Navigation – Plan du site
Articles

L’observation participante comme outil de compréhension du champ de la sécurité

Récit d’un apprentissage de l’approche ethnographique pour tenter de rendre compte de la complexité du social
Frédéric Diaz
Traduction(s) :
Participant Observation as a Tool for Understanding the Field of Safety and Security

Résumés

La faible visibilité offerte par un objet tel que le champ de la sécurité de grands événements sportifs et culturels en France, ainsi que sa difficile accessibilité, ont rendu nécessaire une méthodologie permettant le contact direct avec le terrain et les acteurs : l’observation participante. Si l’utilisation d’une telle méthode reste délicate, puisque l’implication personnelle du chercheur entraîne la modification de l’objet et conduit donc à une certaine forme de subjectivité, elle reste néanmoins la seule qui permette, grâce à un changement constant d’activité, de position hiérarchique, ou de distance par rapport à l’objet, de diversifier le point de vue du chercheur et de rendre compte de la complexité de l’objet étudié.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Tous mes remerciements à Philippe Robert (CNRS-GERN, Guyancourt, France), Jean Poupart et Mylène Jaccoud (Ecole de Criminologie, CICC, Montréal, Canada), Jean-François Cauchie (Département de Criminologie, Ottawa, Canada) pour leur lecture attentive et leurs commentaires indispensables.

  • 1 “Much of the literature on controversial police topics breaks down into two categories: uncritical (...)

L’essentiel de la littérature sur les sujets policiers controversés se répartit entre deux catégories : les œuvres a-critiques de la part de ceux qui sont informés de l’intérieur et les œuvres critiques de profanes mal informés (Gary Marx, 1988)1

  • 2 Coenen-Huther (1995, 6).
  • 3 Ibid, 6.

1C’est parce que des pratiques longtemps restés incompréhensibles et indéchiffrables commencent à prendre sens, à la suite de patientes observations, telles les pièces d’un puzzle assemblés peu à peu, que le chercheur de terrain se sent récompensé de son obstination2. Malgré une place dans les manuels et les cours de méthodologie, l’observation reste cependant un genre mineur dans la gamme des outils dont dispose un sociologue dans ses recherches. Les contraintes de temps, de taille, d’objet, s’ajoutant à la nécessité de quantifier, de vérifier, d’établir la preuve d’une manière convaincante aux yeux du profane, ne peuvent que favoriser d’autres techniques de recherche3.

2L’observation reste, cependant, un outil une méthode pouvant permettre de comprendre les mécanismes de l’interaction sociale et de la vie en société.

  • 4 L’ethnométhodologie (Garfinkel, 1967) considère les institutions comme la résultante d’un processus (...)
  • 5 Van Meter K. M., (1992, 648).

3Cet article est le fruit d’une rencontre entre sociologie et ethnologie et sera sous tendu par deux théories de la réaction sociale : les perspectives interactionnistes et ethnométhodologiques. La première pour plaider à un retour du travail de terrain et prendre le point de vue des acteurs et non celui des institutions. La deuxième pour se focaliser sur les pratiques que les acteurs mettent en œuvre4. La question est (alors) de savoir comment les acteurs produisent leurs univers, quelles règles les engendrent et gouvernent le jugement5.

  • 6 Jaccoud, Mayer (1997, 211).
  • 7 Van Meter K. M., (1992, 648).

4L’observation de phénomènes, des acteurs est inhérente à toute démarche scientifique. Elle s’est ainsi affirmée comme une condition première de la construction du savoir en sciences sociales (tout comme dans les sciences pures), par une mise en rapport mais aussi une mise à distance du sujet et de l’objet6. Si le sociologue accomplit nécessairement un travail d’objectivation afin de transformer ses objets empiriques en objets sociologiques, l’acteur social fait lui aussi un travail analogue, afin d’interpréter le monde qui l’entoure et ainsi, accomplir ses actions7. Il y aurait autant de réalités sociales que d’acteurs. Le sociologue peut alors se donner pour motivation de décrire, de rendre compte, ou de comprendre la dimension collective de la vie humaine, les relations sociales.

  • 8 On entendra la notion de champ telle que définie par Bourdieu (1989, 14) : la structure du champ es (...)

5L’hypothèse que l’auteur voudrait défendre est la suivante : l’observation participante est la méthode la plus appropriée pour tenter de comprendre la complexité d’un champ8 comme la sécurité. Le concept de sécurité étant entendu à travers la délimitation qu’en font les acteurs dans l’organisation des manifestations sportives et culturelles. On examinera cette notion de sécurité en se préoccupant des pratiques et des techniques de sécurisation, des rôles des différents acteurs privés (agences privées de sécurité, organisateurs de spectacles) et publics (ville, police, secours incendie, urgence médicale) et de leurs interactions.

6Dans cet article, il s’agira dans un premier temps d’expliquer ce qui a motivé l’utilisation de l’observation participante. La faible visibilité du champ de la sécurité a contraint progressivement à passer d’un dispositif d’entretiens et d’observation (où il y avait peu à observer si l’on restait extérieur au dispositif) à un dispositif d’observation participante.

7Mais si ce dispositif a certes facilité l’accès aux données, il a néanmoins mis en exergue l’idée selon laquelle il y avait un risque de ne voir qu’un point de vue (celui de l’organisateur) et, dès lors, de devoir à un moment donné mettre l’objet à distance pour le voir comme un observateur et non plus comme un acteur.

8Ce dispositif méthodologique se rapproche de celui utilisé par certains sociologues de Chicago, avec les limites qu’une telle démarche soulève, ses controverses, son débat.

9Il s’agira de mettre en exergue l’apport spécifique de la démarche utilisée, qui réside dans la diversité des fonctions endossées, ce qui a permis non seulement de délimiter les problèmes de sécurité vus par les acteurs et les pratiques pour y répondre, mais encore et surtout de relativiser chaque expérience.

  • 9 Diaz, 2003a. Cette thèse s’est appuyée sur seize terrains différents : Coupe du monde de football ( (...)

10Nous utiliserons la forme du récit pour rendre compte d’une recherche débutée en 19989 qui se poursuit depuis une année au Centre International de Criminologie Comparée à l’université de Montréal. De ce que nous pourrions décrire comme un apprentissage vers une certaine forme de « maîtrise » du travail in situ. Il s’agit de rendre compte de manière détaillée le questionnement qui avait été mis en exergue dans un ouvrage collectif par Poupart, Deslauriers, Groulx, Laperrière, Mayer, Pires (1997, 212-213), à savoir les conditions dans lesquelles la recherche s’est effectuée ainsi que des problèmes pratiques rencontrés autour de trois points clefs : i) ma position et mon rôle en tant qu’observateur, mon rapport avec le terrain ; ii) les critères de validité et de fidélité de la recherche, du choix des sites observés et de l’échantillonnage des personnes ciblées à la production théorique et la généralisation des résultats ; iii) les questions d’ordre éthique dans le rapport entre un monde professionnel et une recherche scientifique. Il s’agira à travers une articulation entre d’une part la littérature existante, et d’autre part, le récit de mon expérience de sept années de terrain, de comprendre, dans un premier temps, les motivations et les limites à l’utilisation de l’observation participante dans le cadre d’une recherche. La méthode venant répondre aux particularités de l’objet. Puis, dans un second temps, d’expliquer les étapes et les outils de cette méthode originale. La méthode devenant alors l’objet de la recherche.

Une méthode pour un objet - Du choix de l’observation participante : justification, limites et définition

  • 10 L’expression « observation personnelle » est utilisée au départ par Webb (Webb, Webb, 1932, 50) et (...)

11Deux outils de la méthodologie qualitative sont à la disposition du sociologue : l’observation et l’entretien. Nous nous intéresserons dans ce débat tout particulièrement au premier d’entre eux : l’observation et à une des formes qu’elle peut prendre dans l’observation participante, l’observation directe ou observation in situ, en situation10.

12Mais quelles sont au juste les différentes formes que peut prendre l’observation et en quoi consiste celle que l’on nomme « participante » ?

13Il existe un débat de la communauté scientifique qui se retrouve en sociologie et en anthropologie sur les formes à donner à l’observation. Dans le cas de la « simple » observation, on se retrouve à l’extérieur du groupe pour le décrire. Dans le cas de l’observation participante, on cherche à s’intégrer au groupe, à en faire partie pour mieux l’étudier.

14Mais ce choix ne s’est pas fait au hasard, il a été lié à un constat tiré d’une première année de recherche un an avant l’entrée en doctorat. Il s’est aussi appuyé sur des textes princeps dont j’évoquerai les principaux points de controverse, avant de faire un bilan sur ce que je supposais faire ou ne pas faire, dans une attitude réflexive, sans savoir alors ce que j’allais pouvoir ou non réaliser.

Ce qui justifie le choix du passage d’une observation « simple », extérieure à l’objet, (complétée par des entretiens), à l’observation participante et ses limites

Une première année de recherche qui a permis de dégager cinq caractéristiques du champ de la sécurité

  • 11 Qu’il soit sociologue, ethnologue ou anthropologue.

15Mes premières recherches se sont fondées sur des terrains inconnus. J’avais pour tout outil mes doutes, mes questionnements et mes observations. L’observateur11, quand il arrive pour la première fois sur son terrain de recherche, ne connaît pas ce qui l’entoure. Il doit donc adopter une méthodologie qui lui permette de se rendre compte de la complexité d’un champ.

Un champ complexe : nombreux acteurs, nombreux espaces

  • 12 On trouvera une synthèse de cette première année de recherche in Diaz (1998 ; 2001).

16En janvier 1998, date du début de ma recherche12, je n’avais qu’une vague idée de ce que représentait la sécurité dans l’organisation de manifestations sportives ou culturelles. Mon point de départ était la loi d’orientation et de programmation de la sécurité (LOPS) du 21 janvier 1995 qui responsabilisait juridiquement les organisateurs privés et répartissait les compétences entre acteurs privés et publics suivant les espaces de la manifestation. A partir de cette loi et de ces conséquences, s’organisaient les compétences des différents acteurs suivant les espaces privés et publics de la manifestation. J’avais donc pour motivation de voir et d’analyser en pratique comment cette loi s’appliquait sur le terrain.

17La population ciblée par ma recherche (Troisième cycle universitaire de sociologie politique et politique comparée, Université de Paris X – Nanterre) comportait vingt personnes. J’avais dressé un organigramme des principaux acteurs intervenant dans le champ de la sécurité. Il s’agissait alors d’essayer de prendre contact avec eux et de les rencontrer. En huit mois, j’ai ainsi pu rencontrer les principaux responsables, de la sphère publique à la sphère privée, en passant par divers spécialistes des questions de sécurité. A cette fin, j’avais préparé une grille d’entretien avec des questions clefs suivant quatre axes : parcours et responsabilités, dispositifs de sécurité passifs et actifs, détermination des risques, interactions entre les acteurs. Je cherchais ainsi à comprendre le parcours des personnes, le chemin qui les avait amenées à avoir cette position, et leur rôle durant la manifestation. Par ailleurs, je tentais d’avoir la vision la plus précise des dispositifs mis en place, tels que définis par les acteurs, sur les aspects de sécurité (notamment, accueil du public, lutte contre le trafic de stupéfiants) proprement dits, mais aussi sur les aspects de secours (notamment, secours médical, lutte contre l’incendie, gestion de crise). En outre, mon attention se portait sur l’intérieur de l’espace privé et sur l’extérieur (stadiers, grillages, caméras de surveillance, poste de commandement, forces de l’ordre, etc.). Ensuite, j’essayais de me rendre compte suivant les acteurs quels étaient les principaux risques qui existaient pour eux pendant la compétition et quelle place ils leurs accordaient. Enfin, j’avais pour motivation de mettre en exergue les interactions qui pouvaient s’organiser entre les divers acteurs de la sécurité.

  • 13 Mendras, Oberti (2000, 133).

18C’est dans un rapport plus individualisé et profond avec la personne, grâce à l’entretien, que le sociologue tente de s’imprégner du sens que les acteurs donnent à leur pratique. Le défi consiste ensuite à dépasser les simples énoncés individuels pour faire émerger à partir d’extraits particulièrement éclairants des aspects fondamentaux qui permettent de comprendre le phénomène ou le groupe social étudié13.

19L’entretien était pour moi un outil privilégié afin d’obtenir des informations précises. Il s’agissait de repérer les personnes ressources, et de croiser les informations obtenues avec celles des autres acteurs du champ. Il me semblait essentiel, grâce aux entretiens, d’avoir une vision la plus exhaustive possible de l’ensemble des types d’acteurs représentés.

Un décalage entre un discours nécessairement simplifié (entretien) et la réalité du terrain

20Mais je ressentais, à travers ces entretiens, des limites pour la plupart influencées par des naïvetés qui peuvent séparer l’étudiant d’un professionnel. Les limites étaient dues également à la simplification du discours qui m’était donné du fait notamment du temps imparti à l’entretien.

21Je prenais aussi conscience des écarts entre le discours qui m’était donné (mais aussi les comportements, les positionnements, les attitudes, les actions et décisions, etc.) par les acteurs et les pratiques. Les acteurs tenaient ainsi plutôt un discours très positif de leur dispositif, de leur méthode, de leur fonctionnement. Ils n’évoquaient que très rarement les problèmes qu’ils rencontraient.

Une faible visibilité du champ de la sécurité : une revendication des acteurs de se protéger du regard extérieur (même si paradoxalement, il existe une dimension préventive à rendre visible certains dispositifs pour exercer une menace)

22Les limites résidaient aussi sur le questionnement de l’acteur interviewé quant aux motivations du chercheur. L’acteur interviewé se demande toujours légitimement comment son discours va être interprété, analysé et vers quelle finalité.

23Les responsables revendiquent fortement le droit de se protéger contre les regards extérieurs, alors que paradoxalement, il existe bien une dimension préventive de parler des dispositifs (notamment auprès des médias) : « se montrer pour ne pas avoir à intervenir ; se cacher pour intervenir ».

Des dispositifs inaccessibles tant qu’il n’existe pas de climat de confiance entre les acteurs et l’étudiant ou le chercheur

24L’étudiant, tout comme le chercheur doit ainsi, en quelque sorte faire ses preuves. Et c’est la variable temps, à travers notamment des écrits, des rencontres, des expériences qui vont donner une légitimité à la recherche et de ce fait, les bases à un climat de confiance. Au fil de la recherche, le chercheur qui acquiert de l’expérience, de la connaissance devient de moins en moins extérieur au milieu qu’il étudie. Son réseau de connaissance s’agrandit, moins « naïf », son questionnement devient plus pertinent et par là même plus légitime.

Une particularité de l’objet : la difficulté d’appréhender l’efficacité réelle si tout se passe bien

25Enfin, spécificité du champ « déviance et contrôle social », il est difficile pour une personne extérieure de se rendre compte des problèmes rencontrés, d’autant plus, lorsque l’objet en question témoigne de déviances marginales. Les spécialistes qui ont étudié de près les problèmes de sécurité qui se posent dans les foules ont noté que, contrairement à l’opinion répandue, les violences graves s’y produisent rarement ; la plupart se déroulant sans incident notable (Diaz (2003a et 2003b); Fillieule, Jobard (1998)).

Des textes princeps (notamment de l’école de Chicago) qui viennent critiquer ou légitimer le choix de l’observation participante

26On peut relever deux formes principales de critique reposant sur une double limite : ne voir qu’un point de vue, et donc avoir une sorte de « parti pris », un manque d’objectivité ; et, devoir mettre l’objet à distance afin de le voir comme un observateur et non comme un acteur.

27Durkheim (1895) considère que les descriptions de l’acteur sont trop vagues, trop ambiguës pour permettre au chercheur d’en faire un usage scientifique.

28Pour Bourdieu (1978, 68) le sociologue n’a quelque chance de réussir son travail d’objectivation que si, observateur observé, il soumet à l’objectivation non seulement tout ce qu’il est, ses propres conditions sociales de production et par là les « limites de son cerveau », mais aussi son propre travail d’objectivation, les intérêts cachés qui s’y trouvent investis, les profits qu’ils promettent.

29Deuxième limite mise en évidence par Bourdieu (1978, 67), on ne peut pas nier la contradiction pratique : chacun sait combien il est difficile d’être à la fois pris dans le jeu et de l’observer. Quand on joue on ne peut tout faire à la fois, on ne peut jouer et prendre le temps de voir ce que l’on fait.

30A contrario, plusieurs auteurs (notamment Chapoulie (1985, 1996, 2001), s’appuyant sur la tradition sociologique de l’école de Chicago, ont montré l’apport irremplaçable de l’observation en sociologie (à commencer par Thrasher (1927), Whyte (1943) et plus tard de l’observation participante (Anderson (1923) et d’une autre façon Shaw (1930, 1931), ou encore des interactionnistes théoriciens de l’étiquetage et disciples de Hughes (1996), mais aussi de Mead (1934), de Blumer (1962, 1969), et plus tard Becker (1963, 2002). On pourrait enfin ajouter des ethnométhodologues dans la suite des travaux de Garfinkel (1967) qui cherchent à appréhender la manière dont les acteurs construisent leur réalité au fil de leurs activités quotidiennes).

31Le sociologue doit cesser d’être un étranger observant des étrangers pour en rendre compte à d’autres étrangers (Coulon, 1992). Il doit rendre compte dorénavant d’observations qu’il a faites non pas comme un étranger à part entière, mais dans une certaine mesure en tant que membre d’un groupe (Hughes, 1996).

  • 14 Blumer (1962, 188).

Pour comprendre le processus (d’interprétation), le chercheur doit prendre le rôle de l’acteur dont il se propose d’étudier le comportement. Etant donné que l’interprétation est donnée par l’acteur, dans les termes des objets désignés et appréciés, de significations acquises et de décisions prises, le processus doit être considéré du point de vue de l’acteur (…). Essayer de saisir le processus d’interprétation en restant à l’écart, comme observateur dit « objectif », et en refusant de prendre le rôle de l’acteur, c’est risquer la pire forme de subjectivisme : celle dans laquelle l’observateur objectif, au lieu de saisir le processus d’interprétation tel qu’il se produit dans l’expérience de l’acteur, lui substitue ses propres conjectures14.

  • 15 Blumer (1966), trad. par Coulon (1992, 94).
  • 16 Hughes (1996, 267).

Il faut prendre le rôle de l’acteur et voir son monde de son point de vue. Cette approche méthodologique contraste avec la soi-disant approche objective, si dominante aujourd’hui, qui voit l’acteur et son action dans la perspective d’un observateur détaché et extérieur (…). L’acteur agit dans le monde en fonction de la façon dont il le voit, et non dont il apparaîtrait à un observateur étranger15. Il s’agit de les rencontrer là où ils se trouvent, de rester en leur compagnie en jouant un rôle qui, acceptable pour eux, permette d’observer de près certains de leurs comportements et d’en donner une description qui soit utile pour les sciences sociales tout en ne faisant pas de tort à ceux que l’on observe16.

  • 17 Hughes (1996, 276).

Le sociologue (note) désormais des observations à part entière du microcosme qu’il (étudie). Il (observe) en tant que membre d’un groupe mais, dès qu’il (objective) et (note) ses expériences, il (devient) nécessairement une sorte de témoin extérieur17.

  • 18 Poupart, Lalonde, Jaccoud (1997, 330).

32On est bien là au cœur de questions fondamentales du rôle du chercheur et de sa subjectivité dans la production de connaissance18.

  • 19 Ibid., 331.

Dans une perspective positiviste, la connaissance du réel passait nécessairement par une élimination des sources de biais possibles, dont ceux liés au statut et aux modes de pensée propres au chercheur. En d’autres termes, le chercheur, pour en arriver à une véritable connaissance objective de la réalité, devait faire preuve de neutralité et faire en sorte, par exemple, que des facteurs tels son appartenance culturelle ou sociale ne puissent intervenir d’aucune façon dans le processus de connaissance (…). Dans la littérature plus récente, on assiste à une tentative pour réhabiliter la place du chercheur comme acteur social dans le processus de recherche. La subjectivité du chercheur est vue non seulement comme inséparable du processus de construction et de production de données mais également comme une ressource en tant que telle dans le processus de connaissance, à la condition toutefois que le chercheur puisse demeurer critique de sa propre démarche et fasse constamment preuve d’une attitude réflexive concernant ses présupposés19.

Le choix d’un travail de terrain « actif » et « immergé », la multiplication des terrains et le changement d’activités à des positions hiérarchiques différentes, une alternance entre des phases d’observation, de réflexion et d’action

33Fort de ces connaissances, j’ai pris donc le parti de m’intégrer dans l’organisation de ces événements sportifs et culturels et d’étudier ces derniers à travers deux caractéristiques : la quotidienneté et la longue durée. Par ailleurs, il m’a fallu, pour limiter au maximum ces écueils, me faire accepter du milieu et créer une communication régulière et approfondie avec les différents acteurs du champ. Ce qui revient dans notre cas à créer un contact direct avec les terrains et les acteurs. Les mécanismes de sécurité, les modes opératoires, les relations humaines inter-groupes et en interaction avec les autres groupes sont complexes au point qu’il faille en faire partie pour pouvoir s’y intéresser. Ainsi, il a semblé essentiel d’appartenir à l’organisation même de l’événement. La connaissance de la complexité sociale passe par un contact direct avec les acteurs et l’étude objective de leurs pratiques.

34Selon la terminologie utilisée par Patricia et Peter Adler (1987) qui distinguent trois grandes catégories : i) rôle « périphérique » : en contact mais sans participer ; ii) rôle « actif » : avec participation et prise de responsabilité ; iii) rôle « immergé » comme un membre naturel avec les mêmes sentiments et poursuivant les mêmes buts que les acteurs du champ ; je me suis placé entre le rôle « actif » et « immergé ». « Actif » car à partir de 2000, j’agissais dans les groupes en tant que salarié avec plus ou moins de responsabilités et en ayant des relations de collègue à collègues ; « immergé », car plus qu’un travail salarié, l’événementiel pousse les gens à se dépasser, à adhérer à des idées, et ce dans un but commun, à savoir que le spectacle ait lieu.

35Par ailleurs, pour limiter le « parti pris », le manque d’objectivité ainsi que la distance de l’observateur, il m’a semblé pertinent d’essayer d’intégrer des positions diverses sur chacun des événements étudiés. Ce changement d’activités permettait par ailleurs de mieux comprendre les points de vue des différents acteurs de la sécurité (notamment entre les institutions publiques et les organisateurs privés). Il permettait de prendre une distance sur sa propre participation en intégrant les motivations des autres acteurs. Enfin, la multiplication des terrains, et qui plus est, sur de courtes périodes (spécificité de l’événementiel), permettait à chaque fois d’extraire systématiquement de la matière qui affinait l’analyse et permettait très rapidement de reprendre une distance par rapport à l’objet étudié.

  • 20 Hughes (1996, 275).

36Une autre manière de résoudre cette difficulté consiste à être participant et observateur à temps partiel, à être participant en privé et observateur en public, ou participant en public et observateur en privé20.

  • 21 Il convient de mentionner que la démarcation entre l’observation in situ et l’approche ethnographiq (...)

37Cette méthode d’observation in situ21 présente l’avantage de réduire les distances sociales qui peuvent séparer l’étudiant (ou le chercheur) du professionnel.

38La difficulté a été alors de mettre en pratique ces remarques et penser aux conditions de réalisation d’une observation participante.

Une méthode comme objet : Conditions et réalisation de l’observation participante

  • 22 On renverra le lecteur pour des développements à Diaz (2001, 2003b, 2005a et 2005b (à paraître)).

39Il peut apparaître délicat de séparer l’objet et les questions de recherche, d’une méthode, mais certainement plus autant quand la méthode est prise comme objet de recherche. C’est la motivation de cette seconde partie de ne pas chercher les questions théoriques qui ont motivé cette démarche et les perspectives qu’une telle méthode peut amener en terme de résultat22. Analyser un champ comme la sécurité est perçu comme extrêmement difficile (Bayley, 1994). Il faut donc que le chercheur se donne les moyens de pouvoir approcher la complexité du champ.

  • 23 Bouvier (2000).

40Je me suis inscrit dans une démarche relevant dans son intégralité de l’approche qualitative de la socio-anthropologie23. Les méthodes d’approche choisies sont donc devenues l’observation participante et l’entretien, et plus tard la comparaison. A partir de l’entrée en thèse en 1999, la dimension comparatiste est devenue primordiale. Celle-ci permet de dresser des taxinomies, des séquences puis d’établir des corrélations (Bouvier (2000, 56)).

  • 24 Schwartz, Schwartz (1955, 343).

41Au cours de la deuxième année de recherche doctorale, il a donc fallu progressivement changer de stratégie avec l’utilisation de l’observation participante. Ce dispositif était rendu possible par l’accès au terrain et reposait sur trois critères : l’expérience de l’observateur, sa conscience et sa personnalité24.

  • 25 Coulon (1992, 14).

Le chercheur ne peut avoir accès à ces phénomènes privés que sont les productions sociales signifiantes des acteurs que s’il participe, également en tant qu’acteur, au monde qu’il se propose d’étudier (…). L’interactionnisme symbolique soutient que c’est la conception que les acteurs se font du monde social qui constitue, en dernière analyse, l’objet essentiel de la recherche sociologique25.

  • 26 Blumer (1969, 5).

42Les significations sociales doivent être considérées comme produites par les activités interagissantes des acteurs26. Ce qui implique pour l’observateur qui se propose de comprendre et d’analyser ces significations, qu’il adopte une posture méthodologique qui autorise cette analyse.

Une accessibilité des métiers de la sécurité privée qui rend possible une observation de plus en plus participative avec l’objet étudié

  • 27 Cela aurait été beaucoup plus difficile à accomplir si je m’étais intéressé au métier de médecin, a (...)

43Ma recherche s’est située, entre 2000 et 2004, comme une enquête de plus en plus participative. C’est l’une des spécificités de celle-ci, qui, après l’étape de socialisation avec le milieu étudié, s’est tournée vers la volonté d’accomplir par soi-même certaines activités dont je me proposais de rendre compte. Ceci étant rendu possible par l’accessibilité27 aux divers métiers de la sécurité privée et plus généralement aux fonctions liées à l’organisation de la sécurité des manifestations sportives et culturelles.

Les trois critères selon Schwartz et Schwartz (1955) : la personnalité de l’observateur, son expérience, et sa conscience

La personnalité et la formation de l’observateur : une socialisation avec le milieu étudié

  • 28 Peretz, (2004, 52).
  • 29 Chanteur de rock pendant trois ans avec plusieurs concerts dans des salles de 50 à 500 personnes ; (...)
  • 30 Passionné depuis la plus tendre enfance par de nombreux sports, en lecteur attentif de journaux spé (...)

44Comme le soulignait Wax (1971), tous les observateurs ne sont pas interchangeables et les caractéristiques de chacun déterminent en partie les milieux qui lui sont accessibles28. La première étape de la réalisation d’une observation repose sur les relations du chercheur avec le milieu à observer : ses relations extérieures existantes ou pas ; et les caractéristiques propres du chercheur (sexe, âge, ethnie, classe sociale). Si comme je l’ai souligné, je n’avais que très peu de connaissance avec le champ du contrôle social et des déviances, en revanche, je connaissais très bien le milieu sportif et culturel (principalement musical), pour en avoir été acteur29 et consommateur30.

  • 31 Le Printemps de Bourges et les Eurockéennes de Belfort ont fait l’objet d’une étude en 1999, 2000, (...)
  • 32 Pour les aspects techniques au Printemps de Bourges en tant que régisseur des commissions de sécuri (...)
  • 33 Chapoulie (1984, 597).
  • 34 L’analyse serait incomplète si elle ne spécifiait pas qu’une des conséquences (et non une des cause (...)

45Par ailleurs, en reproduisant les terrains d’une année sur l’autre31, il a pu être possible d’acquérir une formation dans certains domaines32 et d’intégrer plusieurs postes. C’est toute la spécificité de cette démarche méthodologique qualitative que d’avoir évolué vers une démarche participative au fil de la recherche. Et ce, non pas dès le départ de celle-ci, comme ont pu le faire Roy (1952, 1954) (qui) travaillait à la chaîne avant d’entreprendre son étude sur le freinage, Becker (1963) (qui) était pianiste de jazz avant d’entreprendre son étude republiée dans Outsiders, Dalton (1959) (qui) était cadre dans une entreprise, Davis (1959) (qui) était chauffeur de taxi pour payer ses études33, et plus récemment, Esterle-Hedibel (1995) qui se plaçait en tant qu’éducatrice de rue, ou Bossis (2003) en tant que greffier ; mais bien, cette fois-ci, année après année, manifestation après manifestation, du simple poste d’observateur à des postes très peu qualifiés (agent de sécurité), puis de postes très peu qualifiés à des postes à responsabilités (régisseur de lieu, coordinateur de la sécurité)34.

L’expérience : des critères de validité fondés sur le changement d’activité, la multiplication des terrains, la distanciation recherche active/travail théorique, la quotidienneté et la longue durée

46Il m’a donc semblé pertinent d’essayer d’intégrer des positions diverses sur chacun des événements étudiés. Au-delà des quelques expériences présentées pour mieux se rendre compte des différentes fonctions occupées, il s’agit de comprendre la trajectoire et son évolution, la part entre le hasard et les stratégies délibérées dans le choix des positions occupées, ainsi que les contraintes imposées par les fonctions.

  • 35 Sur ce point, on ne peut détacher la méthodologie de l’objet et des questions de recherche s’y ratt (...)

47J’avais une stratégie délibérée dans le choix des terrains motivés par quatre critères principaux : la manifestation est susceptible de réunir un grand nombre de personnes ; l’événement fait l’objet d’enjeux (médiatiques, économiques, politiques, sportifs et culturels) importants ; les sites et les spectacles sont considérés comme des références en termes de gestion de la sécurité ; le calendrier sportif et culturel et mes disponibilités entre 1998 et 2004. J’avais ensuite une stratégie délibérée avec la volonté d’occuper des fonctions qui touchent les problèmes de sécurité et de secours. Mais l’on peut parler de hasard lié au contexte des manifestations, des besoins de l’organisateur. Le hasard certainement présent au début de la recherche dans les premières fonctions occupées, s’est estompé au fil des années où la personnalité, l’expérience et les motivations de la recherche35 ont permis davantage de liberté (même si on ne peut nier que ces caractéristiques entraînaient du même coup des contraintes) dans les choix des fonctions. Il y avait un souci d’exhaustivité dans les postes occupés. On a ainsi cherché à occuper des fonctions qui permettaient de mieux saisir les enjeux liés à la sécurité passive (structures, architecture, tribunes, etc.) sur un événement (Printemps de Bourges 2000 et 2001), les enjeux liés à la sécurité active (dispositif humain, métiers de la sécurité privée à des positions et niveaux hiérarchiques différents, etc.) sur un autre événement (Eurockéennes de Belfort 1999, 2000, 2001, 2002), les enjeux liés aux interactions entre acteurs privés et publics et la négociation entre ces acteurs (Aurillac 2000 et 2001 ; Vieillies Charrues de Carhaix 2001 et 2002). En ce sens, il y avait une recherche d’exhaustivité des fonctions touchant à la sécurité dans le champ privé.

Régisseur des commissions de sécurité puis régisseur de lieu au Printemps de Bourges

48J’avais observé le festival du Printemps de Bourges en 1999, en tant que festivalier, et je me rendais compte qu’il m’était difficile d’avoir une vision objective de ce qui se passait en terme de sécurité. Je pouvais noter un certain nombre d’éléments comme le nom des sociétés intervenant, leur position à un temps t, leur attitude à l’égard du public, etc. Je pouvais, de même, observer les lieux où les forces publiques agissaient, leurs diverses actions, etc. Il m’était, en revanche, impossible d’avoir une vision de l’ensemble des dispositifs, de connaître le nombre exact des personnes évoluant sur le site, les problèmes rencontrés sur l’ensemble de la manifestation, les interactions entre chacune des institutions. C’est pourquoi en rencontrant, à la fin du festival, le directeur technique, je lui ai proposé mes services pour l’année suivante à la lumière de mes deux précédentes années de recherche.

49A cette époque, le festival rencontrait des problèmes avec les pouvoirs publics pour les commissions de sécurité. Depuis les incidents de Furiani, le 5 juin 1992, ces commissions de sécurité avaient été rendues obligatoires. Une commission, composée de représentants du préfet, du maire, de la prévention secours, de la direction départementale de l’équipement, passait ainsi chaque jour de la durée du festival et remettait un certain nombre d’éléments en cause pour des questions de sécurité. L’examen portait sur le respect des règles applicables en matière de sécurité incendie, de risque de panique et d’accessibilité au public, et, notamment, pour les personnes à mobilité réduite. Par ailleurs, cette commission demandait beaucoup de temps au directeur technique qui devait la suivre tout au long de l’après-midi afin de procéder avec elle aux modifications nécessaires à la mise en sécurité du site. Ainsi, le directeur technique me demanda d’être le régisseur des commissions de sécurité et de répondre au mieux aux attentes de celles-ci. Cette position me convint parfaitement car elle me permit de m’intégrer dans l’organisation du festival à un poste à part entière et de surcroît à une position centrale dans les interactions qui pouvaient exister entre les pouvoirs publics et une organisation privée. Elle me permit d’avoir accès à toutes les informations nécessaires et d’assister à toutes les réunions de préparation et de bilan de la manifestation. Je me trouvais donc, comme je l’avais espéré, au cœur de l’événement, à une fonction où je devais connaître l’ensemble des structures et l’ensemble des responsables de chaque lieu. Ma fonction consistait à accompagner dans tous les lieux du festival la commission de sécurité, de servir d’intermédiaire entre la commission et le régisseur de lieu, et de servir d’interlocuteur pour toutes les modifications nécessaires afin que les obligations légales soient respectées. J’ai occupé ce poste deux années consécutives en 2000 et 2001.

50En 2002, la Maison de la Culture de Bourges me proposa de gérer avec ses deux salles de spectacles de 1 000 et 500 places, l’accueil public et la billetterie, les salles de réception, la cafétéria, l’antenne de France Inter pour les directs, etc. Cette fonction de régisseur de lieu consistait à la fois à être le responsable du bâtiment dans lequel je travaillais, et du personnel que j’encadrais. Au total, entre les personnes d’entretien, les agents de sécurité privée, le personnel pour le contrôle des accès, le contrôle des billets, etc., pas moins de 40 personnes étaient sous mon contrôle pour gérer le lieu. J’ai pu ainsi me rendre compte du rôle d’un régisseur, dans l’accueil et la sécurité du public et des artistes, dans l’entretien du lieu, dans le contrôle des heures du personnel, dans la gestion des flux des personnes et des divers problèmes rencontrés avec le public. Je sortais ainsi du seul cadre de la sécurité pour m’intéresser à d’autres questions qui d’une manière ou d’une autre pouvaient avoir des conséquences sur celle-ci. Je devais par exemple veiller aux différentes tâches du personnel et son rôle, comme sa bonne tenue vestimentaire, son amabilité et sa courtoisie envers le public, m’assurer du bon état des lieux des salles, assurer un contrôle avec un système de fouille et de consigne pour un certain nombre d’objets.

51Enfin, j’eus à loisir la possibilité de rencontrer les principaux acteurs de la sécurité de l’événement en dehors du festival, et notamment le responsable de la société de sécurité privée, le responsable des secours et de la prévention, le sous-préfet, directeur de cabinet du préfet. Ces entretiens me permirent d’affiner ma recherche et de rentrer pleinement dans le cœur du sujet, en distinguant mon travail durant le festival et mes questions de recherche de thèse avec l’avantage du vécu et des problèmes réels rencontrés lors du festival.

Agent de sécurité privée et assistant du responsable de la sécurité du festival des Eurockéennes de Belfort

Un premier entretien pour déblayer le terrain

52Suivant la même méthodologie, quatre mois avant le début du festival, je demandais à rencontrer le directeur technique. Sur un festival, le directeur technique coordonne toute la logistique du site. C’est lui qui organise et gère tous les aspects liés à la gestion du matériel, au montage des structures et à la gestion du personnel. De lui dépendent notamment toutes les questions de sécurité tant au niveau des structures que du personnel de sécurité. Mais, comme je l’avais constaté précédemment, le « simple » entretien, même de trois heures, montrait ses limites et je demandais donc la possibilité d’analyser les dispositifs de sécurité pendant le festival.

La rencontre avec un responsable de la sécurité d’un festival : sa fonction et ses missions

53Je fus accueilli par le responsable de la sécurité, deux jours avant le début du festival. J’appris par la suite que notre rencontre ne devait durer qu’une heure et qu’ensuite il avait le choix de me laisser à mon triste sort au milieu du public pour le reste du festival. Mais les choses se passèrent autrement et j’eus la chance de pouvoir suivre ses moindres faits et gestes, 20 heures sur 24. En échange, je lui servis de conducteur de véhicule, de secrétaire et d’aide mémoire et nous nouâmes une véritable relation de travail.

54En cinq jours, il m’apprit comment un responsable de la sécurité gérait la sécurité d’un festival, quels dispositifs il adoptait, comment il gérait un conflit, comment il nouait des relations avec les pouvoirs publics. Il me montra l’importance du travail en amont, avec l’évaluation des risques, la participation aux réunions de préparation avec les services de la sécurité publique, le choix des organismes de sécurité privée intervenant et ses exigences. Il m’enseigna sa mission de coordination avec la gestion de 120 agents de société de gardiennage répartis sur les campings, aux entrées, sur le site, et des 50 agents des forces de secours ; son rôle d’interface avec les pouvoirs publics, et sa gestion des points de tension. Enfin, il me permit d’assister aux diverses réunions pendant le festival et à celles de bilans par retour d’expériences. J’eus ainsi une vision globale des problèmes de sécurité rencontrés sur un festival en étant placé en son cœur puisque tout passait par lui.

Mes premières fonctions d’agent de sécurité : le gardiennage d’un espace

55L’année suivante j’intégrais sa société de gardiennage en tant qu’agent de sécurité à part entière, avec un rôle d’assistant en dehors des 12 heures de travail journalier. Ma première expérience a été de rester dans un sous-bois pendant trois jours. Je voyais à peine vingt personnes par jour et aucune personne du public, des commanditaires pour la plupart. Je n’ai rien appris de la fonction d’un agent. A part certainement l’humilité, mais en jouant ce rôle cela m’a très certainement amené la confiance du responsable de la sécurité.

56La seconde année, j’eus davantage la possibilité de me rendre compte à temps plein de la mission d’agent de sécurité avec diverses fonctions dans la zone VIP. En dehors de mes heures de gardiennage je retrouvais mon travail d’assistant, avec des interventions sur tout le site. Plus le temps passait et plus il me formait, plus il me confiait des tâches et plus les tâches étaient importantes. Cela allait de la distribution d’objets (extincteurs), à une vérification de « l’étanchéité » du site entre la zone public et la zone de secours, la distribution de messages à des agents de sécurité, etc. L’année suivante, je gardais le même type de fonction sur une entrée de zone entre l’espace public et l’espace VIP, et j’effectuais toujours un travail d’assistance en dehors des heures d’ouverture du site au public. Ma position en tant qu’agent de sécurité me permit de me rendre compte du regard du public vis-à-vis d’un simple agent de sécurité gardien d’un espace. Je compris, notamment, la difficulté de rester calme et accueillant face à un public hétérogène.

Une fonction nouvelle en 2002 : la « volante »

57A côté de postes fixes de gardiennage de zones, coexiste la fonction de « volante » qui comme son nom l’indique est, à l’inverse, en mouvement sur l’ensemble du site. C’est en quelque sorte un groupe d’agents (5 en 2001, 3 en 2002) qui répondent à tous les besoins et à toutes les missions. Ils sont par exemple appelés, pour un débordement en devant de scène, pour une altercation entre deux personnes, pour renforcer une zone, etc. Ils ont surtout pour mission première de limiter la revente de produits stupéfiants (principalement cannabis et ecstasy) en interpellant les revendeurs sur le site. C’est en 1999 que les pouvoirs publics ont fait le constat d’une forte présence sur le site de revente de produits stupéfiants (vente et consommation). L’année suivante, sous l’impulsion de la préfecture, le responsable de la sécurité du festival a donc proposé de mettre en place une équipe d’agents pour interpeller les dealers en flagrant délit de vente et les remettre en dehors du site entre les mains de la gendarmerie pour faire constater les faits. A travers cette expérience, j’ai donc été placé au cœur d’un travail de partenariat entre les forces publiques et l’organisateur privé. J’ai pu analyser les rôles de chacun, les modes opérationnels mis en place et les résultats de telles procédures.

Conseiller technique pour la ville d’Aurillac

58Les premières manifestations étudiées avaient été observées du point de vue de l’organisateur privé, il m’importait aussi de le faire du point de vue d’un autre acteur essentiel : la ville. Celle-ci était d’autant plus impliquée dans la gestion de l’événement que la majorité des manifestations se déroulaient dans le centre-ville sur des places aménagées ou des sites particuliers comme les cours d’écoles, les gymnases, les squares ou au hasard des rues.

59Le secrétaire général avait en charge, l’organisation de la manifestation pour les missions incombant à la ville. Ce fut donc mon premier interlocuteur pour balayer les diverses questions des dispositifs de sécurité et des interactions qui existaient entre les différents acteurs de la sécurité. Il fut aussi pendant le festival mon principal interlocuteur. Il me proposa ainsi de l’assister lors du festival et de lui servir de conseiller pour les questions de sécurité. Je pus donc pendant l’ensemble de la manifestation voir quelles étaient les missions d’une mairie dans l’organisation de la sécurité, des secours et de la prévention. Ses missions étaient de trois ordres : la circulation des voitures et des piétons et le stationnement des véhicules assurés par la police municipale ; le nettoyage de la voirie assuré par les services techniques de la ville ; la prévention et la lutte contre les trafics de produits stupéfiants et notamment l’accueil des populations dites « en errance ».

Coordinateur de la sécurité et des secours du festival des Vieilles Charrues de Carhaix

Une première année pour définir les besoins et les réponses à apporter

60J’ai tenu à garder ce festival pour la fin. C’est la dernière manifestation suivie avant la rédaction de la thèse, mais surtout, il représente l’événement où ma position en terme de responsabilité fut la plus importante, et parce qu’il a fait l’objet d’un travail régulier de préparation sur une année entre l’édition 2001 et 2002.

61Alors que le festival des Eurockéennes de Belfort était resté pendant des années le plus important en terme de public accueilli jusqu’au milieu des années 90, le festival des Vieilles Charrues était devenu en quelques années le plus important festival en France à la même période. Pour compléter mes terrains il semblait donc pertinent d’y participer.

62Je rencontrais deux mois avant le festival le directeur de production, et lui faisais part de mes quatre années de recherche, de ma participation dans différents festivals et manifestations sportives, et de mon envie de m’impliquer dans l’événement. Le responsable de la sécurité sur les extérieurs venait de partir, le poste était donc vacant et je fus désigné pour assurer son remplacement.

63Dans la réalité, la fonction était mal définie et ma position évolua suivant les besoins du terrain et les objectifs que je me fixais. Mes quatre années de recherche m’avaient amené à repérer des cadres de travail, des manières d’être par rapport aux personnes, la détermination de principes de mise en sécurité d’un site, de modes de réponses à apporter en matière de secours et de sécurité. Il fallait par ailleurs que je définisse mon travail par rapport aux personnes existantes et leurs missions. Je mis quinze jours à trouver ma place et montrer la nécessité de créer un poste de coordinateur de la sécurité.

Une fonction de coordinateur de la sécurité

64En tant que coordinateur, j’avais en charge l’ensemble des questions de sécurité, de secours et de prévention. Me revenaient de surcroît la conception du dossier de sécurité et le travail de mise en interaction de l’organisateur privé du festival avec les pouvoirs publics et principalement la gendarmerie nationale et les services départementaux d’incendie et de secours. Mon travail commença donc dès le mois d’octobre 2001 par un bilan avec les principaux responsables de l’organisation privée et spécifiquement tous les aspects techniques. J’étais impliqué sur tous les thèmes de travail : sécurité, parkings, campings, montage et services techniques. Une fois les bilans dressés commença le travail de préparation pour l’édition 2002. Le directeur général me confia aussi la rédaction du dossier de sécurité qui est le document de base donné aux pouvoirs publics un mois avant le début de la manifestation pour présenter l’événement. La constitution de ce rapport m’amena donc à réfléchir sur toutes les questions liées à la sécurité d’un événement et elle me permit de créer des relations étroites auprès des pouvoirs publics dont j’étais avec le directeur général l’interlocuteur privilégié. Ce rapport se présentait en douze points : la présentation du festival, la programmation artistique, des informations pratiques, l’organisation générale avec les différents interlocuteurs pour les pouvoirs publics, la délimitation du site et de son environnement, la chaîne d’organisation de la sécurité (les missions du coordinateur de la sécurité, du responsable de la sécurité et du chargé de sécurité, le PC sécurité, la gendarmerie), la chaîne d’organisation des secours, les moyens de secours du site, les moyens de communication, les services de sécurité privée, les textes réglementaires et les divers plans. J’intervins également dans le choix des sociétés privées. Des problèmes aux entrées en 2001 nous amenèrent à changer la société intervenante. Je conseillais de prendre la même société employée sur le Printemps de Bourges dont je trouvais le travail très professionnel. De même, on utilisa la même équipe d’agents des Eurockéennes de Belfort pour essayer de limiter la présence de revente de produits stupéfiants sur le site. La même procédure et la même coordination avec les pouvoirs publics furent utilisées.

  • 36 Les chercheurs étudiants des populations ou des situations qui leur sont familières doivent substit (...)

65On voit à travers ces différentes expériences l’importance du changement de poste, du changement de point de vue, pour obtenir l’information la plus proche possible de la complexité du champ étudié. Je n’étais pas « familier »36 de ces situations et je pouvais reprendre de la distance à chaque fin d’événements étudiés, qui étaient très courts dans le temps. Un autre avantage est d’avoir étudié ces différentes manifestations avec des positions hiérarchiques différentes. Des situations proches du terrain, comme celle d’agent de sécurité, à des positions plus éloignées comme celle de régisseur de lieu ou de conseiller technique, ou encore à responsabilité comme la coordination de la sécurité sur les Vieilles Charrues. A ces positions correspondent des points de vue différents. Mais l’on pourrait opposer le piège d’une observation active avec la possibilité de prise de décision (qui reste, somme toute faible au regard des contraintes des fonctions et du nombre d’acteurs représentés). On pourrait parler en ce sens d’une position où la marge de manœuvre serait de moins en moins importante du fait notamment de la confidentialité des informations recueillies plus on monte dans la hiérarchie. Or, le poids de responsabilités dans le cadre d’une fonction n’enlève pas le fait de la réflexivité sur la fonction une fois la manifestation passée. Pour autant, en tant que décideur, en tant que partie prenante à la négociation, je perds une forme de neutralité. Je suis tenu par des exigences de mes employeurs. Ainsi, afin d’atténuer le piège de cette position, j’ai donc pris le parti par la suite d’agir davantage en tant que conseiller en laissant le soin à des décideurs d’agir. C’est notamment cette position qui a été adoptée sur le Festival International de Jazz et les Francofolies de Montréal en 2004. Le conseil permet de pouvoir donner l’ensemble des possibilités pour évaluer et mettre en place des dispositifs, intégrer notamment l’ensemble des points de vue des participants à la négociation. On ne prend ainsi pas le parti de l’un ou de l’autre des acteurs.

La conscience : la difficulté de préserver des objectifs de neutralité scientifique avec les exigences d’une activité professionnelle

66Comme toute recherche qui porte sur des individus et des groupes sociaux, sur les acteurs et leur pratique, mon travail a soulevé des problèmes éthiques et déontologiques. En m’intéressant aux acteurs, aux institutions de sécurité tant privées que publiques et en devenant sur la fin de la recherche un acteur à part entière du champ de la sécurité, j’ai dû faire face à certains « compromis ».

67J’étais ainsi sur un domaine, la sécurité, où certaines informations ne devaient pas sortir, et donc rester confidentielles. Il y avait ainsi un devoir de réserve sur certains dispositifs. Mais les choses étaient claires avec mes interlocuteurs. Les articles que j’écrivais leur étaient automatiquement transmis avant une éventuelle publication. Le but de ma recherche était bien clair et défini, même s’il y avait une relation à partir de la deuxième année d’employeur/employé. Ma présence était là dans l’unique but d’une recherche doctorale et j’étais considéré en tant que tel.

68Là où la dimension éthique a été la plus sensible, a été sur un point soulevé par Tremblay (1985, 31) : le fait de ne pas prendre parti. En travaillant sur la problématique de la gestion des risques, mon travail entraînait une modification dans les rapports entre les différents acteurs notamment privés et publics (Sabourin, Grenier, 1993). Je participais à la mise en place de dispositifs, de stratégies d’action qui avaient des répercutions dans le champ.

69Le fait, enfin, d’avoir mis en place une équipe d’intervention pour interpeller les « dealers » sur les sites pose un problème éthique, où l’observateur participant doit séparer sa posture de chercheur de celle du salarié cherchant une solution au problème des acteurs privés et publics de la sécurité. 

La réalisation de l’observation : des étapes indissociables d’interactions avec le milieu, d’entretiens, d’observations, de rédactions de notes, de lectures diverses

  • 37 Peretz (2004, 53-78), distingue : l’observation clandestine en milieu fermé, l’observation à découv (...)

70Suivant la distinction que fait Peretz (2004, 71)37, j’ai observé à découvert des organisations formelles. Et je vais essayer de manière synthétique de faire un récit systématique et le plus complet des différentes étapes de mon observation, ce que Péretz souligne comme semblant faire défaut dans la recherche.

71- Relations antérieures au milieu à observer

72Dorénavant même si le mot me déplaît, on peut dire que j’ai acquis une certaine forme d’expertise dans un champ où on constate un fonctionnement par tâtonnement d’après l’expérience vécue des différents membres de l’organisation. Mais l’on connaît assez mal ce qui se fait ailleurs essentiellement par manque de temps. Le fait d’avoir travaillé sur plusieurs terrains donne un intérêt aux acteurs d’avoir un œil extérieur à leur organisation pour évaluer leur travail et y apporter des améliorations.

73- Entrée dans le milieu

74Cela facilite l’entrée dans le milieu et permet de négocier avec les responsables. Il y a ainsi une sorte de « donnant-donnant » : l’accès au terrain, aux personnes, aux informations contre du conseil. Cela suppose alors d’être conscient du côté où l’on se trouve : acteurs privés ou acteurs publics par exemple dans le cas de l’organisation de ces spectacles.

75Mais contrairement, par exemple, à mon expérience en France où j’étais salarié, à Montréal, j’étais complètement indépendant, libre de mes mouvements, de mes rencontres, de mon emploi du temps par exemple.

76La position de chercheur donne une légitimité aussi tout autre qu’une société de conseil en sécurité qui peut avoir des intérêts (par exemple économique) à donner tel ou tel conseil.

77- S’établir dans l’organisation et développer des relations : observer, écrire (la prise de notes, l’enregistrement et la grille d’observation), analyser et présenter les résultats (les différences entre des attentes académiques et professionnelles).

78Il y a d’abord un rôle défini par les observés à l’observateur. Puis le travail de terrain proprement dit commence. Il s’agit d’essayer de comprendre l’espace, les acteurs évoluant dans l’espace, l’organisation, d’abord de manière grossière, puis, de plus en plus finement. Il y a alors un va-et-vient constant entre de l’observation, des entretiens plus ou moins formels, de l’analyse de documents. Le fait d’être légitimé par l’organisation permet la prise de notes, l’enregistrement et facilite les premiers contacts même si certains peuvent se ressentir d’une présence extérieure dont ils ne connaissent pas toujours les motivations « cachées » ou qu’ils peuvent supposer « cachées ». Il s’agit de traiter tout le monde de la même manière et de gagner la confiance pour en savoir davantage. Et il n’y a pas de secret, c’est le temps, l’investissement personnel qui facilite les rapports.

79Le fait d’avoir travaillé sur plusieurs années et sur plusieurs terrains permet aussi de savoir où et quoi regarder. La grille de lecture constituée au cours de la thèse permet d’aller plus vite dans le recueil de données. On y adjoint un journal, un carnet de route ou encore une enregistreuse pour compléter le tout.

80Puis, vient le temps de la présentation des résultats avec des finalités différentes suivant que l’on s’adresse à un milieu universitaire ou professionnel, avec la limite de la confidentialité à respecter pour ne pas s’exclure du champ. C’est un moment extrêmement délicat où la légitimité de la recherche est en jeu et qui va ou non donner les bases de recherches plus approfondies et sur du long terme qui est un fondement de l’observation participante.

  • 38 Diaz (2001, 2003b, 2005a et 2005b (à paraître)).
  • 39 Beaud, Weber (1998, 9-11).

81On pourrait opposer à cet article le fait de ne pas s’être penché sur une analyse des données ethnographiques. Qu’est ce qu’une telle méthode apporte en terme de résultat ? Ce n’était pas sa motivation et je renverrai le lecteur à des articles déjà parus (ou à paraître) dans des revues38. On ne peut détacher la méthodologie de l’objet et des questions de recherche s’y rattachant. L’enjeu de cette recherche était de faire avancer les connaissances sur la gestion et les pratiques de sécurité lors de grands rassemblements de foule. L’objectif consistait à mettre à jour la répartition négociée des responsabilités entre les divers acteurs (privés et publics) impliqués dans la sécurité de ces événements et de découvrir les dispositifs techniques et humains mis en place pour prévenir les accidents, les infractions et les violences. Il s’agissait de répertorier les savoirs et savoir-faire ; de déterminer les mesures préventives efficaces et celles qui ne l’étaient pas. L’ethnographie cherche avant tout à comprendre, en rapprochant le lointain, en rendant familier l’étranger (…). L’ethnographe est par définition celui qui ne se contente pas de visions en surplomb, qui ne se satisfait pas des catégories déjà existantes de description du monde social (catégories statistiques, catégories de pensée dominantes ou standardisée). Il manifeste un scepticisme de principe à l’égard des analyses « généralistes » et de découpages préétablis du monde social. L’ethnographe se réserve le droit de douter a priori des explications toutes faites de l’ordre social. Il se soucie toujours d’aller voir de plus près la réalité sociale (...). C’est cette curiosité qui (conduit) à pousser l’investigation, à observer dans le détail, à procéder par plans rapprochés ou zooms là où d’autres sociologues regardent, systématiquement, de plus haut et de plus loin39. Sur le seul thème de la négociation des responsabilités et des rôles des institutions et des acteurs dans le champ de la sécurité, il m’a semblé nécessaire d’adopter une méthode qui permette de comprendre les enjeux de cette négociation, les jeux de pouvoirs et d’intérêts, en s’immergeant dans le quotidien de ces organisations, au travers notamment des réunions de préparation.

  • 40 Jaccoud, Mayer (1997, 243).

82Seconde limite, dans un sens, mon implication de chercheur au sein des acteurs de la sécurité était telle, qu’elle m’obligeait à prendre des décisions pour répondre aux attentes de l’organisation avec les moyens qu’elle me donnait et le plus souvent sur du court terme. Mon travail de chercheur reprenant tout son sens, dans les moments hors événement, en m’obligeant à rester constamment à l’affût de nouvelles idées et de questions à vérifier40 et à travailler sur du long terme. Du fait de ma position et de mon implication personnelle, j’ai modifié des éléments dans la gestion de l’événement proprement dit. Cela concerne tout particulièrement les deux derniers festivals dans lesquels j’ai travaillé : Printemps de Bourges et Vieilles Charrues de Carhaix. Parce qu’en gérant pour la première fois un lieu dans toutes ses dimensions (artistique, accueil du public, communication, gestion du personnel, etc.), j’ai pu intégrer la dimension sécurité aux autres dimensions, en en faisant un élément à part entière. Il s’agissait d’accueillir les personnes dans un espace, de leur faire partager des émotions lors d’un spectacle et de les rendre quelques heures plus tard en toute sécurité à la rue qui les avaient amenées. J’avais eu en tête pendant quatre années le mot de sécurité à travers ce que m’en donnaient les acteurs, et en une dizaine de jours j’ai dû moi-même me positionner afin d’organiser l’espace et en assurer la sécurité. La difficulté était notamment d’intégrer à un dispositif opérationnel des débats théoriques comme l’équilibre entre liberté et sécurité, gérer des risques réels : accueillir le public et prévenir des crises potentielles : sécuriser le public, négocier les rôles et les responsabilités entre les différents acteurs et la problématique de la nouvelle gouvernance de la sécurité.

83Le chercheur, le sociologue par son action sociologique, peut endosser ces fonctions. Il ne doit pas rester dans sa « tour d’ivoire ». Il doit faire évoluer son rapport avec les praticiens afin qu’émergent des réponses aux problèmes de société.

84Enfin, l’observation participante pas plus qu’aucune autre méthode de recherche ne peut toutefois prétendre à une quelconque exclusivité. D’autres approches doivent être utilisées. Je me rends ainsi compte des limites à la seule approche qualitative. Et l’utilisation d’outils comme l’analyse des réseaux, la cartographie, la constitution de bases de données sur les problèmes rencontrés, par exemple, me semblent nécessaires pour tenter de rendre compte de la complexité d’un champ comme la sécurité et à terme, notamment, d’évaluer les dispositifs mis en place.

Haut de page

Bibliographie

Adler P. A., Adler P., 1987, Membership roles in field research, qualitative research methods, vol.6, Newbury Park, Sage.

Anderson N., 1923, Le Hobo, sociologie du sans-abri, traduction par Annie Brigant, Paris, Nathan, Coll. Essais et Recherches, 1993.

bayley d., 1994, Police for the future, New York, Oxford University Press.

Beaud S., Weber F., 1998, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

becker h., 2002, Les ficelles du métier – Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Guides Repères, Paris, La Découverte.

Becker H., 1963, Outsiders, New York, Free Press, tr. Fr. Outsiders, Etudes de sociologie de la déviance, préface de Chapoulie J. M., Paris, A. M. Métailié, 1985.

Blumer H., 1969, Symbolic interactionism : perspective and method, Englewodd cliffs, NJ, Prentice Hall.

Blumer H., 1966, Sociological implications of the thought of George Herbert Mead, American Journal of Sociology, 71, 5, 535-544.

Blumer H., 1962, Society as symbolic interaction, in ROSE A. M., Human behavior and social processes. An interactionist approach, London, Routledge and Kegan Paul, 179-192.

Bossis r., 2003, La question de la professionnalisation des greffiers, Thèse pour le doctorat de sociologie préparée sous la direction de ROBERT Ph., Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines.

Bourdieu P., 1978, Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections, Actes de la recherche en sciences sociales, 23, 67-69.

Bouvier P., 2000, La socio-anthropologie, Paris, Armand Colin/HER, Coll. Sociologie.

Chapoulie J. M., 2001, La tradition sociologique de Chicago 1892-1961, Paris, éditions du Seuil.

Chapoulie J. M., 1996, Hughes, Everett Cherrington. Le regard sociologique: essais choisis, textes rassemblés et présentés par CHAPOULIE J.-M., Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Chapoulie J. M., 1985, « Préface », in BECKER H. S., Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 9-22.

Chapoulie J. M., 1984, Everett C. Hughes et le développement du travail sur le train, Revue française de sociologie, 25, 4, 582-608.

Coenen-Huther J., 1995, Observation participante et théorie sociologique, Paris, Editions l’Harmattan, Coll. « Logiques sociales ».

Coulon A., 1999, Ethnométhodologie, in AKOUN A., ANSART P., Dictionnaire de sociologie, Tours, Le Robert/Seuil, 201-202.

Coulon A., 1992, L’école de Chicago, Paris, PUF, Coll. « Que sais-je ? », n°2639.

Dalton m., 1959, Men who manage, New York, Wiley.

davis f., 1959, The cabdriver and his fare : facets of a fleeting relationship, American journal of sociology, 65, 2, 158-165.

Diaz F., 2005a, Echapper aux mythes de la sécurité privée : ce qu’une recherche ethnographique peut nous apporter, article qui sera soumis pour une éventuelle publication dans un numéro de la revue Les Cahiers de la Sécurité Intérieure.

Diaz F., 2005b, Les enjeux liés aux transformations de la nouvelle gouvernance de la sécurité dans le cadre d’événements festifs : négociation, responsabilité, partage des compétences et transmission des savoirs et savoirs-faire – Une approche comparée France/Québec, article qui sera soumis pour une éventuelle publication dans un numéro de la revue Criminologie.

Diaz F., 2003a, Coproduction de la sécurité : un nouveau mode de contrôle et de régulation sociale – La gestion des risques dans les espaces privés lors de manifestations sportives et culturelles, Thèse pour le doctorat de sociologie, sous la direction de Philippe Robert, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France.

Diaz F., 2003b, Coproduction de la sécurité : une nouvelle forme de l’interventionnisme étatique pour une meilleure sécurité du public ? (Le cas des grands rassemblements de populations en France), Déviance et Société, 27, 4, 429-458.

Diaz F., 2001, La sécurité des grands rassemblements sportifs et culturels : une gestion particulière des risques, Paris, IHESI, Etudes et Recherches.

DIAZ F., 1998, Sécurité privée et sécurité publique, une nouvelle forme de contrôle social : logique et gestion des risques à l’intérieur et à l’extérieur du stade de France pendant la Coupe du monde de football 1998, Université Paris X-Nanterre, mémoire de DEA de politique comparée et de sociologie politique.

durkheim E., 1895, Les règles de la méthode sociologique (1988), Manchecourt, Flammarion.

Esterle Hédibel M., 1995, Le rite et le risque : la culture du risque dans les bandes de jeunes de milieu populaire à travers la conduite routière, thèse de doctorat en anthropologie sociale et sociologie comparée, Université Paris V René Descartes, UFR de Sciences sociales, Sorbonne – Sciences Humaines.

Faget J., 2002, Sociologie de la délinquance et de la justice pénale, Ramonville Saint-Agne, Editions Erès.

filleule O., jobard F., 1998, The maintenance of order in France. Towards a model of protest policing, in DELLA PORTA D., REITER H., (dir.), The policing of mass demonstrations in Contemporary Democraties, University of Minnesota Press.

garfinkel h., 1967, Studies in ethnomethodology, Englewood cliffs (N. J.), Prentice-Hall.

hughes E. C., 1996, Le regard sociologique : essais choisis, textes rassemblés et présentés par CHAPOULIE J.-M., Paris, Edition de l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Jaccoud M., Mayer R., 1997, L’observation en situation et la recherche qualitative, in Poupart J., GROULX L-H., DESLAURIERS J-P., LAPERRIERE A., MAYER R., PIRES A., La recherche qualitative : enjeux épistémologiques et méthodologiques, Boucherville, Gaëtan Morin Editeur, 211-249.

Marx G.T., 1988, Undercover Police Surveillance in America, Berkeley, University of California Press.

mead g. h., 1934, L’esprit, le soi et la société (1965), Paris, PUF.

Mendras H., Oberti M., 2000, Le sociologue et son terrain, trente recherches exemplaires, Paris, Armand Colin.

peretz h., 2004, Les méthodes en sociologie. L’observation, Paris, La Découverte, coll. Repères, n°234.

platt j., 1983, The development of the « participant observation » method in sociology : origin, myth and history, Journal of the history of the behavioral sciences, 19, 4, 379-383.

poupart j., deslauriers J-P., Groulx L-H., laperriere A., Mayer R., pires a., 1997, La recherche qualitative, Enjeux épistémologiques et méthodologiques, Boucherville, Canada, Gaëtan Morin éditeur.

poupart j., lalonde m., jaccoud m., (avec la collaboration de beliveau d. et bourdages a.), 1997, De l’Ecole de Chicago au postmodernisme : trois quarts de siècle de travaux sur la méthodologie qualitative. Bibliographie alphabétique et thématique, Cap-Rouge, Canada, Les Presses Inter Universitaires, Casablanca, Maroc, Les Editions 2 Continents.

ROY D., 1954, Efficiency and ‘the fix’ : informal intergroup relations in a piecework machine shop, American journal of sociology, 60, 3, 255-266.

ROY D., 1952, Quota restriction and goldbricking in a machine shop, American journal of sociology, 57, 5, 425-442.

Sabourin c., grenier r., 1993, L’éthique de la recherche menée auprès des personnes assistées sociales, Revue de l’association pour la recherche qualitative, 9, 86-101.

SCHWARTZ M. S., SCHWARTZ C. G., 1955, Problems in participant observation, American journal of sociology, LX, 4, 343-353.

Shaw C. R., 1931, The natural history of a delinquent career, New York, Greenwood Press Publishers (2nd éd. 1968).

Shaw C. R., 1930, The Jack-Roller : a delinquent boy’s own story, Chicago, University of Chicago Press (2nd éd. 1966, avec une introduction de Becker H.)

Thrasher F.M., 1927, The Gang (1963), Chicago, Phénix.

TREMBLAY M.A., 1985, Une première saison en Acadie ou comment je suis devenu anthropologue sans le savoir, dans GENEST S. (dir.), La passion de l’échange : terrains d’anthropologues du Québec, Chicoutimi, Gaëtan Morin Editeur, 15-52.

Van Meter K. M., 1992, La sociologie, Paris, Larousse.

WAX R. H., 1971, Doing field work: warnings and advice, The University of Chicago Press, Chicago.

WEBB S., WEBB B., 1932, Methods of social study, Londres, Longmans, Green.

WHYTE W. F., 1943, Street Corner Society : the social structure of an Italian slum,

Haut de page

Notes

1 “Much of the literature on controversial police topics breaks down into two categories: uncritical work by well informed insiders, and critical work by uninformed outsiders”, Marx (1988).

2 Coenen-Huther (1995, 6).

3 Ibid, 6.

4 L’ethnométhodologie (Garfinkel, 1967) considère les institutions comme la résultante d’un processus permanent de construction et d’ajustement entre les différents acteurs et logiques en présence (Faget, 2002, 98). C’est pourquoi, sur le plan méthodologique, la pratique de l’ethnométhodologie exige, chaque fois que c’est possible, que le sociologue se rende directement témoin des phénomènes qu’il veut observer et analyser; ce qui suppose, à des degrés divers, une position d’observateur participant (Coulon, 1999, 202).

5 Van Meter K. M., (1992, 648).

6 Jaccoud, Mayer (1997, 211).

7 Van Meter K. M., (1992, 648).

8 On entendra la notion de champ telle que définie par Bourdieu (1989, 14) : la structure du champ est un état du rapport de force entre les agents ou les institutions engagés dans la lutte ou, si l’on préfère, de la distribution du capital spécifique qui, accumulé au cours des luttes antérieures, oriente les stratégies ultérieures. Le seul champ de la sécurité pourrait ainsi épouser plusieurs formes de luttes et du même coup d’alliance, comme notamment, les luttes (et les alliances) définitionnels que les acteurs pourraient avoir du concept de sécurité ou de risque, les luttes (et les alliances) de pouvoir entre le champ privé ou public ou encore au sein même de chaque champ comme la police, par exemple.

9 Diaz, 2003a. Cette thèse s’est appuyée sur seize terrains différents : Coupe du monde de football (1998), Saison du Paris-Saint Germain (1999), Coupe du monde de rugby (1999), Championnat d’Europe de basket (1999), concerts au Palais omnisports de Paris Bercy (1999), concerts au Zénith de Paris (1999), festival du Printemps de Bourges (1999, 2000, 2001, 2002), festival des Francofolies (1999), festival des Eurockéennes de Belfort (1999, 2000, 2001, 2002), festival Astropolis de Concarneau (2000), festival international de théâtre de rue d’Aurillac (2000, 2001), Championnat du monde cyclisme sur route (2000), Championnat du monde de handball (2001), tournoi de tennis de Roland Garros (2001), festival des Vieilles Charrues de Carhaix (2001, 2002), festival de Cannes (2002). On pourra lire pour une synthèse Diaz, 2003b.

10 L’expression « observation personnelle » est utilisée au départ par Webb (Webb, Webb, 1932, 50) et c’est vers la fin des années 30 que l’expression « observation participante » semble faire son entrée dans son acception actuelle (Platt, 1983). On doit à Hughes l’expression « observation in situ » ou « observation directe » pour signifier l’étude des actions collectives et des processus sociaux à travers des interactions directes (Chapoulie, 1984). Cité par Jaccoud, Mayer (1997, 212).

11 Qu’il soit sociologue, ethnologue ou anthropologue.

12 On trouvera une synthèse de cette première année de recherche in Diaz (1998 ; 2001).

13 Mendras, Oberti (2000, 133).

14 Blumer (1962, 188).

15 Blumer (1966), trad. par Coulon (1992, 94).

16 Hughes (1996, 267).

17 Hughes (1996, 276).

18 Poupart, Lalonde, Jaccoud (1997, 330).

19 Ibid., 331.

20 Hughes (1996, 275).

21 Il convient de mentionner que la démarcation entre l’observation in situ et l’approche ethnographique et la recherche de terrain n’est pas toujours très nette. En outre, certains auteurs ont de plus en plus tendance à abandonner l’usage de l’expression « observation in situ », au profit de « recherche de terrain », ou « d’approche ethnographique ». Ces expressions traduiraient mieux la réalité des pratiques de recherche qui, en définitive, font autant appel à l’observation qu’aux entrevues ou aux documents ; Poupart, Lalonde, Jaccoud (1997, 85-86).

22 On renverra le lecteur pour des développements à Diaz (2001, 2003b, 2005a et 2005b (à paraître)).

23 Bouvier (2000).

24 Schwartz, Schwartz (1955, 343).

25 Coulon (1992, 14).

26 Blumer (1969, 5).

27 Cela aurait été beaucoup plus difficile à accomplir si je m’étais intéressé au métier de médecin, avocat, commissaire de police, etc.

28 Peretz, (2004, 52).

29 Chanteur de rock pendant trois ans avec plusieurs concerts dans des salles de 50 à 500 personnes ; joueur de football pendant 15 ans au niveau départemental.

30 Passionné depuis la plus tendre enfance par de nombreux sports, en lecteur attentif de journaux spécialisés, en spectateur passionné dans des stades et salles spectacles ; ayant assisté au moment du début de la thèse à près de 50 concerts en salles et quelques festivals.

31 Le Printemps de Bourges et les Eurockéennes de Belfort ont fait l’objet d’une étude en 1999, 2000, 2001 et 2002, le théâtre de rue à Aurillac en 2000 et 2001 et le festival des Vieilles Charrues à Carhaix en 2001 et 2002.

32 Pour les aspects techniques au Printemps de Bourges en tant que régisseur des commissions de sécurité, puis régisseur de lieu qui me demandait un niveau ERP2 (diplôme nécessaire pour les responsables des lieux recevant le public). Ou encore dans ma pratique des arts martiaux jusqu’au diplôme d’Etat d’éducateur sportif qui me permettait, notamment d’avoir davantage d’assurance sur le terrain des Eurockéennes de Belfort.

33 Chapoulie (1984, 597).

34 L’analyse serait incomplète si elle ne spécifiait pas qu’une des conséquences (et non une des causes) a été de pouvoir financer une partie de mes études de cette manière.

35 Sur ce point, on ne peut détacher la méthodologie de l’objet et des questions de recherche s’y rattachant.

36 Les chercheurs étudiants des populations ou des situations qui leur sont familières doivent substituer à l’attitude de participation immédiate qui était antérieurement la leur, le point de vue de l’observateur « désintéressé », dégagé des jugements et des normes qui vont de pair avec la position qu’ils occupaient (…). Selon Hughes, c’est en partie à certaines singularités de leurs trajectoires sociales que l’on peut attribuer la capacité à adopter une attitude d’objectivation vis-à-vis de leurs sujets d’étude ; Chapoulie (1984, 597-598).

37 Peretz (2004, 53-78), distingue : l’observation clandestine en milieu fermé, l’observation à découvert au sein d’un groupe informel et l’observation à découvert d’une organisation formelle.

38 Diaz (2001, 2003b, 2005a et 2005b (à paraître)).

39 Beaud, Weber (1998, 9-11).

40 Jaccoud, Mayer (1997, 243).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Diaz, « L’observation participante comme outil de compréhension du champ de la sécurité », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. II | 2005, mis en ligne le 30 janvier 2005, consulté le 22 juin 2017. URL : http://champpenal.revues.org/79 ; DOI : 10.4000/champpenal.79

Haut de page

Auteur

Frédéric Diaz

Docteur en sociologie, actuellement stagiaire post-doctoral au Centre International de Criminologie Comparée, à l’université de Montréal. Il a notamment exercé de nombreuses fonctions dans le champ de la sécurité (agent de sécurité, coordinateur de la sécurité, régisseur de lieu, régisseur des commissions de sécurité, etc.) dans plusieurs grands événements sportifs et culturels: Championnat du monde de natation 2005, Festival International de Jazz de Montréal, Francofolies de Montréal, Vieilles Charrues de Carhaix, Printemps de Bourges, Eurockéennes de Belfort, Championnat du monde de cyclisme 2000 à Plouay, championnat du monde de handball 2001 à Paris, etc.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org