Navigation – Plan du site
Lectures

Gonzague Rambaud (avec N. Rohmer), Le Travail en prison. Enquête sur le business carcéral.

Paris, Autrement, 2010, 188 p.
Fabrice Guilbaud

Texte intégral

  • 1  Un livre collectif a été publié récemment (Lhuillier et alii, 2009). Il est composé de contributio (...)

1Près de quarante ans après la parution du livre de Christine Martineau et Jean-Pierre Carasso Le travail dans les prisons (1972), c’est au tour de Gonzague Rambaud de publier le second livre d’auteur exclusivement consacré à la question du travail des détenus1. Le premier était écrit par des militants se fondant sur des témoignages de prisonniers de l’époque et en lien avec le Groupe d’Information Prison. Le second est l’œuvre d’un journaliste indépendant (avec la collaboration d’une de ses consœurs, Nathalie Rohmer).

2Globalement l’ouvrage est informé, l’auteur s’appuie sur des sources de première et de seconde main. Les rapports de la Cour des Comptes, les rapports parlementaires, les rapports scientifiques de la Mission de recherche Droit et Justice constituent l’essentiel de la littérature utilisée. Quelques documents, principalement des brochures de promotion du travail pénitentiaire destinées aux entreprises utilisatrices de la main d’œuvre détenue, sont également mobilisés au fil du développement. L’auteur – et sa collègue probablement ? Car on ne sait rien de la division du travail entre eux – a également mené des entretiens avec une dizaine d’anciens détenus. Certains sont des militants de la défense des droits des personnes incarcérées et de l’information sur les prisons connus des médias, comme Hafed Benotman ou Milko Paris. Des responsables de l’administration pénitentiaire en charge du travail dans certaines prisons ou au niveau régional ainsi que quelques hauts-fonctionnaires ont été rencontrés ; comme les magistrats, les personnels pénitentiaires interviewés ont souvent des mandats syndicaux. Certains responsables d’organisations syndicales de surveillants ont également été interrogés. Enfin, des salariés d’entreprises concessionnaires et quelques patrons ont été contactés (plus souvent par téléphone). C’est là que se situe la principale originalité de l’ouvrage : chercher du côté des acteurs du business carcéral.

3La première partie du livre est consacrée à l’aspect économique du travail qui offre une possibilité française de « délocalisation à domicile » du fait de l’aubaine d’une « main d’œuvre à 3 euros bruts de l’heure » (p. 13). Le caractère saisonnier (périodes de fêtes ou de soldes par exemple) et ponctuel de l’utilisation de la main d’œuvre détenue est souligné et les secteurs qui y font le plus souvent appel sont donnés avec des noms de sous-traitants agissant pour des grands groupes industriels (imprimerie, cosmétique, industrie automobile par exemples). Le mode de rémunération à la pièce, la faiblesse des tarifs pratiqués, le niveau des cadences et toutes ses conséquences en terme d’inégalités de salaire et de compétition entre détenus sont évoqués à l’aide de témoignages et de citations de nos travaux ainsi que de ceux de Philippe Auvergnon pour aider le lecteur à comprendre le niveau très élevé de flexibilité économique dont jouissent les entreprises à qui l’administration concède l’utilisation de la main d’œuvre incarcérée (p. 17-36). Poursuivant son enquête sur les « entreprises discrètes et amnésiques » (p. 36-54) qui ont, ou auraient, fait fabriquer une portion de leur production dans un atelier pénitentiaire – du conditionnement de stylos à l’ensachage de produits dérivés d’un grand couturier –, l’auteur cherche à savoir si oui ou non les grandes enseignes du luxe, de l’automobile ou de la papeterie savent que certains de leurs produits passent entre les mains des détenus. Bien que certains propos attestent la volonté délibérée des concessionnaires d’être très discrets sur l’identité de leurs clients, souvent ces entreprises clientes sont elles-mêmes des sous-traitants de plus gros intermédiaires qui agissent pour le compte de multinationales ou de groupes industriels nationaux. Parfois certaines entreprises « savent » sans être directement concessionnaires et d’autres l’ignorent mais l’auteur ne semble pas les croire, il refuse cette possibilité et préfère s’en tenir à l’affirmation du sénateur Paul Loridant qui déclare « les grands groupes qui ont recours à des sous-traitants sont au courant que ces derniers sous-traitent en prison » (p. 44).

4La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse au droit qui « interdit le contrat de travail en prison » et permet la faiblesse des rémunérations constatées, la flexibilité d’utilisation de la main d’œuvre et la quasi absence de protection sociale. Le tout est nourri par des témoignages de militants associatifs (dont des anciens détenus), de ceux de magistrats (souvent syndiqués) et des travaux académiques déjà cités. Alors que les règles d’hygiène et de sécurité sont réputées devoir s’appliquer aussi en prison, il est fait état de nombreux cas d’ateliers vétustes où les contrôles et préconisations de l’inspection du travail ne sont pas appliquées (en prison, sa fonction est limitée à de la recommandation). Il est fait brièvement état du débat parlementaire lors de la loi pénitentiaire de 2009, dont l’adoption n’a pas modifié les dispositions sur l’absence de contrat de travail. C’est aussi la question des niveaux de vie des détenus qui est abordée à travers l’idée d’introduire ou non le SMIC : une telle initiative est exclue par les responsables de l’administration et les représentants des entreprises car elle serait synonyme de fermeture d’ateliers dès lors peu rentables. Mais l’argumentaire est également moral : « je ne pourrais pas supporter qu’une personne en prison gagne autant qu’à l’extérieur, alors que cette personne est blanchie, logée, nourrie » dit un salarié d’une entreprise gestionnaire de prison (p. 89). Le mythe de la prison dorée est contré par un chiffre : « 20 000 prisonniers vivent avec moins de 45 euros par mois » (p. 90) ; l’auteur raconte la tentative avortée de faire bénéficier les détenus du RMI (en 1988), ou la promesse non-tenue par Rachida Dati de fixer un minima à hauteur de 15% du RMI lors de la préparation de la loi pénitentiaire.

5La troisième partie (« le travail carcéral : un jeu de dupes ») centre davantage le propos sur l’intérieur de la prison en rappelant que les « places sont chères » (p. 99) tant le travail est rare et demandé parce qu’il permet d’abord d’acheter (au prix fort) les produits de cantine. En cela il est, selon l’auteur, une obligation qui porte « l’ombre du travail forcé » (p. 108). Le travail est donc analysé comme un « jeu de dupes » qui s’applique également via le système des remises de peine ou son instrumentalisation comme « outil de gestion de la détention » (parce qu’il calme les détenus). L’argument récurrent du travail en prison présenté comme facilitateur de réinsertion à la sortie est balayé par plusieurs constats : les travaux manuels les plus simples confiés aux détenus ne se retrouvent pas extra-muros et souvent les sortants de prison dissimulent cette période dans leur CV pour ne pas se faire refouler par les employeurs. C’est là qu’est relatée la mise en place du centre d’appels (12 emplois) à la prison de Rennes, solution d’avenir selon l’administration pénitentiaire parce que ces emplois sont adaptés au marché du travail. Les réactions syndicales – condamnation morale et dénonciation de la concurrence de cette délocalisation sur place – sont mises en correspondance avec d’autres réactions semblables relevées par les historiens Nicole Castan et André Zysberg. La question de l’adéquation de ce qui est fait en prison pour la réinsertion des détenus est également vue au travers de la formation professionnelle, selon l’auteur : « malheureusement, ce levier est sous-exploité en prison » (p. 133) et, là encore, c’est un « jeu de dupes » parce que la formation serait davantage utilisée comme un outil éducatif et moral que de formation professionnelle pensé en relation avec ce qui est mis en place au niveau du travail.

6Dans la quatrième et dernière partie, plus courte, Gonzague Rambaud s’applique à présenter un processus et un fait : « la privatisation des prisons : GDF-SUEZ et SODEXO se partagent un marché juteux » (p. 140). La réforme de 1987 confiant à des entreprises privées les fonctions dites non régaliennes (restauration, maintenance, travail, formation, nettoyage) est présentée. Puis l’auteur fournit des chiffres à l’appui du « juteux » de son titre : par exemple, 75% du chiffre d’affaires (soit 66,5 millions d’euros en 2007) de Gepsa, filiale de GDF-Suez, provient directement du budget de l’Etat. « Hormis sur la communication, les prisons privatisées ne font pas mieux que les prisons publiques » (p. 143) selon l’auteur qui montre ensuite que les quelques critères quantitatifs – taux d’emploi minimums – ne sont pas toujours atteints et sont insuffisants pour mesurer la qualité de l’emploi. Surtout G. Rambaud signale à raison que les bénéfices de ces entreprises ne sont pas du tout dégagés du travail des détenus mais bien davantage des autres fonctions déléguées et que l’objectif des multinationales est surtout d’étendre leur présence en France et à l’étranger ainsi que leur « ancrage dans les centres de rétention administrative » (p. 151). La nouvelle génération de prisons privées – pas seulement gérées par le secteur privé mais construites et gérées par la même entreprise qui louera ensuite l’établissement à l’Etat pour 27 ans – construites dans le cadre des PPP (Partenariats Public-Privé) est enfin présentée à travers l’ouverture des prisons Bouygues et Eiffage.

7Les informations contenues dans le livre et son écriture appellent plusieurs commentaires. D’emblée, le ton est à la dénonciation de la condition juridique et salariale des travailleurs détenus : « les prisons françaises offrent des conditions de travail similaires à la Chine ou à la Roumanie » (p. 7). Il nous semble que l’auteur réduit les phénomènes de délocalisation de la production industrielle à la seule question (cruciale mais insuffisante) des coûts comparés de main d’œuvre. Les acteurs qu’il a interrogés – détenus, personnels politiques – ont recours à la comparaison imagée avec les travailleurs chinois ou roumains, ce faisant ils dénoncent la surexploitation qu’ils jugent injustes à partir de leurs propres représentations des conditions de ces travailleurs. Mais l’auteur n’informe jamais le lecteur sur la situation objective des ouvriers chinois ou roumains. Pourtant G. Rambaud relève bien que la concurrence n’a pas lieu entre les quelques milliers de détenus français et les centaines de millions de travailleurs chinois, mais plutôt entre les travailleurs détenus et les travailleurs handicapés en France par exemple. Continuant dans le registre de la quête du scoop en dénonçant telle ou telle entreprise qui a ou aurait fait fabriquer une portion de sa production dans un atelier pénitentiaire, l’auteur ne parvient pas à remonter les chaînes de production et au final la preuve n’est pas faite : la seule conviction d’un sénateur ne suffit pas à dire le vrai. Or il est vrai que certaines entreprises savent et d’autres pas, parce que parfois la petite entreprise concessionnaire qui utilise dix détenus pour mettre en boîte un produit marqué intervient en cinq, six ou septième position dans la chaîne de sous-traitance sans que la grande enseigne du luxe n’ait la moindre connaissance de l’existence du concessionnaire et encore moins des détenus. Une des caractéristiques du marché mondial réside dans l’anonymat de la circulation des marchandises et de l’absence de « traçabilité » dans la fabrication des produits : acheter un pull étiqueté « fabriqué en France » porte à penser que le vêtement a été produit dans des conditions qui respectent a priori le droit du travail français, mais rien ne dit qu’un-e enfant ne l’a pas en partie fabriqué dans une phase antérieure à la pose de l’étiquette. À plusieurs reprises, certaines informations ne semblent pas suffisamment recoupées ni suffisamment mises à distance : nombre des interviewés, syndiqués, militants, ne parlent pas de n’importe où ; or le point de vue des enquêtés n’est jamais mis en perspective par l’auteur.

8Globalement, Gonzague Rambaud se place dans une critique contemporaine de la surexploitation des détenus sans pour autant la resituer suffisamment dans les logiques plus globales. La prison est ainsi dénoncée comme une zone de « non-droit », or c’est précisément l’édiction de règles de droit relativement précises qui organisent juridiquement l’exploitation de cette force de travail. L’auteur est manifestement choqué par maints aspects du phénomène qu’il étudie. Son adhésion à la mission de « réinsertion » que devrait servir le travail et la formation (et qu’il juge en l’état mal faite) est le pendant de sa critique de la surexploitation et constitue l’autre face d’une même pièce : c’est la version contemporaine du mythe humaniste de la bonne peine (Faugeron, Le Boulaire, 1992). Pourtant l’auteur aperçoit que les logiques premières du travail et de la formation sont changées par la prison du fait de la prééminence de l’ordre sécuritaire.

9Ces critiques formulées, il n’en reste pas moins que la lecture de ce livre est instructive et qu’elle est servie par un travail d’enquête relativement dense. L’écriture est vive et engagée, et le livre soulève une question sociale méconnue, ce qui était nécessaire quarante ans après le livre de Martineau et Carasso. La dernière partie, la plus brève, est sans nul doute la plus intéressante et bien documentée. À travers le travail des détenus, la question de la privatisation des prisons et ses récentes évolutions lève une question plus générale sur le devenir du système pénitentiaire en France et la recomposition de l’action publique et du capitalisme contemporain, puisque les partenariats public-privé concernent également des collèges, des lycées, des hôpitaux et que les entreprises partenaires qui les construisent, les gèrent et qui rançonneront l’Etat pendant de longues années sont souvent les mêmes.

Haut de page

Bibliographie

Faugeron C., Le Boulaire J-M., 1992, « Prisons, peines de prison et ordre public », Revue française de sociologie, 33 (1), 3-32.

Lhuillier D., Bellenchombre P., Canino R., Frize N., 2009, Le Travail incarcéré, Paris, Syllepse.

Martineau C., Carasso J-P., 1972, Le Travail dans les prisons, Paris, Champ Libre.

Haut de page

Notes

1  Un livre collectif a été publié récemment (Lhuillier et alii, 2009). Il est composé de contributions de deux psychologues (dont un est praticien en milieu pénitentiaire), d’une mise en perspective historique et juridique par un ancien détenu et doctorant en psychologie et d’un retour sur expérience d’un « donneur de travail ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Guilbaud, « Gonzague Rambaud (avec N. Rohmer), Le Travail en prison. Enquête sur le business carcéral. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 18 novembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8197

Haut de page

Auteur

Fabrice Guilbaud

Maître de conférences à l'université de Picardie Jules Verne, chercheur au CRESPPA (UMR 7217).

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org