Navigation – Plan du site
Confrontations

Un regard ethnologique amateur sur l’art français de policer l’ordre des banlieues

À propos de Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil, 2011, 397 p.
Frédéric Ocqueteau

Résumé

Rendant compte d’une enquête ethnographique dédiée aux modalités d’exercice de l’ordre dans les banlieues périphériques françaises, l’article conteste tant la démonstration que les conclusions de l’auteur. Il soutient d’une part que les prérequis de son indigénisation au sein d’une brigade anti-criminalité sont totalement opaques et démarrés sur une hypothèse aventureuse. Il montre, d’autre part, au prix de quel coup de force lié à une simple métonymie, seraient déduites des modalités discriminatoires et racistes largement répandues dans la pratique du maintien de l’ordre. Il conclut que l’enquête, basée sur une « économie morale revisitée » mal articulée et peu étayée, relève plutôt d’un essayisme qui ne répond pas aux bonnes questions pourtant soulevées au fil des pages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Créées dans les années septante sous diverses formes, elles ont été unifiées et réactivées par le (...)

1L’ethnologue Didier Fassin a passé de longues heures en maraude avec une Brigade Anti-Criminalité (BAC) dans le nord-ouest de l’Île-de-France et au sein du commissariat dont elle dépend, sans sortir du véhicule, ni autorisation d’intervenir dans les situations rencontrées. Il publie le fruit de son expérience délicate de complice duplice, dans une étude en sept chapitres (Situation, Ordinaire, Interactions, Violences, Discriminations, Politique, Morale, Démocratie) résumés à la manière d’une odyssée (p. 395-397). Le manque de précisions sur sa monographie, dont le lecteur comprend que, révélées, elles pourraient nuire aux patrouilleurs, semble compensée par une écriture rigoureuse et superbement maîtrisée, tant dans sa forme que dans les astuces inhabituelles de sa composition. Résultant, dit-il, du hasard des circonstances et des autorisations données par le ministère de l’Intérieur, sans s’expliquer plus avant à ce sujet, son immersion s’est située avant les émeutes de l’automne 2005 et au lendemain de l’élection présidentielle de 2007. L’auteur regrette de n’avoir jamais pu la poursuivre avec d’autres BAC, ce qui ne semble pas trop l’avoir entravé pour monter ses conclusions en généralité. Il se justifie en effet de ce manque, par la conviction qu’une bonne maîtrise de la littérature spécialisée avec laquelle il engage la discussion au fil d’une quarantaine de pages de notes placées en annexe, le comblera avantageusement. D’après lui, une seule BAC1 suffirait, par un effet de métonymie, à rendre compte du fonctionnement de l’immense système anthropologique policier où elle prendrait place, appareil au sein duquel la figure du patrouilleur incarnerait en quelque sorte la quintessence, plutôt que la figure de l’enquêteur ou la figure de l’espion. Et en remontant le fil à partir de cet arrière-fond, pourrait être redessinée une anthropologie de l’État en action sur le territoire des banlieues périphériques. Nous n’en sommes hélas guère convaincu.

Une thèse biaisée par un très curieux protocole d’enquête

  • 2  Serait-ce pour se démarquer des plaidoyers pro domo (Felkay, 2003), de journaux autoréflexifs (Pic (...)

2Le lecteur ne parvient pas à trouver son compte dans ce livre, à cause des graves imprécisions sur le contexte réel de l’enquête menée. Et c’est un sentiment étrange qui l’assaille de se voir invité à ne devoir succomber ni à l’ethnocentrisme, ni à l’exotisme. Certes, mais à la différence de la plupart des nouveaux entrants confrontés aux terrains policiers, aucun signe tangible n’est réellement donné par l’auteur pour nous faire pénétrer avec lui dans un univers matériel censé nous faire toucher du doigt un univers mental. Les chercheurs qui se confrontent pour la première fois aux terrains policiers, a fortiori les ethnologues, s’expliquent en général assez longuement sur les rituels d’intégration. Ils s’efforcent de montrer qu’ils ont bien lu et intégré les indigènes ou les hybrides2 ; ils expliquent le statut du travail des différents agents dans l’organisation concrète du commissariat et les caractéristiques « socio-démo » des agents avec lesquels on les a autorisés à tourner ; ils montrent les épreuves des comptes rendus d’étape de leurs observations aux commanditaires. Bref, ils révèlent habituellement force détails relatifs au cadre matériel de leur enquête, seraient-ils soigneusement anonymisés, et s’expliquent en principe abondamment sur le statut des anecdotes illustratives pour fonder leurs propos. Dans cet ouvrage, elles constituent environ 15 à 20% de la masse volumétrique, et servent apparemment de paradigmes démonstratifs, mais le lecteur n’en est pas du tout assuré.

  • 3  Est-il besoin de rappeler à ce sujet l’inégalé témoignage de Favret-Saada et Contreras (1993), et (...)

3On l’aura compris, ces détails situationnels étant totalement absents, tout se passe comme si ces indispensables questions du cadrage (qui auraient au moins pu figurer en annexe), n’étaient qu’un simple détail éditorial. Il en résulte qu’à chaque page, des doutes récurrents assaillent le lecteur sur les conditions réelles du vécu au terrain, au vu des multiples contradictions factuelles que l’on décèle au sujet des observations mobilisées. Elles paraissent puisées dans un mélange d’observations directes, de choses rapportées par des témoins indirects mal identifiés, de coupures de presse syndicale, de confidences de hiérarques sans prise sur le terrain, etc. Sauf à ce que l’auteur ne se décide à publier ultérieurement son journal de bord, démarche assez fréquente parmi les ethnologues ; les lecteurs disposeront alors d’un travail passionnant, très pédagogique et surtout propre à lever toute équivoque3.

  • 4  On pourrait y ajouter qu’en situation de stress, circonstances atténuantes, elles fonctionnent au (...)

4Tout au long de cet ouvrage, la gêne liée à la singularité des agissements de la BAC enquêtée et des imprécisions au sujet des diverses arènes où ses agents sévissent, est endormie par la narration d’attitudes et de situations rencontrées chez les agents alternativement pris dans des activités de police judiciaire (de répression), et des activités de police administrative (de prévention), ce distinguo élémentaire étant laissé à l’appréciation du lecteur, même non juriste. Or, ne sachant pas s’il a affaire aux mêmes équipages, à l’existence de conflits d’organisation (observations de nuit, de jour, enjeu des rotations et des quarts, nature de la répartition des quartiers de chasse, etc.), ces imprécisions semblent de peu de poids, puisque la « thèse » qui demande à rester imprimée dans la conscience du lecteur est bel et bien la suivante : les Brigades Anti-Criminalité seraient aujourd’hui largement tolérées par l’appareil policier comme des unités racistes, violentes et discriminatoires4. Ajoutons que pour l’auteur, les patrouilleurs de ces unités auraient surtout réussi à retourner l’opinion en leur faveur, en se faisant passer (et souvent reconnaître auprès des autorités politiques et de la plupart des médias), comme les victimes d’ennemis intérieurs qu’elles auraient pour vocation de combattre par tous les moyens grâce, non seulement aux gilets pare-balles et aux fusils à pompe, mais surtout grâce à l’usage de l’arme légale de l’outrage et de la rébellion.

5Dans les quartiers de la relégation sociale, une guerre sans merci serait désormais livrée à de nouvelles classes dangereuses pour y assurer la perpétuation d’un ordre inique, néo-colonial ajouterait Mathieu Rigouste (2009), confinant les pauvres et les exclus ethniquement ségrégués dans une situation destinée à ne point pouvoir leur laisser d’occasions de se départir de l’assignation de leurs places. Les multiples maux sociaux dont les pauvres et exclus des quartiers souffriraient, idéologiquement et politiquement transformés en éruptions de délinquances sporadiques ou organisées, censées provoquer l’insécurité parmi les leurs, exigeraient des solutions énergiques de l’État par la mobilisation de techniques policières de contention, violentes, si nécessaire.

  • 5  Sebastian Roché, au milieu des années nonante, avait explicitement posé la question du choix d’une (...)

6On le voit, la peinture des scènes d’interactions contextuelles où prend place cette enquête n’est pas vraiment nouvelle5. Où serait alors la nouveauté de cette étude ethnographique ? Nous la voyons dans le caractère intrépide de la dissection patiente du fonctionnement paramilitaire de l’une de ces brigades. La BAC étudiée par D. Fassin serait peuplée d’authentiques fascistes, assumant leur sadisme à l’encontre d’adolescents et jeunes adultes à humilier en toutes occasions, pour le simple plaisir de leur pourrir la vie. Comment et pourquoi le harcèlement par ces patrouilleurs, lié à des interpellations abusives au faciès, des contrôles d’identité et des fouilles à corps gratuits dans les quartiers, est-il devenu une technique de travail aussi habituelle, alors qu’aucune menace réelle ne pointe à l’horizon, tient à préciser l’auteur ? Son explication ultime tient en ceci : il existerait un continuum objectif entre le racisme idéologique personnel des membres de la BAC, et le contexte de son travail les incitant à ne même pas le taire, ni le cacher. Le boulot demandé à ces policiers qui, la plupart du temps s’ennuieraient à périr, vu qu’il ne se passerait rien durant leurs longues heures de maraude, exigerait avant tout de s’y sentir à l’aise (car nul n’est obligé d’y rester longtemps contre son gré) pour être le plus efficace possible. Le travail demandé prédisposerait ainsi les volontaires à agir pro-activement sur des cibles faciles, sachant leur rentabilité « à la bâtonnite » (faire du chiffre) appréciée par les autorités. Or, d’après l’auteur, cette situation n’aurait strictement plus rien à voir avec la lutte réactive contre la criminalité par le plaisir du « saute dessus » d’auteurs à intercepter en flagrant délit. Ce qui était leur vocation première quand ces unités furent réorientées par Pasqua en 1993. De multiples illustrations burlesques sont données de cette composante de l’action, quand les agents BAC sont amenés à intervenir sur appels de leurs collègues ou signalements d’incidents par les citoyens. Le plus souvent, les « résultats » sont à peu près nuls – conformément à ce que tous les sociologues répètent depuis des décennies –, au point que la dramaturgie des actions constituent le plus souvent des phénomènes d’auto-intoxication dangereux, l’interpellation d’un auteur en « flagrant délit » contre un crime en train de se commettre n’étant décidément pas très souvent au rendez-vous.

  • 6  Nous soulignons.

7Que resterait-il alors de leur vocation ? L’auteur entend rendre plus palpable et compréhensible les raisons pour lesquelles la police en vient à être ce qu’elle est (p. 28), son existence précédant apparemment son essence6, une hypothèse qui était à vérifier. Deux cents pages plus loin, il conclut par cet étrange argument d’autorité qui a fini par emporter la plume de l’auteur : « dans la BAC au sein de laquelle j’ai mené mon étude, les discours racistes allaient de pair avec les pratiques discriminatoires » (p. 255). Et voilà comment, de ce qui était à peine une hypothèse de départ, l’ethnologue en est arrivé à une certitude. Pour notre part, nous pensons qu’il était déjà a priori convaincu par le fait que l’unité de police qu’on lui avait permis d’étudier était ouvertement raciste et discriminatoire. Et cette conviction ne fit que se renforcer jusqu’au terme de l’observation ethnographique. Autrement dit, persistant dans son essence, cette BAC est demeurée telle qu’en elle-même durant tout le temps de l’observation. Car, on a beau relire l’ouvrage, rien dans l’enquête ne donne à voir, ni à comprendre comment se serait opérée cette prétendue transmutation, sauf à l’imaginer relever d’un simple a priori culturaliste.

Éléments de discussion

8Pourquoi vaut-il alors la peine de discuter de cette enquête, dont des éléments factuels sont certainement vraisemblables et vérifiables à défaut de fonder une vraie thèse ? C’est parce que les arguments théoriques déployés pour donner le change à une observation ethnographique très impressionniste et défaillante nous semblent eux-mêmes trop fragiles, ce que nous allons vérifier plus loin. Or, il faut sacrifier à cet exercice de discussion, parce que le risque provoqué par la lecture de ce genre d’ouvrage reste trop prévisible, qui ne prêchant paradoxalement qu’à des convertis, ne fera que renforcer les politiques dans leurs convictions d’avoir eu raison de fermer la porte aux sciences humaines. Les uns seront confortés dans l’idée que le travail protecteur des BAC est bien l’un des arts les plus difficiles, courageux et dangereux qui soient ; les autres, fatalistes ou révoltés, dans l’idée que les discriminations coupables des BAC s’abattront toujours sur les mêmes populations stigmatisées. Pour ceux des indécis qui ne seraient satisfaits par aucun des deux préjugés, il restera de leur lecture ce douloureux cri d’indignation par lequel on voudra bien s’identifier à la culpabilité légitime d’un père se sentant tenu de témoigner de l’intolérable à l’égard du sort de son fils et de ses copains (p. 58). Saluons à ce propos l’honnêteté de la démarche de l’auteur qui concède avoir failli s’habituer, à force d’observer neutralité et silence et à noircir ses carnets, à l’inacceptable de situations par trop répétitives (p. 20). Pour autant, il serait dommage d’en rester là, ce livre méritant mieux.

  • 7  En permanence confondues sous sa plume avec les autres unités de sécurité publique, patrouilleurs (...)

9Au plan théorique, l’auteur renvoie dos à dos les tenants d’une vision de « la » police comme contribuant à la reproduction d’un ordre social transformé en ordre racialisé, indépendamment de ses méthodes, et les tenants d’une vision de « la » police comme appareil insulaire définissant largement ses propres priorités d’action. Il entend se situer à bonne distance des deux vulgates dominantes, la néomarxiste et la weberienne, en cherchant à démontrer que « les BAC »7 choisiraient, dans leurs priorités d’action, ce qu’elles estimeraient conformes aux valeurs propres de leurs agents. Elles auraient ainsi tendance à puiser dans le répertoire des innombrables discours d’hommes politiques populistes et de leurs relais internes, des messages légitimant le bien-fondé de politiques discriminatoires à l’égard des populations-cibles qui les arrangent, pour justifier le choix géographique de leurs maraudes : essentiellement, comme par hasard, des jeunes mâles d’origine maghrébine et subsaharienne dans les cités difficiles.

  • 8  Cette approche est évacuée dans l’ouvrage en une note lapidaire (note 5, p. 378). Le lecteur bienv (...)

10Sont par ailleurs renvoyés dos à dos les tenants de l’école de l’habitus de Pierre Bourdieu (les déterminations mécanistes de l’action expliquées par les structures de domination incorporées à leur insu, dans le geste reproducteur des agents concernés) et l’école des conditions de la dénonciation (voire de la mise à jour des mécanismes d’alerte et d’enclenchements de scandales) de Luc Boltanski, qui aurait le tort de trop peu intégrer les dimensions émotionnelles au principe des changements liés au dévoilement de faits sociaux insupportables. L’anthropologie pratiquée par Fassin serait celle des « économies morales »8. Autant que l’on puisse se familiariser avec cette nouvelle anthropologie dont les pistes pourraient s’avérer fécondes, on ne parvient néanmoins pas à comprendre comment elle s’articule concrètement au présent ouvrage. On comprend surtout en revanche que l’enjeu est d’exposer une vérité blessante (en exergue de l’ouvrage) censée laisser sans voix celles et ceux qui auraient de bonnes raisons de préférer ne pas entendre ou ne pas vouloir voir la vérité en face. Mais, cette vérité, encore faudrait-il la prouver plutôt que de l’asséner.

11Au plan de la démonstration, de nombreux passages laissent en effet le lecteur sur sa faim. Prenons-en trois exemples.

12Fassin entend prouver l’autodétermination des BAC racistes et discriminantes par une différence de perceptions et d’actions à l’égard de deux populations systématiquement interpellées dans des cités d’habitat social ou dans des camps. Or, s’agissant des seconds, les Manouches, il semblerait que leurs modus operandi ne concordent pas avec les autres gibiers habituels, car si ces « parasites » sont tout autant méprisés, au moins sont-ils crédités du mérite de respecter l’autorité policière, tels ces « beaux mecs » de la pègre quand ils se font alpaguer, ou de n’avoir pas froid aux yeux durant leurs fuites au volant, provoquant un certain sentiment d’admiration. Que faire alors de ce type de contradictions avec la théorie, sinon en renvoyer le sens au poids d’une histoire différenciée de la régulation des populations, produisant des pratiques policières différentes au sein des mêmes unités ? Apparemment, ce n’est jamais le souci de l’auteur.

  • 9  Par exemple, comme d’aucuns l’ont montré, une apparence vestimentaire plutôt qu’une couleur de pea (...)

13Par ailleurs, l’auteur ne se gêne nullement pour dénoncer la trop grande prudence des analystes (avec lesquels il avoue n’avoir du reste jamais cherché le moindre dialogue, p. 10), singulièrement, dans leurs propres observations quantitatives du profilage racial (ou chasse au faciès). Pas la moindre concession n’est consentie à leur frilosité, laquelle élémentaire prudence s’explique, à tort ou à raison, par l’absence de statistiques ethniques indiscutables à leur disposition en France. En renvoyant ses pairs à l’usage de variables proxy à imaginer pour se tirer de ce problème9, Fassin préfère pour sa part se ranger à l’opinion dominante des Français moyens qui ne croient à juste titre qu’à ce qui leur crèverait les yeux ! Quand des agents de la BAC, chassant toujours le même gibier avec l’espoir qu’il en sortira une bonne prise dans tel ou tel quartier réputé plus criminogène qu’un autre, échouent à la trouver en dépit des dommages collatéraux provoqués par leurs comportements de « cow-boys », ils auraient tendance à renvoyer le « bâtard » à la responsabilité coupable de son groupe d’appartenance ethnique et à ses amis. Or, cette logique de système, consonante avec la théorie de l’auteur, provoque son indignation quand ce dommage collatéral s’abat sur le petit bourgeois blanc fondu parmi ses membres. Montrant une logique d’action différentielle de la BAC entre un gibier habituel et un gibier inhabituel, il ne comprend pas ce que les historiens ont montré depuis longtemps, à savoir que les discriminations entre différentes sous-populations sont, d’abord et avant tout, liées à un effet induit de l’organisation et de division du travail policier. Il gît là un banal invariant d’organisation, la nature administrative ayant horreur du vide. Il suffira pour s’en convaincre de se référer à la réalité du travail des fameuses Brigades du Tigre créées durant le passage de Clemenceau au ministère de l'Intérieur et à la présidence du Conseil en 1907. L'historien Laurent López a lumineusement montré que le quotidien de leurs enquêtes était bien moins palpitant que les mémoires laissés par certains des policiers mobiles ne l’ont laissé croire. En effet, officiellement créées pour lutter contre la grande criminalité, elles eurent le plus souvent à se rabattre au quotidien sur le contrôle administratif des nomades et leur fichage en masse, pour justifier de leur existence et prétendue utilité (López, 2005, 2007, 2008).

14Le mépris des « petits-bourgeois » blancs aujourd’hui sous-contrôlés qui résulterait de l’action des BAC se démarque en général de celui des « bâtards » sur-contrôlés, la nature des ratés à ce sujet étant largement imputable à une imprécision du mandat à l’occasion du chèque en gris donné par l’administration au sujet du profilage (judiciaire ou administratif) des populations contrôlées. Ce qui ne constitue en rien, à nos yeux, une fatalité de l’action administrative. Quoiqu’il en soit, une analyse un tant soit peu historicisée de la circularité de ces comportements en double spirale de ségrégations réciproques, maintes fois décrite, demanderait à être d’abord référée à un état socio-psychologique de peur et d’anxiété dénié des deux côtés. Jamais cette dimension élémentaire n’a été perçue, ni même ressentie par l’auteur au cours de ses maraudes.

  • 10  Pour une tentative inaudible d’arrêter cette dialectique des camps retranchés, Ocqueteau (2008).

15Alors que l’ethnologue hésite à répondre à la question d’Howard Becker, « de quel côté sommes-nous » (p. 55), son verdict final est pourtant sans appel. Il est celui qui doit engendrer le plus fort sentiment d’indignation morale chez un lecteur tenu de prendre fait et cause pour les victimes des dégâts collatéraux provoqués par la brutalité gratuite des BAC. La force de l’ordre faisant loi, l’orthodoxie théorique de la sociologie mobilisée et assénée stoppe à vrai dire toute réflexion10, alors que l’on se serait attendu à ce que l’auteur poursuive son exploration de l’autre côté de la rampe, sur la piste de la palette ou du nuancier d’une sociologie des épreuves de virilité pourtant largement documentée. En effet, toute une tradition des sciences humaines prometteuse se trouve totalement ignorée. Faut-il rappeler les travaux de Lepoutre (1997), Esterle-Hedibel (1997), Sauvadet (2006), Marlière (2008), Mohammed (2011), Roché (2006), Boucher (2010), autant de travaux qui, sans doute pas pour disculper en quoi que ce soit les patrouilleurs des BAC d’entrer dans le jeu des rituels guerriers, ont plutôt tendance à montrer des logiques de perpétuation de cycles de provocations, de prises de risque ou de vengeances frontales ou différées dans la mécanique de virilisation des apprentissages des normes régissant chacun des deux mondes ? Pour élargir ce champ des possibles, l’auteur aurait au moins pu faire un meilleur usage de la notion d’arène dans la circonscription où il a enquêté, dont un chercheur, reprenant maladroitement la rhétorique dite de la zone de non droit, avait pourtant bien identifié le mécanisme simultané de la violence policière et de sa retenue (Jobard, 2005). Un autre insiste, à propos de configurations identiques, sur les ressorts intimes de l’ambivalence constitutive de l’identité professionnelle des agents BAC liée à un mandat mal défini, ce qui les amènerait à mélanger, tour à tour, leur rôle de traqueurs et de victimes (Boucher, 2012).

  • 11  Nous faisons allusion à un roman récent dont on observe d’intéressantes parentés d’approches cultu (...)

16De telles nuances sont, à nos yeux, capitales mais ne semblent pas être le souci de l’auteur. Seul lui importe de dénoncer la passivité des pouvoirs publics, sinon celle des sociologues dubitatifs, et apparemment de connivence. Quand, par exemple, des politiques tentent en interne d’enrayer la pente de dérapages en organisant la mise en place d’équipages de policiers métissés en vue de faire mentir cet art français de la guerre11 entre « baqueux » et « bâtards », comme ils s’entre-désignent eux-mêmes par effet d’antonomase, l’expérience en est balayée d’un revers de manche comme étant une solution idéaliste ou bien trop optimiste (cf. p. 352, note 13). Pourtant, il y aurait beaucoup à dire à ce sujet, s’agissant des apports et limites de telles expériences particulièrement documentées dans le contexte britannique. Mais il est apparemment un fait que seul le cop américain mérite d’être comparé (empiriquement et théoriquement) au flic français, bien que les justificatifs de cette comparaison ne soient jamais explicités. Tout se passe comme s’il semblait parfaitement vain de s’attarder aux remèdes politiques et organisationnels sans cesse tentés pour enrayer le trend dominant décrit par rapport à des contextes urbains évolutifs, l’objectif n’étant visiblement jamais pour l’auteur de les imaginer, à défaut d’en vérifier les moindres impacts.

17Un seul d’entre ces remèdes est néanmoins analysé en profondeur, plus théoriquement semble-t-il qu’empiriquement. Ainsi, D. Fassin reconnaît-il à certains agents de la BAC,issus des mêmes quartiers de chasse où ils ont grandi, une relative immunisation contre la peur, et par suite, la possibilité d’un légalisme plus respectueux que celui de la majorité de leurs collègues plongés dans un univers hostile. Dans la mesure où l’on ignore s’il les a vraiment rencontrés, ces oiseaux rares immunisés, s’il les a vus à l’œuvre, et si tel est le cas, dans quelle position d’autorité ou d’encadrement ils se trouvaient – un détail majeur –, les bonnes questions des impacts éventuels de leur présence ne sont jamais posées. N’existerait-il pas là, parmi ces agents, au moins un levier intéressant à creuser et à exploiter, levier capable d’enrayer la pente détestable où l’auteur les condamne quasiment tous, celle de la discrimination et du racisme ? Corrélativement, une autre bonne question n’est pas posée, à la suite d’une remarque pourtant tout à fait intéressante de l’auteur. Il observe que les agents de sa BAC, aussi racistes soient-ils, seraient néanmoins immunisés par le thème de l’islamisme radical en banlieue, qui n’entrerait pas dans les catégories de leur entendement professionnel, sans doute parce que l’influence de leurs zélateurs n’entrerait pas dans la maîtrise de leur périmètre d’action identitaire.

18Or, jamais il n’imagine les nombreuses connexions organisationnelles existant pourtant empiriquement entre agents de la sécurité publique et agents infiltrés de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) ou des SDIG (services départementaux d’information générale) dans les quartiers analysés. De même, n’imagine-t-il à peu près jamais l’importance du travail souterrain qui s’opère en police judiciaire sous l’égide de magistrats mobilisés au sujet de la lutte contre d’intenses trafics de stupéfiants, quand les agents de toutes les unités se préparent à se coordonner lors d’une opération de go fast en flagrant délit (interception et arrestation de gros dealers acheminant des cargaisons à bord de cylindrées très puissantes). Il ne voit en somme que ce qu’il veut bien voir.

19On l’aura compris, le catastrophisme du pire qui sous-tend le propos reste un grand classique des sciences sociales critiques. Ce qui nous conduit à nous interroger in fine sur la consistance des phénomènes de racisme et de discrimination ethniques prétendument tolérés à l’intérieur de l’institution entière, de sa base en ses sommets, qui expliquerait l’étonnante impunité dont les exactions des patrouilleurs des BAC seraient l’objet.

D’autres pistes pour ne pas rester bloqué sur la théorie des « blocages moraux »

20« La » police nationale serait-elle incapable, par le biais de la réprobation ou de la sanction interne, de mettre le holà à de telles dérives parmi les patrouilleurs des BAC, ou faudrait-il s’accommoder d’une pure explication en termes de calculs cyniques chez ceux qui auraient tout intérêt à fermer les yeux ? Une fois de plus, la réponse de l’auteur paraît sans appel. Un blocage moral condamnerait la majorité des fonctionnaires des BAC à s’accommoder de ces dérives connues de tous, et donc à les pérenniser. Les éventuels conflits moraux des agents enrôlés plus ou moins consentants seraient rapidement évacués grâce à la force d’une conception défensive de la communauté morale s’accommodant d’une interprétation minimaliste de l’obligation morale de chacun de leurs membres (p. 314). Ceux des gardiens de la paix pour qui les dilemmes moraux deviendraient par trop aigus ne protesteraient, ni ne dénonceraient les exactions dont ils seraient les témoins passifs ou actifs, préférant suivre deux autres chemins : la fuite (exit), autrement dit, l’abandon du terrain ou bien, par impossible, l’adaptation temporaire (loyalty), sans nécessairement adhérer à l’idéologie raciste dominante au sein du collectif de travail, mais en essayant plutôt de la faire coexister avec un certain légalisme (p. 310).

  • 12  Autorité sur laquelle s’appuie l’auteur pour renforcer sa propre démarche de dénonciation des déra (...)

21Nous ne pensons pas que Didier Fassin les ait vraiment entendus, ces agents, et encore moins leurs hiérarchies (en dehors des remarques de quelques commissaires qui ne les encadrent pas, vu que c’est au corps des officiers et aux officiers de police judiciaire (OPJ), grands absents de son enquête, qu’échoie cette mission). Il laisse croire que, partout et toujours, seuls les brigadiers-majors seraient les seuls patrons des gardiens de la paix, comme s’ils n’étaient pas eux-mêmes tenus de rendre sans cesse des comptes aux officiers, quand les agents des BAC ramènent des bonnes prises dans leurs commissariats. Et pourtant, les résistants et combattants de l’intérieur de l’institution sont bien plus nombreux qu’il ne le pense. Pour notre part, nous avons capitalisé des dizaines d’expériences de résistance ayant permis de prévenir de multiples dérapages. Et notamment, ces situations de travail où des collectifs de base parviennent à faire déplacer des collègues allant décidément trop loin dans l’extrémisme de leurs propos, et par suite dénoncés aux hiérarchies comme susceptibles de déraper dangereusement sur le terrain. Hélas, ces situations demeurent généralement invisibles aux sociologues, aussi croyons-nous venue l’heure d’entreprendre, par exemple aux côtés de l’ex-CNDS ou du Défenseur des Droits12 ou au sein d’une commission parlementaire digne de ce nom, une vaste enquête approfondie sur ce qu’aurait déjà permis d’éviter le travail de sape invisible de ces agents, pour ne pas nous contenter de la protestation solitaire et méritoire (voice) de quelques lanceurs d’alerte internes.

22Faute de n’avoir pas trouvé ici les prémices de ce deuxième ouvrage à venir, il ne reste au lecteur qu’à tirer de lui-même les conclusions de la prétendue vérité blessante que l’auteur aura bien voulu laisser à son appréciation, au terme de cette enquête pour le moins hasardeuse :

– Ou bien, toutes les BAC sont comme celles qu’a décrites Didier Fassin, et il faut alors tout mettre en œuvre pour en envisager la suppression d’urgence, vu qu’elles sont non seulement inutiles, mais surtout un scandale et un cancer susceptibles de gangrener à terme la légitimité de l’institution policière en dévoyant les missions pour lesquelles elles furent créées.

– Ou bien, elles ne sont pas toutes à l’image de la seule BAC étudiée par l’auteur, et si tel est bien le cas, il appartiendrait alors aux citoyens et fonctionnaires de police indignés de s’appuyer sur les éléments sains de l’institution pour résister à cette gangrène, en commençant par répertorier, objectiver et valoriser leurs actions les plus vertueuses.

23Cette piste d’analyse n’a au reste pas été ignorée par l’auteur. Il existe au chapitre 7, morceau de bravoure de l’ouvrage, un passage à saluer. D. Fassin rappelle en effet qu’aux trois types de réactions de mécontentement des membres de toute organisation proposées par Albert Hirschman, pourrait se substituer l’attitude de pragmatisme moral, plus prometteuse qu’une quatrième explorée naguère, celle de l’apathy (Bajoit, 1988 : j’y pense, je m’indigne et puis j’oublie). Nous imaginerions bien, pour notre part, des collectifs d’agents de police légalistes, en brigades métissées, non affectés par la peur et moralement débloqués, se substituer progressivement aux agents apeurés conditionnés à la guérilla urbaine, pour remonter la pente d’un mécanisme non fatal de socialisation paresseuse à l’intolérance ethnique.

  • 13  Y compris parmi les experts de la police au Québec, déçus de ce que l’art des accommodements raiso (...)

24Il nous semble en effet que sur une question aussi grave, le devoir des sociologues de la police (sic) serait d’aider à explorer cette démarche, vu qu’ils ne pourront apparemment pas compter sur le soutien de leur nouveau collègue : Je ne suis pas un spécialiste des forces de l’ordre,avertit Didier Fassin, et je ne le deviendrai jamais (p. 57). Et c’est tout à fait dommage. Nul ne demande en effet à quiconque d’être spécialiste de quoi que ce soit, quand il s’agit de passer de la parole de vérité à l’acte impur de se confronter avec ce qui est, pour essayer d’en dévier le cours, quand ce qui semble être ne plaît pas. Autrement dit, quand il s’agit de passer de l’éthique du principe à la morale des compromis temporaires, puisque hélas, les gestes13 et mouvements d’indignés ne durent qu’un temps. Le temps de refermer un livre apparemment ambitieux mais passé à côté de la plupart des bonnes questions qu’il avait pourtant soulevées.

Haut de page

Bibliographie

Bajoit G., 1988, Exit, voice, loyalty… and apathy, les réactions individuelles au mécontentement, Revue française de sociologie, XXIX, 325-345.

Boucher M., dir., 2010, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire, Paris, L’Harmattan.

Boucher M., 2012 (à paraître), Portrait d’un policier de la brigade anti-criminalité dans une « cité ghetto », Champ Pénal/Penal Field, 2012, IX.

Chalom M., 2011, La pratique du profilage racial déshonore la profession policière, Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, LXIV, 83-100.

Didier É., 2011, L’État néolibéral ment-il ? "Chanstique" et statistiques de police, Terrain, 2011, 57, 66-81.

Esterle-Hedibel M., 1997, La bande, le risque et l’accident, Paris, L’Harmattan.

Fassin D., 2009, Les économies morales revisitées, Annales, Histoire, Sciences sociales, 64, 6, 1237-1266.

Favret-Saada J, Contreras J., 1993, Corps pour corps, enquêtes sur la sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard (Folio).

Felkey M., 2003, Donner sa vie au quotidien, travail de policier de BAC, Paris, L’Harmattan.

Jeanjean M., 1990, Un ethnologue chez les policiers, Paris, Métailié.

Jenni A., 2011, L’art français de la guerre, Paris, Gallimard.

Jobard F., 2005, Le nouveau mandat policier. Faire la police dans les zones dites de non droit, Criminologie, 38, 2, 103-121.

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Laffont.

Lepoutre D., 1997, Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, O. Jacob.

López L., 2005, Tout en police est affaire d’identification, techniques et pratiques de la police judiciaire par le 11e Brigade Mobile, 1908-1940, Les Cahiers de la sécurité, 56, 201-224.

López L., 2007, "Faire du chiffre" pour exister. Les gendarmes et les policiers au principe de statistiques judiciaires (1875-1914), Histoire & mesure, XXII, 2, p. 75-101.

López L., 2008, Les archives contre la statistique officielle ? Retour sur les Brigades du Tigre, (Dijon 1908-1914), Genèses, 71, 106-122.

Marlière É., 2008, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités, Paris, Fayard.

Mohammed M., 2011, La formation des bandes, entre la famille, l’école et la rue, Paris, PUF.

Ocqueteau F., 2008, Violences en actes dans les rapports entre mineurs et policiers : sortir d’une impasse théorique et pratique, Archives de politique criminelle, 30, 149-162.

Ocqueteau F., Enderlin S., 2011, La Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité : un pouvoir d’influence, Revue française d’administration publique, 139, 381-396.

Ocqueteau F., Pichon P., 2008, La sécurité publique à l’épreuve de la LOLF, Paris, CERSA-CNRS.

Pichon P., 2007, Journal d’un flic, Paris, Flammarion.

Pruvost G., 2009, Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé, Terrain, 48, 131-148.

Rigouste M., 2009, L’ennemi intérieur, la généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine, Paris, La découverte.

Roché S., 2006, Le frisson de l’émeute, Paris, Seuil.

Roché S., 1998, Sociologie politique de l’insécurité, Paris, PUF.

Sauvadet T., 2006, Le capital guerrier, solidarité et concurrence entre jeunes de cité, Paris, A. Colin.

Haut de page

Notes

1  Créées dans les années septante sous diverses formes, elles ont été unifiées et réactivées par le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua en 1993. Elles concernent actuellement des unités de petits effectifs, au total 3 600 agents de police sur un effectif global de 125 000 (hors officiers et commissaires), dont les plus grosses masses sont concentrées dans le département de la Seine-Saint-Denis (80 agents).

2  Serait-ce pour se démarquer des plaidoyers pro domo (Felkay, 2003), de journaux autoréflexifs (Pichon, 2007, 235-259), ou de monographies hybrides ayant mesuré l’impact du travail des brigades étudiées (Ocqueteau, Pichon, 2008, 57-62) ou au moins, se positionner sur des différences d’approches quali/quanti.

3  Est-il besoin de rappeler à ce sujet l’inégalé témoignage de Favret-Saada et Contreras (1993), et au sein de certaines unités de police, Jeanjean (1990) ; Jobard (2005) ; Pruvost (2009) ; Didier (2011) ; Boucher (2010, 2012), pour nous borner à la France.

4  On pourrait y ajouter qu’en situation de stress, circonstances atténuantes, elles fonctionnent au ressentiment, ou circonstances aggravantes, à la vengeance sociale.

5  Sebastian Roché, au milieu des années nonante, avait explicitement posé la question du choix d’une politique de transposition de la contention des populations insécurisantes/insécurisées dans les quartiers de la relégation sociale (Roché, 1998). Serions-nous entrés de plain-pied dans des politiques ayant acté ce type de gestion de l’ordre dans les ghettos urbains français de la fin des années 2010 ? Sur ce sujet, voir l’enquête de Lapeyronnie (2008).

6  Nous soulignons.

7  En permanence confondues sous sa plume avec les autres unités de sécurité publique, patrouilleurs îlotiers d’un côté, CRS fidélisées de l’autre, par exemple, un travers habituel classique chez les non spécialistes, comme il se qualifie lui-même.

8  Cette approche est évacuée dans l’ouvrage en une note lapidaire (note 5, p. 378). Le lecteur bienveillant, pour tout en savoir, doit se reporter à Fassin, 2009. Quand il s’y attèle, il croit comprendre que « les économies morales revisitées », consisteraient à analyser la manière dont des « ethos locaux » d’agents sociaux se rattacheraient à un « ethos plus général » propre à leur profession, et plus largement encore, aux « conceptions et normes morales » généralement en vigueur dans l’espace social étudié. Nous en déduisons que si l’objectif de l’auteur était bien d’ethnographier les « pratiques morales » des agents de « sa » BAC, et les émotions qui sous-tendraient leur travail dans l’espace social des banlieues ségréguées, nous ne voyons pas, avec les meilleures intentions du monde, comment les liens empiriques nécessaires à la construction d’anthropologie prétendant articuler des interactions microsociales minuscules dans un tableau macro se tissent concrètement dans cet ouvrage ayant répudié les autres théorisations évoquées.

9  Par exemple, comme d’aucuns l’ont montré, une apparence vestimentaire plutôt qu’une couleur de peau qui ne renseignerait pas les forces de l’ordre sur l’extranéité réelle des sujets.

10  Pour une tentative inaudible d’arrêter cette dialectique des camps retranchés, Ocqueteau (2008).

11  Nous faisons allusion à un roman récent dont on observe d’intéressantes parentés d’approches culturalistes, implicites ou explicites, avec la démarche d’écriture de l’ethnologue. En effet, le narrateur lyonnais établit d’incessantes passerelles entre le récit de son héros, revenu de l’enfer des guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie et de leurs séquelles, d’avec celles de son ressenti petit-bourgeois dans les banlieues d’aujourd’hui (Jenni, 2011). Ce romancier nous semble avoir eu au moins le mérite d’essayer, avec ses propres outils et sans doute très maladroitement, de rendre compte des modalités de réactualisation de l’épaisseur historique des situations d’aujourd’hui, plutôt que d’en masquer l’épaisseur.

12  Autorité sur laquelle s’appuie l’auteur pour renforcer sa propre démarche de dénonciation des dérapages policiers permanents, étant donné que les corps d’inspection internes ne seraient pas très crédibles à ce sujet. L’ennuyeux est que l’ex-CNDS n’a jamais été très indépendante non plus en dépit de son statut d’AAI (autorité administrative indépendante). Voir à ce sujet, Ocqueteau et Enderlin (2011).

13  Y compris parmi les experts de la police au Québec, déçus de ce que l’art des accommodements raisonnables mis au point dans les écoles de police à l’égard des minorités visibles ne rentrent pas aussi vite dans les mœurs qu’ils le souhaiteraient, que les bottines, en somme, ne suivent pas les babines (Chalom, 2011, p. 99).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Un regard ethnologique amateur sur l’art français de policer l’ordre des banlieues », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8210 ; DOI : 10.4000/champpenal.8210

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

(CNRS, CESDIP – UMR 8183)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org