Navigation – Plan du site
Dossier

Les femmes dans la lutte armée au Pays basque

Représentations, division sexuelle du travail et logique d’accès à la violence politique
Isabelle Lacroix

Résumés

De récentes recherches anglo-saxonnes et espagnoles témoignent de l’augmentation du nombre des femmes dans l’organisation armée basque ETA. Articulant une sociologie des rapports sociaux de sexe à celle de la violence politique, cet article interroge la place des femmes dans la lutte armée basque. Bouleverse-t-elle ou au contraire, reproduit-elle un certain ordre sexué au sein de cette structure armée et dans les représentations de la société ? A l’appui de sources secondaires sur ETA, scientifiques, médiatiques, militantes et policières et d’une enquête empirique sur le nationalisme basque, nous montrons que la progression des femmes dans les commandos actifs et dans le leadership d’ETA transforme en partie le monopole masculin de la violence politique et la répartition sexuée des tâches. Toutefois, les inégalités de genre se reproduisent au sommet de l’organigramme ainsi que par le maintien d’un ethos du guerrier masculin. Les médias, la littérature et les institutions pénales participent de ces transformations et permanences des stéréotypes sexués.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Pays basque

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Si l’accès des femmes à la violence légale dans la police (Pruvost, 2007a), dans la gendarmerie (Geesen, 2008), suscite l’intérêt du champ sociologique français depuis une dizaine d’années, leur accès à la violence illégale reste encore peu étudié. La violence politique se décline traditionnellement sous la figure d’un homme. La participation directe des femmes à des attentats étonne et suscite peur et fascination (Antolin, 2002). On considère très souvent les femmes comme victimes des conflits politiques, mais rarement comme des actrices qui administrent la mort. La plupart des sociétés s’organisent sur un classement dichotomique qui assigne les tâches et catégorisations duales selon les sexes, entre l’espace privé et l’espace public, la force et la faiblesse, donner la vie et donner la mort. Aussi, la société considère-t-elle cet engagement des femmes dans la lutte armée comme une double transgression (Bugnon, 2009) voire une triple déviance (Felices-Luna, 2007) face à l’ordre social et l’ordre sexué (Sénac-Slawinski, 2007). Les militantes transgressent l’ordre social par l’illégalité de leurs activités ; elles transgressent également « l’ordre sexué » parce qu’elles brouillent les frontières des normes de genre lorsqu’elles quittent la sphère privée et mettent à mal le stéréotype de la femme pacifique et douce. Le monopole de la violence assigné à l’homme s’en trouve compromis. À l’image d’organisations européennes (Brigades rouges, Fraction Armée Rouge) ou extra-européennes (Parti des Travailleurs du Kurdistan, les Tigres Tamouls, les groupes tchétchènes), de récentes recherches anglo-saxonnes et espagnoles sur l’organisation armée basque ETA témoignent de l’augmentation du nombre de femmes (Alcedo Moneo, 1996 ; Aretxaga, 2005 ; Hamilton, 2007a). C’est également le cas au sein de l’organisation de jeunesse Segi, « vivier de recrutement » d’ETA, selon la police.

  • 1  En raison du caractère polémique et normatif du mot « terrorisme », nous préférons utiliser les te (...)
  • 2  Nous entendons le genre comme une construction et non comme une essence.

2Cet accroissement de leur représentation statistique suscite l’interrogation. Comment ce phénomène est-il étudié et interprété dans les écrits scientifiques, médiatiques et littéraires ? Sous quel mode les femmes participent-elles à la lutte armée ? Les tâches sont-elles distribuées selon des critères sexués ? Peut-on parler ici de division sexuelle du travail violent (Cardi, Pruvost, 2009) ? Cet article, qui analyse la place des femmes dans la lutte armée au Pays basque, se situe dans la lignée de recherches internationales émergentes qui couplent l’analyse du genre au terrorisme1 (Gonzalez-Perez, 2008 ; Cragin, Daly, 2009 ; Ness, 2007). Il s’inscrit plus globalement à la suite des travaux d’historiens, d’anthropologues et de sociologues qui, en questionnant la violence des femmes dans les sphères privée et publique (Bodin, Robène, Héas, 2007), tentent de fonder une réflexion sur la façon différenciée dont les sociétés pensent et imaginent la violence féminine tandis qu’elles exercent simultanément de la violence sur les femmes (Farge, Dauphin, 1997, 11). À travers une recension d’écrits scientifiques et l’analyse d’un corpus médiatique, littéraire, militant et policier, cet article propose ainsi une synthèse originale et inédite en France de la féminisation de la violence politique basque et de ses possibles résistances. Seule l’étude scientifique de l’historienne Carrie Hamilton accorde une dimension centrale à la perspective du genre dans ETA. D’autres études y consacrent un chapitre ou des sous-sections, tels que les ouvrages des anthropologues Miren Alcedo (1996) et Begoña Aretxaga (2005) ou du sociologue Jésus Casquete (2009) et du politiste Fernando Reinares (2001). Analyser la violence politique sous l’angle de la sociologie du genre2 et des rapports sociaux de sexe est heuristique. En s’appuyant sur les concepts de féminisation, de division sexuelle du travail, de rôles et de stéréotypes sexués, il s’agit de voir si les nombreuses évolutions et les transformations que produit la présence des femmes dans ETA bouleversent ou au contraire, reproduisent un certain ordre sexué au sein de cette structure armée et dans les représentations de la société. Après avoir établi le constat statistique d’une augmentation du nombre de femmes dans l’organisation armée basque, la première partie portera sur leur rôle en son sein, en mettant l’accent sur les rapports genrés. La deuxième partie recensera les interprétations scientifiques de l’acceptation institutionnelle des femmes dans ETA. Elle se focalisera sur les difficultés de l’organisation. La troisième partie mettra en exergue les représentations, au sein de la société, de ces femmes engagées dans la violence politique basque.

Méthodologie

Organisation illégale et clandestine, ETA cultive le secret, par le cryptage de ses documents informatiques, par exemple. En ce sens, la lutte armée est une activité inobservable pour reprendre l’expression qu’emploie Michel Bozon (1995) dans un tout autre domaine, celui de la sexualité.

Ainsi, faute d’avoir accès au comité exécutif d’ETA, cet objet de recherche se confronte à un certain nombre d’obstacles méthodologiques. Les difficultés inhérentes au travail sur le « terrorisme » obligent à croiser les sources et à avoir un regard indirect. Les résultats présentés dans cet article doivent donc être considérés avec la plus grande prudence. En effet, comme a pu le constater Jean-Louis Briquet pour la mafia (1995), ce type de recherches est largement tributaire de sources judiciaires ou d’enquêtes de polices. Dans ce cas, il s’agit donc le plus souvent de représentations des institutions répressives en tant que telles et non de l’expérience et des trajectoires réelles des femmes engagées dans la lutte armée. Néanmoins, quelques chercheurs (Alcedo, Hamilton, Reinares) ont eu recours aux récits de vie pour accéder directement à la subjectivité des membres d’ETA.

Notre article s’appuie à la fois sur des travaux de chercheurs majoritairement anglo-saxons et espagnols, des romans et des articles de presse qui parlent des femmes d’ETA, mais également sur des documents de sources primaires tels que des autobiographies, ou secondaires tels que ceux produits par l’organisation sur les femmes, les documents produits par les agences de contrôle social formelles (forces de l’ordre, tribunaux, prisons), ainsi que ceux produits par des journalistes ou encore par les organisations qui soutiennent ETA. Nous avons choisi de recueillir ces différents documents sur la période 2000-2010. À l’exception de Jésus Casquete qui a réactualisé certaines données jusqu’en 2006, la plupart des études s’étaient arrêtées début 2000. Nous avons prolongé certaines données statistiques en collectant les fiches individuelles des détenus (date, lieu de naissance et date d’incarcération) qui figurent sur le site internet de l’association des familles de prisonniers, mais également celles des personnes arrêtées sur le site du ministère de l’Intérieur espagnol. N’ayant pas d’assise empirique à l’intérieur de l’organisation armée, c’est l’immersion longue dans le terrain basque qui nous a assuré une familiarité et un décodage des sources mobilisées. En effet, cet article prolonge un travail de thèse (2002-2009) qui couple des entretiens biographiques et des observations participantes sur l’engagement militant autonomiste au Pays basque français. Le Pays basque français a accueilli jusqu’en 1986 de nombreux réfugiés d’ETA. Des associations soutiennent actuellement la lutte d’ETA. De plus, le territoire français constitue encore aujourd’hui une base arrière pour l’organisation armée.

Histoire et structure organisationnelle d’ETA

  • 3  Auparavant, existait un troisième type de commandos : itinérants. Sous la direction d’ETA, ce comm (...)

Cette organisation est extrêmement hiérarchisée et bureaucratisée au sens weberien du terme. Elle repose sur une stricte division des tâches entre les membres de l’organisation, un cloisonnement cellulaire destiné à éviter toute infiltration du cœur de l’appareil clandestin et une spécialisation de ses membres fortement différenciée (Crettiez, 1997, 299). Au sommet, on trouve le comité exécutif d’ETA, composé de trois à une dizaine de membres selon les époques (ibid., 301). L’organisation armée possède cinq appareils principaux : militaire, politique, financier, international et prisonniers. L’appareil militaire est central. Il est composé de deux organes opérationnels : les commandos légaux constitués de militants inconnus des services de police, qui récoltent des informations pour des actions armées futures ; les commandos illégaux sont composés de militants qui entrent dans la clandestinité lorsqu’ils sont repérés par la police et qui réalisent des attentats3 (ibid., 304). À l’intérieur de l’appareil militaire existe un sous-appareil logistique. C’est l’infrastructure de l’organisation vouée aux approvisionnements en armes et à la formation des commandos ; chargée du transfert de l’armement et des commandos entre les Pays basques espagnol et français et de la falsification des documents d’identité.

En ce qui concerne l’histoire d’ETA, elle est marquée par des scissions. Créée en 1959 au Pays basque espagnol, l’organisation armée ETA se déclare progressivement anti-confessionnelle et marxiste-léniniste. À partir de 1967, influencée par les idéologies tiers-mondistes, ETA s’organise en 4 fronts : ouvrier, culturel, politique et militaire. Des scissions apparaissent autour de la stratégie de la lutte armée, et de la prééminence donnée aux actions sur le front ouvrier. En 1970, le procès de Burgos dans lequel seize membres d’ETA sont accusés de l’assassinat du policier Méliton Manzanas, permet d’unifier, un temps, les divergences idéologiques et stratégiques au sein de l’organisation armée. Héros de l’anti-franquisme, ETA bénéficie d’un soutien international. Peu après ce procès, ETA se divise en plusieurs tendances. En 1974, une nouvelle scission survient entre le secteur majoritaire (ETA Politico-militaire, dit ETA pm) qui désire allier lutte de masses et lutte politico-militaire, et le secteur minoritaire (ETA militaire) qui souhaite mettre en place une structure strictement militaire. ETA pm donne naissance à une nouvelle organisation politique, EIA (Euskal Iraultzarako Alderdia) qui devient une organisation politique de gauche Euskadiko Euskerra en 1981 (et fusionne en 1991 avec le Parti Socialiste d’Euskadi, section locale du Parti Socialiste Espagnol).

En novembre 1975, le Général Franco décède. Durant la transition démocratique, entre 1975 et 1979, des militants basques sont assassinés. ETA maintient ses attentats. Le statut de Guernica, en 1979, donne une autonomie conséquente au Pays basque. La Navarre est exclue de ce statut. Elle aura sa propre communauté autonome. En 1980, ETA rejette ce statut d’autonomie et « la division du Pays basque » en deux communautés autonomes. Au fil des années, la gauche abertzale (patriotique) voit son électorat s’affaiblir. Le monde nationaliste est aujourd’hui fortement divisé entre les opposants et les défenseurs de la lutte armée. Cependant, ETA et les mouvements qui se réclament de l’idéologie de la gauche abertzale ont encore une assise de 10 à 15% dans la population du Pays basque espagnol. Pour cette partie de la population, l’Espagne n’est pas une démocratie, elle n’est que franquiste, seulement revêtue d’autres oripeaux qu’il s’agit de combattre.

D’une division du travail traditionnelle à un brouillage des normes de genre

3Dans une grande partie des écrits scientifiques, l’une des premières présentations de cette présence des femmes dans ETA est statistique. Ce type de travaux regarde leur progression historique et/ou met l’accent sur l’analyse des fonctions occupées par ces femmes dans la lutte armée.

  • 4  Si aucune femme ne semble être présente dans le groupe corse (Crettiez, 1997), des femmes irlandai (...)
  • 5  Toutefois, il reste encore à analyser la participation historique des femmes dans les groupes viol (...)

4Avant d’aborder l’analyse de leur représentation statistique au fil des années, il faut souligner que l’une des singularités d’ETA est que les femmes y tiennent une place plus importante que dans d’autres groupes armés nationalistes comme le FLNC ou l’IRA4. Le marxisme, central dans l’idéologie d’ETA, peut expliquer ce phénomène. Le Mouvement de Libération nationale Basque (MLNV) qui désigne le réseau dense d’associations entourant l’organisation armée, offre par ailleurs aux femmes des fonctions importantes, notamment dans les associations de soutien aux prisonniers. Un mouvement féministe, liant libération nationale et émancipation de la femme s’est structuré en association (Egizan) dans cet espace militant dans les années 1980. Ceci ne veut pas dire que de façon mécanique la place des femmes dans ETA dérive directement de l’idéologie marxiste. Des facteurs plus structurels comme l’entrée des femmes sur le marché du travail, leur accès à la scolarité longue, peuvent expliquer cela. Mais une grande partie des recherches sur la lutte armée constate que le nombre de femmes a toujours été plus conséquent dans les groupes armés d’extrême gauche5.

Le constat d’une augmentation numérique des femmes

  • 6  123 femmes sur 762 prisonniers. Respectivement, 16,1 % en France et 15,9 % en Espagne. Cette propo (...)

5De nombreux auteurs signalent qu’au fil des années, la proportion des femmes dans l’organisation clandestine ETA a progressé. Ainsi, Fernando Reinares (1997) révèle qu’elle passe de 4,2 % entre 1970 et 1977 à 11,2 % entre 1983 et 1995. À partir des chiffres recueillis dans les enquêtes policières concernant 1 118 présumés membres d’ETA, Dominguez Irribaren (1998) conclut que si dans les années 1970, les femmes représentent 10 % des personnes liées à ETA, dans les années 1980, elles étaient 15,7 % et les trois premières années de la décennie suivante, 20,68 % (Casquete, 2009, 99). Cette augmentation transparaît également dans les chiffres d’emprisonnement : en juillet/août 1983, 8% des femmes d’ETA sont détenues. En 1991, elles sont 12 %. Ce chiffre se maintient entre 11 et 13 % jusqu’aux années 2002 (Hamilton, 2007a, 193). Il paraît encore en augmentation aujourd’hui. Selon nos calculs, cette présence est de 16 %6 en décembre 2009, dans les prisons françaises et espagnoles.

6Si on s’attache aux taux d’arrestations, la présence des femmes progresse globalement. En effet, en 2002, le gouvernement espagnol indique que les femmes d’ETA arrêtées ont augmenté de 33 % l’année précédente tandis que les hommes ont augmenté de seulement 10 % (Gonzalez-Perez, 2008, 104). De même, à partir de la liste des noms de personnes arrêtées entre 1999 et 2005, en Espagne, en France et dans d’autres pays7 (appartenant à ETA et à des associations nationalistes proches), on observe deux tendances : les arrestations d’hommes et de femmes augmentent. L’augmentation du nombre d’hommes est plus importante que celle des femmes (figure 1). Mais s’agissant des pourcentages, les tendances diffèrent : la proportion des femmes arrêtées augmente dans le temps au détriment de celle des hommes (figure 2).

Arrestations (ETA & associations)

Arrestations (ETA & associations)
  • 8  Behatokia, Eskubideak, 2002, Liberté d’expression et d’opinion et droit d’association en Pays basq (...)

7Cependant, il est important de noter que l’interdiction de certaines associations nationalistes en Espagne a élargi la labellisation de « terroriste ». Certaines associations qui soutiennent ETA, réputées pour être des mondes de jeunes garçons, se sont féminisées. Si on s’appuie sur la liste des militants poursuivis au procès ouvert par le juge Garzon sous le dossier nommé « 18/98 »8, 30% de filles sont inculpées dans l’organisation de jeunesse Segi/Haïka, qui pratique la violence de rue (kale borroka) en Espagne exclusivement, mais qui transmet de part et d’autre de la frontière à ses membres un capital et un imaginaire guerrier.

8Néanmoins, l’interprétation de ces chiffres se heurte à de nombreuses limites car cette augmentation des effectifs de femmes au sein de l’organisation se base sur des statistiques reliées à leurs arrestations, à leurs condamnations ou à leur nombre en prison. Comme a pu le souligner Laurent Mucchielli sur la délinquance (2001), les chiffres relèvent plus du travail policier que de la réalité du fait déviant que l’on prétend étudier. Ainsi, l’augmentation statistique des femmes, qui peut résulter d’une moins grande tolérance des agences de contrôle social à leur égard ou bien de l’accroissement de la criminalité de leurs activités, ne suffit pas à elle seule, à conclure à une féminisation de la lutte armée basque.

9En effet, on peut également imputer ce constat statistique aux transformations des rôles attribués aux femmes dans l’organisation armée. Des logiques organisationnelles expliqueraient alors leur moindre représentation statistique aux débuts d’ETA puis leur progression numérique. Claude Zaidman met ainsi en garde sur l’utilisation abusive de la notion de féminisation dans différents secteurs tels que celui du travail, il faut d’abord rappeler que là encore, la description statistique cache, si l’on en reste aux chiffres globaux, des phénomènes de distribution des postes selon les secteurs et les niveaux hiérarchiques qui différencient fortement les profils de carrière en fonction des sexes (2007, 5). Les modes de participation des femmes dans ETA doivent donc être précisés. En effet, cette féminisation de la lutte armée ne peut se comprendre que si l’on regarde la division sexuelle du travail dans l’organisation ETA et la façon dont elle s’inscrit dans des principes de séparation (qui assignent hommes et femmes à des activités de travail différentes) et de hiérarchisation des tâches (un travail d’homme a une valeur plus importante qu’un travail de femme) (Kergoat, 2000). La lecture des écrits scientifiques et médiatiques nous a permis de construire une typologie de fonctions organisationnelles dans ETA (fonctions de « coulisses », guerrières, de représentation, de commandement et théorique). Il s’agit de voir à présent comment elles se répartissent de façon genrée.

10En raison de sa division du travail fortement sexuée, la participation des femmes au sein d’ETA est invisible au départ. À l’instar d’une triple invisibilisation des hiérarchies de genre, constatée dans de nombreuses recherches sur les mouvements sociaux (Fillieule, Roux, 2009, 13), celle des femmes au sein du groupe armé ETA s’explique par leur relégation à des activités « à l’arrière », par une hagiographie militante qui prône les héros masculins mais également par une littérature scientifique largement androcentrée.

Des « activités de coulisses »

  • 9  Fernando Reinares (2001) témoigne des services sexuels qu’ont pu rendre les femmes aux « combattan (...)
  • 10  Trois femmes se trouvent parmi les seize accusés. Deux d’entre elles connaîtront des peines de pri (...)
  • 11  Il est important d’indiquer la place qu’occupe « la femme » dans la culture traditionnelle basque. (...)

11Si ce sont exclusivement des hommes qui ont fondé l’organisation armée, les femmes apparaissent au milieu des années 1960 (Hamilton, 2007b), en majorité dans des travaux d’infrastructure. Leurs activités de coulisses (Goffman, 1973 ; Pruvost, 2007a) prolongent les activités domestiques traditionnelles. Les femmes sont essentiellement porteuses de courriers et d’armes, et elles hébergent les militants. Elles assurent très souvent le « repos du guerrier ».9 Cependant, cette division genrée des tâches n’est pas aussi affirmée dans les premiers temps d’ETA. Après le procès de Burgos10 en 1970, la branche d’ETA qui souhaite privilégier les actions militaires aux actions politiques, pèse de plus en plus au sein du mouvement nationaliste. Cela marque la division sexuelle du travail au sein du groupe armé. Ce processus confirme (Hamilton, 2007b, 136) la thèse de Sarah Benton (1995) sur l’accentuation de la division du genre que provoque la militarisation d’un mouvement. De même en France, Luc Capdevila et Fabrice Virgili ont constaté que pendant la Deuxième Guerre mondiale, la militarisation de la résistance a réintroduit avec évidence la différence des sexes d’alors. De ce fait, le patriotisme féminin en construction à cette date est davantage pensé en termes de complémentarité, le rôle majeur, celui du guerrier, étant d’essence masculine (Capdevila, Virgili, 2000). Ce statut complémentaire des femmes s’observe au Pays basque au travers de la figure de la mère. Leur rôle est premier dans les rites funéraires organisés en l’honneur des hommes d’ETA (Aretxaga, 1988). La mère, dans le cas où le militant mort était célibataire, ou l’épouse, lorsqu’il était marié, remplit le rôle central du rite funéraire, réalisant l’offrande de son fils ou mari au peuple basque et à sa cause (Pérez-Agote, 2003, 20). L’identité d’ETA qui repose sur l’action (l’ekintza) valorise l’attentat, l’aspect guerrier de l’organisation. Une certaine virilité est mise en avant à travers les images de propagande. Le héros dans le monde nationaliste basque est le fils ou le frère, tandis que la femme se maintient dans son rôle traditionnel, comme gardienne de la maison11 et représentante de la patrie et de la fertilité (Alcedo, 1997, 1), répartition sexuée que l’on retrouve dans d’autres formes de nationalismes (Crettiez, 2006, 270). Les femmes assument également le rôle de médiateur (Aretxaga, 2005, 161). Traditionnellement assignées au travail du care, elles jouent un rôle politique important dans le maintien des liens entre les détenus et la famille, dans la relation épistolaire ou les visites en prison, ainsi que dans l’organisation de campagnes de protestation en faveur des prisonniers.

12Ce maintien des femmes en coulisses peut expliquer également leur absence des travaux scientifiques, en particulier lorsque l’informateur est un homme. Au même titre que la minoration du rôle des femmes dans les mobilisations collectives, révélée dans certaines études aux États-Unis (Contamin, 2007), les femmes d’ETA ont subi une invisibilisation sociale mais également une invisibilisation épistémologique. En effet, avoir des informateurs hommes qui rendent invisibles leurs comparses représente un biais méthodologique important. Si des femmes signalent dès les premières années la présence des femmes dans les commandos et opérations d’ETA (Mac Donald, 1991, 10), un militant témoigne en 1973, qu’ETA s’est refusé à recruter des femmes car leur place est à la maison (Clark, 1986, 286). Le sexe de l’enquêteur peut expliquer également la reconnaissance tardive du rôle joué par les femmes dans ETA. Les scientifiques qui ont posé cette question du genre dans ETA de façon centrale sont des femmes. Les ouvrages scientifiques sur ETA qui ne mentionnent pas le rôle des femmes dans l’organisation ou neutralisent le genre avec les termes « membres » ou « etarras » sont très souvent écrits par des hommes. Ainsi, l’ouvrage collectif ETA une histoire (2002) dirigé par l’historien Antonio Elorza, ne fait aucune présentation sexuée de ce mouvement. Le sceau du secret attenant à une organisation clandestine peut également expliquer cette invisibilisation des femmes. Elles doivent rester invisibles pour pouvoir mener à bien leurs activités de transmission des informations et d’armes. Par exemple, les femmes jugées incapables par les douaniers d’être en possession d'armes ou d’explosifs passaient plus facilement inaperçues lors du franchissement de la frontière franco-espagnole. ETA aurait alors tiré une ressource militante des stéréotypes genrés de la société traditionnelle. En effet, les marqueurs symboliques du genre peuvent parfois faire l’objet d’usages stratégiques en jouant le rôle de « ressources culturelles » [Williams 1995] (Fillieule, Roux, 2009, 37). L’organisation armée fera cette utilisation dans les années 1980-1990, lorsque des femmes seront aux fonctions opérationnelles. Ainsi, en 1984, une militante surnommée la monja (la nonne), se serait habillée en religieuse pour déclencher à distance une bombe qui explose à la face de deux policiers (Chalvidant, 2003, 311). Un an plus tard, lors d’une autre action armée, elle se serait déguisée en femme enceinte.

13À l’instar de la guerre civile révolutionnaire au Salvador, la division sexuelle du travail dans ETA peut se résumer ainsi jusqu’aux années 1980 : aux femmes l'arrière, la logistique, l'approvisionnement, l'alimentation, le soin aux blessé(e)s et le deuil, aux hommes le combat, la stratégie, la direction, la camaraderie virile, l'héroïsme et, pour certains hommes en position de pouvoir et de prestige, la polygamie facile (Falquet, 1997, 4). La visibilité publique et médiatique des femmes s’accroît au moment où elles sont plus nombreuses à entrer dans les fonctions guerrières. À partir du milieu des années 1980, la distribution du « travail violent » entre les sexes évolue sensiblement horizontalement (entre pairs), mais plus relativement sur le plan vertical (commanditaire, exécutant).

Une entrée dans les fonctions guerrières mais un relatif accès aux fonctions de leadership

  • 12  AFP, « Une femme membre présumée de l'ETA recherchée », LePoint.fr, 10/08/2009.

14Ainsi, la permanence de la militarisation d’ETA n’a pas empêché l’augmentation du nombre de femmes dans l’organisation. À en croire les sources policières, leur accès à des fonctions guerrières a augmenté et elles sont davantage criminalisées. En effet, même si les différents commandos n’ont pas tous le même prestige, de plus en plus de femmes sont accusées d’avoir réalisé des assassinats et des attentats à la voiture piégée. Selon Carrie Hamilton (2007b, 192), entre 1971 et 1975, 7 % des femmes sont accusées d’avoir participé à des actions armées, 93 % d’y avoir collaboré. Entre 1976 et 1982, ce chiffre monte à 12 % (86 % en collaboration). Actuellement, selon la police, chaque commando comprend une femme au moins (Gonzalez-Perez, 2008, 104). En 2002, c’est le corps d’une femme d'ETA qui a été déchiqueté par une bombe qu'elle manipulait au Pays basque espagnol. En 2009, lors des attentats perpétrés à Palma de Majorque, les trois explosifs auraient été placés dans les toilettes des femmes12.

15Des changements sont également apparus dans les fonctions de représentations. Ainsi, dans les prisons françaises et espagnoles, les porte-parole du collectif des prisonniers « politiques » basques sont respectivement une femme et un homme. En 2006, lors d’une conférence de presse donnée par trois membres d’ETA cagoulés qui annonçaient un cessez-le feu, la femme a pris la parole13, elle était positionnée au centre. Depuis la dissolution d’ETA politico-militaire en 1982, aucune femme n’avait encore parlé lors d’un communiqué de presse14. Dans deux vidéos Internet de propagande d’ETA datables de 2007, les voix sont autant celles de femmes que d’hommes15. Par ailleurs, les rites militants donnés pour accueillir le libéré dans sa ville ou son village à sa sortie de prison, par des chants et des danses ne sont pas genrés. Comme l’homme, la femme reçoit la txapela (le béret), attribut jusque-là hautement masculin16. On assiste également à une recomposition des rôles dans les rites funéraires. Lors du premier décès d’une femme militante, le rite funéraire fut bouleversé et inversé ; la mère n’était plus au centre de la cérémonie, le père avait pris la parole17. Dans les récents hommages aux femmes militantes que nous avons pu observer, le rôle des parents selon leur sexe ne semble plus inversé mais mixte, la mère comme le père sont centraux, mais le père est plus présent que dans les années 1980.

  • 18  À partir de la liste réalisée par Jean Chalvidant (2003).
  • 19  Carrie Hamilton interviewée par The Observer, versions en langue française, Les femmes fatales d'E (...)

16Si les femmes entrent incontestablement dans les fonctions guerrières et de représentation, réduisant ainsi la ségrégation horizontale du travail militant, leur présence, en augmentation dans le leadership ces cinq dernières années reste encore assez faible. À l’inverse de la police où on trouve davantage de femmes au sommet de la hiérarchie que dans les grades inférieurs, plus exposés à la violence physique (Pruvost, 2007b), l’accès est plus facile aux fonctions guerrières d’ETA qu’à sa tête. Il faut attendre 1976 pour que des femmes entrent dans le Comité exécutif donc aux fonctions de pouvoirs. Trois femmes y accèdent entre 1976 et 1982. Depuis la fin du cessez-le-feu en décembre 1999, de plus en plus de femmes dirigeraient l’organisation (Gonzalez-Perez, 2008, 104). Selon nos propres calculs18, de 1997 à 2002, quatre femmes auraient accédé au comité exécutif. De plus, des femmes seraient responsables de différents secteurs d’ETA mais leur nombre est faible. Selon l’organigramme réalisé par la police, elles seraient sept au total en 2005 et leur commandement semble segmenté de façon sexuée : ainsi, l’une serait à la fois au comité exécutif et aux relations internationales, une autre adjointe du CE, une autre aux seules relations internationales, deux autres à la documentation, une à l’information, une à la question des prisonniers et enfin, une dernière à la tête de l’accueil et de l’hébergement. En 2009-2010, différents articles de presse relatent que deux femmes auraient accédé au sommet d’ETA. Selon Carrie Hamilton, l’accès aux fonctions de pouvoirs se faisant à travers la participation à des commandos actifs, il est inévitable que certaines soient amenées à un moment donné à endosser des rôles d’autorité19. Par exemple, Maria Soledad Iparraguirre dite « Anboto », qui travaillait depuis 20 ans pour ETA, est passée des travaux d’infrastructure aux commandos actifs ; elle est entrée dans le comité exécutif en 2000.

17Ainsi, les femmes progressent numériquement dans les fonctions guerrières ; elles accèdent aujourd’hui à des responsabilités militantes et à une position de cadre mais une certaine division sexuelle du travail persiste puisque les activités les plus prestigieuses, le comité exécutif d’ETA, sont les moins féminisées. La division sexuelle n’a donc pas disparu, elle s’est déplacée à d’autres niveaux de l’organisation. Par ailleurs, la figure typique masculine du « combattant » reste prégnante. Elle exprime une reproduction forte des rôles sexués entre hommes et femmes. C’est l’une des principales grilles de lecture que l’on retrouve dans les analyses de l’engagement des femmes dans la lutte armée basque.

Une permanence de la domination masculine au sein d’ETA : une interprétation organisationnelle de la féminisation

18Cette évolution du recrutement au sein de l’organisation armée ETA met en évidence la permanence des hiérarchies de genre. Certains travaux avancent que cette féminisation devient possible au moment où le groupe armé est le plus dévalorisé. D’autres auteurs affirment que la féminisation ne change pas l’ethos et l’imaginaire du groupe, les activités guerrières et les héros militants étant toujours majoritairement masculins. L’existence d’une segmentation sexuée marquerait également cette inégalité de genre, les secteurs les plus prestigieux d’ETA étant les moins féminisés.

Dévalorisation de l’organisation armée et féminisation

  • 20  La montée comme porte-parole de jeunes filles du groupe Segi peut également être analysée dans ce (...)
  • 21  IRA, Una jefa sin peso ni galones, EL País, 20/06/2010.
  • 22  Une des plus grandes figures féminines d’ETA. Son portrait est présenté en page 12.
  • 23  Selon la presse espagnole, et de sources policières, Iratxe Sorzabal, 38 ans, a d’abord été parlem (...)
  • 24  Selon la police, Izaskun Lesaka occuperait des postes importants dans l’appareil politique d’ETA. (...)
  • 25  Ce membre d’ETA considéré par la police comme « chef militaire » a été arrêté au mois de mai 2010. (...)
  • 26  De source militante, elle serait de deux ans et demi avant l’incarcération.

19Ainsi, l’une des premières grilles de lecture d’une permanence de la domination masculine malgré les changements (Bourdieu, 1998, 126) est celle qui associe la féminisation des organisations armées à l’idée de dévalorisation du groupe en question. Des chercheurs mettent en avant l’idée d’un accès des femmes dans ETA destiné à résoudre un problème de recrutement et d’un manque de main-d’œuvre lié à l’affaiblissement de l’organisation. À l’instar d’un certain discours en sociologie du travail qui suggère que la féminisation des métiers reflète une recomposition de la hiérarchie professionnelle et que les femmes sont uniquement « autorisées » à intégrer les professions en voie de dévalorisation et/ou les strates les plus dévalorisées de celles-ci (Le Feuvre, Guillaume, 2007, 13), l’arrivée des femmes dans ETA correspondrait à une baisse de prestige de l’organisation. Selon Xavier Crettiez, moins qu’une ouverture intellectuelle dictée par un discours marxiste peu suspect de machisme, il faut voir dans cette transformation du recrutement d’ETA, le résultat de difficultés grandissantes à attirer dans ses rangs une population lasse de violence (1997, 344). Si l’on suit cette perspective, l’augmentation de militantes d’ETA dans les prises de parole à la presse peut être liée à une stratégie de revalorisation de l’image de l’organisation. De même qu’au sein du monde de la boxe française qui, confronté à la montée dans les années 1980 de formes d’affrontements plus durs et moins "civilisés" (Menesson, 2006, 4) susceptibles de les concurrencer, a adopté une politique volontariste de féminisation de son recrutement à travers des campagnes de promotion, on peut émettre l’hypothèse qu’ETA tente d’adoucir son image dans un Pays basque de plus en plus divisé sur la lutte armée20. Cette interprétation apparaît également dans la presse ces dernières années pour expliquer l’accès plus important des femmes dans le leadership d’ETA. En raison des difficultés d’accès aux sources, on observe ici une circularité des discours médiatiques, scientifiques et des agences de contrôle social.Des articles de presse espagnole signalent depuis 2009 de source policière, que deux femmes seraient à la tête d’ETA. Tous mettent en avant l’affaiblissement de l’organisation. L’un des titres est assez explicite : « Une chef sans poids, ni galons »21. Le journaliste qui signe cet article poursuit : Mais l’ETA dans laquelle militèrent Yoyes22 et même Anboto, n’a rien à voir avec celle de Sorzabal23 et Lesaka24. L’organisation terroriste est aujourd’hui profondément affaiblie et divisée. […] C’est l’expression d’une ETA languissante où le dernier de ses dirigeants d’une quelconque envergure et d’une certaine expérience fut Mikel Carrera25. Ce discours médiatique et policier est également utilisé à propos des jeunes, considérés comme inexpérimentés et manquant de culture politique par rapport aux générations précédentes. ETA serait une organisation exsangue, qui aurait de moins en moins de recrues et de moins en moins le temps de contrôler et de former les entrants. Selon la police, la moyenne d’âge d’entrée dans ETA est de plus en plus jeune. Les arrestations nombreuses réduisent la durée de survie en clandestinité26. Les nouveaux arrivants doivent donc être vite opérationnels dans un commando.

20À poursuivre l’analogie avec la sociologie du travail qui constate que les inégalités sexuées de carrière seraient d’autant plus marquées que la profession, ses porte-parole et dirigeants (majoritairement des hommes) contrôlent mieux son entrée, les modes de socialisation, les règles de mobilité et de promotion (Buscatto, Marry, 2009, 179), on peut supposer une fragilisation du jeu des cooptations entre hommes au sein d’ETA. Néanmoins, cette corrélation entre dévalorisation et féminisation d’une organisation armée demande toujours à être approfondie, voire remise en cause. Si l’on peut avancer que les images et les interprétations négatives qui sont élaborées chaque fois qu’une activité valorisée cesse de constituer un privilège masculin expriment une vision dépassée ou mythique d’une profession (Cacouault-Bitaud, 2001, 95) ou d’une organisation,il serait intéressant d’analyser les enjeux sous-jacents de cet âge d’or supposé et mythifié d’ETA sous le franquisme - dans de nombreuses recherches et articles de presse - et notamment la valorisation faite de la branche ETA-Politico-militaire (ETA-pm), qui disparaît en 1982, au détriment de celle d’ETA-Militaire (ETA-m).

21Ainsi, ce type de recherches qui met l’accent sur les problèmes organisationnels d’ETA, nuance cette entrée des femmes dans des fonctions guerrières et de commandement.

Toujours un monde d’hommes

  • 27  Dans le Dictionnaire historico-politique du Pays basque (Egaña, 1996), écrit par un militant, aucu (...)
  • 28  Prisonnier en langue basque.

22D’autres auteurs nuancent cette féminisation de la lutte armée basque en invoquant des mécanismes plus symboliques. Ils soulignent que si le nombre des femmes augmente bien, l’imaginaire du héros masculin au sein d’ETA persiste toutefois. Attesté par les effectifs de combattants (gudari) reconnus par l’organisation elle-même, les activités violentes demeurent incontestablement masculines (Casquete, 2009, 99). En 1996, un journal militant édite une page en hommage aux militants tombés pour la cause (des membres d’ETA mais également de l’organisation armée basque française Iparretarrak, morts par tirs de la police, par suicide en prison, ou lors d’une manipulation d’explosifs). 5,35 % de ces 168 personnes sont des femmes. Dix ans plus tard, ce fichier réactualisé par des groupes militants basques fait état de 5% de femmes considérées comme combattantes. D’autres sources (affiches militantes, vidéos) confirment cette proportion27. On est donc loin des 16% actuels de prisonnières. Dans le nationalisme radical, ce terme de gudari est donc andro-centré (Ibid., 100) ; il souligne la difficile acceptation sociale de la violence des femmes. Si des hommages ont été rendus ces dernières années à deux femmes décédées, Oihane Errazkin (Lacroix, 2009) et OlaiaCastresana, de nombreuses fêtes du calendrier commémoratif du nationalisme radical sont dédiées à honorer les figures des héros masculins tombés pour la cause (Casquete, 2009, 100). L’iconographie militante met en avant certains attributs masculins par des peintures murales qui représentent le plus souvent des figures historiques militantes barbues ; le fusil est mis en scène lors d’apparition de militants cagoulés à des réunions publiques. Comme le constate Miren Alcedo, ETA a été une organisation nettement masculine dans laquelle les hommes ont eu le contrôle du pouvoir et ont imposé des valeurs et des attitudes, traditionnellement identifiées comme masculines : indépendance, recherche de la force qui peut déboucher sur la violence si nécessaire, et une claire différenciation de genre en interdisant les affects pour ne pas être considéré comme efféminé (1997, 8). Nous avons repéré ce même type d’attributs virils lors de notre immersion dans le monde militant qui soutient ETA : gestion des émotions, sens du sacrifice, soumission à la discipline, camaraderie virile, aspect aventurier de ce militantisme qui s’apparente parfois au jeu du chat et de la souris avec les forces de l’ordre. Pour exemple du maintien dans l’imaginaire du héros masculin, Mikel, militant nationaliste basque français opposé à la lutte armée, décrit ainsi - lors d’un entretien - les associations qui ne condamnent pas la violence : Si tu veux, évidemment, le type qui peut faire le plus la gloriole auprès de ses copains, des filles, etc., c’est le preso28. La présentation de cet univers militant a été clairement androcentrée. Des mises en récit de la capacité de séduction du militant d’ETA auprès des filles et de leur motivation à s’engager sur ce point existent également dans les rangs policiers : selon un commissaire de la 6ème Direction centrale de la police judiciaire, les gars d’ETA sont considérés comme des héros dans le mouvement nationaliste. Un héros, ça attire les filles (Crettiez, 1997, 360, note de bas de page 153). Pour autant, les femmes ne sont pas exemptées de ce pouvoir de fascination, leurs corps sont érotisés et sexualisés fréquemment, ce dont nous parlerons infra, mais ce pouvoir sexuel qui leur est attribué sera connoté de dangerosité.

23Par ailleurs, la figure du héros féminin a été beaucoup plus contrôlée que celle du héros masculin, autant par l’organisation ETA que par les agences de contrôle social. La vie de Yoyes est exemplaire à ce titre :

Yoyes : Un contrôle sexué de son engagement et de son désengagement

Maria Dolores Gonzalez Catarain, « Yoyes », est l’objet d’une littérature conséquente mais également de films, tirés de ses carnets intimes. Née en 1954 à Ordizia, elle adhère à l’organisation en 1973. Repérée par la police, elle franchit la frontière et dirige de la France des commandos légaux et divers secteurs et forme aux maniements d’explosifs (Chalvidant, 2003, 371). Elle sera considérée comme l’une des représentantes les plus importantes d’ETA-m. Elle s’éloigne du mouvement au moment de la mort d’un de ses bras droits. Ne partageant plus les stratégies vers lesquelles s’oriente ETA, elle part se réfugier au Mexique où elle travaille à l’ONU tout en obtenant un major de sociologie (5 ans). La direction de l’organisation lui demande de tenir sa décision sous silence (Aretxaga, 2005, 150). Durant cette période, elle donne naissance à un fils. Elle souhaite repartir vivre au Pays basque auprès de son mari, professeur de philosophie au lycée. Son retour s’inscrit dans un contexte de politique de réinsertion des détenus qui n’ont pas commis de meurtres et qui renoncent aux activités terroristes. Le retour de Yoyes est accepté par le gouvernement espagnol et mis en scène dans la presse. Devenue une héroïne au fil de son exil et ayant occupé les plus hautes fonctions, ETA considère son renoncement comme une trahison. Elle sera assassinée par l’un de ses camarades lors d’une fête sur la place publique. Des hommes d’ETA avaient quitté l’organisation sans avoir été sanctionnés physiquement (Loyer, 1997, 259). Pour Begoña Aretxaga, c’est la synthèse des trois modèles, femme, héros et traître qui aurait entraîné cette sanction. Dans le contexte nationaliste traditionnel, les figures du héros, du traître et du modèle de la mère s’excluent mutuellement (2005, 158).

24Cette permanence de la représentation masculine du héros au sein d’ETA fait intervenir un autre niveau d’analyse beaucoup moins visible mais tout aussi opérant, la dimension symbolique (Wajcman, 1998 ; Acker, 1990 ; Guillaume, 2007, 2). En effet, la clandestinité et l’incarcération, engagements sacrificiels, justifient l’attribution au militant qui les subit de fortes rétributions symboliques et lui confèrent une certaine aura charismatique. Cette forte dimension symbolique explique le maintien d’une certaine segmentation sexuée des tâches militantes au sein du groupe armé.

Reproduction de la division du travail

  • 29  Thibaud Cécile, Une femme à la tête d'ETA?, L’Express, 29/10/2009.

25Dès lors que les femmes prennent les armes et peuvent en mourir, l’anthropologue Miren Alcedo observe que ses informateurs acceptent plus facilement leur présence dans l’organisation ETA. Leur intégration se paie ainsi au prix du sang (Alcedo, 1997, 2). Comme dans l’armée, les performances de combats (Gazagne, 2004, 3) demeurent encore aujourd’hui plus valorisées que le soutien logistique au sein d’ETA. Si on assiste à une relative indifférenciation des tâches pour certaines femmes, l’ethos du guerrier masculin n’est pas pour autant remis en cause. Les femmes qui ont réalisé des actions armées ne bouleversent pas les représentations du genre. Quand elles accèdent à des postes de responsables, leur tâche semble reproduire une certaine division sexuelle du travail parce qu’elles investissent plus souvent des secteurs considérés comme plus féminins (documentation, information, aide aux prisonniers, relations internationales). De plus, le capital symbolique suprême au sein d’ETA repose sur la position de chef et donc l’accès au comité exécutif. Ce comité a le monopole de la stratégie d’ETA. Même si les sources policières et journalistiques affirment que de plus en plus de femmes y accèdent29, celles-ci semblent malgré tout handicapées dans l’élaboration de la stratégie du groupe armé. Peu d’entre elles sont assignées au travail théorique. De fait, les idéologues d’ETA ont toujours été des hommes (Alcedo, 1997, 6). Ceci renvoie beaucoup aux difficultés que rencontrent les femmes qui ont accédé aux sommets du monde politique.

  • 30  Quand le répertoire d’action est mixte, on observe également une réassignation genrée. Lors d’une (...)

26Par ailleurs, si des transformations dans les tâches militantes ont pu apparaître entre hommes et femmes au sein de l’organisation armée, le monde militant soutenant ETA reste fortement sexué. Les femmes sont toujours au cœur de la construction du « travail émotionnel » du réseau dense d’associations qui soutient le prisonnier (Lacroix, 2009). À titre d’exemple, au sein de l’association de défense des droits des prisonniers « politiques » basques, les salariés sont actuellement des femmes. Cet espace militant est très ritualisé (rassemblements devant les prisons, réunions publiques où la mise en scène photographique de corps meurtris lors d’arrestations ou de détentions est centrale, etc.). Certains répertoires d’actions sont plus sexués que d’autres : l’image de la souffrance de la femme seule qui attend reste très présente lors de certains rassemblements dans les villes et villages du Pays basque30. Dans certaines actions médiatiques, elles interviennent d’ailleurs sous leurs rôles sexués, mère de…, sœur de…, fille de… Ainsi, tandis que la raison est assignée à l’homme, l’émotion est attribuée à la femme. Si certaines mobilisations sont silencieuses, leur rôle peut parfois s’apparenter à celui des pleureuses de l’Antiquité, lors des funérailles. De même, l’expression « femmes de l’autobus » qui désigne, au Pays basque espagnol, les personnes qui visitent leurs proches en prison, relève d’un rapport social de sexe. Bien qu’il y ait des femmes prisonnières, il n’y a pas dans l’imaginaire, d’hommes de l’autobus (Aretxaga, 2005, 161).

27Cette persistance du stéréotype sexué du combattant exclusivement masculin se retrouve également dans la construction de la figure de la femme militante d’ETA.

De la femme passive à la femme dangereuse : l’opposition binaire de la « bonne » et de la « mauvaise fille » dans les représentations des femmes militantes d’ETA

28À l’instar de Fanny Bugnon qui interroge et constate la réception médiatique de l’engagement et de la violence politique des femmes d’Action Directe, à travers un double processus de relativisation et de stigmatisation (Bugnon, 2009), d’autres types de travaux sur ETA s’attachent à analyser dans les médias, dans la littérature et dans les institutions pénales, les représentations des femmes qui ont franchi le seuil de la violence armée. Leur figure oscille entre la « bonne » et la « mauvaise » fille. Cela répond souvent à une lecture essentialiste ou d’inversion du genre. À l’appui de ces analyses du traitement médiatique et de notre propre corpus d’articles de presse, de romans, et de documents militants sur les femmes d’ETA, on observe combien, malgré de nombreuses évolutions, certains stéréotypes sexués se maintiennent.

De l’innocente victime…

  • 31  Pour la littérature espagnole, voir Alonso Rey, 2007.

29Du milieu des années 1960 au milieu des années 1970, la première figure de la militante d’ETA se construit à travers l’image du couple terroriste (Hamilton, 2007b, 137). Les femmes seraient passives et entreraient dans l’organisation par amour pour un homme. L’assignation à l’émotion se retrouve là aussi dans les représentations de la société. Comme pour la républicaine espagnole durant la guerre civile (Ripa, 1997, 137), l’image de la femme d’ETA qui suit l’homme ou qui ne comprend pas ce qu’elle fait est prégnante, lui niant ainsi une quelconque conscience politique. Les institutions pénales véhiculent ce type de représentations par les plus faibles sentences qu’ils infligent aux femmes (Hamilton, 2007b, 139). Cette entrée par le couple est présente dans les littératures romanesque et scientifique. Ainsi, le roman31 L’exilée de Marie-José Basurco décrit, à la fin des années 1970 au Pays basque français, la relation amoureuse de l’héroïne Pepi avec un militant d’ETA. Elle explique son entrée – par une première activité de distribution du courrier pour l’organisation armée – : c’est comme cela que j’ai commencé, que je me suis faite combattante de l’ombre. Pour Mikel d’abord, pour la cause ensuite. Que les révolutionnaires me jettent la première pierre : mon baptême du feu, je l’ai fait pour les beaux yeux d’un homme, dans toute ma splendeur d’amante (2008, 57). Elle se met ensuite en retrait après des menaces policières et attend le retour de son amant en exil à Cuba. Pour le sociologue Fernando Reinares (1997), les femmes suivent principalement leur fiancé, ce que nuancent d’autres chercheurs qui n’omettent cependant pas que pour certaines d’entre elles, des relations amoureuses ont entraîné leur engagement. Les interviewées de Miren Alcedo (1997, 6) ont affirmé que leur décision d’entrer dans l’organisation avait précédé leur relation amoureuse. Carrie Hamilton (2007b) constate que les femmes entrent par les réseaux de socialisation familiale au même titre que les hommes. En effet, beaucoup ont été initiées par leur père, leurs frères.

  • 32  Linden M., Röhl B., celle par qui le scandale arrive, La Libre Belgique, 2001.

30Cette disposition héroïque et cette culture de la violence ne passent cependant pas seulement par les hommes : elles peuvent également être transmises par des femmes. Mais peu d’articles de presse et de romans mettent en scène la transmission de femme à femme. Une des nouvelles du livre de Patxiku Uranga adopte ce regard. C’est cette fois la mère qui est la figure centrale dans l’engagement de la fille dans ETA : c’est ce sentiment de ne pas être à la hauteur vis-à-vis de ma mère, qui, un an plus tôt, avait fait que j’avais renoncé à mes études pour rentrer dans ETA, un acte spontané motivé par le désir de suivre son exemple (Uranga, 2005, 15). Toutefois, quelques interviewés ont témoigné de cet aspect à l’historienne Carrie Hamilton ou bien à la journaliste Eileen MacDonald (1991) qui décrit l’histoire de sœurs qui se sont mutuellement influencées à entrer dans ETA. Dans d’autres espaces de la lutte armée, c’est l’échec de la transmission entre femmes qui est plutôt mis en avant. Ainsi, Bettina Röhl, l’une des filles d’Ulrike Meinhof, engagée dans la Fraction Armée Rouge en Allemagne, a témoigné à plusieurs reprises de la « haine »32 qu’elle éprouve pour sa mère, ayant vécu son entrée dans la lutte armée comme un abandon. De même, le film italien Nos meilleures années montre une fille qui condamne avec force les choix de sa mère, et sert dans le film de figure de dénonciation vis-à-vis de l'engagement politique. Dans ce long-métrage, le personnage de la mère terroriste est alors traité comme celui de la mauvaise mère, de la femme égoïste, voire monstrueuse (D'Errico, 2007). Néanmoins, une telle présentation peut s’expliquer par la coupure totale que faisaient les militants en Allemagne et en Italie avec leurs familles et leurs communautés locales, en opposition de valeurs. En revanche, les relations familiales et amicales sont au cœur du recrutement et du maintien dans l’engagement dans ETA ; les familles de militants d’ETA sont très souvent engagées politiquement dans le nationalisme basque (Hamilton, 2007b, 144).

… à la femme dangereuse

  • 33  I.G., De reposos del guerrero a tigresas, El correo Digital, 30/09/2007.
  • 34  Ces journalistes se sont spécialisés dans ETA et s’attribuent le titre d’experts. Ils citent par a (...)
  • 35  Dans les romans espagnols, l’image de la femme « terroriste » libérée sexuellement coexiste avec c (...)
  • 36  Bernardo González Solano, La Tigresa, esclava de su poderio sexual, Siempre !, 21/11/2004.
  • 37  Sara Daniel, « la reine de la mort », Le Nouvel Observateur, 15/03/01.
  • 38  Certains militants font également l’interprétation de la « femme plus sanguinaire » (Alcedo, 1997, (...)
  • 39  Tremlett G., Deadlier than the male, The Observer, 26/07/2009 ; Daly E., Eta women emerge as top g (...)
  • 40  Ibid.

31À la fin des années 1970, l’image de la femme dangereuse supplante celle de l’innocente victime, tout en laissant intacte l’image du couple terroriste et l’opposition binaire genrée, entre mauvaise fille d’une part et bonne fille d’autre part (Hamilton, 2007b, 140). Ces vingt dernières années, le nombre des femmes ayant augmenté au sein d’ETA, leurs représentations se normalisent (ibid., 141). Ainsi, la plupart des reportages sur les femmes accusées de crimes en relation avec ETA ne s’étendent plus de façon obsessionnelle sur leur féminité ou la sauvagerie spectaculaire de leur sexualité (ibid., 141). Le mythe de la femme terroriste dangereuse n’est plus projeté que sur un petit nombre de femmes activistes (ibid.). Ce sont celles qui ont intégré les commandos les plus meurtriers qui sont mises en avant dans la presse. Le titre d’un article « du repos du guerrier aux tigresses »33 évoque ce changement dans la description de ces femmes d’ETA. Leurs portraits, dont Jean Chalvidant en France et Matias Antolin34 en Espagne se sont faits les porteurs - et dont il est parfois difficile de distinguer les faits réels des représentations des auteurs ou des policiers – commencent très souvent par leur apparence physique. Ce lien entre sexualité féminine et violence a été au cœur des descriptions des premières icônes actives dans les commandos35. Le modèle d’hypersexualité s’est illustré en la figure d’Idoia Lopez Riano, surnommée La tigresse par la presse espagnole. Certains experts de la violence ou les journaux ont souligné sa féminité et son pouvoir sexuel36 : elle est jolie, séductrice, impressionnante avec de superbes cheveux frisés bruns et ses magnifiques yeux bleus reflètent une innocence que les faits démentent (Chalvidant, 2003, 347). Cette vision de la femme qui serait plus dangereuse que l’homme se retrouve dans d’autres portraits sans toutefois que leur féminité y soit décrite, tels celui de Maria Soledad Iparraguirre, dite Anboto, leader dans les années 2000 : attention, femme dangereuse, qui lui vaut d’être surnommée par le Nouvel observateur dans son édition du 14 mars 2001, la "Reine de la mort"37 (Chalvidant, 2003, 225) ou bien celui de Maria Bèlen González Peñalba : les femmes entrent en terrorisme comme en religion. Totalement, corps et âme, avec une foi et une conviction qui font peur (ibid., 244). Ce stéréotype sexué est également véhiculé dans la presse écrite, qui attribue des qualités spécifiques aux femmes qui ont réalisé des actions armées : elles seraient plus « froides »38, plus « sanguinaires » et « meurtrières »39. Dans les articles plus récents, certains journalistes mettent en avant le portrait d’une femme qui était active tout en poursuivant son métier d’institutrice. Ils soulignent le paradoxe entre son métier très genré et la manipulation d’explosifs40.

32Cette vision des femmes dangereuses est très présente au sein de la police. Selon cette source, les femmes d’ETA sont plus dures. Elles se posent moins de problèmes idéologiques et leur militance a une double composante, de libération sociale et de libération politique. (…) Quand on va arrêter un groupe où se trouvent des femmes, il faut redoubler de prudence (Cambio 16, 837, 14/12/87, 45 cité par Crettiez, 1997, 344). Concernant les peines prononcées, celles qui sont accusées de meurtre ou d’appartenance à un commando connaissent des sentences identiques à celles des hommes. Celles qui sont dans des travaux de collaboration semblent avoir des peines moins lourdes que les hommes. Ceci renvoie pour beaucoup à l’opposition entre la « mauvaise » et la « bonne » fille. Néanmoins, pour Carrie Hamilton, il n’est pas avéré empiriquement que les femmes aient commis plus d’actions violentes que les hommes. À ce titre, l’analyse des accusations portées aux prisonniers entre 1983 et 2002, lui permet de constater que la majorité des membres d’ETA emprisonnés pour « crimes de sang » sont des hommes (ibid., 146).

  • 41  Association Behatokia, Torture en Pays basque, rapports 2000, 2001, 2002.

33Enfin, la représentation de la dangerosité des femmes par la police s’observe également à travers l’augmentation du nombre des témoignages de tortures sexuelles que celles-ci subissent lors des gardes à vue41. On peut faire l’hypothèse que ces humiliations sont un rappel à l’ordre des policiers du monopole masculin de la violence. Ces tortures sexuelles révèlent en effet que ces femmes, qui ont transgressé les normes de genre, sont réassignées violemment, par la domination sexuelle masculine, à leur place de femmes soumises. Mais on peut aussi imputer l’augmentation des agressions sexuelles par les policiers à l’augmentation du nombre de femmes arrêtées. Actuellement, des répertoires d’actions sont organisés par les associations nationalistes basques, exclusivement autour de la question des femmes. À travers des rassemblements, des réunions publiques et des communiqués de presse, ces agressions sexuelles, mais également les difficultés des femmes détenues à voir leurs enfants en prison, sont avancées comme une preuve de plus de la répression des États à leur égard.

34Les discours sur les femmes qui passent à l’action armée au sein d’ETA se normalisent. Mais une partie d’entre elles, celles qui accèdent aux fonctions guerrières et aux postes de pouvoir sont toujours considérées comme à la marge de la condition de « femme ». Elles sont vues comme exceptionnelles. Ainsi, si certains stéréotypes sexués disparaissent, d’autres se maintiennent quand les frontières de genre les plus hermétiques sont franchies. À ce titre, la participation d’un petit nombre de mères à des actions armées bouleverse l’ordre sexué et voit de nouveaux rappels à l’ordre se construire.

Un maintien de cette opposition binaire entre bonne et mauvaise fille dans la représentation de la maternité des membres d’ETA

  • 42  La paternité n’a pas posé de problème pendant de nombreuses années. Les hommes d’ETA ont été longt (...)
  • 43  Un seul cas de tension entre paternité et militantisme a pu être recensé : un prisonnier a demandé (...)
  • 44  Éric Pelletier, Jean-Marie Pontaut, Romain Rosso, Cécile Thibaud, Les secrets bien gardés d'ETA, L (...)
  • 45  Omero Ciai, La mamma terrorista che comanda l'ETA, Repubblica it, et Verónica Becerril, La « mamma (...)

35En effet, les représentations de la maternité des femmes en clandestinité témoignent également d’une tentative d’essentialiser la « nature » de la femme. Auparavant, la maternité et l’engagement s’excluaient mutuellement42. La mère était alors le personnage qui donnait son fils à la cause. L’entrée dans l’organisation armée contestataire impliquait des renoncements à la maternité. Pour « Yoyes », la naissance de son enfant a constitué un tournant irréversible, une rupture avec ses activités antérieures (Aretxaga, 2005, 161). La maternité aujourd’hui n’est plus antinomique de l’engagement dans la lutte armée. Des femmes d’ETA ont un enfant durant leur clandestinité. De sources policières, elles connaissent un temps de retrait lors de leur grossesse et de l’accouchement. De sources médiatiques et militantes, elles semblent n’avoir pas plus d’un enfant lorsqu’elles ont intégré des commandos. Celles qui ont plusieurs enfants n’accèdent jamais aux fonctions guerrières et restent collaboratrices. L’héroïne Pepi du roman de Marie-José Basurco, évoque par ailleurs cette tension entre les deux rôles, de militante et de mère43, lors de ses activités logistiques au sein d’ETA. Parlant de ses deux enfants, elle clame : Mère attentive je me ferai, je n’avais été que trop absente (2008, 66). Face à cette transformation dans l’organisation, les articles de presse mettent en scène une répartition des rôles sexués pour les femmes qui cumulent la clandestinité et l’éducation de leur enfant. Cette reproduction de la division du travail dans le couple parental clandestin serait à étudier directement auprès de ces femmes. Mais il semble de sources journalistiques, que Maria Soledad Iparraguirre, qui avait une place de chef, ne se déplaçait plus depuis sa maternité. Également à la tête d’ETA, son mari s’en chargeait. Par ailleurs, de nombreux articles mettent souvent en scène l’amour maternel par un détail qui porte sur les jeux de l’enfant afin de montrer que celui-ci mène une vie normale malgré la clandestinité de ses parents : avec trois copains de sa classe de primaire, celui qu'on appelle Pierre a fondé un club de Pokémon. Sa mère participe volontiers aux anniversaires et aux réunions de parents d'élèves en début d'année scolaire. Anboto prend goût à cette vie presque bourgeoise en comparaison de ce qu'endurent ses simples "soldats"44. La dernière leader mise en scène dans les médias ne reproduirait toutefois pas cette répartition sexuée. Elle serait selon les journalistes, la leader absolue, car elle ne partagerait pas le commandement avec son petit ami, comme « Anboto » a pu le faire avec son mari45. Reste que pour ces deux femmes, les médias leur attribuent l’obligation et la responsabilité des soins à l’enfant, et réassignent ainsi la femme à la sphère privée.

  • 46  C’est l’incompatibilité entre la maternité et l’engagement dont témoignaient jusqu’alors les femme (...)
  • 47  Certaines femmes d’ETA ont accouché en prison.

36La progression des femmes dans les commandos actifs et dans le leadership d’ETA bouleverse en partie le monopole masculin de la violence politique et la répartition sexuée des tâches sur laquelle s’est construit le nationalisme basque traditionnel. Malgré ce constat statistique, différents chercheurs démontrent que les inégalités de genre se reproduisent : l’intégration de ces femmes se fait dans un groupe armé isolé, dévalorisé, qui maintient malgré tout une reproduction de la division sexuelle du travail violent au sommet de l’organigramme ainsi que l’ethos du guerrier masculin. Les imaginaires culturels et les stéréotypes de sexe restent donc toujours des opérateurs de fermetures (Guillaume, 2007, 2) à l’accès des femmes dans la violence politique basque. Les représentations médiatiques sont aussi des caisses de résonance de ces stéréotypes sexués, malgré une certaine normalisation ces dernières années. D’autres pistes de recherches seraient également à approfondir pour éclairer cette féminisation d’ETA, notamment la socialisation mixte au sein d’associations nationalistes en amont de l’engagement armé, dans un contexte socio-historique d’accès des femmes à la scolarité et sur le marché du travail. La grande difficulté de ce terrain est son illégalité et donc son accès aux sources. Les sources policières et médiatiques ne rendent pas compte du fonctionnement concret de cette division du travail. L’approche interactionniste et l’utilisation du concept de carrière ouvrent des pistes pour aborder la socialisation à la violence en amont de l’engagement et pendant l’activité au sein d’ETA. Les scientifiques ont, pour le moment, interviewé des femmes d’ETA qui avaient travaillé dans cette organisation armée dix ans, voire vingt ans avant l’enquête. Retracer les itinéraires biographiques par le biais du récit de vie de femmes détenues actuellement pourrait éclairer les derniers changements repérés au sein de l’organisation. En particulier, la maternité en clandestinité, qui n’a jamais été étudiée, de façon centrale, à ce jour dans le groupe ETA46. Appréhender les relations entre la division du travail observée et les événements de la vie de ces femmes comme la grossesse, l’accouchement et l’éducation de l’enfant dans la clandestinité47 permettrait d’accéder à la division concrète de la segmentation sexuée à l’œuvre dans ETA. On peut faire l’hypothèse que si la maternité ne semble plus, comme par le passé, constituer un barrage inconditionnel à l’activité militante, en revanche elle engendre toujours, pour certaines femmes, une mobilité transversale vers d’autres fonctions, révélant la subsistance d’une répartition genrée qui peut parfaitement s’apparenter à une division sexuelle du travail violent. Mais on peut également supposer que cette répartition genrée est provisoire et dépend du cycle de vie. Majoritairement issus de couples militant à ETA, les enfants sont par ailleurs élevés par leurs grands-parents durant la détention de leurs parents. Il faudra voir alors ce qui se passe lorsque ces femmes auront de « grands » enfants.

Je remercie Coline Cardi, Xavier Crettiez, Geneviève Pruvost et les relecteurs anonymes de la revue pour leurs commentaires précieux sur cet article. Mes remerciements vont également à Heini Martiskainen pour quelques remarques suggestives.

Haut de page

Bibliographie

Acker J., 1990, Hierarchies, jobs, bodies: a theory of gendered organizations, Gender and Society, 4, 2, 139-158.

Alcedo Moneo M., 1996, Militar en ETA, Historias de Vida y Muerte, San Sebastian, Antropologia Haranburu Editor.

Alcedo Moneo M., 1997, Mujeres de ETA: la cuestión del género en la clandestinidad, La Factoria, 4, 1-9.

Alonso Rey D., 2007, La imagen del terrorista en la novela española actual, Lectura y signo, 2, 325-354.

Antolin M., 2002, Mujeres de ETA, Piel de serpiente, Madrid, Temas de hoy.

Aretxaga B., 1988, Los funerales en el nacionalismo radical vasco, S.A. San Sebastian, La Primitiva Casa Baroja.

Aretxaga B., 2005, States of Terror, Reno, University of Nevada.

Basurco M.J., 2008, L’exilée, Larressore, Gatuzain.

Benton S., 1995, Women Disarmed: the militarization of politics in Ireland 1913-23, Feminist Review, 50,148-172.

Bodin D., Robène L., Héas S., 2007, Les femmes hooligans : paralogisme ou réalité sociale éludée ?, Science et Motricité, 3, 62, 37-55.

Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Bozon M., 1995, Observer l’inobservable : la description et l’analyse de l’activité sexuelle, in Bajos N., Bozon M., Giami A., Doré V., Souteyrand Y. (dir.), Sexualité et sida. Recherches en sciences sociales, Paris, ANRS, 39-56.

Briquet J.-L, 1995, Comprendre la mafia. L'analyse de la mafia dans l'histoire et les sciences sociales, Politix, 30, 139-150.

Bugnon F., 2009, Quand le militantisme fait le choix des armes : les femmes d'Action directe et les médias, Sens public. [Version .pdf téléchargeable]

Buscatto M., Marry C., 2009, Le plafond de verre dans tous ses éclats. La féminisation des professions supérieures au xxe siècle, Sociologie du travail, 51, 170-182.

Cacouault-Bitaud M., 2001, La féminisation d’une profession est-elle le signe d’une baisse de prestige ?, Travail, Genre et Sociétés;  5 : 93-115

Capdevila L., Virgili F., 2000, Guerre, femmes et nation en France (1939-1945) [article inédit].

Cardi C., Pruvost G., 2009, Appel à contribution : Penser la violence des femmes, Champ Pénal.

Casquete J., 2009, En el nombre de Euskal Herria, la religión politíca del nacionalismo vasco radical, Madrid, Tecnos.

Chalvidant, J., 2003, ETA L’enquête, Cheminements, 53.

Clark R., 1986, Patterns in the Lives of ETAMembers, in Merkl H.P. (ed.), Political violence and terror: motifs and motivations, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 283-309.

Contamin J.-G., 2007, Genre et modes d’entrée dans l’action collective. L’exemple du mouvement pétitionnaire contre le projet de loi Debré, Politix, 78, 13-37.

Cragin K., Daly A. S., 2009, Women as Terrorists: Mothers, Recruiters, and Martyrs, Santa Barbara, Daly Praeger Security International.

Crettiez X. 1997, La violence ethno-nationaliste contre l’État. Les exemples basque et corse, Paris, Université Paris 1, thèse de doctorat de troisième cycle en science politique.

Crettiez X., 2006, Violence et nationalisme, Paris, Odile Jacob.

D’Errico D., 2007, La construction du terroriste au cinéma, une lecture de "La meglio gioventù", La clé des langues, Lyon, ENS.

Domíngez Irribarren F., 1998, ETA: estrategia organizativay actuaciones 1978-1992, Bilbao, Universidad del País Vasco.

Egaña I., 1996, Diccionario historico-politico de Euskal Herria, Tafalla, Txalaparta.

Elorza A., et al., 2002, ETA Une histoire, Paris, Denoël.

Falquet J., 1997, Les Salvadoriennes et la guerre civile révolutionnaire, CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 5.

Farge A., Dauphin C., 1997, De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel.

Felices-Luna M., 2007, L’implication des femmes au sein des groupes armés contestataires : la déviance au service d’une entreprise citoyenne, Champ pénal/Penal Field, IV, 1-17.

Felices-Luna M., 2008, Déviance et politique : la carrière des femmes au sein de groupes armés contestataires, Déviance et Société, 2, 163-185.

Fillieule O., Roux P., 2009, Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po.

Gazagne F., 2004, La féminisation des armées, Les fiches du C2SD en sciences politiques et sociales de la défense, 2.

Geesen A., 2008, Une femme d’honneur au miroir des faits : la féminisation de la gendarmerie (1983-2005), Vincennes, Service historique de la Défense.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi. Paris, Les Éditions de Minuit.

Guillaume C., 2007, Avant-propos, Sociologies pratiques, 14, 1-4.

Gonzalez-Perez M., 2008, Women and Terrorism: Female Activity in Domestic and International Terror Groups, UK and New York, Routledge, Abingdon.

Hamilton C., 2007a, Women and ETA, the gender politics of radical basque nationalism, Manchester, Manchester University Press.

Hamilton C., 2007b, The gender politics of political violence: women armed activists en ETA, Feminist review, 86, 132-148.

Kergoat D., 2000, Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe, in Hirata H., Laborie F., Le Doare H., Senotier H. (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, 35-44.

Lacroix, I., 2009, Maintenir son engagement en prison, in Nicourd, S., Le travail militant, Rennes, PUR, 47-54.

Le Feuvre S., Guillaume C., 2007, Les processus de féminisation au travail : entre différenciation, assimilation et « dépassement du genre », Sociologies Pratiques, 14, 1, 11-15.

Loyer B., 1997, Géopolitique du Pays basque : nations et nationalismes en Espagne, Paris, L’Harmattan.

Mac Donald E., 1991, Shoot the women first, New York, Random house.

Menesson C., 2006, Le gouvernement des corps des footballeuses et boxeuses de haut niveau, Clio, 23, 179-196, 1-12.

Mucchielli L., 2001, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte.

Ness C., 2007, The rise in female violence, Daedalus, 136, 1, 84-93.

Pérez-Agote A., 2003, Nationalisme basque radical : prophétie et rituels du deuil, Rites politiques et religieux des sociétés modernes, Colloque organisé les lundi 3 et mardi 4 février 2003, Association Française de Sciences sociales des Religions, Paris, IRESCO, Version provisoire.

Pruvost G., 2007a, Profession : policier ; Sexe : féminin, Paris, MSH.

Pruvost G., 2007b, La dynamique des professions à l’épreuve de la féminisation : l’ascension atypique des femmes commissaires, Sociologie du Travail, 49-1, 84-99.

Reinares F., 1997, ¿ Quiénes son los militantes de ETA ?, La Factoria, n°4.

Reinares F., 2001, Patriotas de la Muerte, Quiénes han militado en ETA y por qué, Madrid, Taurus Ediciones.

Ripa Y., 1997, Armes d’hommes contre femmes désarmées : de la dimension sexuée de la violence dans la guerre civile espagnole, in Farge A., Dauphin C., De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 131-145.

Sénac-Slawinski R., 2007, L'ordre sexué : la perception des inégalités femmes-hommes, Paris, PUF.

Uranga Patxiku, 2005, Trois fuites, Pau, Cairn.

WajcmanJ., 1998, Managing Like a Man: Women and Men in Corporate Management, University Park, Pennsylvania State University Press.

Williams R., 1995, Constructing the Public Good: Social Movements and Cultural Resources, Social Problems, 42, 124-144.

Zaidman C., 2007, La notion de féminisation. De la description statistique à l’analyse des comportements, Les cahiers du CEDREF, 15, 229-239, 1-8.

Haut de page

Notes

1  En raison du caractère polémique et normatif du mot « terrorisme », nous préférons utiliser les termes plus neutres d’organisation armée, de groupe armé, d’organisation armée contestataire (Felices-Luna, 2007), ou de lutte armée.

2  Nous entendons le genre comme une construction et non comme une essence.

3  Auparavant, existait un troisième type de commandos : itinérants. Sous la direction d’ETA, ce commando, dissout en 1990 à l’arrestation de ses membres, était entièrement composé de Français inconnus autant des services de polices que de l’ensemble des militants de l’organisation.

4  Si aucune femme ne semble être présente dans le groupe corse (Crettiez, 1997), des femmes irlandaises ont intégré la lutte armée mais leur participation à des actions militaires a été peu publicisée par l’IRA, leur rôle de support ayant été plus valorisé (Felices-Luna, 2007). Lors du dirty protest (grève de l’hygiène), les détenues de la prison des femmes ont ajouté aux excréments de leurs camarades leur sang menstruel sur les murs. Cette action a été moins médiatisée que celle des hommes. Leur sang a mis en scène et construit une différence de genre. Leur corps, jusque-là désexualisé dans l’engagement, fut ainsi sexualisé (Aretxaga, 2005).

5  Toutefois, il reste encore à analyser la participation historique des femmes dans les groupes violents de droite et d’extrême droite. Comme dans le champ des mouvements sociaux, l’étude de la gauche et de l’extrême gauche a été surinvestie par les sociologues et les politistes.

6  123 femmes sur 762 prisonniers. Respectivement, 16,1 % en France et 15,9 % en Espagne. Cette proportion en France était également de 16,4 % au mois de janvier 2008.

7 Source : El Correo Digital, mars 2006.

8  Behatokia, Eskubideak, 2002, Liberté d’expression et d’opinion et droit d’association en Pays basque. Dès 1998, le juge Garzon met sous administration judiciaire plusieurs organisations culturelles et politiques de la gauche abertzale. Ces associations sont mises en accusation pour leurs liens financiers, organisationnels et opérationnels présumés avec l’organisation ETA. Le 20 février 2005, le procès lié à cette procédure s’est ouvert à Madrid. Plus de 200 membres d’associations sont poursuivis. Le procès n’est toujours pas terminé. Ces associations, sont interdites en Espagne depuis 2001 mais légales en France.

9  Fernando Reinares (2001) témoigne des services sexuels qu’ont pu rendre les femmes aux « combattants ». Il souligne le cas de quelques interviewées qui auraient souffert de formes de harcèlements sexuels de la part de leurs camarades.

10  Trois femmes se trouvent parmi les seize accusés. Deux d’entre elles connaîtront des peines de prison. Une sera acquittée.

11  Il est important d’indiquer la place qu’occupe « la femme » dans la culture traditionnelle basque. Très présente dans la mythologie, sa fonction est également centrale dans l’etxe (la maison), où le titre d’etxeko andre (la maîtresse de maison) lui confère une grande responsabilité, notamment dans le culte des ancêtres. Le droit coutumier dans certaines provinces basques aurait donné une place plus égalitaire aux femmes par la primauté au droit d’aînesse intégral. Néanmoins, l’espace public restait l’apanage des hommes.

12  AFP, « Une femme membre présumée de l'ETA recherchée », LePoint.fr, 10/08/2009.

13  Communiqué en espagnol diffusé à la télévision basque EITB.

14  Rtve.es, Ainhoa Ozaeta, la « voz » de la tregua, 21/05/2008. Il ne faut cependant pas associer la voix féminine à l’idée de cessez-le-feu. Avoir une femme à la tête d’ETA n’accélère pas nécessairement la fin du conflit. Historiquement, les femmes d’ETA n’ont pas été les plus partisanes des initiatives de paix (Hamilton, 2009, Iratxe Sorzabal : por qué las mujeres pasan a ser terroristas de ETA ?, The Telegraph). Par ailleurs, les femmes ne perçoivent pas leur militantisme comme féministe, elles considèrent au même titre que les hommes leur entrée comme moyen de défendre le Pays basque.

15  Vidéos de propagande en langue basque sous-titrée en langue française diffusées sur le site YouTube. Voir également cette vidéo.

16  La remise de txapela se fait dans d’autres scènes, notamment dans les concours de chant d’improvisation basque. Dans le monde du bertsu, on voit de plus en plus de femmes gagner les concours.

17  Interview de Carrie Hamilton par Iñigo Gurruchaga, « Para las mujeres de ETA fue complicado romper con la influencia de la Iglesia », Diariovasco.com, 1/10/2007.

18  À partir de la liste réalisée par Jean Chalvidant (2003).

19  Carrie Hamilton interviewée par The Observer, versions en langue française, Les femmes fatales d'ETA, et espagnole, Las mortíferas amazonas de ETA, 29/07/2009.

20  La montée comme porte-parole de jeunes filles du groupe Segi peut également être analysée dans ce sens.

21  IRA, Una jefa sin peso ni galones, EL País, 20/06/2010.

22  Une des plus grandes figures féminines d’ETA. Son portrait est présenté en page 12.

23  Selon la presse espagnole, et de sources policières, Iratxe Sorzabal, 38 ans, a d’abord été parlementaire du parti de la gauche abertzale. Elle est restée deux années en prison en France puis en Espagne pour appartenance au Commando Ibarla, puis libérée en 2001 en raison d’absence de preuves de son implication dans ETA.

24  Selon la police, Izaskun Lesaka occuperait des postes importants dans l’appareil politique d’ETA. Elle aurait été l’auteur de divers communiqués d’ETA et aurait donné des ordres à des commandos actifs.

25  Ce membre d’ETA considéré par la police comme « chef militaire » a été arrêté au mois de mai 2010. Dans de nombreux médias espagnols, de longues descriptions ont été faites sur son enfance, sur le fait qu’il était un bon élève au lycée et qu’il voulait devenir ingénieur.

26  De source militante, elle serait de deux ans et demi avant l’incarcération.

27  Dans le Dictionnaire historico-politique du Pays basque (Egaña, 1996), écrit par un militant, aucune fiche sur des femmes ayant intégré ETA ou l’organisation armée basque française Iparretarrak (IK) n’est présentée. Le cas d’une militante d’IK écrasée par un train lors d’une course-poursuite avec la police n’est mentionné que dans la définition de l’organisation.

28  Prisonnier en langue basque.

29  Thibaud Cécile, Une femme à la tête d'ETA?, L’Express, 29/10/2009.

30  Quand le répertoire d’action est mixte, on observe également une réassignation genrée. Lors d’une observation d’une grève de la faim en faveur des prisonniers basques au mois de janvier 2004 à Paris, les seules représentantes féminines du groupe de militants majoritairement masculin étaient la mère d’un prisonnier et une jeune fille, dont l’oncle et le petit ami étaient détenus. Lors de la répartition des tâches, le leader du groupe a désigné la jeune fille pour présenter son expérience de proche de détenus, aux élus qui devaient venir les visiter.

31  Pour la littérature espagnole, voir Alonso Rey, 2007.

32  Linden M., Röhl B., celle par qui le scandale arrive, La Libre Belgique, 2001.

33  I.G., De reposos del guerrero a tigresas, El correo Digital, 30/09/2007.

34  Ces journalistes se sont spécialisés dans ETA et s’attribuent le titre d’experts. Ils citent par ailleurs rarement leurs sources, ce qui pose de nombreux problèmes dans l’interprétation de leurs données.

35  Dans les romans espagnols, l’image de la femme « terroriste » libérée sexuellement coexiste avec celle d’objet sexuel (Alonso Rey, 2007, 11).

36  Bernardo González Solano, La Tigresa, esclava de su poderio sexual, Siempre !, 21/11/2004.

37  Sara Daniel, « la reine de la mort », Le Nouvel Observateur, 15/03/01.

38  Certains militants font également l’interprétation de la « femme plus sanguinaire » (Alcedo, 1997, 4). Le recruteur peut associer la présence des femmes à d’autres stéréotypes sexués. Ainsi, Kepa à qui nous faisons part lors d’un entretien, de notre étonnement de découvrir de nombreuses jeunes filles dans Segi, nous souligne que c’est parce qu’elles sont sérieuses ; les garçons sont jugés plus immatures.

39  Tremlett G., Deadlier than the male, The Observer, 26/07/2009 ; Daly E., Eta women emerge as top guns terror war, The Observer, 24/09/2000.

40  Ibid.

41  Association Behatokia, Torture en Pays basque, rapports 2000, 2001, 2002.

42  La paternité n’a pas posé de problème pendant de nombreuses années. Les hommes d’ETA ont été longtemps réfugiés en France et avaient une vie de famille.

43  Un seul cas de tension entre paternité et militantisme a pu être recensé : un prisonnier a demandé à être transféré dans le sud-ouest de la France au prix de son isolement pour pouvoir être plus facilement visité par ses quatre enfants (témoignage de sa femme en réunion publique, avril 2010, Pays basque français). Il faudrait augmenter le nombre d’observations sur ce point pour pouvoir affirmer une absence ou une présence de tension entre ces deux rôles pour les hommes.

44  Éric Pelletier, Jean-Marie Pontaut, Romain Rosso, Cécile Thibaud, Les secrets bien gardés d'ETA, L’Express, 01/11/2004.

45  Omero Ciai, La mamma terrorista che comanda l'ETA, Repubblica it, et Verónica Becerril, La « mamma » al frente de ETA, abc.es, 22/10/09.

46  C’est l’incompatibilité entre la maternité et l’engagement dont témoignaient jusqu’alors les femmes. Carrie Hamilton qui décrit brièvement ce changement (2007a, 174) estime qu’il est encore difficile d’évaluer ce bouleversement des frontières de genre en raison de sa nouveauté.

47  Certaines femmes d’ETA ont accouché en prison.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arrestations (ETA & associations)
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8076/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Lacroix, « Les femmes dans la lutte armée au Pays basque », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 11 juin 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8076 ; DOI : 10.4000/champpenal.8076

Haut de page

Auteur

Isabelle Lacroix

Docteure en sociologie, laboratoire Printemps (UMR 8085, CNRS/UVSQ). Contact : isalacroix@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org