Navigation – Plan du site
Dossier

Quand les footballeuses en viennent aux mains…

Le traitement institutionnel des violences des femmes dans le football amateur
Nicolas Penin, Fatia Terfous et Oumaya Hidri Neys

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  L’Observatoire National de la Délinquance (OND), créé en 2003, est une institution publique rattac (...)
  • 2  Nous remercions particulièrement Patrick Wincke et Matthieu Robert pour leur aide.

1L’Observatoire National de la Délinquance1, dans son bulletin statistique de juillet 2009, présente un état des lieux des violences et incivilités dans le football amateur qui s’appuie sur les travaux de l’Observatoire des Comportements2. Cet observatoire, créé en 2005, sous tutelle de la Ligue du Football Amateur (LFA), est une instance fédérale dont la mission est de réduire les violences et incivilités dans la pratique du football. Il est responsable d’un outil qui recense l’ensemble des faits. Entre autres, il mentionne le problème des violences dans le football féminin où l’on déplore un nombre relativement important d’incidents au regard du nombre de rencontres disputées qui reste relativement faible (2009, IV). Ce constat peut surprendre, car la violence des femmes dans le football relève, a priori, d’un cas improbable.

2D’abord, parce que les pratiques sportives sont plus souvent présentées comme des espaces de socialisation à la règle que comme des territoires de violences. L’héritage d’une certaine éthique fantasmée et l’apport des travaux de Norbert Elias (1994) invitent à penser le sport comme un espace social qui illustre et participe au procès de civilisation. Ensuite, parce que dans la pratique sportive fédérale la plus répandue en France, les femmes sont rares. On compte parmi les licenciés, environ 1 femme pour 40 hommes. Selon la Fédération Française de Football (FFF), sur les 2 278 691 licenciés en 2008, 60 952 sont des femmes, soit 2,6% de l’effectif total. Alors que le nombre de matchs dans les catégories masculines flirte avec le million tous les ans, il y a à peu près cent fois moins de rencontres entre femmes. Compte tenu du caractère relativement confidentiel du football féminin, on peut s’étonner du fait que les violences qui s’y passent retiennent l’attention des instances fédérales. En témoigne cet extrait du magazine officiel de la FFF dans son dernier dossier spécial consacré aux incivilités : Le futsal et le football féminin interpellent en raison de l’accroissement des incidents, peu nombreux compte tenu du nombre restreint de matchs, mais tout de même préoccupant (Foot Mag, 2009, 14, 37).

  • 3  Comme le notent justement Dauphin et Farge (1997), l’association du couple femmes et violences con (...)
  • 4  Sans négliger la complexité et les limites des quantifications de la délinquance (Mucchielli, 2008 (...)

3Enfin, plus largement, l’incongruité de l’objet tient à l’étude même de la violence des femmes. Cela constitue d’ailleurs un territoire sombre dans les travaux de recherche en sciences sociales3 qui s’explique certainement pour partie par la moindre présence des femmes dans les statistiques de la délinquance4. La violence des femmes dans le football amateur et plus largement dans le sport amateur apparaît ainsi comme un « impensé » dans les travaux de recherche.

  • 5  On peut noter l’exception que constitue le travail de D. Bodin sur les femmes hooligans (2007). Ma (...)

4Les travaux portant sur les violences dans le football concernent quasi exclusivement la violence des hommes5. Dans des espaces sociaux qui séparent formellement hommes et femmes, les secondes sont ainsi rendues mécaniquement invisibles alors que rien ne permet de penser que les choses se passent semblablement pour elles et pour eux. Il y a donc un intérêt heuristique à étudier ce fait social inexploré. En outre cela doit permettre, par l’apport de l’approche croisée, d’enrichir plus largement les travaux menés sur les violences sportives, les mécanismes de déviances et de nourrir une réflexion attachée à la problématique des rapports sociaux de sexe.

  • 6  Les activités de recherche de l’Atelier Sherpas portent spécifiquement, depuis une dizaine d’année (...)

5Ce travail s’inscrit dans un cadre programmatique qui nous a amenés à observer les violences dans les pratiques sportives amateurs en faisant varier niveaux d’échelle et de contexte6. C’est encore dans cette dynamique de recherche qu’il faut situer la présente contribution. Elle constitue la première partie d’un travail plus vaste sur les violences des femmes dans le football. Il a semblé pertinent d’engager l’enquête par une étude du traitement institutionnel des violences sportives dans le football féminin. Plus précisément, c’est au cadre fédéral de la Fédération Française de Football, à ses acteurs, à son mode de fonctionnement que nous nous intéressons. Cette analyse des modes de contrôle social portés d’abord par l’institution et ses représentants s’imposait pour engager l’enquête parce qu’il s’agit d’un objet méconnu, largement fantasmé et dont la relative rareté rend extrêmement compliquée toute tentative d’observation « directe ». De précédents travaux (Nuytens, Penin, 2009) ont montré que l’observation de situations d’agressions physiques était extrêmement aléatoire et hautement improbable ; même en suivant les clubs les plus concernés du football masculin. C’est en ce sens que nous disons qu’une observation « directe » n’était pas judicieuse.

6Quantifier et qualifier sans produire de distinction artificielle entre ces deux dimensions d’une part, entendre les acteurs ayant la charge de traiter ces « déviances » (Becker, 1985) pour recueillir explications indigènes et modes de traitement d’autre part. Une logique centripète en quelque sorte, qui doit nous conduire progressivement des structures aux situations. La première partie de l’article s’attache ainsi à quantifier le phénomène sans oublier que la quantification des violences n’a de sens si elle est sensible à la qualification des faits. La deuxième partie s’approche des acteurs et de leurs discours pour mettre au jour une appréhension contrastée du phénomène, entre invisibilisation et incrimination. La dernière partie, en revenant sur les représentations indigènes, permet de mieux comprendre les explications de ces déviances, qui oscillent entre conditions spécifiques de pratique et empreinte du genre.

Éléments de méthodologie

Cet article s’appuie sur une combinaison de techniques d’enquête que nous avons souhaitées complémentaires. Elles s’inscrivent dans une dynamique consistant à partir de données quantitatives nationales pour progressivement accéder aux discours d’acteurs de terrain. Les premières données (que nous n’avons pas produites), sont donc celles proposées au niveau national par l’Observatoire des Comportements de la Fédération Française de Football. Cette relecture permet d’abord de situer le phénomène nationalement et de commencer à éprouver l’hypothèse du caractère discriminant du sexe pour ce qui concerne les violences dans le football.

Le deuxième volet de l’enquête a consisté à étudier les archives fédérales au niveau du football régional et départemental : trois ligues et les douze « districts » qui en dépendent sur trois saisons. Le terme de district renvoie à l’organisation fédérale du football qui s’appuie au niveau régional sur des « ligues » (31 en France) et au niveau départemental sur des « districts » (102 districts). Nos investigations ont porté sur les ligues du Nord/Pas-de-Calais, de Picardie et de Champagne-Ardennes et sur les douze districts qui les composent. Ces trois ligues ont été retenues parce qu’elles présentent des caractéristiques différentes en terme de nombre de licenciées notamment, dont nous avons déjà montré qu’il pouvait s’agir d’une variable discriminante du point de vue des violences (Nuytens, Penin, 2010). Sans prétendre exactement à la représentativité, nous osons ici parler d’exemplarité du terrain.

Ce détour plus local devait permettre de qualifier davantage les faits et d’accéder progressivement au processus de pénalisation. Le troisième type de datas a été recueilli par la réalisation de douze entretiens menés avec des responsables institutionnels du football directement concernés par la question des violences dans le football et/ou du football féminin. Trois chercheur(e)s ont participé à cette enquête inscrite dans le cadre d’une Action de Recherche Concertée d’Initiative Régionale financée par la Région Nord/Pas-de-Calais.

Quantifier les heurts pour objectiver le phénomène

La situation du niveau national ou plus local

  • 7  Selon le mode de classification employé par la Fédération Française de Football, les incivilités r (...)

7Les pratiques sportives qui se jouent dans un cadre fédéral, sont ainsi organisées qu’elles proposent leur propre système normatif. Elles ont leurs lois qui sont les règlements ; leur appareil « judiciaire » avec des commissions de disciplines qui instruisent, jugent et sanctionnent ; leurs arbitres qui ont la charge de faire respecter la règle dans la situation de match. Pour le football, on dispose également d’un outil de quantification des violences et incivilités7. Piloté par l’Observatoire des Comportements, l’appareil recense tous les actes de violences hostiles (Coulomb et al., 1999), celles dont on peut considérer qu’elles ne servent pas la finalité compétitive de l’activité. Elles sont « en dehors du jeu ». Plus précisément, sont distinguées les violences physiques (agression par arme, coup, tentative de coup, bousculade), les violences verbales (propos grossiers ou injurieux, menace), les incivilités (geste obscène, crachat, jet de projectile) et les atteintes aux biens (dégradation, vol, incendie). Les chiffres produits par cet outil permettent de constater l’existence de différences importantes entre les catégories masculines et féminines pour ce qui concerne le respect de la norme sportive.

  • 8  Les compétitions sont organisées par catégories d’âges. Les « seniors » sont les pratiquant(e)s âg (...)
  • 9  Il s’agit du nom donné à cette catégorie sportive.

8Sur la saison 2008-2009, pour 1 000 matchs joués par des footballeurs de 19 ans et plus, autrement dit en seniors8 masculins, 26,74 ont été concernés par des actes de violence et incivilités ; 7,46 pour les « catégories féminines »9. À nombre de matchs équivalent, les rencontres entres hommes sont donc 3,6 fois plus souvent touchées par les violences et incivilités que les matchs de football féminin. Si l’on peut donc dire de l’activité « délictueuse » des femmes qu’elle est moins importante que celle des hommes dans le football, lorsque l’on rapporte le nombre de cas au nombre de matchs, leur contribution dépasse, en proportion, celle qui est la leur dans la société civile. Les statistiques de l’OND (voir supra) montrent en effet que les femmes sont 5,6 fois moins impliquées que les hommes en tant que délinquantes. Ces statistiques doivent être prises, de part et d’autre, avec précaution et la mise en perspective proposée ne peut être lue comme une stricte comparaison compte tenu des différences dans la construction des déviances et des appareils de mesure. Cela donne néanmoins un ordre de grandeur de la participation des femmes aux illégalismes ici et là. Concernant la distribution des types d’infractions sportives, les différences selon le sexe sont peu importantes. Violences physiques et verbales concentrent 95% des incidents en proportions sensiblement similaires pour les hommes et les femmes (46% des incidents pour les femmes et 49% pour les hommes sont des violences verbales ; 50% pour elles, 45% pour eux sont des violences physiques).

9Outre l’effective rareté du phénomène, ce premier registre de datas met ainsi en évidence des différences plus quantitatives que qualitatives. Mais ces chiffres peuvent être sujets à discussion. D’abord, parce qu’il convient de préciser que l’enregistrement des faits est inévitablement assujetti au nombre de « centres » participants à l’entreprise de recension des cas (les ligues et les districts, c’est-à-dire la déclinaison régionale et départementale de l’institution fédérale) et à la bonne volonté des agents chargés de les enregistrer à partir des « feuilles de matchs », qui sont des comptes rendus, renseignés par l’arbitre, sur lesquels sont notamment consignées les sanctions prises pendant la rencontre. Surtout, et cela constitue la faiblesse majeure de ce mode de quantification, il est tributaire de la présence d’un arbitre « officiel ». Sans cela, les violences et incivilités commises pendant les matchs ne survivent pas au temps de la rencontre sportive.

10Afin de limiter les biais, le deuxième type d’informations mobilisées se rapproche des sources originales en observant les faits pour un territoire plus circonscrit : les feuilles de matchs, les rapports d’arbitres, les procès-verbaux des commissions de discipline et les dossiers disciplinaires de trois ligues, sur trois saisons (de 2006 à 2009). Cette façon de faire permet d’accéder à des informations de première main et à une description de chacun des cas. C’est aussi une démarche nécessaire si l’on souhaite distinguer exactement les violences commises par des femmes de celles commises par des hommes. Car le football féminin n’est pas un territoire exclusivement monosexué. Si les joueuses sont toutes des femmes, les dirigeants, le public ou les arbitres et par conséquent les contrevenants, sont parfois des hommes.

  • 10  Notons ici, que ce nombre limité de cas ne fournit qu’une indication partiale de ce qui se passe e (...)

11Au total, 638 feuilles de matchs ont été consultées. Ces ligues ont été retenues car elles présentent des profils différents, concernant l’importance de leur population notamment. Cela permet de prétendre à une certaine représentativité. La classification des violences reprend ici les critères de l’Observatoire des Comportements, c’est une condition nécessaire pour oser les comparaisons. Parce que les cas sont rares et pour éviter ainsi la dispersion, nous nous sommes centrés sur les violences physiques et les violences verbales. Nous avons aussi fait le choix de présenter uniquement les chiffres relatifs aux seniors, cette catégorie étant largement la plus concernée. Sur l’ensemble des matchs seniors étudiés, soit 633, on recense 50 cas10, 24 de violences verbales et 26 de violences physiques. Avec donc 8 incidents pour 1 000 matchs, la fréquence des faits et leur distribution par types de violences sont très proches de celles présentées au niveau national.

12Notons par ailleurs, que compte tenu du nombre réduit de cas, présenter une évolution sur les trois saisons ou évoquer des différences entre ligues relèverait de l’entreprise hasardeuse. Trop dépendante de variations dont la signification est toute relative. L’intérêt de cette approche plus locale du phénomène repose plutôt sur la perspective d’affiner la connaissance qualitative des faits.

S’approcher des faits

  • 11  Sur les 13 cas de violences verbales et les 12 cas de violences physiques comptabilisés, respectiv (...)
  • 12  Ces infractions à la règle sont celles qui sont le plus lourdement sanctionnées par l’institution.
  • 13  Même s’il est plus concerné, on peut dire la même chose du football masculin (Nuytens et al., 2010 (...)

13À ce stade, il est possible d’affirmer que dans le football féminin, les violences physiques sont légèrement plus fréquentes que les violences verbales. Comme dans le football masculin (Nuytens, Penin, 2009), quelques clubs semblent aussi plus concernés que d’autres : trois clubs sur la vingtaine de la Ligue du Nord/Pas-de-Calais concentrent près du tiers de l’ensemble des violences. En revanche, lorsque l’on rapporte le nombre de cas à un nombre de matchs, les différences sont faibles entre les trois territoires. L’une des trois ligues concentre cependant la moitié de l’ensemble des dossiers. Ce constat justifie le choix d’examiner plus finement les rapports d’arbitres pour les faits de violences dans cette ligue. Elle est un support privilégié pour analyser les sanctions disciplinaires infligées en fonction des actes, de l’auteur et de la victime11. L’examen des rapports d’arbitres indique que pour les violences physiques, les joueuses sont les premières contrevenantes et victimes. Dans le périmètre de l’enquête, elles sont même à chaque fois agresseure et agressée. Pour ces cas de violences que l’institution considère comme les plus graves12, les récidivistes n’existent pas, tout au moins dans les cas dont nous disposons. Cela témoigne du caractère assez exceptionnel du passage à l’acte dans le football féminin13.

  • 14  C’est-à-dire les arbitres.

14Dans les trois ligues étudiées et sur les trois années, aucune agression physique d’arbitre n’a été recensée. Les directeurs de jeu14 sont en revanche les principales victimes des violences verbales enregistrées. Pour près de 60% des cas, la victime des violences verbales est un arbitre, les joueuses étant l’autre figure victime de ces violences (40%). Dans la ligue retenue, pour les 12 dossiers relatifs aux violences verbales, 9 fois la victime est un arbitre, 3 fois, une joueuse. Dans le premier cas, 5 fois l’agresseur est une joueuse, 3 fois un entraîneur, 1 fois une dirigeante. Le second cas confronte à chaque fois deux joueuses. Parmi les victimes « arbitre », 7 d’entre eux sont des hommes, 2 des femmes.

15Rappelons ici que les sanctions prononcées par les commissions de discipline se prennent en référence à un barème disciplinaire, fixé nationalement. Celui–ci associe un type de transgression et une sanction (c’est-à-dire un nombre de matchs de suspension et une amende). Ce barème disciplinaire est censé assurer une cohérence des sanctions et c’est effectivement le cas. Les propositions de sanction sont rigoureusement respectées. Les jugements sont ainsi standardisés (Faget, 2008), semblant ici faire abstraction, dans la décision, du sexe du contrevenant. Ce qui peut paraître légitime, en principe, relève en fait du cas original : le sexe des sujets se présente fréquemment comme une variable qui n’est pas sans incidence dans la fabrique de la décision pénale (Mary, 1998).

16S’il est difficile de risquer l’interprétation lorsque les faits concernés relèvent proprement de la casuistique, quelques hypothèses explicatives peuvent néanmoins être osées. Car il s’agit ici de penser par cas plutôt que de penser le cas (Passeron, Revel, 2005). La première renvoie à la faible diversité des peines existantes. L’éventail des sanctions se réduit essentiellement à un nombre de matchs de suspension et une amende. L’appareil ne permet donc pas vraiment l’adaptation des peines que l’on peut voir appliquée par ailleurs (Cardi, 2009). La seconde explication se fonde sur la très faible présence des femmes dans le football. Par leur invisibilité dans la pratique, elles se trouveraient noyées dans la masse des dossiers masculins au point d’être simplement « confondues ». On peut penser enfin, que dans des instances de jugement composées de bénévoles, avec des procédures d’instruction aléatoires, le rapport d’arbitre et le barème disciplinaire constituent l’essentiel des ressources dont disposent les jurés pour établir leurs décisions. Ce mode de fonctionnement permet en outre d’être très efficace et de traiter un grand nombre de dossiers en un temps limité. Mais le caractère nécessairement casuistique de l’objet étudié ne peut permettre ici de faire de ces intuitions des catégories sociologiques. Tout au plus, elles indiquent des conditions de possibilité qu’il convient d’éprouver en interrogeant le terrain autrement, en s’approchant encore des acteurs concernés.

Les violences des femmes dans le football : entre invisibilisation et incrimination

« C’est pas de la violence à proprement parler » (Manuel)

  • 15  Les présidents des commissions de discipline et des commissions d’appel que nous avons interviewés (...)

17Nous avons mené une douzaine d’entretiens semi-directifs avec un responsable de l’Observatoire Des Comportements, un président de commission d’appel, deux présidents de commission de discipline de ligue, deux présidents de commission de discipline de district, trois responsables de la commission féminine de football de ligue et trois de districts. Pour les présidents de commission de discipline et d’appel interviewés15, les violences des femmes dans leurs ligues et districts respectifs se résument à peu de chose (Manuel). Le phénomène est selon eux, extrêmement rare (Albert), à la marge (Patrick). Cela conduit à considérer que les violences féminines ne posent aucun problème (Albert). Il s’agit essentiellement de faits de jeu (Patrick), relevant davantage de la maladresse que de la volonté de nuire. Les dossiers de « féminines » sont alors reçus avec une certaine curiosité liée au caractère inhabituel de ces faits : quand on a un dossier d’indiscipline, en féminine, ça nous sort de notre routine masculine (Patrick).

18Moins nombreuses, les violences sont aussi perçues comme moins graves que celles jugées pour les hommes, notamment parce qu’elles sont souvent cantonnées à l’affrontement entre joueuses (Manuel, Patrick) ; jamais à l’encontre de l’arbitre (Albert, Manuel). Globalement, les récits donnent à entendre une euphémisation des incivilités et comportements violents décrits :

Elle a mis un coup de pied. Ce n’est pas de la violence à proprement parler, ce n’est pas des coups qui peuvent engendrer des arrêts d’activité ou des blessures, c’est plus souvent dû à de l’énervement (…), elle a dû se faire asticoter un peu durant la rencontre et du coup, elle a mis un bon petit coup de pied dans les chevilles de son adversaire directe (…). On se met un petit coup de poing. C’est arrivé, de mettre une gifle à une autre joueuse, mais ça arrive une à deux fois par an, pas plus (Manuel).

19Cette posture n’est pas tout à fait surprenante. L’écrasante majorité des dossiers concerne le football masculin. Difficile de lire les violences dans le football féminin autrement qu’à l’aune de la comparaison à la référence androcentrée. Difficile aussi de penser la pondération par rapport au nombre de matchs joués.

20Objectivement, les violences dans le football féminin ne constituent pas un problème pour les commissions de disciplines, encore moins d’appel. Quantitativement au moins. Cette posture constitue d’ailleurs un résultat surprenant de notre enquête de terrain : tandis que les instances nationales s’inquiètent d’une augmentation des violences des femmes dans le football, au niveau plus local (régional ou départemental), les cas semblent toujours extrêmement rares. On peut penser que la rareté du phénomène produit un effet de réel. Tandis que la recension de l’ensemble des cas sur le territoire national met en évidence les évolutions, celles-ci sont faiblement lisibles lorsque le périmètre d’observation se réduit. Notamment pour des acteurs qui ne sont que faiblement en contact avec le football féminin.

« Moi je dis, la sanction doit être la même » (Jeanine)

21Les discours des responsables du football féminin ne sont pas identiques à ceux que tiennent les responsables des instances disciplinaires. Les encadrants sont même agacés par cette attitude qu’ils prennent pour une forme d’indulgence à l’égard des violences des femmes. Jeanine critique la posture du président de la commission de discipline de sa ligue : Il me dit, c’est parce que c’est des filles, donc… Puis il me dit : “Mais Jeanine, il n’y a pas beaucoup de clubs, pas beaucoup d’équipes, on ne va pas en plus… ». Moi, je dis, la sanction doit être la même, qu’il y ait deux clubs ou 40 000.

22Plus proches du terrain de la pratique féminine, ces acteurs, tout en reconnaissant que le phénomène est peu répandu, sans commune mesure avec ce qu’ils connaissent du football masculin, s’inquiètent des cas relevés et parfois de leur évolution. Les discours oscillent donc entre une mise à distance par rapport au football masculin et des propos plus alarmistes : Quand j’entends de temps en temps qu’il va y avoir un match à risque avec gendarmes et tout, je me dis, “ouh là ! On n’est pas dans le même monde !”. Chez les filles on n’en est pas encore arrivé là » ; « ça peut arriver une fois dans l’année et c’est une fois de trop parce qu’aussitôt, on m’en fait un état des lieux (Lise).

23Il semble que l’attention toute particulière portée aux quelques cas de violence tienne notamment au faible nombre de rencontres jouées et d’équipes engagées qui relativise l’importance du phénomène, influe sur l’effet mémoire et déplace la focale. Dans le football féminin, les informations circulent rapidement car elles empruntent des réseaux de relation très denses. Pour le dire de façon triviale, tout le monde se connaît. Les acteurs en charge du football féminin sont donc systématiquement prévenus du déroulement des matchs du week-end, Dès le dimanche soir, on m’appelle. Si ça s’est bien passé, si ça s’est mal passé, on me met rapidement au courant de tout (…). Bref, tout se sait, ça va très vite (Jeremy) et des éventuels incidents : dans tous les cas, ça me remonte aux oreilles (Laurie). Cela fonctionne comme une « caisse de résonnance » dont les effets font obstacle à la double intention des interviewés.

24Primo, tenter de traiter les violences des femmes car comme Lise l’indique, je ne vais pas dire que c’est un problème, je vais dire qu’il faut réagir pour que ça ne devienne pas un problème (…). Si on rencontre deux, trois problèmes dans l’année, pour moi, c’est déjà deux, trois problèmes. Secundo, tenter d’éviter toute polémique à ce sujet, car indubitablement, les violences des femmes dans le football amateur cadrent mal avec la perspective de développement du football féminin impulsée par la Fédération Française de Football. Lise se plaint d’ailleurs qu’aussitôt qu’il y a un problème dans le foot féminin, tout le monde le sait, alors que chez les hommes, comme il y en a plus, on en parle moins. On le sent, la question est sensible, le sujet dérange, il nuit à l’image du football féminin. Jérémy nous dit de manière assez invective : Après, à force de trop parler de violence, on finit par en créer, parce qu’on stigmatise la chose et on crée des phénomènes là où il n’y en a pas.

  • 16  On peut rappeler ici que les campagnes de promotion de la pratique sont incarnées par Adriana Kare (...)
  • 17  Alors que les présidents de commission de disciplines sont des hommes, les responsables du footbal (...)

25Si les violences posent ici problème, c’est avant tout parce qu’elles sont perçues comme incompatibles avec l’image de la féminité que se font les responsables interviewés et par conséquent comme un obstacle au développement de la pratique des filles et des femmes. Plus largement ces acteurs sont porteurs d’un discours profondément marqué par les représentations les plus traditionnelles de la féminité16 et emprunts d’hétéronormativité. Il s’agit visiblement d’éviter une assimilation trop forte des footballeuses à la figure de la lesbienne « Butch » autrement dit « garçon manqué ». Comme s’il fallait absolument répondre au procès de virilisation (Davisse, Louveau, 1998) auquel sont confrontées celles qui investissent des cadres sociaux massivement investis par les hommes. La teneur des propos traduit ainsi une logique d’hypercorrection et d’hypervigilance à l’égard des attentes relatives à leur sexe, qui n’est certainement pas sans lien avec les trajectoires et les positions de relégation qu’occupent ces dirigeant(e)s17. Non pas qu’il s’agisse, comme pour les femmes cadres, du prix à payer pour accéder à des postes concurrentiels (Bourdieu, 1998), mais plutôt parce qu’à l’instar des policières (Pruvost, 2007) c’est toute la place et l’image des femmes, des sportives et surtout des footballeuses qu’elles semblent engager.

26La perception du phénomène des violences des femmes dans le football amateur est donc différente selon la fonction occupée par les dirigeants interviewés. Les premiers, présidents des commissions de discipline et d’appel, noyés dans les cas relevant du football masculin, évoluent dans un contexte qui rend quasiment invisibles les violences des femmes. Les seconds, président(e)s des commissions féminines ou conseiller(ère)s techniques, œuvrent pour le développement du football féminin et sont donc plus au fait des gestes et plus sensibles à cette question. Quoi qu’il en soit, la gravité des déviances est largement appréciée eu égard aux représentations liées à une identité sexuée prescrite. Elles participent même puissamment à l’incrimination des femmes et de certaines de leurs conduites.

27Les discours recueillis sur le traitement des violences des femmes présentent alors quelques contradictions. Plus précisément, le mode de fonctionnement apparaît comme un système en tension entre un cadrage institutionnel construit pour être garant d’une équité dans les sanctions (équité largement revendiquée par ailleurs) et de nombreux « aménagements » qui semblent en fait, intégrer l’identité sexuée des acteurs dans le processus de sanction et de qualification de l’infraction. Ici encore, les idées reçues brouillent les cartes. Les récits présentent par ailleurs, des modes de régulation et de sanction qui reposent sur une distribution différenciée du contrôle social pour le football masculin et féminin.

« C’est tout de suite du crêpage de chignon » (Manuel)

28Le système de gestion des infractions dans le football est construit de telle sorte que les sanctions prononcées répondent à un principe d’équité. Se retrouvent ici quelques traits mis en évidence par J. Faget (2008) pour le système pénal, qui sont autant de contraintes qui encadrent les processus décisionnels. Nous pensons par exemple aux contraintes juridiques et à un ensemble de contrôles informels. Les premières reposent notamment sur le barème disciplinaire et le caractère collectif de la prise de décision (les décisions sont prises par des commissions de discipline, composées de plusieurs membres). Les seconds s’appuient sur des réseaux d’interconnaissance et l’influence des usagers dans un cadre associatif de loisirs. À cela, nous pouvons ajouter le rôle d’un organe de contrôle et de régulation des sanctions prononcées en première instance : les commissions d’appel.

29Cette standardisation de jugements qui devraient résister à l’emprise du genre (Löwy, 2006) est largement souhaitée par les acteurs que nous avons rencontrés. Tous revendiquent un traitement égalitaire :

Oui, parce que je pense que c’est pas parce qu’on est une femme qu’on ne doit pas avoir les mêmes sanctions. Quand vous grillez un feu rouge, que vous soyez mec ou nana, c’est le même barème donc c’est pareil (Jeanine).

30Le barème disciplinaire constitue donc sur ce point la pierre d’achoppement des discours. Il est exactement le même pour les deux (Manuel, Élodie). De ce point de vue, les femmes ne constituent absolument pas un cas à part. Pour les responsables de commissions de discipline ou d’appel, elles ne le sont jamais dans le processus de prise de décision : On traite exactement de la même façon, on n’y fait pas du tout attention (Jean-Luc).

31Est tout de même parfois évoquée, par les responsables du football féminin, une plus grande tolérance qu’ils déplorent, pour les violences des femmes :

Parce que y a pas beaucoup d’équipes et puis que les jeunes filles elles sont sympas, donc il faut… Et c’est que des mecs en Commission de discipline, donc… Après c’est ce que je dis l’autre jour à Michel, j’ai dit : “Vous faites chier parce que vous êtes trop laxistes” (Jeanine).

  • 18  À l’issue de la rencontre, l’arbitre qualifie l’acte délictuel selon un code de qualification des (...)
  • 19  Il s’agit donc de la sanction minimale car toute exclusion définitive d’une rencontre de football (...)

32Nous avons effectivement pu constater une souplesse laissée à l’appréciation des « juges » lors de la qualification des actes (qui détermine ensuite la sanction). On peut imaginer qu’à ce niveau du processus de sanction s’opèrent des « ajustements » emprunts de subjectivité18. Ceux-ci semblent, a priori, plutôt favorables aux femmes. Notamment pour les faits les moins graves : On a dû mettre “geste excessif“ qu’on a peut-être requalifié, avec peut-être un match ou deux de suspension ferme dont l’automatique19 (Patrick). Cette configuration des choses n’est pas sans rappeler les constats déjà posés dans le contexte pénal d’un traitement de faveur pour les femmes s’opérant notamment au stade des décisions informelles (Lévy, 2000). Constat qu’il est impossible de dresser sans un examen minutieux des rapports d’arbitres. Cela pourrait s’expliquer ici par le fait que, comme nous l’avons déjà noté, les violences des femmes ne sont pas vraiment considérées comme un problème dans les commissions de discipline. Cela relève davantage de cas exotiques traités avec une certaine bienveillance, voire du détachement. Il convient par la sanction d’affirmer une autorité certes, mais en faisant preuve de mansuétude :

Ça fait toujours plus sourire la commission de discipline lorsqu’elle prend les sanctions et lorsqu’elle lit les rapports des arbitres, par rapport à l’exclusion des joueuses, parce que c’est toujours un peu plus… Il faut dire que lorsque les filles se chipotent entre elles, c’est tout de suite du crêpage de chignon, même si ça peut être violent, parce qu’il y a des échanges de coups de pieds, de coups de poings, il y a des mots qui fusent… Ça les fait pas sourire, parce que la violence, ça ne fait jamais rire, mais, ça, oui, ça les fait sourire (Manuel).

33Si l’on peut finalement envisager l’existence de quelques espaces d’aménagement du traitement institutionnel des violences dans le football lorsque celles-ci concernent les femmes, le croisement des données présente plutôt un double traitement des différences de sexe. Les modes de traitement formel des violences lorsqu’ils sont standardisés, associent mécaniquement un acte, ou plus exactement un fait qualifié, et une sanction établie à partir d’un barème commun aux hommes et aux femmes. À ce niveau, le processus de sanction n’est donc pas genré. Ce n’est pas tout à fait surprenant, compte tenu d’une part de la prégnance dans les discours d’une certaine éthique égalitaire, d’autre part parce que, dans un monde largement composé d’hommes et régi par eux, les femmes sont niées ou assimilées (Marry, 2004), c'est-à-dire d’une manière ou d’une autre, rendues invisibles. Le traitement institutionnel des violences des footballeuses balance ainsi entre une équité revendiquée et traduite, de facto, dans les strates les plus formalisées de l’appareil de sanction, et des récits qui laissent penser qu’existent également quelques aménagements différentialistes qui ne sont pas sans rappeler combien la différence des sexes peut apparaître comme une forme de butoir ultime de la pensée (Héritier, 1996, 19). Ces transgressions au principe de similarité de traitement sont plus visibles encore lorsque la gestion des comportements ne repose pas seulement sur les appareils officiels. Car il existe d’autres modes de régulation et donc de traitement des faits, plus spécifiques.

« Les filles se connaissent… et ça se règle plus facilement » (Laurie)

34Comme nous l’avons déjà évoqué, le football féminin est un « petit monde ». Nous pouvons ajouter que cette organisation permet certainement d’établir des modes de contrôle social autonome, c'est-à-dire du groupe sur lui-même, très efficaces. Il apparaît effectivement que nombre de situations conflictuelles se règlent sans mobiliser l’appareil judiciaire de l’institution. Laurie raconte :

 Les filles se connaissent (…). Et ça se règle plus facilement. S’il y a deux filles qui se fricotent, les deux capitaines se connaissent, ou deux filles qui se connaissent vont venir les calmer : “Les filles calmez-vous. On est là avant tout pour jouer”. Et les esprits s’apaisent beaucoup plus facilement comme ça.

35Cette distribution du contrôle social peut se traduire par la mise à l’index de celles qui poseraient des problèmes de violences. Les clubs et leurs dirigeants se connaissent suffisamment pour organiser un système d’exclusion. S’instaurent ainsi des processus de stigmatisation puissants et dont on peut penser qu’ils sont redoutablement efficaces : Franchement, ça peut être la meilleure joueuse du monde, les clubs réfléchissent à deux fois par rapport à leur réputation. Parce qu’il y a beaucoup de clubs qui ont fait un gros travail pour monter de niveau, mettre en place une école, travailler avec les jeunes… Et moi, je parle beaucoup avec les éducateurs parce que je les connais tous. Ils disent : “cette joueuse-là, elle est très forte, mais si elle vient chez moi, je n’en veux pas” (Lise). Cette exclusion tacite n’est pas sans rappeler ce que J.-L. Loubet del Bayle (2001) présente comme une forme immédiate, aussi dite sociétale, du contrôle social dont les armes peuvent être la rumeur, le commérage, la mise en quarantaine ou le lynchage (ibid., 212).

  • 20  C’est une question qui se pose également lorsque les forces de police ou de gendarmerie sont mobil (...)

36Ce mode de traitement autonome n’est pas spécifique au football féminin, il existe pour les hommes. Mais les conditions de l’organisation de la pratique, endogènes (la densité des « cliques ») et exogènes (le relatif désintéressement de l’institution footballistique pour le football féminin) le rendent plus présent et opérant. L’intensité de l’interconnaissance permet de tenir davantage le contrôle que le groupe exerce sur ses membres (ibid., 213) et que ce mode de régulation est plus sollicité puisque la faible implication de l’institution pour ce qui concerne la régulation des comportements dans le football féminin l’impose. On peut alors parler de nécessité faite vertu, puisque cette distribution singulière du contrôle social (si l’on se réfère au cas du football masculin) semble tout à fait efficiente. Cela tend à montrer qu’une « judiciarisation » de la régulation des situations, par l’intervention d’un tiers régulateur, pourrait produire quelques effets pervers. Elle pourrait fragiliser la légitimité des contrôles locaux et déresponsabiliser les dirigeants20. Cela constitue pourtant une proposition récurrente dans les discours : la volonté d’une implication plus grande des instances fédérales, d’une formalisation accrue des modes de régulation et d’une plus grande sévérité des sanctions.

Expliquer les violences et leur absence : entre organisation spécifique et naturalisation

37Les récits recueillis proposent quelques explications qui sont ici présentées comme des pistes de réflexion. Sur le mode de la grounded theory (Glaser, Strauss, 1967), elles orientent notre sensibilité et permettent de faire émerger des hypothèses intermédiaires. Les explications renvoient à l’organisation de la pratique et à ses acteurs, d’une part, à un argumentaire naturalisant, d’autre part.

« Elles jouent, ils gagnent » (Lise)

38Premièrement, les enjeux ne seraient pas les mêmes. Tandis que le football masculin reproduit des célébrations de but (Jérémy) largement médiatisées, induit la championnite aiguë (Jérémy) ou amène certains joueurs à gagner pour l’argent (Lise), dans le football féminin, l’important c’est de jouer ensemble (Jérémy).Les représentations des acteurs interrogés opposent clairement les deux mondes (Jeanine) : chez les garçons, c’est vraiment la compèt’, chez les filles c’est d’abord la passion (Lise) ; les filles viennent pour s’amuser, pour le plaisir, elles viennent jouer entre copines (…). Eux, c’est compèt’ (Laurie). À la pratique « sérieuse », compétitive des hommes, à la légitimité des enjeux qui structure leur activité, est donc opposée l’innocuité de ce qui vaut surtout pour son caractère récréatif. Privée des enjeux les plus saillants pour les hommes, qui sont aussi présentés comme ceux qui pourraient être moteurs des violences, le football féminin serait ainsi logiquement moins concerné. Comme si leur pratique ne méritait pas vraiment d’en venir aux mains.

39Cette « enclave » dans le football masculin apparaît par ailleurs, comme un espace de relégation. Ce peut être le cas notamment pour les hommes qui s’y trouvent. Arbitres. Dirigeants. Éducateurs. Pour eux, investir le football féminin relève au mieux du hasard, au pire d’un choix par défaut :

L’arbitrage c’est quasiment toujours un homme. Ils le prennent comme ils veulent, soit comme une punition, donc il y a des arbitres qui trouvent que ça va moins vite et là, y a des problèmes (Jérémy).

Peut-être que c’est dû à l’encadrement parce que dans l’encadrement féminin, il n’y a pas beaucoup de diplômés. Ce sont souvent des hommes qui sont venus au football féminin parce qu’ils ne pouvaient pas rester dans le foot masculin (Lise).

Je suis rentré dans la commission féminine parce qu’il manquait du monde et deux ans après je me suis retrouvé président de la commission faute de candidat. Personne voulait la place et ça fait 32 ans que c’est comme ça  (Marcel).

40L’explication des violences ou de leur absence convoque donc les « figures » de l’organisation, les relations qui se jouent également. Elles seraient plus riches, familiales (Lise). Le faible nombre de joueuses et les divers rassemblements régionaux et/ou nationaux impulsés par l’institution permettent aux encadrants, arbitres et joueuses, de mieux se connaître, de créer des liens (Jérémy) ; C’est un petit milieu, les filles sont amies dans la vie, on ne se bat pas entre amies (Laurie). Ces affinités sociales sont systématiquement mises en avant pour expliquer les moindres violences des femmes dans le football amateur. On peut penser effectivement que cela constitue un effet de l’interconnaissance : des relations sociales moins distendues. À l’instar du modèle familial, les relations sont empreintes de paternalisme. Les encadrants sont tour à tour considérés comme un papa (Lise) ou comme le maître d’école dans sa classe (Albert). Le fait de gérer une équipe de footballeuses en bon père de famille (Marcel) permettrait de réduire la possibilité d’expression de comportements violents :

S’il a une fille lui, il ne veut pas que les filles qu’il entraîne soient violentes (Lise) ; S’il est respecté par ses joueuses, ses joueuses vont écouter ses consignes et il n’y aura pas de violence (Albert).

41Il est intéressant de constater, du reste, que les figures d’autorité sont systématiquement déclinées au masculin, et ce, même lorsque la parole est portée par une femme dirigeante. Les arbitres participent également de ce mode de relation. Plus protecteurs, ils sifflent beaucoup plus (…) parce qu’ils ont peur que les filles se fassent mal (Lise) ; C’est normal, les arbitres protègent plus les femmes (Jeanine). On peut penser qu’en réduisant les situations d’interactions conflictuelles par une limitation de l’engagement physique, les arbitres participent à produire des conditions de pratique différenciées selon le sexe des participants. Plus conciliants, ils tiendraient aussi compte des histoires de vie des joueuses pour réguler leurs modes d’intervention et prendre leurs décisions :

Il y a une espèce de solidarité dans le football féminin (…). On connaît toutes les joueuses… Là on en a qui ont perdu un parent, qui ont un problème familial ou scolaire. Le match n’est pas toujours à aborder de la même manière. Moi, ça m’arrive, lorsque je connais des cas graves ou des choses comme ça, d’aller voir l’arbitre, de le prévenir, de lui expliquer les tenants et aboutissants, pour qu’il s’adapte (…) et les arbitres qui connaissent bien les équipes féminines, qui connaissent bien les joueuses, leurs tempéraments, ils s’adaptent, ils serrent la vis parfois… ou ils laissent plus jouer (…). Bref, on ne prend pas les filles comme les garçons (Jérémy).

42Les arbitres seraient aussi plus pédagogues :

C’est rare que l’arbitre sorte les cartons dans le foot féminin. Donc, il va aller voir la fille, il va dire : “calmez-vous, attention, encore une fois“. Finalement, ils arbitrent plus avec le dialogue chez les filles (Laurie).

43Ces façons de faire sont autant de ficelles pouvant permettre de contrôler les situations en désamorçant les tensions, en facilitant l’intégration et le respect de la règle, en favorisant l’épaisseur des relations sociales (Nuytens et al., 2010). Des enjeux aux acteurs, le football féminin serait organisé de sorte que soit favorisé le contrôle social, notamment par la plus grande proximité et la diversité de ses modes de régulation. Mais il y a plus. Les explications reposent aussi sur les sujets et la naturalisation de leurs différences.

« Forcément le fait d’être plus féminine… » (Laurie)

44De façon plus ou moins explicite, les explications de la moindre présence des violences des femmes dans le football s’appuient largement sur une essentialisation et naturalisation des différences. C’est le cas par exemple lorsque les interviewés évoquent une baisse du nombre des faits (dont on ne peut pas dire qu’elle existe effectivement). Il y a une vingtaine d’années, le football féminin était semble-t-il plus rustre, moins technique, plus physique (Jérémy) et les joueuses de petites trapues (Jérémy), des garçons manqués, dans la tenue, la coupe, l’attitude (Lise). Une forme de travestissement du modèle masculin, des gros muscles, des grosses cuisses et tout (Lise). Les choses auraient changé. Les footballeuses ressembleraient plus aujourd’hui à de belles gamines, de vraies filles élancées (Jérémy). Comme en témoigne Laurie, on le voit, les joueuses sont plus féminines maintenant, ou encore Lise,

  • 21  Le mouvement d’intégration des femmes dans cet espace « masculin », parce qu’il est très attaché à (...)

Aujourd’hui c’est vraiment des femmes quoi (…) quand les gens ou les garçons viennent voir le foot féminin, ils s’aperçoivent que c’est quand même plus féminin qu’à l’époque21.

45De fait, donner à voir des footballeuses qui adoptent des comportements violents est problématique, puisqu’une fois encore, ça choque un peu plus quand c’est des femmes qui se tapent dessus, que des hommes, c’est dans nos représentations, dans nos mentalités (Manuel).

  • 22  On trouve chez Parent (1998) une synthèse de travaux qui s’inscrivent dans cette veine.

46La tentation est grande de considérer que les violences des femmes sont uniquement le fait de celles qui ne seraient pas des filles, pas des vraies femmes (Laurie), le fait de celles qui ne répondraient pas aux critères normatifs de la féminité. A. Bohuon (2008) a montré comment la définition de la vraie femme, ce que doit être une femme et une sportive, est impossible mais constitue une nécessité pour les acteurs d’un monde sportif profondément clivé par la bi-catégorisation sexuée. La mixité est parfois admise, mais surtout dans quelques rares disciplines pour lesquelles les attributs classiquement considérés comme inégalement distribués, c’est-à-dire en particulier la force ou l’affrontement physique, ne sont pas considérés comme absolument discriminants. Pour le moins, l’association entre le recours aux violences et la non-conformité à un modèle de féminité pensé comme hégémonique, est affirmé de façon récurrente. D’une certaine manière, cette explication voisine avec les théories criminologiques qui posent pour hypothèse et parfois même pour théorie, la corrélation entre émancipation des femmes et augmentation de leur participation à la délinquance22. Ici, la diminution des violences des femmes serait liée à une plus grande soumission de leur part à un modèle sexué qui rend incompatible féminité et usage de la violence.

47Ce modèle est explicitement et fermement défendu par les actrices du football féminin interviewées. Elles s’opposent d’abord à la construction d’un rapport au corps particulier qui participe d’une identité proscrite de garçon manqué (Lise). Elles disent être particulièrement attentives à servir une apparence physique qui intègre les signes et attributs durablement assignés à la féminité, étant entendu que

c’est important de garder sa féminité (…). Sur le terrain, on est en jogging mais… en dehors on met du maquillage, on fait attention à la façon de s’habiller… être bien pomponnée, se coiffer (Laurie).

48La question de la « présentation de soi » dans une logique d’hyper-ritualisation de la féminité (Goffman, 1988), est ainsi directement associée, dans les discours, à une maîtrise accrue des comportements. Plus largement, c’est le « défaut de féminité » qui est condamné. La figure de la lesbienne en constitue l’exemple parfait et une « figure repoussoir ». La distance affichée par rapport à l’homosexualité pensée en termes de déviance l’illustre :

Le fait de rassurer sur ma vie de famille, ma vie privée, dire que je joue au foot depuis que j’ai cinq ans mais que j’ai un copain depuis huit ans. Même avec ma collègue qui est bénévole, on dit : “Regardez, elle est mariée, elle a des enfants”. Ils ont besoin d’être rassurés sur ce côté-là… que les filles jouent au foot mais en dehors, qu’elles aient des copains (Laurie).

49Les responsables du football féminin, soucieux de développer cette pratique, valorisent les joueuses qui prennent le masculin comme contre-modèle (Mennesson, 2004), tant dans la manière de pratiquer, dans les comportements adoptés que dans la stigmatisation des femmes jugées trop masculines. Élodie, présidente d’une commission féminine, décrit une footballeuse connue pour ses passages en commission de discipline et ses nombreux changements de clubs, étant entendu, qu’ elle a des problèmes partout. Pour qualifier les actes, l’interviewée se réfère systématiquement à l’apparence physique de la jeune femme : Cette fille-là, en plus elle est grande et baraquée. Une fois, elle a pris quelqu’un comme ça (en mimant une personne très grande et très large).

50Les acteurs du football féminin en sont persuadés : en sanctionnant toute transgression à l’ordre sexué, ils pourront alors développer un football des femmes plus féminin (Élodie) et donc moins violent (Élodie) puisque la féminité apporte moins de violence (Lise). Les joueuses se doivent donc d’être exemplaires, d’avoir un comportement de femmes (Laurie). C. Mennesson (2005) a montré comment l’institution footballistique stigmatisait l’engagement de certaines footballeuses dans des pratiques homosexuelles, incitant les clubs à imposer, en réponse à ces conduites transgressives, une redéfinition des corps. Elle l’illustre par l’organisation de journées-jupes, la politique du tailleur ou encore l’expulsion de joueuses jugées trop déviantes.

51Portés par ces acteurs de la socialisation importants que sont les éducateurs, les arbitres, les pairs, les modèles sexués proposés sont exactement contraires à ceux qui exacerbent les valeurs viriles de défi, de confrontation violente, d’imposition de la domination par la force, et qui sont autant de principes susceptibles d’expliquer parfois les agressions, y compris celles des femmes (Rubi, 2003). L’étude approfondie du cas précis des footballeuses violentes révèlerait peut-être d’autres modèles. C’est une perspective que nous allons poursuivre.

Conclusion

52Dans le football comme ailleurs, le recours aux violences est avant tout une histoire d’hommes. C’est ce que donnent à lire les outils officiels d’enregistrement des faits autant que l’examen approfondi des sources de première main. En volume, la violence des femmes dans le football est un phénomène tout à fait marginal. Considérant la fréquence en revanche, les choses sont moins évidentes. Certes les femmes sont largement sous représentées, mais leur contribution à la délinquance, ramenée à leur faible présence parmi les licenciés, semble plus importante ici que dans d’autres cadres sociaux. Cela pose la question d’une éventuelle spécificité de l’implication des femmes dans les violences lorsqu’elles investissent des fiefs de la masculinité (Elias, Dunning, 1994). Ces territoires offrent ainsi un terrain d’enquête privilégié pour mettre à l’épreuve, par exemple, les théories associant émancipation des femmes, augmentation de leur participation à la délinquance et « masculinisation » de leurs déviances. D’une certaine manière c’est effectivement ce que montre cet article, si l’on considère notamment les ressemblances entre les violences des femmes et celles des hommes. Nous pensons plutôt que ce constat doit intégrer la position tout à fait minoritaire des femmes dans le football. Position qui finit par les confondre aux hommes et participe à les rendre, en tous points invisibles. Leurs faits et gestes sont alors lus à travers le prisme de la pratique masculine et de ses lois, produisant ainsi un effet de réel, bien visible dans les récits de ceux qui connaissent très peu le football féminin.

53Il fallait donc s’approcher des terrains pour accéder aux souplesses du processus de contrôle et de sanction. Par les interstices, c’est-à-dire en adjoignant aux informations recueillies à partir des sources « officielles », les discours des acteurs, nous avons pu voir apparaître la porosité d’un système imprimé de stéréotypes de sexe. Au niveau notamment des procédures les moins formalisées, s’immiscent quelques « aménagements » qui entament la standardisation de processus, par ailleurs tout à fait stables. Les violences des femmes ne sont ainsi plus exactement traitées comme celles des hommes. La déviance non plus. Sont instaurées des logiques de criminalisation spécifiques qui concernent particulièrement les écarts aux normes sexuées prescrites. Elles sont portées, non pas par l’institution en tant qu’organisation formalisée, mais par le jeu local du contrôle social qu’exerce le groupe sur lui-même. Elles illustrent ainsi toute la puissance de rapports sociaux de sexe qui, ici comme ailleurs, structurent le champ social (Kergoat, 2000). Et ces caractéristiques particulières du traitement des violences des femmes tiennent ainsi pour partie à l’organisation, également structurée par les rapports sociaux de sexe qui s’y jouent, de cet espace social : isolé, relégué, autonome. On peut donc douter de la valeur des informations enregistrées par l’appareil officiel, puisque dans les situations, il n’est pas toujours convoqué. Surtout pas lorsque la pratique s’attache à « féminiser » son image et donc à taire ce qui s’en écarte : situation paradoxale qui dans un mouvement contraire fabrique de la déviance et s’attache à la masquer.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Becker H., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bodin D. et al., 2007, Les femmes hooligans : paralogisme ou réalité sociale éludée ?, Sciences et motricité, 62, 37-56.

Bohuon A., 2008, Sport et bicatégorisation par sexe : test de féminité et ambiguïtés du discours médical, Nouvelles Questions Féministes, 27, 1, 80-91.

Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Cardi C., 2009, Le féminin maternel ou la question du traitement pénal des femmes, Pouvoirs, 128, 75-86.

Coulomb G., Rascle O., Pfister R., 1999, Comportements d’agression et motifs de participation en sports collectifs : influence du sexe et du type de pratique, STAPS, 49, 33-46.

Dauphin C., Farge A., 1997, De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel.

Davisse A., Louveau C., 1998, Sport, École, Société : la différence des sexes, Paris, L’Harmattan.

Elias N., Dunning E., 1994, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Faget J., 2008, La fabrique de la décision pénale. Une dialectique des asservissements et des émancipations, Champ pénal/Penal Field, vol. V.

Glaser B., Strauss A., 1967, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, New Jersey, Aldine.

Goffmann E., 1988, Les moments et leurs hommes, Paris, Minuit.

Héritier F., 1996, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Kergoat D., 2000, Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe, in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D. (Eds), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, Presses Universitaires de France, 35-44.

Lévy V., 2000, Femmes et délinquance : la situation aux États-Unis, Déviance et Société, 24, 1, 69-90.

Loubet del Bayle J.-L., 2001, Vers une monopolisation policière du contrôle social, Cahiers de la sécurité intérieure, 44, 207-225.

Löwy I., 2006, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute.

Marry C., 2004, Les femmes ingénieures. Une révolution respectueuse, Paris, Belin.

Mary F.-L., 1998, Les femmes et le contrôle pénal en France : quelques données récentes, Déviance et Société, 22, 3, 289-318.

Mennesson C., 2004, La gestion de la pratique des femmes dans deux sports « masculins » : des formes contrastées de la domination masculine, STAPS, 63, 89-106.

Mennesson C., 2005, Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, L’Harmattan.

Mouhanna C., Matelly J.H., 2007, Des chiffres et des doutes, Paris, Michalon.

Mucchielli L., 2004, Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes. Une enquête sur un département de la région parisienne dans les années 1990, Population, 59, 203-232.

Mucchielli L., 2008, Une société plus violente ? Une analyse socio-historique des violences interpersonnelles en France des années 70 à nos jours, Déviance et Société, 32, 2, 115-147.

Nuytens W., Penin N., 2009, Les violences dans le football amateur français. Il y aura des prolongations, Cahiers de la sécurité, 7, 200-206.

Nuytens W., Penin, N., 2011, L’inégale distribution des violences dans le sport des amateurs : pourquoi là plus qu’ailleurs ?, Science et motricité (à paraître).

Nuytens W., Chovaux O., Hidri-Neys O., Penin N., Sallé L., Terfous F., 2010, Plus près des faits, plus près des gestes. Enquêtes sur l’arbitrage et retour sur trois ligues, Rapport de recherche, Ligue du Football Amateur.

Parent C., 1998, Féminismes et criminologie, Bruxelles, De Boeck Université.

Passeron J.-C., Revel J. (Eds), 2005, Penser par cas, Paris, Éditions EHESS.

Penin N., 2006, Le sexe du risque, Ethnologie Française, 36, 4, 651-658.

Pruvost G., 2007, Profession : policier. Sexe : féminin ; Paris, Éditions de la MSH.

Pruvost G., 2008, Quand le statut policier est avant tout stature : corps féminins et corps masculins face au recrutement policier (1935-2005), in Berlière J.-M., Denys C., Kalifa D., Milliot V. (Eds), Métiers de police. Être policiers en Europe, XVIIIe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 453-465.

Rubi S., 2003, Les comportements déviants des adolescentes des quartiers populaires : être « crapuleuse », pourquoi et comment ?, Travail, genre et sociétés, 9, 39-70.

Welzer-Lang D., 2000, Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Haut de page

Notes

1  L’Observatoire National de la Délinquance (OND), créé en 2003, est une institution publique rattachée au ministère de l’Intérieur, dont la fonction est de « mesurer la délinquance » en France.

2  Nous remercions particulièrement Patrick Wincke et Matthieu Robert pour leur aide.

3  Comme le notent justement Dauphin et Farge (1997), l’association du couple femmes et violences considère plus souvent les femmes « violentées » que les femmes « violentes ».

4  Sans négliger la complexité et les limites des quantifications de la délinquance (Mucchielli, 2008), on peut noter un relatif consensus sur la sous-représentation des femmes (qu’il s’agisse d’ailleurs d’enquêtes fondées sur les sources policières, d’enquêtes de victimation ou d’enquête de délinquance autodéclarée). À titre d’exemple, se référant aux statistiques policières, le rapport 2008 de l’OND indique que les femmes représentent 15 % des individus mis en cause pour crimes et délits en 2007. Rappelons ici que les chiffres qui sont délivrés reposent sur la supposition que l’enregistrement statistique par les institutions en charge du contrôle social est fiable. Ce qui n’est pas le cas, comme cela a pu être montré sur les statistiques policières par exemple (Mouhanna, Matelly, 2007).

5  On peut noter l’exception que constitue le travail de D. Bodin sur les femmes hooligans (2007). Mais l’enquête ne concerne pas le monde des pratiquants.

6  Les activités de recherche de l’Atelier Sherpas portent spécifiquement, depuis une dizaine d’années, sur la régulation des comportements dans les pratiques sportives. Cette enquête est la première qui considère spécifiquement le cas de la pratique féminine.

7  Selon le mode de classification employé par la Fédération Française de Football, les incivilités regroupent les « crachats, gestes obscènes et jet de projectiles ». Par commodité et dans un souci de cohérence c’est cette acception que nous donnons au terme « incivilités » dans cet article.

8  Les compétitions sont organisées par catégories d’âges. Les « seniors » sont les pratiquant(e)s âgé(e)s d’au moins 19 ans.

9  Il s’agit du nom donné à cette catégorie sportive.

10  Notons ici, que ce nombre limité de cas ne fournit qu’une indication partiale de ce qui se passe effectivement sur le terrain puisque l’on sait qu’un nombre important de matchs n’est pas arbitré par un « officiel ». Cela permet néanmoins de situer les situations locales et de les croiser avec les chiffres nationaux.

11  Sur les 13 cas de violences verbales et les 12 cas de violences physiques comptabilisés, respectivement 12 et 10 cas on fait l’objet d’un dossier disciplinaire.

12  Ces infractions à la règle sont celles qui sont le plus lourdement sanctionnées par l’institution.

13  Même s’il est plus concerné, on peut dire la même chose du football masculin (Nuytens et al., 2010).

14  C’est-à-dire les arbitres.

15  Les présidents des commissions de discipline et des commissions d’appel que nous avons interviewés sont tous des hommes. Ils sont âgés de 45 à 70 ans. Ils sont tous investis depuis longtemps dans le football départemental et régional (comme joueur et éducateur et/ou arbitre et/ou dirigeant). Aucun d’entre eux n’est directement engagé dans le football féminin.

16  On peut rappeler ici que les campagnes de promotion de la pratique sont incarnées par Adriana Karembeu, marraine du football féminin, dont le lien le plus évident avec le football est d’être la femme d’un footballeur. C’est aussi ce que l’on trouve dans les travaux de Mennesson (2004).

17  Alors que les présidents de commission de disciplines sont des hommes, les responsables du football féminin sont souvent des femmes. Elles ont toutes connu une carrière de joueuse qu’elles ont cessée lorsque l’âge est devenu un obstacle. Elles occupent des postes qu’elles sont souvent les seules à briguer. Leur engagement relève davantage du sacerdoce que de la récompense. Cela apparaît de façon plus nette encore pour les quelques hommes qui assurent ces fonctions.

18  À l’issue de la rencontre, l’arbitre qualifie l’acte délictuel selon un code de qualification des faits. À chacune des qualifications correspond un barème de sanction discuté en commission de discipline. Comme cela nous a parfois été rapporté, il est possible que la qualification des actes soit moins sévère pour les femmes que pour les hommes. Cette étape du processus de sanction pourrait être plus sujette à la subjectivité que l’étape consistant à arrêter la sanction. C’est une hypothèse que nous souhaitons éprouver par une analyse systématique des feuilles de matchs en seniors hommes et par une participation à quelques réunions des commissions de discipline. Nous pouvons déjà dire qu’aucune des sanctions ne va au delà des peines préconisées par le barème qui ne constitue officiellement qu’une référence et non une obligation.

19  Il s’agit donc de la sanction minimale car toute exclusion définitive d’une rencontre de football (un « carton rouge ») donne lieu « automatiquement » à une interdiction de participer à la rencontre de compétition suivante (la « suspension automatique »). D’autres matchs de suspensions peuvent s’ajouter à l’« automatique » si les faits sont jugés plus graves. Les peines les plus lourdes prononcent des suspensions en nombre de mois (parfois même d’années) plutôt qu’en nombre de matchs.

20  C’est une question qui se pose également lorsque les forces de police ou de gendarmerie sont mobilisées pour intervenir dans l’espace sportif qui possède déjà ses propres appareils de régulation (Nuytens, Penin, 2009).

21  Le mouvement d’intégration des femmes dans cet espace « masculin », parce qu’il est très attaché à la différenciation des corps d’hommes et de femmes, est d’une certaine manière inverse à celui que met en évidence Pruvost (2008) pour les femmes dans la police. C’est le cas tout au moins au grade de gardien de la paix où la virilisation du corps et/ou du langage fait partie des obligations professionnelles. Le rapport tout à fait différent à l’usage de la force physique et à la représentation de la fonction d’autorité peut expliquer la légitimité accordée au processus de « déféminisation » qui s’observe à certains grades dans la police.

22  On trouve chez Parent (1998) une synthèse de travaux qui s’inscrivent dans cette veine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Penin, Fatia Terfous et Oumaya Hidri Neys, « Quand les footballeuses en viennent aux mains… », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 11 juin 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8083 ; DOI : 10.4000/champpenal.8083

Haut de page

Auteurs

Nicolas Penin

Maître de conférences en sociologie à l’Université d’Artois, chercheur au sein de l’Equipe de Recherche Septentrionale « Sport et Société » (ER3S).

Fatia Terfous

Docteure en STAPS de l’Université Paris V, chercheuse au sein de l’Equipe de Recherche Septentrionale « Sport et Société » (ER3S).

Oumaya Hidri Neys

Maître de conférences (sociologie/STAPS) à l’Université de Lille 2, chercheuse au sein de l’Equipe de Recherche Septentrionale « Sport et Société » (ER3S).

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org