Navigation – Plan du site
Articles ("Varia")

Portrait d’un policier de la brigade anti-criminalité dans une « cité ghetto » française

Portrait of a policeman of the brigade anti-criminality in a french “city ghetto”
Manuel Boucher

Résumés

Face à l’intensité des violences lors des émeutes urbaines de l’automne 2005, pour prévenir et réprimer d’éventuels nouveaux désordres, l’État a décidé de renforcer la présence des forces de l’ordre en capacité de se confronter à la « jeunesse turbulente » des quartiers populaires. Des interactions frictionnelles, des rapports paroxystiques et complexes vont alors se développer entre des jeunes « figures de désordres » et des acteurs institués et émergents d’encadrement des classes populaires, en particulier des policiers chargés de pacifier les cités périphériques ghettoïsées. Dans ce contexte, à partir d’une enquête ethnographique dans une cité ségréguée, cet article dresse le portrait sociologique d’un policier de la brigade anti-criminalité (BAC) de nuit. À partir de la description de son travail quotidien, de ses épreuves et de ses modes d’action, de sa relation à la violence, notamment des émeutes urbaines ainsi que des rapports d’hostilité qu’il entretient avec une partie de la population, ce texte montre que l’expérience sociale des policiers en confrontation avec des « jeunes turbulents » est ambivalente puisqu’ils sont à la fois « traqueurs » et « victimes ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Dans un souci d’anonymat, les noms des lieux et des acteurs présentés dans ce texte ont été changé (...)
  • 2  Ce texte est, en partie, extrait d’une enquête dont plusieurs éléments ont été récemment publiés ( (...)
  • 3  Pour une présentation de l’organisation policière et de sa sociologie, voir, notamment, les travau (...)

1Nous avons tenté de comprendre la production et la régulation des phénomènes de violences dans une cité périphérique populaire (Cité des enfants perdus) au sein d’une ville moyenne française (Trincamp) grâce à la réalisation d’une enquête ethnographique1 et à la mobilisation d’une sociologie des désordres urbains (Boucher, 2010a). Dans la pratique, il s’agissait d’analyser l’expérience sociale d’habitants qui font peur, notamment des jeunes considérés comme des « figures de désordre » en interaction avec des acteurs de la régulation et de la contention des violences. Cette étude a ainsi montré, notamment, que des « jeunes turbulents » développent des interactions frictionnelles, entretiennent des rapports paroxystiques et complexes avec des acteurs institués et émergents d’encadrement des classes populaires, en particulier avec les policiers chargés de pacifier les quartiers populaires2. En effet, suite aux émeutes de l’automne 2005 (Mucchielli, Le Goaziou, 2007), face à l’intensité des violences (policiers gravement blessés, pompiers agressés, etc.), une fois le calme rétabli, pour prévenir et réprimer d’éventuels nouveaux désordres urbains tant redoutés, l’État a décidé de renforcer la présence policière, plus particulièrement les forces de l’ordre en capacité de se confronter à la jeunesse populaire (Marlière, 2008a ; 2008b) et de la policer3. Ainsi, la Cité des enfants perdus ayant connu des événements extrêmement violents en 2005, au-delà du travail de renseignement effectué par des fonctionnaires de police spécialisés, nous avons pu observer que de nombreuses forces de police sont présentes dans la journée et la nuit. Le jour, comme dans toutes les villes de France, les interventions policières sont d’abord assurées par la « brigade », autrement dit par les agents de « police secours » qui agissent sur tous types d’affaires en fonction des besoins recensés notamment par une centrale téléphonique (17). Les policiers de la section départementale d’intervention (SDI) circulent également dans le quartier. Ils pratiquent essentiellement du contrôle, des interpellations et des opérations anti-délinquance. Il existe également deux autres services de police effectuant des missions très différentes mais qui sont en même temps les plus présents dans le quartier. Il s’agit du poste de police assurant un travail de proximité et de l’équipe de la brigade anti-criminalité (BAC) jour, chargée surtout d’appréhender du flagrant délit. Le soir, la présence policière est également assurée mais essentiellement par des compagnies républicaines de sécurité (CRS) circulant dans la cité toutes les nuits depuis les émeutes de 2005 et par une équipe de la BAC. Par conséquent, au regard de ces informations, après avoir reçu l’autorisation des autorités compétentes d’interviewer les policiers intervenant à la Cité des enfants perdus, nous avons choisi d’enquêter principalement dans deux directions : d’une part, auprès du service ayant la meilleure connaissance du quartier et de ses habitants, c’est-à-dire, le poste de police du quartier, et, d’autre part, auprès des policiers entretenant des relations fréquentes avec les adolescents de la Cité des enfants perdus, autrement dit, les équipes de la BAC jour et nuit qui, d’une certaine manière, représentent une « police des jeunes » (Vulbeau, 2001). Avec ces derniers, nous avons donc mené plusieurs entretiens approfondis et organisé une séance d’interview collective au cours de laquelle des policiers de la BAC et des jeunes de la Cité des enfants perdus ont confronté leurs points de vue et leurs positionnements. Au cours de l’enquête, nous avons donc pu vérifier l’existence de plusieurs types de polices présents dans la Cité des enfants perdus, notamment, des polices de renseignement et de maintien de l’ordre. Pour autant, dans cet article, nous nous intéressons uniquement à une figure singulière de policier. En effet, nous dépeignons le portait sociologique d’Éric, un policier de la brigade anti-criminalité (BAC) de nuit qui nous semble caractériser toute l’ambivalence des policiers en interaction avec les « jeunes turbulents ». À partir de la description de son travail quotidien et de ses modes d’action, de sa relation à la violence, notamment des émeutes urbaines ainsi que des rapports d’hostilité qu’il entretient avec une partie de la population, surtout les jeunes trublions de la cité, nous montrons que ce policier est à la fois « traqueur » et « victime ».

I - Cadre méthodologique et théorique

  • 4  Le mot « ghetto » est italien (d’origine hébraïque) et était utilisé pour désigner les quartiers o (...)

2L’enquête dont il est question dans cet article s’est déroulée durant près de deux années dans un quartier d’habitat social de 12 000 habitants (La Cité des enfants perdus) situé dans une ville moyenne française (Trincamp) de 51 000 habitants. La Cité des enfants perdus est donc un « quartier difficile » régulièrement médiatisé à l’occasion des éruptions juvéniles de « violences émeutières ». Cette cité s’apparente parfaitement aux « ghettos urbains » décrits par Didier Lapeyronnie qui se caractérisent notamment par la concentration dans certaines zones urbaines de populations défavorisées, victimes d’une forte ségrégation et de discriminations raciales, populations qui ont fini par développer des modes de vie et une organisation spécifiques. (…) Le ghetto suppose une ségrégation forcée et non choisie, imposée et non élective. Les habitants y vivent contraints, ne pouvant aller ailleurs tout en aspirant au départ (Lapeyronnie, 2008, 12). En effet, même si certains analystes réfutent l’idée qu’en comparaison aux inner cities américaines, les cités périphériques populaires françaises puissent être associées à des « ghettos »4 puisqu’elles ne subiraient pas une double stigmatisation spatiale et raciale (Wacquant, 2005), pourtant, si l’on s’en tient simplement à la définition socio-historique du ghetto définie par Pierre Merlin (1998, 179), la Cité des enfants perdus en possède bien les quatre caractéristiques essentielles. Il s’agit d’un espace urbain imposé par le pouvoir à une catégorie de population, un lieu ethniquement homogène, stigmatisé de l’extérieur et au sein duquel il existe la constitution d’une micro-société interne. Dans la pratique, on peut notamment souligner trois dimensions révélatrices de ce processus de ghettoïsation :

– les habitants sont fortement précarisés. Même si l’économie locale demeure dynamique notamment suite à un mouvement de tertiarisation rapide, cela ne suffit pas à contrebalancer les destructions d’emplois industriels dont souffrent les habitants de la Cité des enfants perdus. Au cours des deux dernières décennies, la population du quartier a été victime d’une extension sans précédent de la précarisation sociale (baisse importante de l’emploi industriel, l’industrie locale perd ainsi 21% de ses emplois au cours de la décennie 1990) ;

– le quartier est l’objet d’une importante ségrégation socio-ethnique. La population de la Cité des enfants perdus est composée en grande partie de populations d’origine étrangère (en 1999, 55% des étrangers de la commune habitent le quartier). L’arrivée de plusieurs dizaines de familles d’origine subsaharienne (Sénégalais, Maliens) va radicalement modifier la composition des populations d’origine étrangère au milieu des années 1980. Dès lors, dans le contexte de concurrences entre les acteurs institutionnels et politiques, nous avons constaté une importante logique d’ethnicisation des relations sociales. En effet, dans une situation où les habitants de la Cité des enfants perdus, notamment les populations d’origine étrangère, constituent un vivier électoral, les postulants aux mandats électifs locaux ont intégré une stratégie visant à instrumentaliser les associations de quartier et à flatter la « fibre communautaire » des résidents de la cité. Cette ethnicisation des relations sociales est une réalité visible dans l’espace public : lorsque l’on sillonne les rues, on a l’impression que le territoire est constitué de sous-quartiers relativement homogènes d’un point de vue « ethnoculturel ». Dans cette configuration, le « marketing politique ethnique » est une donnée essentielle du contexte social local. Les populations d’origine subsaharienne qui sont en grande partie porteuses du dynamisme démographique de la Cité des enfants perdus, ont fortement investi l’espace associatif du quartier (tontines, médiation sociale et culturelle, etc.). Certains « leaders » associatifs africains ont ainsi développé des relations directes avec les milieux politiques et institutionnels locaux. Notons enfin que la plupart des commerces de proximité sont par ailleurs tenus par des populations d’origine étrangère. Certains d’entre eux manifestent la présence visible d’acteurs religieux, en particulier celle de musulmans piétistes très présents dans la cité, notamment le soir ;

– les jeunes sont particulièrement visés par un redéploiement du contrôle social et de la présence policière (Ocqueteau, 2010). Dans la presse locale et parfois nationale, la Cité des enfants perdus est un quartier régulièrement médiatisé pour des problèmes d’insécurité. En 1994, la cité avait été le théâtre de violences urbaines après la mort d’un jeune homme décédé des suites d’une bagarre avec un vigile de supermarché. En 2005, à la surprise de l’ensemble des acteurs locaux (forces de l’ordre, associations de quartier, etc.), le quartier s’embrase dans la nuit du 5 au 6 novembre. Les destructions matérielles sont d’une ampleur jusqu’alors jamais atteinte, mais ce sont surtout les affrontements avec les forces de l’ordre qui ont été particulièrement intenses et ont marqué, voire traumatisé les esprits (Mucchielli, Le Goaziou, 2007). Ainsi, la gestion de ces violences a été si difficile que la décision d’instaurer un couvre-feu a été appliquée avec plus de rigueur que dans les autres quartiers français : cette mesure a duré douze nuits (de 21h à 5h du matin). Face à l’intensité des violences (policiers gravement blessés, pompiers agressés, etc.), une fois le calme rétabli, les pouvoirs publics locaux ont dès lors décidé de s’organiser, d’une part, pour restructurer leurs modes d’intervention et, d’autre part, pour maintenir une présence policière forte sur le quartier. Ainsi, plusieurs axes d’action ont été privilégiés par les pouvoirs publics pour renforcer le contrôle social des jeunes de la Cité des enfants perdus : le renforcement du contrôle policier, la mise en œuvre d’un service de prévention spécialisée et la promotion de la responsabilisation des parents.

3Durant l’investigation dans cette « cité ghetto », en complément d’une centaine d’entretiens avec une pluralité d’acteurs sociaux (habitants, travailleurs sociaux, policiers, élus, acteurs associatifs, etc.), nous avons effectué de longs moments d’observation directe dans la journée et en soirée durant la semaine et le week-end dans les rues, les cafés, les locaux associatifs, les salles et terrains de sport, chez des habitants. Pour approfondir notre connaissance du quartier, notamment la nuit, nous avons ainsi loué un appartement dans un immeuble HLM situé à proximité de la place centrale du quartier durant plusieurs mois. Cette installation dans le quartier fut salutaire à plusieurs titres. Elle a en effet permis :

– de ne pas être dépendants de locaux prêtés par des associations du quartier. Nous avons pu inviter « chez nous » des acteurs sociaux que nous avions rencontrés « chez eux » au début de l’enquête ;

– de renforcer notre crédibilité vis-à-vis des acteurs sociaux du quartier et surtout des jeunes intermédiaires nous ayant suivi depuis le début de l’enquête. En effet, cette installation a été perçue comme un signe supplémentaire de notre « engagement sociologique » pour comprendre la vie du quartier ;

– de faciliter nos observations de la vie du quartier, notamment des comportements des jeunes les plus bruyants de la cité regroupés en bas des immeubles visibles depuis notre fenêtre de salon ;

– de rester dans le quartier sur des temps plus longs et plus diversifiés. Effectivement, avant que nous louions un appartement, lorsque nous avions passé une partie de la journée à sillonner le quartier, à prendre du thé dans les cafés et à enregistrer des entretiens, poussés par la fatigue, nous quittions le quartier. Grâce à l’appartement, nous avons pu aménager des temps de repos entre des temps d’observation ;

– de mieux ressentir ce que recouvre physiquement et psychiquement la vie quotidienne dans un quartier populaire ghettoïsé, notamment la fatigue imposée par le bruit des regroupements de jeunes jusque tard dans la nuit.

  • 5  Nous avions déjà révélé dans d’autres travaux que contrairement à l’idée encore très répandue selo (...)

4C’est donc en mobilisant plusieurs modes de recueil de données que nous avons pu construire une bonne connaissance de la cité, de ses principaux acteurs et de leurs interrelations5.

II - Des modes d’action très contrastés

5Nous rencontrons longuement et plusieurs fois Éric. Il est lieutenant de la brigade anti-criminalité (BAC) de nuit de Trincamp. Originaire d’une petite ville d’une région rurale, fils de gendarme, il a 30 ans et travaille à Trincamp depuis sa sortie de l’école de police il y a cinq ans. Avant d’entamer une carrière d’officier de police qu’il souhaitait initialement débuter chez les CRS, Éric a préparé une maîtrise de droit et a fait son service militaire. Dès son affectation à Trincamp, il a assumé un travail de police de nuit (le travail de nuit s’effectue sur la base du volontariat) avec de fortes responsabilités. En effet, il a coordonné les équipes des BAC nuit du département pendant deux ans, puis de l’ensemble des effectifs de la police de nuit pendant un an. Ce jeune officier de police a donc sous sa responsabilité une soixantaine de personnels de police durant la nuit. Néanmoins, même si son travail inclut une part non négligeable de coordination d’équipe, il demeure un policier de terrain n’hésitant pas à aller au contact :

Mon travail c’est de surveiller, c’est de voir que tout se passe bien ; c’est de gérer les incidents lorsqu’il y en a de façon à ce qu’il n’y ait pas d’incidents supplémentaires et d’être sur le terrain au contact des citoyens et des collègues à encadrer.

6D’ailleurs Éric n’a pas choisi une affectation à Trincamp pour se rapprocher de sa région d’origine mais parce qu’il avait entendu parler médiatiquement de l’un de ses quartiers : la Cité des enfants perdus. Il souhaitait, en effet, être nommé dans un « quartier qui bouge » :

Je ne connaissais pas du tout Trincamp. Je traversais cette ville uniquement pour me rendre à Paris ; c’est tout mais j’en avais entendu parler plusieurs fois à la télévision pour des faits divers et je me suis dit que cela devait bouger d’où mon affectation à Trincamp.

7Ainsi, même si Éric est « capitainable », il indique sa forte envie de garder un lien avec la pratique policière de terrain afin d’apprendre des choses et de ne pas s’ennuyer. En effet, il souhaite que « ça bouge » et redoute de devoir faire principalement du management et du commandement. Selon Éric, il existe deux formes principales de travail au sein de la BAC nuit considérées de façon nettement différente par les policiers : le flagrant délit est considéré comme « agréable et super plaisant » tandis que la présence dans les quartiers est jugée usante, voire violente.

1) « En devenant policier, je me suis fait plaisir… »

8En tant que jeune officier, Éric revendique son plaisir à faire un travail policier qui bouge. En effet, il a toujours souhaité intégrer un corps de forces de l’ordre (gendarmerie ou police) au contact direct du terrain. Ainsi, lorsqu’il a intégré la BAC de nuit de Trincamp qu’il a rapidement encadrée, durant les deux premières années, la réalité quotidienne de ce type de police amenant les agents à passer une bonne part de leur temps de travail à sillonner les rues à la recherche de délinquants n’a pas été vécue comme une contrainte par Éric, bien au contraire. Celui-ci exprime son enthousiasme pour un métier consistant à traquer des criminels pris sur le vif. Être un policier de la BAC nuit est effectivement largement associé à une pratique policière d’interpellation, potentiellement dangereuse, risquée donc excitante :

À la base, je voulais être officier de CRS. Je voulais être au plus proche du terrain. Or, à la sortie de l’école, les seules places qui étaient disponibles étaient situées dans l’est ou le nord de la France et cela ne m’attirait pas forcément. J’ai donc bifurqué vers un commissariat. En commissariat, on m’a tout de suite orienté vers un quart de nuit. Le boulot, c’était vraiment être sur le terrain, au plus proche des collègues. C’est vrai que le patron [le commissaire] m’a vraiment fait un grand cadeau, il y a deux ans, lorsqu’il m’a mis à la tête des BAC. Il m’a vraiment affecté en BAC et là mon travail c’était de tourner avec les collègues. J’ai fait ça pendant deux ans et là je me suis fait plaisir pendant deux ans. C’était vraiment pour cela que j’étais entré dans la police.

9En fait, en intégrant la BAC nuit, Éric reconnaît avoir réalisé un « rêve de gosse » : au même titre que des enfants souhaitent devenir pompiers, Éric a toujours voulu devenir policier ou gendarme comme son père. Il souhaitait transformer son jeu d’enfance favori : « le gendarme et le voleur » en une véritable activité professionnelle. Ainsi, en devant policier de la BAC nuit, Éric a pu incarner le rôle du policier poursuivant des « méchants » dans la réalité, ce qui lui a procuré une grande satisfaction personnelle :

Quand j’étais gamin, je voulais vraiment entrer dans la police ; je voulais être sur le terrain, faire du travail policier, faire des enquêtes, des filatures, du flagrant délit, des planques, des interpellations…, rouler vite dans une voiture avec un gyrophare. En BAC, j’ai vraiment fait ça pendant deux ans. J’ai tapé des voleurs en flagrant délit, ce qui est royal quand on est en BAC parce que c’est vraiment pour cela qu’on entre dans la police. À la base, c’est pour arrêter des malfaisants. C’est vrai que, quand on fait des voleurs, on se fait vraiment plaisir. Quand on arrête des personnes en train de voler une voiture ou sur un cambriolage, là, c’est vraiment plaisant. On a l’adrénaline qui monte…

10Dans la pratique, pour Éric, être policier de la BAC nuit est donc une prise de risque vivifiante donnant une intense sensation de plaisir mais également l’impression d’une utilité sociale immédiate, notamment lorsqu’un délinquant est pris sur le fait. Faire un travail policier de terrain représente donc une sorte d’antidote à une existence monotone, sans aspérité, ni danger venant pimenter le quotidien.

11Dans le cas d’Éric, les pratiques policières propres à la BAC nuit semblent ainsi pouvoir être associées, à l’instar de certains comportements juvéniles (Peretti-Watel, 2000 ; Le Breton, 2002) (toxicomanie, fugues, accidents, etc.), d’une part, à des pratiques ordaliques (Le Breton, 1996) intensifiant le rapport à l’existence (fabrication de sens) et, d’autre part, à des rites de passage (se confronter au terrain) permettant de revendiquer une inclusion pleine et entière dans une carrière de policier.

2) L’occupation des quartiers est usante

12Parallèlement au travail de « flagrant délit » très apprécié par les policiers de la BAC nuit et, comme nous l’avons vu, source de plaisir pour les forces de l’ordre, Éric indique qu’une bonne partie de l’activité des BAC nuit consiste aussi à intervenir dans les quartiers populaires. Or, contrairement à la première activité, la seconde est peu valorisée et surtout usante. Ainsi, Éric souligne que, même s’il a pris du plaisir, au début de sa carrière, à intervenir dans les cités pour faire du maintien de l’ordre en bas des tours des immeubles (« si on est rentré dans la police, c’est un peu pour contrôler les gens »), après plusieurs années de service, il est aujourd’hui fatigué de devoir intervenir dans les quartiers pour imposer une certaine tranquillité publique alors que la confrontation avec les jeunes est systématique. En effet, à chaque fois que les policiers de la BAC nuit interviennent à la Cité des enfants perdus, ils savent qu’ils vont aller au contact et entrer en conflit avec les jeunes présents entraînant donc une certaine réticence des policiers à faire des contrôles inopinés :

La présence dans les quartiers est un travail qui use tout le monde. Au début, je trouvais ça intéressant. Faire du contrôle dans les cages d’escaliers j’adorais ça. Mais moi, honnêtement, aujourd’hui, je ne prends plus aucun plaisir à le faire. Je trouve que c’est usant. Au final, cela n’amène à pas grand-chose. Il faut toujours être sur ses gardes. On va au contact et on entre systématiquement en conflit et le conflit à force est usant. Quand on sait que l’on va passer une soirée à la Cité des enfants perdus à faire des contrôles de caves et de cages d’escaliers, on sait que cela va aller au conflit. On sait que cela va mal se passer et, honnêtement, j’en ai soupé ; j’en ai marre ; ce métier-là ne me plaît plus.

13Éric exprime ainsi sa difficulté, voire son épuisement à devoir assumer un travail de maintien de l’ordre et d’occupation de terrain dans l’environnement urbain particulier que représentent les cités populaires :

Notre travail, c’est de l’occupation de terrain. Il faut que l’on occupe le terrain ; il faut que l’on montre que l’on est présent pour le bien de tous mais c’est épuisant.

14En effet, contrairement à d’autres espaces, dans ces quartiers, la confrontation entre la police et les jeunes est constante. Les contrôles sont systématiquement tendus. Il existe un tel sentiment d’animosité des jeunes, souvent regroupés en bas des immeubles, envers la police, que le conflit est systématisé. Il existe ainsi une sorte de monotonie du conflit donnant le sentiment aux policiers que leurs interventions sont, au bout du compte, inutiles puisqu’ils devront, à chaque fois, entrer en conflit avec les jeunes de la cité. En effet, malgré leurs actions régulières, ils savent que leur présence à la Cité des enfants perdus sera toujours perçue comme une intrusion déclenchant des réactions d’hostilité à l’égard des forces de l’ordre. Éric indique, en effet, que le travail de contrôle et de sécurisation des espaces au sein du quartier de la Cité des enfants perdus est réalisé tous les soirs, ce qui n’aboutit pas pour autant à l’apaisement des tensions :

Tous les soirs, on contrôle parce que tous les soirs on est requis. Forcément, il y a des riverains, des habitants qui en ont marre et qui veulent dormir… Quand vous avez une quinzaine de jeunes dans les cages d’escaliers qui fument des pétards et qui font un peu de bruit, c’est difficile pour les habitants de dormir ; donc, on le fait pour eux et on y va mais, voilà, c’est du travail policier qui peut se passer plus ou moins bien selon que les mecs sont plus ou moins alcoolisés. On les connaît, c’est toujours les mêmes dans les mêmes cages d’escaliers et, tous les soirs, on fait toujours la même chose. Parfois, ça monte en conflit ; parfois ça part en sucette. Sur dix contrôles, cela va se passer très bien ; dix fois, avec les mêmes individus, puis, le onzième soir, le gars va le prendre mal, il va peut-être être plus alcoolisé ; je ne vais pas forcément être en forme ; la remarque qu’il va me faire va m’énerver ou vice versa, et là, on va partir au conflit.

15Ainsi, au-delà du fait d’exprimer sa lassitude, Éric manifeste aussi son incompréhension face aux réactions violentes de jeunes contrôlés pour la onzième fois sans prendre la mesure de la grande patience dont ces mêmes jeunes ont fait preuve auparavant. En effet, quel citoyen vivant ailleurs que dans un quartier populaire accepterait de se faire contrôler dix fois par la police sans se révolter ? Or, pour Éric, se plier au contrôle de la police est un acte citoyen auquel les jeunes doivent se soumettre.

3) Une action de maintien de l’ordre

16En fait, une partie importante du travail de la BAC nuit peut s’apparenter à une action de maintien de l’ordre dans une situation, toute proportion gardée, de guerre civile larvée où les policiers doivent disposer de tous les moyens « militaires » nécessaires pour faire face à l’hostilité d’une population se sentant occupée. Dans cette perspective, Éric relate une opération récente qu’il a dirigée dans la cité des « Moutardes », dans une ville voisine de Trincamp dans laquelle il intervient également et durant laquelle il a dû mettre en œuvre, avec ses collègues de la BAC, une action de pénétration de type « guérilla » pour maintenir l’ordre, suite à une bagarre collective ayant éclaté lors d’une fête de mariage :

  • 6  Les flash-balls sont des armes à létalité réduite tirant des grosses balles en caoutchouc souple.
  • 7  Pour Éric, les couguars sont des armes importantes, dans le sens où elles impressionnent et font p (...)

Il y a un mois et demi, les CRS terminant à 2 h, on a été appelé à 2h15 pour une rixe opposant plus de 110 personnes de type africain suite à un mariage. Très très violent, c’était très très violent ! Les collègues étaient quatre. Je leur ai dit de partir et de s’équiper en attendant que l’on arrive. On est arrivé à 10 de Trincamp ; on était donc 14. Là, on a mis pied à terre. On a mis toutes les protections individuelles. La nuit, on a à peu près les mêmes que le SDI [service départemental d’intervention]. On a le casque, les jambières, les coudières… On est descendu, les véhicules se sont avancés ; on a fait une petite progression flashs6 [flash-balls] et couguars7 à la main. On a fait une pénétration dans la cité, mais c’est vraiment pénétration, c’est-à-dire que l’on avance à côté de nos véhicules, on fait une progression de type guérilla, on fait une progression militaire.

17Dans la pratique, à l’instar de ce qui s’est passé au Kosovo où l’armée française chargée par l’ONU de garantir la sécurité publique des habitants a été prise à partie par la population, Éric décrit la mise en œuvre d’une tactique militaire éprouvée durant les opérations de maintien de l’ordre dans des territoires extrêmement hostiles à l’encontre des forces de l’ordre considérées comme des ennemies à abattre car symbolisant l’oppression du peuple :

S’il y a un problème, on est en capacité de foncer dans le tas ou de nous replier assez rapidement. Il ne faut jamais se fermer la porte et toujours penser au repli. Ça, c’est une notion que je n’avais pas intégrée avant. À 25 ans, on a envie de foncer et on ne pense pas au repli. On pense que l’on est policier et que l’on ne va pas nous taper, c’est faux ! Au début, on a cette image-là. On est policier donc il ne nous arrivera rien, c’est complètement faux ! Justement, j’ai parfois un peu l’impression que cela attise la haine… l’uniforme.

18Face à cette situation paradoxale – d’un côté, le sentiment que la présence policière est légitime pour assurer la protection des « citoyens honnêtes » dans des situations tendues, de l’autre, l’impression d’une grande partie de la population des cités que la police est, avant tout, une force d’occupation et de répression illégitime méritant qu’on lui résiste quelquefois avec une grande violence – Éric exprime deux attitudes : son incompréhension, mais aussi la volonté pragmatique de bénéficier d’équipements militaires adaptés à des situations de « guérilla urbaine » permettant aux forces de l’ordre de riposter, voire d’être offensives tout en évitant aux policiers de se trouver en danger physique. Finalement, la description faite par Éric de son travail quotidien indique d’une part, l’existence d’une crispation des relations police/jeunes de quartier, voire plus largement, police/habitants de cité ; de l’autre, une militarisation de la présence policière dans les banlieues périphériques populaires.

4) « Les CRS nous prennent notre pain ! »

19En effet, suite aux émeutes de 2005, les BAC nuit doivent partager le territoire du quartier de la Cité des enfants perdus avec les CRS qui sont toujours présents, de 21 heures à 5 heures du matin. Étonnamment, Éric indique que les policiers de la BAC nuit peuvent se trouver dans une situation concurrentielle de celle des CRS :

Depuis qu’il y a les CRS, on fait beaucoup moins de contrôles parce que les CRS occupent le terrain à notre place et ils font beaucoup, beaucoup, beaucoup de contrôles ; donc, on ne va pas repasser derrière eux pour faire des contrôles. Je me mets aussi à la place des individus contrôlés ; c’est vrai que c’est galère de se faire contrôler deux trois fois par jour. À partir du moment où les CRS sont sur le secteur et qu’ils ont contrôlé deux trois fois les cages d’escaliers, je ne vais pas après remettre une couche BAC.

20En fait, à la Cité des enfants perdus, les BAC nuit et les CRS font à peu près le même travail : contrôler, occuper et pacifier le territoire. Dans la pratique, cette forte présence policière durant la nuit entraîne deux conséquences majeures, selon Éric : d’une part, les CRS dissuadent les délinquants de commettre des vols ou des braquages dans le quartier ce qui entraîne un changement des modes d’action des policiers de la BAC nuit qui sortent moins souvent, font moins régulièrement de « belles interpellations » (flagrants délits de vols) mais de plus en plus d’interventions de police de la route (faux papiers, conduite en état d’ivresse) ; d’autre part, la délinquance est externalisée de la Cité des enfants perdus et se dirige vers les zones rurales où des jeunes de la cité se livrent à des vols de voiture, de maisons, voire du home jacking :

Les petits jeunes de la Cité des enfants perdus qui « tapent » des cambriolages, qui « tapent » des home-jacking, c’est à la mode ; ils ne le font pas à Trincamp. C’est-à-dire qu’ils arrivent la nuit ou à 7 heures du matin quand vous sortez tranquillement de chez vous ; ils vous braquent, ils rentrent à l’intérieur, ils prennent les clés de la voiture et puis, ils se servent. Il y a six mois, il y a eu une grande vague de home-jacking ; ce sont les gendarmes qui se sont occupés de ça ; ils ont interpellé sur Trincamp. Ce sont des Trincampois, des jeunes de quartier qui vont « taper » en zone rurale. Chez nous (la ville de Trincamp), ils savent que ce n’est pas possible car, s’il se passe quelque chose, on va être avisé assez rapidement et, en trois minutes, on est sur les lieux alors qu’à la campagne, les gendarmes mettent trois quarts d’heure pour arriver.

21Après les émeutes, le renforcement du quadrillage policier durant la nuit (au total huit véhicules de police circulent quasiment en permanence) a donc éloigné les « roulottiers » (voleurs à la roulotte) du quartier. En revanche, si cette importante présence policière a, d’une certaine manière, permis de policer apparemment la cité, elle n’a pas pour autant fait disparaître les trafics illégaux plus souterrains comme le business de la drogue. Cette présence policière massive a même complexifié et radicalisé les manières d’opérer des petits délinquants comme l’a indiqué le major Mitchel, notamment à propos du développement des squats au sein d’appartements occupés afin de remplacer l’utilisation des caves désormais inaccessibles. Par ailleurs, cette militarisation de la Cité des enfants perdus durant la nuit n’a pas non plus favorisé l’établissement de meilleures relations entre la police et les jeunes.

22D’ailleurs, même si Éric a bien conscience que cette forte présence policière des CRS et des BAC peut être pesante pour les jeunes du quartier hautement surveillés et souvent contrôlés, il n’en demeure pas moins qu’il souligne également que les BAC nuit doivent maintenir une certaine pression pour contrer les effets pervers de la forte présence des CRS. Les BAC nuit doivent, en effet, veiller à préserver leur autorité et sauvegarder une autonomie d’intervention :

Les jeunes nous disent maintenant que sans les CRS on ne peut plus rien faire ; les jeunes sont persuadés que sans les CRS on ne peut plus les contrôler. Pendant un moment, ils étaient même intimement convaincus que l’on n’avait plus le droit d’être à la Cité des enfants perdus et que c’étaient les CRS qui nous remplaçaient. Il faut donc que l’on continue de réaffirmer notre présence. On doit garder notre positionnement sur la Cité des enfants perdus, c’est-à-dire que l’on doit continuer notre occupation de terrain. On doit montrer que là-bas [la Cité des enfants perdus], c’est le territoire de la République comme partout et, voilà, on doit y aller, on doit vraiment montrer à ces jeunes que l’on est là-bas tout le temps !

23Dans ces conditions, les affrontements police/jeunes sont donc sous-jacents et potentiellement extrêmement violents.

5) Un exemple de conflit caractéristique : « c’était tendu… »

24Afin de mieux faire comprendre comment un conflit émerge lors d’une intervention de la BAC nuit, Eric relate alors une anecdote vécue trois semaines avant notre interview qu’il juge caractéristique. Ainsi, pour se rendre à la Cité des enfants perdus, Éric avait constitué deux équipages, autrement dit, deux voitures de police contenant chacune trois agents (dont deux stagiaires). Il est environ 23h30 lorsque sa voiture passe place Rabelais à proximité d’un site appelé « La Plaine » par les jeunes du quartier. Une trentaine de ces jeunes sont regroupés sous les arcades caractéristiques de cet endroit. Certains des jeunes présents invectivent alors les policiers qui passent en voiture banalisée : Cassez-vous bandes de connards ! Allez-vous faire enculer ! Vous n’avez rien à foutre ici ! Sous le regard des stagiaires, Éric décide alors de ne pas laisser passer cet affront, arrête la voiture et descend (« met pied à terre »). Éric souligne, en effet, que dans ce genre de cas, dans la mesure du possible, il réagit, c’est-à-dire qu’il ne passe pas son chemin pour éviter qu’un sentiment d’impunité s’installe dans la cité. Or, ce soir-là, face à un équipage de trois personnes, la trentaine de jeunes semble prête à en découdre. Effectivement, malgré le fait qu’Éric et ses deux collègues (dont un stagiaire de l’ENA) soient descendus du véhicule, les jeunes continuent d’insulter copieusement les policiers. Éric prend donc conscience qu’il est plus prudent d’appeler des renforts car la situation est très très tendue. En attendant les renforts (le second équipage et les CRS), Éric et ses deux collègues ont dû « pacifier » le terrain en faisant un contrôle à trois contre trente. Or, en sous-effectif, Éric et ses hommes ont néanmoins dû prendre sur eux-mêmes, c’est-à-dire que, malgré les insultes dont ils étaient l’objet, ils ont dû calmer la situation et ne pas envenimer les choses en tentant d’apaiser un climat extrêmement agressif :

C’était tendu. J’avais même fait un mail au patron [le commissaire] pour lui indiquer que cela faisait très longtemps que je n’avais pas vu une situation tendue comme ça. Là, on a pacifié. On a pris énormément sur nous. On a mis les formes parce que, là, ça ne demandait qu’à éclater, ça ne demandait qu’à partir. 

25Cependant, pour Éric, cette intervention a été vécue de façon humiliante. En effet, pour ne pas perdre la face en étant molesté ou obligé de s’enfuir, Éric et ses collègues ont dû négocier avec les jeunes pour qu’ils acceptent, finalement, avec une grande résistance, de se prêter au « jeu » du contrôle et d’une action de pacification. Cette anecdote illustre bien le paradoxe dans lequel se trouve régulièrement la BAC nuit de Trincamp : devoir occuper un terrain hostile à la présence policière, souvent sans moyens suffisants pour pacifier ces territoires dans de bonnes conditions de sécurité. Par conséquent, les policiers doivent puiser dans leurs ressources personnelles des forces suffisantes pour parvenir à faire leur travail en évitant au maximum des dérapages. Ces modes d’intervention sont très éprouvants pour les policiers de la BAC nuit. En effet, dans ces circonstances, les policiers peuvent potentiellement passer du statut de « chasseurs » à celui de « proies ».

6) « Je ne suis pas un héros »

26À l’épreuve du terrain et après plusieurs années de pratiques, Éric a pris conscience que, dans des circonstances particulières de confrontations avec les jeunes de la Cité des enfants perdus, les dangers sont importants pour la police. En effet, à certains moments, il existe une telle concentration de haine envers les forces de l’ordre que des jeunes, notamment sous l’emprise de substances toxicologiques, peuvent passer à l’acte et violenter les policiers de la BAC, surtout lorsque les jeunes se trouvent en nombre suffisant pour imposer un rapport de force aux policiers. Lorsqu’ils sentent un danger, qu’ils ne sont pas en nombre suffisant, les agents de la BAC nuit doivent alors prendre toutes les précautions pour éviter de se trouver en mauvaise posture, voire contraints à organiser la retraite. En effet, même si Éric indique que dans la mesure du possible, il n’hésite pas à aller au contact des jeunes pour faire son travail de police, il ne souhaite évidemment pas perdre la vie ou être gravement blessé, uniquement pour assurer un travail de pacification dans des circonstances où la tranquillité publique est quasiment impossible à maintenir :

Avant l’intervention, on gare nos voitures de telle façon que nous puissions partir vite. Moi, je ne suis pas un héros. Je n’ai pas envie d’envoyer mes gars au carton. Si je vois que ça commence à chauffer, ce que je préfère faire maintenant, c’est balancer une grenade et partir. Moi, j’ai mes gars qui sont tous pères de famille ; je ne vais certainement pas les amener au carton, cela ne vaut pas le coup. (…) Moi, je n’ai aucune honte à dire que, parfois, il vaut mieux se replier, partir, fuir. Je n’ai pas peur de ces mots-là. Je préfère fuir mais que mes gars retournent chez eux, le soir, et qu’ils retrouvent leurs gamins.

27Pour autant, pour la BAC nuit, cette retraite ne peut être que stratégique. Éric indique, en effet, que dans tous les cas, les policiers doivent revenir très rapidement, en force, pour reprendre possession du terrain. La police ne peut pas laisser croire aux jeunes, cherchant à chasser les représentants de la loi du quartier, qu’ils ont mis en fuite les forces de l’ordre en toute impunité. Si les policiers perdent momentanément la face, ils doivent la reconquérir très vite et imposer, de nouveau, un rapport de force favorable à la police. D’après Éric, sans cette reconquête quasi instantanée, la police aurait, en effet, de plus en plus de difficultés à occuper la Cité des enfants perdus, voire, simplement, à y circuler en toute sécurité :

Si on est obligé de partir, on revient plus nombreux. On constitue un groupe au niveau de l’Intermarché. On attend que la PS [police secours] arrive et, dans le quart d’heure, on y retourne mais, cette fois-là, plus nombreux et équipés. On est casqué, ganté…

III - Des violences hallucinantes et effrayantes

1) « C’était Beyrouth ! »

28Lors de l’explosion des émeutes à la Cité des enfants perdus dans la nuit du 5 au 6 novembre 2005, Éric était chef des brigades anti-criminalité. Éric signale tout d’abord que, contrairement à ce qui a été communément dit, les émeutes ont en réalité commencé la veille au soir, lorsque dans un contexte de forte médiation des violences émeutières en banlieue parisienne, des contrôles de police se sont mal passés. Ce soir-là cependant, personne n’a pris la mesure de ce qui allait se passer le lendemain, dans la nuit. En effet, suite à des refus d’obtempérer lors d’un contrôle de cages d’escaliers puis à la présence d’un véhicule stationné au sein de la Cité des enfants perdus, quelques jeunes sont interpellés. Des violences vont alors opposer des policiers à une trentaine de jeunes. Un véhicule sera ainsi incendié en plein milieu de la rue Molière, nécessitant une charge policière et le tir de grenades lacrymogènes. Le 4 novembre au soir, la situation est donc déjà tendue. Néanmoins, cela n’inquiète pas outre mesure les autorités publiques. Le 5, il s’agissait donc, apparemment, d’un soir normal. Toutefois les BAC nuit décident d’effectuer un contrôle à la Cité des enfants perdus pour montrer qu’ils contrôlent le territoire :

Trincamp était calme, c’est pour ça que l’on n’a pas senti les émeutes arriver. Même la veille, lorsque l’on a commencé à recevoir des pierres pendant que l’on faisait enlever une voiture qui avait fait un refus d’obtempérer, on a simplement dégagé la zone aux flash-balls et à la grenade lacrymogène. On a dû faire deux ou trois interpellations. C’était la première fois que je voyais un affrontement comme ça à Trincamp en deux ans de temps mais bon. Et bien, le lendemain soir, c’était Beyrouth.

29En fait, dans une atmosphère nationale catastrophiste sur le développement des violences insurrectionnelles, Éric indique lui-même que la police de Trincamp, dont lui, était bien décidée à ne pas se laisser intimider. Les forces de l’ordre et les responsables départementaux de la police sont donc revenus le lendemain à la Cité des enfants perdus avec la ferme intention d’interpeller les jeunes qui avaient participé aux violences contre la police, le 4 au soir. Or, ces nouvelles interpellations ont finalement correspondu au déclenchement de phénomènes émeutiers réellement impressionnants, voire effrayants selon les descriptions des policiers, ce qui a d’ailleurs entraîné chez Éric une transformation profonde de sa vision du travail policier de nuit dans les quartiers populaires :

La veille [le 4 novembre] un gars m’avait insulté, outragé et menacé de mort. Le soir des émeutes, on a fait des contrôles en présence du commissaire, du préfet et la SDI qui étaient sur le terrain. Contrôles tendus rue Molière. Là, je reconnais le gars qui m’avait insulté et outragé la veille. Je dis : Monsieur le Directeur, celui-là il m’a outragé et insulté, hier soir, est-ce que je peux l’interpeller ? Le commissaire me répond : Bien sûr, lieutenant. On y va, le gars est un beau gaillard ; il ne se laisse pas faire. Interpellation houleuse. Il repousse même le chien à coups de pieds. Il se barre. Le groupe commence à bouger. Des collègues l’interpellent. Moi je le ramène au commissariat pour lui faire sa garde à vue. Le temps que je fasse la garde à vue, j’entends sur les ondes : Demande de renfort ! Demande de renfort ! J’entends rue Voltaire. Je monte dans une voiture banalisée avec un jeune collègue et j’arrive rue Voltaire. Moi, j’avais quitté la Cité des enfants perdus pacifiée, calme ; là j’arrive, il y avait cent à cent vingt personnes dans la rue et une voiture de police qui brûlait. On passe dans la rue ; on s’est pris des caillasses, des coups de batte de base-ball dans la voiture. Ils [les émeutiers] commençaient à secouer la voiture. J’ai dit à mon collègue, vas-y, accélère, on s’en fout. Moi, j’ai balancé deux trois grenades et là, c’était le chaos, le chaos ! Je les voyais [les émeutiers] piller les magasins ; je voyais les voitures en feu ; enfin, je ne comprenais pas ce qui se passait. Je croise un véhicule de police avec deux collègues dedans un peu paumés. Je monte avec eux. On essaie de savoir où sont les effectifs. En fait, les effectifs ont été obligés de se retirer un peu plus loin, au-delà de la rue de la forêt. Et encore, ils avaient [les effectifs] été poursuivis et agressés par les jeunes. Là, on reculait et c’est là, qu’à un moment, j’ai vu la police municipale dont une policière à terre, grièvement blessée. Là, on s’est mis en unité le temps que le SAMU fasse les soins. Mais pendant que le SAMU prodiguait les soins, les jeunes sont venus à la charge, à plusieurs reprises. On a donc été obligé de dire au SAMU de partir. C’était extrêmement tendu. Ils [les émeutiers] nous ont chargés à plusieurs reprises. On a donc dégagé le terrain pour que les pompiers puissent éteindre les commerces en feu. Ils ont mis le feu à la pharmacie, au tabac ; les émeutiers étaient en train de piller l’épicerie et les pompiers devaient absolument faire leur travail pour éteindre les incendies. On a été obligé de dégager la place mais, à un moment, on n’a pas pu faire face. On était dix-sept casqués, boucliers et équipés de flash-balls mais les mecs nous chargeaient. On a donc été obligé de demander aux pompiers de partir. On a reculé sur plus d’un kilomètre et les mecs venaient au contact avec des battes de base-ball, avec des matraques, des barres de fer. Ils nous tapaient avec tout. C’était hallucinant : les mecs, ils n’avaient peur de rien ! Peur de rien !

2) Des émeutes organisées pour brûler la cité

30À l’instar de la description des émeutes faite par les policiers de la BAC jour, également réquisitionnés ce soir-là, ce qui a énormément impressionné Éric et ses collègues de la BAC nuit, c’est la stupéfiante « organisation émeutière » dont ont fait preuve les assaillants. En effet, alors que la police semblait totalement désemparée pour réprimer, voire simplement contenir les violences collectives hautement destructrices, les émeutiers paraissaient, quant à eux, sûrs de leur force dévastatrice mais, surtout, copiaient les méthodes d’intervention des forces de maintien de l’ordre. Cette stratégie guerrière, apparemment coordonnée, a donc totalement désarçonné Éric et ses co-équipiers, plutôt habitués, dans leur exercice de maintien de l’ordre au sein des quartiers populaires, à affronter des groupes, certes révoltés et souvent prêts à s’affronter avec les représentants de l’ordre mais le plus souvent, spontanés, pas organisés et donc peu efficaces pour imposer un rapport de force crédible à la police :

C’était organisé. En fait, on les chargeait mais ils avaient les mêmes méthodes que nous. C’était assez hallucinant. Nous, on les chargeait pour dégager le terrain en balançant des grenades. On a fait un mouvement offensif, un peu à la romaine, en faisant du bruit pour nous imposer mais, eux, ils faisaient exactement la même chose, c’est-à-dire qu’ils nous chargeaient en criant. Ils faisaient : Ouh ! Ouh ! Ouh ! C’était impressionnant, effrayant même. On voyait leurs renforts arriver derrière avec des caisses de bar remplies de cocktails Molotov. La veille, le boulodrome avait été cambriolé et ils avaient volé les bouteilles, les casiers et les boules de pétanques. (…) On a reculé à plusieurs reprises. On s’était mis en ligne mais ils sont revenus de partout. Ils sont venus en hordes, vague après vague. Des cris, des boules [de pétanque] et des cocktails Molotov. Les cocktails tombaient à nos pieds sur nous !

31Pour autant, même si Éric pense comme ses collègues de la BAC jour que ces violences avaient été préparées, il rechigne à penser que des « barbus », autrement dit des islamistes formés à la guérilla urbaine dans des pays étrangers en guerre (Afghanistan, Irak…) auraient instrumentalisé et préparé ces émeutes. En revanche, pour Éric, ce qui paraît évident, c’est que des jeunes de la Cité des enfants perdus, associés à d’autres jeunes venus des villes proches, se sont rencontrés et organisés pour copier le « modèle » émeutier parisien et faire parler de leur quartier comme l’illustre la présence du clip de rap, réalisé sur les émeutes trincampoises avec la plupart des téléphones portables des jeunes de la Cité des enfants perdus contrôlés par la BAC nuit. Ainsi, Éric pense que les émeutes de la Cité des enfants perdus ont éclaté, par effet d’imitation venant de l’extérieur (copy-cat riot). Cette volonté d’imitation a alors conduit des jeunes venus de plusieurs quartiers du département voisin à se concerter pour brûler la Cité des enfants perdus :

Les émeutiers de la Cité des enfants perdus voulaient faire parler de Trincamp. Ils ont appelé des amis ; ce soir-là, c’était organisé car il y avait des habitants de villes limitrophes parmi les interpellés. Ils n’étaient pas montés par hasard. Ils s’étaient dits : ce soir, on va brûler la Cité des enfants perdus ! C’était le mot d’ordre : ce soir on va cramer la Cité des enfants perdus et bouffer du flic !

3) Peur des émeutes et de la haine anti-flic : « Pourquoi voulaient-ils nous tuer ? »

32Trois années après les émeutes de 2005, quel que soit le degré d’exactitude des événements décrits par Éric, on comprend néanmoins que l’ampleur de ces violences a totalement surpris et bouleversé les représentations des policiers de terrain intervenant à la Cité des enfants perdus. Quartier plutôt calme comparé à d’autres espaces urbains de la région, la Cité des enfants perdus est dès lors apparue comme un territoire dangereux pour la police, particulièrement visée par les émeutiers semblant prêts à tuer du « flic » :

Pourquoi tant de haine ? Moi, je n’ai pas compris pourquoi. Pourquoi c’était si violent ? Pourquoi ? Là, ils [les émeutiers] voulaient nous tuer. Moi, je n’ai jamais voulu les tuer. Je ne suis jamais monté à la Cité des enfants perdus dans l’idée même d’en taper un ou d’en tuer un [un jeune du quartier], jamais, jamais, jamais... alors que, ce soir-là, ils voulaient nous tuer ; ils voulaient nous tuer ! C’était impressionnant. En tous cas, moi, j’ai vraiment eu peur, ce soir-là ! J’ai franchement eu peur ! C’était la guerre ! C’était Beyrouth !

  • 8  Lors d’un symposium européen sur « les défis des violences urbaines » (voir Le Monde du 18 octobre (...)

33Le soir des émeutes, Éric a réellement pris conscience que les violences collectives étaient principalement dirigées contre la police. Éric a ainsi, douloureusement, saisi le fossé qui sépare les jeunes de quartier et les forces de l’ordre mais, plus largement, la police et une grande partie de la population des cités développant quelquefois un sentiment de haine à l’encontre des représentants de l’ordre. Or, cette haine « anti-keuf », au-delà du fait qu’elle paraît disproportionnée pour Éric, suscite surtout, chez lui, une grande crainte : celle de ne pas pouvoir endiguer, à terme, malgré des moyens de plus en plus sophistiqués de maintien de l’ordre8, une telle envie d’en découdre avec la police. Beaucoup d’habitants des quartiers, notamment des jeunes, veulent, en effet, se venger de situations d’humiliation où ils se sont sentis impuissants face à des brimades policières jugées arbitraires et injustes. C’est dans ce contexte qu’Éric indique qu’il a eu peur de perdre la vie en 2005 et qu’il ne perçoit donc plus son métier comme avant les émeutes :

– Éric : On l’a vu lors des émeutes, les violences étaient dirigées uniquement contre nous [la police]. (…) Ce que je ne supporterais pas, c’est, un jour, d’avoir absolument voulu contrôler, que cela se passe mal, qu’un de mes gars ne rentre pas et d’être obligé de l’expliquer à sa femme. Je ne le supporterais pas, j’aurai du mal. Avant les émeutes, c’est une réflexion que je n’avais pas du tout.

– Interviewer : C’est lié à votre expérience ?

– Éric : Ouais, la peur aussi. Je ne l’avais pas avant. Avant je n’avais pas peur. C’est bizarre mais je n’avais pas peur. Maintenant je commence à avoir peur. Je côtoie les gars en dehors du travail ; je côtoie leurs femmes et leurs enfants. Quand je commence à voir que la situation est tendue, je n’hésite plus à dire : on se met en groupe, on fait front ensemble. On ne part pas à droite et à gauche, on reste uni. Les émeutes ont vraiment changé notre façon de travailler. On opère vraiment différemment.

34Dorénavant, comme policier de la BAC nuit, Éric se sent vraiment en danger et redoute d’être, un jour, la victime de violences collectives qu’il associe à une sorte de « lynchage populaire » anti-flic opéré par des « hordes » en furie :

Peu de temps avant les émeutes, j’avais vu un film de guerre de Ridley Scott [Le Faucon Noir] dans lequel il y a un hélicoptère qui se scratche à Mogadiscio. Les militaires sont alors encerclés par les Africains. À la Cité des enfants perdus, c’était vraiment ça ! On était vraiment encerclé et on ne savait pas quand cela allait cesser. On ne savait pas. C’était impressionnant ! Quand les renforts sont arrivés sur le coup de 23 heures/minuit, nous [les policiers], on a vu plein de casques bleus arriver.

35Dans cette description, les émeutes sont associées à un film de guerre dans lequel les soldats américains sont à la merci d’une bande de « sauvages » assoiffés de sang. Éric nous donne alors des informations sur son sentiment profond : en tant que policier de la BAC nuit travaillant à la Cité des enfants perdus, dans des situations de tensions extrêmes, il se perçoit comme un soldat en mission intervenant au cœur d’un terrain étranger, peuplé de populations hostiles prêtes à l’écharper. Or, par rapport à ses représentations initiales du métier de policier, cette posture de potentielle victime le désarçonne.

4) « Le soir des émeutes, j’ai eu la haine et envie de tuer »

36On l’a vu, les émeutes de 2005 ont représenté un baptême du feu assez traumatisant pour Éric. C’est durant ces violences insurrectionnelles qu’il a eu vraiment peur de perdre la vie, pour la première fois, en tant que policier. Or, au-delà de ce sentiment de peur, Éric reconnaît aussi avoir ressenti un fort sentiment de haine à l’encontre des émeutiers. Face à la violence des coups portés par les insurgés, notamment à l’encontre des forces de l’ordre, Éric a donc ressenti l’envie de prendre sa revanche, voire de se venger, quitte à tomber dans l’engrenage de la violence aveugle. En tant que professionnel de la sécurité, Éric a pourtant été formé au maintien de l’ordre dans des circonstances extrêmement tendues ; néanmoins, pendant les événements et quelque temps après, il souligne avoir eu beaucoup de difficultés à maîtriser ses émotions face à un tel déploiement de violences. On comprend dès lors que, durant des émeutes de 2005, il suffisait de peu de choses pour que des dérapages, notamment provoqués par la peur et l’émotion des policiers, conduisent à l’irréparable : la mort de jeunes rebelles entraînant elle-même le désir de vengeance du côté des jeunes de quartier populaire :

Ce soir-là [nuit des émeutes], j’ai pris conscience que l’on a beau être policier, rien ne nous protégeait, au contraire, car quand j’ai vu notre collègue de la police municipale à terre, j’ai cru qu’ils [les émeutiers] l’avaient tuée. Moi, je croyais qu’elle était morte et donc là, j’ai eu la haine. Là, je ne vous le cache pas, j’ai eu la haine et si j’avais pu en tuer un [un jeune émeutier], ce soir-là, je l’aurais fait. Ce n’est pas professionnel du tout mais ouais, j’ai eu la haine ; je voulais en tuer, même deux, trois jours, un mois après. Après, le temps a fait son effet mais nous ne sommes pas sortis indemnes.

37À travers cette déclaration d’Éric faisant froid dans le dos, on constate que ces émeutes et leur gestion sécuritaire ont, finalement, conduit bon nombre de jeunes de quartier et des policiers de terrain à renforcer une crainte mutuelle, voire une « haine réciproque », radicalisant ainsi les manières d’intervenir, la nuit, des policiers dans les cités populaires. Ainsi, comme l’a indiqué Didier Lapeyronnie analysant les émeutes de l’automne 2005 (Lapeyronnie, 2006), même s’il est certain que le déclenchement stratégique des émeutes par des jeunes de quartier ségrégués et ghettoïsés sans beaucoup d’autres choix de se faire entendre et d’exprimer leur mal-être que de provoquer des violences collectives, allait entraîner des réactions des pouvoirs publics, ces jeunes, notamment à la Cité des enfants perdus, n’ont pas pu calculer néanmoins que ces réponses seraient, avant tout, sécuritaires et répressives plutôt que sociales et éducatives.

5- Les émeutes ont transformé les pratiques : « on a été sur nos gardes un bout de temps »

38Pendant un temps, la peur générée par les émeutes de 2005, a totalement transformé les manières d’opérer de la BAC nuit. Sur leurs gardes, les policiers de la BAC nuit prennent désormais toutes les précautions pour éviter de se trouver en mauvaise posture lors de leur travail de police à la Cité des enfants perdus. En effet, le traumatisme des émeutes a entraîné le fait qu’Éric et ses collègues ont longtemps redouté qu’un affrontement probable avec des regroupements de jeunes joue, de nouveau, en leur défaveur :

À l’époque [avant les émeutes de 2005] on tournait dans des équipages de deux tout le temps. Lorsque l’on était quatre en BAC, on faisait deux équipages de deux. Depuis ce temps-là, c’est révolu, fini. Maintenant, lorsque l’on est quatre, on fait un équipage de quatre ; on ne fait plus deux/deux. Terminé. Avant, on contrôlait à deux. On n’appelait personne, on contrôlait un groupe de six/sept individus à deux. On n’appelait pas de renforts. Terminé. Avant quand on était sur la Cité des enfants perdus, on tournait à un seul véhicule, l’autre véhicule tournait dans un autre quartier de Trincamp ; maintenant, terminé. Lorsqu’un véhicule est à la Cité des enfants perdus, l’autre n’est pas loin. L’autre est dans le secteur aussi. Cela a vraiment changé nos façons de faire, notre façon de voir les choses aussi.

39En définitive, les émeutes ont totalement réveillé Éric. Elles l’ont fait « sortir de sa bulle ». Lors de ces événements dont il a fait sa propre analyse, Éric a pris réellement conscience que les BAC étaient haïes par beaucoup de jeunes de la Cité des enfants perdus au point où dans des circonstances d’affrontement, ces jeunes pourraient le tuer ou le blesser grièvement s’ils en avaient la possibilité. C’est ainsi que cette peur de l’affrontement décrite par Éric a amené les policiers de la BAC nuit à ne plus s’équiper simplement pour faire un travail de police classique mais à se préparer physiquement et mentalement pour aller à l’affrontement :

Avant, lorsque je partais en patrouille et que j’oubliais mon tonfa [bâton de self-défense et d’intervention très utilisé par la police], je me disais : ce n’est pas grave, je le prendrai après. Suite aux émeutes, je ne pars plus sans tonfa, je ne pars plus sans gilet pare-balles et je fais gaffe que ma cartouche soit bien chambrée [prêt à tirer] avant de partir. Je vais à la guerre, je ne vais plus compter fleurette.

6) Une puissance de feu pour pénétrer les cités et réprimer les émeutes

40Auparavant, contrairement à leurs collègues CRS, les policiers de la BAC nuit étaient peu équipés pour faire face à des affrontements émeutiers. Or, depuis le choc des violences collectives de l’automne 2005, chaque policier de la BAC nuit de Trincamp dispose désormais d’un équipement individuel adapté à ce type de configuration ce qui rassure beaucoup Éric. En effet, en 2005, surpris par la violence des émeutes à la Cité des enfants perdus, Éric et ses collègues, par manque de matériels notamment, ont eu un moment le sentiment qu’ils devraient se battre quasiment à main nue contre des hordes de jeunes cagoulés décidés à « casser du keuf (flic en verlan) » :

Lors de la première nuit d’émeute, on avait tout grillé. Tout notre stock de munitions y était passé. Donc, j’ai fait rapatrier le soir même de l’école nationale de police locale des couguars, des grenades lacrymogènes, des munitions flash-balls, au moins une cinquantaine.

41Pour les policiers de la BAC nuit, les émeutes ont eu au moins l’intérêt de faire prendre conscience à la hiérarchie policière qu’il y avait une nécessité à mieux équiper et surtout à moderniser les matériels de protection et de défense, voire de riposte des policiers de terrain. En effet, pour Éric, seule une intervention massive des forces de police a finalement permis de mettre fin aux saccages de la nuit du 5 au 6 novembre 2005 et c’est également seulement grâce à l’acquisition d’armes de défense, suffisamment imposantes, que les policiers de la BAC nuit pourraient aujourd’hui endiguer une nouvelle tentative de déclenchement d’une émeute :

– Interviewer : Les émeutes se sont terminées comment ?

– Éric : Des renforts sont arrivés de partout, de partout. Impressionnant. Je n’ai jamais vu autant de flics de ma vie. Les jeunes qui étaient là, ceux qui participaient aux émeutes ont donc tous regagné leur domicile. C’était très simple pour eux ; ils sont rentrés dans leurs cages d’escaliers et au revoir. C’était très très simple, ils étaient aux pieds de leurs immeubles de toute façon ; ils étaient à côté et ils sont donc rentrés chez eux. Puis sur le coup de minuit - une heure, il y avait six cents policiers sur la Cité des enfants perdus.

– Interviewer : Le rapport de force avait changé ?

– Éric : Oui ! Mais déjà si l’on avait été équipé comme on l’est maintenant cela ne se serait pas passé comme ça. Maintenant, même à dix-sept, je pense que l’on peut faire face à leurs vagues ; notre façon de travailler a évolué ; maintenant, on peut faire face. La dernière fois, on n’avait qu’un seul couguar. Si on l’avait eu dès le début des émeutes, déjà, on dégageait le terrain avec ça. Maintenant, dans chaque véhicule, on a un couguar et un flash-ball alors qu’auparavant on avait un flash-ball et six munitions de flash. Maintenant, dans chaque véhicule BAC, vous avez, le plus souvent, deux flash-balls, un couguar et cinquante munitions de flash-balls.

42Néanmoins, l’acquisition par les policiers de nouvelles armes plus puissantes et effrayantes, censées les rassurer et leur donner des moyens d’action supplémentaires, comme cela a été dit par les jeunes interviewés, renforce également le fossé qui existe entre les policiers de la BAC nuit et les jeunes de la Cité des enfants perdus. En effet, sachant qu’ils disposent d’un arsenal important, des policiers de la BAC nuit peuvent trouver plus commode d’imposer un rapport de force lors des contrôles plutôt que de favoriser le dialogue et le respect mutuel. Grâce à leur matériel, s’ils le souhaitent, les policiers de la BAC peuvent ressembler à des « robocops » (policiers cyborgs) et se comporter comme tels, favorisant ainsi une surenchère des logiques de confrontation entre les jeunes et la police de nuit. Les policiers cherchent ainsi à instaurer un « rapport de peur » qui leur soit favorable :

Ils [les jeunes] redoutent tout notre attirail [flash-balls, couguars]. Souvent, cela ne pète pas parce qu’ils voient que l’on a des flash-balls. On arrive à tempérer grâce à ça parce qu’ils savent, malgré tout, que l’on a une puissance de feu.

  • 9  Voir « La France promeut un modèle antiémeute d’exception », Le Monde, 18 octobre 2008.

43En marge d’un colloque européen sur les « violences urbaines », un responsable policier d’un pays voisin de la France exprimait ainsi son scepticisme vis-à-vis du « haut niveau de performance française en matière de maintien de l’ordre » « La police française envoie des robocops en banlieue mais ne peut plus parler avec les habitants. Nous, on fait le choix d’envoyer des hommes pratiquement sans équipement pour avoir un dialogue9.

IV - Des fauteurs de trouble

1) « Les gamins de 15/20 ans sont les plus difficiles »

44Lors des interventions de la BAC nuit, Éric souligne que les policiers entrent systématiquement en conflit, non pas avec l’ensemble des habitants de la Cité des enfants perdus mais avec les personnes âgées de 15 à 30 ans qui « traînent dans les cages d’escaliers ». Les individus potentiellement les plus violents sont le plus souvent des jeunes entre 15 et 20 ans, alcoolisés :

Les jeunes de 17 ans qui sortent du lycée sont très violents, très virulents, très grands et très costauds aussi. Ils sont taillés ; c’est des masses. Les gamins de 15/20 ans, sont les plus difficiles ; après, ils se rangent ou ont intérêt à se faire plus discrets.

45Alors qu’un contrôle peut relativement bien se dérouler, lorsque des jeunes ont bu, les relations s’enveniment généralement vite et les choses peuvent alors rapidement dégénérer :

Lors d’un contrôle, on ne sait jamais ce qui peut se passer. La fumette, ça les rend zen mais ils [les jeunes] tisent [boivent] beaucoup de rhum et de whisky dans les halls d’immeubles ou les voitures et pas seulement le week-end.

46Dans la pratique, à la Cité des enfants perdus, les policiers de la BAC nuit ont des difficultés particulières à intervenir rue Charles Péguy, près d’immeubles promis à la démolition mais qui sont toujours habités par quelques familles et squattés par des jeunes du quartier, notamment une « bande » (Robert, Lascoumes, 1974) dont certains font partie des fameux SDG (soldats du ghetto). Ces jeunes (entre dix et vingt) sont regroupés en bas des immeubles jusqu’à tard dans la nuit (3 heures du matin) ; ils dégradent les lieux et font le business de la drogue. Les BAC nuit rechignent donc à intervenir dans cet endroit s’ils ne sont pas assez nombreux car ils savent que le contrôle va certainement mal se passer, voire dégénérer :

Là, c’est auch ! C’est chaud ! Là, il n’est pas possible de parler avec les jeunes. C’est une zone de deal ; c’est très clair. Si l’on y va, on les dérange. Là, vous voulez un kilo [de drogue], vous y allez, vous le prenez.

47La nuit, la BAC, en fait, n’a pas affaire au même public que la BAC jour. Les filles ont généralement disparu, les petits de 8-12 ans également, ce sont donc surtout des jeunes de 16-25 ans qui leur donnent du fil à retordre. Si l’on excepte les contrôles effectués par les CRS, la BAC nuit est la seule à intervenir auprès de ces jeunes. À l’exception de quelques moments particuliers, notamment lors des émeutes de Villiers-le-Bel (novembre 2007) où sous l’impulsion du commissaire, des pères de familles ont fait des rondes durant la nuit pour prévenir d’éventuels débordements, les policiers ne rencontrent aucun acteur associatif. La nuit, les policiers de la BAC ont donc le sentiment que les jeunes sont livrés à eux-mêmes.

2) Un clash culturel et « ethno-racial »

48Au regard de leur jeune âge, la différence culturelle entre les jeunes de la Cité des enfants perdus et les policiers de la BAC nuit s’exprime notamment dans les goûts musicaux des uns et des autres. Les policiers sont presque tous des « Blancs » originaires de villes moyennes et petites écoutant du rock tandis que les jeunes de la Cité des enfants perdus sont majoritairement des « Noirs » qui écoutent, voire qui créent du rap ou des musiques digitales venues d’Afrique ou des Antilles :

On n’est pas hip-hop à la BAC nuit. On est plutôt rock. C’est aussi un clash de… un clash ! C’est vrai qu’on est très rock français. On n’a pas de mecs hip-hop qui arrivent avec une casquette à l’envers et des jeans larges !

49Éric a, en fait, bien conscience qu’à la Cité des enfants perdus, il existe une police de « Blancs » contrôlant une population majoritairement « noire » laissant penser que les jeunes sont victimes de discriminations racistes. Or, Éric affirme ne pas être raciste ni être responsable de la composition ethnique du quartier de la Cité des enfants perdus habité par de nombreuses familles d’origine étrangère ou perçues comme telles. Les jeunes de la Cité des enfants perdus, d’origine africaine, sont pourtant souvent persuadés que la société française est raciste vis-à-vis des « Noirs » et que les policiers sont le bras armé de cette société raciste. Lors des contrôles, les policiers de la BAC se voient donc régulièrement accusés de racisme par les jeunes « Noirs » du quartier. Ceux-ci affirment qu’ils sont contrôlés uniquement parce qu’ils sont « blacks », ce qui a le don d’énerver Éric qui pense contrôler ces jeunes uniquement parce qu’ils ont commis un acte délictueux ou parce qu’il y a de fortes présomptions qu’ils l’aient commis.

50Pourtant, lors de l’entretien, interrogé sur les différences pouvant exister dans les rapports police/jeunes entre les jeunes « blancs » et « noirs » de la Cité des enfants perdus, Éric indiquera que la BAC nuit contrôle plus régulièrement les « Noirs » que les jeunes « blancs » alors que ces derniers sont également tous, potentiellement, outrageants à l’encontre de la police. Cependant, grâce à ces contrôles fréquents, les « Noirs » plus habitués à se faire arrêter et fouiller seraient généralement plus soumis que les « Blancs ». Ceux-ci accepteraient plus volontiers la routine des contrôles policiers :

Les Blancs de la Cité des enfants perdus s’affichent moins et on les contrôle peut-être moins souvent. Mais quand on les contrôle, ça se passe en fréquence moins bien avec eux qu’avec les Blacks. De fait, on les contrôle moins souvent, ils sont donc moins habitués à nos contrôles et ils le prennent d’autant plus mal alors qu’avec les Blacks, les contrôles, c’est tous les soirs. Ils donnent leurs papiers d’identité ; passage fichier ; deux trois petits mots : cela dure une minute trente. Bonjour et au revoir. Alors que les Blancs, eux, n’ont pas encore compris que plus ils ramenaient leur gueule, plus cela se passait mal.

51Quoi qu’il en soit, dans la pratique, lorsque les jeunes commencent à parler de contrôle raciste, Éric sait que le contrôle va inévitablement déraper :

Eux [les jeunes noirs de la Cité des enfants perdus] s’appellent négros entre eux mais si nous [la BAC nuit], on a le malheur d’utiliser ce mot, cela ne va pas le faire.

  • 10  Éric souligne qu’il est également très difficile d’avoir une femme dans une équipe de la BAC nuit. (...)

52Au sein de l’équipe de la BAC nuit de Trincamp, un policier d’origine antillaise est « noir ». Or, Éric indique que, contrairement à ce qu’il aurait pu penser, c’est ce policier qui a le plus de difficultés relationnelles avec les jeunes « noirs » et qui est le plus souvent victime d’outrages à agent10. En effet, les jeunes considèrent que ce policier est un traître à sa « communauté mélanique » lorsqu’il pactise avec un État raciste et ses « chiens de garde » :

Dans la BAC, on a un Black et c’est marrant parce que c’est vachement plus dur pour lui… Ils (les jeunes noirs] ne le loupent pas. Ils l’appellent le Bounty [noir à l’extérieur et blanc à l’intérieur–. Sur les contrôles, si ça part en sucette, c’est avec lui. Ils le cherchent ; ils le cherchent, ils le cherchent. Ils le traitent : - Enculé, t’es un sale traître à ta race, un Bounty ! L’autre jour, on arrive dans une cage d’escalier avec lui pour contrôler et il y avait cinq Blacks. Les mecs, ils parlaient entre eux et il y en a un qui a dit : - de toute façon ici, il n’y a que cinq négros ici ! Il était à côté de nous le collègue. Le Black, il n’a pas dit il y a six négros ; cela voulait donc dire que notre collègue n’était pas des leurs mais il le vit bien.

53En définitive, dans son action quotidienne, Éric a totalement intégré l’idée qu’il existe une ethnicisation des rapports sociaux à la Cité des enfants perdus. En effet, pour Éric, de même qu’il existe de la musique rock écoutée surtout par les « Blancs » et de la musique rap et assimilée, essentiellement destinée aux Noirs ou aux jeunes d’origine étrangère, de même il existe des formes particulières d’occupation de l’espace public propres aux « Blancs » et aux « Noirs », des manières singulières de boire de l’alcool (les « Blancs » boivent souvent seuls tandis que les « Noirs » consomment plutôt en groupe), mais aussi des façons différentes de se faire contrôler et de « délinquer » : les délinquants blancs seraient des voleurs, des violeurs et des cogneurs (notamment de leurs épouses) alors que les délinquants noirs seraient des voleurs violents (vols de portables à l’arrachée), agissant plutôt en « bande ».

V - L’expérience personnelle de l’hostilité et de la violence

1) Une découverte frontale du monde des cités

54Avant d’être nommé dans le quartier de la Cité des enfants perdus, Éric n’avait pas d’expérience réelle du monde des quartiers populaires et de ses habitants, notamment de la population immigrée ou d’origine étrangère, peu nombreuse dans sa ville d’origine. En sortant de l’école de police, c’est donc en novice qu’il a commencé son travail de maintien de l’ordre dans le quartier de la Cité des enfants perdus. Or, la découverte des quartiers populaires et des jeunes de cité a été brutale car immédiatement conflictuelle. En effet, contrairement à lui, les jeunes de la Cité des enfants perdus ont l’habitude de côtoyer des policiers avec lesquels ils entretiennent souvent un rapport antagoniste, la nuit. Dès lors Éric a dû rapidement apprendre que pour la plupart des « jeunes de cité », le fait de recevoir un ordre d’obtempérer de la part d’un policier lors d’un contrôle ne suffit souvent pas pour qu’ils obéissent. La peur du gendarme, généralement partagée par la majorité de la population française, n’est effectivement pas une réalité établie à la Cité des enfants perdus, bien au contraire. Pour les jeunes de la cité contrôlés, en tant que policier, même novice, Éric est avant tout considéré comme un adversaire venu « tester » les jeunes du quartier et à qui l’on se doit de résister :

  • 11  Face à l’expérience de l’hostilité, Dominique Monjardet révèle que les jeunes recrues de la police (...)

Au début, je ne connaissais pas. J’allais un petit peu la fleur au fusil dans les cages d’escaliers : Bonjour, contrôle de police… enfin bon, très utopiste le garçon encore11. J’arrivais d’A. Je n’avais jamais vu de Blacks de ma vie, j’avais deux/trois potes turcs et deux/trois potes arabes à l’école et voilà ! C’était une toute petite ville. En fait, j’ai eu le clash à Trincamp. La population africaine, je ne la connaissais pas du tout et, là, je l’ai connue mais frontalement !

2) Une proximité générationnelle : un atout et un handicap

55Nous avons vu qu’Éric a une préférence pour la musique rock ; il lui arrive néanmoins d’écouter du hip-hop. Contrairement à ses collègues plus âgés, il reconnaît, en effet, qu’il n’a pas une vision purement négative de l’expression rapologique. Il exprime d’ailleurs une certaine fascination pour cette musique qu’il écoute régulièrement chez lui durant ses loisirs pour s’informer de cette culture musicale particulièrement appréciée dans les quartiers populaires :

Avec notre jeune âge, on a à peu près les mêmes goûts. On se fringue à peu près pareil, à peu près dans les mêmes endroits. On n’écoute pas la même musique bien que j’écoute skyrock [chaîne de radio commerciale affirmant être la première « planète rap » en France] justement pour comprendre et rester un peu sur la même longueur d’onde alors que je n’écoutais pas skyrock avant. Dans ma voiture, c’est sky et France-info [chaîne de radio d’information du groupe radio France].

56Dans cette optique, Éric indique qu’il apprécie la chanson diffusée sur le site Internet Dailymotion, chroniquant les émeutes de 2005 à la Cité des enfants perdus et produite par les rappeurs de ce quartier. De plus, pour son travail mais surtout par plaisir, il passe aussi beaucoup de temps à regarder des blogs (il s’agit de sites web personnels dans lesquels le ou les auteurs notent, au fur et à mesure de leurs réflexions sur un sujet qui leur importe, des avis, des impressions pour les diffuser et susciter des réactions, commentaires et discussions) réalisés par les jeunes de la Cité des enfants perdus, notamment ceux revendiquant une appartenance à une « bande » comme les SDG (soldats du ghetto) ou les LBL (libolo gang). Ainsi, pour les besoins de son travail d’investigation mais surtout par curiosité, Éric aime surfer sur les blogs de jeunes du quartier, bien au-delà de son temps de travail :

Par l’exploitation des blogs, on arrive à repérer leurs surnoms et leurs habitudes. Moi, je suis tous les jours sur Dailymotion, sur Skyblogs. Moi, je vais voir les blogs du ghetto du 27, du SDG. On a vraiment l’impression de pénétrer dans l’intimité des jeunes. Là, on les voit différemment. On les voit prendre leurs photos ; on les voit avec leurs potes. Pour les policiers, c’est aussi intéressant parce qu’on voit les motos et les quads volés. On voit aussi qu’ils utilisent des armes.

57Éric souligne bien que le temps qu’il passe sur les blogs des jeunes de la Cité des enfants perdus lui permet de les surprendre lors des contrôles. Il aime leur donner des détails sur leur vie privée (description de photos, de petits mots entre amis…) qu’il s’est appropriés en visionnant les blogs. Les jeunes sont généralement surpris et impressionnés par la précision des informations données sur leur vie intime.

58La jeunesse d’Éric lui permet donc de garder une certaine proximité avec les jeunes qu’il contrôle et côtoie, de mieux comprendre leurs codes, leurs attentes et leurs représentations du monde. En revanche, cette proximité peut également s’avérer problématique lorsqu’il s’agit d’affirmer une autorité, notamment lors des contrôles. En effet, Éric indique que, contrairement à ses collègues de la BAC jour plus âgés que les policiers de la BAC nuit, eux ne possèdent pas encore d’« autorité naturelle » pouvant en imposer aux jeunes. Aussi, les policiers de la BAC nuit doivent-ils fréquemment user de la force pour s’imposer auprès des jeunes :

Les BAC jour ont moins de problèmes avec eux [les jeunes de la Cité des enfants perdus] parce que les BAC jour, c’est des anciens. Nous [la BAC nuit], c’est vraiment toujours un rapport de forces. Les jeunes regardent les BAC jour comme des anciens alors que, nous, vu notre âge [25-30 ans], c’est toujours un rapport de force. Au début, il fallait vraiment s’affirmer : enlève les mains de tes poches, enlève les mains de tes poches ! Il faut s’affirmer. C’est celui qui va tenir tête à l’autre. C’est difficile.

3) Une interconnaissance ambivalente

59En général, Éric et ses collègues de la BAC nuit ne peuvent pas discuter avec les jeunes de la Cité des enfants perdus lorsque ceux-ci sont trop nombreux. En revanche, il n’est pas rare qu’ils arrivent à entamer un dialogue sur le ton de la raillerie lorsque les jeunes, stationnés en bas d’un immeuble, sont seulement deux ou trois. Éric affirme, en effet, que contrairement à ce que l’on pourrait penser, un contrôle d’identité est propice à la discussion quand les jeunes ne sont pas énervés, pas alcoolisés et peu nombreux :

Quand on se connaît, on se chambre mutuellement avec les jeunes sur un contrôle.

– Éric : Bien, tu te laisses pousser les cheveux toi, qu’est-ce qui se passe ?

– Un jeune contrôlé : Et toi, tu te laisses pousser le ventre ?

On se fait des petites chambrettes.

– Éric : ton fut [pantalon], il est chouette, tu l’as eu où ?

60Il est néanmoins certain que les policiers de la BAC nuit connaissent beaucoup moins les jeunes de la Cité des enfants perdus personnellement que leurs collègues de la BAC jour. Cependant, à force de se dévisager et d’entrer en conflit en bas des tours ou des cages d’escaliers, les jeunes et les policiers de la BAC nuit se repèrent, au moins de vue (tous les jeunes condamnés pour leur participation aux émeutes de 2005 étaient connus par les policiers de la BAC nuit. Certains d’entre eux n’étaient d’ailleurs pas repérés comme étant les plus violents du quartier). Rapidement, si l’on excepte les policiers les plus anciens appelés par leur nom parce qu’ils font désormais partie du décor du quartier, les jeunes de la Cité des enfants perdus identifient les policiers de la BAC et leur donnent un surnom ; c’est le cas d’Éric appelé « parabole » en raison de ses grandes oreilles :

On a tous des petits surnoms. Le major de la BAC jour, ils [les jeunes du quartier] l’appellent tous par son nom de famille ; même un gosse de 6 ans connaît son nom. Il est connu comme le loup blanc à la Cité des enfants perdus, c’est un mythe. Il est partout présent. On a un collègue de la BAC nuit, qu’ils ont surnommé Pento parce que c’est vrai qu’il se met de la laque. Moi, ils m’ont surnommé « parabole 27 », à cause de mes oreilles. J’ai retrouvé mon petit nom sous les arcades, rue Charles Péguy : « Nick parabole ».

61Cette interconnaissance produit au moins deux effets : d’un côté, elle envenime les relations car les jeunes et les policiers se testent et se provoquent mutuellement, quotidiennement, de l’autre, elle limite les interactions ultra-violentes puisque les policiers ont la capacité de reconnaître leurs agresseurs :

Il est hors de question que je passe dans le quartier et qu’ils m’insultent. Les mecs me connaissent personnellement ; je suis BAC mais aussi officier de police judiciaire. J’en ai placé plusieurs en garde à vue. Moi, il y en a certains, je ne leur demande même pas leur pièce d’identité ; je sais comment ils s’appellent ou, si je le leur demande, c’est seulement pour leur faire passer un fichier parce qu’avec toutes les petites affaires, on les met en recherche pour savoir s’ils n’ont pas fait un truc entre temps. Mais bon, on les connaît. Ce soir-là [confrontation tendue place Rabelais], sur les trente jeunes, il y en avait au moins une quinzaine que je connaissais. Cela aurait pu partir à l’affrontement mais sachant qu’on les connaît, dans la mesure du possible, ils ne vont pas utiliser la violence. Ils nous insultent quand ils sont nombreux parce qu’ils savent que l’on ne va pas nécessairement identifier le gars qui nous a insultés, ils ne craignent rien. Mais enfin, si un gars commence à nous porter un coup, ils me connaissent, ils savent que le lendemain matin, à 6 heures, je serai devant l’appartement et que je défoncerai la porte. Il n’y a aucun souci. Ils le savent pertinemment.

62Quoi qu’il en soit, en raison de ses interrelations en dents de scie avec les jeunes de la Cité des enfants perdus, à l’instar du major Mitchel, Éric doit, sans cesse, faire attention que sa vie professionnelle ne fasse pas brutalement irruption dans sa vie privée. En effet, même si Éric habite, aujourd’hui, à vingt-cinq kilomètres de Trincamp cela n’a pas toujours été ainsi et, en tant que policier, il n’est pas à l’abri de vengeances personnelles de la part de « clients » gardant une certaine rancœur à son encontre. C’est pourquoi, même lorsqu’il n’est pas de service, Éric demeure armé lorsqu’il se trouve à Trincamp (durant l’entretien, Éric soulève son pull pour nous montrer que son arme est accrochée à son ceinturon et dégaine). Pour Eric, lorsqu’on est policier, on l’est en fait 24h/24h :

Même si le commissariat est un peu ma vie, je ne peux pas habiter à Trincamp. Quand on rentre chez soi, on tombe sur des « clients » et c’est super dérangeant. Là, on se dit, merde ma voiture ! Il va faire une connerie dessus ; ma copine… voilà. Suite aux émeutes, j’avais déménagé. J’habitais le vieux Trincamp et j’avais retrouvé mon adresse inscrite dans un hall d’immeuble… Le gars qui avait été interpellé pour outrage et menaces de mort à mon encontre, l’après-midi avant le déclenchement des émeutes, avait justement cité mon adresse au procureur et au juge. Le patron [commissaire] m’a donc convoqué pour me demander de déménager, ce que j’ai fait dans les dix jours.

4) L’imposition d’un rapport de force n’est pas une solution

63En fait, pour dépasser les rapports antagonistes endémiques en œuvre à la Cité des enfants perdus entre les jeunes et les policiers de la BAC nuit, Éric ne voit pas d’autre issue que sa mutation dans un territoire moins marqué par l’existence de cités populaires érigeant la haine des flics comme l’expression d’une culture largement revendiquée par la majorité de la jeunesse populaire. En effet, même si Éric indique qu’il a parfaitement conscience que la présence de la police à la Cité des enfants perdus, la nuit, est nécessaire pour assurer la sécurité d’une grande partie des habitants, il ne se sent plus la force de l’assumer personnellement. Il s’agit d’une épreuve devenue extrêmement pénible pour lui. En ce sens, durant l’entretien, Éric nous informe que, pendant qu’il préparait une maîtrise de droit, il était surveillant dans un lycée, ce qui l’a ensuite amené à penser qu’il pourrait peut-être tenter de devenir conseiller principal d’éducation (CPE) au lieu de préparer le concours de gardien de la paix. En effet, lorsqu’il était surveillant, Éric aimait le rapport social empathique et généralement convivial qui existait avec les jeunes. Il conserve une certaine nostalgie de la relation humaine qu’il tissait alors avec les adolescents. Or, aujourd’hui, en tant que policier de la BAC nuit, Éric se sent prisonnier d’une sorte de cercle vicieux producteur de confrontations violentes entre la police et les jeunes de quartier. À la Cité des enfants perdus, les relations entre les jeunes et les forces de l’ordre paraissent si dégradées, notamment depuis les émeutes de 2005, qu’il semble malheureusement impossible à Éric d’intervenir autrement qu’en instaurant un rapport conflictuel et antagoniste entre les deux parties, ce qu’il regrette profondément. Entre les jeunes et la BAC nuit, il existe un contentieux trop important. Les policiers se méfiant des réactions cyclothymiques et « bizarres » des jeunes qu’ils contrôlent (les jeunes acceptent la plupart du temps d’être contrôlés sans opposer de résistance mais d’autres fois, sans crier gare, ces mêmes jeunes se rebellent), Éric reconnaît que les BAC, notamment par crainte de se retrouver en mauvaise posture, peuvent se montrer agressives, ce qui renforce la haine que certains jeunes de cité peuvent ressentir vis-à-vis de la police. Finalement, les jeunes et les policiers de la BAC nuit s’inscrivent dans un processus de « ségrégation réciproque » qu’Éric supporte de plus en plus difficilement.

64Dans ce contexte, d’un côté, le surarmement des BAC nuit rassure Éric et ses collègues car ils ont le sentiment de pouvoir se défendre face aux attaques potentielles des habitants de la Cité des enfants perdus, de l’autre, il entretient une crainte réciproque et favorise le développement de relations uniquement basées sur l’imposition d’un rapport de force : Moi, maintenant, je n’aime plus aller à l’affrontement.

5) Une confrontation antagoniste inévitable

65Éric a conscience de la contradiction dans laquelle il est empêtré en tant que policier de la BAC nuit intervenant dans un quartier populaire : d’un côté, il est convaincu que la loi de la République doit s’imposer sur tout le territoire national y compris dans les quartiers périphériques populaires. Il s’agit de veiller à ce que des trafics illégaux ne se développent pas en plein jour, que la tranquillité publique soit assurée pour le bien-être des citoyens et leur sécurité. Il considère dès lors que son travail de maintien de l’ordre est parfaitement légitime lorsqu’il s’agit de neutraliser des fauteurs de trouble, des voleurs ou des délinquants violents agressant une femme âgée ou une personne fragile. D’un autre côté, même s’il affirme vouloir faire sérieusement son travail de policier en faisant respecter la loi républicaine, Éric ressent également un certain malaise de devoir imposer des règles pratiquement inapplicables dans les quartiers défavorisés comme la Cité des enfants perdus. Ainsi, pour notamment lutter contre les comportements incivils et le sentiment d’insécurité, la loi donne la possibilité aux policiers de contrôler les halls d’immeubles et d’empêcher que des jeunes s’y regroupent. Cependant, la situation sociale, souvent désastreuse (déscolarisation, chômage, appartements trop petits au regard de l’importance des familles…) dans laquelle se trouvent une grande partie des jeunes de cité les oblige à adapter leur mode de vie à cette situation entrant ainsi dans un cercle vicieux. Sans occupation dans la journée, ils se couchent et se lèvent tard. Ainsi les regroupements dans les cages d’escaliers sont des sortes de soupape permettant aux jeunes de maintenir des relations sociales et d’éviter que des tensions explosent trop souvent à l’intérieur du foyer familial. Ces regroupements dans les parties communes des immeubles sont également une réponse spontanée au déficit d’offres des pouvoirs publics n’adaptant pas souvent leurs manières d’intervenir à la réalité des comportements et des besoins quotidiens de la jeunesse populaire : On les vire tout le temps des immeubles mais ils peuvent aller où ? Comme ailleurs, dans de nombreuses cités, à la Cité des enfants perdus, il existe, en effet, un réel déficit en matière d’encadrement de la jeunesse en soirée et durant la nuit. Dans un tel contexte, l’intervention policière dans les halls d’immeubles pour déloger les jeunes qui y squattent ne peut alors être que mal perçue par ceux-ci. Ayant le sentiment de ne rien faire de mal, ni de véritablement illégal d’ailleurs (même lorsqu’il s’agit de petits trafics de shit), mais se conformer simplement à la « culture de quartier » où « galérer » dans un hall est une habitude bien ancrée chez une partie de la jeunesse et des adultes de cité, l’interaction qui a donc lieu entre les BAC nuit et les « bandes » de jeunes ne peut alors qu’être électrique et conflictuelle. En effet, les policiers se sentent obligés de faire respecter la loi tandis que les jeunes trouvent également légitime de se regrouper en bas de leurs immeubles pour vivre ensemble leur jeunesse dans la cité :

Je ne fais pas une soirée sans monter à la Cité des enfants perdus où il m’arrive souvent de m’arrêter pour leur [les jeunes du quartier] dire bonjour parce que je les connais :

– Hé ! Vous faites quoi les jeunes ? Vous glandouillez ?

– Oh la BAC, ça va ! Ouais, il y a cette petite relation qui ne va pas toujours aboutir à la confrontation quand ils ne sont pas nombreux, qu’ils sont seulement deux ou trois. Mais c’est aussi possible parce que l’on ne va pas dans la cage d’escalier, qu’on ne va pas les chercher pour les mettre dehors car c’est ça aussi le problème : ils sont dans les cages parce qu’ils n’ont pas d’autres endroits où aller, où se regrouper, la nuit. À la Cité des enfants perdus, il n’y a rien ; c’est le vide, c’est le néant. Forcément, quand nous on y va pour les virer d’une cage d’escalier où ils sont une quinzaine au chaud, où ils tisent [boivent] tranquillement, où ils fument quelques produits illicites et bien, forcément, quand on arrive, ils n’aiment pas ça, d’où le conflit parce que l’on y va pour les contrôler et les virer. Depuis la loi de Sarkozy sur l’occupation des halls d’immeubles, nous on a un cadre légal d’intervention.

  • 12  En 2003, l’article 61 de la loi sur la sécurité intérieure, dite loi Sarkozy, renforce les disposi (...)

66Dans ce cas, la loi pour la sécurité intérieure, dite loi Sarkozy (février 2003) incluant un article rendant illégale l’occupation des halls d’immeubles12 vient directement percuter des habitudes inscrites depuis longtemps chez de nombreux « jeunes de cité » et induit, dès lors, le renforcement des rapports de confrontation entre ces jeunes et la police.

67En fait, au regard de son expérience de policier de la BAC nuit surtout marquée par les rapports antagonistes avec les jeunes de quartier, Éric indique qu’il a aujourd’hui le sentiment d’avoir fait le tour de cette forme de police essentiellement organisée pour faire du maintien de l’ordre. Dans la pratique, les modes d’intervention privilégiés par la BAC nuit sont, en effet, propices à la répression, voire à l’oppression plutôt qu’à la prévention. Or, Éric souhaite désormais travailler dans la journée en partenariat avec une pluralité d’acteurs susceptibles d’agir pour la paix sociale. Effectivement, à partir de son expérience personnelle, même s’il ne nie pas l’importance d’une police d’intervention, la nuit, pouvant œuvrer au maintien de la tranquillité publique, Éric pense néanmoins qu’il serait beaucoup plus intéressant mais aussi plus efficace pour le maintien de l’ordre de réussir à tisser un maillage composé d’une multitude d’intervenants en interconnexion :

Je suis officier de police et j’ai vécu ce que j’avais à vivre la nuit. Quand on est flic, on peut faire des tas de choses et, maintenant, j’ai vraiment envie de m’ouvrir sur autre chose. Je voudrais m’ouvrir sur les intervenants extérieurs. J’en ai marre, la nuit je ne parle à personne, à part les pompiers, l’hôpital et puis la police municipale, ce sont mes seuls interlocuteurs, cela m’énerve un peu ; je trouve ça un peu réducteur à force. Moi, j’ai franchement envie de voir autre chose. J’adorerais faire des réunions comme fait le directeur [commissaire] avec les parents ; j’adorerais rencontrer les bailleurs ; j’adorerais rencontrer les municipalités ; j’adorerais aller dans les lycées, dans les bahuts, parler parce que je pense qu’il y a plein de problèmes qui pourraient être réglés autrement que par la confrontation. Je pense également que si on n’était pas tout le temps les seuls présents, la nuit, s’il y avait des éducateurs, une salle ouverte la nuit, enfin, un endroit où ils [les jeunes] puissent aller, cela nous aiderait quand même à ne pas être tout le temps dans la confrontation.

Conclusion

  • 13  Je suis intervenu sur un truc très très violent la semaine passée. Un Black que je connais bien a (...)
  • 14  Cf. La loi du plus fort joue donc sur trois niveaux : dans les relations d’individu à individu, da (...)

68Depuis les émeutes de l’automne 2005, la BAC nuit pense qu’elle peut maintenir la paix sociale grâce à deux éléments principaux : une puissance de feu importante, une bonne connaissance des jeunes du quartier et de leurs interrelations. En fait, les policiers et les jeunes semblent faire partie d’un système d’interaction agonistique, particulièrement développé au sein de la jeunesse et des milieux populaires (Schwartz, 1990 ; Mauger, Fossé-Poliak, 1983). À la Cité des enfants perdus, dans un contexte de ghettoïsation, l’emploi de la force est ainsi normalisé aussi bien du côté des jeunes que du côté de la police. L’emploi de la force reste, en effet un moyen suffisamment sûr pour garantir « une construction positive de la face personnelle » et « sauver son honneur »13. Ainsi, dans un environnement où la « loi du plus fort » est normalisée, à l’instar de certains jeunes de quartier assumant une « culture de rue » (parfaitement mise en scène aujourd’hui par des rappeurs et leur crew s’insultant et se provoquant mutuellement sur Internet notamment), les policiers doivent, sans cesse, mettre en jeu leurs capacités de réactions physiques et montrer qu’ils demeurent les plus forts. Les policiers de la BAC nuit font, en effet, totalement partie du décor de la « culture de la rue » (Bourgois, 2001 ; Moignard, 2008 ; Sauvadet, 2006 ; Venkatesh, 1997, 2011) dans laquelle la loi du plus fort domine une bonne partie des inter-relations des « jeunes de cité », notamment des plus jeunes. La loi du plus fort joue à plusieurs niveaux, celui des individus, des groupes et des pairs14 (dans un contexte où le rapport de force est central dans la construction et la préservation de sa face personnelle et collective) confrontés à des groupes de jeunes ; dans la pratique, les policiers adoptent la posture d’un autre groupe partageant la même culture agonistique (Lepoutre, 1997). En s’opposant au groupe « policiers », des jeunes cherchent ainsi à éprouver leur courage et à construire une face positive, personnelle et collective, dans l’affrontement. Le rapport eux/nous dans lequel s’inscrivent de nombreux jeunes de quartier (Elias, Scotson, 1997) ainsi qu’une part importante de policiers de la BAC nuit, façonne donc bien des interactions au sein desquelles chacun tente de soumettre son « adversaire » souvent hétéro-désigné, voire hétéro-racisé négativement. Cependant, dans cette interaction virile et dure et dans le but de maintenir l’ordre et d’assurer la tranquillité publique des « honnêtes citoyens », les policiers revendiquent le fait qu’ils sont les seuls agents légitimes ayant le droit, voire le devoir, d’imposer un rapport de force en utilisant la violence si nécessaire. Or, ce positionnement n’est pas accepté par la plupart des jeunes de quartier considérant les policiers, notamment à l’aune de leurs comportements agressifs et provocateurs, avant tout comme les membres d’une « bande » rivale avec lesquels il faut batailler pour préserver sa face (Goffman, 1975 ; Becker, 1985).

69En fait, dans une situation où les jeunes des quartiers populaires en difficulté d’insertion socioprofessionnelle sont livrés à eux-mêmes durant la nuit, il semble que les policiers de la BAC et les jeunes de cité soient condamnés à s’opposer plus ou moins violemment : les premiers sont, avant tout, chargés de pacifier des espaces ghettoïsés et de soumettre les jeunes de quartier tandis que les seconds tentent de maintenir une estime d’eux-mêmes en se confrontant, quelquefois violemment, avec ceux qui représentent leur oppression de la façon la plus caricaturale.

70Pour autant, comme nous l’avons vu, certains policiers, ont conscience que la militarisation des cités durant la nuit n’est pas une solution acceptable : d’une part, elle envenime les antagonismes jeunes/police, favorise les confrontations violentes (Collins, 2008) et, d’autre part, elle met en danger les forces de l’ordre devant occuper des territoires de plus en plus révoltés et sous tension permanente. Ainsi, contrairement à beaucoup d’idées reçues, notre enquête montre que certains policiers sont des acteurs très critiques, notamment en raison des restrictions budgétaires touchant les services publics, à l’encontre du processus d’insécurité sociale (Castel, 2003) qui décompose le « modèle » social français d’intégration et favorise la production multiforme de la violence (Wieviorka, 2004). Ces policiers dénoncent, en effet, le processus d’« injonction paradoxale » dans lequel ils sont englués : tenus de réprimer les phénomènes de violences individuelles et collectives en expansion, nombre d’entre eux ont conscience que ces phénomènes de violences sont d’abord liés au chômage, à la multiplication des inégalités, au délitement et à la marchandisation des formes de protection sociale, mais aussi au développement de « logiques guerrières », aux provocations et aux stigmatisations parfois formulées par des hauts représentants de l’État. Dans la pratique, les policiers sont donc entraînés dans le « cercle vicieux » de la coproduction de la violence. En effet, sur la voie publique, les policiers sont les premiers à regretter de devoir vivre quotidiennement des rapports de violence avec une partie de la population régissant quelquefois agressivement à la situation de vulnérabilité dans laquelle elle se trouve. Or, malgré cette prise de conscience que la militarisation des modes d’intervention policiers, paradoxalement, renforce des confrontations violentes, facteurs de désordre, au moment où nous menons notre enquête, le gouvernement en place, notamment sous la pression des différents lobbies sécuritaires, promet de mettre en œuvre un régime de traitement policier d’exception pour les « banlieues sensibles ».

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bayley D.H., 1990, Patterns of Policing: A comparative International Analysis, New Jersey, Rutgers University Press.

Becker H., 1985, Outsiders. Études de la sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bittner E., 1990, Aspects of Police Work, Boston, Northeastern University Press.

Bittner E., 1991, De la faculté d'user de la force comme fondement du rôle de la police, Les Cahiers de la sécurité intérieure, 3, 221-235.

Boucher M., 2003a, Turbulences, contrôle et régulation sociale. Les logiques d’action des acteurs sociaux dans les quartiers populaires, Paris, L’Harmattan.

Boucher M., 2003b, Turbulences, contrôle et régulation. Des modèles sécuritaires et démocratiques dans des quartiers impopulaires, Déviance et Société, 27, 2, 161-182.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boucher M., 2009, L’expérience du ghetto. Stomy, Roger, Abou et leur Clan : rebelles et débrouillards, Déviance et Société, 33, 2, 221-248.
DOI : 10.3917/ds.332.0221

Boucher M., 2010a, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire, Paris, L’Harmattan.

Boucher M., 2010b, Turbulences. Comprendre les désordres urbains et leur relégation, Paris, Tétraèdre.

Bourgois P., 2001, En quête de respect. Le crack à New-York, Paris, Seuil.

Collins R., 2008, Violence. A micro-sociological theory, Princeton, Princeton University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brodeur J.-P., 2001, Le travail d’Egon Bittner : une introduction à la sociologie de la force institutionnalisée, Déviance et Société, 25, 3, 307-323.
DOI : 10.3917/ds.253.0307

Brodeur J.-P., 2003, Les visages de la police : pratiques et perceptions, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal.

Castel R., 2003, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil.

Elias N., Scotson J.-L., 1997, Les logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d'une communauté, Paris, Fayard.

Goffman E., 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, éd. de Minuit.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lapeyronnie D., 2006, Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’Automne 2005, Déviance et Société, 30, 4, 431-448.
DOI : 10.3917/ds.304.0431

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbain, Paris, Robert Laffont.

Le Breton D., 1996, La passion du risque, Paris, Métailié.

Le Breton D. (dir.), 2002, L’adolescence à risque, Paris, Autrement.

Lepoutre D., 1997, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob.

Loubet del Bayle J.-L., 1992, La police. Approche socio-politique, Paris, Montchrestien.

Marlière É., 2008a, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités, Paris, Fayard.

Marlière É., 2008b, Les jeunes de cité. Territoires et pratiques culturelles, Ethnologie française, 38, 4, 711-721.

Mauger G., Fossé-Poliak C., 1983, Les loubards, Actes de Recherche en Sciences Sociales, 50, 49-67.

Merlin P., 1998, Les banlieues des villes françaises, Paris, La Documentation française.

Moignard B., 2008, L’école et la rue : fabriques de la délinquance, Paris, Le Monde/PUF.

Monjardet D., 1993, Le modèle français de police, Les Cahiers de la sécurité intérieure, 13, mai-juillet, 61-82.

Monjardet D., 1996, Ce que fait la police : sociologie de la force publique, Paris, La Découverte.

Monjardet D., 2001, Vivre le métier de policier, Informations Sociales, 92, 24-31.

Mouhanna C., Matelly J.-H., 2007, Police : des chiffres et des doutes, Paris, Michalon.

Mucchielli L., Le Goaziou V. (dir.), 2007, Quand les banlieues brûlent. Retour sur les émeutes de l’automne 2005, Paris, La découverte.

Ocqueteau F., 2010, Polices et politiques de sécurité - Concilier efficacité et respect des libertés, Problèmes politiques et sociaux, n° 972, Paris, La documentation française.

Peretti-Watel P., 2000, Sociologie du risque, Paris, Armand Colin.

Robert P., Lascoumes P., 1974, Les bandes d’adolescents, Paris, Éditions Ouvrières.

Rubi S., 2005, Les « crapuleuses », ces adolescentes déviantes, Paris, PUF.

Sauvadet T., 2006, Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Paris, Armand Colin.

Schwartz O., 1990, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du nord, Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Venkatesh S., 1997, The Social Organization of Street Gang Activity in an Urban Ghetto, American Journal of Sociology, 103, 1, 82-111.
DOI : 10.1086/231172

Venkatesh S., 2011, Dans la peau d’un chef de gang, Paris, École des loisirs.

Vulbeau A., 2001, Ce que fait la police… avec les jeunes, Informations Sociales, 92, 58-69.

Wacquant L., 2005, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte.

Wieviorka M., 2004, La violence, Paris, Balland.

Wirth L., 2006 (1928), Le ghetto, Grenoble, PUG.

Haut de page

Notes

1  Dans un souci d’anonymat, les noms des lieux et des acteurs présentés dans ce texte ont été changés.

2  Ce texte est, en partie, extrait d’une enquête dont plusieurs éléments ont été récemment publiés (Boucher, 2009, 2010a).

3  Pour une présentation de l’organisation policière et de sa sociologie, voir, notamment, les travaux de Egon Bittner, David Bayley, Jean-Louis Loubet del Bayle, Dominique Monjardet, Christian Mouhanna et Jean-Paul Brodeur.

4  Le mot « ghetto » est italien (d’origine hébraïque) et était utilisé pour désigner les quartiers où les juifs étaient tenus de résider et qui étaient clos la nuit. Le terme a ensuite été employé aux États-Unis à propos des quartiers juifs, puis italiens ou noirs (voir Wirth, 2006).

5  Nous avions déjà révélé dans d’autres travaux que contrairement à l’idée encore très répandue selon laquelle les quartiers populaires urbains seraient des espaces de déréliction et de désorganisation sociale, il s’agit de territoires où se déploie une myriade d’intervenants sociaux développant une pluralité de logiques d’action (Boucher, 2003a). Ainsi, des éléments de l’enquête montrent que depuis les émeutes de novembre 2005 tout particulièrement, nous assistons bien à une complexification du contrôle social, notamment caractérisée par l’implication de « pacificateurs indigènes » (jeunes, parents) dans la coproduction de la sécurité.

6  Les flash-balls sont des armes à létalité réduite tirant des grosses balles en caoutchouc souple.

7  Pour Éric, les couguars sont des armes importantes, dans le sens où elles impressionnent et font peur aux assaillants potentiels. Il s’agit de petits canons qui balancent très fort des grenades lacrymogènes ou des petits sacs de plâtre qui peuvent également, si nécessaire « coucher quelqu’un à dix mètres » contrairement aux flash-balls.

8  Lors d’un symposium européen sur « les défis des violences urbaines » (voir Le Monde du 18 octobre 2008, 10), l’état-major de la direction centrale de la sécurité publique française (DCSP) a présenté l’équipement des policiers anti-émeutes français qui a beaucoup évolué et s’est sophistiqué depuis les émeutes de l’automne 2005 : les policiers sont désormais équipés de flash-balls d’une portée de 40 mètres, avec lunettes de visée, disposent de fusils tirant des balles en caoutchouc, peuvent utiliser des motos banalisées et des caméras embarquées sur des véhicules ainsi que des moyens aériens (hélicoptères, avions, drones) munis de spots d’éclairage permettant d’éclairer les toits et les espaces publics. Par ailleurs, au niveau judiciaire, les policiers peuvent placer les émeutiers en garde à vue pendant 96 heures comme dans les affaires de terrorisme.

9  Voir « La France promeut un modèle antiémeute d’exception », Le Monde, 18 octobre 2008.

10  Éric souligne qu’il est également très difficile d’avoir une femme dans une équipe de la BAC nuit. En effet, les jeunes de quartier ne supportent pas d’être contrôlés par une femme. Lorsque c’est le cas, les jeunes partent à l’outrage, systématiquement » : « Vas-y, elle ne me touche pas la pute ! » Ils sont misogynes, c’est hallucinant !

11  Face à l’expérience de l’hostilité, Dominique Monjardet révèle que les jeunes recrues de la police s’écartent rapidement de la vision ouverte et généreuse du début. Ils s’éloignent, en effet, de l’esprit de service, du goût de porter secours et d’être utile, du désir de développer une variété de contacts sociaux pour, finalement, déployer les ressources d’une solidarité défensive (Monjardet, 2001).

12  En 2003, l’article 61 de la loi sur la sécurité intérieure, dite loi Sarkozy, renforce les dispositions prises par le gouvernement Jospin dans le cadre de la « loi de sécurité quotidienne » qui visait notamment à empêcher « l’envahissement des cages d’escalier » en permettant aux forces de l’ordre d’intervenir sans toutefois y associer de sanction. En revanche, la loi de sécurité intérieure initialise un nouveau délit passible de deux mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende.

13  Je suis intervenu sur un truc très très violent la semaine passée. Un Black que je connais bien a frappé sa petite sœur très très violemment. Sa petite sœur et sa meilleure amie sont allées en boîte de nuit un vendredi soir et une rumeur a couru dans le quartier comme quoi sa sœur serait sortie avec un mec. Ce jeune a alors voulu laver l’honneur de sa famille. Il a donc frappé sa sœur et l’amie de sa sœur, très violemment, le lundi soir. Il les a laminées de coups. Elles ont été transportées à l’hôpital et étaient ouvertes de partout. Il a fait preuve d’une violence inouïe (entretien avec Éric).

14  Cf. La loi du plus fort joue donc sur trois niveaux : dans les relations d’individu à individu, dans les interactions de groupe à groupe, et à l’intérieur du groupe de pairs (Rubi, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Boucher, « Portrait d’un policier de la brigade anti-criminalité dans une « cité ghetto » française », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8214 ; DOI : 10.4000/champpenal.8214

Haut de page

Auteur

Manuel Boucher

Directeur du Laboratoire d’Etude et de Recherche Sociales (LERS) de l’Institut du Développement Social (IDS) de Haute Normandie et membre associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS). Contacter l’auteur.

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org