Navigation – Plan du site
Confrontations

Les dynamiques actuelles du marché de la sécurité en France

Olivier Hassid

Résumé

Le marché de la sécurité en France est peu analysé par les sciences de la gestion alors même que ce marché peut être considéré à la fois comme important d’un point de vue sociétal et porteur d’un point de vue économique. Les explications pour appréhender le développement de ce marché se limitent à une perspective assurantielle. L’auteur considère que cette approche est trop restrictive et qu’il convient d’expliciter le développement de ce marché sur la base d’autres critères : l’internationalisation des entreprises françaises, le caractère de plus en plus multidimensionnel des prestations proposées ou encore le lobbying des experts privés de la sécurité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  En novembre 2008, la société Onet a été retenue par le ministère de la Défense pour assurer la séc (...)

1Dans un climat que certains qualifieront de « sécuritaire » (Mucchielli, 2008), cela paraîtra un truisme que d’écrire que le marché de la sécurité privée en France a connu un développement et des bouleversements importants au cours des dernières décennies. Qui aurait pu imaginer vingt ans plus tôt que la sûreté des aéroports serait assurée par des entreprises telles que Brinks ou Sécuritas ? Qui aurait pu imaginer également que la plupart des administrations d’Etat et notamment des lieux hautement symboliques que sont les casernes militaires ou le ministère de la Défense1 soient gardiennés par des entreprises de surveillance humaine? Qui aurait pu enfin imaginer que l’un des conseillers du Président de la République en matière de sécurité, Alain Bauer, soit le président d’un cabinet de conseil en ingénierie des risques ?

2Ces transformations apparaissent aussi étonnantes que formidables et laissent supposer que ce champ a dû être labouré en profondeur par les sciences humaines. En effet, comprendre les causes et les conséquences de ce phénomène paraît de toute évidence à la fois un enjeu sociétal, politique et économique. Pourquoi le marché de la sécurité en France s’est-il transformé ? Qui sont les acteurs de ce marché ? Comment se fait-il qu’ils aient envahi des sphères a priori d’essence régalienne ? Quels sont les périmètres d’intervention de ces acteurs et leur domaine d’influence ? Quelles sont les conséquences de l’évolution du marché de la sécurité sur le bien-être collectif ?

3Si nous regardons de près la littérature scientifique sur le sujet en France (à l’étranger la situation est quelque peu différente), nous la jugerons, pour reprendre les mots d’Alain Bauer, « partial, parcellaire et partiel ». 1) Partial car le marché de la sécurité privée est souvent perçu par les chercheurs français selon le tropisme d’une « big brotherisation » de la société et de l’avènement de l’idéologie néolibérale. 2) Parcellaire car les analyses se limitent en général à l’étude de la surveillance humaine et de la vidéosurveillance, deux créneaux certes importants et médiatiques de la sécurité privée mais pas exclusifs. Patrick Haas, journaliste et rédacteur de L’Atlas - En Toute Sécurité, recense pas moins de 27 créneaux en France allant du contrôle d’accès en passant par l’anti-terrorisme ou encore le transport de fonds et l’ingénierie des risques (Haas, 2008). 3) Partiel enfin parce qu’en se concentrant sur la surveillance humaine et la vidéosurveillance, les explications du phénomène sont limitées. Ainsi, Frédéric Ocqueteau, chercheur reconnu en France pour ses analyses relatives au phénomène de la sécurité privée, postule que le développement de ce secteur résulte principalement de l’influence des compagnies d’assurance qui ont fait pression sur leurs clients pour qu’ils se protègent, sous peine de ne plus être assurés (Ocqueteau, 1992, 1995). Or si l’influence des compagnies d’assurance peut permettre de comprendre le recours plus fréquent à des audits techniques de sécurité, au développement du contrôle d’accès ou encore à la nécessité de recourir au gardiennage pour certains sites, celle-ci n’explique pas tout du développement du marché de la sécurité privée. En effet, ce n’est pas la pression des assureurs qui justifie par exemple le développement d’experts en matière d’intelligence économique ou en gestion de risque, bien au contraire, ces nouveaux consultants représentant même dans certains cas des concurrents dangereux et crédibles. Fort de cette situation, il nous paraît donc important de dresser une typologie minutieuse des acteurs du marché de la sécurité privée en France et de tenter, une fois cette typologie réalisée, de comprendre les dynamiques en jeu et les enjeux de société que cela implique.

Typologie du marché de la sécurité privée

  • 2  Securitas a pour emblème trois points rouges que l’on voit sur les uniformes des agents. Ces trois (...)
  • 3  Précision importante, Brinks et Securitas interviennent aujourd’hui sur les mêmes segments d’activ (...)

4Demandez à une personne de vous citer une entreprise de sécurité qui lui vient immédiatement à l’esprit, elle vous citera naturellement deux sociétés internationales : Brinks ou Securitas. Ces deux entreprises sont le plus souvent citées pour deux raisons essentielles. Pour des raisons historiques d’une part. Ces entreprises, créées il y a plus d’un siècle, ont su capitaliser sur leurs marques. Elles donnent l’image de sérieux et de professionnalisme2. Pour des raisons liées à leurs activités d’autre part. La surveillance humaine et le transport de fonds sont deux activités très visibles. Ces sociétés comptent à elles deux 30 000 personnes uniquement sur le territoire national. Difficile dans ces conditions de ne pas voir un camion Brinks ou un agent de sécurité Securitas3.

5Mais le marché de la sécurité, ce n’est pas simplement de la surveillance humaine et du transport de fonds et ce n’est pas seulement Brinks et Securitas. Le marché de la sécurité est constitué d’acteurs et d’entreprises exerçant des activités très diverses avec des logiques et un savoir-faire différents, voire opposés. Qu’y a-t-il en effet de commun entre Brinks, multinationale de la sécurité présente dans quatre-vingts pays, dont le métier principal est d’effectuer la livraison sécurisée d’encaisses selon des procédures standardisées, et Adit ou CEIS, PME françaises d’intelligence économique disposant d’experts de la sécurité capable de répondre à des attentes de clients très diversifiées (protection des systèmes d’informations, veille concurrentielle, cartographie des risques…) et donc produisant des services non reproductibles ? Peu de choses si ce n’est qu’ils sont tous acteurs du secteur marchand de la sécurité.

6Si le marché de la sécurité est donc apparemment très difficile à analyser de par la diversité de ses acteurs et du profil de ces sociétés, il ressort de l’exemple mentionné ci-dessus que le degré d’internationalisation de l’entreprise et sa capacité à produire une prestation plus ou moins standardisée concourent à mieux comprendre le positionnement de l’entreprise dans le secteur de la sécurité privée et peut aider à appréhender de manière globale ce secteur. Les critères de discrimination sont donc de deux ordres : le degré d’internationalisation, le degré de standardisation des prestations réalisées.

7Le marché de la sécurité privée peut donc se décomposer en quatre catégories principales d’entreprises :

  • 1ère catégorie : les entreprises internationales produisant des prestations standardisées. En France, ces entreprises sont à la fois des prestataires de surveillance humaine et de transport de fonds et des entreprises qui fournissent des technologies de sécurité, telles que Thales, EADS ou Safran qui sont en mesure de proposer de la vidéosurveillance ou de manière plus large des infrastructures de sécurité ;

  • 2ème catégorie : les entreprises internationales produisant de l’expertise technique précise et spécifique, autrement dit qui disposent de compétences idiosyncrasiques. Deloitte, KPMG ou encore KROLL peuvent réaliser pour le compte de leurs clients des études particulières sur une menace ou une problématique particulière : la fraude au sein d’une division, la réalisation d’un programme anti-corruption, la gestion d’une crise...

  • 3ème catégorie : les entreprises nationales produisant des services standardisés en matière de surveillance, de sécurité électronique ou encore en matière de formation en sécurité. On les retrouve dans des syndicats tels que le Syndicat National des Entreprises de Sécurité (SNES) qui fédère essentiellement des TPE ou des PME ou le Groupement Professionnel des Métiers de la Sécurité Electronique (GPMSE) ;

  • 4ème catégorie : les entreprises nationales qui fournissent des prestations évolutives en fonction de l’événement auxquelles elles ont à faire et de l’entreprise. Ainsi trouve-t-on des entreprises, telles que la CEIS, GEOS ou encore AB Associates, qui peuvent par exemple aider le « top management » de grands groupes en situation de crise. Or par nature, une crise est polymorphe et donc la réponse différente.

Fig. 1 : Cartographie des acteurs de la sécurité privée en France

Fig. 1 : Cartographie des acteurs de la sécurité privée en France
  • 4  Précisons que 70% de la demande de sécurité privée résultent des entreprises (Coess, 2008).

8La diversité toujours plus grande des acteurs et des prestations offertes résulte de manière concomitante de la diversité croissante des menaces et du développement des entreprises françaises à l’international4. En effet, loin du territoire national les entreprises françaises voient leur vulnérabilité augmenter. Face à des menaces nouvelles (kidnapping, prise d’otage, attaques contre les sites…), elles ont besoin de recourir à une offre privée de sécurité dans un contexte où l’Etat français est en difficulté pour apporter son aide. Par ailleurs, la croissance des entreprises françaises (GDF SUEZ par exemple représente 220 000 salariés) augmente automatiquement les probabilités de menaces et nécessitent par conséquent l’adéquation d’une offre de sécurité adaptée à la taille du groupe. Plus la taille d’une entreprise augmente, plus les chances de vols internes, de fraudes… s’accroissent.

  • 5  Dernièrement, par exemple, Control Risk et International SOS (deux entreprises spécialisées dans l (...)

9Enfin, la diversité des acteurs et des prestations provient également de l’internationalisation des entreprises de sécurité. La capacité des compagnies multinationales à pénétrer le marché français et de manière plus large le marché européen est soulignée dans de nombreuses études et recherches (Johnston, 2005). Il convient également de mentionner l’influence grandissante des compagnies multinationales telles que Securitas, Brinks, Chubb, Siemens ou encore KPMG en France. D’après L’Atlas 2007 - En toute sécurité, la profession de la sécurité privée est contrôlée ainsi à plus de 40% par des sociétés étrangères contre moins de 20% au début des années 1990. Or, elles s’engagent dans des stratégies commerciales dynamiques par le biais d’acquisitions et de ventes et la formation de coentreprises5. Elles forment des organisations multifonctionnelles engagées dans la fourniture de services variés. Brinks France propose ainsi non seulement des prestations en transport de fonds, en surveillance humaine, en télésurveillance ou dans le domaine de la sécurité du transport de valeur, mais également propose des services de gardes du corps, vend des sacs sécurisés pour les hôpitaux et la grande distribution et des caméras de vidéosurveillance. De même, le groupe Thales produit des technologies de sécurité (vidéosurveillance, Rayon X, détecteurs d’explosif) et a créé en 2006 un cabinet de conseil spécialisé dans la gestion des risques et la gestion de crise. Il travaille notamment actuellement pour des grandes banques françaises dans la mise en place de Plans de Continuité d’Activité (PCA) et de cellules de crise pour faire face aux obligations Sox Sarbane Oxley.

  • 6  Ce tableau n’est pas exhaustif. Il n’intègre pas notamment l’aspect sécurité industrielle (contrôl (...)

Tab. 1 : Principaux créneaux de la sécurité en France et principaux prestataires6

Tab. 1 : Principaux créneaux de la sécurité en France et principaux prestataires6

10L’agressivité de la politique commerciale de ces groupes ne devrait pas s’arrêter là, profitant de la peur des sociétés occidentales vis-à-vis du terrorisme dans un contexte géopolitique instable et des nouvelles réglementations qui devraient voir le jour suite aux fraudes internes liées aux malversations médiatisées de cadres de grandes entreprises (pensons à l’affaire de la Société Générale). De nouvelles sources de revenus pour les compagnies de sécurité pourraient ainsi provenir de diverses initiatives antiterroristes incluant l’installation de systèmes de sécurité dans les aéroports, l’analyse de risque et les services de gestion de crise, les programmes de protection pour les cadres, la création, la vente et le suivi d’équipements techniques spécialisés ainsi que la protection des installations.

L’influence et le poids de la sécurité privée

11La tendance, on le voit, est à la diversification des stratégies des entreprises de sécurité en France comme partout ailleurs. Elle fait émerger des grandes compagnies de sécurité menant des politiques de conquête de nouveaux marchés. Cette politique a des conséquences ambiguës sur le bien-être collectif. Il faut le dire tout d’abord et contrairement à ce que pensent certains esprits chagrins (Mattelart, 2007 ; Bauman, 2007), elle peut produire des effets positifs. Comme le note justement Zedner (2006), ces firmes, et aussi étonnant que cela puisse paraître au premier abord en raison des coûts induits, recherchent de la part de l’Etat et des instances transnationales, la mise en place de règles légales et de normes visant à assainir la profession et améliorer la qualité des prestations. C’est ainsi que poussée par l’Union de Sécurité Privée (USP), syndicat de la sécurité privée, représentant essentiellement les majors de la sécurité privée en France, le législateur dans le cadre de la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance a imposé la mise en place d’une carte professionnelle des agents de sécurité privée obligeant les agents de sécurité à une formation préalable, formation pouvant, dans certains cas, être financée par les entreprises de sécurité elles-mêmes.

12Certes ce lobbying de la part des grandes entreprises de la sécurité privée n’est pas neutre (recherchant ainsi à réduire le nombre de concurrents et à introduire des barrières à l’entrée), mais il a pour avantage indéniable de tenter de trouver une solution à l’explosion du nombre d’entreprises de sécurité (plus de 6 000 en France), explosion génératrice de pratiques aussi anarchiques que douteuses de la part d’une partie du marché (prix en dessous du prix de marché, travail illégal, pratiques mafieuses, exploitation des agents de sécurité…). En effet, le trop grand nombre de sociétés rend à la fois caduc le contrôle de leurs activités par l’Etat et affaiblit le pouvoir de négociation des prestataires au profit de donneurs d’ordre qui sont à la recherche bien souvent du prix le plus bas.

  • 7  D'après Le Parisien du 1er septembre 2008, Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur sou (...)

13Dans le même temps, cette politique que l’on peut qualifier de « prédatrice » de la part de ces grands groupes a évidemment le revers de la médaille. Le recours par ces entreprises à une communication alarmiste insistant sur l’importance de la menace pesant sur les sociétés modernes entraîne certainement des distorsions dans les besoins réels des consommateurs. Ainsi peut-on s’interroger par exemple sur le souhait de nombreux opérateurs publics et privés7 de vouloir développer la vidéosurveillance, sans avoir eu recours dans de nombreux cas à la réalisation d’une évaluation préalable et ce, alors même que ce type d’installation est très coûteux et que la délinquance baisse en France depuis plus de cinq ans.

14Par ailleurs, cette diversification a pour conséquence l’apparition de domaines d’activités absents jusqu’à peu de la sécurité privée, à savoir l’expertise. Certes l’enquête privée réalisée par des détectives privés existe depuis le XIXe siècle (Kalifa, 2000), mais dans nos propos, nous entendons par expertise le recours à des compétences spécialisées dans l’analyse et le management de risques qui nécessite bien souvent un niveau universitaire élevé et une expérience dans le public ou dans le privé à haut niveau. C’est ainsi que nous trouvons à la direction d’entreprises de sécurité à la fois des préfets, des commissaires de police, des amiraux et des personnes ayant eu des fonctions élevées dans de grandes entreprises françaises, telle qu’Accor, Carrefour ou Total. L’apparition de ces nouveaux experts et de ces nouveaux dirigeants d’entreprise de sécurité privée n’est pas sans incidence. Leur ancienne fonction leur donne accès aux plus hautes instances du pouvoir. Une relation quasi symbiotique se crée alors entre privé et public (O’Reilly, 2008).

15Là encore il n’est pas possible d’être totalement tranché sur les conséquences de ces relations. Il est évident que ces experts, à la recherche de nouveaux marchés, tentent de favoriser des choix publics en leur faveur. Ils vont pousser à la privatisation d’activités de sécurité, à la refonte des organisations de sécurité et au développement de technologies de sécurité. En effet, ces choix nécessitent au préalable des audits, des études et du conseil payants. Elles impliquent également en amont le recours à des experts. La mise en place de la vidéosurveillance sur le territoire national impose effectivement de réaliser des audits de sécurité notamment pour installer les caméras de surveillance. Néanmoins, si ces relations peuvent d’un certain point de vue poser problème, elles présentent également un intérêt : celui de favoriser le changement !

16Nombre de politologues se plaignent, notamment dans le domaine de la sécurité, de l’incapacité de l’Etat français à se transformer, à s’évaluer, à résister à des réformes qui pourtant s’imposent à lui et du manque d’intérêt du public vis-à-vis du privé ou encore des attentes du public (Roché, 2004). Or la mise en rapport des experts privés avec les gouvernants et les administrations imposent de nuancer ce jugement. Certes, il faut réformer l’approche publique dans sa façon de penser la sécurité, comme le fait Sebastian Roché, mais il faut également souligner les évolutions organisationnelles rapides ces dernières années : rapprochement police-gendarmerie, mise en place de ratio d’efficacité et d’efficience dans le domaine de la sécurité publique, privatisation de certaines « charges indues » qui peuvent être imputées, en tout cas en partie, à l’influence des experts privés. Dans un contexte où l’Etat doit donc rendre des comptes et améliorer ses finances publiques, ces évolutions peuvent être appréhendées de manière positive : rationalisation des moyens publics de sécurité, recherche de synergie, limitation des services doublons… L’influence des experts participe à ces transformations et elle présente donc certains atouts.

  • 8  Dans l’avant-propos du livre blanc La participation de la sécurité privée à la sécurité générale e (...)

17Au total, l’impact du secteur de la sécurité privée sur le bien-être collectif est à double détente. D’un côté, il pose question sur l’impartialité de l’Etat et son indépendance à élaborer et définir la politique publique de sécurité. De l’autre, il a pour vertu d’aider à faire de l’Etat une organisation moderne, efficace, ouverte au changement et à la collaboration avec les autres acteurs de la sécurité et pas uniquement les prestataires de sécurité, mais également les services internes de sécurité des entreprises, les associations et les citoyens8.

Conclusion

18En conclusion de son livre Criminologie actuelle publié en 1998, Maurice Cusson écrit que « le marché de la sécurité ne pourra pas faire l’économie d’experts qui sauront penser la sécurité » (Cusson, 1998, 226). Dix ans plus tard, il est clair que le marché de la sécurité ne s’en est pas privé. Il s’est considérablement transformé en partie par l’intermédiaire de ces experts.

  • 9  Les six conditions cumulatives pour qualifier un mercenaire ne sont quasiment jamais réunies dans (...)

19Que sera alors le marché de la sécurité de demain en France ? Il devrait continuer de rogner toujours un peu plus sur les prérogatives régaliennes de l’Etat. Le débat concernant l’autorisation ou non d’opérer pour les SMP (Sociétés Militaires Privées) en France fait actuellement rage, les sociétés de sécurité françaises apparaissant divisées. Certaines verraient d’un bon œil la légalisation d’une activité qu’elles s’efforcent d’approcher dans le respect de la loi de 2003 interdisant la mercenariat9, tandis que d’autres, davantage centrées sur l’ingénierie des risques, craignent de voir un gigantesque marché leur échapper. Derrière ces intérêts divergents, la question de la valorisation d’une expertise française reconnue internationalement se pose, expertise que l’éthique contraint à mettre au service de SMP étrangères, avec les risques que cela comporte en termes d’atteinte au secret des affaires pour les entreprises françaises contraintes de recourir aux services de SMP essentiellement américaines ou britanniques. L’issue du débat confié par l’Elysée au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) paraît encore incertaine mais l’Etat semble décidé à autoriser le recours à des hommes armés pour protéger les employés, d’autant que l’actualité plaide en ce sens après l’enlèvement des salariés français à Arlit au Niger. L’Etat étudierait notamment l’opportunité de confier le marché de protection des représentations diplomatiques à des SMP françaises.

20Dans un pays où l’armée est une composante indissociable de l’identité nationale, le monopole de la violence physique légitime cher à Max Weber peut-il être remis en question ? A la lecture des conclusions d’une récente étude des Cahiers de la division recherche et retour d’expérience (DREX) du Ministère de la Défense, l’institution militaire n’y serait pas foncièrement opposée. Les raisons de cette position ? Le développement des SMP pourrait occuper les réservistes en attente d’affectation, recentrer l’activité de l’armée nationale vers ses missions prioritaires (la logistique est le domaine le plus traditionnellement externalisé) ou encore soulager l’armée du poids financier des retraites militaires en prolongeant la carrière d’officiers intéressés par une reconversion dans le privé. L’étude émet toutefois de sérieuses réserves qui devront être prises en considération par le législateur.

21Reste que les SMP souffrent d’une image considérablement ternie depuis les scandales impliquant certaines d’entre elles comme Blackwater. Dans ce contexte, il pourrait être judicieux de commencer par bannir cet acronyme en France afin de choisir un vocable mieux adapté à la réalité des missions diverses des sociétés armées de sécurité : prévention de la criminalité, escorte armée, formation de personnels, conseil et entrainement militaires, soutien logistique, etc.

Haut de page

Bibliographie

Bauman Z., 2007, Le présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, Seuil, Paris.

Buffat J-P. & Le Goff T., 2002, Quand les maires s’en remettent aux experts. Une analyse des liens entre les cabinets de conseil en sécurité et les maires, Les cahiers de la sécurité intérieure, 50, 169-196.

Cahier de la recherche doctrinale, 2010 (juillet), L’emploi des sociétés militaires privées en Afghanistan et en Irak, Ministère de la Défense.

Capdevielle V., 2006, La sécurité privée : une solution aux besoins de sécurité des multinationales ?, Doctorat de sciences politiques, Université Paris 2.

Coess, 2008, Private security in Europe, disponible en ligne.

Coess/Inhes, 2008 (décembre), La participation de la sécurité privée à la sécurité générale en Europe, Paris.

Cusson M., 1998, Criminologie actuelle, Paris, PUF.

Haas P., 2008, Panorama économique du marché de la sécurité 2007, Paris, éd. En toute sécurité.

Johnston L., Le policing privé transnational : l’impact de la sécurité commerciale globale, in Lemieux F., Dupont B., 2005, La militarisation des appareils policiers, Laval, Presses de l’université de Laval.

Kalifa D., 2002, Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherche en France, 1842-1942, Paris, Plon.

Matellart A., 2007, La globalisation de la surveillance. Aux origines de l’ordre sécuritaire, Paris, La Découverte.

Mucchielli L., 2008, La frénésie sécuritaire. Retour à l’ordre et nouveau contrôle social, Paris, La Découverte.

Mulone M., Cusson M., Beaulac M., 2008, L’agent de sécurité et l’agence Securitas, in Cusson M., Dupont B., Lemieux F., Traité de sécurité intérieure, Montréal/Lausanne, PPUR, 461-473.

Ocqueteau F., 1992, Gardiennage, surveillance et sécurité privée, Paris, Cesdip.

Ocqueteau F., 1995, Etat, compagnies d’assurances et marché de la protection des biens, Déviance et société, 19 (2), 151-158.

Ocqueteau F., 2004, Polices entre Etat et marché, Paris, Presses de Science Po.

O’Reilly C., 2008, The transnational security consultancy industry: a case of state-corporate symbiosis, Working paper, Oxford, Centre for criminology.

Roché S. (dir.), 2004, Réformer la police et la sécurité. Les nouvelles tendances en Europe et aux Etats-Unis, Paris, Odile Jacob.

Zedner L., 2006, Liquid security: managing the market for crime, Criminology and Criminal justice, 6 (3), 271-288.

Haut de page

Notes

1  En novembre 2008, la société Onet a été retenue par le ministère de la Défense pour assurer la sécurité du ministère de la Défense et notamment le cabinet du ministre Hervé Morin et l'Etat-major des Armées, ainsi que quelques unités sensibles, comme la direction du renseignement militaire (DRM). Précédemment cette sécurité était assurée par des gardes mobiles. De même, le site de Balard, qui hébergera à terme le « Pentagone à la Française », sera lui aussi protégé par une entreprise de sécurité au début de l’année 2009.

2  Securitas a pour emblème trois points rouges que l’on voit sur les uniformes des agents. Ces trois points symbolisent les valeurs que l’entreprise veut promouvoir auprès de son personnel : l’intégrité, le professionnalisme et la serviabilité. Securitas juge essentiel que ses agents soient des employés irréprochables, honnêtes et dignes de confiance ; qu’on puisse leur confier les biens du client sans qu’il soit nécessaire de les surveiller constamment. Le professionnalisme, c’est la qualité de l’employé toujours alerte, capable de bien observer son environnement, de détecter et d’évaluer les menaces puis de prendre les décisions qui s’imposent. (Mulone, Cusson & Beaulac, 2008, 463).

3  Précision importante, Brinks et Securitas interviennent aujourd’hui sur les mêmes segments d’activités à savoir la surveillance humaine, le transport de fonds, l’intervention sur alarme, la télésurveillance ou encore la sûreté aéroportuaire.

4  Précisons que 70% de la demande de sécurité privée résultent des entreprises (Coess, 2008).

5  Dernièrement, par exemple, Control Risk et International SOS (deux entreprises spécialisées dans la gestion de risque et la sécurité des expatriés) ont constitué un GIE.

6  Ce tableau n’est pas exhaustif. Il n’intègre pas notamment l’aspect sécurité industrielle (contrôle technique, sécurité incendie…).

7  D'après Le Parisien du 1er septembre 2008, Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur souhaitait tripler, d’ici à deux ans, les 20 000 caméras déjà installées sur la voie publique dans l’Hexagone : Le projet est d’en installer 40 000 de plus d’ici à 2010, explique-t-on dans l’entourage de Michèle Alliot-Marie. Cette année, le budget alloué par le ministère de l’Intérieur à l’installation et au raccordement de ce type de système s’est élevé à près de 35 millions d’euros. En 2009, plus de 60 millions d’euros seront versés pour multiplier leur nombre et aider les collectivités territoriales à s’équiper.

8  Dans l’avant-propos du livre blanc La participation de la sécurité privée à la sécurité générale en Europe, co-rédigé par la Coess (Confédération européenne des services de sécurité) et l’Inhes (Institut national des hautes études de la sécurité), Michèle Alliot-Marie écrit d’ailleurs : des forces de l’ordre au citoyen, de la justice au monde associatif, du secteur public au secteur privé, la sécurité constitue une chaîne, articulée autour de la compétence de chacun et de la vigilance de tous (Coess & Inhes, 2008).

9  Les six conditions cumulatives pour qualifier un mercenaire ne sont quasiment jamais réunies dans le cadre des missions dévolues aux employés des SMP, tant et si bien que la loi de 2003 ne semble pas empêcher la naissance de SMP en France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Cartographie des acteurs de la sécurité privée en France
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7926/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Titre Tab. 1 : Principaux créneaux de la sécurité en France et principaux prestataires6
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7926/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Hassid, « Les dynamiques actuelles du marché de la sécurité en France », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7926 ; DOI : 10.4000/champpenal.7926

Haut de page

Auteur

Olivier Hassid

Chargé de cours à l’Université Paris Ouest. Délégué général du Club des Directeurs de Sécurité des Entreprises (CDSE).
olivier.hassid@cdse.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org