Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Lascoumes, Une démocratie corruptible. Arrangements, favoritisme et conflits d’intérêts.

Paris, Seuil, 2011, 100 p.
Mélanie Péclat

Texte intégral

1Cet ouvrage, écrit d’une seule main, reprend les résultats d’une enquête collective du CEVIPOF, dirigée par le même auteur (Lascoumes, 2010), sur les perceptions des normes et valeurs véhiculées par les citoyens dans leurs jugements sur le politique. C’est l’une des rares enquêtes françaises à traiter de la question de la corruption des élites politiques, la seule d’une telle ampleur. L’originalité de cette enquête est liée à sa méthodologie qui croise différentes méthodes, aussi bien quantitatives que qualitatives : trois études monographiques dans des villes de taille moyenne, un questionnaire en face à face mené auprès de 2012 personnes et 12 focus groups aux populations contrastées ont été réalisés sur quatreans. Ce « croisement méthodologique » utilisé par l’équipe de chercheurs dirigée par Pierre Lascoumes est déjà, en soi, une méthode, appelée mixed methodology et qui met à l’épreuve, les uns avec les autres, les matériaux recueillis lors des différentes séquences de l’enquête.

2Pierre Lascoumes offre ici un nouvel ouvrage plus succinct mais aussi plus dense sur l’ambivalence des jugements des citoyens français à l’égard des atteintes à la probité dont se rendent responsables certains de leurs élus politiques. Cette ambivalence est double. Elle se situe d’abord dans l’opposition entre le « devoir-être politique » et la demande d’efficacité que formule le citoyen à l’encontre de ses représentants et, dans un second temps, dans le conflit entre intérêt général et intérêt particulier.

3L’atteinte à la probité est définie par Pierre Lascoumes, reprenant Durkheim, comme « un phénomène sociologiquement normal », un acte de « transgression prévisible et ordinaire ». Si comme la déviance ordinaire, celle des élus est « sociologiquement normale », il est alors tout à fait légitime de se demander pourquoi la société tolère la seconde alors qu’elle condamne fortement la première. Il y a, en effet, en France, une certaine tolérance face aux atteintes à la probité commises par les élus. Quelles en sont les origines ? Quelles représentations du politique et du rôle des hommes politiques cette tolérance induit-elle ?

4L’auteur en appelle aux travaux d’Arnold Heidenheimer (2010) et plus précisément à sanotion de « corruption grise» qui va lui permettre de délimiter ce qu’il appelle la « zone grise » dans le jugement sur les atteintes à la probité. Cette zone recouvre des situations où les jugements émis ne font consensus ni dans la réprobation ni dans la tolérance.

5Si dans la définition du « devoir-être politique », le niveau de réprobation des atteintes à la probité reste assez élevé, les critères moraux mobilisés dans leur jugement changent quand les citoyens ont affaire à un cas particulier. Comment expliquer ce changement ? Afin de mieux comprendre ce « paradoxe citoyen », l’auteur cherche à interroger les relations des citoyens avec le politique dans l’objectif de déterminer le rôle de l’élu attendu par le citoyen. Et les résultats sont surprenants. Pierre Lascoumes souligne, en effet, la priorité de l’efficacité politique et du lien de proximité entre les élus et les citoyens sur le respect de la loi et de la morale. Le choix de l’élu se fonde sur un raisonnement pragmatique ; le citoyen votant pour celui qui représentera au mieux son intérêt et celui des groupes auquel il appartient.

6Le jeu électoraliste semble justifier une mise entre parenthèse de l’intérêt général, au profit d’un certain favoritisme, induisant de fait une inégalité entre les citoyens. Mais cette mise entre parenthèse n’est acceptable que si elle se fait au bénéfice du citoyen. Les manquements au droit et à la déontologie ne sont pas un obstacle à la réélection d’un politique, s’il sait répondre efficacement aux attentes des citoyens.

7On demande alors à l’élu de savoir composer avec les règles, qu’elles soient juridiques ou morales. C’est, semble-t-il, une des conditions nécessaires du jeu politique, système obéissant en même temps à des règles inhérentes et spécifiques et à des normes imposées de manière transcendante par le citoyen-électeur. Or, ces règles transcendantes étant plutôt fondées sur un pragmatisme politique que sur une déontologie politique, le citoyen s’inscrit tout autant dans la relation de corruption que l’élu corrompu et que le « demandeur corrupteur ». Non seulement parce qu’il « laisse faire », en fournissant toutes sortes de justifications aux atteintes à la probité, mais aussi parce qu’il est toujours déjà un corrupteur potentiel. Être au service du citoyen, telle est la mission du politique élu. Si cette mission doit passer par quelques services qui pourraient s’apparenter à du favoritisme ou à de la corruption,  alors le politique doit savoir et pouvoir le faire.

8Comment les politiques composent-ils avec l’ambivalence des jugements citoyens sur les atteintes à la probité ? Que pensent-ils de la corruption, du clientélisme et autres formes de favoritisme ? La question est certes posée par l’auteur, mais nous pouvons regretter qu’il n’y réponde que trop succinctement. Il parvient tout de même à montrer que, si les atteintes à la probité sont définies en droit, et possèdent, donc, pour les élus comme pour les citoyens, la même signification juridique, leur cadre applicatif est cependant plus large pour les premiers que pour les seconds. Les politiques ont une définition plus restreinte de ce qu’ils n’ont pas le droit de faire. Les règles de « l’être politique », qui devraient être imposées de manière transcendante par les citoyens-électeurs, n’ont qu’un impact très faible sur le jeu politique qui détermine lui-même ses propres règles. Ainsi, la zone grise de la démocratie, cette zone « où prospèrent des comportements jouant aux marges du civisme et de la légalité » (p. 97) conduit à un affaiblissement de la tolérance des citoyens-électeurs face aux atteintes à la probité, et à leur éloignement d’un monde politique qu’ils jugent fondamentalement corrupteur et corrompu.En ne sanctionnant pas toujours la transgression des règles, les « citoyens-électeurs » ont ouvert la voie à une redéfinition du politique par les hommes politiques eux-mêmes, dont ils se défient aujourd’hui.

9Il est nécessaire de répondre à cette défiance en réinstaurant la confiance des citoyens dans les institutions qui le représentent. Cette restauration de la confiance citoyenne doit passer par des  mesures qui participent de la moralisation du politique et par un meilleur encadrement juridique des actions des responsables politiques. Certaines de ces mesures sont énoncées par Pierre Lascoumes en conclusion de son ouvrage : déclaration d’intérêts et de ressources, interdiction du cumul des mandats ou encore encadrement du lobbying, etc. Encore faudrait-il que chacun participe de cette moralisation : de l’élu aux citoyens qu’il représente. Reste à savoir si le sociologue doit ou non intervenir activement dans cette réforme du politique et comment. En ouvrant sa réflexion sur des solutions pragmatiques, Pierre Lascoumes apporte un commencement de réponse original, certes timide, mais concret.

Haut de page

Bibliographie

Lascoumes P., dir., 2010, Favoritisme et Corruption à la française. Petits arrangements avec la probité, Paris, Presses de Sciences Po.

Heidenheimer A., 1970, Political Corruption. Readings in Comparative Analysis, New Brunswick, Transaction Publishers, 1970.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Péclat, « Pierre Lascoumes, Une démocratie corruptible. Arrangements, favoritisme et conflits d’intérêts. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 19 novembre 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8201

Haut de page

Auteur

Mélanie Péclat

Doctorante au CESDIP (UMR 8183).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org