Navigation – Plan du site
Actes de colloque/Conference Proceedings

Haute et basse police selon Jean-Paul Brodeur

Peter K. Manning
Cet article est une traduction de :
Jean-Paul Brodeur on High and Low Policing

Résumés

Cet article se divise en trois parties. La première partie procède à une lecture détaillée de « High policing and low policing… », l’article en anglais le plus influent de Jean-Paul Brodeur qui formula en 1983 les concepts de haute et de basse police. Cette discussion tient compte de la version plus détaillée de ce cadre théorique qui est contenue dans The Policing Web, son dernier livre. La deuxième partie examine la prescience de l’article sur la haute et la basse police, qui anticipa les développements actuels dont le rythme s’est accéléré depuis les attentats du 11 septembre. La troisième partie se penche sur l’importance d’inclure la haute police dans une théorie émergente du policing.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction : Emmanuelle Royer

Texte intégral

Introduction

1Réfléchir à propos des travaux de Jean-Paul, se souvenir de tout ce qu’il a réalisé, exige une imagination sans cesse renouvelée. Il nous précédait toujours de quelques pas, nous faisant toujours signe d’avancer, lançant des mots tout en marchant, souriant un peu, et s’arrêtant de temps en temps pour se reposer. Il demeure parmi nous, toujours en avance sur nous, d’une façon ou d’une autre. Une fois, Jean-Paul avait montré la grande tour de l’université, par la fenêtre de son bureau, et avait dit fièrement : À une époque, je me trouvais assis là-haut et je réfléchissais à Leibniz. Il l’a sûrement fait, mais il devait aussi méditer sur Flaubert, Balzac, Baudelaire et Mordecai Richler. C’est un homme qui voyait loin : lors d’une réunion de l’ASC (American Society of Criminology), je me souviens d’une fois où je lui avais demandé s’il pensait que la police communautaire avait modifié les pratiques du policing en Amérique du Nord. Jean-Paul m’avait alors répliqué d’un air songeur : Comme l’a dit Mao, répondant à une question sur l’impact de la Révolution française, je crois qu’ « il est trop tôt pour le savoir ».

  • 1  N.d.T. : En français dans le texte.

2Le monde dans lequel Jean-Paul évoluait et vivait comportait de multiples facettes et regorgeait de détails complexes et multiformes. Possédant une formation de philosophe, il avait lui-même évolué pour devenir un esprit universel ainsi qu’un socio-criminologue bilingue érudit et inspiré. Comme Carlo Morselli l’a indiqué dans sa courte nécrologie, Jean-Paul fut l’un des premiers participants francophones et assidus de l’ASC (où je l’ai rencontré pour la première fois, il y a quelques années de cela). Il pouvait présider une commission d’enquête ; entrer en contact avec tout le monde, dans une salle, et mettre chacun à l’aise ; réformer le processus pénal ; exécuter quelques pas de danse ; résumer 95 présentations orales, à la fin d’une conférence — souvent de manière bien plus claire que les intervenants eux-mêmes — et nous recevoir pour un grand dîner gastronomique. Tout ce qu’il a accompli, il l’a fait avec l’enthousiasme, l’élan vital1 et la patience qui lui étaient propres. Jean-Paul excellait, en tant que sociologue, dans l’exploration des contradictions et des dissimulations caractérisant les sociétés démocratiques postmodernes. Il communiquait facilement et de manière plaisante dans plusieurs langues ; il parrainait de jeunes chercheurs ; il jetait des passerelles entre des réseaux aux cultures très variées et élargissait les horizons intellectuels. On retrouve constamment l’influence de son travail dans les recherches effectuées par bon nombre de ses étudiants et de ses collègues, en Amérique du Nord, en France, en Allemagne et ailleurs dans le monde. Il a laissé une empreinte indélébile.

3Il est nécessaire de souligner certaines choses, quant à son point de vue et à sa méthode. Sa formation de logicien lui avait fait découvrir la pertinence des anomalies, des contradictions et des irrégularités, ce qui le fascinait. Jean-Paul était un observateur pointu qui repérait toute incongruité, d’une manière ou d’une autre ; toute déviation par rapport à la règle ou à la norme ; en bref, on pourrait dire de lui que c’était un « processeur d’anomalies ». Sa façon de procéder était active et investigatrice, recherchant la singularité, ce qui exige une rigueur dans la définition des concepts et un sens non moins développé de l’inclusion. C’est peut-être ce point de vue qui lui a inspiré sa conception du policing comme un puzzle ou une toile,incluant plus que les seules fonctions de lutte contre la criminalité généralement assignées à la police en tenue.

  • 2  N.d.T. : En français dans le texte.

4L’ampleur de son œuvre2 doit être prise en compte, car elle est impressionnante. Une recherche sur Google établit que Jean-Paul Brodeur est l’expert le plus cité, dans la communauté anglophone des chercheurs, pour son travail sur le policing, dont son élaboration et sa mosaïque relatives au paradigme de policing remettant, notamment, en cause le modèle conventionnel de Peel. Les 57 pagesde son curriculum vitæ, probablement une sous-estimation de ses réalisations véritables, recensent environ 5 livres, 39 chapitres, plus de 100 articles, de nombreuses recensions très approfondies et quelque 9 rapports, commissions et commentaires significatifs. Je commencerai donc cette brève réflexion comme l’aurait fait Jean-Paul qui écrivait souvent : […] cet article comporte trois (ou quatre…) parties. La première partie est une lecture attentive de l’article « High Policing and Low policing… » (1983) (HLP). Mon analyse tient compte de la version révisée de l’argumentation présentée dans The Policing Web. La deuxième partie correspond à une évaluation concernant la prescience de l’article HLP qui prédisait certains développements contemporains. La troisième partie est une réflexion sur l’importance d’inclure la notion de haute police dans une théorie émergente du policing.

Haute et basse police

5L’article HLP est une source qui a systématiquement alimenté les recherches de Jean-Paul sur le policing et lui a permis de les pousser plus loin. Pour écrire cet article, il s’est appuyé sur les expériences qu’il avait vécues, de 1979 à 1981, en tant que directeur de recherche de la Commission d’enquête Keable. Il y proposait alors une nouvelle façon de voir, un nouveau modèle de policing méthodiquement défendu. Pour mémoire, cet article publié dans la revue Social Problems suscita simultanément une réflexion sur les réponses du public et de la police à la dissidence et aux menaces présumées envers la sécurité nationale (Vietnam, droits civiques, Front de Libération du Québec) ; l’émergence d’une question négligée par les recherches sur la police et se révéla un commentaire sur la perspective, alors très populaire, de l’« étiquetage » et de la réaction sociale. Les programmes d’enseignement sur la police dans les sociétés démocratiques n’incluaient pas, alors, de littérature écrite en français, de recherches sur le policing colonial, ni ne mentionnaient les récents événements relatifs à la police politique au Canada, en France et aux États-Unis. Les études en matière de policing étaient influencées par une hypothèse non vérifiée considérant l’activité policière, dans les sociétés démocratiques, comme le prolongement du modèle de Peel qui privilégiait avant tout la lutte contre le crime, la visibilité, la retenue lors de l’intervention et l’esprit légaliste. À l’époque, n’existaient que quelques publications majeures issues de la recherche, celles de Banton, Wilson, Skolnick, Caïn, Manning et Bittner. L’ouvrage brillant et novateur d’E. Bittner (1972) était cité, mais généralement mal interprété (Brodeur, 2007). En effet, on disposait de peu de connaissances sur les activités policières secrètes ou invisibles (il y avait les articles de Gary Marx, mais son livre n’était pas encore paru) et presque rien n’avait été rédigé sur les services de renseignement des pays démocratiques. L’article de Jean-Paul a marqué un tournant, quant à l’émergence d’une pensée analytique et systématique sur ce sujet.

  • 3  Le terme « haute police » a été créé et employé par Brian Chapman (1970), dans l’analyse des modes (...)

6Au départ, il rejette deux hypothèses logiques : il n’y a pas d’activité policière politique ou toute activité policière est politique. Fort de son expérience, lors de la Commission d’enquête Keable, et du réexamen de Commissions royales précédentes sur le renseignement (le rapport Mackenzie et les deux rapports McDonald), il affirme que la distinction entre les modes actif et passif de policing ne présente aucun intérêt et avance que l’activité policière, secrète ou visible, relève de l’ordre politique. Le policing politique n’est ni rare, ni inconnu, […] il forme l’essence même du modèle global de policing que j’appelle "haute police" (508)3. On se rend implicitement complice de la déviance policière, lorsque l’on accepte l’idée que celle-ci, qui implique des violations connues de la loi, est rare, désuète ou anecdotique. Il montre que les présumés gardiens de la démocratie — les tribunaux, les politiciens, les organismes victimes et la presse — ne veulent pas vraiment admettre cette réalité. Ils ferment les yeux sur toute nouvelle occurrence, prétendant qu’il s’agit encore et toujours d’une première fois. L’idée que la police ne dissimule aucun secret est une illusion ; les observateurs savent que la police effectue couramment de la surveillance politique (510). À qui veulent-ils cacher ces secrets ? Quand le policing politique émerge, on le voit en tant que « déviance » plutôt que comme une fonction de base quotidienne (511). Le policing fait de la collecte de renseignement de façon médiocre et aléatoire. Pourtant, les chercheurs n’en savent guère plus aujourd’hui à son sujet ou sur son fonctionnement. Ceci reste vrai, même si les médias nous ont abreuvés de leur panique au sujet du « terrorisme » et de la sécurité nationale. L’État est un acteur dramatique, tout comme la police. Ces deux entités s’efforcent, périodiquement, de dramatiser leur situation, en se posant comme « victimes » de la dissidence. La loi et les pratiques policières conventionnelles transforment alors la dissidence quotidienne en une chose appelée maintenant « crime ». C’est un paradoxe, ou une anomalie du moins, dans la mesure où l’appareil d’État recourt à des informateurs — dont certains sont payés — et à des membres marginaux, issus de groupes dissidents, qui sont contraints de coopérer et contribuer à sa collecte de renseignements. On procède ainsi, afin de produire, d’amplifier et d’entretenir l’existence de tels « crimes » au vu et au su de tous (511). Cet aspect de la haute police, dont le cœur est la collecte du renseignement, fait partie d’un paradigme que toutes les unités de police ont en commun. Cette fonction n’est pas l’apanage d’unités spéciales. Si cela est vrai, la distinction faite d’après l’idée de Sir Robert Peel assimilant le policing démocratique à la basse police est fallacieuse. Comme le démontre The Policing Web, cette formulation fait aussi abstraction des multiples formes qu’empruntent le policing et les organismes policiers. En outre, Jean-Paul affirme que l’histoire du policing français explicite, plus clairement, le lien étroit et continu entre la haute et la basse police (512-513), dans les démocraties occidentales. La haute police qui surveille, piste et archive des dossiers secrets sur des activités courantes est le véritable modèle pour toutes les actions liées à la police politique : […] elle va jusqu’à rechercher des menaces potentielles, dans son effort systématique pour protéger la répartition des pouvoirs dans une société donnée (513). Il s’agit de politique au nom du policing, ou plus spécifiquement, de policing faisant office de politique.

7La haute police telle que définie dans HLP comporte quatre caractéristiques : elle est absorbante ; elle n’a pas comme seul devoir d’appliquer la loi (elle peut en fait violer des lois en toute impunité) ; elle utilise la répression du crime comme méthode d’exploitation multiforme ; elle emploie des informateurs et des agents secrets pour surveiller des citoyens, collecter des informations et susciter inquiétude et malaise. Jean-Paul prétend qu’à cette époque la police nord-américaine fonctionnait selon les modalités de la haute police (514). Dans ses prévisions, il anticipait même de manière précise, allant jusqu’à indiquer que les démentis apportés par la police et d’autres organismes gouvernementaux, quant à leur implication dans la collecte informatisée de données, étaient faux ; que ces méthodes étaient avérées et augmenteraient de façon exponentielle. Cette remarque, faite très clairement dans la conclusion de l’article, souligne le fait que la distinction entre haute et basse polices embrouille plus la question qu’elle ne la clarifie. En fait, toutes les activités policières comportent des caractéristiques de la haute police, elles sont implacables et impliquent une continuité systématique (517).

8Un point fondamental de cet article parmi d’autres réside dans le fait que le policing fonctionne toujours avec un visage politique, tout en niant publiquement ce fait. Dans un certain sens, on peut assimiler cela au jeu d’« avant-scène » et de « coulisse » propre à la dramaturgie et au drame policier. Ces idées se sont retrouvées dans un certain nombre de publications ultérieures de Jean-Paul comme, par exemple, Trotsky and reform ; Cops and Spooks ; High policing post – 911 et plusieurs autres articles, ainsi qu’une monographie traitant de l’imputabilité. Le thème de la haute police est également un chapitre essentiel de The Policing Web.

L’argument de la haute police dans The Policing Web

9Bien que l’idée maîtresse de sa théorie du policing repose sur le paradoxe de l’État se présentant à la fois comme victime et protecteur, par le biais des fonctions policières qu’il remplit à de multiples niveaux, et que le thème de la haute police soit récurrent au fil du livre, c’est au chapitre 7 de The Policing Web qu’il est présenté en détail. Cette distinction entre haute police et basse police s’apparente à une division fonctionnelle reflétée dans l’organisation du livre (225). Jean-Paul me semble soutenir que la haute police, et le déni de son existence, sont l’idée centrale ou la fonction de base autour de laquelle se déploient d’autres activités policières.

  • 4  N.d.T. : En français dans le texte.

10Dans The Policing Web, au départ, Jean-Paul Brodeur met de côté les activités de haute police effectuées par les services de renseignement gouvernementaux, ainsi que le policing réalisé lors des situations d’urgence et pendant les activités officiellement reconnues de protection des structures étatiques. On les reconnaît comme étant des fonctions secrètes essentielles. Il présente les neuf caractéristiques constituant sa conception actuelle du modèle de haute police : protection du régime politique ; postulat selon lequel l’État est une victime visée ; pratiques policières « absorbantes » (large intérêt pour l’information ne se limitant pas à monter un dossier juridique en vue d’une poursuite ultérieure) ; emploi de délinquants dans de nombreuses fonctions ; usage extrême des informateurs ; recours intensif au secret ; utilisation de la tromperie ; combinaison de pouvoirs distincts (juridique, législatif, exécutif) et intégration de compétences extrajudiciaires (c’est moi qui paraphrase). Ensuite, il analyse des procédures opérationnelles et la façon dont les actions réalisées de manière visible permettent d’établir une distinction entre la haute et la basse police. La haute police fonctionne sur un mode d’analyse constant ; elle recherche le renseignement préventif (et non la poursuite judiciaire), elle utilise l’interruption des activités et se dérobe aux modalités d’imputabilité existantes. Le rôle des informateurs et les conséquences liées à leur utilisation sont précisés dans des sections distinctes du chapitre. J.-P. Brodeur réalise le tour de force4 d’esquisser de nouvelles formes de surveillance ainsi que leurs répercussions (247-251). La section finale du chapitre inclut un modèle qui établit un contraste entre la haute et la basse police et mentionne certaines de leurs interactions (schéma 7.2, 252). En résumé, ce diagramme montre que le système de justice pénale traite des formes traditionnelles de la « délinquance » par le biais de la basse police, de la violence, des actions visibles, de la perpétration et de la suppression. Il encadre également la délinquance plus sophistiquée par le recours à la déception, l’action clandestine, les notions de conspiration et le contournement des contraintes légales. Le terrorisme et les réseaux violents concernent autant la haute police que la basse police. Ce diagramme est une projection présentant l’argument central du livre, dans son microcosme.

Réflexions

11Amorcé en 1983, ce récit sur la haute police a continué de faire l’objet des recherches de Jean-Paul jusqu’à sa mort et contient plusieurs arguments importants. Divers thèmes abordés dans son travail continuent d’ailleurs à modeler les recherches dans ce domaine. Cela a accéléré l’élargissement du champ des études sur la police. Alors que la majorité des recherches s’appuient sur les variations statistiques de la délinquance comme fondement à tout travail policier, les chercheurs restent conscients de l’influence menaçante et mystérieuse de la haute police. L’article HLP a stimulé le développement d’études plus systématiques incluant des travaux historiques, analytiques et comparatifs accordant une large place aux fonctions de haute police. Cette publication a ensuite soulevé la question du policing et « des droits de l’homme », reprise notamment dans le Rapport Patten, et celles concernant la gouvernance et les multiples liens de l’activité policière examinées par Shearing et ses collègues. Contrairement à l’argumentation de la plupart des chercheurs et aux banalités pseudoscientifiques publiées dans des manuels, en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, celle de HLP présente, il est vrai, un caractère historique et comparatif qui remet en cause la notion admise du policing en tant que tâche simplifiée et visible pour prévenir le crime, réagir aux préoccupations des citoyens et enquêter sur les crimes déclarés. Il est largement admis que le véritable réseau du policing ne comprend pas que la police publique, mais aussi toute une série d’autres organismes. Dans les sociétés démocratiques, la haute police s’est manifestée beaucoup plus en France, et sur le continent Européen, qu’en Amérique du Nord, et n’a pas été réduite par des commissions et des comités d’enquête. Elle reste solidement implantée dans le monde moderne en proie aux conflits. Dans The Policing Web (223-224), J.-P. Brodeur souligne aussi très justement que Hsi-Huey Liang (1992) voit l’absence de haute police comme une caractéristique du policing démocratique. Cependant, Liang insiste sur la nécessité de ces modalités policières alternatives comme moyens d’assurer la redevabilité du policing démocratique visible. Liang soutient que des fonctions telles que l’activité paramilitaire, la haute police et le policing privé, tout en concurrençant la basse police publique, permettent aussi à cette dernière d’exister.

12En conclusion, prenons en considération un aspect de l’impact des idées mises en avant dans l’article de 1983. Les événements ont confirmé, de manière spectaculaire, les observations que Jean-Paul avait émises au sujet de la collecte, de l’analyse et du stockage du renseignement par la police :

  • Les ordinateurs font partie intégrante de la haute et de la basse police et sont maintenant bien implantés dans plusieurs unités dédiées des forces de police nationales, comme en Angleterre par exemple.

  • D’énormes banques de données sont gérées par des banques, des entreprises et des organisations gouvernementales incluant la police. On ne peut qu’estimer leur ampleur et leur incidence reste encore théorique.

  • La surveillance et le pistage, ainsi que d’autres formes de « policing absorbant », sont plus populaires et acceptables, en partie grâce à l’effet induit par le 11 septembre et d’autres actes terroristes spectaculaires. Même la basse police s’est ouverte à la surveillance, à travers l’émergence de la vidéosurveillance (CCTV) au Royaume-Uni et dans certaines grandes villes américaines, comme Chicago.

  • Chaque recherche sur Google, chaque achat par carte de crédit, chaque achat important exigeant un prêt bancaire et chaque appel téléphonique, à partir d’un téléphone cellulaire, génère des informations sur les goûts, les préférences de style de vie et les revenus, entre autres. Ces listes sont à leur tour achetées, commercialisées, échangées, piratées et couramment mises à la disposition de la police.

  • La cartographie criminelle, employée par les nazis à Amsterdam pour localiser les maisons des Juifs (Scott, 1998, 79), connaît maintenant en Amérique du Nord une utilisation généralisée par la police. À Boston, la cartographie inclut des données sur les domiciles des « membres de gangs », des « agresseurs sexuels » et sur les endroits où des coups de feu ont été tirés. Les zones à forte criminalité de Boston sont maintenant surveillées par des dispositifs audio et vidéo, des agents dans des véhicules de police banalisés et non banalisés, des hélicoptères, des brigades spéciales (gang, école, drogues, entrée dynamique), des détectives, ainsi que par la police d’État, de comté, des transports et des parcs. Ces organismes génèrent des renseignements ainsi que des données reliées au crime. Les chercheurs étudient, de manière plus approfondie, ce qui touche à la collecte, à la récolte et à la surveillance des données et analysent leurs conséquences.

  • La police de communauté est une activité policière politique ; sous ses diverses formes, elle pourrait constituer un nouveau genre de haute police. J.-P. Brodeur a brillamment contesté les détails de cette affirmation dans son analyse percutante de l’ouvrage de MM. Ericson et Haggerty, Policing the Risk Society (1997). Il remettait en question le caractère de l’information policière et ses utilisations, ainsi que l’affirmation d’un vaste ensemble de bases de données articulé et intégré dans les services de police (voir Manning, 2008). Personnellement, je ne pense pas que Jean-Paul assimilait la « police de communauté », telle qu’elle est pratiquée, à la haute police. Il a plutôt ressenti les arguments de MM. Ericson et Haggerty comme exagérés et dénués de fondements empiriques.

  • La haute police, dans le contexte colonial, et ses résidus dans le policing actuel font l’objet d’études par des chercheurs tels que Georgina Sinclair (2011). On trouve ces « résidus » dans le monde entier : ce sont les conséquences de la domination française, portugaise, espagnole, hollandaise et anglaise.

  • 5  En 1977, j’avais soutenu que le policing était « neutre au nom de l’État », insistant sur le fait (...)

13Il reste quelques subtilités à expliciter pour garantir une meilleure appréhension de ces recherches sur la haute police (Greene, Forst, Lynch, 2011). Le concept n’a pas été entièrement admis dans le sens initialement prévu par Jean-Paul : c’est-à-dire qu’il s’agit d’une fonction de base effectuée par toute police démocratique, en tout temps. Les chercheurs nord-américains restent ancrés dans l’idée que la haute police est une exception, un dysfonctionnement chronique et un thème mineur dans ce qui, à vrai dire, devrait être l’étude d’une organisation efficace, focalisée sur le crime et partiellement redevable5. L’une des responsabilités de la police consiste à appliquer les lois et à gérer le crime ; cependant, hormis Jean-Paul, peu de personnes ont rejeté la notion selon laquelle le policing est foncièrement axé sur le crime. La majeure partie de la littérature au sujet des déviances policières demeure concentrée sur la corruption et la traite de manière conceptuelle, tel que cela se faisait avant la publication de l’article HLP. Les chercheurs, les juges et les politiciens considèrent toujours la haute police, sous toutes ses formes, en tant que « corruption », « déviance » ou « scandale » et la gèrent par l’illusion, en pratiquant une gestion cosmétique de son image. Par exemple, l’intervention du tribunal Morris, en Irlande (Conway, 2010), se limitait aux questions liées à la manipulation inadéquate de preuves par la Garda, la police nationale irlandaise (légaliste), dans le comté de Donegal (bordé par l’Irlande du Nord), même si les rapports faisaient état de multiples autres failles et maux en matière organisationnelle. On continue à définir la corruption de la police comme une question d’« illégalité » généralement reliée à des gains personnels, plutôt qu’aux activités policières quotidiennes. En outre, les efforts pour tisser une toile de redevabilité et d’audit sont inefficaces : en Irlande du Nord, par exemple, aucune des organisations n’a accès aux opérations secrètes effectuées par le MI5 (comptant environ 300 agents détachés du Police Service of Northern Ireland). Comme Dermot Walsh l’a affirmé (2009), les forces de la Garda avaient étendu leurs opérations secrètes, en se fondant sur les conventions policières de l’Union Européenne, au policing transfrontalier, à l’application des lois antidrogues et à l’immigration illégale. Ces organisations ont justifié publiquement leurs activités en disant que c’était essentiel pour « la sécurité nationale ». Ceci fut le coup de sifflet final, sauf pour le ministre de la Justice et de l’Égalité. Ce sifflet a également résonné dans l’enquête Morris pour occulter certains aspects relatifs aux fonctions de la Garda. En accord avec J.-P. Brodeur et E. Bittner (1972, 39), on peut généralement admettre que l’imputabilité est symbolisée par cette forme de « communication bureaucratique ». On ne sait vraiment pas ce qui se passe, ni quand cela se passe, ni comment et pourquoi, dans cette « boîte noire » qu’est la haute police.

14Jean-Paul était peut-être le mieux placé de sa génération pour faire une analyse de la nature du secret, dans une organisation démocratique, en raison de son travail sur la Commission Keable. Malheureusement, je dois observer qu’aucun progrès n’a été fait dans la publication d’études sur les organisations de la haute police (Mulqueen, 2009). Il n’existe aucune étude systématique concernant l’existence de la haute police, sur le plan local ou national, et notamment, aucune qui soit fondée sur une observation ethnographique approfondie (voir Greene, Forst, Lynch, 2011). Même le rapport américain, plutôt intéressant, de la Commission sur le 11 septembre s’est enlisé dans des problèmes bureaucratiques et des solutions très formalistes : réforme par spécialisation et différentiation bureaucratiques. Il y a peu d’études traitant des brigades antiémeutes sur le continent ; des services de renseignement en Amérique du Nord, au Royaume-Uni et au Canada ; ou de la CIA, de la DIA et du FBI, des fonctions de sécurité de la police métropolitaine de Londres ; de la PSNI et de la Garda. Nous manquons de recherches scientifiques sur les principales organisations militaires et fédérales chargées de faire appliquer la loi. Il y a quelques ouvrages écrits par des journalistes et d’anciens membres de ces organismes, ainsi qu’un livre remarquable, basé sur des documents divulgués récemment au sujet la police secrète de l’ex-Allemagne de l’Est (Glaeser, 2011). La majeure partie des recherches effectuées sur la surveillance et le pistage, le contrôle et la réflexivité de la technologie sont hautement spéculatives et proviennent de reportages issus des médias ou d’Internet. Nous en savons maintenant un peu plus sur l’architecture de la police secrète, sa construction, mais peu au sujet de son véritable fonctionnement : qui fait quoi et pourquoi. Le caractère secret de l’organisation elle-même, hautement protégé sur le plan légal et par tradition ou convention, est bien connu. Néanmoins, l’inutilité des études sur la « redevabilité », la « corruption » et la « déviance policière » demeure bien vivante. Il ne peut y avoir de notion de redevabilité, si l’organisation est protégée en ce qui concerne ses fonctions de haute police et ces appuis les plus importants, sur le plan financier et politique, assurés par le gouvernement central en place. Il demeure donc impossible d’étudier la nature de la haute police, dans sa réalité et dans sa permanence.

Haute police et émergence d’une théorie du policing

15Pour formaliser une théorie du policing, Jean-Paul a placé la barre très haut en soulevant, notamment, d’importantes questions à cet égard. Son article, paru en 1983, contenait l’essence de sa théorie à ce sujet, à savoir les thèmes discordants et les contrastes existant entre le visage visible, légal et public du policing et son aspect secret, puissant, non reconnu, caché et lui-même à la limite de la légalité. Sa théorie se veut inclusive, comparative/historique et intègre des antinomies ou des arguments se contredisant (The Policing Web, 3-15). Ceci inclut le rôle de haute police dans lequel l’État protecteur se définit également comme victime ou va à l’encontre de ses propres revendications en proclamant qu’il protège et préserve les droits de ses citoyens (Loader, Walker, 2007). De plus, l’État peut se révéler l’ennemi le plus puissant des citoyens.

16Selon moi, les arguments de The Policing Web sont généralement convaincants, solides et bien documentés. On pourrait émettre deux simples commentaires au sujet de la théorisation de J.-P. Brodeur :

171) Il a élargi l’idée du mandat de la police, un concept dérivé des recherches d’E.C. Hughes. Jean-Paul attire l’attention sur l’ambiguïté du mandat officiel qui oublie ou ignore la « sale besogne » indispensable au travail policier (Hughes, 1971, 343-347). Il se concentre sur l’exercice de fonctions spécifiques qui sont refusées à d’autres. On peut aussi relier la question du mandat à de plus larges problématiques. L’aspect ouvert du mandat — qui relève de la soumission à la clause d’exigence et de la capacité à opérer selon des modalités exceptionnelles — est essentiel. Dans la pratique, ceci correspond à la capacité de ne pas tenir compte de ce qui est couramment admis par tradition ou convention. Cet aspect non spécifié du mandat autorise l’extension des pouvoirs et contribue de façon magistrale et originale à la théorisation du policing. Cela me paraît implicite dans l’argumentation de Jean-Paul. L’élément d’exclusion couvre le recours à la force meurtrière, lorsqu’elle est utilisée dans une perspective professionnelle et pour des motifs très sérieux. Mais en procédant par exception (Manning, 2010, 44), le mandat inclut aussi, dans la pratique, des tractations occultes, y compris la torture, qui sont sous-entendues par la conception que l’on a de la haute police.

182) Une certaine latitude existe quant au « flou de la définition » théorique du policing. Il me semble que la caractéristique dominante de l’interprétation de J.-P. Brodeur du puzzle ou de la toile du policing est la définition qu’il donne de ce dernier (The Policing Web, 139) : la police est composée d’agents autorisés à employer divers moyens interdits au reste de la société, afin de faire respecter un certain type d’ordre sociopolitique. Bien que moins précise que sa conception de la compétence essentielle de la police résidant, selon lui, dans sa capacité à employer la force intelligemment, la définition proposée par E. Bittner […] nous permet de tenir compte des différences cruciales entre les fonctions et le comportement des diverses composantes de la toile policière (139). Jean-Paul soutient qu’il s’agit […] d’un tremplin à partir duquel il sera possible de repérer certains moyens extralégaux employés par différents agents policiers (139). En matière de policing, nous avons ainsi une définition en trois volets : la police considérée en tant qu’organisation plus générale ; le policing vu sous l’angle d’une toile regroupant des fonctions particulières ; et la caractéristique dominante qui s’en dégage et ne correspond pas à la violence ou à la coercition, mais à ce qui est interdit à d’autres dans la société. Comme l’a élucidé sa publication An interview with Bittner (Brodeur, 2007), ce n’est pas l’usage de la force qui est le cœur du policing, mais la menace et sa crédibilité, son potentiel ainsi que l’utilisation mesurée de la violence quand celle-ci est employée. Le principe est tout à fait digne de Weber — le pouvoir et toute autre action significative ne fonctionnent que s’il y a une forte probabilité de conformité de la part de ceux qui en sont les destinataires. C’est ce concept opérationnel que J.-P. Brodeur appelle la « conformité présumée » (The Policing Web, 110). En fin de compte, cette remise en cause de la conception d’E. Bittner par J.-P. Brodeur est très subtile, mais convaincante. Dans les sociétés postmodernes, le besoin de violence directe est généralement moindre, tandis que de nouvelles formes de communication, de surveillance et d’écoute s’avèrent plus importantes. La menace ou l’utilisation du pouvoir coercitif perdent de leur importance dans la boîte à outils opérationnelle. L’ironie réside finalement dans le fait que, même si le policing repose de moins en moins sur l’application directe de la force, les médias et la hiérarchie policière se sont emparés de la rhétorique du contrôle des risques et des contingences, de telle manière que les gens adhèrent fermement à la thèse de la « première ligne de défense », et l’assimilent à une caractéristique importante du mandat policier. À mon avis, ces idées ne sont que la partie émergente du concept de la toile policière et elles pourront faire l’objet de recherches plus poussées.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bittner E. 1972, The Functions of the Police in Modern Society: A Review of Background Factors, Current Practices, and Possible Role Models, Washington (D.C.), National Institute of Mental Health.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brodeur J.-P. 1983, High Policing and Low Policing: Remarks about the Policing of Political Activities, Social Problems, 30, 507-520.
DOI : 10.1525/sp.1983.30.5.03a00030

Brodeur J.-P. 2007, An encounter with Egon Bittner, Crime, Law and Social Change, 48, 105-132.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brodeur J.-P. 2010, The Policing Web, Oxford, Oxford University Press.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199740598.001.0001

Cain M. 1979, Trends in the sociology of policework, International Journal of the Sociology of Law, 7, 143-167.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chapman B. 1970, Police state, London, Pall Mall.
DOI : 10.2307/1958698

Conway V. 2010, The Blue Wall of Silence: The Morris Tribunal and Police Accountability in Ireland, Irish Academic Press.

Ericson R. V., Haggerty K. D. 1997, Policing the Risk Society, Toronto, University of Toronto Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Forst B., Greene J. R., Lynch J. P. 2011, Criminologists on Terrorism and Homeland Security, Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511976384

Glaeser A. 2011, Political epistemics: The secret police, the opposition, and the end of East German socialism, Chicago, University of Chicago Press.

Hughes E.C. 1971, The sociological eye: Selected papers, Transaction Publishers.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Liang H. H. 1992, The Rise of Modern Police and the European State System from Metternich to the Second World War, Cambridge (UK), Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511665196

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Loader I., Walker N. 2007, Civilizing Security, Cambridge (UK), Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511611117

Manning P. K. 1977, Police Work: The Social Organization of Policing. Cambridge (MA), MIT Press.

Manning P. K. 2008, The technology of policing: crime mapping, information technology, and the rationality of crime control, New York, New York University Press.

Manning P. K. 2010, Democractic Policing in a Changing World, Boulder, CO, Paradigm Publishers.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mulqueen M. 2009, Securing the State with Soldier Spies: evaluating the Risks of using Military Personnel to gather Surveillance Evidence in Ireland, Irish Studies in International Affairs, 20, 121-141.
DOI : 10.3318/ISIA.2009.20.121

Scott J. C. 1998, Seeing like a state, New Haven, Yale University Press.

Sinclair G. 2011, Globalising British Policing, Farnham, U.K., Ashgate.

Walsh, Dermot P. J. 2009, Tightening the noose of central government control over policing in Ireland: innovations in the Garda Síochána Act 2005, Northern Ireland Legal Quarterly, 60, 163-180.

Haut de page

Notes

1  N.d.T. : En français dans le texte.

2  N.d.T. : En français dans le texte.

3  Le terme « haute police » a été créé et employé par Brian Chapman (1970), dans l’analyse des modes européens pour assurer la sécurité de l’État, par le biais de moyens secrets. L’analyse dans The Policing Web (voir infra) dépasse largement les grandes lignes historiques fournies par Chapman.

4  N.d.T. : En français dans le texte.

5  En 1977, j’avais soutenu que le policing était « neutre au nom de l’État », insistant sur le fait qu’en dernière analyse, même la police locale devait allégeance à l’État, si sa sécurité s’avérait menacée. Maureen Cain (1979), comme Jean-Paul, avait affirmé que le policing était essentiellement une question d’ordre politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter K. Manning, « Haute et basse police selon Jean-Paul Brodeur », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8278 ; DOI : 10.4000/champpenal.8278

Haut de page

Auteur

Peter K. Manning

School of Criminology and Criminal Justice, Northeastern University.
Contact : pet.manning@neu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org