Navigation – Plan du site
Articles ("Varia")

Un monde d’homicides

Marc Ouimet

Résumés

Cette étude vise à établir les variations du taux d’homicides entre les pays du monde et à examiner les facteurs qui y sont liés. L’analyse porte sur 167 pays pour lesquels nous disposons en 2004 d’une estimation fiable du taux d’homicides. Les données sur l’homicide proviennent de l’Organisation mondiale de la santé et les données pour les variables explicatives proviennent de sources variées. Les analyses statistiques préliminaires portent sur les caractéristiques populationnelles, économiques, environnementales, sociales, identitaires et politiques des pays. La modélisation statistique finale montre que trois grands facteurs expliquent les variations du taux d’homicides, soit le pourcentage de jeunes dans la population, le niveau de vie tel que mesuré par le PIB et le degré d’inégalité de la redistribution des revenus. En discussion sont abordés les thèmes de la composition de la population, de la situation économique et du système politique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Afrique, Amériques, Europe, Asie

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

La sociologie comparative n’est pas une branche de la sociologie, c’est la sociologie elle-même. (Émile Durkheim)

Introduction

1Comme vient le rappeler le Secrétariat de la déclaration de Genève (2008), dans certains pays, la violence crée un climat de peur généralisée, détruit le capital humain et social, perturbe les échanges économiques et éloigne les investissements financiers. À travers le temps, un niveau de violence élevé peut être considéré comme une cause de la pauvreté qui elle devient une cause de la violence. La spirale violence-pauvreté détruit tout dans son sillage. La présente étude cherche à établir les liens qui peuvent exister entre le niveau de violence des différentes nations du monde et leurs caractéristiques, économiques bien sûr, mais aussi démographiques, sociales ou autres. En dehors du niveau de richesse, d’autres facteurs expliquent-ils les variations du niveau de violence ?

2Les comparaisons internationales de la violence ont une longue histoire en criminologie. Depuis que le français André Michel Guerry (1833) présenta la loi thermique de la criminalité, qui rendait compte du fait que la violence était plus fréquente dans les régions du Sud que dans celles du Nord, s’est accumulée une littérature considérable sur les variations du niveau de violence des pays et sur les facteurs qui pourraient en expliquer la distribution. Des données fiables sur le volume d’homicides pour un grand nombre de pays sont très récentes. Ainsi, la presque totalité des études disponibles fut menée avec un nombre de pays limité, le plus souvent uniquement avec les pays développés qui ont, en général, un taux d’homicides relativement bas. Or, le fait de considérer tous les pays montre des variations spectaculaires du taux d’homicides, de moins de 1 pour 100 000 habitants au Japon à plus de 60 homicides pour 100 000 habitants en Colombie. La présente étude vise donc à revisiter cette question classique de la criminologie avec un nombre plus élevé de pays ainsi que des données plus valides.

3L’homicide, ou le taux d’homicides pour 100 000 habitants, est l’indicateur privilégié des études comparatives internationales du niveau de violence d’une société. Cela s’explique de plusieurs manières. D’une part, l’homicide apparaît comme le crime le mieux mesuré : peu de meurtres passent inaperçus et les autorités sont généralement informées lorsqu’un citoyen meurt de manière tragique. Dans le cas des pays où le système de comptabilité des homicides par la police est déficient, des données provenant d’autres sources sont maintenant disponibles. D’autre part, bien que la définition de l’homicide varie d’un endroit à l’autre, il est généralement possible d’isoler un sous-ensemble qui puisse être comparé, ce qui n’est pas le cas pour des infractions de moindre gravité. Finalement, le taux d’homicides est un bon indicateur du niveau de criminalité global d’une société ; plus il y a d’agressions, de vols, de viols, plus il y aura d’homicides (Ouimet, Tremblay, 1996).

4Plusieurs études comparatives sur le taux d’homicides cherchent à évaluer les mérites d’une hypothèse ou à en comparer deux (Messner, Raffalovitch, Shrok, 2002 ; Fajnzylber, Lederman, Loayza, 2002 ; Chamlin, Cochran, 2005). Par exemple, Paré (2006) contraste et confronte deux concepts, soit celui de pauvreté et celui d’inégalité. Afin de ne pas imposer un carcan trop strict à notre démarche d’analyse, nous avons préféré ne pas nous limiter à une hypothèse trop spécifique quant aux déterminants du taux d’homicides. Cette étude est donc exploratoire dans la mesure où elle vise à établir les différences de niveau d’homicide entre les pays et à examiner l’ensemble des facteurs qui pourraient en expliquer la distribution. Seront examinées les caractéristiques populationnelles, économiques, environnementales, sociales, ethniques et politiques des pays. Après avoir étudié les variables regroupées en dimensions, une intégration statistique sera proposée.

Compter ses morts

5Bien que des statistiques sur l’homicide soient disponibles pour la majorité des pays du monde depuis longtemps, leur validité a fait l’objet de nombreuses discussions. Plusieurs difficultés se posent. Dans certains pays, on compte scrupuleusement chaque homicide et ils sont répertoriés dans différentes bases de données, soit dans les statistiques policières, les statistiques judiciaires et les statistiques sanitaires (c’est-à-dire les causes de décès). Chacune de ces sources de données a ses qualités et ses limites, mais une triangulation est possible pour estimer le nombre d’homicides se produisant chaque année. Dans d’autres pays, l’infrastructure de collecte et de compilation de données est quasi inexistante et nous devons nous tourner vers des sources secondaires. De plus, les définitions mêmes de l’homicide sont différentes d’un pays à l’autre et incluent, ou pas, la tentative de meurtre, l’avortement ou le fait de tuer accidentellement une personne lors de la conduite d’un véhicule automobile dans certaines circonstances. Bref, on ne peut espérer un indicateur unique et parfaitement comparable, mais il nous apparaît que les meilleurs estimés disponibles aujourd’hui mesurent assez bien le phénomène.

6On trouve deux grandes sources de données sur le taux d’homicides des pays. D’abord, les données d’INTERPOL existent depuis longtemps, mais sont peu valides. Elles proviennent essentiellement des informations transmises par les gouvernements des différents pays. On y retrouve de nombreuses aberrations (par exemple, de grands pays où il n’y aurait, selon le gouvernement, pratiquement pas d’homicides). Les données les plus intéressantes sont celles compilées et publiées par l’Organisation mondiale de la santé qui sont basées sur une classification des causes de décès.

  • 1  Données disponibles via ce lien. Pour les questions techniques, voir ce lien. Pour la majorité des (...)
  • 2  Il est possible que les données qui nous intéressent fluctuent d’une année à l’autre. Ce fut le ca (...)
  • 3  Une autre zone d’incertitude est relative à la question des conflits civils. Dans certains cas, le (...)

7Dans la présente étude, les données utilisées proviennent du document Intentional Homicide, rate per 100 000, 2004 publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (2008) qui examine les différentes données disponibles pour en proposer les plus vraisemblables1. Les années de référence des données varient entre 2003, 2004 et 20052. Ce document de référence présente les estimations les plus solides disponibles à l’heure actuelle pour comparer le taux d’homicides des pays du monde3.

8Les données caractérisant les variables explicatives furent prélevées à un grand nombre d’endroits, notamment les listes officielles des différents organismes relevant de l’ONU ou d’autres agences internationales. Lors de la première série d’analyse par thématique (c’est-à-dire les corrélations), seuls les pays pour lesquels l’information est présente sont inclus dans les calculs. Toutefois, pour les analyses multivariées, menées avec les variables identifiées comme les plus importantes, les valeurs manquantes ont été estimées à partir des valeurs des États adjacents comparables.

9Comme dans toute analyse du genre, des choix furent effectués pour sélectionner l’échantillon à l’étude. Si on dénombre actuellement environ 230 États indépendants, dont 192 pays en bonne et due forme, notre analyse porte sur 185 pays. Des pays comme le Liechtenstein, la Corée du Nord ou le Timor-Oriental ne sont pas considérés, faute de données suffisantes. Aussi, nous avons procédé au regroupement de 10 petits pays de l’Océanie (dont Nauru, Tuvalu, Tonga, etc.) et de 8 petits pays des Caraïbes (Saint-Vincent et Grenadines, Sainte Lucie, Barbade, Bahamas, etc.). Au final, notre analyse porte sur 167 unités (nous parlerons tout de même de 167 pays pour simplifier les choses).

10Mentionnons finalement que la présente analyse, se situant au niveau national, masque des différences importantes qui peuvent exister à l’intérieur des pays. C’est le problème de l’agrégation spatiale. En effet, nous savons que le taux d’homicides peut varier beaucoup à l’intérieur d’un même pays, comme dans le Grand Nord canadien (Kennedy, Silverman, 1993), en Corse (Mucchielli, 2002) ou dans le Sud des États-Unis (Messner, 1983). Notre étude ne tient donc pas compte de ces variations infranationales.

L’homicide à travers le monde

  • 4  Pour des informations sur le nombre de décès liés aux grands conflits mondiaux et aux systèmes tot (...)
  • 5  Bien que les morts sur les champs de bataille lors des guerres ne sont pas techniquement des homic (...)

11L’homicide, le meurtre, et l’assassinat constituent aujourd’hui des événements rares. L’époque contemporaine, disons depuis 1970, apparaît comme beaucoup plus sécuritaire que les autres périodes de l’humanité. En effet, à partir de travaux archéologiques, on sait que les membres des tribus amérindiennes du Sud-ouest américain vivaient dans un monde très dangereux : jusqu’à une personne sur quatre mourrait d’une agression ou de ses suites (Leblanc, Register, 2004). Les travaux de plusieurs anthropologues montrent aussi que les risques étaient fort élevés dans plusieurs tribus sur plusieurs continents (Diamond, 1997). Au moyen-âge, en Europe, le taux d’homicides était outrageusement élevé (Chesnais, 1981 ; Gurr, 1989 ; Eisner, 2003 ; Muchembled, 2008). Lors des grandes colonisations des Nouveaux Mondes, notamment en Afrique ou en Amérique, des populations entières furent massacrées. La plupart des observateurs attribuent à l’appesantissement de l’État (école, armée, police et justice) la baisse séculaire de la violence. Malgré cette tendance lourde, il arrive des soubresauts, comme ce fut le cas lors de la première moitié du vingtième siècle, des millions de gens sont morts durant les deux guerres mondiales (respectivement 15 millions et 55 millions), dans les goulags de Staline (20 millions) ou durant les purges maoïstes (10 millions)4. Malgré que les quarante dernières années aient connu leur lot de conflits, guerres et génocides, et qu’il y en a toujours, nous vivons maintenant dans la période la plus paisible de l’histoire de l’humanité5.

12Nous savons que les pays ayant peu d’homicides ont un taux annuel avoisinant le 1 pour 100 000 habitants alors que les pays les plus violents ont un taux se situant autour de 70. Dans un pays qui aurait un taux d’homicides de 70 pour 100 000, si l’espérance de vie est de 60 ans, cela veut dire qu’une personne sur 25 (ou 4 %) mourra de cette cause. En 2004, le taux d’homicides moyen des 167 pays ici considérés se situait à 11,8 alors que le taux moyen pondéré par la population se situait à 9,4 homicides par 100 000 habitants. Si la population de 2004 était de 6,5 milliards de personnes et que le taux d’homicides moyen était de 9,4, cela veut dire que le nombre annuel d’homicides dans le monde était de 607,750. La figure 1 illustre la distribution du taux d’homicides des 167 pays de notre échantillon en 2004.

Figure 1 : Distribution du taux d’homicides de 167 pays en 2004

Figure 1 : Distribution du taux d’homicides de 167 pays en 2004

13L’histogramme de gauche indique que la distribution brute du taux d’homicides des nations suit une distribution asymétrique positive, ce qui correspond à la distribution classique des phénomènes sociaux. Ainsi, près de la moitié des pays ont un taux d’homicides relativement restreint (inférieur à 10 pour 100 000 habitants), un tiers ont un taux modéré alors qu’un petit nombre de pays ont un taux d’homicides particulièrement élevé. L’histogramme de droite illustre la distribution quasi normale du log naturel (base 2,7) du taux d’homicides. Puisque la normalité de distribution est une exigence stricte pour les analyses statistiques paramétriques classiques, cette dernière sera utilisée. Les pays ayant un taux d’homicides inférieur à 1 pour 100 000 habitants ont une valeur log négative. La figure 2 illustre la répartition spatiale du taux d’homicides à travers le monde en 2004.

Figure 2 : Répartition du taux d’homicides pour 100 000 habitants en 2004

Figure 2 : Répartition du taux d’homicides pour 100 000 habitants en 2004

14À la figure 2, on retrouve les pays qui ont le plus faible taux d’homicides en bleu pâle et les autres pays selon un dégradé de rouge. Un examen de la distribution montre que le taux d’homicides est largement structuré sur une base spatiale. Ainsi, les pays d’une même région tendent à avoir un taux d’homicides qui se rapproche. Cette réalité tend à relativiser l’importance de facteurs particuliers aux pays eux-mêmes, tels que le type de système politique ou la présence de conflits. Selon la carte, les pays de l’Afrique subsaharienne sont ceux qui ont les taux d’homicides les plus élevés, suivis des pays de l’Amérique latine et de certains pays de l’ex-empire soviétique. Les pays de l’Asie de l’Est ainsi que les pays de l’Europe de l’Ouest ont des taux d’homicides relativement bas. Cette distribution n’est pas sans rappeler une des thèses principales de Jared Diamond (1997) qui explique que l’Eurasie (avec son orientation est-ouest) constitue une zone privilégiée au plan climatique pouvant expliquer son développement plus rapide que les autres zones du globe.

15Le tableau 1 présente le taux d’homicides ainsi que la population pour tous les pays de plus de cinq millions d’habitants. Les pays sont présentés par ordre décroissant du taux d’homicides. Il est à noter que la classification des pays est celle de l’ONU qui considère séparément les pays industrialisés, peu importe leur localisation géographique, et regroupe les États arabes ensemble. Notre étude vise à rendre compte et expliquer cette distribution du taux d’homicides à travers le monde.

Tableau 1 : Taux d’homicides pour les pays de plus de cinq millions d’habitants en 2004

Industrialisés

Amérique latine

Afrique

États-Unis

5,9

Colombie

61,1

Afrique du Sud

69,0

Israël

4,7

El Salvador

57,5

Côte D’Ivoire

45,7

Finlande

2,8

Guatemala

36,4

Angola

36,0

Suède

2,4

Haïti

33,9

Burundi

35,4

Belgique

2,1

Venezuela

32,5

Congo-Kinshasa

35,2

Canada

2,0

Honduras

32,2

Sierra Leone

34,0

Portugal

1,8

Brésil

30,8

Somalie

33,0

France

1,6

Rép. Dominicaine

24,2

Zimbabwe

32,9

Royaume-Uni

1,6

Équateur

18,5

Soudan

28,6

Australie

1,5

Paraguay

17,8

Rwanda

26,6

Espagne

1,4

Nicaragua

17,4

Tanzanie

26,1

Pays-Bas

1,4

Mexique

10,9

Uganda

25,2

Italie

1,2

Cuba

6,0

Zambie

22,9

Suisse

1,2

Pérou

5,7

Kenya

20,8

Danemark

1,1

Argentine

5,5

Mozambique

20,2

Allemagne

1,0

Chili

5,5

Niger

20,2

Grèce

1,0

Bolivie

5,3

Éthiopie

19,3

Autriche

0,8

Asie

Tchad

19,0

Japon

0,5

Philippines

21,0

Burkina Faso

18,1

Europe centrale

Cambodge

18,5

Mali

18,0

Russie

29,7

Myanmar-Birmanie

15,7

Malawi

18,0

Kazakhstan

16,2

Papouasie N.-Guinée

15,2

Nigeria

17,7

Ukraine

12,0

Thaïlande

9,0

Guinée-Conakry

17,3

Biélorussie

10,2

Indonésie

8,9

Cameron

16,1

Kirghizstan

8,6

Malaisie

8,9

Sénégal

14,2

Ouzbékistan

3,7

Laos

5,4

Togo

13,7

Yougoslavie

3,6

Viêt Nam

3,8

Bénin

12,7

Roumanie

3,3

Népal

8,0

Madagascar

11,7

Bulgarie

3,1

Bangladesh

7,8

Ghana

11,6

Azerbaïdjan

2,8

Sri Lanka

7,2

Tadjikistan

2,4

Pakistan

6,3

Arabie Saoudite

3,2

Slovaquie

2,3

Inde

5,5

Yémen

3,2

Rép. Tchèque

2,2

Chine

2,2

Iran

2,9

Hongrie

2,2

Corée du Sud

2,2

Libye

2,9

Pologne

1,7

Syrie

2,6

États arabes

Jordanie

6,9

Tunisie

1,7

Algérie

9,6

Iraq

6,7

Égypte

1,3

Turquie

6,9

Afghanistan

3,4

Maroc

1,1

Les théories et modèles permettant de rendre compte des variations du taux d’homicides

16Il existe une littérature abondante sur les facteurs expliquant les variations du taux d’homicides à travers le monde. Howard, Newman et Pridemore (2000) dans un chapitre de livre intitulé « Theory, Method and Data in Comparative Criminology » font état des principaux modèles d’interprétation et théories. On retrouve aussi un bon survol des connaissances dans Lafree et Tseloni (2006) ou dans Van Dijk (2008).

17Parmi les explications des variations du taux d’homicides, on retrouve des modèles d’interprétation, des théories et des facteurs. Trois modèles d’interprétation peuvent être distingués, soit le modèle de la modernisation, le modèle du conflit social et le modèle de la civilisation. Il s’agit ici de « Grand Theories » qui permettent davantage de comprendre l’évolution de la criminalité dans le temps que d’expliquer les différences entre les pays. Le modèle de la modernisation trouve ses bases dans les travaux de Durkheim (1893) qui indiquent que l’arrivée de la société contemporaine a amené des changements qui ont affaibli les mécanismes traditionnels de solidarité mécanique et de conscience collective. L’industrialisation et l’urbanisation amèneraient une différenciation sociale susceptible de créer des tensions entre les groupes au sujet de la redistribution des ressources et ainsi contribueraient à une hausse de la violence. Le modèle du conflit social développe davantage cette idée : l’expansion du capitalisme aurait amené une disparition des modes de vie traditionnels, une augmentation de l’exploitation des classes ouvrières et assurerait la permanence de conflits entourant l’accès aux ressources. Une hausse de la pauvreté, de la répression et de l’exclusion serait inévitable (Vold, 1958). Le troisième modèle d’interprétation, celui de la civilisation des mœurs, indique au contraire que l’industrialisation, l’urbanisation et la modernisation progressive de nos États auraient amené une décroissance progressive du niveau de violence (Gillis, 1989). Ce modèle, basé sur la pensée de Elias (1939), indique que la vie dans nos sociétés de plus en plus complexes amène l’adoption de règles de conduite plus strictes et une retenue plus grande des gens. Ces modèles d’interprétation, bien qu’intéressants, sont plus difficiles à opérationnaliser et à tester dans le cadre d’études empiriques. Ils ont un caractère général et ne peuvent être réduits à quelques variables facilement manipulables.

18Dans la littérature, un certain nombre de théories criminologiques furent utilisées pour tenter d’expliquer les variations de la criminalité dans le temps ou l’espace. Les théories culturelles proposent que la délinquance est le produit de forces qui apparaissent à l’intérieur de groupes sociaux marginalisés, soit via un processus d’association différentielle (Sutherland, 1947) ou de sous-culture de violence (Wolfgang, Ferracuti, 1967). Sur le plan des différences entre nations, plus on retrouve de gens marginalisés, plus règnera une culture d’opposition dans les milieux défavorisés. La théorie de la tension a aussi été utilisée pour comprendre les variations de la criminalité entre les pays. On indique que certains groupes désavantagés se retrouvent en situation de privation relative, ce qui est de nature à générer de la tension et du ressentiment qui peuvent se transformer en colère, révolte ou rejet des valeurs dominantes de la société (Whelan, Layte, Maitre, Nolan, 2001). Le vol et la violence peuvent devenir une expression de cette frustration. Dans les études macrosociologiques, ces dimensions se retrouvent mesurées par les variables de pauvreté/richesse (généralement par des variables macroéconomiques comme le produit intérieur brut) et par une variable qui mesure l’inégalité dans la redistribution des revenus (le coefficient Gini) (Soares, 2002). Bien que la plupart des chercheurs aient trouvé un lien positif entre inégalités et le taux d’homicides, Pridemore (2008) montre que lorsque le niveau de pauvreté est contrôlé, on ne retrouve plus d’effet d’inégalité entre pays. Finalement, des travaux ancrés dans la théorie de la désorganisation sociale indiquent que la pauvreté amène une cassure des liens sociaux et du contrôle social, ce qui rend ces décrocheurs libres d’agir selon leurs propres intérêts, qui, évidemment, ne correspondent pas toujours avec ceux des autres (Messner, 1989). Les deux autres dimensions de la théorie de la désorganisation sociale peuvent être pertinentes pour analyser les différences de niveau de violence entre les nations, soit l’hétérogénéité ethnique et la mobilité résidentielle.

19La théorie des opportunités développée par Cohen et Felson (1979) indique que l’avancement des sociétés amène la présence d’un plus grand nombre de biens de consommation susceptibles d’être volés et une moins grande surveillance des biens due à une dispersion des activités des gens dans l’espace. Ces changements entraîneraient une hausse des crimes contre la propriété et, par voie de conséquence, une hausse des conflits et de violence entre les gens (Lee, 2000).

20Au delà des théories et modèles qui permettent d’expliquer des niveaux de violence différents d’une société à l’autre, des forces structurelles sont certainement en jeu. D’une part, une société qui aurait un surplus d’hommes aurait plus de violence simplement parce que les hommes sont plus violents que les femmes (Courtright, 1998). D’autre part, nous savons que l’âge est lié au comportement délinquant plus que tout autre variable (Ouimet, Blais, 2002). Puisque la violence est essentiellement une activité de jeunes gens, une société plus jeune aura, toutes choses par ailleurs étant égales, plus de violence. Or, les différences entre les pays de ce point de vue sont énormes ; certains on peu de jeunes alors que pour d’autres les adolescents et jeunes adultes constituent la majorité de la population.

21Bien que les modèles et théories puissent être utiles pour interpréter les relations observables entre des variables explicatives et le niveau de violence des sociétés, le lien entre une variable particulière et une théorie est loin d’être évident. Par exemple, si on trouve que les pays plus riches ont un taux d’homicides inférieur aux autres, quelle théorie se voit-elle validée ? Plusieurs des théories présentées soutiennent une telle relation inverse entre développement économique et violence. C’est pourquoi l’approche utilisée dans la présente étude est modeste au plan théorique ; nous nous limiterons à identifier les principales variables qui covarient avec le taux d’homicides et en discuterons de manière limitée. Les études pertinentes seront discutées à l’intérieur de chaque section d’analyse.

Démarche méthodologique

22Dans le cadre d’une analyse macrosociologique, plusieurs choix méthodologiques doivent être réalisés. La première décision concerne le traitement de l’effet lié aux variations de la structure d’âge de la population. Puisque la prévalence de l’homicide est liée à l’âge, une société plus « jeune » aura un taux d’homicides plus élevé. Il existe deux manières de traiter l’effet de cette variable. La première stratégie permettrait de retirer l’effet de la structure d’âge du taux d’homicides et ainsi de prédire cette nouvelle distribution (c’est-à-dire taux d’homicides ajusté par l’âge) avec les autres variables. La seconde stratégie est tout simplement d’inclure une ou des variables décrivant l’importance relative de différents groupes d’âge dans le modèle de régression multiple. Cette seconde stratégie est ici choisie parce qu’elle permet de comparer l’effet de la structure d’âge à l’effet d’autres variables. C’est d’ailleurs la stratégie employée par la majorité des chercheurs ayant comparé l’homicide dans divers pays (voir la méta analyse de Pridemore et Trent, 2010).

23La seconde décision concerne l’usage, ou non, de données pondérées par la population. Lorsque les données ne sont pas pondérées, le nombre de cas analysé équivaut au nombre de pays et chaque pays a le même poids dans le calcul des coefficients. La Chine a donc le même poids que l’Islande dans les calculs. Dans la présente étude, nous utilisons des données non pondérées parce que nous nous intéressons aux caractéristiques des pays et leur taux d’homicides, chaque pays est considéré comme un cas unique. L’utilisation de données pondérées par la population ferait que l’essentiel de la corrélation mesurée entre les variables serait due à ce qui est observé pour les quelques pays populeux. Par exemple, si la Chine a comme religion dominante le bouddhisme et que son taux d’homicides est bas, alors le bouddhisme sera lié à un faible taux d’homicides, et ce, même si tous les autres pays bouddhistes ont un fort taux d’homicides. Dans la littérature, on trouve des études qui utilisent les deux types de stratégies Deaton (2005). Neumayer (2004) a quant à lui mené ses analyses de front avec les estimations pondérées et non pondérées. Les résultats obtenus avec ces deux méthodes se ressemblent. Dans notre cas, nous allons utiliser les données non pondérées, mais nous allons aussi effectuer des analyses avec les 109 pays de plus de 5 millions d’habitants pour voir si les résultats observés se maintiennent lorsque les nombreux pays peu populeux sont retirés.

24La troisième et dernière question méthodologique d’importance est l’utilisation ou non d’une variable dépendante transformée. Dans le cas présent, la variable dépendante est le log naturel (base 2,7) du taux d’homicides. Ce choix a été dicté par le fait que la distribution originale du taux d’homicides (voir la figure 1) est largement asymétrique positive. L’utilisation d’une telle distribution dans une analyse paramétrique contreviendrait à l’important postulat de quasi-normalité des distributions. Dans le cas de l’utilisation d’une distribution asymétrique, les caractéristiques des quelques pays qui ont un taux très élevé deviendraient les plus puissants prédicteurs de l’homicide et annuleraient ainsi l’impact des autres facteurs. Il est à noter que les prédicteurs, ou variables indépendantes ont aussi été logués lorsque leur distribution originale s’éloignait trop d’une distribution normale. De manière à assurer une cohérence analytique, tous les résultats sont présentés avec les variables transformées ; on parlera donc des variables qui influencent les variations du log du taux d’homicides.

25L’analyse, dans cet article, procède en trois temps. D’abord, des analyses préliminaires de corrélations seront menées pour déterminer quelles variables sont statistiquement liées à la variation du log du taux d’homicides entre les pays. Cette section annonce les résultats, mais ne pourrait constituer le test de l’importance relative des variables. La plupart des comparaisons internationales de la violence ou de l’homicide montrent que les pays les moins développés économiquement ont des taux supérieurs à ceux des pays plus favorisés. Cela ne surprend personne. Sachant cela, il devient difficile d’étudier l’impact d’autres variables puisque la plupart de celles qui nous intéressent sont aussi liées à la pauvreté/richesse. Par exemple, on en apprendra peu si on montre qu’il existe une forte relation négative entre le taux d’alphabétisation et le taux d’homicides. En fait, le taux d’alphabétisation est lié à la variable de pauvreté/richesse qui, elle, est liée à l’homicide. Ainsi, la seconde étape d’analyse sera d’examiner si une variable donnée a un impact indépendant sur l’homicide une fois que la pauvreté/richesse est contrôlée statistiquement (corrélation partielle). Finalement, le vrai test de l’importance des variables sera effectué dans le cadre d’analyses de régressions multiples qui permettent d’identifier l’impact relatif de chacune des variables lorsque toutes les autres sont contrôlées. Or, l’étape de la spécification du modèle final, ou le choix des variables à inclure dans la régression multiple, ne saurait suivre une logique simple. Entre autres problèmes, la question de la multicolinéarité qui fait en sorte que nous devons choisir un nombre limité de variables qui rendent compte d’un maximum de dimensions. Les principes qui ont guidé le choix de variables sont ceux de l’importance de la relation initiale (corrélation ou corrélation partielle), de l’individualité de la variable (ne pas trop covarier avec les autres) et de leur importance théorique.

Les variables liées au taux d’homicides

26Dans cette section, nous verrons les relations initiales entre divers indicateurs et le log naturel du taux d’homicides. Il faut toutefois être conscient que la présence d’une corrélation significative entre un indicateur et le taux d’homicides ne démontre pas la présence d’une relation fonctionnelle ou causale entre les deux variables. La présente section constitue donc un aperçu des relations existantes entre les variables.

27Pour chaque variable étudiée, trois coefficients de relations sont produits et analysés. Tout d’abord est présentée la corrélation de Pearson entre chaque variable et le log du taux d’homicides. Le nombre maximal de cas servant à établir le coefficient est 167 pays (pour certaines variables il existe des valeurs manquantes). Le second coefficient est calculé seulement avec les pays qui ont une population égale ou supérieure à cinq millions de personnes (nous avons 109 pays dont la population est supérieure à cinq millions et 58 dont la population est inférieure ; la population totale des 58 pays exclus est de moins de 130 millions ou 3 % de la population du globe). Cette stratégie nous permettra de voir si la relation initiale se maintient avec l’utilisation des principaux pays du monde.

28Le troisième estimé est constitué de la corrélation partielle entre la variable et le log du taux d’homicides lorsque la variable du log du produit intérieur brut per capita est contrôlée statistiquement. Le PIB est la mesure la plus utilisée pour estimer le niveau de vie des habitants, bien que certains auteurs contestent qu’il s’agisse bien d’une mesure de pauvreté (Pridemore, 2008). Le PIB est un indice constitué de diverses statistiques relatives à la production interne de biens et services d’un pays. Il ne s’agit pas d’une mesure directe du niveau de vie, mais covarie très fortement avec cette dernière. L’avantage indéniable de cette mesure est que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale en produisent une estimation fiable pour tous les pays. La corrélation partielle est calculée avec l’échantillon non pondéré ; le contrôle est effectué avec le log du produit intérieur brut per capita (méthode PPP qui tient compte du coût de la vie dans chaque pays). La corrélation partielle informe donc sur l’impact indépendant d’une variable sur le taux d’homicides lorsque le niveau de richesse collective est tenu constant. La question ici est de savoir si une variable est liée au taux d’homicides au delà de sa relation statistique avec le niveau de richesse. En fait, comme le démontre le diagramme de dispersion de la figure 3, il existe un fort lien statistique négatif entre le log du PIB et le log du taux d’homicides.

Figure 3 : Diagramme de dispersion entre le log du PIB et le log du taux d’homicides des pays de plus de 5 millions d’habitants

Figure 3 : Diagramme de dispersion entre le log du PIB et le log du taux d’homicides des pays de plus de 5 millions d’habitants

29Le diagramme de dispersion de la figure 3 montre la relation entre la richesse des nations et le taux d’homicides. D’une part, il s’agit d’une relation très forte comme en témoigne un coefficient de corrélation de -0,66. Pratiquement tous les États avec un faible PIB ont un taux d’homicides élevé alors que les États avec un PIB élevé ont un faible taux d’homicides. Parmi les pays qui s’écartent de la droite, on retrouve les États-Unis qui ont un taux d’homicides trop élevé compte tenu du niveau de vie, ce qui est aussi le cas de la Russie, de l’Afrique du Sud et de quelques États d’Amérique latine (Guatemala, Brésil, Colombie). En revanche, certains pays ont un taux d’homicides très bas, compte tenu de leur niveau de richesse. C’est le cas de l’Afghanistan, du Tadjikistan, de l’Égypte et du Maroc.

Sphère populationnelle

30Les facteurs de la sphère populationnelle peuvent être considérés comme des variables structurelles ; on traite ici non pas des caractéristiques des habitants des pays, mais des caractéristiques globales de la population. Une variable populationnelle importante est celle de l’urbanisation. Louis Chevalier (1958) dans Classes laborieuses et classes dangereuses a bien montré que les périodes d’urbanisation galopante à Paris au XIXe siècle étaient suivies d’une détérioration des conditions de vie et d’une hausse du vice et des violences. On retrouve la dimension de l’urbanisation dans d’autres travaux (Quinney, 1964 ; Heiland, Shelley, Katoh, 1992). Toutefois, si l’effet de l’urbanisation paraît clair dans une perspective temporelle, il n’est pas évident qu’elle joue lorsque différents pays sont comparés.

  • 6  À moins qu’il soit spécifié autrement, les données pour les variables explicatives proviennent des (...)

31Parmi les dimensions populationnelles se trouvent les variables qui mesurent la structure d’âge de la population. Au niveau individuel, l’âge est la variable la plus fortement liée à la délinquance, loin devant le genre ou le statut socio-économique. Au niveau agrégé, l’effet de l’arrivée d’importantes cohortes de jeunes dans une population sur la hausse du vol et de la violence fut maintes fois établi par des études empiriques (South, Messner, 2000 ; Ouimet, Blais, 2002). Bref, puisque les jeunes sont responsables d’une large part des vols et violences, les pays qui ont une population de jeunes plus importante devraient avoir un taux de criminalité plus élevé. Le tableau 2 présente les corrélations entre les indices de population et le log du taux d’homicides en 2004 pour les 167 pays de l’analyse6.

Tableau 2 : Corrélations entre les variables de population et le log du taux d’homicides

Corrélation

(n = 167)

Corrélation Pop > 5 M

(n = 109)

Corrélation partielle

(contrôle du PIB)

(n = 167)

Population (LN)

 0,06

 -0,09

 -0,02

Taux de croissance de la population

 0,32**

 0,54**

 -0,01

Taux d’urbanisation

 -0,48**

 -0,41**

 0,05

Pourcentage d’accroissement population urbaine

 0,50**

 0,60**

 0,12

Taux de fertilité

 0,54**

 0,60**

 0,15

Pourcentage de 0-14 ans

 0,65**

 0,69**

 0,33**

Pourcentage de 15-29 ans

 0,68**

 0,70**

 0,36**

Pourcentage de 65 ans et plus

 -0,55**

 -0,68**

 -0,23**

32* P < ,05, ** P < ,01

33On peut d’abord voir au tableau 2 que l’importance de la population n’est pas liée au taux d’homicides. Le taux de croissance de la population est positivement lié à l’homicide, mais son importance disparaît lorsque le PIB est contrôlé statistiquement. Au niveau du taux d’urbanisation, il appert que les pays plus urbanisés ont un taux d’homicides moindre, mais la relation disparaît lorsque le PIB est contrôlé. Si le pourcentage d’accroissement de la population urbaine est positivement lié à l’homicide, la relation disparaît lorsque contrôlée par le niveau de richesse. On retrouve la même situation avec le taux de fertilité.

34La variable la plus fortement reliée au taux d’homicides est celle du pourcentage de la population âgée entre 15 et 29 ans. Cette relation résiste bien au test de la corrélation partielle. Partout, les jeunes constituent le groupe le plus à risque de violence et d’homicides et on a souvent observé dans des pays qu’une hausse massive du nombre de jeunes entraînait une hausse de la criminalité. Inversement, plus un État a une population mature ou vieille, moins il connait de violences.

Sphère économique

35S’il est une donnée bien établie en criminologie, c’est que les crimes de violence tendent à se produire davantage dans les segments moins fortunés de la population. Mucchielli (2009) en France montre que l’expansion ou la contraction des indices économiques sont liées aux variations du taux d’homicides. Dans la recherche macrosociologique sur les liens entre indices économiques et violence, deux conceptualisations se font compétition. Pour certains, c’est la pauvreté qui est associée à la violence (Neapolitan, 1998 ; Paré, 2006 ; Paré, Felson, 2010 ; Pridemore, 2008 ; Van Wilsem, 2004). Le lien entre la pauvreté et la violence passe par des concepts comme la désorganisation sociale, la sous-culture de violence et la corruption. Pour d’autres, ce n’est pas la pauvreté comme telle qui est criminogène, mais bien l’inégalité d’accès aux ressources (Kennedy, Silverman, Forde, 1991 ; Hsieh Pugh, 1993 ; Messner, Raffalovich, Shrock, 2002 ; Fajnzylber, Lederman, Loayza, 2002 ; Pratt, Godsey, 2003 ; Paré, Felson, 2010 ; Pridemore, 2008). Le lien entre inégalité et violence passe par des concepts tels que l’aliénation, l’anomie, la frustration et l’exclusion.

36Il y a plusieurs manières de mesurer la performance économique des nations. Une d’elles est l’indice de Produit intérieur brut calculé par le Fonds monétaire international, exprimé per capita, et modulé en tenant compte de la parité du pouvoir d’achat. Cet ajustement tient compte du fait que le coût de la vie est différent d’un pays à l’autre, ce qui au final procure une meilleure mesure des standards de vie. Les États les plus riches sont le Luxembourg, la Norvège, le Japon, les États-Unis et la Suisse. Les États les moins riches sont la République démocratique du Congo, le Burundi, l’Éthiopie, le Liberia et la Guinée-Bissau. Comme on peut le voir au tableau 3, la corrélation entre le log du PIB et le log du taux d’homicides est de -0,66. Il n’y a pas de corrélation partielle puisque le PIB est justement cette variable utilisée pour le contrôle statistique.

Tableau 3 : Corrélations entre les variables économiques et le taux d’homicides

Corrélation

(n = 167)

Corrélation Pop > 5 M

(n = 109)

Corrélation partielle

(contrôle du PIB)

(n = 167)

Log du produit intérieur brut per capita

 -0,66**

 -0,64**

 NAP

Coefficient d’inégalité Gini

 0,50**

 0,64**

 0,47**

La dette en pourcentage du PIB

 -0,10

 -0,16

 0,22*

37* P < ,05, ** P < ,01

38Le coefficient Gini est une mesure d’inégalité de la distribution des revenus dans une population. Plusieurs études ont mis en relation l’inégalité de la distribution des revenus et la violence (Krahn, Hartnagel, Gatrell, 1986 ; Hsieh, Pugh, 1993 ; Ford, Kennedy, Silverman, 1991 ; Jacobs, Richardson, 2008). Dans cette perspective, ce n’est pas le niveau de richesse qui est jugé important, mais bien le fait que des différences existent entre les citoyens quant à leur accès aux ressources. Les pays les plus égalitaires ont un coefficient qui tourne autour de 0,25 (Hongrie, Danemark, Japon, Belgique) alors que les plus inégalitaires ont un coefficient autour de 0,60 (Sierra Leone, Botswana, Namibie). La corrélation entre le coefficient Gini et le log du taux d’homicides est de 0,50. La corrélation partielle se maintient, ce qui veut dire que l’inégalité semble influencer le taux d’homicides même lorsque la richesse des pays est contrôlée.

39Le troisième indicateur économique retenu mesure l’importance de la dette nationale en rapport avec le produit intérieur brut. Le niveau d’endettement du pays joue sur sa capacité à emprunter ou à offrir des services à ses citoyens. La relation n’apparaît pas directement avec le taux d’homicides, mais fait surface lorsque le PIB est contrôlé.

Sphère environnementale

40L’Organisation mondiale de la santé a développé des mesures de développement sanitaire pour les différents pays membres. On y retrouve le pourcentage de la population ayant accès à des installations sanitaires convenables, c’est-à-dire des toilettes qui sont reliées à un réseau d’égout ou à une fosse septique. On y retrouve aussi le pourcentage de la population qui a aisément accès à une eau de qualité, soit une eau provenant d’un système d’aqueduc ou de puits qui respectent des standards minimaux. Il y a encore des pays où seule une minorité de la population a un accès aisé à une eau de qualité, comme par exemple l’Afghanistan, l’Éthiopie et le Tchad (respectivement 13 %, 24 % et 27 %). Comme on peut le voir au tableau 4, ces deux mesures sont en relation négative avec le taux d’homicides, mais ne résistent pas au contrôle du PIB.

Tableau 4 : Corrélations entre les variables environnementales et le taux d’homicides

Corrélation

(n = 167)

Corrélation Pop > 5 M

(n = 109)

Corrélation partielle

(contrôle du PIB)

(n = 167)

Pourcentage de la population ayant un accès aisé à des installations sanitaires convenables

 -0,38**

 -0,34**

 -0,05

Pourcentage de la population ayant un accès aisé à une eau de qualité

 -0,40**

 -0,41**

 -0,05

Exposition au plomb (niveau de plomb dans le sang des enfants)

 0,50**

 0,48**

 0,10

Superficie des terres cultivées per capita

 0,03

 -0,09

 0,12

41* P < ,05, ** P < ,01

42L’exposition au plomb, autres métaux lourds et autres polluants a été mise en relation avec la violence et l’homicide dans quelques études (Stretesky, Lynch, 2001). Même si une conscientisation globale s’est effectuée au cours des dernières décennies, la question des métaux lourds est loin d’être réglée, et ce, en particulier dans les pays moins développés. Le plomb est présent dans la peinture (et donc dans la poussière de la maison), dans les canalisations amenant l’eau potable, dans les batteries ou dans l’essence (et donc dans les gaz d’échappement des véhicules). L’exposition au plomb amène de graves conséquences chez les enfants (notamment une baisse des capacités cognitives et divers troubles d’apprentissage) et constitue une source pathogène dont l’effet perdure pendant toute la vie d’une personne exposée. Si le niveau d’exposition au plomb est initialement relié au taux d’homicides, la relation ne résiste pas au contrôle du PIB.

43Le quatrième indice environnemental est un rapport entre la superficie totale des terres cultivées et la population. Cet indicateur mesure en quelque sorte la base agricole de la population. Parmi les pays qui ont le plus de terre cultivée per capita, on retrouve l’Australie, le Canada, le Kazakhstan et la Russie, alors que les États qui ont le moins de terres cultivées par habitant sont le Koweït, Singapour, Bahreïn et les Îles Maldives. La corrélation entre cet indicateur et le taux d’homicides n’est pas significative.

Sphère sociale et sanitaire

44D’autres caractéristiques des États ont été mises en relation avec la violence. Nous avons regroupé au tableau 5 les variables liées à l’éducation, au niveau de progression des femmes dans les activités économiques et à la santé. Tout d’abord, le taux d’alphabétisation global n’est pas relié au taux d’homicides. Toutefois, le pourcentage d’enfants qui terminent une éducation de base (au moins cinq années d’éducation) est un plus puissant prédicteur de violence et résiste même au contrôle statistique.

45Deux variables qui mesurent la position des femmes dans le monde du travail furent mises en relation avec le taux d’homicides. D’abord, les pays où un plus grand pourcentage de femmes travaille sont des pays où le taux d’homicides est plus élevé. Inversement, les pays qui ont une plus grande proportion de femmes comme membres du parlement ont un plus faible taux d’homicides. Toutefois, aucune de ces deux dernières variables ne résiste au test de la corrélation partielle.

Tableau 5 : Corrélations entre les variables sociales et sanitaires et le taux d’homicides

Corrélation

(n = 167)

Corrélation Pop > 5 M

(n = 109)

Corrélation partielle

(contrôle du PIB)

(n = 167)

Taux d’alphabétisation des adultes

 0,15

 0,16

 0,10

Pourcentage d’enfants qui terminent une éducation primaire

 -0,59**

 -0,65**

 -0,27**

Taux d’activité économique des femmes

 0,31**

 0,30**

 0,05

Pourcentage de femmes au parlement

 -0,13

 -0,24**

 0,08

Taux de mortalité infantile pour 1000 naissances

 0,54**

 0,52**

 0,14

Prévalence du VIH/SIDA chez les 15-49 ans

 0,43**

 0,45**

 0,34**

Espérance de vie à la naissance

 -0,61**

 -0,60**

 -0,27**

46* P < ,05, ** P < ,01

47Les autres variables du tableau 5 sont constituées d’indicateurs de santé de la population. Le taux de mortalité infantile est fortement lié au taux d’homicides, mais sa relation disparaît lorsque contrôlée par le niveau de richesse. La variable qui mesure la prévalence du VIH/SIDA chez les adultes est fortement reliée à l’homicide et son effet perdure malgré le contrôle du PIB. Il pourrait y avoir un lien causal entre les deux variables puisque les pays affligés par cette maladie se retrouvent avec de nombreux enfants laissés à leur sort qui n’auront d’autre choix que de vivre d’expédients pour survivre. L’espérance de vie est évidemment fortement associée au taux d’homicides, mais nous sommes ici en présence d’une relation en bonne partie circulaire.

Sphère de l’identité

48Il existe de nombreuses études qui mettent en relation les caractéristiques identitaires de la population et la présence de guerre, de conflits civils ou de violence (Avison, Loring, 1986 ; Messner, 1989). Le lien entre l’hétérogénéité identitaire et la violence passe par les concepts de discrimination, d’exclusion, de pauvreté, de contrôle social ou d’intégration. L’hétérogénéité identitaire des habitants d’un pays peut être mesurée par trois dimensions, soit l’ethnicité, la langue et la religion. L’histoire de l’humanité est parsemée d’exemples où des divisions entre les citoyens sur la base d’une de ces trois dimensions ont mené à des violences collectives.

49Si des chercheurs ont tenté de montrer que la présence de certains groupes était causalement reliée à un taux d’homicides plus élevé, comme l’a fait J.P. Rushton (1995) qui tente d’établir que les Noirs sont biologiquement plus enclins à la violence que les Blancs, la plupart des chercheurs ne vont pas dans cette direction (l’étude de Rushton ne répond pas à des critères minimaux de qualité scientifique). Nous pensons que si les questions identitaires ont quelques rapports avec le taux de violence, ce serait plus en termes d’hétérogénéité de la population. L’hypothèse ici serait qu’une population plus homogène aurait des taux d’homicides moins élevés qu’une population hétérogène. Plusieurs théories, notamment la théorie de la désorganisation sociale ou les théories du contrôle social, pourraient expliquer une relation positive entre hétérogénéité identitaire et violence.

50Alberto Alesina de Harvard a développé différents indices de fractionalisation permettant de mesurer l’hétérogénéité des populations de la plupart des pays du monde (Alesina, Devleeschauwer, Easterly, Kurlat, Wacziarg, 2003). Nous avons retenu les indices de fractionalisation ethnique, religieuse et linguistique. Des pays comme la Corée du Sud, la Tunisie ou le Bangladesh ont une très faible fractionalisation ethnique, alors que la plupart des pays d’Afrique subsaharienne ont une importante fractionalisation ethnique, linguistique et religieuse.

51Le tableau 6 présente les résultats des corrélations entre ces indices, ainsi que la religion dominante, et le taux d’homicides. Comme le montrent les résultats, il existe de fortes corrélations positives entre les indices de fractionalisation ethnique et linguistique et le taux d’homicides. Étonnement, la relation entre l’indice de fractionalisation religieuse et le taux d’homicides est beaucoup plus faible en bivarié, mais subsiste au contrôle du PIB (d’ailleurs selon Alesina et al., 2003, si les deux premiers sont liés à la performance économique des pays, le troisième ne l’est pas).

Tableau 6 : Relations entre les variables d’ethnicité et le log du taux d’homicides

  • 7  Le coefficient êta est l’équivalent de la corrélation lorsqu’une des variables est catégorielle. S (...)

Corrélation

(n = 167)

Corrélation Pop > 5 M

(n = 109)

Corrélation partielle

(contrôle du PIB)

(n = 167)

Fractionalisation ethnique

 0,45**

 0,53**

 0,20*

Fractionalisation linguistique

 0,40**

 0,47**

 0,15

Fractionalisation religieuse

 0,18*

 0,17

 0,20*

Religion (êta)7

Catholique (52)

Protestante (25)

Orthodoxe (13)

Musulmane (50)

Orientale (13)

Hindoue (2)

Tribale (11)

 0,26*

2,1

1,7

1,7

1,8

1,5

1,5

2,7

 0,25*

2,1

1,6

1,8

2,0

1,6

2,1

2,7

 0,23**

2,4

2,3

1,5

1,5

1,4

1,2

2,1

52* P < ,05, ** P < ,01

53Deux thèmes dominent les études liant la religion et la violence, soit l’hétérogénéité religieuse et la religiosité. La religiosité est le niveau de croyance religieuse des gens, soit dans une optique durkheimienne le degré de conformité des gens à un système de croyances, de principes de vie et de valeurs civiques présentes dans toutes les religions. Nous n’avons trouvé aucune étude qui teste l’hypothèse que les différentes religions amènent des niveaux différents d’homicide. Nous avons tout de même codifié la religion dominante de chaque pays et mis cette donnée en relation avec le taux d’homicides (Israël n’a pas été inclus dans cette analyse). Les données du tableau 6 montrent que l’on retrouve le plus haut taux d’homicides dans les pays caractérisés par une religion tribale suivis des pays où domine la religion catholique. Toutefois, lorsque le PIB est contrôlé, un haut taux d’homicides caractérise les pays où le catholicisme et le protestantisme constituent la religion dominante.

Sphère politique

54Les institutions politiques et la gouvernance furent mises en relation avec le taux de violence par certains chercheurs (Lee, Bankston, 1999 ; Neumayer, 2003). Si la relation entre le niveau de démocratie et la violence n’est pas nécessairement évidente, il y aurait un surcroît de violence dans les pays où les agences gouvernementales elles-mêmes participent à la violence (Huggins, 1991 ; Koonings, Kruijt, 2004 ; Van Reeven, 2004). Aussi, les pays avec une histoire récente de conflits civils montrent un surplus de violence (Archer, Gartner, 1984 ; Rosenberg, 1991 ; Mauro, 1998 ; Koonings, Kruijt, 1999 ; Kalyvas, 2006).

55Le tableau 7 présente les corrélations et coefficients êtas entre plusieurs variables politiques et le taux d’homicides. La première variable du tableau indique le niveau de liberté démocratique tel que mesuré par les chercheurs du magazine The Economist (Kekik, 2007). Il s’agit d’un indice basé sur plus de 60 variables qui mesurent des éléments variés comme le respect d’un pluralisme électoral, la séparation des pouvoirs entre le législatif et l’exécutif, la présence de médias libres, etc. L’indice est ramené à un score entre 1 et 10. Par exemple, la Suède a un score de 9,88 alors que la Corée du Nord a un score de 1,03. De prime abord, le taux de liberté démocratique n’est pas lié au taux d’homicides, mais la relation apparaît lorsque le PIB est contrôlé. Puisque la relation après contrôle est positive, on peut dire que les pays avec plus de libertés démocratiques ont un taux d’homicides plus élevé.

Tableau 7 : Corrélations ou êta entre les variables politiques et le taux d’homicides

Corrélation

(n = 167)

Corrélation Pop > 5 M

(n = 109)

Corrélation partielle

(contrôle du PIB)

(n = 167)

Indice de liberté démocratique

 -0,12

 -0,09

 0,19 *

Taux de participation aux élections

 -0,28**

 -0,34**

 -0,11

Niveau de corruption

 0,63**

 0,62**

 0,22**

Régime politique : Cheibub (êta)

Démocratique

Dictatorial

 0,10*

 1,8

 1,6

 0,11*

 1,8

 1,6

 0,31**

 1,9

 1,4

Régime politique en quatre groupes (êta)

  Démocratie

  Démocratie imparfaite

  Système hybride

  Régimes autoritaires

 0,55**

 0,5

 2,2

 2,5

 2,0

 0,63**

 0,5

 2,1

 2,9

 2,1

 0,33**

 1,5

 2,3

 2,0

 1,7

Guerre civile ou insurrection (êta)

Non

Oui

 0,28**

 1,8

 2,6

 0,29**

 1,8

 2,6

 0,09**

 1,9

 2,1

Peine de mort depuis 2000 (êta)

Non

Oui

 0,03

 1,9

 1,9

 0,07

 1,9

 2,1

 0,14

 2,0

 1,7

56* P < ,05, ** P < ,01

57Autre indicateur politique, le taux de participation aux élections varie d’abord négativement avec le taux d’homicides, mais n’apparaît pas comme un indicateur pertinent lorsque le PIB est contrôlé. L’indice de perception de la corruption développé par Transparency International est basé sur des sondages effectués avec des informateurs-clés dans pratiquement tous les pays. Nous avons inversé la variable traditionnelle ; ainsi, les pays avec un score élevé sont perçus comme plus corrompus. On peut voir que le niveau de corruption est en relation positive très forte avec le log du taux d’homicides, ce qui n’a rien d’étonnant vu les connaissances sur le sujet (Mauro, 1998).

58Il est certes pertinent de se questionner sur l’influence possible des différents systèmes politiques en place. Toutefois, il existe plusieurs définitions de ce que peuvent être des régimes démocratiques ou dictatoriaux et il existe plusieurs mesures pour chaque définition. Nous en avons retenus deux, soit la classification de José Antonio Cheibub (2007) et celle du magazine The Economist. La classification de Cheibub est binaire, elle indique si chaque pays ressemble davantage à une démocratie ou à une dictature8. Elle est basée sur un certain nombre de critères comme la présence d’une constitution, la présence d’élections, l’existence réelle de partis d’opposition, etc. Mais, essentiellement, sont considérés démocratiques les pays qui hold elections in which the opposition has some chance of winning and taking office (Przeworski, Alvarez, Cheibub, Limongi, 2000). Les résultats des analyses entre les pays montrent que globalement les pays démocratiques ont un taux d’homicides supérieur aux pays dictatoriaux. Même que la différence augmente légèrement lorsque le PIB est contrôlé.

59Le système développé par les chercheurs de la revue The Economist propose quatre types de systèmes : démocratie, démocratie imparfaite, système hybride et régime autoritaire. La classification est simplement basée sur le score obtenu par le pays à un indice de liberté démocratique. L’avantage de cette classification en quatre groupes est qu’elle permet de déceler des effets non apparents dans une logique linéaire (lorsque l’indice est mis en relation avec le taux d’homicides, la relation est faible). Les résultats du tableau 7 montrent que les pays démocratiques ont un très bas taux d’homicides, alors que les régimes totalitaires ont le second plus bas taux. Lorsque le PIB est contrôlé, ce sont les démocraties imparfaites qui ont le taux d’homicides le plus élevé. On retrouve dans ce groupe des pays tels le Brésil, le Mexique, le Honduras, l’Ukraine, la Slovaquie, le Bénin ou le Mali.

  • 9  Afghanistan, Algérie, Angola, République centrafricaine, Tchad, Colombie, Congo-Zaïre, Côte d’Ivoi (...)

60Il y a lieu de se demander si les États qui ont connu depuis 2000 des conflits armés ont un taux d’homicides supérieur aux autres. Par conflit armé, nous entendons guerre civile, insurrection, ou guerre contre d’autres pays. La présence de conflits armés est de nature à influencer le taux d’homicides de certains pays puisque des désordres sociaux risquent de se produire, surtout s’il s’agit d’une guerre civile ou d’un génocide. À partir de différentes sources, nous avons identifié 28 pays qui depuis 2000 connaissent ou ont connu des situations significatives de révolte armée, de guerre civile ou de guerre9. Les données du tableau 7 indiquent que les pays qui furent aux prises avec de la violence armée ont un taux d’homicides supérieur aux pays plus paisibles. Les différences s’estompent après le contrôle du PIB, mais demeurent tout de même significatives.

61Il existe dans certains pays des groupes insurgés, des seigneurs de la guerre ou des organisations criminelles bien structurées qui affrontent le gouvernement. Dans d’autres se commettent des homicides extrajudiciaires attribués à des escadrons de la mort, soit des groupes armés qui pratiquent un terrorisme d’État et qui sont protégés par les autorités. Il est toutefois difficile de bien classifier la présence de ces conflits et bien que des données existent (Cingranelli, Richards, 2008), nous n’avons pas intégré cette dimension à notre étude.

62Finalement, une dimension plus criminologique a été examinée, soit l’influence de l’utilisation de la peine de mort sur le taux d’homicides. Sur les 167 pays étudiés, 46 (ou 27,5 %) utilisaient la peine de mort au milieu des années 2000. Les données du tableau 7 montrent que l’utilisation de la peine de mort comme sanction n’est aucunement liée au taux d’homicides, même si les six pays qui l’utilisent davantage (Iran, Iraq, Pakistan, Chine, États-Unis et Émirats Arabes Unis) ont un taux d’homicides relativement bas à l’échelle planétaire.

Modélisation

  • 10  L’interprétation causale est possible pourvu que tous les postulats de la régression multiple soie (...)

63Les analyses de corrélation précédentes ont permis d’identifier les variables qui sont « naïvement » liées au taux d’homicides, c’est-à-dire qu’elles covarient sans que l’on puisse considérer qu’il y a un processus fonctionnel ou causal entre les deux. L’analyse de corrélation partielle a permis d’aller un peu plus loin en identifiant les variables qui sont reliées au taux d’homicides lorsque le PIB est contrôlé. Dans la présente section, des analyses de régression multiple permettront d’identifier quelles variables apparaissent comme les plus importantes dans l’explication des variations du taux d’homicides. Il est pratique courante en sciences sociales d’interpréter les résultats d’un modèle multivarié comme indiquant des processus causaux en jeu10.

64Le tableau 8 présente les résultats de trois modèles de régression multiple expliquant les variations du log du taux d’homicides de 167 pays en 2004. Pour établir le modèle final, les variables qui présentaient une relation significative au plan bivarié et les variables les plus importantes au niveau théorique ont été retenues (voir discussion plus complète à la fin de la section 4 du présent document). Des analyses préliminaires ont permis d’identifier le modèle optimal qui minimise la multicolinéarité entre les variables. Comme on peut le voir au tableau 8, les trois modèles permettent d’expliquer au moins 68 % des variations du taux d’homicides.

Tableau 8 : Analyses de régression multiple du log du taux d’homicides pour 167 pays

Données brutes

(n = 167)

Données brutes

Pop > 5 M

(n = 109)

Données pondérées par la population

(n = 6,35 milliards)

Beta

Beta

Beta

Taux de croissance de la population ( %)

 -0,26**

 -0,16

 -0,18

Taux d’urbanisation ( %)

 0,02

 0,19

 0,32º

Population âgée entre 15 et 29 ans ( %)

 0,46**

 0,32

 0,31º

Indice de fractionalisation ethnique

 0,17**

 0,14

 0,24

Produit intérieur brut per capita (log)

 -0,31**

 -0,56*

 -0,69ºº

Indice d’inégalité des revenus

 0,25**

 0,30**

 0,40ºº

Régime politique : démocratie imparfaite

 0,13

 0,17

 -0,21

Régime politique : système hybride

 0,04

 0,01

 -0,09

Régime politique : dictature

 -0,13

 -0,24

 -0,62ºº

Présence de conflits armés

 0,16*

 0,09

 0,05

Utilisation de la peine de mort

 -0,08

 -0,01

 -0,02

  R2

 68 %

 68 %

 78 %

  Signification du F

 ,0000

 ,0000

 ,0000

65* p < 0,05, ** p < 0,01, º effet modéré, ºº effet substantiel

66Les résultats pour le premier modèle, à la colonne 1, montrent qu’une croissance de la population est liée à un taux d’homicides moindre. Contrairement à bien des idées reçues, le taux d’urbanisation des États n’est pas lié au taux d’homicides. Le plus puissant prédicteur du taux d’homicides est le pourcentage de la population composé des 15-29 ans. Ce résultat correspond à de nombreuses études qui montrent que la surreprésentation d’adolescents et de jeunes adultes dans une population est liée à une surdélinquance. Ce résultat vient en grande partie expliquer pourquoi plusieurs nations d’Afrique ont un haut taux d’homicides. D’ailleurs, l’indice de fractionalisation ethnique, qui est généralement élevé en Afrique subsaharienne, est aussi lié positivement au taux d’homicides.

67Les données du tableau 8 montrent que les deux indicateurs économiques sont liés au taux d’homicides. D’une part, les pays plus nantis ont un taux d’homicides moindre, ce qui n’étonne guère. D’autre part, les pays dont la redistribution des revenus est la plus inégalitaire ont un taux d’homicides plus élevé. Encore une fois, ces résultats ne sont pas nouveaux puisque plusieurs études ont établi l’importance de ces deux variables sur l’incidence de la violence et de l’homicide.

68Au niveau des variables de la sphère politique, nous n’avons pas conservé l’indice de perception de la corruption, bien que relié à l’homicide, puisqu’il est en relation trop étroite avec le type de système politique, ce qui contrevient à l’indépendance des variables en régression multiple. Puisque nous avions quatre types de systèmes politiques, trois variables dichotomiques ont été insérées dans l’équation et les pays démocratiques représentent les pays de référence. Les résultats indiquent que les différents systèmes politiques ne sont pas reliés au taux d’homicides lorsque les autres facteurs sont contrôlés. Mentionnons en terminant que le taux d’homicides n’est pas lié à l’utilisation de la peine de mort, mais que les pays qui ont connu un épisode de guerre ou guerre civile durant les années 2000 ont un taux d’homicides significativement plus élevé.

69La seconde colonne du tableau 8 reprend la même analyse de régression multiple, mais qui a été menée uniquement avec les pays qui ont une population de 5 millions d’habitants et plus. Les résultats ressemblent à ceux obtenus lors de la première équation, mais seules les variables de pauvreté/richesse et d’inégalité des revenus sont significatives. La troisième colonne rapporte les résultats avec les pays pondérés par leur population et les résultats vont aussi dans le même sens que ce qui a été observé avec le modèle principal. Notons toutefois que l’urbanisation a un effet positif sur l’homicide ainsi le pourcentage de la population composé de jeunes et l’inégalité des revenus. Aussi, la pauvreté/richesse constitue le meilleur prédicteur du taux d’homicides. On remarque finalement que les États qui sont qualifiés de dictatures ont un taux d’homicides plus bas que les autres.

70L’équation de régression multiple permet de calculer la valeur prédite du taux d’homicides de chaque pays compte tenu de ses caractéristiques propres. Par exemple, compte tenu de ses caractéristiques de population, de PIB, d’hétérogénéité ethnique, etc., les États-Unis devraient avoir un log du taux d’homicides de 0,5 (ou 1,7 par 100 000 habitants). Or, le log du taux observé est de 1,8 (ou 6,0 par 100 000), ce qui représente un surplus de 1,2. Le tableau 9 présente les pays qui démontrent les plus grands écarts entre le taux prédit et le taux observé.

Tableau 9 : Les pays qui montrent les écarts les plus importants entre la valeur prédite et la valeur observée

Pays pour lesquels le log du taux d’homicides est nettement inférieur au taux prédit

Pays pour lesquels le log du taux d’homicides est nettement supérieur au taux prédit

Prédit

Observé

Résidu

Prédit

Observé

Résidu

Océanie

2,4

0,7

-1,7

Afrique du Sud

3,2

4,2

1,1

Maroc

1,7

0,1

-1,6

Côte d’Ivoire

2,8

3,8

1,1

Afghanistan   

2,6

1,2

-1,4

Colombie

3,0

4,1

1,1

Bolivie

2,9

1,7

-1,2

Cuba    

0,6

1,8

1,2

Iran

2,2

1,1

-1,2

États-Unis

0,5

1,8

1,2

Djibouti

2,4

1,3

-1,1

Venezuela

2,1

3,5

1,3

Bahreïn

1,1

0,1

-1,0

Jamaïque

2,1

3,5

1,4

Tadjikistan   

1,9

0,9

-1,0

Biélorussie

0,9

2,3

1,4

Pérou

2,7

1,7

-1,0

Rwanda

1,9

3,3

1,4

Syrie

1,9

1,0

-0,9

Kazakhstan   

1,3

2,8

1,4

Égypte

1,1

0,3

-0,9

Russie

1,9

3,4

1,5

Qatar

0,6

-0,2

-0,9

El Salvador   

2,4

4,1

1,7

Madagascar

3,3

2,5

-0,8

Guinée Équat.

1,2

3,2

2,0

71Les résultats du tableau 9 sont frappants. D’une part, 9 des 13 pays qui ont un déficit d’homicides sont des États arabes ou des pays dont la religion dominante est l’Islam. Nous reviendrons en discussion sur le sens à donner à ce résultat. Du côté des pays qui ont un taux d’homicides supérieur au taux prédit par le modèle de régression, on retrouve les États-Unis, plusieurs États d’Amérique centrale, des États de l’ex-Empire soviétique et des États africains. Il ne se dégage pas de constante entre ces pays, c’est-à-dire une caractéristique qui serait commune et pourrait donc expliquer leur surcroît d’homicides (on retrouve des pays dominés par diverses religions, des démocraties et des dictatures, des pays plus riches et plus pauvres, etc.).

Discussion

72La présente étude visait à décrire les variations du taux d’homicides à travers le monde et à identifier les caractéristiques des pays qui sont reliées à ces variations. Bien qu’il s’agit d’une interrogation de recherche classique, notre étude est la première à traiter cette question avec les nouvelles estimations du taux d’homicides et avec la presque totalité des pays. Nos résultats confirment un certain nombre de connaissances bien établies par la recherche macrosociologique sur les variations du taux d’homicides, mais amènent un certain nombre de surprises et de nouveautés. Dans cette discussion, nous aborderons trois grands thèmes, soit la composition de la population, les aspects économiques et le système politique.

Composition de la population

73Les variations du taux d’homicides des pays sont d’abord explicables par des différences majeures en termes de composition de la population, plus particulièrement au niveau de la structure de la population par âge. Puisqu’au niveau individuel les comportements violents sont beaucoup plus probables chez les jeunes que chez les vieux, un pays « plus jeune » aura un taux d’homicides plus élevé. Cela ne peut être plus clair. Cette donnée explique en partie pourquoi plusieurs pays d’Afrique et d’Amérique latine ont un taux d’homicides important. On peut penser que la combinaison d’une population jeune et d’une économie de subsistance est explosive puisque les adolescents et jeunes adultes sont en compétition pour l’accès à des ressources limitées. À l’inverse, dans les pays riches où il y a pénurie de jeunes, ceux qui arrivent à l’âge adulte peuvent aisément se trouver un boulot intéressant, ce qui les éloigne du crime.

74Une seconde dimension de nature démographique est celle de la composition identitaire de la population. Les résultats montrent que le niveau d’hétérogénéité ethnique de la population des États est relié au taux d’homicides. Cette situation permet d’expliquer en partie les hauts taux d’homicides en Afrique subsaharienne puisque bon nombre de ces pays ont des populations très variées au plan ethnolinguistique. Le lien entre hétérogénéité identitaire et violence peut s’expliquer par plusieurs théories criminologiques, notamment les théories du contrôle social, de la désorganisation sociale et de la discrimination.

  • 11  Le seul État arabe pleinement démocratique est la Turquie. Les autres sont les suivants : Afghanis (...)

75Dans la présente étude, les résultats montrent que les États arabes ont un taux d’homicides relativement bas. Le log du taux d’homicides des États arabes est de 0,9, ou 2,4 pour 100 000 habitants, ce qui est peu compte tenu du fait que ces pays ont deux grands facteurs de risque : il s’agit d’économies émergentes et ils sont composés d’une population très jeune (les 15-29 ans constituent 45 % de la population comparativement à 23 % pour les pays industrialisés). Comment expliquer cet état de fait ? Une partie de la réponse se trouve dans le fait que pratiquement tous ces États peuvent être considérés comme des dictatures et que ce type de système semble influencer à la baisse le taux d’homicides11. Pour assurer leur pérennité, les gouvernements autocratiques doivent se munir d’une police secrète et de solides réseaux d’informateurs. Dans ce genre de système, il y a peu de chances qu’un homicide reste impuni, ce qui contribue à en limiter le nombre. Parmi les autres facteurs qu’on pourrait invoquer pour expliquer la faible prévalence de l’homicide dans les pays arabes, on retrouve un contrôle social informel développé, une ferveur religieuse, un accès limité aux armes à feu, une faible prévalence de l’alcoolisme et une stabilité de l’institution familiale.

Situation économique

76Nos analyses ont montré que les dimensions économiques apparaissent comme de puissants prédicteurs de la variation du taux d’homicides des États. En effet, les pays peu développés économiquement doivent composer avec de hauts taux d’homicides qui rappellent les taux d’homicides qui avaient cours au Moyen-Âge ou à la Renaissance. Exception faite des États-Unis, les pays industrialisés ont tous un taux d’homicides très bas. Le second indicateur économique important est celui de l’égalité de la redistribution des revenus. Les pays plus égalitaires ont un taux d’homicides plus bas alors que les pays plus inégalitaires ont un taux plus élevé. Ces résultats confirment l’importance de l’inégalité économique dans la genèse de la violence.

77Puisque l’homicide apparaît souvent comme le prolongement de vols ou de violences ordinaires, il est aisé de penser que la criminalité en général est plus prévalente dans les pays moins développés économiquement et moins égalitaires. Il est même possible que dans les pays défavorisés les vols et la petite criminalité conduisent plus souvent à des violences graves puisque la victime luttera plus férocement pour conserver ses avoirs. Autre considération, puisque les services d’urgence et les soins médicaux sont peu développés dans certains pays en développement, il est probable qu’une plus grande proportion de blessures infligées lors de rixes s’avèrent fatales. Finalement, les ressources financières plus limitées dans certains pays amènent un fonctionnement moins optimal des services publics chargés de faire respecter la loi.

78Dans la présente analyse, nous avons utilisé un modèle causal simple. Nous avons cherché à identifier les facteurs qui expliquent les variations du taux d’homicides. Toutefois, on pourrait se demander s’il n’y aurait pas des effets récursifs en jeu. Est-ce qu’un fort niveau de violence ne contribuerait-il pas à une hausse de la pauvreté et des inégalités sociales ? Il est clair qu’un pays où la violence est endémique verra une partie de ses capitaux fuir et risque de ne pas pouvoir profiter des sources de revenus que génère l’industrie touristique. Les grandes corporations seront peu intéressées à s’installer si le climat de violence est tel que la pérennité de la gouvernance n’est pas assurée. Pour répondre à une telle question, une méthodologie différente de celle utilisée ici serait toutefois nécessaire.

Système politique

79Les analyses initiales ont montré que, globalement, le niveau de liberté démocratique des pays n’était pas relié au taux d’homicides d’une manière linéaire. En fait, les pays pleinement démocratiques ont les taux les plus bas, suivis des dictatures. Ce sont les démocraties imparfaites ou les systèmes hybrides qui montrent les plus hauts taux d’homicides.

80Bien que nous n’ayons pas spécifiquement étudié cette question, les pays que l’on pourrait qualifier d’États policiers ont des taux d’homicides plus faibles. Ce serait le cas de plusieurs pays du Maghreb. L’appareil policier de ces pays serait-il trop développé ? Si les forces de l’ordre sont utilisées à des fins politiques et pour assurer le maintien du régime politique en place, alors il faut répondre par l’affirmative. Si dans l’État démocratique, on craint d’être braqué lorsqu’on retourne le soir à la maison, dans l’État totalitaire, on craint plutôt que la police secrète frappe à notre porte au petit matin.

81De manière plus générale, dans certains pays en voie de développement, l’appareil policier est sous-développé. C’est souvent une simple question de ressources financières limitées. Dans plusieurs de ces pays, la police est corrompue et le système de justice est peu efficace. Dans les pays développés, chaque meurtre fait l’objet d’une enquête approfondie avec l’utilisation des méthodes modernes de police scientifique et, ainsi, la majorité des auteurs de meurtres se font épingler. Si le taux de solution dans les pays développés tourne autour de 80 %, il est certainement très bas dans plusieurs pays sous-développés. L’impunité pourrait alors expliquer la forte prévalence de l’homicide.

Haut de page

Bibliographie

Alesina A., Devleeschauwer A., Easterly W., Kurlat S., Wacziarg R. (2003), Fractionalization, Journal of Economic Growth, 8, 155-194.

Archer D., Gartner R. (1984), Violence and Crime in Cross-National Perspective, New Haven, Yale University Press.

Avison W., Loring P. (1986), Population diversity and cross-national homicide : The effects of inequality and heterogeneity, Criminology, 24, 733-750.

Chamlin Mitchell B., Cochran J. K. (2005), Ascribed economic inequality and homicide among modern societies : Toward the development of a cross-national theory, Homicide Studies, 9, 3-29.

Cheibub J. A. (2007), Presidentialism, Parliamentarism, and Democracy, Cambridge, Cambridge University Press.

Chesnais J.-C. (1981), Histoire de la violence, Paris, Robert Laffont.

Chevalier L. (1958), Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Librairie générale française.

Cingranelli D., Richards D. (2008), Human Rights Data Project Coding, Manual Version 2008.3.13.

Cohen L. E., et Felson M. (1979), Social change and crime rates change : a routine activity approach, American Sociological Review, 44, 4, 588-608.

Courtright D. (1998), Violent Land : Single Men and Social Disorder from the Frontier to the Inner City, Harvard University Press.

Deaton A. (2005), Measuring Poverty in a Growing World, The Review of Economics and Statistics, 87, 1, 1-29.

Diamond J. (1997), Guns, Germs and Steel : The Fates of Human Societies, New York, W.W. Norton.

Durkheim É. (1893), De la division du travail social, Paris, Presses Universitaires de France.

Eisner M. (2003), Long-term historical trends in violent crime, Crime and Justice, 30, 83-142, University of Chicago Press.

Elias N. (1939), The Civilizing Process, New York, Blackwell.

Fajnzylber P., Lederman D., Loayza N. (2002), Inequality and violent crime, The Journal of Law and Economics, 45, 1-39.

Forde D., Kennedy L., Silverman R. (1991), Homicide in urban Canada : Testing the impact of economic inequality and social disorganization, Canadian Journal of Sociology, 16, 4, 397-411.

Gillis R. (1989), Crime and State Surveillance in Nineteenth-Century France, American Journal of Sociology, 95, 2, 307-341.

Guerry A. M. (1833), Essai sur la statistique morale de la France, Paris, Crochard.

Gurr T. D. (1989), Historical Trends in Violent Crime : Europe and the United States, in Gurr T. D. (ed.), Violence in America : The history of crime, Beverly Hills, CA, Sage, 21-54.

Heiland H.-G., Shelley L., Kato H. (1992), Civilization, modernization and the development of crime and control,in Crime and Control in Comparative Perspectives, New York, Walter de Gruyter.

Howard G., Newman G., Pridemore W. (2000), Theory, Method and Data in Comparative Criminology, in Duffee D. (ed.), Criminal Justice 2000, Washington, DC, National Institute of Justice, 139-211.

Hsieh C.-C., Pugh M. D. (1993), Poverty, income inequality, and violent crime : a meta-analysis of recent aggregate data studies, Criminal Justice Review, 18, 182-202.

Huggins M. K. (1991), Vigilantism and the State in Modern Latin America, New York, Praeger.

Kooning, K., Kruijt D. (1999), Societies of fear : The legacy of civil war, violence and terror in Latin America, New York, Zed Books.

Jacobs D., Richardson A. (2008), Economic Inequality and Homicide from 1975 to 1995 : A Cross-National Fixed-Effects Test, Homicide Studies, 12, 28-45.

Kalyvas S. (2006), The Logic of Violence in Civil War, Cambridge, Cambridge University Press.

Kekik L. (2007), The Economist Intelligence Unit’s Analysis of Democracy, The Economist.

Kennedy L., Silverman R. (1993), Deadly deeds : Homicide in Canada, Toronto, Nelson Canada.

Koonings K. Kruijt D. (2004), Armed Actors. Organized Violence and State Failure in Latin America, London, New York, Zed Books.

Krahn H., Hartnagel T., Gartrell J. (1986), Income inequality and homicide rates : Cross-national data and criminological theories, Criminology, 24, 269-295.

LaFree G., Tseloni A. (2006), Democracy and Crime : A Multilevel Analysis of Homicide Trends in Forty-Four Countries, 1950-2000, The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 605, 26-49.

Leblanc S., Register K. (2004), Constant Battles : Why We Fight, New York, NY, Saint Martin’s Press.

Lee M. (2000), Community Cohesion and Violent Predatory Victimization : A Theoretical Extension and Cross-national Test of Opportunity Theory, Social Forces, 79, 2, 683-706.

Lee M. R., Bankston W. B. (1999), Political structure, economic inequality, and homicide : A cross-national analysis, Deviant Behavior, 19, 27-55.

Mauro P. (1998), Corruption : Causes, consequences, and agenda for future Research, Finance and Development, 35, 1, 11-14.

Messner S. (1983), Regional and Racial Effects on the Urban Homicide Rate : The Subculture of Violence Revisited, American Journal of Sociology, 88, 5, 997-1007.

Messner S. (1989), Economic discrimination and societal homicide rates, American Sociological Review, 54, 597-611.

Messner S., Raffalovich L., Shrock P. (2002), Reassessing the Cross-National Relationship between Income Inequality and Homicide Rates, Journal of Quantitative Criminology, 18, 377-395.

Mucchielli L. (2002), Les homicides, in Mucchielli L., Robert Ph., Crime et sécurité. L’état des savoirs (dir.), Paris, La Découverte, 148-157.

Mucchielli L. (2009), Les homicides dans la France contemporaine : évolution, géographie et protagonistes (1970-2007), in Mucchielli L., Spierenburg P., Histoire de l’homicide en Europe, du Moyen Âge à nos jours, Paris, La Découverte, 131-162.

Muchembled R. (2008), Une histoire de la violence, Paris, Seuil.

Neapolitan J. L. (1998), Cross-National Variation in Homicides : Is Race A Factor ?, Criminology, 36, 139-156.

Neumayer E. (2003), Good policy can lower violent crime : Evidence from a cross-national panel of homicide rates, 1980-97, Journal of Peace Research, 40, 619-640.

Neumayer E. (2004), HIV/AIDS and Cross-National Convergence in Life Expectancy, Population and Development Review, 30, 4, 727-742.

Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (2008), Intentional Homicide, rate per 100,000, 2004, New York, ONU.

Ouimet M., Blais É. (2002), L’impact de la démographie sur les tendances de la criminalité au Québec de 1962 à 1999, Criminologie, 35, 1, 5-24.

Ouimet M., Tremblay P. (1996), A Normative Theory of the Relationship Between Crime Rates and Imprisonment Rates, Journal of Research on Crime and Delinquency, 33, 1, 109-125.

Paré P.-Ph. (2006), Income inequality and crime across nations re-examined, Doctoral Dissertation, Pennsylvania State University.

Paré P.-Ph. Felson R. B. (2010), Income inequality, poverty, and crime across nations, Unpublished manuscript, Submitted to the Journal of Quantitative Criminology.

Pratt T., Godsey T. (2003), Social support, inequality, and homicide : A cross-national test of an integrated theoretical model, Criminology, 41, 611-643.

Pridemore W. A. (2008), A methodological addition to the cross-national literature on social structure and homicide : A first test of the poverty-homicide thesis, Criminology, 46, 133-154.

Pridemore W. A., Trent C. (2010), Do the Invariant Findings of Land, McCall and Cohen generalize to Cross-National Studies of Social Structure and Homicide, Homicide Studies, 14, 3, 296-335.

Przeworski A., Alvarez M., Cheibub J. A., Limongi F. (2000), Democracy and Development, Cambridge, Cambridge University Press.

Quinney R. (1964), Suicide, homicide and Economic Development, Social Problems, 48, 401-406.

Rosenberg T. (1991), Children of Cain, Violence and the Violent in Latin America, New York, Penguin Books.

Rushton Ph. (1995). Race and Crime : International Data for 1989-90, Psychological Reports, 76, 307-312.

Secrétariat de la Déclaration de Genève (2008), Global Burden of Armed Violence, Rapport de recherche.

Soares R. (2002), Development, Crime and Punishment : accounting for the international differences in crime rates, Journal of Development Economics, 73, 155-184.

South S., Messner S. (2000), Crime and Demography : Multiple Linkages, Reciprocal Relations, Annual Review of Sociology, 26, 83-106

Stretesky P., Lynch M. (2001), The relationship between lead exposure and homicide, Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, 155, 579-582.

Sutherland E. (1947), Principles of criminology, Philadelphia, PA, Lippincott.

Van Dijk J. (2008), The World of crime ; breaking the silence on problems of crime, justice and development, Thousand Oaks, Sage Publications

Van Reeven P. (2004), Policing extensions in Latin America, in Koonings K., Kruijt D. (Eds) Armed Actors : Organized Violence and State Failure in Latin America, London, New York, Zed Books, 33-51.

Van Wilsem J. (2004), Criminal victimization in cross-national perspective : An analysis of rates of theft, violence and vandalism across 27 countries, European Journal of Criminology, 1, 89-109.

Vold G. (1958), Theoretical Criminology, New Jersey, University of Delaware Press.

Whelan C., Layte R., Maître B., Nolan B. (2001), Income, Deprivation, and Economic Strain. An Analysis of the European Community Household Panel, European Sociological Review, 17, 357-372.

Wolfgang M., Ferracuti F. (1967), The subculture of violence, Londres, UK, Tavistock.

Haut de page

Notes

1  Données disponibles via ce lien. Pour les questions techniques, voir ce lien. Pour la majorité des pays, les données de l’OMS sont choisies. Toutefois, dans d’autres cas, les données d’autres organismes comme Eurostat ou Pan American Health Organisation furent jugées les plus adéquates. Pour certains pays d’Afrique ne disposant pas de système de collecte d’information, des estimés furent établis à partir de données collectées dans des hôpitaux.

2  Il est possible que les données qui nous intéressent fluctuent d’une année à l’autre. Ce fut le cas en Algérie où on retrouve 9,6 comme taux d’homicides en 2004, alors que sévissaient encore d’importants troubles sociaux. Le taux serait beaucoup plus bas aujourd’hui. Toutefois, règle générale, le taux d’homicides pour un pays est relativement stable d’une année à l’autre.

3  Une autre zone d’incertitude est relative à la question des conflits civils. Dans certains cas, les conflits amènent des morts qui sont comptés dans le taux d’homicides (par exemple en Colombie) alors que dans d’autres cas ils ne le sont pas (par exemple en Irak ou en Afghanistan). L’impact de ces conflits est particulièrement problématique pour certains pays d’Amérique Centrale et d’Afrique, qui voient leur taux d’homicides surestimé. Notre modélisation statistique va tenir compte de la présence de conflits civils.

4  Pour des informations sur le nombre de décès liés aux grands conflits mondiaux et aux systèmes totalitaires, voir l’excellent site Internet de R.J. Rummel.

5  Bien que les morts sur les champs de bataille lors des guerres ne sont pas techniquement des homicides, il n’en reste pas moins que le nombre de vols, viols ou meurtres lors de périodes de guerres est élevé.

6  À moins qu’il soit spécifié autrement, les données pour les variables explicatives proviennent des bases de données suivantes : CIA : The World Factbook ; la Banque Mondiale et la Division des Statistiques de l’ONU.

7  Le coefficient êta est l’équivalent de la corrélation lorsqu’une des variables est catégorielle. Sont présentées aux colonnes 1 et 2 les moyennes du log du taux d’homicides ; pour la colonne 3, il s’agit de la moyenne marginale estimée.

8  Les données ont été prélevées dans le fichier de données de José Antonio Cheibub mis à la disposition des chercheurs.

9  Afghanistan, Algérie, Angola, République centrafricaine, Tchad, Colombie, Congo-Zaïre, Côte d’Ivoire, Érythrée, Éthiopie, Haïti, Honduras, Indonésie, Iraq, Israël, Kirghizistan, Liban, Madagascar, Mauritanie, Nigéria, Pakistan, Arabie Saoudite, Somalie, Sri Lanka, Soudan, Togo, Yémen et Zimbabwe.

10  L’interprétation causale est possible pourvu que tous les postulats de la régression multiple soient respectés, tant les postulats plus techniques (multicolinéarité, linéarité, homoscédasticité) que les postulats relatifs à la bonne spécification du modèle (notamment le fait d’avoir un modèle complètement spécifié).

11  Le seul État arabe pleinement démocratique est la Turquie. Les autres sont les suivants : Afghanistan, Algérie, Bahreïn, Égypte, Iran, Irak, Jordanie, Kuwait, Liban, Lybie, Maroc, Oman, Qatar, Arabie Saoudite, Syrie, Tunisie, Émirats Arabes Unis et Yémen.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Distribution du taux d’homicides de 167 pays en 2004
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7966/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2 : Répartition du taux d’homicides pour 100 000 habitants en 2004
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7966/img-2.png
Fichier image/png, 138k
Titre Figure 3 : Diagramme de dispersion entre le log du PIB et le log du taux d’homicides des pays de plus de 5 millions d’habitants
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/7966/img-3.png
Fichier image/png, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Ouimet, « Un monde d’homicides », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 24 mars 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/7966 ; DOI : 10.4000/champpenal.7966

Haut de page

Auteur

Marc Ouimet

Professeur titulaire, École de criminologie, Université de Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org