelle ne fait plus l’expérience d’un faible taux de victimisation ; la transformation de ses attitudes est le produit de la réduction de la distance sociale au ‘problème’ du crime, réduction en partie attribuable aux médias de masse30. C’est l’argument des high crime societies, suivant lequel une conscience du crime et de son risque ubiquitaire colonise toutes les activités sociales – argument fréquemment avancé en discutant de taux élevés de criminalité comme fait social normal.

2.5. Processus de (dé)civilisation

  • 31  Bien sûr, The Culture of control et les travaux qui l’ont précédé (Garland, 1990, 214) sont largem (...)

34Alors que Garland est d’avis que Durkheim, Marx, Foucault et Elias ne nous fournissent pas les outils nécessaires pour interpréter le virage punitif, certains analystes (Pratt, 2005 ; Vaughan, 2000) entendent au contraire démontrer la puissance explicative des thèses de Norbert Elias. Comme les analyses articulées autour de la modernité avancée31, cette cinquième sociologie du virage punitif se veut attentive aux transformations des sensibilités chez les individus contemporains : toute histoire sociale de la peine doit être en mesure d’expliquer pourquoi les personnes font pression pour une option pénale particulière, pourquoi celle-ci est à leurs yeux séduisante sans égard à son utilité potentielle (Vaughan, 2000, 73, ma traduction). Les transformations putatives de la pénalité contemporaine sont ici interprétées en évoquant soit un processus de dé-civilisation, soit la production de formes de rapports au monde hybridant processus de civilisation et de dé-civilisation (voir aussi Fletcher, 1997 ; Elias, 1996 ; Mennell, 1990).  

  • 32  Ces deux œuvres sont aujourd’hui regroupées et publiées comme The Civilizing Process (Elias, 1939) (...)

35Dans The History of Manners et State Formation & Civilization32, Elias prend plusieurs précautions pour s’assurer que l’on n’interprète pas son analyse dans un schéma normatif. Les termes civilisation et civilisé saisissent d’abord la réflexion narcissique de l’Occident sur ses pratiques et sensibilités, mais renvoient aussi, à plus petite échelle, à des qualifications distinctives autour desquelles s’organise la reproduction des frontières de classes (Elias, 1939, 3, 32). Discuter de processus de civilisation renvoie à une psychologie socio-historique faisant valoir la correspondance continue entre structure sociale et structure de la personnalité (Elias, 1939, 156, ma traduction ; voir aussi Mennell, 2007 ; O’Malley, Mugford, 1994). L’appropriation criminologique de l’œuvre d’Elias met habituellement l’accent sur deux idées principales. La première suggère la transformation socio-historique des modes de régulation de la conduite, ceux-ci passant progressivement du schéma hobbesien à une logique surmoïque – Elias (1939, 154) évoque l’introjection du processus de civilisation et la production d’un surmoi strictement régulé. La seconde (qui reformule en quelque sorte la première) suggère la croissance de la répulsion et de la gêne à l’égard de gestes ou d’objets associés à notre animalité à mesure qu’ils sont retirés derrière les scènes de la vie sociale : violences, carcasses et entrailles d’animaux dont la viande est destinée à la consommation, défécation, pratiques sexuelles, etc. Mais le processus de civilisation renvoie pour Elias à des phénomènes sociopolitiques beaucoup plus larges. En effet, autocontrôle et transformations des sensibilités ne composent qu’une des trois dimensions (interdépendantes) du processus de civilisation, soit la psychogenèse. Pour saisir et comprendre cette civilisation des passions et la transformation de l’économie libidinale (libidinal make-up, Elias, 1939, 323), il est nécessaire d’également considérer le procès de formation de l’État (ou mécanisme du monopole), ainsi que la structure des interdépendances sociales (dimension sociogénétique du processus de civilisation).

36L'intensité et l'extensivité de la monopolisation étatique de la violence légitime et du prélèvement d'impôts est une des dimensions structurant les manifestations et impacts concrets des stratégies de civilisation. Ainsi, la structure de la vie psychique variera grandement selon la capacité de l’État à pacifier les rapports sociaux dans l’espace public. Elias considère en effet que la réduction des craintes associées aux menaces pour notre intégrité physique se paie d’une augmentation des inconforts liés à une trop forte sublimation, les menaces d’une « violence interne » remplaçant celles d’une violence externe (493-497). Enfin, le mécanisme du monopole, notamment en raison des processus de collectivisation qu’il implique (éducation, punition, pratiques de soins, etc.), favorise une plus grande différenciation sociale, qui en retour redessine les liens qui nous unissent : ce qui change est la façon dont les individus sont attachés les uns aux autres. C’est pour cela que leurs comportements changent ; c’est pour cela que leur conscience, leur économie instinctuelle (drive-economy) et, en fait, l’ensemble de la structure de leur personnalité changent (Elias, 1939, 480, ma traduction). En multipliant les interdépendances et favorisant la différenciation sociale (sociogenèse), le mécanisme du monopole participe donc à mettre en force la nécessité de paraître civilisé dans une pluralité croissante de situations et d’interactions sociales. En somme, le processus de civilisation renvoie à un triptyque psycho-socio-étatique dont aucune dimension n’est autonome.

37Le processus de civilisation a été utilisé pour interpréter la révolution utilitariste dans le domaine de la pénalité (Garland, 1990), et l’on connaît la réinterprétation de la douceur des peines que Foucault a proposé (1975). Ce qui est plus récent et peut-être plus novateur est de comprendre le virage punitif comme témoignant d’un renversement du processus de civilisation. Une telle perspective a en tout cas le mérite de soulever des questions tout aussi pertinentes que difficiles : comment se fait-il qu’un faible taux d’incarcération n’est plus, dans certains contextes nationaux, socio-politiquement construit comme un signe de ‘civilisation’ ? Comment expliquer que le boom carcéral étatsunien ne soit pas une source d’embarras politique ?

38Pour ce qui nous concerne, on se demandera si évoquer un processus de dé-civilisation permet d’expliquer les symptômes du virage punitif, ou s’il s’agit simplement d’en décrire quelques-uns autrement ? Ce processus de dé-civilisation correspondrait à une (relative) resocialisation des contraintes, à la réémergence de conduites impulsives jusque-là emprisonnées par différents ‘mécanismes de défense’, et à la réduction de l’étendue de l’identification à autrui (Fletcher, 1997, 83). Il nous faudrait ainsi constater la décroissance de la monopolisation effective de la violence légitime et de la pacification des espaces sociaux, ainsi que la réduction de l’autocontrôle des individus et des interdépendances sociales (Pratt, 2005 ; Vaughan, 2000). Ce processus de dé-civilisation viendrait alors expliquer l’indifférence, tant culturelle que politique, à l’égard de la criminalisation et la pénalisation, mais également les excroissances expressives et émotives dans les discours juridico-politiques et les pratiques pénales. Déjà incapable de s’identifier à la personne criminalisée, le citoyen contemporain ferait face (du moins, télévisuellement) à des institutions refusant d’affirmer clairement notre interdépendance, démontrant de manière répétitive que plusieurs ‘non-personnes’ peuvent être expulsées hors de notre communauté (voir aussi Larsen, Piché, 2010 ; Agamben, 2003, 1995). En conséquence, une pénalité incapacitante, basée sur la peur et l’anxiété, pourrait non seulement avoir libre cours, mais serait séduisante (Vaughan, 2000, 87).

39Pratt (2005, 263-267) suggère plutôt la fusion de processus de civilisation et de dé-civilisation pour expliquer la production de nouvelles valeurs culturelles, dont le virage punitif serait un des résultats. Par exemple, il propose que la globalisation peut fragiliser la souveraineté et contribuer à générer peurs et anxiétés vis-à-vis de l’environnement urbain, mais que la globalisation peut en même temps favoriser la composition de nouvelles interdépendances transnationales fortes (voir aussi Hardt, Negri, 2000). En cela, il demeure très proche des analyses basées sur la modernité avancée, dont les conséquences semblent ici, en arrière-fond, venir expliquer l’arrivée de processus de dé-civilisation.

3. Critiques des sociologies anglo-saxonnes du virage punitif

40Dans les pages qui précèdent, j’ai proposé de distinguer cinq sociologies ou cadres interprétatifs principaux qui dominent les débats théoriques anglo-saxons autour des thèmes du virage punitif et de la nouvelle punitivité. D’autres propositions théoriques sont également observables, quoi qu’elles aient été jusqu’ici faiblement intégrées dans les discussions contemporaines en criminologie théorique – du moins dans les travaux de facture anglo-saxonne. Je pense en particulier à certains travaux de Hallsworth (2002, 2000), où cet auteur a tenté de comprendre le virage punitif comme symptôme de l’avènement d’une postmodernité pitoyablement conceptualisée (Penna, Yar, 2003). Je ne prétends nullement avoir proposé un survol exhaustif des sociologies du virage punitif, et je me sais coupable de n’avoir pu faire autrement que d’en réduire la complexité. Malgré cela, le portrait me semble avoir été constitué avec une densité autorisant une série de critiques fortes des sociologies anglo-saxonnes du virage punitif. Je les organise en trois points : a) totalisation d’un diagnostic à la base pas toujours convaincant ; b) prétention à une critique des usages du droit pénal qui finalement reconduit sa légitimation criminologique ; c) limites conceptuelles inhérentes à l’idée d’un virage punitif dans le champ pénal. Après avoir détaillé ces critiques, je conclus en soulignant des pistes théoriques non exploitées par les analystes de la criminalisation. Des pistes qui semblent notamment garantir une plus grande prudence (ou humilité) dans la saisie sociologique des objets, pratiques et tendances engendrées et supportées par le pouvoir et la force du droit pénal.  

3.1. Un diagnostic totalisant

41Le diagnostic du virage punitif est habituellement posé lorsqu’il est possible d’observer trois groupes de symptômes détaillés précédemment : boom carcéral, prison post-disciplinaire, et pénalité politisée et expressive. Si l’intensité du boom carcéral américain est idiosyncrasique (et que, par ailleurs, l’analyse du portrait national masque une complexe diversité intra-nationale), d’aucuns observent une tendance similaire, mais évidemment moins saisissante, dans d’autres pays, particulièrement en Angleterre (Newburn, 2002 ; Hallsworth, 2002 ; Garland, 2001). De là à conclure que l’on peut sur ces bases discuter, depuis la fin des années 1970 et le début des années 1980, d’un boom carcéral pour caractériser de façon générale les démocraties libérales occidentales, il y a un pas que plusieurs analystes du virage punitif n’ont pas hésité à faire.

42Doob et Webster (2006, 330) ont bien raison de déplorer le quasi-monopole (near monopoly) de l’Angleterre et des États-Unis dans les écrits anglophones sur la pénalité. Force est de constater que parmi les pays dont les taux d’incarcération sont les plus élevés (dans l’ordre, en 2008 : les États-Unis, Saint-Christophe-et-Niévès, la Fédération de Russie, le Rwanda et Cuba), l’essentiel des travaux criminologiques anglophones sur le virage punitif ne considèrent que les États-Unis. Les travaux de Christie font partie des exceptions notables. L’une des forces des stratégies méthodologiques de Christie étant les comparaisons internationales, il note, devant les degrés variables du recours à l’incarcération dans différents pays, les limites de la Modernité comme clé explicative (2000, 45,62). D’autres analystes du virage punitif (mobilisant complexe industriel pénal, populisme pénal, modernité avancée, ou processus de dé-civilisation) sont toutefois moins prudents, et plusieurs tendent à rendre plus ou moins synonymiques Modernité et États-Unis, monde anglo-saxon et Occident.

43Par ailleurs, la prédilection des analystes du virage punitif pour la prison a notamment pour effet de négliger les autres pratiques d’enfermement, notamment celles dont la possibilité est donnée par la psychiatrie. Si l’on compare, dans le cas étasunien, les taux d’enfermement psychiatriques et pénaux sur le long terme, il est possible de montrer les limites du diagnostic du boom carcéral, et de faire valoir la nécessité d’élargir l’appréhension criminologique de la carcéralisation (voir Harcourt, 2008 ; Chantraine, 2007). En effet, si l’on combine ces deux taux, on n’obtient plus cette impressionnante courbe graphique démontrant le clair virage punitif américain. Un argument différent, formulé notamment par Matthews (2005, 192), suggère que le problème n’est pas tant de faire la démonstration d’une hausse des taux d’incarcération dans certains pays anglo-saxons, mais plutôt de conclure immédiatement qu’elle est forcément le produit d’un virage punitif.

44Le second symptôme du virage punitif, l’émergence d’une prison globalement post-disciplinaire, peut également être contesté. Les limites de la proclamation de la mort de l’ère disciplinaire se révèlent notamment lorsque l’on constate que le langage de la réhabilitation vient envelopper l’exploitation en milieu carcéral et fournir une pièce centrale de sa légitimation (CORCAN, 2007 ; voir aussi Cullen, Gendreau, 2001). En posant un passage d’une logique normalisatrice à une logique incapacitante, la thèse correspond sans aucun doute à une analyse beaucoup trop monolithique des usages sociaux de la peine - à l’instar de la thèse de la nouvelle pénologie (Feeley, Simon, 1992), qui fut également rapidement populaire. Les analystes du virage punitif se comportent bien souvent comme si certains discours politiques faisant valoir un impératif de rétribution devaient être pris comme témoins de la totalité des pratiques d’administration de la peine. En effet, les discours politiques, les politiques criminelles, les rationalités pénologiques énoncées dans les jugements et l’administration concrète du châtiment sont rarement dissociés, particulièrement dans les sociologies déplorant le populisme pénal. En résulte l’a priori problématique que crime et peine sont des objets sociaux dotés d’une substance, plutôt que d’être différemment constitués dans des espaces discursifs et des régimes de pratiques sociales opérant selon des modalités distinctes (voir infra).

45Enfin, les transformations des sphères politiques et médiatiques sont présentées comme offrant un troisième support empirique de la thèse d’une nouvelle ère punitive. Le succès transnational des politiques de « tolérance zéro » est à cet égard un exemple commun dans les écrits. Commode, cet exemple pointe du doigt la démocratique, assurée, insensible, et donc inhumaine, mise en œuvre que l’on attendrait des politiques criminelles et pénales. Or, ce succès transnational est un succès dans la mesure où l’on confine l’expression « tolérance zéro » à un espace strictement discursif, bien que cela ne compromette pas nécessairement le diagnostic d’un virage punitif. En effet, les transformations du discours politique et du traitement médiatique conduisent les analystes anglo-saxons à poser ce diagnostic. Cela même lorsque ces discours n’ont pas d’effets mesurables sur le plan des pratiques – qui plus est, dans des contextes nationaux où les taux d’incarcération ne témoignent d’aucun boom, voire demeurent de façon évidente plus bas que dans les années 1960 (comme c’est le cas au Canada ; voir Hogeveen, 2006, 2005). On pourra faire valoir que les discours ont des effets culturels et institutionnels concrets, et donc diagnostiquer un virage punitif sur la base du contenu d’un nouveau discours politique transcendant les frontières partisanes. Cette homogénéité alléguée devrait cependant faire l’objet d’une évaluation empirique, que la présente contribution ne peut offrir. Des travaux permettent déjà de la questionner sérieusement (Altheide, Coyle, 2006).

46La place croissante des questions criminelles dans les médias, particulièrement dans les bulletins d’information, est solidement établie par la recherche anglo-saxonne (Dowler, 2006, 2004). Mais le diagnostic du virage punitif opère ici par le biais d’une normativité non-explicite : les tenants d’une approche utilitariste approchent les questions criminelles par le biais de la raison, alors que ceux qui privilégient la rétribution le font par le biais de l’émotion. Cet argument libéral, suivant lequel le public, ignorant les vérités des analystes, ne peut débattre ‘rationnellement’ des questions criminelles, est loin d’être nouveau - on l’observe aisément, par exemple, depuis l’institutionnalisation de la sociologie étasunienne (voir Ross, 1901). Bien souvent, les analystes établissent une correspondance directe entre la transformations des discours politiques et médiatiques et la fabrication d’un public désormais punitif, alors que cette correspondance est facilement défaite par des travaux sur l’opinion publique (Stack et al., 2007 ; Brown, 2006 ; Roberts et al., 2003). Par ailleurs, l’un des paradoxes auxquels les analystes ne se confrontent pas est que la critique de l’effet des médias de masse est communiqué par les médias de masse (Radio-Canada, 2008). Ne reste alors qu’à conclure à une relative diversité du paysage médiatique, tout en opérant une distinction entre ‘bons’ consommateurs de médias et ceux ‘incapables’ de faire les bons choix, ou bien encore en évoquant la domination et l’emprise des ‘mauvais’ médias (tabloïds, chaînes télévisées commerciales, etc.) sur la plupart des gens (voir notamment Doyle, 2006). Bref, le troisième groupe de symptômes du virage punitif présente le même défaut que le second (abandon des pratiques carcérales disciplinaires) : il est constitué comme un ensemble trop homogénéisé par un regard criminologique cherchant à fonder un argument critique.

47Les trois groupes de symptômes du virage punitif ne sont donc pas aussi évidents que le suggèrent les sociologies examinées dans cet article. Ces sociologies, pour la plupart, prennent ces symptômes comme point de départ, à la différence des contributions axées moins sur l’abstraction que sur la concrétude. La popularité des sociologies anglo-saxonnes du virage punitif a pour effet de diriger les débats sur la finesse des arguments théoriques (cohérence du discours de vérité) plutôt que sur leurs supports empiriques (correspondance du discours de vérité). Mais même en refusant un empiricisme étroit et en adoptant une conception tolérante et pluraliste de la pratique scientifique, on peut déplorer qu’il en résulte souvent une totalisation problématique, insensible à la diversité intra- et internationale, bien symptomatique de la raison impérialiste (Bourdieu, Wacquant, 1998) qui anime de nombreux travaux anglo-saxons en sciences sociales.

3.2. Une prétention critique

48Certains pourraient être tentés de considérer les limites de cette totalisation comme un modeste prix à payer, si en retour elles dynamisaient la problématisation des usages contemporains de la force et du pouvoir du droit pénal. Par exemple, des sociologues pourraient répondre par l’affirmative à cette provocante question que Cohen (2002) formule en introduisant la troisième édition de son œuvre fondatrice sur les paniques morales : peut-être devrions-nous employer les mêmes tactiques, notamment l’exagération, pour participer à la constitution de paniques dans une perspective non-conservatrice ! Malgré des choix théoriques souvent irréconciliables et une focalisation empirique sur des pratiques et des discours distincts, une volonté critique traverse et unit les sociologies du virage punitif. Peut-être cela permet-il d’expliquer en partie l’inattention sélective des auteurs aux pratiques et discours suggérant le besoin de nuancer le diagnostic. Mais la critique portée par les sociologies du virage punitif est terriblement timide, voire potentiellement contre-productive, ce qui limite sérieusement l’attrait de la proposition de Cohen.

49La potentielle contre-productivité de la rhétorique du virage punitif tient au fait que l’argument critique implique un niveau acceptable (mais jamais précisé) de souffrance imposée par l’État, en même temps qu’il invite à concevoir les pratiques disciplinaires à l’extérieur du domaine de l’ « infra-pénalité » dans lequel la perspective foucaldienne l’ancre résolument (Foucault, 1975). Ce deuxième élément est parfaitement illustré lorsque l’administration de la peine finalisée dans la réhabilitation est pensée comme étant opposée aux pratiques punitives (Meyer, O’Malley, 2005 ; Garland, 2001). Pour l’écrire autrement, la critique des sociologies du virage punitif est, du point de vue de la criminologie critique, potentiellement contre-productive et certainement très timide parce qu’elle constitue une volonté de faire valoir le besoin de réhabiliter par la force les personnes criminalisées, ce qui contribue à renforcer du même coup la naturalisation de la sanction pénale et reconduit la légitimité d’une criminologie orthodoxe, pourtant blâmée pour son rôle dans l’avènement de l’ère punitive. La rhétorique critique qui anime les sociologies du virage punitif repose bien souvent sur une conception romantique de ce qui est construit comme ère disciplinaire. La critique de la criminalisation et de la pénalisation s’articule sur des lignes quantitatives (on réprime et punit trop) ou opérationnelles (on réprime et punit mal), sans que jamais l’usage du pouvoir et de la force du droit criminel soient, dans leurs logiques propres, radicalement mis en question.

3.3. De quelques apories conceptuelles

50Matthews a déjà noté que le concept même de punitivité, central aux thèses ici considérées, demeure mince et sous-théorisé (2005, 178, ma traduction). C’est peut-être d’ailleurs, poursuit Matthews, l’une des raisons de la popularité et de la diversité des sociologies du virage punitif, puisque chacun peut utiliser le ‘concept’ à sa guise et pour de multiples usages. Par quel critère départage-t-on le punitif du non-punitif ? La focale placée sur l’emprisonnement suggère-t-elle que les autres types de peines sont non-punitives ? Faudrait-il considérer comme non-punitives les peines pécuniaires imposées aux individus marginalisés - fort susceptibles de payer leur amende par un séjour en prison ? Comment un système pénal peut-il ne pas être punitif ? Bref, les sociologies du virage punitif opèrent sur la base d’un sens commun jamais explicité, de prénotions qui limitent sérieusement la portée de leurs analyses. Matthews (2005, 181) a suggéré aux sociologues du virage punitif de remplacer la notion de punitivité par celle d’intolérance. Cette notion serait plus dynamique, relationnelle, comportant un élément d’ambiguïté. Sa suggestion est jusqu’ici demeurée lettre morte ; il n’est d’ailleurs pas certain que l’évocation d’une ‘nouvelle intolérance’ soit plus satisfaisante intellectuellement (et politiquement).

51En effet, que l’on mobilise la notion de punitivité ou celle d’intolérance, cela nous conduit dans les deux cas à poser la possibilité de leurs opposés (la non-punitivité, la tolérance) à l’intérieur du système pénal. Or, la logique pénale repose sur l’a priori que la justice pénale est produite par l’imposition de la souffrance, que la production d’un mal annihile ou répare le mal (le crime) auquel il réagit. On peut évidemment débattre de la fonction de la souffrance imposée, et analyser ses fluctuations socio-historiques. Un examen de la transformation de la valeur accordée à différents rationnels pénologiques (dans les systèmes politiques, juridiques, scientifiques, dans des espaces culturels différents) permettrait sans doute une analyse plus fine des stabilités et des fluidités multiples du champ pénal. Il n’en demeure pas moins que les concepts mobilisés dans l’analyse des usages du droit pénal ne doivent pas masquer l’inimitié dont il fait la promotion. En somme, la distinction punitif/non-punitif ne fournit pas un outil d’observation sociologique permettant la comparaison socio-historique et spatiale des divers usages du droit pénal, puisqu’ils n’opèrent jamais dans l’espace du non-punitif. Formuler cette critique n’équivaut évidemment pas à suggérer qu’aucun changement ne se laisserait observer dans les usages sociaux du pouvoir (interdire) et de la force (punir, réprimer) du droit pénal.

52Par ailleurs, la fixation analytique et la volonté critique des écrits sur le virage punitif tendent à représenter le champ pénal comme étant sous l’emprise d’une tendance unique. En effet, toutes les sociologies analysées suggèrent une vision harmonieuse de la criminalisation et de la pénalisation, dans tous les cas mobilisées dans la direction de l’implacable et de la punitivité. La focale sur les discours de tolérance zéro ignore l’immense discrétion qu’exercent toujours les policiers ; celle sur les limites imposées aux juges en matière de sentencing passe sous silence les tractations qui caractérisent une proportion importante des processus de judiciarisation ; l’attention portée au renvoi de mineurs vers les tribunaux adultes peut nous faire oublier l’ensemble des politiques et pratiques de diversion ; la centration sur les discours, souvent politiques, laissent croire au dogme de la dénonciation vengeresse sans égard aux énoncés, souvent juridiques, suggérant la préséance d’autres justifications pénales ; l’examen des modifications législatives dans le champ pénal ne s’accompagne pas d’un examen des transformations radicales des stratégies, publiques et privées, de prévention, particulièrement de nature technologique ; etc. En somme, malgré la complexité théorique des sociologies du virage punitif, elles continuent d’aborder le champ pénal à partir d’une perspective considérablement réductrice.

Conclusion

  • 33  Et encore moins les moyens de comprendre les deux autres groupes de symptômes associés au virage p (...)

53Les travaux autour du virage punitif génèrent une critique aveugle et redondante : celle voulant que les sociologies du virage punitif opèrent à un niveau d’abstraction trop élevé, péjorativement associé à la « grande théorie », et ne présentant du coup absolument aucune utilité dans la computation des données que manipulent les chercheurs pensant avoir une relation privilégiée avec la ‘réalité’. Nul besoin d’être sympathique à cette forme de critique pour noter que les interprétations que suggèrent les sociologies anglo-saxonnes du virage punitif sont traversées de multiples limites. Évoquons parmi celles-ci : la trop grande homogénéisation des représentations sociales dans la thèse de la culture du contrôle ; le caractère hautement descriptif et finalement terriblement normatif des travaux mobilisant la notion de dé-civilisation ; la trop grande (et quelque peu naïve) soumission du pouvoir politique aux forces capitalistes dans les thèses qui s’articulent autour du complexe industriel-pénal ; l’impossibilité d’expliquer le boom carcéral par l’exploitation capitaliste en milieu carcéral33 ; l’analyse mécanisée de la communication, qui la lave de son contenu idéologique et reste muette si on demande pourquoi nous n’avons pas assisté à une ‘sloganisation’ non punitive (No More Prisons!) ; la réduction des pratiques de l’ensemble des acteurs et institutions répressives, judiciaires, pénaux et politiques à une logique concentrationnaire réagissant de façon hypersensible aux transformations macroéconomiques chez Wacquant.

  • 34  Pour une proposition complète, voir Carrier (2008a, chapitres 3-5).

54Plutôt que d’approfondir et de renforcer des critiques individualisantes, je veux plutôt conclure en examinant de façon plus attentive un problème que partagent toutes les sociologies anglo-saxonnes du virage punitif. Ce problème, c’est celui d’une théorisation du changement dans les usages sociaux du pouvoir (interdire) et de la force (réprimer, punir) du droit pénal qui réduit beaucoup trop la complexité du champ pénal. L’examen de ce problème ne prétend pas fournir une théorie sociologique complète et satisfaisante34, mais seulement identifier quelques pistes théoriques susceptibles d’être mobilisées dans l’analyse des fluidités et solidités multiples qui traversent le champ pénal.

55La réduction de la complexité du champ pénal s’observe tant dans le diagnostic totalisant du virage punitif que dans les logiques sociales qu’identifient les analystes anglo-saxons. On pourra suggérer qu’il convient d’opposer au diagnostic une série d’observations empiriques permettant de le nuancer ou de le refuser. Mais l’empirie est toujours médiatisée par une perspective théorique, le sens commun fournissant notre cadre théorique usuel. Une solution peut-être plus satisfaisante est de travailler avec une lunette théorique qui présume l’hétérogénéité du champ pénal. L’un des avantages immédiats de l’adoption d’un cadre théorique supposant la diversité des régimes discursifs et des pratiques sociales du champ pénal (domaines préventif, policier, judiciaire, carcéral, politique, culturel, etc.) est de conduire à dé-substantialiser les objets sociaux et à orienter le regard analytique sur de multiples et contradictoires pratiques constitutives (Henry, Milovanovic, 1996). Comme le soulignent abondamment les études critiques sur le pluralisme juridique (Nader, 2003 ; Parnell, 2003), l’identité du sens et de la signification de l’objet criminalisé dans des espaces sociaux variés doit à chaque fois être démontrée plutôt que pré-jugée. On peut d’ailleurs suggérer qu’une telle identité est radicalement improbable (Carrier, 2008b). Ainsi, les sociologies anglo-saxonnes du virage punitif réduisent la complexité du champ pénal notamment parce qu’elles ne problématisent pas suffisamment les objets crime et peine.

56D’ailleurs, plusieurs d’entre elles vont même jusqu’à ontologiser le crime. C’est l’une des forces des sociologies axées sur la privatisation carcérale et la marchandisation des personnes incarcérées de constamment souligner la construction sociale de crimes et de ‘criminels’. Mais les sociologies qui se concentrent sur les effets de la modernité avancée, sur les processus de décivilisation et, à bien des égards, celles qui traitent du populisme pénal, oublient non seulement de prendre en compte les limites méthodologiques inhérentes à la production des taux officiels de criminalité, mais aussi la leçon centrale de l’œuvre de Rusche et Kirchheimer (1939) : l’analyse de la pénalité doit s’opérer dans un mouvement qui défait tout rapport apriorique entre criminalisation et pénalisation. Cet oubli est parfaitement illustré lorsque l’on fait valoir l’argument des high crime societies, ou encore lorsque l’on suggère le caractère ‘irrationnel’ du virage punitif considérant que les taux de criminalité tendent à décroître. Une fois encore, appréhender le champ pénal comme étant constitué des pratiques constitutives variées permet de limiter les apories liées à l’ontologisation du crime, problèmes sur lesquels la criminologie a insisté depuis la réception des travaux de Mead (Sellin, 1938).

  • 35  Voir par exemple Carrier (2010, 2008a, 2008b, 2007) ; Deflem (2008) ; Dubé (2007) ; King, Tornhill (...)

57L’ontologisation des objets et le postulat implicite de la correspondance de leurs sens et significations dans les domaines variés du champ pénal conduit par ailleurs les analystes du virage punitif à placer le droit pénal dans une position de soumission à d’autres sphères d’activités sociales. En effet, la sociologie du droit implicite dans les interprétations du virage punitif suggère que le changement dans les usages sociaux du droit est réductible à des forces homogènes, toujours externes, produisant des effets identiques. Deux modèles peuvent être décelés dans les écrits : un modèle ascendant et un modèle descendant. Dans le premier cas, le droit est finalement approché comme simple miroir de la vie culturelle contemporaine. Dans le deuxième, au contraire, le droit est approché comme un simple outil dont peuvent se saisir sans problème différentes puissances sociales. Chaque modèle pourra peut-être fournir un cadre explicatif convaincant à l’égard de certains phénomènes juridiques. Mais ce que je veux surtout souligner c’est l’absence d’un troisième modèle généralement absent des débats théoriques sur le droit pénal quoique bien présent dans les écrits contemporains en sociologie du droit. Ce troisième modèle fait plutôt valoir l’autonomie (relative ou totale) du système juridique35 ; il invite donc au développement d’une sociologie du champ pénal dans laquelle les interactions entre économie, culture, politique, science, médias, et droit sont plus complexes et plurielles.

58Faire valoir l’autonomie, relative ou totale, du système juridique n’équivaut pas à postuler un espace juridique autarcique, mais bien plutôt à refuser de le penser comme étant totalement dominé par des forces normatives qui lui seraient externes. Le système juridique n’est pas passif ; il participe activement au maintien et à la transformation des pratiques pénales. Le politique peut certainement imposer au juridique certaines pratiques, par exemple en mettant en place des sentences minimales d’incarcération pour une infraction particulière ou en produisant de nouvelles infractions. Mais de telles transformations ne peuvent exister juridiquement que si le droit les constitue comme étant conformes à ses propres normes, dont les processus de légitimation ne sont pas ceux du politique (ou de l’économique, etc.). Faire valoir l’autonomie du système juridique ne conduit donc nullement à nier des rapports d’influence, mais au contraire à observer son adhésion au maintien et à la transformation des usages du pouvoir et de la force dans le champ pénal. Comment un système juridique national conçoit-il une sentence d’incarcération obligatoire à l’égard de l’infraction x comme étant conforme aux principes constitutionnels ? Comment les plus hauts tribunaux d’un pays limitent-ils ou favorisent-ils des politiques criminelles jugées populistes et inefficaces par d’autres observateurs ? Quels motifs économiques, scientifiques, etc., sont interprétés par le droit pour maintenir la possibilité de la criminalisation et de la pénalisation ? Car le système juridique ne saura jamais fonder ses propres normes que tautologiquement ; il a constamment besoin de les justifier par un support externe (la volonté politique par exemple) pour faire comme si ses opérations n’étaient pas fondées sur une force sans fondement (Carrier, 2008a ; Luhmann, 2004 ; Teubner, 2001).

59Même sans avoir, dans le cadre de la présente contribution, la possibilité de confronter les problèmes théoriques que soulève ce modèle sociologique faisant valoir l’autonomie juridique, on peut comprendre le besoin d’accorder une place plus importante aux pratiques constitutives du droit dans la théorisation du changement social à l’intérieur du champ pénal. Ce faisant, en confrontant plus directement le problème de la légitimité juridique, peut-être pourra-t-on revivifier la critique criminologique de tous les usages du pouvoir et de la force du droit ? Quoi qu’il en soit, et même si l’on choisit d’insister sur le caractère relatif de l’autonomie juridique, les processus identifiés dans les sociologies du virage punitif ne peuvent pas être pensés dans un rapport à un droit pénal totalement docile.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, G. (1995), Homo Sacer. Sovereign Power and Bare Life, Stanford, Stanford University Press, 1998.

Agamben, G. (2003), State of Exception, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

Altheide, D.L., Coyle M.J. (2006), Smart on crime: the new language for prisoner release, Crime, Media, Culture, 2, 3, 286-303.

Baker, E., Roberts J. (2005), Globalization and the new punitiveness, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 121-138.

Barak, G. (2001), Crime and crime control in an age of globalization: a theoretical dissection, Critical Criminology, 10, 57-72.

Barnett, L. (2008), Prostitution in Canada: International Obligations, Federal Law, and Provincial and Municipal Jurisdiction, Government of Canada, Law and Government Division, Parliamentary Information and Research Service [http://www.parl.gc.ca/information/library/PRBpubs/prb0330-e.pdf].

Bauman, Z. (1989), Modernity and the Holocaust, Ithaca, Cornell University Press.

Bauman, Z. (1993), Postmodern Ethics, Oxford, Blackwell.

Bauman, Z. (2000), Liquid Modernity, Cambridge, Polity.

Bauman, Z. (2002), Society under Siege, Cambridge, Polity.

Becker, H.S. (1967), Whose side are we on?, Social Problems, 14, 3, 239-247.

Beckett, K., Western, B. (2001), Governing social marginality. Welfare, incarceration and the transformation of state policy, Punishment & Society, 3, 1, 43-59.

Benson, C., Matthews, R. (1995), Street prostitution: Ten facts in search of a policy, International Journal of the Sociology of Law, 23, 395-415.

Berthelot, J.M. (1996), Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales, Paris PUF.

Berthelot, J.M. (1990), L’intelligence du social. Pluralisme explicatif en sociologie, Paris, PUF.

Best, J. (1999), Random Violence. How We Talk About New Crimes and New Victims, Berkeley, University of California Press.

Blomberg, T.G., Hay, C. (2007), Visions of social control revisited, in Downes, D., Rock, P., Chinkin, C., Gearty, C. (eds.), Crime. Social Control and Human Rights. From Moral Panics to States of Denial. Essays in Honour of Stanley Cohen, Cullumpton, Willan, 174-194.

Bottoms, A. (1995), The philosophy and politics of punishment and sentencing, in Clarkson, C., Morgan, R., The Politics of Sentencing Reform, Oxford, Clarendon, 17-50.

Bourdieu, P., Wacquant, L. (1998), Sur les ruses de la raison impérialiste, Actes de la recherche en sciences sociales, 121/122, 109-118.

Bourgois, P. (1995), In Search of Respect. Selling crack in El Barrio, Cambridge, Cambridge University Press.

Bourgois, P. Schonberg, J. (2007), Intimate apartheid. Ethnic dimensions of habitus among homeless heroin injector, Ethnography, 8, 1, 7-31.

Boutellier, H. (2005), The Safety Utopia. Contemporary Discontent and Desire as to Crime and Punishment, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Braithwaite, J. (2000), The new regulatory state and the transformation of criminology, British Journal of Criminology, 40, 2, 222-238.

Brewer, R.M., Heitzeg, N.A. (2008), The racialization of crime and punishment. criminal justice, color-blind racism, and the political economy of the prison industrial complex, American Behavioral Scientist, 51, 625-644.

Brown, D. (2005a), Continuity, rupture, or just more of the ‘volatile and contradictory’? glimpses of New South Wales’ penal practice behind and through the discursive, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton: Willan Publishing, 27-46.

Brown, M. (2005b), Liberal exclusions and the new punitiveness, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 272-289.

Brown, E.K. (2006), The dog that did not bark. punitive social views and the professional middle classes, Punishment & Society, 8, 287-312.

Bureau of Justice Statistics (2009), The number of adults in correctional population has been increasing, Corrections Statistics, Bureau of Justice Statistics, US Department of Justice [http://www.ojp.usdoj.gov/bjs/glance/corr2.htm].

Carlen, P. (2008), Imaginary penalties and risk-crazed governance, in Carlen, P. (ed.), Imaginary Penalties, Cullompton, Willan, 1-25.

Carrier, N. (2006a), La dépression problématique du concept de contrôle social, Déviance & Société, 30, 1, 3-20.

Carrier, N. (2006b), Les criminels des universitaires. Les formations discursives de la déviance criminalisée, Champ pénal. Nouvelle revue française de criminologie, 3, mai 2006, en ligne [http://champpenal.revues.org/document528.html].

Carrier, N. (2007), The autonomy and permeability of law - the case of the canadian prohibition of cannabis, Canadian Journal of Law & Society, 22, 1, 123-138.

Carrier, N. (2008a), La Politique de la stupéfaction. Pérennité de la prohibition des drogues, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Carrier, N. (2008b), Speech for the defense of a radically constructivist sociology of (criminal) law, International Journal of Law, Crime and Justice, 36, 3, 168-183.

Carrier, N. (2010), Critical criminology meets radical constructivism, Critical Criminology, forthcoming.

Carrier, N., Quirion, B. (2003), Les logiques de contrôle de l’usage des drogues illicites : la réduction des méfaits et l’efficience du langage de la périllisation, Drogues, santé et société, 2, 1, 9-73.

Cavender, G. (2004), Media and crime policy: a reconsideration of David Garland’s the Culture of Control, Punishment & Society,6, 3, 335-348.

Cesaroni, C., Doob, A. (2003), The decline in support for penal welfarism: Evidence of support among the elite for punitive segregation, British Journal ofCriminology, 43, 2, 434-441.

Chantraine, G. (2006), La prison post-disciplinaire, Déviance & Société, 30, 3, 273-288.

Chantraine, G. (2007), De la prison post-disciplinaire en général et de la carcéralisation du soin psychiatrique en particulier : le cas français, Actes du colloque Le pénal aujourd’hui : pérennité ou mutation ? Punishment Today: Permanence or Mutation? [http://www.erudit.org/livre/penal/2008/000257co.pdf].

Chevigny, P. (2003), The populism of fear, Punishment & Society, 5, 77-96.

Christie, N. (2000), Crime Control as Industry. Towards Gulags, Western Style, 3rd ed., London, Routledge.

Cohen, S. (1985), Visions of Social Control. Crime, Punishment and Classification, Cambridge, Polity.

Cohen, S. (2002), Moral panics and cultural politics. Introduction to the third edition, in Cohen, S., Folk Devils and Moral Panics. The Creation of Mods and Rockers, 3rd edition, New York, Routledge, vii-xliv.

Comack, E., Silver, J. (2008), A Canadian exception to the punitive turn? Community responses to policing practices in Winnipeg’s inner city, Canadian Journal of Sociology, 33, 4, 815-844.

Corcan (2007), Valeurs canadiennes au travail. Rapport annuel de CORCAN, 2006-2007, Services correctionels Canada/CORCAN [http://www.csc-scc.gc.ca/text/prgrm/corcan/pblct/ar/06-07/0607-f.pdf]

Corcan (2008), L’avenir en mains. Rapport annuel de CORCAN, 2007-2008, Services correctionels Canada/CORCAN [http://www.csc-scc.gc.ca/text/prgrm/corcan/pblct/ar/07-08/0708-f.pdf].

Corrections Corporation of America (2008), The Flexible Corrections Solution to Supply and Demand. CCA Annual Report, 2007, Corrections Corporation of America [http://files.shareholder.com/downloads/CXW/532847077x0x191161/649DDAB3-F7B5-409C-B3E2-7522619B2065/CXW_2007AR.pdf].

Cullen, F.T., Gendreau, P. (2001), From Nothing Works to What Works: Changing professional ideology in the 21st century, The Prison Journal, 81, 3, 313-338.

D’Alessio, S.J., Stolzenberg, L. (2002), A multilevel analysis of the relationship between labour surplus and pretrial incarceration, Social Problems, 49, 2, 178-193.

Davis, M. (1998), The Ecology of Fear, New York, Henry Holt & Cie.

Debord, G. (1967), La société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel.

Deflem, M. (2008), Sociology of Law. Visions of a Scholarly Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

De Giorgi, A. (2006), Re-Thinking the Political Economy of Punishment. Perspectives on Post-Fordism and Penal Politics, Aldershot, Ashgate.

Demker, M., Towns, A.,Otterström, G., Sebring, J. (2008), Fear and punishment in Sweden. Exploring penal attitudes, Punishment & Society, 10, 3, 319-332.

DeVillis, L. (2009), Labour Loopholes: A critical examination of the conditions of prison labour in Canada, communication réalisée dans le cadre du Congrès annuel de l’Association Canadienne Droit & Société, Carleton University, Ottawa, Mai.

De Swaan, A. (1988), In Care of the State. Health care, Education and Welfare in Europe and the USA in the Modern Era, Oxford, Oxford University Press.

Doob, A.N., Webster, C.M. (2006), Countering punitiveness: Understanding stability in Canada’s imprisonment rate, Law & Society Review, 40, 325-368.

Dowler, K. (2004), Comparing Amercian and Canadian local television crime stories: A content analysis, Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 46, 5, 573-596.

Dowler, K. (2006), Sex, lies and videotape: The presentation of sex crime in local television news, Journal of Criminal Justice, 34,383-392.

Doyle, A. (2006), How not to think about crime in the media, Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 48, 6, 867-885.

Dubé, R. (2007), Éléments de théorie sur les commissions de réforme du droit et l’innovation cognitive en matière de justice pénale : contributions conceptuelles de Michel Foucault et Niklas Luhmann, Champ pénal/Penal Field, Séminaire innovations pénales [http://champpenal.revues.org/document694.html].

Dzur, A.W., Mirchandani, R. (2007), Punishment and democracy. The role of public deliberation, Punishment & Society, 9, 2, 151-175.

Elias, N. (1939), The Civilizing Process, Oxford, Blackwell, 1994.

Elias, N. (1996), The Germans: Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Cambridge, Polity.

Elmer, G. (2003), A new diagram of panoptic surveillance, New Media & Society, 5, 2, 231-247.

Ericson, R.V. (2007), Crime in an Insecure World, Cambridge, Polity Press.

Estrada, F. (2004), The transformation of the politics of crime in high crime societies, European Journal of Criminology, 1, 4, 419-443.

Federal/Provincial/Territorial Working Group on Prostitution (1998), Report and Recommendations in respect of Legislation, Policy and Practices Concerning Prostitution‑Related Activities, en ligne : [www.walnet.org/csis/reports/consult.rtf].

Feeley, M.M., Simon, J. (1992), The new penology: notes on the emerging strategy of corrections and its implications, Criminology, 30, 4, 449-474.

Fletcher, J. (1997), Violence and Civilization, Cambridge, Polity Press.

Foucault, M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Franko Aas, K. (2005), The ad and the form: Punitiveness and technological culture, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 150-166.

Freitag, M. (1986), Dialectique et Société II : Culture, pouvoir, contrôle. Les modes de reproduction formels de la société, Montréal, Éditions Saint-Martin.

Freitag, M. (2002), L’oubli de la société. Pour une théorie critique de la postmodernité, Laval, Presses de l’Université Laval. 

Freitag, M. (2003a), De la terreur au meilleur des mondes. Genèse et structure des totalitarismes archaïques, in Dagenais, D. (dir.), Hannah Arendt, le totalitarisme et le monde contemporain,  Québec, PUL, 248-350.

Freitag, M. (2003b), De la terreur au meilleur des mondes. Globalisation et américanisation du monde : vers un totalitarisme systémique ?, in Dagenais, D. (dir.), Hannah Arendt, le totalitarisme et le monde contemporain, Québec, PUL, 353-404.

Gagné, G. (1993), Les transformations du droit dans la problématique de la transition à la postmodernité, in Belley, J.-G., Issalys, P. (dir.), Aux frontières du juridique. Études interdisciplinaires sur les transformations du droit, Laval, GEPTUD, 221-253.

Garland, D. (1990), Punishment and Modern Society, Chicago, University of Chicago Press.

Garland, D. (2001), The Culture of Control. Crime and Social Order in Contemporary Society, Chicago, University of Chicago Press.

Garland, D., Sparks, R. (2000), Criminology, social theory, and the challenge of our time, in Garland, D., Sparks, R. (eds), Criminology & Social Theory, Oxford, Oxford University Press, 1-22.

Giddens, A. (1990), The Consequences of Modernity, Stanford, Stanford University Press.

Giddens, A. (1991), Modernity and Self-Identity. Self and Society in the Late Modern Age, Stanford, Stanford University Press.

Gilmore, R.W. (1998/1999), Globalisation and US prison growth: from military Keynesianism to post-Keynesianism militarism, Race & Class, 40, 2/3, 171-188.

Giroux, H.A. (2003), Zero tolerance, domestic militarization, and the war against youth, Social Justice, 30, 59-65.

Gottschalk, M. (2006), The Prison and the Gallows. The Politics of Mass Incarceration in America, New York, Cambridge University Press.

Grant, C. (2007), Crime and Punishment in Contemporary Culture, New York, Routledge.

Hallett, M.A. (2002), Race, crime, and for-profit imprisonment. social disorganization as market opportunity, Punishment & Society, 4, 369-393.

Hallsworth, S. (2000), Rethinking the punitive turn: Economies of excess and the criminology of the other, Punishment & Society, 2, 2, 145-160.

Hallsworth, S. (2002), The case for a postmodern penality, Theoretical Criminology, 6, 145-163.

Hallsworth, S. (2005), Modernity and the punitive, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 239-255.

Harcourt, B. (2008), Rethinking the carceral through an institutional lens: on prisons and asylums in the United States, Champ pénal/Penal Field, 5 [http://champpenal.revues.org/7561].

Hardt, M., Negri, A. (2000), Empire, Paris, 10 18.

Henry, S., Milovanovic, D. (1996), Constitutive Criminology - Beyond Postmodernism, Thousand Oaks, Sage.

Hinds, L. (2006), Challenging current conceptions of law and order, Theoretical Criminology, 10, 2, 203-221.

Hogeveen, B.R. (2006), Memoir of a/the blind. A Reply to Doob and Sprott, Punishment & Society, 8, 469-475.

Hogeveen, B.R. (2005), ‘If we are tough on crime, if we punish crime, then people get the message’. Constructing and governing the punishable young offender in canada during the late 1990s, Punishment & Society, 7, 73-89.

Holtfreter, K., Van Slyke, S., Bratton, J., Gertz, M. (2008), Public perceptions of white-collar crime and punishment, Journal of Criminal Justice, 36, 50-60.

Hooks, G., Mosher, C., Rotolo, T., Lobao, L. (2004), The prison industry: carceral expansion and employment in u.s. counties, 1969-1994, Social Science Quarterly, 85, 37-57.

Horkheimer, M., Adorno, T.W. (1944), La production industrielle de biens culturels, dans La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974, 129-176.

Hudson, B. (2008), Re-imagining justice : principles of justice for divided societies in a globalised world, in Carlen, P. (ed.), Imaginary Penalties, Cullompton, Willan, 275-293.

Hudson, B. (2006), Punishing monsters, judging aliens: justice at the borders of community, Australian and New Zealand Journal of Criminology, 39, 2, 232-247.

Hutton, N. (2005), Beyond populist punitiveness, Punishment & Society, 7, 243-258.

International Centre for Prison Studies (2009), Prison brief for United States of America, International Centre for Prison Studies

[http://www.kcl.ac.uk/depsta/law/research/icps/worldbrief/wpb_country.php?country=190].

Johnston, E. (2008), Concluding remarks. The ‘punitive turn’: The shape of punishment and control in contemporary society, in Johnston, E. (ed.), Punishment and Control in Historical Perspective, Houndmills, Palgrave, 235-241.

Jones, T. Newburn, T. (2002), The transformation of policing? Understanding current trends in policing systems, British Journal of Criminology, 42, 129-146.

King, M., Thornhill, T. (2005), Niklas Luhmann’s Theory of Politics and Law, New York, Palgrave.

King, M., Tornhill, T. (eds.) (2006), Luhmann on Law and Politics. Critical Appraisals and Applications, Portland, Hart.

Kramar, K. Sealy, D. (2006), Cultural difference and criminal sentencing. critical reflections on R. v. Gladue and R. v. Hamilton, in Comack, E. (ed.), Locating Law. Race, Class, Gender, Sexuality Connections, 2nd ed., Halifax, Fernwood.

Labadie, J.-M. (2008), Corps et crime, in Debuyst, C., Digneffe, F., Labadie, J.-M., Pires, A.P. (eds), Histoire des savoirs sur le crime et la peine. I : Des savoirs diffus à la notion de criminel-né. Bruxelles, Larcier, 315-373

Landreville, P. (2007), Grandeurs et misères de la politique pénale au Canada : du réformisme au populisme, Criminologie, 40, 2, 19-51.

Larsen, M., Piché, J. (2010), Exceptional state, pragmatic bureaucracy, and indefinite detention: the case of the Kingston immigration holding centre, Canadian Journal of Law & Society (à paraître).

Lash, S. (2002), Critique of Information, London, Sage.

Lee, M. (2001), The genesis of ‘fear of crime’, Theoretical Criminology, 5, 4, 467-485.

Lee, M. (1999), The fear of crime and self-governance: Towards a genealogy, The Australian and New Zealand Journal of Criminology, 32, 3, 227–46.

Lee, M. (2007), Inventing Fear of Crime. Criminology and the Politics of Anxiety, Collompton, Willan.

Lianos, M. (2001), Le nouveau contrôle social. Toile institutionnelle, normativité et lien social, Paris, L'Harmattan.

Loader, I. (2006), Fall of the ‘platonic guardians’. Liberalism, criminology and political responses to crime in England and Wales, British Journal of Criminology, 46, 561-586.

Loader, I. (2009), Ice cream and incarceration. On appetites for security and punishment, Punishment & Society, 11, 2, 241-257.

 Ludger, P. (2005), Configurations of geographic and societal spaces: a sociological proposal between ‘methodological nationalism’ and the ‘spaces of flows’, Global Networks, 5, 2, 167-190.

Luhmann, N. (2001), La restitution du douzième chameau : du sens d'une analyse sociologique du droit, Droit et Société. Revue internationale de théorie du droit et de sociologie juridique, 47, 15-73.

Luhmann, N. (2004), Law as a Social System, Oxford, Oxford University Press.

Lyons, W., Drew, J. (2006), Punishing Schools. Fear and Citizenship in American Public Education, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Madriz, E. (1997), Nothing Bad Happens to Good Girls. Fear of Crime in Women’s Lives, Berkeley, University of California Press.

Marcuse, H. (1964), L’Homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Paris, Minuit, 1968.

Matthews, R. (2005), The myth of punitiveness, Theoretical Criminology, 9, 175-201.

McBride, K. (2007), Punishment and Political Order, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Melossi, D. (1990), The State of Social Control. A Sociological Study of Concepts of State and Social Control in the Making of Democracy, Cambridge, Polity.

Melossi, D. (2008a), Controlling Crime, Controlling Society. Thinking About Crime in Europe and America, Cambridge, Polity.

Melossi, D. (2008b), Introduction to the Transaction edition: The simple “heuristic maxim” of an “unusual human being”, in Rusche, G., Kirchheimer, O., Punishment and Social Structure – with a new introduction by Dario Melossi, New Brunswick, Transaction, ix-xlv.

Mennell, S. (1990), Decivilising processes: Theoretical significance and some lines of research, International Sociology, 5, 205-223.

Mennell, S. (2007), The American Civilizing Process, Cambridge, Polity.

Merton, R.K. (1949), Social Theory and Social Structure, 2nd ed., Glencoe, Free Press, 1957.

Meyer, J., O’Malley, P. (2005), Missing the punitive turn? Canadian criminal justice, ‘balance’, and penal modernism, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 201-217.

Michalowski, R., Carlson, S. (1999), Unemployment, imprisonment and social structures of accumulation: Historical contingency in the Rusche-Kirchheimer hypothesis, Criminology, 37, 217-250.

Michalowski, R., Carlson, S. (2000),Crime, punishment, and social structures of accumulation. toward a new and much neededpolitical-economy of justice, Journal of Contemporary Criminal Justice, 16, 3, 272-292.

Mills, C.W. (1956), The Power Elite, New York, Oxford University Press.

Monture, P. (2006), Standing against canadian law. Naming omissions of race, culture and gender, in Comack, E. (ed.), Locating Law. Race, Class, Gender, Sexuality Connections, 2nd ed., Halifax, Fernwood, 73-93.

Morrison, W. (2006), Criminology, Civilization & the New World Order, New York, Routledge-Cavendish.

Nader, L. (2003), Crime as a category – domestic and globalized, in Parnell, C., Kane, S.C., Crime’s Power. Anthropologists and the Ethnography of Crime, New York, Palgrave, 55-76.

Nelken, D. (2005), When is a society non-punitive? The Italian case, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 218-235.

Nevitte, N. (1996), The decline of deference. Canadian value change in cross national perspective, Peterborough, Broadview.

Newburn, T. (2002), Atlantic crossings: ‘Policy transfer’ and crime control in the USA and Britain, Punishment & Society, 4, 165-194.

Newburn, T., Jones, T. (2005), Symbolic politics and penal populism: the long shadow of Willie Horton, Crime, Media, Culture, 1, 72-87.

Newburn, T., Jones, T. (2007), Symbolizing crime control. Reflections on zero tolerance, Theoretical Criminology, 11, 221-243.

O’Malley, P. (2000), Criminologies of catastrophe. Understanding criminal justice at the edge of the new millennium, Australian & New Zealand Journal of Criminology, 33, 153-167.

O’Malley, P., Mugford, S. (1994), Crime, excitement, and modernity, in Barak, G. (ed.), Varieties of Criminology: Readings from a Dynamic Discipline, Wesport, Praeger, 189-211.

Pakes, F. (2006), The ebb and flow of criminal justice in the Netherlands, International Journal of the Sociology of Law, 34, 141-156.

Parnell, P.C. (2003), Criminalizing colonialism: democracy meets law in Manilla, in Parnell, C., Kane,S.C., Crime’s Power. Anthropologists and the Ethnography of Crime, New York, Palgrave, 197-220.

Peay, J. (2007), Detain- restrain – control: sliding scale or slippery slope?, in Downes, D., Rock, P., Chinkin, C., Gearty, C. (eds.), Crime. Social Control and Human Rights. From Moral Panics to States of Denial. Essays in Honour of Stanley Cohen, Cullumpton, Willan, 226-237.

Penna, S., Yar, M. (2003), From modern to postmodern criminology? A response to Hallsworth, Theoretical Criminology, 7, 469-482.

Pfeiffer, C., Windzio, M., Kleimann, M. (2005), Media use and its impact on crime perception, sentencing attitudes and crime policy, European Journal of Criminology, 2, 3, 259-285.

Pires, A.P.(2001), La rationalité pénale moderne, la société du risque et la juridicisation de l’opinion publique, Sociologie et Société, 33, 1, 179-204.

Pratt, J. (2002), Punishment and Civilization: Penal Tolerance and Intolerance in Modern Society, London, Sage.

Pratt, J. (2005), Elias, Punishment, and decivilization, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 256-271.

Pratt, J. (2006), The dark side of paradise. Explaining New Zealand’s history of high imprisonment, British Journal of Criminology, 46, 541-560.

Pratt, J. (2007), Penal Populism, New York, Routledge.

Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), (2005), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing.

Pratt, J., Clark, M. (2005), Penal populism in New Zealand, Punishment & Society, 7, 303-322.

Prison Privatisation Report International (2006), Prison Privatisation Report International, 73, 6 [http://www.psiru.org/justice/PPRI73W.htm].

Radio-Canada (2008), La justice à tête reposée, Radio-Canada, mercredi 26 novembre 2008 [http://www.radio-canada.ca/nouvelles/electionsFed2008/2008/09/23/006-enjeux-electoraux-criminalite.shtml].

Rafter, N. (2004), Earnest A. Hooton and the biological tradition in American criminology, Criminology 42, 3, 735-771.

Rafter, N. (2008), Criminology’s darkest hour: biocriminology in nazi Germany, The Australian and New Zealand Journal of Criminology, 41, 2, 287-306.

Reiman, J. (2004), The Rich Get Richer and the Poor Get Prison. Ideology, Class, and Criminal Justice, 7th ed., Boston, Pearson.

Rigakos, G.S. (2002), The New Parapolice: Risk Markets and Commodified Social Control, Toronto, University of Toronto Press.

Rivera Beiras, I. (2005), State form, labour market and penal system, Punishment & Society, 7, 167-182.

Robert, Ph. (2005), La sociologie du crime, Paris, La Découverte.

Roberts, J.V., Stalans, L., Indermaur, D., Hough, M. (2003), Penal Populism and Public Opinion, New York, Oxford University Press.

Rose, N.(1999), Powers of Freedom. Reframing Political Thought, Cambridge, Cambridge University Press.

Rose, N. (2001), The politics of life itself, Theory, Culture & Society, 18, 6, 1-30.

Rose, N. (2007), The Politics of Life Itself. Biomedicine, Power, and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University Press.

Roslin, A. (2007), Stephen Harper opens door to prison privatization, Straight.com, 22 novembre [http://www.straight.com/article-119340/stephen-harper-opens-door-to-prison-privatization].

Ross, E. A. (1901), Social Control. A Survey of the Foundation of Order, New York, Johnson.

Rusche, G., Kirchheimer, O. (1939), Punishment and Social Structure – with a new introduction by Dario Melossi, New Brunswick, Transaction, 2008.

Ryan, M. (1999), Penal policy making toward the millennium: elites and populists; New Labour and the new criminology, International Journal of the Sociology of Law, 27, 1-22.

Sassen, S. (2006), Territory, Authority, Rights. From Medieval to Global Assemblages, Princeton, Princeton University Press.

Sellin, T. (1938), Culture Conflict and Crime, New York, Social Science Research Council.

Shearing, C., Wood, J. (2003), Nodal governance, democracy, and the new ‘denizens’, Journal of Law & Society, 30, 400-419.

Sievers, B., Redding Mersky, R. (2006), The economy of vengeance: some considerations on the aetiology and meaning of the business of revenge, Human Relations, 59, 241-259.

Simon, J. (2001), ‘Entitlement to cruelty’: the end of welfare and the punitive mentality in the United States, in Stenson, K., Sullivan, R.R. (eds), Crime, Risk and Justice. The Politics of Crime Control in Liberal Democracies, Portland, Willan Publishing, 125-143.

Simon, J. (2007), Governing Through Crime. How the War on Crime Transformed American Democracy and Created a Culture of Fear, Oxford, Oxford University Press.

Singh, A.-M. (2005), Private security and crime control, Theoretical Criminology, 9, 2, 153-174.

Sparks, R. (2001), ‘Bringin’ it all back home’: populism, media coverage and the dynamics of locality and globality in the politics of crime control, in Stenson, K., Sullivan, R.R. (eds), Crime, Risk and Justice. The Politics of Crime Control in Liberal Democracies, Portland, Willan Publishing, 194-213.

Sparks, R. (2006), Ordinary anxieties and states of emergency: statecraft and spectatorship in the new politics of insecurity, in Armstrong, S., McAra, L. (eds), Perspectives on Punishment. The Contours of Control, Oxford, Oxford University Press, 31-47.

Spencer, D. (2009), Sex offender as homo sacer, Punishment & Society, 11, 2, 219-240.

Spitzer, S. (1983), The rationalization of crime control in capitalist society, in Cohen, S., Scull, A. (eds), Social Control and the State. Historical and Comparative Essays, Oxford, Basil Blackwell, 187-206.

Stack, S., Cao, L., Adamzyck, A. (2007), Crime volume and law and order culture, Justice Quarterly, 24, 2, 291-308.

Steinert, H. (2003), The indispensable metaphor of war: on populist politics and the contradictions of the state’s monopoly of force, Theoretical Criminology, 7, 265-291.

Stern, V. (2006), Creating Criminals. Prisons and People in a Market Society, Halifax, Fernwood.

Stucky, T.D., Heimer, K., Lang, J.B. (2007), A bigger piece of the pie? State corrections spending and the politics of social order, Journal of Research in Crime and Delinquency, 44, 91-123.

Sumner, C. (1997), Social control : the history and politics of a central concept in Anglo-American sociology, in Bergalli, R., Sumner, C. (eds),Social Control and Political Order. European Perspectives at the End of the Century, London, Sage, 1-33.

Teubner, G. (2001), Economics of gift-positivity of justice. The mutual paranoia of Jacques Derrida and Niklas Luhmann, Theory, Culture & Society, 18, 1, 29-47.

Vaughan, B. (2000), The civilizing process and the Janus-face of modern punishment, Theoretical Criminology, 4, 71-91.

Vaughan, B. (2002), The punitive consequence of consumer culture, Punishment & Society, 4, 195-211.

Wacquant, L. (1999), Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’agir.

Wacquant, L. (2001), Deadly Symbiosis. When ghetto and prison meet and mesh, in Garland, D. (ed.), Mass Imprisonment. Social Causes and Consequences, London, Sage, 82-120.

Wacquant, L. (2005), The great penal leap backward: incarceration in America from Nixon to Clinton, in Pratt, J., Brown, D., Brown, M., Hallsworth, S., Morrison, W. (eds), The New Punitiveness: Trends, Theories, Perspectives, Cullompton, Willan Publishing, 3-26.  

Wacquant, L. (2006), Penalization, depoliticization, racialization: on the over-incarceration of immigrants in the european union, in Armstrong, S. McAra, L. (eds), Perspectives on Punishment. The Contours of Control, Oxford, Oxford University Press, 83-100.

Wacquant, L. (2008), Urban Outcast. A Comparative Sociology of Advanced Marginality, Cambridge, Polity.

Wagner, P. (1994), A Sociology of Modernity. Liberty and Discipline, New York, Routledge.

Walby, K., Carrier, N. (2010), The rise of biocriminology: capturing observable bodily economies of ‘criminal man’, Criminology & Criminal Justice (à paraître).

Walsh, A. (2004), Race and Crime: a Biosocial Analysis, New York, Nova Science Publishers.

Waxman, Z. (2009), Thinking against evil? Hannah Arendt, Zygmunt Bauman, and the writing of the Holocaust, History of European Ideas, 35, 93-104.

Weiss, R.P. (2001), “Repatriating” low-wage work: the political economy of prison labor reprivatization in the postindustrial United States, Criminology, 39, 253-291.

Welch, M. (2003), Force and fraud: a radically coherent criticism of corrections as industry, Contemporary Justice Review, 6, 227-240.

Wright, J. (2009), ‘Inconvenient truths: science, race and crime’, in Walsh, A., Beaver, K. (eds), Biosocial Criminology: New Directions in Theory and Research, New York, Routledge, 137-153.

Young, J. (1999a), The Exclusive Society: Social Exclusion, Crime and Difference in Late Modernity, London, Sage.

Young, J. (1999b), Cannibalism and bulimia: patterns of social control in late modernity, Theoretical Criminology, 3, 387-407.

Zedner, L. (2002), Dangers and dystopias in penal theories, Oxford Journal of Legal Studies, 22, 341-366.

Zimring, F. (1996), Populism, democratic government, and the decline of expert authority, Pacific Law Journal, 28, 243-256.

Zimring, F.E., Hawkins, G., Kamin, S. (2001), Punishment & Democracy: Three Strikes and You’re Out in California, Oxford, Oxford University Press.

Zimring, F.E., Jonhson, D.T. (2006), Public opinion and the governance of punishment in democratic political systems, The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 605, 265-281.

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier Justin Piché et Frédéric Ocqueteau pour leurs commentaires précieux sur cet article.

2  Je présente plus bas rapidement les principaux symptômes de ce virage punitif identifiés dans les écrits sur ce thème ; voir également Comack, Silver (2008) ; Johnston (2008) ; Pratt (2007) ; Brown (2006) ; Gottschalk (2006) ; Sievers , Redding Mersky (2006) ; Brown (2005) ; Baker, Roberts (2005) ; Hogeveen (2006, 2005) ; Hallsworth (2005, 2000) ; Matthews (2005) ; Estrada (2004) ; Giroux (2003) ; Garland (2001).

3  Il s’agit évidemment d’une affirmation fortement contestée, particulièrement par les auteurs de travaux sur l’« opinion publique ».  

4  J’aurai l’occasion de commenter les bases, parfois peu satisfaisantes, du diagnostic du virage punitif.

5  Certains analystes ne jugent pas nécessaire de pouvoir constater tous ces groupes de symptômes afin de s’autoriser à diagnostiquer un virage punitif.

6  Toutefois, lorsqu’il s’agit de la seule ou principale préoccupation des analystes, cette croissance est parfois saisie par les expressions incarcération de masse (mass incarceration) ou État carcéral (carceral state) (Simon, 2007 ; Gottschalk, 2006), et ainsi plus ou moins dissociée, ou en tout cas traitée séparément, d’un virage punitif correspondant à une agglomération plus ou moins dense de changements multiples.

7  Pour un portrait détaillé de l’évolution des taux d’incarcération aux États-Unis, voir notamment Gottschalk (2006) et Wacquant (2001) ; j’ai utilisé ici les chiffres combinés des institutions carcérales d’État et celles fédérales (i.e., jails et prisons).  

8  Voir notamment Blomberg, Hay (2007) ; Peay (2007) ; Carrier (2006a) ; Sumner (1997) ; Melossi (1990).

9  Toutefois, des pratiques d’incarcération ciblant particulièrement, par le droit écrit ou par les usages sociaux du droit, des groupes sociaux ou ethniques seront difficilement considérées comme l’apanage des Américains, comme l’illustre notamment la flagrante surreprésentation des autochtones dans les institutions carcérales d’anciennes colonies, comme le Canada et la Nouvelle-Zélande (voir par exemple Monture, 2006 ; Kramar, Sealy, 2006). C’est le poids de son passé esclavagiste qui, sur le plan de la couleur de la pénalité, place les États-Unis dans une catégorie à part. Quoi que l’on pense de semblables thèses, des auteurs comme Brewer et Heitzeg (2008) qui considèrent que la prison contemporaine constitue « la nouvelle plantation » ne peuvent évidemment pas étendre leur analyse hors des États-Unis, voire sans doute même hors de certains États américains. Néanmoins, de telles thèses sont symptomatiques de l’unicité socio-historique américaine dont elles tentent de saisir les effets.

10  Sur la prison post-disciplinaire, voire particulièrement Chantraine (2007, 2006).

11  Ceux-ci œuvrant toutefois désormais dans une institution où la poursuite de cette volonté se constituerait d’office comme résistance, à l’image de la complexité du mot sur une grille prédictive (voir Franko Aas, 2005 ; Carrier, Quirion, 2003).

12  On évoque ici généralement la tendance à retirer les pratiques et discours entourant l’imposition de la souffrance derrière les scènes de la vie sociale (Elias, 1939), ainsi que la tendance à faire valoir, politiquement et juridiquement, un impératif de retenue dans l’usage de la force pénale. Voir aussi Garland (1990, 236).

13  Pour une analyse des rapports entre État et post-keynesianisme et de leurs impacts sur la criminologie, on pourra consulter Braithwaite (2000).

14  Voir également Melossi (2008a, 229-252, 2008b) ; De Giorgi (2006) ; Reiman (2004) ; d’Alessio, Stolzenberg (2002) ; Michalowski, Carlson (2000, 1999).

15  Si la criminalité est abordée comme stimulus, c’est seulement dans ses représentations culturelles ; Wacquant (2005, 13) suggère ainsi que le boom carcéral n’est pas une réponse à une vague de criminalité tout en laissant ouverte la possibilité d’y voir, en partie du moins, l’effet d’une vague culturelle de criminalité (cultural crime wave) ; nous verrons d’ailleurs plus bas que son analyse des strategies of caste enforcement comporte un volet idéologique.

16  Cela ne signifie pas que les stratégies de capitalisation financière du virage punitif sont ignorées dans les travaux de Wacquant (ex. :2005 :11), ni qu’une sociologie du virage punitif combinant de manière forte la marchandisation des personnes criminalisées et la gestion de l’armée de réserve du capitalisme soit impensable.  

17  C’est surtout lorsqu’il compare le ghetto étasunien avec la banlieue rouge française que Wacquant (2008) souligne la puissance du politique sur les conséquences contemporaines des mutations économiques, qui ailleurs (Wacquant, 2001) semblent être identifiées comme premières responsables du virage punitif.   

18  Sur le rôle des savoirs criminologiques dans l’oppression ethno-raciale, voir notamment Walby, Carrier (2010) ; Labadie (2008) ; Rafter (2008, 2004) ; Morrison (2006).

19  Évidemment, celles-ci ne constituent que la pointe émergée de l’iceberg du gigantesque marché de la sécurité (voir notamment Singh, 2005 ; Elmer, 2003 ; Shearing, Wood, 2003 ; Jones, Newburn, 2002 ; Rigakos, 2002).

20  Voir notamment les écrits de Barbara Hudson (2008, 2006), et aussi Bauman (1993).  

21  Notons toutefois que Bauman, depuis son analyse d’une modernité « liquide » (2002, 2000), suggère que la Modernité décrite dans Modernity and the Holocaust fournit une analyse obsolète de la société (occidentale) contemporaine ; voir parallèlement les arguments de Rose (2007, 2001) et de Freitag (2003a, 2003b) sur la désuétude de la Modernité comme grille explicative des procès contemporains d’annihilation de l’altérité, dont les pratiques et discours de criminalisation et de pénalisation sont des témoins socio-historiques constants.  

22  Cette interprétation est aujourd’hui plus fréquemment formulée en déplaçant l’analyse de la Modernité vers celle du néo-libéralisme et de la culture associée à la « société du risque » (Ericson, 2007 ; Simon, 2007).    

23  Rappelons que l’abolition de l’esclavage aux États-Unis n’est toujours pas étendu à l’esclavage comme châtiment criminel, lequel demeure totalement légitime d'un point de vue juridique.   

24  Au Canada, les pénitenciers accueillent les personnes condamnées à une peine d’emprisonnement de 2 ans et plus et sont gérés par le fédéral ; les provinces sont responsables de la gestion des prisons (incarcération de moins de 2 ans). Actuellement, l’exploitation capitaliste de la force de travail des personnes incarcérées au Canada n’a lieu que dans les pénitenciers.

25  Corrections Corporation of America (CCA) contrôle plus de 50% des espaces carcéraux privés sur le sol américain (prisons pour adultes et mineur(e)s, centres de rétention pour immigrants illégaux que l’on traite dans l’esprit de la doctrine catch and return (CCA, 2008 :4)). Ses activités comprennent également la construction et la gestion de prisons dans d’autres pays, notamment en Angleterre (où environ 10% de la population carcérale est contrôlée par des intérêts privés) et Porto Rico. Nommé par Forbes parmi les Best Big Companies pour la croissance financière en 2007 (voir [www.correctionscorp.com]) CCA déclarait en 2007 des revenus records :

We are pleased to report that CCA completed another strong year during 2007, setting a new record for revenue and generating solid growth in net income and earnings per share. Total revenues increased 11.7% to nearly $1.5 billion and net income per diluted share increased 23.3% to $1.06 compared with the prior year. Our excellent results were driven by the development of additional bed capacity, an increase in occupancy, higher margins and new management contracts. We continue to benefit from a positive environment where the demand for prison beds exceeds the supply, and we believe CCA is well positioned to take advantage of this market dynamic to continue building shareholder value (CCA, 2008, 2).

26  Cette sociologie du virage punitif se trouve donc parfaitement illustrée lorsque, devant le nombre croissant de changements législatifs attachant des peines d’incarcération obligatoires à certains délits, des analystes considèrent que le projet du gouvernement (ici, canadien) est de satisfaire le Capital en créant une situation de surpopulation carcérale afin d’ouvrir la porte au privé (Roslin, 2007).

27  Voir notamment Carlen (2008) ; Grant (2007) ; Pratt (2007) ; Hinds (2006) ; Loader (2006) ; Sparks, (2006, 2001) ; Zimring, Johnson (2006) ; Franko Aas (2005) ; Newburn, Jones (2005) ; Pratt, Clark (2005) ; Chevigny (2003) ; Steinert (2003) ; Vaughan (2002) ; Ryan (1999) ; Zimring (1996).   

28  Pour une analyse foucaldienne de l’impact de la criminologie conventionnelle dans la production contemporaine de cette culture de la peur, voir Lee (2007, 2001, 1999).

29  Lorsque les analystes – Sparks (2001) par exemple – veulent saisir et théoriser les effets des communications de masse dans le contexte de la modernité avancée (late modernity) ou de la société du risque, les limites de la distinction que j’opère ici entre la troisième sociologie du virage punitif (populisme pénal et médiatisation glocalisée) et la quatrième (culture du contrôle) apparaissent clairement.

30  Cette logique argumentative et ses supports empiriques ont été contestés (Stack et al., 2007 ; Brown, 2006 ; Boutellier, 2005 ; Estrada, 2004 ; Cesaroni, Doob, 2003).  

31  Bien sûr, The Culture of control et les travaux qui l’ont précédé (Garland, 1990, 214) sont largement influencés par certaines dimensions de l’œuvre d’Elias.

32  Ces deux œuvres sont aujourd’hui regroupées et publiées comme The Civilizing Process (Elias, 1939).

33  Et encore moins les moyens de comprendre les deux autres groupes de symptômes associés au virage punitif. D’ailleurs, et sans nier les profits réalisés par certains groupes, ce ‘travail’ est encore très souvent d’abord et avant tout châtiment (voir McBride, 2007), stratégie de production de la docilité, ou encore tactique de ‘relations publiques’ visant à contrer une certaine représentation médiatique des prisons comme étant des ‘Club Med’ (voir Stucky et al., 2007). Un des problèmes que rencontre le type d’argument ici considéré devient clair lorsqu’il s’agit de comprendre les dépenses ‘inutiles’ – pures pertes – des institutions carcérales, par exemple lorsque celles-ci achètent de massifs blocs de pierre que les détenus doivent réduire en poussière dans une totale inutilité économique.

34  Pour une proposition complète, voir Carrier (2008a, chapitres 3-5).

35  Voir par exemple Carrier (2010, 2008a, 2008b, 2007) ; Deflem (2008) ; Dubé (2007) ; King, Tornhill (2006, 2005) ; Luhmann (2004, 2001) ; Freitag (2002) ; Henry, Milovanovic (1996) ; Gagné (1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Carrier, « Sociologies anglo-saxonnes du virage punitif », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII | 2010, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7818 ; DOI : 10.4000/champpenal.7818

Haut de page

Auteur

Nicolas Carrier

Institute of Criminology and Criminal Justice, Carleton University, C567 Loeb Building, 1125 Colonel By Drive, Ottawa, Ontario, Canada, K1S 5B6, t. +1.613.520.2600 #1237, f. +1.613.520.6654, e. nicolas_carrier@carleton.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org