Navigation – Plan du site

Communiqué (24 mars 2011)

Texte intégral

Nous, membres de la revue Champ Pénal/Penal Field. Nouvelle revue internationale de criminologie, issus de diverses disciplines des sciences de l'homme et de la société et d'horizons intellectuels variés, exprimons notre plus vive inquiétude à la lecture de la lettre d'intention diffusée par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et signée par MM. Vallar et Villerbu, dernière étape en date d'un processus visant à créer, contre l'opposition de l'immense majorité de la communauté universitaire, une section criminologie étendue à la diplomatie, la polémologie et la stratégie dans les universités françaises. Comme la plupart de nos collègues, nous nous opposons fermement aux orientations qui guident ce processus et ne participerons pas à une consultation que nous refusons de cautionner. Ce qui se dessine vise à développer un savoir de gouvernement inféodé à des présupposés doctrinaux au mieux fortement contestables, au pire tout à fait dangereux. L'aboutissement de ce projet aurait pour effet d'étouffer l'interdisciplinarité – à laquelle notre revue est constitutivement attachée – sous couvert de la renforcer, autant qu'il refermerait drastiquement l'espace de la réflexion dans les domaines concernés. Il s'agit en effet de favoriser un savoir étroitement utilitaire (quand il n'est pas directement intéressé), préjudiciable à l'indépendance intellectuelle et à la distance critique. Nous, membres de la communauté scientifique, refusons ce projet et appelons nos collègues – et particulièrement les membres du CNU – de toutes les disciplines à la vigilance et la fermeté face à une tentative d'institutionnalisation dont nous réprouvons les motivations, les procédés et les objectifs.

 

Premiers signataires (par ordre alphabétique) :

Emmanuel Blanchard (histoire, science politique), Coline Cardi (sociologie), Nicolas Carrier (criminologie, sociologie, sciences juridiques), Gilles Chantraine (sociologie), Mathilde Darley (science politique), Dominique De Fraene (criminologie - Belgique), Sophie Dreyfus (philosophie), Jacques Faget (sociologie, science politique), Nicolas Fisher (science politique), Bruno Gravier (psychiatrie - Suisse), Virginie Gautron (droit), Thierry Godefroy (économie), Bernard Harcourt (sciences politiques, droit, criminologie - États-Unis), Martine Kaluszynski (histoire, science politique), Annie Kensey (démographie), Xavier Lameyre (droit), Philippe Mary (criminologie, sociologie - Belgique), Philip Milburn (sociologie), Marwan Mohammed (sociologie), Cédric Moreau de Bellaing (science politique),Valérie Moulin (psychologie), Carla Nagels (criminologie - Belgique), Frédéric Ocqueteau (sociologie, science politique), Eric Péchillon (droit public), Geneviève Pruvost (sociologie), Jean-Marie Renouard (sociologie), Grégory Salle (science politique, sociologie), Sybille Smeets (criminologie, science politique), Alexis Spire (sociologie, science politique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Communiqué (24 mars 2011) », Champ pénal/Penal field [En ligne], Editoriaux, mis en ligne le , consulté le 25 août 2016. URL : http://champpenal.revues.org/7999

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org