Navigation – Plan du site
Dossier

L’impossible crime

Imaginaire et pratique de l’inceste féminin dans la France du XIXe siècle
Fabienne Giuliani

Résumés

Figure appréciée des romanciers du xixe siècle, l’incestueuse prend tour à tour le visage de Lucrèce, Salomé ou Phèdre. Toujours voluptueuse, cette dernière est une fille, une sœur, mais jamais, elle n’est présentée comme une mère. Est-ce à dire que les mères ne pratiquent pas l’inceste ? La lecture de la littérature médicale, qui ne dialogue pas sur le phénomène, ainsi que celle des procès de Cours d’assises, qui traduisent 92% d’hommes devant les jurés, entérine cette vision masculine du crime. Pourtant, plongé dans une lecture attentive des sources, l’historien croise des histoires de mères, souvent violentes, qui s’attaquent sexuellement à leurs enfants. Comment expliquer ce décalage ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les femmes peuvent être dénoncées comme de mauvaises mères mais leurs caractères sont définis au t (...)
  • 2  332. Quiconque aura commis le crime de viol sera puni de réclusion des travaux forcés à temps. (Du (...)

1À la fois tabou et sexualité, le phénomène incestueux demeure associé dans les consciences collectives à la gestuelle masculine. Lorsque l'acte est commis à l'initiative des femmes, il devient choquant car il entre en désaccord avec des discours sociaux qui dénoncent et traduisent le crime comme sujet à l'emprise de l'homme1. Cette approche contemporaine du phénomène prend ses racines dans un xixe siècle qui a construit la figure de la mère incestueuse comme remarquable et a associé le phénomène au masculin. La première pierre de cette standardisation est posée par la législation française en matière de viol qui oblitère la femme comme un sujet physiquement capable de commettre ce type de violence. Si l'article 331 du Code pénal de 1810 créant la catégorie d'attentat à la pudeur englobe effectivement les femmes comme des personnes capables d'attouchements ou d'autres formes de violences sexuelles, l'article 332 définissant le crime de viol comporte intrinsèquement une restriction de genre en limitant la définition du crime à l'acte de pénétration sexuelle par le membre viril2.

2La deuxième pierre de la masculinisation de la figure de l’incestueux est posée à partir des années 1840 par les enquêteurs sociaux qui multiplient les écrits dénonçant l'accroissement du phénomène incestueux dans les milieux pauvres (Blanqui, 1849 ; Reybaud, 1863 ; Simon, 1861 ; Villermé, 1840). Leurs regards se focalisent sur le père ouvrier, alcoolique et violent, perçu comme l'acteur unique de l'inceste et de la déchéance morale de son foyer. L'ensemble de ces discours dénonçant le masculin contribue à normaliser l'imaginaire de l'inceste autour de la masculinité au xixe siècle. Si quelques cas d'inceste féminin se trouvent dévoilés au xixe siècle, le thème trouve une expansion particulière dans le domaine artistique où il se révèle, à l’inverse, beaucoup plus prolifique que le masculin. Le décalage ainsi observé entre une omniprésence littéraire de la figure féminine incestueuse et une quasi-absence des mères devant les tribunaux ne peut qu’interroger l’historien. En effet, si le genre dicte parfois l’approche médicale et judiciaire de la criminalité (Lapalus, 2004 ; Tillier, 2001), la non-révélation de l’inceste féminin s’explique par les conséquences qu’une telle annonce aurait sur la société du xixe siècle. Ainsi, le jeu qui consiste à rendre visible cette figure au travers du prisme unique de la fille et de la sœur dans la littérature, mais sans jamais dévoiler celle de la mère, montre que l’enjeu n’est pas de dénoncer l’inceste féminin mais au contraire de rendre invisible l’inceste maternel en fantasmant l’inceste filial et adelphique. Le décalage observé apparaît alors politique car il est impératif pour la société du xixe siècle que les mères conservent leur aura de pureté au risque sinon, de voir s’effondrer la société.

3La révélation de ce décalage a été rendue possible par la constitution d’un corpus comprenant à la fois des sources imprimées et des dossiers de procédures émanant des Cours d’assises entre 1791 et 1898. L’année 1791 a été choisie car elle marque l’avènement du premier Code pénal en France tandis que l’année 1898, lors de laquelle est votée la loi sur les maltraitances à enfant, vient sanctionner un siècle de réformes pénales et sociales sur la condition des enfants en France. Nous avons dans un premier temps recensé, à partir du catalogue de la Bibliothèque nationale de France, l’ensemble des productions artistiques traitant de l’inceste féminin : opéra, poésie, littérature, théâtre et pornographie ont ainsi été utilisés pour dresser un panorama des représentations liées à l’inceste féminin. Il faut cependant noter, dans cet ensemble, la rareté des sources iconographiques, peu enclines à représenter le phénomène puisque ces dernières s’attachent davantage à représenter des figures mythologiques de l’inceste en lien avec les productions théâtrales et littéraires de l’époque. Dans un deuxième temps, nous nous sommes tournés vers les sources manuscrites provenant de la sphère judiciaire afin de mener une analyse anthropologique des pratiques incestueuses et comprendre, en parallèle, leur appréhension par la justice. Bien que l’inceste ne soit pas une catégorie pénale, certains cas de maltraitance permettent d’approcher sa pratique féminine. Pour la chronologie qui concerne notre analyse, peu de cas d’incestes commis par des femmes ont été trouvés. Ces derniers représentent 7,2 % de l’ensemble de notre corpus constitué de 188 dossiers de procédure provenant de sept Cours d’assises différentes : Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Loire-Inférieure, Meurthe, Seine, Seine-et-Marne, Seine-et-Oise. Cependant, en raison des tris drastiques effectués par certains archivistes, ces fonds sont loin d’être complets et exhaustifs. Ainsi, les statistiques données doivent être prises avec précaution.

4L’ensemble de ces sources, compilées et analysées, porte un même questionnement : que suggèrent ces affaires et la représentation littéraire de l’inceste du statut des femmes incestueuses dans la société française du xixe siècle ? Dans un premier temps, nous montrerons que la perception de ce phénomène se traduit dans la société sur le mode de l'irréalité et du fantasme. Mais l'emprise de cet imaginaire ne voile-t-il pas une pratique de l’inceste différente de celle décrite dans les discours entretenus par les élites dominantes ? Car les hommes n’ont pas le monopole de l’inceste. Selon des modalités certes spécifiques à leur sexe et même à leur genre, les femmes commettent des violences sexuelles et s'éloignent alors nettement de l’image de la lascive Salomé décrite par les écrivains.

Voluptueuses dans les arts

  • 3  Dans sa thèse, Jacqueline Chammas montre qu’au xviiie siècle, la thématique incestueuse est utilis (...)

5Les femmes sont préférées à leurs homologues masculins pour incarner le motif incestueux dans les arts du xixe siècle. Alors que le couple fait jeu égal dans la littérature du xviiie siècle (Chammas, 2003)3, une première fluctuation dans la manière de le mettre en scène se remarque dans la littérature romantique du début du siècle. Présentes comme sœurs, les personnages féminins sont en effet plus développés que ceux de leur alter ego masculin. Les personnages d'Amélie dans René de Chateaubriand en 1805, ou d'Hélène dans L'inceste de Jules de Saint-Aure en 1832, sont décrits comme étant à l'initiative du sentiment ou l'acte incestueux. C'est par eux que le motif de l'inceste permet aux écrivains de dérouler un récit où le fatalisme et la nostalgie se mêlent à la mort symbolique ou réelle des personnages pour mettre en exergue à la fois la pureté mais aussi la dangerosité du sentiment incestueux.

  • 4  Nous pouvons parler de mythologie à plusieurs égards. D’une part, parce que les accusations portée (...)
  • 5  Le duc de Ferrare, qui appartenait à la famille des Este, est le troisième mari de Lucrèce Borgia.

6Le second romantisme constitue une période où la centralité des femmes dans le développement du thème incestueux se renforce. Les Borgia se présentent, dans la pensée de nombreux auteurs, comme un paradigme de la famille aristocrate criminelle. Dès 1833, Victor Hugo les fait renaître au travers d’une pièce de théâtre. Au sein de cette famille qui a vécu à cheval entre le xve et le xvie siècle, Lucrèce Borgia est utilisée par l'écrivain pour concentrer la thématique incestueuse. En effet, la mythologie4 des « Borgia » lui prête des relations incestueuses avec son père, le futur pape Alexandre VI, mais également avec son frère, César, duquel elle aurait eu un enfant. Dans la mythologie, Lucrèce décline donc l’inceste sur deux modes : filial et adelphique. Victor Hugo ne retient cependant de cette histoire que la supposée naissance d'un fils issu de l'union de Lucrèce avec son frère. Sa pièce se situe dans l’Italie du début du xvie siècle, alors que la duchesse de Ferrare5 tente de protéger son fils incestueux, Gennaro, qui ignore les origines de sa naissance et l’identité de sa mère. Ce dernier, qui connaît de réputation Lucrèce, la méprise : Voilà donc son exécrable palais ! Palais de la luxure, palais de la trahison, palais de l’assassinat, palais de l’adultère, palais de l’inceste, palais de tous les crimes, palais de Lucrèce Borgia ! Oh ! la marque d’infamie que je ne puis lui mettre au front à cette femme, je veux la mettre au moins à son palais (Hugo, 1833, 68). Le meurtre de sa mère par Gennaro, à la fin de l’acte III, montre que la criminalité familiale ne s’achève pas avec la mort de Lucrèce. Malgré une enfance passée loin des Borgia, l’hérédité criminelle de sa famille transmise en partie par sa mère rattrape le jeune homme.  

  • 6  À la suite d’un voyage en Italie en compagnie de Stendhal, Prosper Mérimée rédige une première ver (...)
  • 7  Sextus Tarquin, fils de Tarquin le Superbe, viole la fille de son cousin prénommée Lucrèce et décl (...)

7Lucrèce Borgia inspire également à Prosper Mérimée l’écriture d’une nouvelle dont l’action se situe dans la ville de Rome6.Rédigée à la première personne, elle conte la découverte, par le narrateur, de la maison de Lucrèce Borgia où la gardienne lui fait la narration des habitudes de sa propriétaire. Tous les soirs, elle se penchait à sa fenêtre afin de choisir des amants dans la rue, mais voilà qu’un soir son frère, qui s’appelait Sisto Tarquino, passe sous sa fenêtre. Elle ne le reconnaît pas. Elle l’appelle. Il monte (Mérimée, 1973, 307). Elliptique, la nouvelle ne revient pas davantage sur l’inceste de Lucrèce mais la confusion de la gardienne entre César Borgia et Sextus Tarquin7 est emblématique de l’image que Prosper Mérimée entend donner de Lucrèce. En opérant ce brouillage, il confond deux représentations : celle de la victime innocente et celle de la criminelle incestueuse. Il crée l’ambivalence et montre une certaine fascination à l’égard du personnage qu'il décrit.

8Prosper Mérimée et Victor Hugo ont en commun de nuancer l’image criminelle de Lucrèce en ouvrant une brèche dans sa représentation traditionnelle. Sous leur plume, Lucrèce n’incarne pas que le vice. Elle peut aussi être vertu. Hugo montre une mère qui, en cherchant à sauver son fils, dépasse son entourage et son héritage familial pour retrouver un peu d’humanité. Mérimée innocente pour sa part Lucrèce en écrivant qu’elle n’a pas reconnu son frère. Ces deux auteurs, par l'ambivalence qu'ils traduisent, font le pont entre les deux romantismes. Ils hésitent entre la fascination du passé et la réinvention par l’histoire de leur contemporain.

9Parallèlement à ces écrits, la représentation criminelle de Lucrèce perdure, comme l'illustre la gravure de Jules-Joseph-Guillaume Bourdet datant de 1843 et résumant les traits caractéristiques du personnage (voir Illustration 1 infra). On y découvre Lucrèce, portant un décolleté profond, se penchant dans une posture provocante vers son frère César, reconnaissable à sa tenue de cardinal. Celui-ci, nonchalamment accoudé sur une colonne de marbre, répond à l’appel de sa sœur par un regard. La tentation vient de Lucrèce et non pas de lui. Elle invite son frère au débordement sexuel à l’instar du dieu Bacchus auquel elle est assimilée par l’illustrateur. Le sceptre en bois orné de feuilles de lierre et surmonté d’une pomme de pin qu’elle tient à la main droite – le thyrse – étant un attribut traditionnel de cette divinité du vin, de la nature et des plaisirs sexuels.

10Le portrait de Lucrèce Borgia, dressé par Alexandre Dumas en 1854, participe des mêmes représentations. Il surpasse même le mythe pour décrire des incestes entre le père et la fille et entre les deux frères et la sœur (Dumas, 1854, 96) et opère une confusion entre la Rome antique et la Renaissance en assimilant Lucrèce à Messaline. Mais Alexandre Dumas enterre l’ambivalence du personnage au profit de sa seule monstruosité. Lucrèce, César et Roderic [composant] la trinité diabolique qui demeura onze ans sur le trône pontifical, comme une sacrilège parodie de la trinité céleste (Dumas, 1854, 121). L’écriture du passé a une autre fonction que la nostalgie chez Dumas. L’histoire de cette grande famille ne le fascine pas. Il l’utilise, à la suite de l’échec de 1848 et de l’avènement du Second empire en 1852, pour dénoncer les manœuvres politiques et l’immoralité des grandes familles bonapartistes. Les personnages immoraux et ambitieux qu’il dépeint sont un miroir direct de la société dans laquelle l’auteur évolue. La famille des Borgia constitue, dès lors, un paradigme de l’immoralité politique et de la criminalité.

11Les Borgia de la Renaissance ne sont pas sans rappeler les Atrides de la mythologie grecque et les Julio-Claudiens de l’Empire romain. Les crimes familiaux s’incarnent dans ces récits où l'inceste, le parricide, le matricide et l'infanticide sont centraux. Agrippine, qui sert à représenter la gestuelle incestueuse dans la famille des Julio-Claudiens, partage ainsi beaucoup de traits avec Lucrèce. Elle est au cœur de la tragédie éponyme publiée par le marquis de la Rochefoucauld-Liancourt en 1842. Femme manipulatrice, elle multiplie le crime à l’instar de Lucrèce. Sœur de Caligula, elle entretient d'abord avec lui une liaison avant d'épouser ensuite son oncle, l’empereur Claude. Meurtrière, elle empoisonne ce dernier pour favoriser l’accès au pouvoir de son fils Néron. Lucrèce et Agrippine sont des femmes de pouvoir qui ont en commun d’utiliser une sexualité incestueuse à des fins politiques. La résurgence de ces figures historiques et la mise en commun de leur caractère s’expliquent par l’unicité de la figure criminelle des femmes où ces dernières sont [vues] à travers le prisme des représentations dominantes de la « femme » : ange et démon, maman et putain « monstrueuse » (Bard, 2002, 208). Agrippine et Lucrèce sont une seule et même femme criminelle dont l’utilisation sert tour de tour aux écrivains pour dénoncer ou apprivoiser les passions familiales.

Illustration 1

Illustration 1

Jules-Joseph-Guillaume Bourdet, Le Cardinal César Borgia et sa sœur Lucrèce, estampe, Paris, 1843.

  • 8  Le courant littéraire va en effet à rebours de l’évolution législative de la France. Le Code civil (...)

12La vision littéraire de l’inceste, à partir de la monarchie de Juillet, s’écrit majoritairement au féminin. Les hommes, auparavant incorporés dans le couple incestueux, disparaissent peu à peu. L’appréciation littéraire du crime se différencie donc, à partir des années 1830, de son appréciation sociale puisque la réforme du Code pénal de 1832 renforce la punition paternelle et se dote de catégories nouvelles permettant de mieux appréhender les pères dénaturés8.

13La vision d’un inceste voluptueux et féminin domine également la fin du siècle. Au sein de la littérature, on retrouve ces portraits de filles ou de sœurs lascives traduisant un érotisme à fleur de peau. Le volume pris par cette thématique augmente considérablement dans les publications parues entre 1889 et le début du xxe siècle. Les poètes s’emparent du sujet à l’instar de Paul Verlaine qui publie en 1889 dans « Pensionnaires » le récit d’une passion incestueuse entre deux sœurs :

L’une avait quinze ans, l’autre en avait seize :

Toutes deux dormaient dans la même chambre

C’était par un soir très lourd de septembre

Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise.

Chacune a quitté, pour se mettre à l’aise,

La fine chemise au frais parfum d’ambre,

La plus jeune étend le bras, et se cambre,

Et sa sœur, les mains sur ses seins, la baise,

Puis tombe à genoux, puis devient farouche

Et tumultueuse et folle, et sa bouche

Plonge sous l’or blond, dans les ombres grises ;

Et l’enfant, pendant ce temps-là, recense

Sur ses doigts mignons des valses promises,

Et, rose, sourit avec innocence (Verlaine, 1889, 9-10).

14Verlaine nous plonge avec ce poème à travers un monde sensitif où l’inceste est suggestion. Le poème se lit à la fois comme une rêverie nostalgique et un songe surnaturel qui permettent de lever le secret des chambres françaises. Il est chargé d’une dimension érotique qui traduit la dimension de fantasme sexuel acquise par l’inceste féminin à la fin du siècle.

15La lascivité, l’érotisme et la volupté des femmes incestueuses se fondent à la fin du xixe siècle dans la réactualisation d'une figure biblique, Salomé, alors que le personnage de Lucrèce est quelque peu abandonné par les écrivains et les illustrateurs. À tel point que les productions de la fin du xixe siècle donnent l’impression que Salomé est partout (Dottin-Orsini, 1996, 45). Elle incarne idéalement la décadence en résumant la figure de la femme incestueuse au tournant du siècle. Elle cumule en effet plusieurs caractéristiques de l’inceste féminin qui sont visibles au travers de la pièce écrite par Oscar Wilde en 1893. Fruit d’un inceste commis par sa mère Hérodiade, elle est désirée par son beau-père Hérode.

16

Illustration 2

Illustration 2

Édouard Toudouze et Louis Énault, Salomé triomphante in Paris-Salon, 1886, p. 26-27.

17Son corps est voluptueux, son attitude lascive et son comportement proche de l’hystérie (Illustration 2 supra). Allongée sur un divan, la tête du prophète reposant à ses pieds dans une coupe, Salomé adresse un regard victorieux et coquin au spectateur. Salomé est préférée à Phèdre pour traduire la décadence de la société. Ces deux personnages de fureur et d’immoralité sont donnés comme symbole de l’hystérique, qui entre alors dans le mythe (Edelman, 2003, 240) à partir de la fin des années 1880. Davantage que Lucrèce, Salomé est manipulatrice car consciente du désir qu’éprouve à son endroit son beau-père : Je ne reste pas. Je ne peux pas rester. Pourquoi le tétrarque me regarde-t-il toujours avec ses yeux de taupe sous ses paupières tremblantes ?... C’est étrange que le mari de ma mère me regarde comme cela. Je ne sais pas ce que cela veut dire... Au fait, si, je le sais (Wilde, 1907, 19). Afin d’obtenir de son beau-père la tête du prophète d’Iokanaan qu’elle veut embrasser, Salomé lui offre la danse des sept voiles et joue de son érotisme pour emporter l'accord de ce dernier.

18Dans cet ensemble de représentations produites par les arts, la mère incestueuse n’intervient jamais. Les écrivains ou les illustrateurs lui préfèrent en effet les figures de la sœur ou de la fille, plus aptes à retranscrire le crépuscule humain et la décadence de la société française. Une question demeure, pourquoi les mères ne sont-elles pas perçues comme capables de traduire cette représentation voluptueuse de l’inceste ?

Impensables pour les experts

19Un premier élément de réponse se trouve dans le fait que, pour les sciences du crime, la femme incestueuse constitue un impensé. Car, si la mère infanticide ou l'empoisonneuse sont des catégories bien connues des professionnels du crime depuis le début du siècle, il faut attendre les années 1860 et la découverte des premiers cas d'attentats à la pudeur commis par des femmes pour voir cette dernière apparaître timidement sur la scène du discours médical. Dans la quatrième édition de son Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Ambroise Tardieu est le premier médecin à exprimer son besoind'enrichir son travail d'un chapitre inédit consacré aux agressions féminines sur les petites filles. Sa troisième étude révèle, pour la première fois dans un ouvrage médico-légal du xixe siècle, un cas d'inceste féminin :

Une femme, jeune encore, avait, sous l'influence d'un dérèglement de l'imagination, impossible à comprendre, défloré sa petite fille, âgée actuellement de douze ans, en lui introduisant les doigts très profondément et à plusieurs reprises chaque jour, pendant plusieurs années, dans les parties sexuelles et dans l'anus (Tardieu, 1862, 58).

20Expert reconnu dans ce domaine d'analyse, Ambroise Tardieu dénonce à cette occasion le manque de procédures pénales engagées contre ces femmes qui, à l'instar des hommes, « justifient des plaintes, appellent la répression pénale et motivent l'intervention du médecin légiste » (Tardieu, 1862, 57). Au tournant des années 1860, la multiplication des affaires d'attentats à la pudeur et des observations menées par les médecins n'entraînent pas pour autant la « découverte » de cette nouvelle forme de criminalité féminine que les experts demeurent réticents à aborder. L’appel lancé par Ambroise Tardieu est finalement bien peu suivi par le monde médical et les rares cas évoqués demeurent bien moins volumineux que ceux des hommes constituant un ensemble disparate dans la seconde moitié du siècle.

21Quels éléments peuvent être avancés pour comprendre cette singularité ? L'aliéniste Charles Féré traduit des résistances intrinsèques lorsqu'il considère que l'amour maternel repose sur une base physiologique que les hommes n'ont pas ; une innéité qui justifie qu'après la naissance, la voix du sang ne parle pas à tous les pères (Féré, 1889, 96), et que l'inceste est beaucoup plus fréquent chez l'homme que chez la femme (Féré, 1889, 98). La révélation de l'inceste féminin se heurte donc à la barrière de l'instinct maternel, à l'idée qu'une mère aime ses enfants et éprouve un sentiment naturel de protection à leur égard. À ces pensées sur la maternité s'ajoutent celles sur la féminité où menstrues et autres dérèglements périodiques [transforment] en bacchante la fille la plus timide et la vierge la plus chaste en Messaline éhontée (Icard, 1890, 186). Pour illustrer son propos, Séverin Icard rapporte une étude de cas menée par le docteur Boyer : L'observation d'une femme [...] qui, à la ménopause, sous l'influence de l'excitation utérine, avait tué son mari dont la présence la gênait dans les rapports fréquents qu'elle avait avec son fils (Icard, 1890, 210). L'inceste trouve donc sa place dans un discours médical unanime sur la condition féminine à la fin du siècle (Shapiro, 1996).

  • 9  AD L-A, 5U/109/1, affaire Leroux et Tournerie, acte d’accusation contre René-François Leroux et Co (...)

22Le deuxième élément pouvant être avancé pour expliquer les rares évocations de cas concernant les mères incestueuses se trouve dans les dispositions législatives. Si les femmes ne peuvent être inculpées pour viol, deux types d'incriminations demeurent pour lesquelles le vocable inceste est parfois utilisé pour les désigner : celui d'attentat à la pudeur ou celui de complicité d'attentat à la pudeur. Cette dernière inculpation est la plus fréquemment utilisée par les magistrats pour désigner des affaires dans lesquelles certaines mères sont condamnées pour avoir assisté des hommes ou leurs concubins dans le viol de leurs enfants. Situés aux confins de l’inceste, ces cas sont pourtant sévèrement punis par la justice car leur pratique est assimilée par le droit pénal à un inceste direct. En 1840, Constance Tournerie femme Garnier est ainsi jugée pour complicité d’attentat à la pudeur sans violence sur ses deux filles. Alors qu’elle discutait avec sa voisine la femme Poissel, la fille de Constance, Léocadie Garnier, « lui raconta que Leroux [le concubin de la mère] couchait tous les soirs dans le même lit que sa mère, sa sœur Constance et elle, et qu’il s’étendait sur chacune d’elles et les caressait tour à tour, qu’ils s’entredonnaient le fouet9 ». En détournant son devoir de protection délégué par l’absence de son mari, marin pêcheur parti en mer depuis plusieurs mois, Constance Tournerie se rend coupable au regard de la loi d’un abus d’autorité. Dans cette affaire cependant, la mère n’use pas de violences physiques pour forcer ses enfants à entretenir avec son concubin des relations sexuelles.

23Dans le cas de Marie Lecointre âgée de 12 ans, le concubin de sa mère use par contre régulièrement de violences physiques pour la contraindre au viol :

 « Dans les repaires impurs qu’ils avaient occupés successivement à Saint-Germain chez la femme Malard Belissant, la fille Lecointre et Durand faisaient habituellement coucher avec eux la jeune Marie Lecointre : Durand se plaçait entre elle et sa mère et non content de rendre cette jeune fille témoin de son libertinage, il l’en rendait victime en la mouillant de ses criminels embrassements et en se servant de sa main pour se procurer à lui-même de honteux et d’infâmes plaisirs.

  • 10  AD Y, 2U/394, affaire Durand et Lecointre, acte d’accusation contre Josselin Durand et Florentine (...)

Le jour éclairait souvent des attentats semblables à ceux de la nuit. Quand la fille Lecointre était absente, il prenait l’enfant, la jetait sur son lit, se couchait sur elle et quand la douleur arrachait des cris à la victime, il la frappait pour la faire taire. Bien plus, s’il faut en croire un témoin, la jeune Marie lui aurait confié que Durand ne se gênait pas (ce sont ses expressions) pour se livrer en présence de la mère à ces actes révoltants d’un libertinage effréné10 ».

24Pour Marie-Anne Masso, un autre type de criminalité se surajoute à l’inceste. Prostituée, cette mère force sa fille à avoir des relations sexuelles avec ses clients. Marie-Anne Masso use ainsi de menaces, de coups et d’injures pour maintenir sa fille dans un état de dépendance :

  • 11  AN, BB/20/20, compte-rendu de la deuxième session du troisième trimestre de la Cour d’assises des (...)

 « Cette odieuse mère forçait en effet sa fille à peine âgée de dix ans d’aller avec elle dans les rues chercher des hommes qu’elles amenaient dans leur domicile et faisant alors usage des ordres les plus [Illisible], des menaces les plus impérieuses, elle obligeait sa fille de se livrer malgré elle à toute leur brutalité. Elle était même accusée de l’avoir violemment tenue pendant l’action11 ».

25Au-delà de l’aspect corrupteur de ces gestes dénoncés à la justice, on s’interroge aussi sur l’ancienne appréciation du contact charnel commun à des membres d’une même famille tel qu’il avait été défini par l’Ancien Régime et tel qu’il semble être réactualisé à l’occasion de ces affaires de complicité. Ce qui est inceste, dans ces relations, est un inceste par procuration dû au fait que les femmes du foyer ont un partenaire sexuel commun. Ces cas de complicité incestueuse féminine traduisent parfaitement l’inceste de deuxième type défini par l’anthropologue Françoise Héritier. L’inceste s’y établit par la mise en rapport de deux identiques, de deux personnes ayant même partiellement une substance commune (Héritier, 1994, 12) c’est-à-dire un partenaire sexuel identique. Ces complicités maternelles, qui peuvent aller jusqu’à l’emploi de la violence physique pour maintenir l’enfant au lit pendant la durée de la relation sexuelle, semblent avoir des facteurs explicatifs bien différents. Dans les cas de complicité passive des mères comme dans les affaires Tournerie ou Lecointre, on peut parler d’une véritable sexualité de domination. Asservies elles-mêmes à leurs concubins, ces mères laissent faire l’inceste par soumission (Ambroise-Rendu, 2010, 315). Mais dans celui de Marie-Anne Masso, les logiques incestueuses semblent bien éloignées de l’origine des gestes maternels. Si Marie-Anne Masso prostitue son enfant, c’est avant tout pour répondre à un besoin matériel. Cette mère qui vit seule à Marseille accroît ses revenus en englobant, par la contrainte et l’autorité, sa fille dans son commerce charnel.   

26Les complicités d’inceste, ainsi défini par la pratique pénale, demeurent les cas les plus nombreux d’inceste commis par les femmes au sein des archives judiciaires du xixe siècle. Cette qualification montre que, de nouveau, la société française est incapable de penser la femme comme un agresseur sexuel à part entière. Si une femme se rend coupable de ces gestes, cela traduit avant tout sa faiblesse, matérielle ou affective, mais non pas une forme de désir sexuel violent à l’égard de ses propres enfants. La barrière de l’instinct maternel demeure préservée.

Des incestueuses qui n’en portent pas le nom

  • 12  En raison de la faiblesse des cas à notre disposition, nous citerons dans cet article le même corp (...)

27Pour rechercher les cas d’inceste féminin, l’historien doit donc aller explorer des affaires qui n’en ont pas le nom. Au regard du corpus à notre disposition12, la majorité des femmes, lorsqu’elles commettent l’inceste, le font selon des modalités très différentes des hommes. À une exception près, ces relations incestueuses n’entrent pas dans le schéma de mimétisme du coït conjugal utilisé par les hommes. Le seul cas dans notre corpus d’une invitation parentale féminine se réalisant selon les mêmes modalités que celles proposées par les hommes est celui de la veuve Le Tallec qui demande à son fils d’avoir des relations sexuelles avec elle comme ce dernier l’atteste devant le magistrat instructeur :

 « - Comment votre mère s’y prenait-elle quand elle voulait que vous vous amusiez avec elle ?

- Elle me disait : viens biter avec moi.

- Employait-elle quelquefois la force pour vous décider à le faire ?

  • 13  AD Y, 2U/624, affaire Le Tallec,interrogatoire de François Le Tallec par le juge d’instruction du (...)

- Non monsieur13 ».

28Si ce cas demeure une exception dans notre corpus, il laisse cependant supposer que beaucoup d’affaires comme celle-ci sont restées tues au xixe siècle. Contrairement aux filles, les garçons sont systématiquement jugés consentants car capables d’avoir des relations sexuelles avec leurs mères ; il ne reste alors que l’autorité de la mère pour prouver le crime. D’autre part, les victimes de sexe masculin ne devaient pas savoir qu’ils pouvaient dénoncer ces actes. Le monde des rumeurs ordinaires, avant même celui de la presse des faits divers, contribuaient à former une certaine culture du crime qui aidait les victimes à se déplacer et à justifier de leurs plaintes. Mais qu’en était-il des garçons dont les agressions sexuelles n’étaient que peu jugées et connues à cette époque ? Les victimes, comme François, font plus état dans leur témoignage d’un état d’obéissance que de violence au moment des faits, certains parlent même d’initiation sexuelle pour décrire l’inceste. Les seuls cas d’inceste féminin de nature hétérosexuelle qui nous sont donnés à voir ne semblent donc pas proposer un schéma très différent de celui des hommes où la violence physique n’apparaît pas constitutive de l’acte. De la même façon que les hommes, les femmes doivent attendre que l’enfant ait atteint sa puberté pour pouvoir entretenir avec lui des relations sexuelles complètes.

29Lop nous rapporte ainsi le cas d’une jeune tante de 20 ans qui pour abuser de son jeune neveu de 3 ans s’amusait avec le petit et frottait contre elle la verge du petit (Lop, 1895, 39). Le peu de cas à notre disposition nous empêche cependant de conclure plus fermement sur ce sujet.

  • 14  Ce terme est à double emploi car il sert aussi à désigner les violences, de nature sexuelle ou phy (...)
  • 15  AD B-R, 208U/20/1, affaire Reynaud, acte d’accusation contre Claire Reynaud, 26 messidor an ix.

30Notre corpus, en effet, ne laisse pas entrevoir ces gestes qui se rapprochent pourtant du schéma de l’inceste « classique » pour ne laisser transparaître de l’inceste féminin que la dimension (extra)ordinaire et violente de ce dernier lorsqu’il est commis par des femmes. L’émergence publique de cette figure de la femme pédophile et incestueuse provient des recherches anglo-saxonnes menées à la fin des années 1970 (Ambroise-Rendu, 2010, 323-325). Les spécialistes ont alors parlé d’une particularité de l’inceste féminin qui s’incarnerait dans le « nursing abusif14 », c’est-à-dire que les femmes incestueuses exerceraient leurs violences dans le cadre unique et particulier des soins qu’elles apportent à leurs enfants : douche, bain, change. Cette théorie est en accord avec les affaires présentes dans notre corpus. Les femmes incestueuses n’agressent pas de nuit mais de jour à une fréquence cependant relativement proche de celle des hommes incestueux, à savoir plusieurs jours par semaine. Violentes, ces relations le sont tout particulièrement en raison de la nature homosexuelle de nombre de ces incestes. Pour avoir des relations sexuelles avec leurs filles ou leurs nièces, les femmes s’aident d’objets pour reproduire la pénétration sexuelle masculine. Claire Reynaud a ainsi été vue plusieurs fois par des voisins « [porter] un bâton dans les parties sexuelles de ladite Reynaud disant qu’elle était une putanotte15 » alors qu’elle s’apprêtait à lui servir son repas. D’autres, introduisent des mèches, des savons ou leurs doigts dans les parties sexuelles de leurs filles. Ambroise Tardieu note ainsi le cas d’une mère qui introduisait les doigts très profondément et à plusieurs reprises chaque jour, pendant plusieurs années, dans les parties sexuelles et dans l’anus [de son enfant] [...] et prétendait qu’elle avait en vue, dans ces monstrueuses pratiques, que l’intérêt de la santé de son enfant et les soins d’une propreté singulièrement raffinée (Tardieu, 1862, 58).

  • 16  Le Petit Journal, 28/10/1891.
  • 17  La Gazette des Tribunaux, 10/12/1891.

31Ces incestes féminins peuvent aussi aller jusqu’à des actes de barbarie comme dans l’affaire Borlet. La mère de la petite Adolphine a en effet l’habitude de la faire se déshabiller entièrement avant de « lui [plonger] le fer rouge dans le bas-ventre16 » ou encore « [d’inonder] un torchon d’eau sédative et le lui [attacher] entre les jambes17 » dans le cadre des soins qu’elle lui apportait. Si beaucoup de ces femmes justifient leurs actes en les déclarant comme des punitions ou des tentatives pour rétablir la santé de leurs enfants, la dimension sexuelle de leur maltraitance ne saurait être omise. Le problème s’incarne dans la reconnaissance d’une autre forme de viol que celle mettant en jeu le sexe de l’homme ; reconnaissance qui n’existe pas au xixe siècle puisque la jurisprudence en la matière date de 1991 lorsque la Cour de cassation arrête que « l’acte de pénétration actuellement défini ne se limite plus à une conjonction sexuelle imposée par un homme à une femme ; l’introduction vaginale d’un doigt ou d’un objet quelconque peut caractériser le viol » (Code pénal, 2007, 160). Jurisprudence qui, comme nous l’avons noté en introduction, ne fait son entrée formelle dans la codification pénale qu’à partir de 1992.

32Parce qu’elles demeurent de l’ordre de l’impensé, les relations incestueuses initiées par les femmes restent bien difficiles à approcher pour l’historien. Lorsque les cas sont traités comme ceux des hommes, à la lueur de la catégorie d’attentat à la pudeur, et de nature hétérosexuelle, les pratiques sexuelles de ces femmes, qui reproduisent une sexualité adulte et conjugale avec leur enfant, ne semblent pas différer fondamentalement de l’inceste initié par des hommes. La méthode par laquelle nous avons approché les archives judiciaires en allant rechercher dans les cas de maltraitance féminine sur enfant des cas d’incestes, biaise peut-être par ailleurs la vision d’un inceste systématiquement violent lorsqu’il se produit sur des enfants du même sexe que leurs agresseurs. En ce sens, au xixe siècle, la seule figure de l’inceste féminin majoritairement présente dans les archives judiciaires et médicales et produite par le processus pénal, est celle de la mère complice de l’inceste et coupable en raison de sa passivité. Ces incestes de deuxième type résument bien l’image de la sexualité féminine telle qu’elle est pensée par la société du xixe siècle : celle d’une femme qui, lorsqu’elle commet des violences sexuelles, ne peut les pratiquer que dans le cadre d’une complicité avec le masculin. Parler des femmes et de l'inceste oblige l’historien à multiplier les hypothèses de recherche en raison de la rareté des cas qui s’offrent à son regard. Les archives beaucoup trop lacunaires laissent pourtant supposer l'existence d'un phénomène bien présent tout au long du siècle. Si Ambroise Tardieu exprime le premier le sentiment que ces femmes criminelles existent et doivent être présentes au sein des tribunaux, le temps fut long jusqu'à la reconnaissance ferme et scientifique de leur existence dans le champ de la criminalité. Lorsqu'elles commettent l'inceste au xixe siècle, les femmes le font uniquement dans le domaine du fictionnel. Leur volupté et leur lascivité sont présentées comme des attributs féminins typiques que l’inceste permet, par les thématiques qu’il permet de développer, de cristalliser et de diffuser.

Haut de page

Bibliographie

Ambroise-Rendu A.-C., 2010, Une histoire des sensibilités, Thèse d’habilitation à diriger des recherches, Saint-Quentin en Yvelines, Université de Versailles-Saint-Quentin.

Bard C. et al., 2002, Femmes et justices xixe-xxe siècles, PUR, Rennes.

Blanqui A., 1849, Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848, Paris, Firmin Didot frères, 1849.

Cardi C., 2007, La « mauvaise mère » : figure féminine du danger, Mouvements,49, 27-37.

Cardi C., 2008, Le féminin maternel ou la question du traitement pénal des femmes, Pouvoirs,128, 75-86.

Chammas J., 2003, L’inceste romanesque en France,thèse de troisième cycle, Montréal, Université de Montréal.

Dottin-Orsini M., 1996, Salomé,Paris, Autrement.

Dumas A., 1854, Les crimes célèbres : les Borgia,Paris, Passard, volume I.

Duvergier J.B., 1833, Code pénal annoté, édition de 1832,Paris, A. Guyot et Scribe.

Edelman N., 2003, Les métamorphoses de l’hystérique, Paris,La Découverte.

Féré C., 1889, L'instinct sexuel, évolution et dissolution,Paris, Alcan.

Giuliani F., 2009, Les monstres passionnels, in Chauvaud F., Malandain G. (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables, Rennes, PUR, 159-173.

Héritier F., 1994, Les deux sœurs et leur mère : anthropologie de l’inceste, Paris, Odile Jacob.

Hugo V., 1833, Lucrèce Borgia, drame,Paris, Eugène Renduel.

Icard S., 1890, La femme pendant la période menstruelle, étude de psychologie morbide et de médecine légale,Paris, Alcan.

Lapalus S., 2004, La mort du vieux. Une histoire du parricide au xixe siècle,Paris, Tallandier.

La Rochefoucauld-Liancourt, 1842, Agrippine, tragédie en cinq actes, Paris, Tresse.

Lop, 1895, Attentats à la pudeur commis par des femmes sur des petits garçons, Archives de l’anthropologie criminelle et des sciences pénales, Paris, G. Masson, tome X.

Mérimée P., 1973 [1846], Il viccolo di Madama Lucrezia, in Mérimée P.,Romans et Nouvelles, Paris, Le livre de poche, tome II, 1973, 307.

Reybaud L., 1863, Rapport sur la condition morale, intellectuelle et matérielle des ouvriers qui vivent de l’industrie du coton,Paris, Firmin Didot.

Shapiro A. L., 1996, Breaking the Codes: Female Criminality in Fin-de-siècle Paris,Stanford, Stanford University Press.

Simon J., 1977 [1861], L’ouvrière,Paris, Gérard Monfort.

Tardieu A., 1862 [4e éd.], Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs,Paris, J.-B. Baillière et fils.

Tillier A., 2001, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865),Rennes, PUR.

Verlaine P., 1889, « Pensionnaires », in Verlaine P., Parallèlement,Paris, Léon Vanier, 9-10.

Villermé R., 1840, Tableau de l’État physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie,Paris, Renouard et Cie, tome 1.

Wilde O., 1907 [1893], Salomé,Alençon, Veuve Félix Guy et Cie.

Haut de page

Notes

1  Les femmes peuvent être dénoncées comme de mauvaises mères mais leurs caractères sont définis au travers de leur échec à éduquer leurs enfants dans le cadre notamment des familles monoparentales (Cardi, 2007). Bien au contraire, le statut maternel des femmes semble leur offrir une relative protection dans le processus pénal qui produit en partie les figures de la déviance (Cardi, 2008).

2  332. Quiconque aura commis le crime de viol sera puni de réclusion des travaux forcés à temps. (Duvergier, 1833, 51). Si le genre de l’agresseur n’est pas défini spécifiquement par le Code pénal, médecins et législateurs s’accordent cependant sur le fait que le crime de viol est caractérisé par la pénétration forcée de la femme par le membre viril de l’homme. Il faut attendre la réforme du Code pénal de 1992 pour que cette définition par le genre de la pénétration sexuelle soit réformée : « 222-23. Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par la violence, contrainte, menace ou surprise est un viol » (Code pénal, 2007, 385).

3  Dans sa thèse, Jacqueline Chammas montre qu’au xviiie siècle, la thématique incestueuse est utilisée par les écrivains pour cristalliser les revendications des Lumières : liberté et égalité en tête. Cette utilisation « politique » de l’inceste perdure jusqu’à la fin du courant romantique en France, c’est-à-dire vers le milieu du xixe siècle.

4  Nous pouvons parler de mythologie à plusieurs égards. D’une part, parce que les accusations portées contre la famille des Borgia n’ont jamais été prouvées. D’autre part, parce qu’elles apparaissent dès le XVe siècle et se sont transmises ensuite de siècle en siècle. La famille des Borgia, au fil des époques, a ainsi été utilisée par les auteurs pour mettre en lumière sous une forme symbolique l’image de la mauvaise famille qui pratique aussi bien l’inceste que le meurtre ou la trahison.

5  Le duc de Ferrare, qui appartenait à la famille des Este, est le troisième mari de Lucrèce Borgia.

6  À la suite d’un voyage en Italie en compagnie de Stendhal, Prosper Mérimée rédige une première version de cette nouvelle en 1846. La deuxième version, qui date de 1868, est brûlée dans l’incendie de sa maison en 1871. La première est donc celle qui est publiée dans son dernier recueil, Les dernières nouvelles, en 1873.

7  Sextus Tarquin, fils de Tarquin le Superbe, viole la fille de son cousin prénommée Lucrèce et déclenche, par cet acte, la fin du règne de sa famille sur Rome. La famille étrusque des Tarquin a régné de 616 à 509 av. J.-C.

8  Le courant littéraire va en effet à rebours de l’évolution législative de la France. Le Code civil de 1804, puis les codes pénaux de 1810 et 1832 renforcent l’emprise de l’imaginaire masculin sur le crime en punissant plus durement les pères. Cette dichotomie s’explique par des intérêts divergents dans les deux sphères. Les juristes et les hommes politiques, de plus en plus soucieux des dangers représentés par les ouvriers et leurs conditions de vie, se préoccupent davantage de moraliser les pères, premiers garants de la moralité de leur foyer et donc de la société. Les écrivains romantiques, pour leur part, utilisent la mythologie féminine de l’inceste dans le cadre de leurs revendications politiques. À travers ces portraits de femmes lascives, corrompues et aristocratiques, ils entendent en effet critiquer l’avènement d’une société bourgeoise et libérale.

9  AD L-A, 5U/109/1, affaire Leroux et Tournerie, acte d’accusation contre René-François Leroux et Constance Victorine Tournerie femme Garnier, 3 janvier 1840.

10  AD Y, 2U/394, affaire Durand et Lecointre, acte d’accusation contre Josselin Durand et Florentine Lecointre, 15 novembre 1850.

11  AN, BB/20/20, compte-rendu de la deuxième session du troisième trimestre de la Cour d’assises des Bouches-du-Rhône par le président Cabasse, 19 août 1825.

12  En raison de la faiblesse des cas à notre disposition, nous citerons dans cet article le même corpus que celui utilisé pour la publication d’un article précédent même si nous l’analysons par le biais d’une problématique différente (Giuliani, 2009, 159-173).  

13  AD Y, 2U/624, affaire Le Tallec,interrogatoire de François Le Tallec par le juge d’instruction du Tribunal de première instance de Corbeil, 15 novembre 1878.

14  Ce terme est à double emploi car il sert aussi à désigner les violences, de nature sexuelle ou physique, exercées sur les personnes âgées dans le cadre des maisons de retraite.

15  AD B-R, 208U/20/1, affaire Reynaud, acte d’accusation contre Claire Reynaud, 26 messidor an ix.

16  Le Petit Journal, 28/10/1891.

17  La Gazette des Tribunaux, 10/12/1891.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Légende Jules-Joseph-Guillaume Bourdet, Le Cardinal César Borgia et sa sœur Lucrèce, estampe, Paris, 1843.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8046/img-1.png
Fichier image/png, 4,1M
Titre Illustration 2
Légende Édouard Toudouze et Louis Énault, Salomé triomphante in Paris-Salon, 1886, p. 26-27.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8046/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Giuliani, « L’impossible crime », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 11 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8046 ; DOI : 10.4000/champpenal.8046

Haut de page

Auteur

Fabienne Giuliani

Docteure en histoire, Centre de Recherches en Histoire du XIXe siècle (EA 3550, Paris 1/Paris 4). Contact : fabienne.giuliani@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org