Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe Vienne, Violences à l’école : au bonheur des experts. Une analyse critique des réseaux d’expertise de la violence scolaire.

Paris, Syllepse, 2009, 433 p.
Carla Nagels

Texte intégral

1Philippe Vienne est chargé de recherche au Fonds national de la recherche scientifique en Belgique. Il effectue depuis plus de dix ans des recherches en sociologie de l’éducation. Il a publié un ouvrage, Comprendre les violences à l’école, en 2003, qui fait état des résultats de sa thèse de doctorat. Depuis il a mené de nombreuses recherches en milieu scolaire.

2Le livre soumis à analyse ne fait pourtant pas référence aux recherches de terrain menées par l’auteur. Il investigue plutôt la manière dont la sociologie de l’éducation s’est peu à peu vue supplantée par des réseaux d’experts autour d’une thématique bien précise : les violences à l’école.

3Ce qui me paraît le plus intéressant dans cet ouvrage ne renvoie pas tellement aux chapitres consacrés à l’analyse critique des réseaux d’expertise pourtant bien menée, mais bien à tout l’arsenal théorique mobilisé par l’auteur pour ce faire. Une chose est de démonter la pertinence des catégories mobilisées pour penser la violence (scolaire), de dévoiler les impensés (moraux, théoriques, méthodologiques) qui se cachent derrière les analyses menées par ces experts et de rendre visible les conflits et les alliances qui s’opèrent dans ce champ particulier. Une autre est de pouvoir ancrer ce travail dans une tradition de sociologie critique bien étayée.

4Outre l’introduction de l’ouvrage qui donne un aperçu fidèle des différents débats qui vont y être abordés, les deux premiers chapitres sont consacrés à la présentation de l’armature conceptuelle qui sera utilisée pour analyser les réseaux d’expertise de la violence scolaire. C’est à mon sens un très beau travail de synthèse qui est réalisé ici. Sont abordés tour à tour la naissance du travail d’expertise dans le champ de la sociologie, la primauté accordée aux méthodes quantitatives dans ce type de recherches contractuelles et les tendances nettement perceptibles de « psychologisation » du social dans ce type d’approches.

5En s’appuyant sur les écrits de C. W. Mills, de M. Pollak, de P. L. Berger, de P. Bourdieu, l’auteur démontre comment d’abord aux États-Unis, en France ensuite, une sociologie contractuelle prend son essor qui transfigure lentement mais sûrement la recherche sociologique puisqu’en demandant au chercheur d’utiliser un langage « plus accessible », « moins théorique et plus pratique », voire « plus opérationnel », on ne transforme pas seulement les moyens d’expression de la recherche, mais aussi son objectif, sa destination, son orientation et jusqu’à ses méthodes (Pollak, cité p. 41). La sociologie semble en danger…

6Si depuis sa naissance le champ sociologique a été traversé par des clivages entre « quantitativistes » et « qualitativistes », il ne fait aucun doute que le cœur de Ph. Vienne balance du côté de l’investigation qualitative des phénomènes sociaux. À travers la pensée de P. Sorokin, il démontre les impasses dans lesquelles peut se trouver une démarche qui pense pouvoir quantifier des émotions, des attitudes, des opinions… ; qui oublie que – contrairement à la température mesurée par un thermomètre –, tant l’instrument de mesure, la mesure elle-même, que les résultats obtenus sont inévitablement soumis à interprétation du chercheur lui-même. Pour Ph. Vienne, cette « quantophrénie » (terme emprunté à Sorokin) fige le social nécessairement mouvant dans un instantané médiocre (p. 73), sans aucune plus-value en matière de connaissance scientifique alors que l’arsenal méthodologique manié est lourd et coûteux.

7De science en danger, la sociologie peut devenir dangereuse. Par l’intermédiaire de R. Castel et J-C. Chamboredon, l’auteur aborde la psychologisation du social et son lien intrinsèque avec la conservation de l’ordre social. Quand des questions sociales se voient de plus en plus traitées comme des troubles à « diagnostiquer » afin de pouvoir les traiter adéquatement, on pénètre dans les eaux troubles du binôme formé par le couple normalité/anormalité qui se décline sous des formes multiples : folie, délinquance, désordres en tout genre… et pauvreté.

8Les troisième et quatrième chapitres sont consacrés à l’émergence du concept de « violence » comme catégorie pertinente d’analyse des « problèmes sociaux ». Pour l’auteur, à l’aune des préoccupations politiques et médiatiques autour de la montée supposée de la violence, un discours se construit autour du triptyque sécurité/insécurité/sentiment d’insécurité qui contamine en quelque sorte certains secteurs des sciences humaines et politiques. L’auteur montre comment des discours savants émergent maniant des concepts scientifiquement contestables tels que celui d’incivilités, de violence urbaine… qui ont comme principal inconvénient de transformer la question sociale en une série de problèmes sociaux à gérer c’est-à-dire, en reprenant les termes utilisés par Peter Berger, de ne pas distinguer le problème social du problème sociologique à analyser. Il faudra attendre encore quelques années avant que la thématique des « violences scolaires » fasse son apparition. Bien vite politiques et scientifiques se saisissent de ce nouvel objet. Des recherches sont commanditées, des livres publiés dont la particularité est de regrouper un ensemble d’approches scientifiques non seulement hétéroclites mais surtout contradictoires sur le plan conceptuel.

9Les chapitres suivants (5, 6, 7, 8) sont, quant à eux, entièrement dédiés à la mise en place progressive d’un réseau d’expertise sur les violences scolaires, d’abord national puis international. Y sont abordés tour à tour le déclin lent mais certain d’une approche sociologique de la « violence scolaire » en raison notamment de l’abandon de certaines notions qui, même si elles sont maniées sans trop de difficulté par le sens commun, ne sont aucunement opératoires pour l’analyse scientifique ; la montée concomitante des approches cognitivo-comportementalistes dans ce domaine ; l’influence de certains think tanks français, européens mais surtout américains qui aboutissent à l’institutionnalisation de réseaux d’expertise internationaux visant en quelque sorte à répondre de manière pragmatique au problème des « violences scolaires » : création d’outils de mesure de la violence jugés pertinents, mise en place de dispositifs de prévention des facteurs de risques identifiés, évaluation des établissements scolaires, mise en avant des bonnes pratiques et formation concomitante des enseignants par les experts. Pour Ph. Vienne il s’agit là d’autant de dérives à dénoncer non seulement parce qu’elles « dénaturent » la recherche scientifique en proposant des remèdes simples à des situations sociologiquement éminemment complexes, mais aussi parce que, vu la simplicité des recettes annoncées, elles séduisent les décideurs et ont une réelle influence sur le monde scolaire et ses acteurs (enseignants, élèves).

10Enfin le dernier chapitre est dans la même veine que les premiers. Pourtant, il n’aurait pu être écrit à leur suite puisqu’il questionne le bien-fondé de la notion de resocialisation au centre des dispositifs scolaires de prise en charge de la violence. Historiquement, il s’agit de noter que ces projets (écoles de caïds, internats de resocialisation, centres de rescolarisation…) s’arriment aux processus d’institutionnalisation d’experts en matière de violence scolaire. L’intérêt de ce chapitre est de montrer en quoi cette notion de resocialisation est une boîte noire scientifique. En s’appuyant sur les concepts de désocialisation de P. McHugh, d’institution totale de E. Goffman et d’alternation développé par P Berger et T. Luckmann, l’auteur nous montre en quoi vouloir « resocialiser » des jeunes qui ne sont pas des désaffiliés au sens où R. Castel l’entend puisqu’ils sont inscrits profondément et durablement dans une socialisation de longue durée, est un leurre. Au-delà de la question sur sa faisabilité, il s’agit pour l’auteur de se questionner sur le bien-fondé d’une telle démarche, c’est-à-dire l’idée même d’imprimer à l’individu un nouveau système de valeurs est-elle vraiment un objectif légitimable ? (p. 412). Pour lui, il s’agit surtout de noter que fondamentalement tous ces dispositifs transforment une question éminemment politique – la gestion politique de la relégation scolaire – en une question technique : le traitement des élèves déviants.

11Pour conclure cet ouvrage, l’auteur interroge la montée des réseaux d’expertise au regard de la sociologie de la science. Que ce soit sur le plan de leur reconnaissance, de leur autonomie, des intérêts qu’ils servent, de la normativité qu’ils véhiculent, ces réseaux mobilisent plutôt une « rhétorique de la scientificité » (Bourdieu, cité p. 418) qu’une véritable démarche compréhensive de leur objet, les violences scolaires. On pourrait se demander, en accord avec l’auteur, si en réalité cet état de fait n’est pas le résultat de l’objet lui-même : la violence, une véritable boîte de Pandore dont ne peuvent sortir que des « experts ».

12Même si le ton est parfois acerbe, les propos à certains moments redondants, cet ouvrage assume pleinement l’orientation critique annoncée déjà dans le titre. Et à mes yeux, c’est incontestablement une qualité. Cette orientation est par ailleurs très bien documentée. Ses rétracteurs peuvent évidemment lui reprocher de ne pas être « neutre », mais une science qui se dit apolitique est non seulement un leurre mais peut devenir un danger quand elle a des implications pratiques et influe de la sorte sur le devenir de citoyens, fussent-ils en herbe.

  • 1  Gori R., 2010, De l’extension sociale de la norme à la servitude volontaire, Bruxelles Laïque Echo (...)

13Pour autant que l’on soit sensible à l’orientation, cet ouvrage ne laisse pas indifférent parce que les tendances lourdes qu’il observe dans le monde scientifique et académique nous affectent tous, à des degrés plus ou moins divers, plus ou moins consentis. Tel Roland Gori, cet ouvrage appelle alors à ne pas oublier qu’il y a moyen de « préférer ne pas »1.

Haut de page

Notes

1  Gori R., 2010, De l’extension sociale de la norme à la servitude volontaire, Bruxelles Laïque Echos, n° 70, p. 11-15.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7953/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carla Nagels, « Philippe Vienne, Violences à l’école : au bonheur des experts. Une analyse critique des réseaux d’expertise de la violence scolaire. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII | 2010, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7953

Haut de page

Auteur

Carla Nagels

Centre de recherches criminologiques, Université Libre de Bruxelles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org