Navigation – Plan du site
Actes de colloque/Conference Proceedings

L’œuvre singulière d’un penseur cosmopolite

Hommages à Jean-Paul Brodeur
Benoit Dupont
Traduction(s) :
The unique legacy of a cosmopolitan thinker

Texte intégral

1Ce recueil d’hommages à Jean-Paul Brodeur, décédé le 26 avril 2010, est avant tout le reflet de son insatiable et intransigeante curiosité intellectuelle, mise au service d’une pensée structurée par l’éthique de l’action. Issu de la philosophie et voué à une brillante carrière dans cette discipline, il choisit pourtant une voie atypique en bifurquant en 1978 vers un champ de recherches en émergence : la criminologie. Cette décision audacieuse, prise alors que les sciences sociales québécoises consolidaient leur affranchissement d’une longue subordination à la philosophie thomiste (Fournier, 1976), ne fut jamais pour lui une source de regrets, même s’il déplorait parfois le manque de rigueur intellectuelle de ses nouveaux collègues, comme le rappelle Philip Stenning dans ce numéro.

  • 1  Voir la liste complète en annexe.

2Auteur et directeur de vingt-six ouvrages ou numéros spéciaux de revues1, Jean-Paul Brodeur, en infatigable travailleur, poursuivit ses travaux jusqu’au dernier jour, ne faisant aucune concession à la maladie dont il se savait atteint depuis quelques mois. Sa plus grande satisfaction était d’avoir réussi à terminer l’ouvrage qu’il considérait comme son Magnum opus, la somme des recherches et des réflexions qu’il avait menées tout au long de sa carrière sur la police, son objet de prédilection. Il n’eut pas la chance de feuilleter un exemplaire relié de son Policing web (Brodeur, 2010), publié par l’une des plus prestigieuses maisons d’édition scientifique anglophone, qu’il méditait depuis des années et qu’il avait si souvent remanié par souci de perfection. Cependant, ce qu’il avait conçu initialement comme un traité moderne sur la police fera résonner son héritage intellectuel en donnant à tous ceux qui réfléchissent aux fonctions policières une matière théorique et empirique d’une extrême richesse.

  • 2 You can’t always get what you want / If you try sometime, you might find / You get what you need.

3Il serait toutefois réducteur de cantonner l’œuvre de Jean-Paul Brodeur à ses travaux sur les diverses modalités du policing, même s’ils sont certainement les plus connus. La question de la détermination de la peine (le sentencing), qui était ultimement animée chez lui par la volonté de rendre la justice pénale plus équitable et plus humaine, occupa également une grande partie de sa carrière, de la moitié des années 1980 à la fin des années 1990. Loin de se cantonner à la confortable posture de l’observateur extérieur, dont les critiques peuvent se déployer librement sans crainte d’interférer avec les ennuyeuses contingences du monde politico-administratif, il choisit plutôt le rôle du conseiller en participant, aux côtés d’Anthony Doob et de quelques autres criminologues, aux travaux de la Commission canadienne sur la détermination de la peine (1987). Cette dernière aboutit à l’énoncé d’un certain nombre de principes clairs pouvant guider la formulation de politiques pénales plus justes. Cet exercice périlleux qui exigeait la réconciliation de points de vue parfois aux antipodes les uns des autres testa sans aucun doute la détermination de Jean-Paul Brodeur, son sens du pragmatisme lui ayant permis de parvenir aux compromis qui s’imposaient. Comme l’a d’ailleurs rappelé Anthony Doob, il aimait à citer une chanson des Rolling Stones pour illuminer les rouages de cette "real kriminologie" : « On ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut / Mais si tu essaies parfois, alors il se peut que tu y arrives / Tu obtiens ce dont tu as besoin »2.

4L’accompagnement scientifique des praticiens fut également un point d’ancrage significatif de sa carrière, qu’il s’agisse de décideurs politiques chargés de réformer le système pénal, de commissaires enquêteurs mandatés pour faire la lumière sur les dysfonctionnements des institutions policières, militaires et de renseignement, ou de gestionnaires des mêmes institutions désireux d’améliorer la qualité des services rendus à la population. Des collaborations aussi fréquentes auraient aisément pu émousser le sens critique d’un esprit moins aguerri, elles vinrent au contraire nourrir sa réflexion et on en retrouve les traces dans de nombreuses publications destinées à un lectorat purement académique.

5Ce rôle de passeur ne se limita pas à celui d’une interface entre la recherche et les milieux de pratique. Il estimait également que son devoir était de répondre aux nombreuses sollicitations de la presse écrite (dont il était par ailleurs un avide lecteur) et des médias électroniques sur les questions reliées au travail policier et au terrorisme. Pour lui, l’opinion publique avait droit à des éclairages lui permettant de résister aux sirènes du sensationnalisme et du catastrophisme qui contaminent habituellement de tels débats. Il fut l’auteur de 1999 à 2001 d’une chronique bimensuelle dans l’émission quotidienne matinale de Radio-Canada, puis d’une chronique sur la justice pénale publiée à la même fréquence dans le journal Le Devoir de 2001 à 2003. Loin de se contenter d’agir comme simple faire-valoir des journalistes qui l’interrogeaient, il prenait au contraire soin de reformuler les questions qui lui étaient posées, opposant à l’injonction médiatique de simplification une alternative scientifique de clarification. De nombreux professionnels de l’information lui rendirent publiquement hommage, certains, comme Michel Lacombe de Radio-Canada, consacrant même un long segment de leur émission à celui qu’ils admiraient pour sa capacité à concilier les rôles d’intellectuel et de citoyen. Mais le témoignage d’estime le plus éloquent fut peut-être prononcé par l’animateur de radio Michel Desautels, dans son émission nationale d’information de fin de journée, lorsqu’il interrompit son programme pour annoncer le décès de Jean-Paul Brodeur. Il déclara en cette occasion qu’il « avait permis [aux journalistes] de paraître plus intelligents et aux auditeurs d’être beaucoup mieux informés ». Il fut donc incontestablement une voix marquante dans le débat public québécois, mais son influence s’étendit bien au-delà des frontières de la Belle Province.

6Ses publications, qui se répartissent de manière assez symétrique entre l’anglais et le français, en firent une référence incontournable sur les questions de police et de sécurité des deux côtés de l’Atlantique. Participant régulier aux conférences annuelles de l’American Society of Criminology,professeur invité dans de nombreuses institutions anglo-saxonnes, auteur des entrées sur la police et les technologies policières dans la dernière édition de l’Encyclœpedia Britannica, il œuvra également aux côtés de Dominique Monjardet et Frédéric Ocqueteau afin de développer les activités internationales et comparatives de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHÉSI), et il influença profondément les recherches sur la police menées en Belgique. Il consacra également beaucoup d’énergie dans les années 1990 à implanter en Afrique des projets de développement et de renforcement des droits humains.

7La diversité des contributeurs réunis dans ce numéro (Canadiens, Français, Américains, Australiens) illustre parfaitement sa propension, tout au long de sa carrière, à tisser des liens privilégiés avec des collaborateurs provenant d’univers et de traditions universitaires ayant généralement tendance à s’ignorer respectivement. Ce talent lui conféra un rôle de courtier intellectuel qui lui permit par exemple d’imposer dans le monde anglo-saxon le concept éminemment continental de haute police, ou bien d’alimenter la réflexion de ses collègues francophones sur les mythes et les réalités du travail policier, à partir des résultats de la recherche empirique nord-américaine. L’apport de ses recherches et la dimension novatrice de ses travaux furent d’ailleurs unanimement reconnus par ses pairs, qui l’admirent en 1990 à la Société royale du Canada et lui attribuèrent en 2002 la Bourse Killam, laquelle représente sans conteste le programme de financement universitaire le plus sélectif et prestigieux du Canada, toutes disciplines confondues.

8Son intense activité scientifique et éditoriale s’accompagna enfin d’importantes responsabilités administratives. Il assuma en effet la direction du Centre international de criminologie comparée, l’un des plus importants regroupements de chercheurs dans cette discipline, de 1988 à 1996 puis de 2004 à 2010, lui permettant de poursuivre son développement dans un environnement budgétaire extrêmement tendu. Ne consentant jamais à sacrifier la qualité et l’intégrité de la recherche aux exigences comptables, il fut à cet égard un féroce négociateur et un rusé stratège avec qui les autorités administratives entretenaient des relations d’estime teintées d’un soupçon de crainte.

9C’est donc à la fois au philosophe, au criminologue, au conseiller, à l’érudit, au vulgarisateur, au gestionnaire, et bien entendu à l’ami qu’il fut rendu hommage lors d’une journée commémorative organisée le 14 avril 2011 à l’Université de Montréal. Les articles réunis dans ce numéro spécial de Champ Pénal/Penal Field reprennent et enrichissent les communications de ce jour-là par quelques-uns de ceux qui furent ses plus fréquents et proches interlocuteurs au cours des quarante dernières années.

10Dans la première contribution, Georges Leroux évoque en détail les raisons qui poussèrent Jean-Paul Brodeur à délaisser la philosophie, décision lourde de conséquences sur laquelle ce dernier ne s’était jamais exprimé publiquement. Le jugement très dur qu’il porta rapidement sur la philosophie postmoderne et sur la stérilité de son appréhension du réel le poussa irrémédiablement vers la démarche plus empirique des sciences sociales en général et de la criminologie en particulier. Ce qui ne l’empêcha nullement de se prononcer de manière assez sévère sur les carences d’une discipline, elle aussi menacée par un certain nombrilisme et une relative incapacité à intégrer dans ses cadres d’analyse les formes les plus extrêmes et les plus complexes de comportements criminels. L’article « De grandes espérances » (Brodeur, 2007) constitue à cet égard un féroce réquisitoire contre les errances, naïvetés et insuffisances de la criminologie, dont il regrettait par ailleurs qu’elle n’arrive pas à s’enraciner durablement en France.

11Le deuxième article, de René Lévy, transpose le débat et examine la place que l’histoire occupait dans la réflexion de Jean-Paul Brodeur sur l’institution policière. Plus précisément, il relève les rapports ambivalents que ce dernier entretenait avec cette discipline, la jugeant à risque de s’enliser dans les mêmes ornières que la philosophie et exigeant d’elle bien plus qu’une simple chronologie des événements. La fonction de généalogie, dans l’acception foucaldienne du terme, qu’il assignait alors à l’histoire expliquerait ainsi son choix de privilégier un cadre interprétatif d’où il fit émerger deux modèles antinomiques de police : une « haute police » française au service du pouvoir politique ayant servi de repoussoir à la conception d’une « basse police » anglaise protectrice de la population. Si cette polarisation, au demeurant classique dans les travaux anglo-saxons sur la police, résiste mal à une analyse historique approfondie, René Lévy suggère ici qu’une telle approche relève d’un choix délibéré de la part de Jean-Paul Brodeur. Le gommage des nuances historiques lui permit en effet de surmonter un « obstacle épistémologique » majeur en réintroduisant la notion de police politique dans la criminologie anglo-américaine, émancipant alors ce concept du monopole qu’exerçait sur lui l’approche néo-marxiste.

12La réception du concept de haute police dans la sphère criminologique anglophone est analysée dans l’article suivant par Peter K. Manning. L’auteur illustre à quel point l’ajout de la dimension politique et l’examen des pratiques policières qui en découlent (collecte et analyse du renseignement, recours aux informateurs et aux délateurs, prolifération des bases de données, banalisation des procédés illégaux) permirent aux études sur la police de faire une percée déterminante. Car elle ouvrit la porte à des recherches plus systématiques portant sur des aspects spécialisés et méconnus du mandat policier, tout en érodant durablement le mythe de la police comme institution essentiellement concernée par la lutte contre le crime. Il réexamine également les prédictions de Jean-Paul Brodeur (1983) concernant le rôle que joueraient les nouvelles technologies dans le travail de haute police à la lumière des mesures mises en œuvre après le 11 septembre, et constate la très grande prescience de ce texte élaboré il y a près de trente ans.

13Si Manning n’adresse que deux modestes commentaires à l’actualisation du concept de haute police telle qu’elle figure dans le Policing web (sur la nature ouverte du mandat policier et sur le décalage entre la place réelle qu’occupe l’usage de la force dans le travail policier et la représentation médiatique très virile de ce dernier), une critique beaucoup plus détaillée du rôle de la force dans cet ouvrage est portée par Fabien Jobard. Revenant sur les antinomies soulevées par Jean-Paul Brodeur dans son effort de théorisation de la police, Fabien Jobard réfute l’argument selon lequel les discordances relevées constitueraient un obstacle à la pleine compréhension de cet objet pour y voir au contraire des modes de fonctionnement constitutifs, par lesquels l’institution policière s’ajusterait aux divers contextes et espaces dans lesquels elle intervient. Il mobilise le concept de « décisionnisme schmittien » pour montrer comment les antinomies relevées par Jean-Paul Brodeur reflèteraient plutôt la dimension fondamentalement politique du mandat policier. Jean-Paul Brodeur aurait sans nul doute accueilli avec délectation cette invitation à poursuivre le débat.

14S’il visait initialement le travail des agences publiques de renseignement et d’application de la loi, le concept de haute police a fait l’objet ces dernières années d’une extension au domaine de la sécurité privée, qui verrait proliférer les entreprises assumant des missions étroitement liées à la souveraineté nationale. Frédéric Ocqueteau revient en détail sur l’évolution de la pensée de Jean-Paul Brodeur sur ce point, et tout particulièrement sur sa conviction que nous serions en train de voir émerger un « complexe policiaro-industriel » dont il avait commencé à esquisser les contours. À partir de ses propres investigations sur les trajectoires professionnelles d’anciens gestionnaires de la haute police publique reconvertis dans le secteur privé, et plus spécifiquement dans le secteur de « l’intelligence économique », Frédéric Ocqueteau propose cinq grandes questions de recherche susceptibles de clarifier les conditions d’apparition et d’évolution de cette tendance. Si quelques enquêtes journalistiques approfondies documentent de manière relativement détaillée comment les industries de l’armement américaines étendent leurs activités pour offrir à des clients publics et privés toute une panoplie de solutions de surveillance, la situation française semble bien différente, et il démontre fort bien les raisons pour lesquelles il semble encore prématuré de recourir à la notion de « complexe policiaro-industriel » sans établir des distinctions préalables entre les divers contextes nationaux.

15On trouve également une réflexion sur le devoir de contextualisation dans l’article rédigé par Philip Stenning, qui s’attarde sur la critique émise dans Policing web à l’encontre de certains travaux sur la prétendue croissance exponentielle des effectifs de la sécurité privée. Ces derniers tendent en effet à vouloir démontrer une inversion universelle du ratio d’employés publics et privés dans le domaine de l’offre de sécurité, les premiers cédant graduellement leur monopole aux seconds, alors qu’une analyse plus rigoureuse des statistiques montre que ces résultats sont pour certains pays attribuables à une surestimation systématique des effectifs privés et à une sous-estimation du nombre d’agents publics. Par ailleurs, la focalisation extrême sur des questions statistiques et sur leurs implications pour la gouvernance de la sécurité occulte la dimension technologique, trop souvent négligée par les chercheurs alors qu’elle détermine dans une mesure sans cesse croissante les moyens par lesquels les services publics et les entreprises produisent de la sécurité.

16Stéphane Leman-Langlois fut le principal collaborateur de Jean-Paul Brodeur sur les questions liées au terrorisme ces dix dernières années, et propose un aperçu de leurs recherches communes. L’originalité de leur approche réside dans l’analyse indissociable des diverses manifestations du terrorisme et des réponses qu’y apportent les institutions anti-terroristes, mettant ainsi en évidence la relation symbiotique des deux phénomènes. En dressant la liste des diverses formes de recyclage auxquelles les attentats les plus sanglants donnent inévitablement lieu, et en opposant au terrorisme extrême un contre-terrorisme porté lui aussi à tous les excès, Stéphane Leman-Langlois et Jean-Paul Brodeur ont contribué à élever le niveau de la compréhension théorique et empirique de l’enjeu, hélas trop souvent dévoyée par une conversation publique mondaine basée sur les prophéties catastrophistes d’experts autoproclamés.

17C’est également à la détérioration de la qualité du débat public sur la détermination de la peine et le rôle de l’incarcération dans les politiques pénales canadiennes qu’Anthony Doob consacre son hommage. Celui-ci constate avec amertume la dérive répressive qui semble affecter le Canada contemporain, en dépit des efforts déployés vers la fin des années 1980 par Jean-Paul Brodeur lui-même et de nombreux autres criminologues, afin de donner corps à leurs idéaux d’intégration et d’amélioration du système pénal. Les considérations électoralistes motivent désormais la grande majorité des dispositions pénales adoptées par les gouvernements successifs (toutes orientations politiques confondues), qui ne tiennent plus aucun compte dans leurs décisions de l’économie générale, ni de la cohérence du système pénal. L’application et l’efficacité de ces mesures importent finalement moins que l’effet d’annonce simpliste qui les précède. Cette prolifération de lois répressives et démagogues n’a évidemment rien d’exclusivement canadien, et une analyse similaire pourrait certainement être menée dans le contexte français.

18Dans la dernière contribution de ce numéro spécial, Samuel Tanner aborde le thème des formes extrêmes de violence, qui était cher à Jean-Paul Brodeur. Même si ce dernier n’aborda jamais formellement ces questions dans son programme de recherche, il avait accumulé un savoir encyclopédique sur les grands génocides de l’histoire et s’interrogeait sans cesse sur la capacité de la criminologie « classique » à intégrer ces méga-crimes dans ses cadres de référence psychopathologiques. Prenant comme point de départ la thèse de la banalité du mal formulée par Hannah Arendt, une thèse qui fascinait Jean-Paul Brodeur, Samuel Tanner invite à approfondir les processus par lesquels des collectifs d’individus ordinaires en viennent à commettre des crimes extraordinaires. Il enrichit pour cela le concept de « banalité » sous quatre formes complémentaires (similitude, familiarité, idée et routine), ouvrant de nouvelles perspectives à la compréhension des phénomènes d’exécutions de masse.

19Chacune des neuf contributions réunies ici incarne une discussion prématurément interrompue que chacun nourrissait avec Jean-Paul Brodeur, exprimant avec pudeur l’immense regret d’avoir perdu un contradicteur vigoureux et un ami fidèle. Mais il est néanmoins assuré que les concepts patiemment forgés tout au long d’une carrière particulièrement féconde lui survivront et continueront longtemps à inspirer de nouvelles générations de chercheurs.

Je tiens à remercier tout particulièrement Frédéric Ocqueteau, qui a contribué de manière décisive à la réussite de ce projet éditorial. Par ailleurs, le soutien financier du CESDIP, du CICC et du GERN a rendu possible la traduction de l’ensemble des articles pour ce numéro bilingue.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brodeur J.-P., 1983, High Policing and Low Policing: Remarks about the Policing of Political Activities, Social Problems, 30, 5, 507-520.
DOI : 10.1525/sp.1983.30.5.03a00030

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brodeur J.-P., 2007, De grandes espérances, Criminologie, 40, 2, 161-166.
DOI : 10.7202/016858ar

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brodeur J.-P., 2010, The policing web, Oxford, Oxford University Press.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199740598.001.0001

Commission canadienne sur la détermination de la peine (1987), Réformer la sentence : une approche canadienne, Ottawa, Gouvernement du Canada.

Fournier M., 1976, Les conflits de discipline : philosophie et sciences sociales au Québec, 1920-1960, in Panaccio C. (dir.), Philosopher au Québec, Montréal, Les Éditions Bellarmin, 207-236.

Haut de page

Annexe

Liste des ouvrages et des numéros spéciaux de revues écrits et dirigés par Jean-Paul Brodeur

Brodeur J.-P. 2010, The Policing Web, Oxford, Oxford University Press.

Leman-Langlois S., Brodeur J.-P. (dir.) 2009, Terrorisme et antiterrorisme au Canada, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal.

Brodeur J.-P. (dir.) 2006, Gestion des risques et transport aérien, numéro spécial de la Revue Canadienne de Criminologie/Canadian Journal of Criminology, 48, 3.

Brodeur J.-P., Jobard F. (dir.) 2005, Citoyens et délateurs. La délation peut-elle être civique ?,Paris, Éditions Autrement.

Brodeur J.-P., Mingasson L. (dir.) 2005, Sanctions, numéro spécial de la revue Informations sociales, 127.

Brodeur J.-P. (dir.) 2005, La police en pièces détachées, numéro thématique de la revue Criminologie, 38, 2.

Brodeur J.-P., Rigakos G. (dir.) 2005, Actes du colloque « En quête de sécurité / In Search of Security », numéro spécial de la Revue Canadienne de Criminologie/Canadian Journal of Criminology, 47, 1.

Brodeur J.-P. 2003, Les visages de la police, pratiques et perceptions,Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal.

Brodeur J.-P., Gill P., Töllborg D. (dir.) 2003, Democracy, Law and Security; Internal Security Services in Contemporary Europe,Aldershot, Ashgate Publishing Company.

Brodeur J.-P., Monjardet D. 2003, Connaître la police. Grands textes de la recherche anglo-saxonne, Paris, La Documentation Française.

Brodeur J.-P. 2002, Como reconhecer um bom policiamento. Problemas e temas, São Paulo, NEV-Nucleo de Estudos da Violencia.

Brodeur J.-P. 1999, Comparisons in Policing: An International Perspective, Brookfield, Avebury.

Brodeur J.-P. (dir.) 1998, How to Recognize Good Policing, Thousand Oaks, Sage Publications.

Brodeur J.-P. 1997, Violence et préjugés raciaux dans les missions de maintien de la paix, Commission d’enquête sur le déploiement des forces canadiennes en Somalie, Ottawa, ministre des Travaux publics et Services Canada.

Brodeur J.-P. et al. 1994, Canada 21. Le Canada et la sécurité commune au XXIe siècle / Canada and Common Security in the 21st Century, Toronto, Centre for International Studies.

Brodeur J.-P. (dir.) 1993, Michel Foucault et la postmodernité, numéro thématique de la revue Criminologie, 26, 1.

Brodeur J.-P., Monjardet, D. (dir.) 1993, L’insécurité : la peur de la peur, numéro spécial de la Revue Internationale d’Action Communautaire,30, 70.

Brodeur J.-P. 1991, Access to Justice and Equality of Treatment, Commission de Ottawa, Réforme du Droit du Canada.

Brodeur J.-P. (dir.) 1987, La détermination de la sentence, numéro thématique de la revue Criminologie,20, 2.

Brodeur J.-P. (dir.) 1984, La police après 1984, numéro thématique de la revue Criminologie, 17, 1.

Brodeur J.-P. 1984, La délinquance de l’ordre, Montréal, Hurtubise HMH.

Brodeur J.-P. et al. 1977, Le syndicalisme universitaire et l’État, Montréal, Hurtubise HMH.

Brodeur J.-P. (dir.) 1976, Philosophie au Québec, Montréal, Bellarmin.

Brodeur J.-P., Nadeau R. (dir.) 1975, La philosophie et les savoirs, Montréal, Bellarmin.

Brodeur J.-P. (dir.) 1973, Culture et langage, Montréal, Hurtubise HMH.

Brodeur J.-P. et al. 1970, Québec occupé, Montréal, Parti-Pris.

Haut de page

Notes

1  Voir la liste complète en annexe.

2 You can’t always get what you want / If you try sometime, you might find / You get what you need.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Dupont, « L’œuvre singulière d’un penseur cosmopolite », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8256 ; DOI : 10.4000/champpenal.8256

Haut de page

Auteur

Benoit Dupont

Centre International de Criminologie Comparée (Université de Montréal).
Contact : benoit.dupont@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org