Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Lascoumes (dir.), Favoritisme et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité.

Paris, Presses de Sciences Po, 2010, 283 p.
Frédéric Ocqueteau

Texte intégral

1

  • 1  L’équipe signe chacun des chapitres à une ou plusieurs mains, avec ou sans P. Lascoumes : B. Cautr (...)
  • 2  On en suit avec un réel plaisir, l’implacable logique de construction méthodologique même au prix (...)
  • 3  Au sujet des focus groups antérieurs, voir P. Lascoumes et P. Bezes, Les formes de jugement du pol (...)
  • 4  Un talentueux état de la littérature sur la corruption en quatre entrées (philosophie, droit, écon (...)

2Cet ouvrage érudit présente en huit chapitres les résultats d’une recherche au long cours conduite par une équipe1 du CEVIPOF sous la direction de P. Lascoumes, politologue de renom venu de la sociologie de la déviance. Ces deux disciplines sont indispensables à la problématisation d’un sujet aussi peu et mal traité scientifiquement en France que celui de la corruption des élites politiques. Le protocole de l’enquête – dont une grande partie s’appuie sur les résultats d’un sondage national administré en 20062 –, traite des représentations sociales des citoyens au sujet de certains agissements problématiques de leurs élus (chapitres 1 à 4). L’édifice de la démonstration a d’abord été construit sur la base des résultats d’une longue phase d’exploration qualitative qui en a jeté les fondations (prologue). L’équipe avait alors été conduite à mettre en avant les raisons pour lesquelles les citoyens de trois villes moyennes, Mélisse, Plaise et Oroncour, avaient pu réélire un maire en dépit de ses condamnations pénales pour malversations avérées, au moins dans deux d’entre elles. L’attention des chercheurs fut ainsi attirée par divers systèmes d’excuses et de justifications mobilisés par les citoyens pour atténuer la gravité de leurs « débordements », tels par exemple des jugements positifs sur l’efficacité de la gestion municipale, la bonne perception des relations de proximité entretenues avec l’élu. D’autres techniques de neutralisation argumentatives furent déployées, telles l’invocation de la généralité des pratiques illégales dans le champ politique ou l’absence de compétences personnelles pour juger des contraintes subies par les hommes politiques. Ainsi donc, au lieu de mettre au cœur de l’enquête de la phase quantitative extensive, les raisons pour lesquelles des comportements seraient réprouvés et condamnés par la morale commune dans des cas de corruption avérés, l’équipe du CEVIPOF s’est-elle plutôt attachée à décortiquer les raisons de l’ambivalence du public à l’égard de pratiques de favoritisme issues de cas concrets testés par ailleurs3. Ce réflexe de méthode s’est avéré salutaire, tant les résultats du traitement du sondage (qui s’étendent également sur des points spécifiques aux chapitres 5 à 8) contiennent une moisson d’enseignements inédits4.

Quelques apports majeurs

3Si la perception globale des pratiques de favoritisme fait apparemment l’objet d’une plus large tolérance que dans d’autres pays de l’Union moins complaisants (p. 104), la cause s’en trouverait dans une plus grande ambivalence des perceptions des Français à l’égard de la probité des élus. L’hypothèse en est déduite par la mise à jour de l’organisation de leurs réactions en quatre grands systèmes de représentations : les dénonciateurs pessimistes, les tolérants optimistes, les réprobateurs réalistes et les tolérants par pragmatisme inquiets. Quand les analystes corrèlent ces représentations générales à des attitudes normatives plus profondes au sujet de la « probité publique » en général, il en ressort des définitions restreintes (centrées sur les personnels politiques et économiques) ou des définitions larges (centrées sur le favoritisme et au népotisme des acteurs publics et de leurs réseaux proches). Les plages d’ambivalence prédominent une fois encore, différenciant des attitudes centrées sur l’évaluation de l’étendue des atteintes (ou bien jugées gravissimes mais perçues comme peu fréquentes, ou bien jugées répandues mais perçues comme peu graves). Une fois passées au crible du traitement statistique toutes les variables classiques censément « explicatives » des partitions découvertes dans les diverses polarisations de la population (âge, sexe, CSP, affinités partisanes…), sans qu’aucune d’entre elles l’emporte de manière décisive, le lecteur, soumis à un suspense intolérable, désespère de disposer d’une clé de lecture décisive susceptible d’expliquer l’ambivalence des citoyens face à la corruption politique. Une source de lumière importante apparaît néanmoins au chapitre 4, qui confortera, à notre avis, sans doute plus la science des politistes que celle des socio criminologues de la réaction sociale.

4Une variable intermédiaire centrée sur la conception des citoyens ordinaires sur l’activité politique elle-même (idéalisée, pragmatique, technique ou critique) prend en effet une valeur prédictive maximale dans l’organisation des diverses conceptualisations de la probité publique. Le premier axe d’une factorielle clive massivement la population entre citoyens qui considèrent a priori la fonction politique comme une activité honorable et peu corrompue (des citoyens compétents et proches des partis de gouvernement), à ceux qui, au contraire, la considèrent a priori comme peu honorable et corrompue (des citoyens très distants, sans attaches partisanes ou proches du FN). Deux autres clivages secondaires affinent cette répartition globale. Le premier oppose une fraction dotée d’une conception humaniste de la politique qui amène ses membres à juger le personnel concerné à partir de ses qualités et compétences morales et techniques, à une fraction plus réservée qui considère le métier politique comme un art mystérieux, exigeant de la responsabilité et du savoir-faire, d’où la plus grande exposition du personnel à de possibles dérapages. Le deuxième s’organise autour des fragilités et menaces perçues comme parasitant incessamment la fonction politique. La vulnérabilité du personnel politique s’explique alors de deux manières : dans sa liaison au népotisme familial, à sa trop grande dépendance aux intérêts des fonctionnaires et des clientèles électorales ; ou dans la trop grande dépendance de la sphère politique à celle de l’économie, prédisposant le personnel politique à succomber plus facilement à la pression des acteurs économiques.

5Et le lecteur saisit parfaitement, grâce aux méthodes de traitement des données de l’enquête (l’analyse des correspondances multiples et la classification ascendante hiérarchique), à quel point la nature traditionnelle de la « critique de la fonction politique » dont les formes et intensités sont extrêmement variées apparaît comme essentiellement fragmentée et n’aurait rien d’univoque.

Éléments de discussion

6Le verdict de l’équipe du CEVIPOF est à cet égard sans ambages. De même que les catégories de citoyens les plus critiques seraient objectivement les plus prédisposées à dénoncer les pratiques de corruption à la justice pénale, aucune catégorie n’apparaît en réalité comme s’y résolvant véritablement, tant la « dénonciation » en France ne constitue pas une vertu civique consensuelle, c’est le moins qu’on puisse en dire. S’agissant d’émettre un jugement sur la « divulgation » de faits connus pour mieux lutter contre les pratiques de corruption (chapitre 8), nul ne sera étonné d’observer la mise à jour de réponses très mitigées. Elles attestent à nouveau d’une réelle tension normative oscillant entre adhésion au combat du lanceur d’alerte (whistleblower) courageux et rejet de l’acte du délateur, un personnage lâche avec lequel il serait impossible à quiconque de pouvoir s’identifier. Ce genre de tension est toujours de mise, parce que les conflits de normes et les dilemmes moraux sur le bien-fondé de la lutte à entreprendre se perpétuent dans le chef de chaque citoyen. La gestion de la dissonance cognitive est toujours fort compliquée à assumer, tant sur le plan savoir à qui dénoncer (ce qui relève d’une question de « compétence » pragmatique), que de savoir pourquoi on le ferait. Si des doutes récurrents travaillent les citoyens français à ce sujet, il est manifeste qu’ils restent avant tout liés à la nature des ambivalences fondamentales dégagées auparavant.

7Cela dit, d’où vient pourtant le sentiment d’insatisfaction du lecteur une fois refermé ce livre, dont on ne saurait néanmoins douter de l’incomparable richesse ? Peut-être d’une impression d’inachèvement, voire d’un défaut de structuration paradigmatique. On pourrait en effet à bon droit se demander si les auteurs ont bien fait de congédier aussi rapidement les approches économiques, institutionnelles et juridiques au profit d’une approche sociologique par l’entrée des seules perceptions sociales. Car tout au long du livre, on les voit se débattre avec des typologies d’attitudes elles-mêmes finalement très normatives. Et la morale de la « réprobation commune » revient obstinément par les fenêtres, y compris quand il s’agit d’expliquer des zones d’ambivalence, par principe sous-entendues comme étant des plages de dissensus voire du conflit au sein de la population. On comprend bien que les auteurs cherchent un possible levier d’action auprès de certaines franges de la population française pour aider à une meilleure prise de conscience de la moralisation des pratiques corruptives des élites, dans un moment notamment où tout invite à penser qu’elles s’aggraveraient dangereusement. Mais, puisque l’honnêteté de l’enquête ne permet pas de trouver ces leviers et que, par ailleurs, ont été correctement diagnostiquées les raisons pour lesquelles on n’y parvient pas réellement, le lecteur se prend à imaginer autre chose.

  • 5  R. Boudon, La sociologie comme science, Paris, La Découverte, 2010, p. 90.
  • 6  La pensée de R. Boudon n’y aurait alors pas droit de cité, eu égard à l’importance relevée des « c (...)

8L’usage de la théorie de la rationalité ordinaire de R. Boudon ne pourrait-il pas, par hasard, s’avérer d’un secours explicatif plus salutaire, si l’on s’avisait à en mobiliser la grille d’intelligibilité dans une enquête ultérieure ? P. Perrineau (p. 13) cite à juste titre l’enquête de R. Boudon de 2002 au sujet d’un prétendu déclin de la morale et des valeurs. On serait ainsi fondé à se demander si la théorie moniste de l’individualisme méthodologique expliquant les croyances comme des effets de la rationalité cognitive, ne pourrait pas permettre d’aller plus loin. Au moins, si nous faisions l’effort de vouloir réinterroger l’origine cognitive des sentiments normatifs des Français à propos de la corruption. Mais pourquoi le ferait-on ? Parce qu’il nous semble que la présente enquête repose, à l’insu des auteurs eux-mêmes, sur leprincipe que tout acte et toute croyance descriptive ou normative sont bel et bien l’effet de raisons impersonnelles et personnelles paramétrées par le contexte, et perçues par l’individu comme plus fortes que d’éventuelles raisons alternatives5. On objectera aisément que la défense du conservatisme social qui participerait à la tentative d’expliquer le mystère de la cohésion sociale soit toujours en arrière-plan de ce paradigme et donc incompatible avec la division ultime des citoyens en classes inégalitaires6, même si, à notre sens, cette objection constitue une idée reçue. Il n’est pas dit qu’une nouvelle enquête centrée sur les bonnes raisons de réprouver la corruption et de ne pas s’en accommoder en invitant à des solutions de lutte précises, ne puisse pas amener à des conclusions différentes. Qui nous dit qu’un nouveau protocole directement axé sur l’étude des « bonnes raisons » invoquées pour expliquer la prétendue passivité ou apathie des masses face à la corruption des élites – attitudes conduisant par hypothèse à la désintégration de la cohésion sociale –, ne pourrait pas faire apparaître d’autres pulsions cohésives parmi eux, là où on ne les attendrait pas forcément ? Voilà en tout cas, une invitation à approfondir l’exploration de cette question capitale pour l’avenir de la démocratie, dans le sillage de cette magnifique brèche dans la connaissance.

Haut de page

Notes

1  L’équipe signe chacun des chapitres à une ou plusieurs mains, avec ou sans P. Lascoumes : B. Cautrès, F. Chanvril, J. Chiche, V. Le Hay, N. Mayer, O. Massoleni, G. Michelat, J. Mossuz-Lavau, A. Muxel, P. Perrineau, M. Sineau, O. Tomescu-Hatto. Observons que la parité est scrupuleusement respectée au CEVIPOF, dans cette recherche du moins, puisqu’elle a mobilisé sept femmes et six hommes.

2  On en suit avec un réel plaisir, l’implacable logique de construction méthodologique même au prix de redites, autant que les résultats, avec des synthèses toujours très éclairantes.

3  Au sujet des focus groups antérieurs, voir P. Lascoumes et P. Bezes, Les formes de jugement du politique : principes moraux, principes d’action et registre légale, L’Année sociologique, 2009, 59/1, p. 109-147.

4  Un talentueux état de la littérature sur la corruption en quatre entrées (philosophie, droit, économie, sociologie) est dressé (p. 79-91). Personne ne sera tellement étonné que le maître d’œuvre et d’ouvrage ait assumé le choix d’une approche sociologique « culturaliste » centrée sur les représentations ou les perceptions, dans le sillage d’Arnold Heidenheimer, théoricien de la « corruption grise », plutôt que sur des approches normatives, qu’elles soient économiques, institutionnelles ou juridiques.

5  R. Boudon, La sociologie comme science, Paris, La Découverte, 2010, p. 90.

6  La pensée de R. Boudon n’y aurait alors pas droit de cité, eu égard à l’importance relevée des « clivages sociaux » entre les citoyens (p. 107-124). Ainsi : Il se confirme que parmi les appartenances sociales, ce sont donc essentiellement celle qui concernent le statut socio-économique [des personnes interrogées] qui comptent : les représentations qu’ont les citoyens de la probité et de la corruption sont articulées à une dimension verticale de la position dans l’espace des inégalités de statut socio-économique (p. 120). D’autres passages de l’ouvrage montrent infiniment plus de nuances à ce sujet.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7954/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Pierre Lascoumes (dir.), Favoritisme et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII | 2010, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7954

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

CERSA (CNRS/Université Paris II)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org