Navigation – Plan du site
Confrontations

Misère de la critique

Réponse à Frédéric Ocqueteau
The Poverty of Criticism. A Rejoinder to Frédéric Ocqueteau
Didier Fassin

Résumés

Mon livre La Force de l’ordre a fait l’objet d’une note de lecture de Frédéric Ocqueteau dont je montre les étonnantes inexactitudes factuelles et les systématiques procès d’intention. Au-delà cependant de ce qui pourrait être le cruel dévoilement de la misère de cette critique, je préfère prendre au sérieux deux problèmes qui la sous-tendent. Le premier concerne la possibilité de montée en généralité à partir d’une étude de cas ; je distingue deux formes de généralisation, l’une statistique (supposant la représentativité qui n’a pas de sens ici), l’autre analytique (montrant des mécanismes, des processus et des logiques qu’une ethnographie peut rendre visibles). Le second touche à la pertinence d’une approche anthropologique, en complément des travaux des spécialistes de la police ; je suggère que la valeur ajoutée tient à l’ouverture de nouvelles problématiques (que favorise un regard neuf sur des objets très étudiés) et à la possibilité d’une plus grande distanciation (qu’autorise une certaine indépendance par rapport à l’institution). Le choix de l’invective plutôt que de la discussion fait de cette note de lecture une occasion manquée de débattre sur le fond ces importantes questions épistémologiques.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’éreintement est un genre qui a eu son heure de gloire dans la critique littéraire. Frédéric Ocqueteau s’essaie à l’appliquer à l’analyse de mon livre La Force de l’ordre. Même si les usages de la discussion scientifique supposent généralement un minimum de civilité dont on voit dès le titre qu’il manque à l’auteur de cette note, on pourrait au fond s’accommoder d’une telle manière de procéder si l’on avait le sentiment qu’elle traduit, dans un style ampoulé à la brutalité un peu surannée, une véritable critique reposant sur une lecture serrée d’un livre dont il est normal, comme pour tout travail scientifique, qu’il soit soumis au débat. Malheureusement, il faut se rendre à l’évidence : Frédéric Ocqueteau a lu l’ouvrage avec plus d’irritation que d’attention et en propose une analyse qui témoigne d’animosité plutôt que de rigueur.

2Qu’on en juge. Dans le premier paragraphe, prétendant rendre compte des circonstances de l’enquête, il indique que je l’aurais conduite « sans sortir du véhicule », alors que je rapporte de nombreuses scènes qui se déroulent dans la rue, dans les quartiers, dans des parcs, dans des gares, dans des cages d’escalier, dans un foyer de jeunes (j’ai en fait accompagné les policiers dans leur travail quotidien de patrouille), et que j’aurais bénéficié « des autorisations données par le ministère de l’Intérieur », alors que je consacre une dizaine de pages à raconter justement mes tentatives vaines d’obtenir ces autorisations malgré des sollicitations portées jusqu’au cabinet du ministre de l’Intérieur (et je développe autour de ce refus une réflexion sur la recherche et la démocratie). Même la chronologie, que je donne très précisément et qui a été reprise largement par la presse, est inexacte : « son immersion s’est située avant les émeutes de l’automne 2005 et après l’élection présidentielle de 2007 », écrit-il, alors que j’explique avoir enquêté de mai 2005 à juin 2007 et m’être interrompu quelques semaines pendant l’état d’urgence. Dès lors, quand Frédéric Ocqueteau me reproche de « graves imprécisions sur le contexte réel de l’enquête menée », on comprend qu’il n’a tout simplement pas lu le chapitre « Ethnographie » qui ouvre le livre et les nombreuses annotations méthodologiques données au fil des pages. D’ailleurs, pour achever de discréditer une recherche qu’il assimile à un « essayisme », il en fait le résultat de « la culpabilité légitime d’un père se sentant tenu de témoigner de l’intolérable à l’égard du sort de son fils et de ses copains » : cinq années de recherche lues au prisme d’une psychanalyse au demeurant bien piètre, puisque cet interprète distrait parle de « dommage collatéral qui s’abat sur le petit bourgeois blanc », une erreur qu’une lecture du prologue probablement moins nourrie de présupposés lui aurait permis d’éviter.

3Cette méconnaissance et cette hostilité au service d’une disqualification systématique de mon entreprise se retrouvent tout au long du texte, les inexactitudes factuelles s’ajoutant aux procès d’intention. Je n’en donnerai qu’un exemple supplémentaire. Frédéric Ocqueteau écrit : « Il conclut par cet étrange argument d’autorité qui a fini par emporter la plume de l’auteur : "dans la bac au sein de laquelle j’ai mené mon étude, les discours racistes allaient de pair avec les pratiques discriminatoires". Pour notre part, nous pensons qu’il était déjà a priori convaincu par le fait que l’unité de police qu’on lui avait permis d’étudier était ouvertement raciste et discriminatoire ». L’argument d’autorité est en réalité, on le voit, dans l’affirmation que j’étais a priori convaincu, ce qui n’a assurément pas de sens puisque je ne savais rien du commissariat dans lequel je suis allé conduire mon enquête. Mais surtout, parler à propos de la phrase citée d’un argument d’autorité, c’est ignorer les quarante pages que je consacre à une discussion du racisme et de la discrimination, soulignant la complexité de l’interprétation de ces phénomènes, reprenant les débats auxquels ils ont donné lieu dans la littérature sociologique internationale, et livrant des analyses ethnographiques qui sont tout sauf réductrices. Significativement, lorsque je m’attache à montrer des policiers qui non seulement n’exprimaient pas d’opinions racistes mais s’efforçaient de résister aux pratiques discriminatoires, mon procureur se demande si j’ai « vraiment rencontré ces oiseaux rares » et si je les ai « vus à l’œuvre », alors même que je livre des éléments biographiques les concernant, que je rapporte des dialogues que j’ai eus avec eux et que je décris leurs pratiques peu habituelles au sein des unités où j’ai enquêté. De tels commentaires sont pour le moins troublants quant au soin apporté à cette note de lecture.

4Dans ces conditions, il pourrait sembler vain de vouloir engager une discussion tant l’exercice de démolition semble pauvrement et fallacieusement argumenté. J’ai pourtant tenu à prendre au sérieux le fait que Champ Pénal intitule la rubrique où est parue cette note de lecture « Confrontations », car il me semble que le texte de Frédéric Ocqueteau soulève un double problème général méritant une véritable réflexion, d’une part, sur la possibilité de généralisation à partir d’une ethnographie, d’autre part, sur la pertinence de l’anthropologie dans le champ des études sur la police.

5Premier point : peut-on généraliser des analyses à partir d’une ethnographie ? Frédéric Ocqueteau parle à cet égard de métonymie, confondant en l’occurrence figure rhétorique et raisonnement scientifique. Le problème est le suivant : l’analyse de l’apprentissage des pratiques magiques par un chaman kwakiutl du Canada (Lévi-Strauss) ou des rapports sociaux d’un quartier de Brazzaville (Balandier) permet-elle d’appréhender les logiques du pouvoir de guérir et les transformations d’un empire colonial ? On peut noter que la question se pose à l’historien dans des termes proches : l’étude de rituels agraires dans le Frioul du XVIe siècle (Ginzburg) ou d’un bataillon de réserve dans une forêt de Pologne dans les années 1940 (Browning) peut-elle nous apporter une compréhension plus large de la prégnance des croyances sorcellaires au début de la période moderne ou de la mise en œuvre de la Solution finale par le régime nazi ? De même, une enquête sur les unités d’intervention dans un quartier de la région parisienne nous donne-t-elle à comprendre les politiques de la sécurité dans les banlieues ? Frédéric Ocqueteau répondrait par la négative à toutes ces interrogations en arguant de ce qu’on ne peut pas généraliser à partir d’un cas singulier.

6En fait, comme beaucoup, il ne pense la généralisation que dans sa réalité statistique : l’échantillon est-il représentatif de la population ? La réponse est évidemment non (l’étude d’une bac ne parle pas de toutes les bac). J’ai tout de même pu recouper mes constats avec ceux faits par des gardiens de la paix, des officiers, des commissaires, des hauts fonctionnaires, ce qui permet de réduire l’effet de singularité – mais pas de l’annuler. Dans les sciences cependant (qu’elles soient expérimentales ou d’observation), la généralisation procède d’une autre démarche. C’est la mise en évidence de mécanismes et de processus suffisamment structurants pour qu’on les retrouve à l’œuvre dans diverses situations et divers contextes. Depuis plus d’un demi-siècle, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, des monographies sur la police dans une ville ou un district ont permis de mettre en évidence des faits que la plupart des sociologues et criminologues admettent aujourd’hui comme des caractéristiques du travail des forces de l’ordre : usage d’un pouvoir discrétionnaire, représentation du public comme hostile, faible activité des patrouilles, etc. C’est ce que je fais aussi en révélant, à travers l’enquête, la manière dont la politique dite du chiffre favorise des pratiques déviantes, la recherche de sans-papiers conduit à des pratiques discriminatoires des contrôles d’identité, la faible activité des patrouilles amène des réactions disproportionnées pour des faits mineurs, etc. Il s’agit là de logiques générales que l’étude approfondie d’un site permet de comprendre. Les critiques sur mon travail montrent que la démarche ethnographique, encore peu familière en France, n’y a pas acquis sa pleine légitimité. J’espère pourtant que l’ouvrage aura contribué à montrer à un public plus ouvert l’intérêt d’une approche qui s’appuie sur une observation de longue durée permettant d’accéder à des réalités que les entretiens, aussi riches soient-ils, ne saisissent pas.

7Deuxième point : y a-t-il une pertinence à l’anthropologie dans les études sur la police ? Cette question est complémentaire de la précédente, mais elle se pose moins au niveau méthodologique qu’épistémologique mais aussi éthique. Il existe aujourd’hui un champ de recherches sur la police, principalement constitué de sociologues, de politistes, de juristes, de criminologues et d’historiens. Ce champ a été prolifique en travaux de qualité, mais aussi relativement cloisonné du reste des sciences sociales : l’investissement important pour y entrer, tant en termes de connaissances à acquérir que de liens de confiance à tisser, explique pour une bonne part la stabilité et l’étanchéité du champ. L’anthropologie, non pas en tant que discipline mais en tant que démarche, s’accommode moins bien de cette spécialisation car, pour beaucoup de ceux qui la pratiquent, elle demeure une approche de la société plutôt que de l’un de ses segments. Mais il est vrai que pas plus en Amérique du Nord qu’en Europe les anthropologues ne se sont intéressés aux forces de l’ordre, à de rares exceptions près. Mon intention en réalisant cette enquête était donc de rompre avec ces usages académiques en montrant qu’il y avait une plus-value à le faire. Quelle est donc cette plus-value ? Je crois qu’elle réside avant tout dans un regard neuf porté sur un objet déjà beaucoup étudié par une communauté de spécialistes – regard qui permet de poser de nouvelles questions pouvant éclairer des aspects qu’un œil trop habitué ne perçoit plus. Mais je pense qu’elle tient aussi à la plus grande indépendance et impartialité qu’autorise le fait de ne pas être lié à l’institution que l’on étudie – ce qui n’empêche nullement une loyauté à son égard. Je donnerai deux exemples pour illustrer cet apport de l’anthropologie.

8D’abord, la question des violences. La plupart des spécialistes de la police les étudient en se référant à la définition juridique des violences, essentiellement physiques, reposant sur des critères précis débattus dans les prétoires. Cette approche est légitime et a donné des résultats intéressants. Pour avoir travaillé sur la violence dans d’autres contextes et m’être servi d’autres travaux sur cette question, il m’est toutefois apparu, à la lumière de mes enquêtes, que cette définition interne (par ceux qui les commettent ou les jugent) n’était pas suffisante à rendre compte de son appréhension externe (par ceux qui en sont victimes ou les observent). Il existe des formes de violence que j’ai proposé d’appeler morales, sous la forme de vexations, d’humiliations, de brimades, d’abaissement, d’abus de pouvoir, qui étaient méconnues et pourtant ressenties souvent de façon plus douloureuse et durable qu’une gifle ou un coup de poing. J’ai essayé d’analyser le déplacement de la violence physique, potentiellement condamnée, vers la violence morale, invisible et tolérée : le fait est établi par ailleurs dans les recherches sur la torture. J’ai tenté également de montrer les tactiques déployées par les gardiens de la paix pour anticiper ou contrer des plaintes concernant des violences policières et consistant à déclarer des outrages et rébellions : le constat, tourné en dérision par mon procureur, n’était pourtant pas original, puisqu’il est connu aussi bien de la plupart des jeunes que des policiers et de leurs supérieurs – et analysé par certains chercheurs. Ainsi, la compréhension de la violence peut-elle s’enrichir d’une approche qui ne prend pas comme allant de soi les catégories préexistantes et ne se contente pas de les importer dans l’enquête.

9Ensuite, la question des discriminations. La littérature en traitant est abondante et passionnante parmi les spécialistes de la police de langue anglaise. En France, hormis quelques travaux pionniers sur les pratiques à l’égard des « Nord-Africains » et des « gens du voyage », le sujet n’a pas été abordé jusqu’à une période très récente, sauf pour nier leur existence. Il est pourtant possible en s’appuyant sur les travaux anthropologiques, mais aussi sociologiques, historiques, économiques, philosophiques, littéraires, portant sur le racisme, la racialisation et les discriminations raciales, de penser cette question. Je m’y essaie en différenciant racisme idéologique et racisme statistique, racisme individuel et racisme institutionnel, racisme et discrimination, autrement dit en cherchant à compliquer un peu les habituelles interrogations du type : la police est-elle raciste ? Cette complexification, qui suppose de renoncer aux présupposés selon lesquels le racisme et les discriminations n’existeraient pas dans la police ou bien selon lesquels, l’existence du premier serait sans lien avec la possibilité des secondes, permet de comprendre les raisons pour lesquelles le public pense les forces de l’ordre racistes, alors que policiers et sociologues affirment généralement le contraire. Elle permet aussi d’éviter de poser les problèmes uniquement en termes de comportements et d’attitudes répréhensibles en étudiant comment les discours et les politiques publics les façonnent ou les légitiment. Elle permet enfin de dépasser la seule dimension du comptage des contrôles et des interpellations pour prendre en considération la manière différente dont on les réalise selon l’origine ethnique et sociale des individus, et donc de passer du seul quantitatif au qualitatif. Pour ce faire, l’observation est évidemment indispensable, mais il faut aussi probablement être encore capable de voir ce qu’une trop longue familiarité avec le travail policier rend invisible.

10Les questions de recherche que j’essaie donc de poser dans mon livre peuvent ainsi, je l’espère, permettre d’engager une réflexion et un dialogue qui concernent à la fois les spécialistes, les policiers et les citoyens : je considère que l’ethnographie a partie liée avec la démocratie et qu’une anthropologie publique doit mettre en débat les travaux des chercheurs. Cette réflexion et ce dialogue supposent toutefois de lire l’ouvrage sérieusement pour le discuter honnêtement. Beaucoup se sont prêtés à cet exercice dans les médias, dans la société civile et même parmi les forces de l’ordre. Se posant en défenseur de « l’art français de policer l’ordre des banlieues », Frédéric Ocqueteau a fait un autre choix, qui repose sur une lecture approximative et tendancieuse de l’ouvrage. Campé sur ses certitudes, il pense ainsi pouvoir protéger l’entre-soi des experts et des policiers qu’il a cru menacé par un « ethnologue amateur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Fassin, « Misère de la critique », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8233

Haut de page

Auteur

Didier Fassin

James D. Wolfensohn Professor of Social Science à l’Institute for Advanced Study de Princeton et Directeur d’études à l’EHESS de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org