Navigation – Plan du site
Actes de colloque/Conference Proceedings

Aperçu de l’analyse du professeur Jean-Paul Brodeur sur la sécurité privée, au chapitre 8 de son livre The Policing Web

Philip Stenning
Traduction de Emmanuelle Royer
Cet article est une traduction de :
A brief review of Professor Jean-Paul Brodeur’s discussion of private security in Chapter 8 of his book, The Policing Web

Résumés

Dans cette contribution, je me penche sur la manière dont Jean-Paul Brodeur aborde le sujet de la sécurité privée dans le huitième chapitre de son livre, The Policing Web. J’estime que ce livre représente la première tentative « sérieuse » par un chercheur spécialisé dans les questions policières de développer une « théorie du policing » qui intègre le phénomène moderne de la sécurité privée et « plurielle ». Cet objectif n’est toutefois pas complètement atteint dans le livre, pour des raisons que Jean-Paul Brodeur expose lui-même à ses lecteurs. J’examine son argumentaire sur les difficultés d’obtenir une définition consensuelle de la « sécurité privée », l’importance qu’il accordait à l’étude de l’évolution des technologies de sécurité et leurs implications pour sa théorie du policing, ainsi que sur sa qualification de la sécurité privée comme une modalité de la haute police. Selon moi, ses réflexions représentent une contribution significative à la littérature et nous incitent à combler le déficit de connaissances au sujet de la sécurité privée au XXIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Je suis très honoré d’avoir été invité à cette rencontre commémorative célébrant la vie et les travaux de Jean-Paul Brodeur. Ayant été l’un des principaux chercheurs dans le domaine du policing – tant dans les milieux universitaires anglophones que francophones – Jean-Paul a, bien entendu, énormément influencé mes propres recherches et publications sur le sujet. Je l'ai rencontré pour la première fois il y a trente ans, et nous sommes restés depuis lors de proches collègues, jusqu'à sa mort survenue prématurément en 2010.

2Je me souviens parfaitement de ma première rencontre avec Jean-Paul. À mon initiative, il avait accepté de me rencontrer, dans le magnifique bureau de l’appartement qu’il habitait avec Nicole, sa conjointe, à Montréal. Il m’avait alors expliqué son passage (assez récent encore) de la philosophie à la criminologie. Le souvenir précis de son commentaire concernant la façon de penser peu rigoureuse, selon lui, des sociologues, comparativement aux philosophes, est encore très présent dans ma mémoire. Et il m'a également raconté une anecdote que je n'ai jamais oubliée et qu’il a présentée, si je me souviens bien, comme étant une histoire vraie. Il avait assisté à une conférence de philosophie au cours de laquelle l'orateur avait annoncé que son intervention traiterait de la façon dont deux négatifs donnaient un positif, mais deux positifs ne donnaient pas nécessairement un négatif. À peine l'orateur avait-il formulé son introduction qu’une voix s’était exclamée du fond de la salle : « Ouais, ouais ! », coupant net dans son élan l’intervenant qui ne parvenait plus à trouver ses mots.

3Jean-Paul, lui-même, était passé maître dans l’art de jongler avec les mots (en anglais comme en français) et il était tout aussi reconnu pour son raisonnement et ses analyses d’une clarté et d’une rigueur systématiques. Il commençait toujours son allocution en précisant qu'il aborderait le sujet en « x » (choisissez un nombre) sections, en indiquant le nombre de sous-sections auquel on devait s’attendre pour chacune d’entre elles, et que le tout serait suivi de ses conclusions ! Et il s’en tenait toujours exactement au format décrit initialement. Son dernier livre, The Policing Web, est le parfait exemple de sa maîtrise de la langue et de sa rigueur intellectuelle, comme vous pourrez le constater.

4Je suis convaincu que The Policing Web trouvera sa place au panthéon des classiques traitant de ce sujet, à côté d’autres publications de grands auteurs nord-américains issus de ce domaine, tels Egon Bittner (qu’il admirait tout particulièrement), Jerome Skolnick, James Q. Wilson, William Westley, Albert Reiss Jr., Wesley Skogan, Peter Manning et David Bayley. Nous avons beaucoup de chance que Jean-Paul ait pu finaliser The Policing Web et nous le léguer avant son décès prématuré, mais l’impossibilité de débattre avec lui des idées développées est assurément une immense perte.

5Dans mes propos, je m’en tiendrai à un chapitre précis du livre que le chercheur anglais Robert Reiner a décrit comme le livre magistral de Jean-Paul. J'ai choisi de procéder ainsi, non seulement parce que Peter Manning, et certains confrères peut-être, aborderont d'autres parties du livre, mais aussi parce que je considère sa façon d’y traiter la notion de sécurité privée comme une contribution essentielle aux connaissances sur cet aspect précis du policing. En effet, selon moi, son livre est la première tentative sérieuse réalisée par un chercheur éminent de ce domaine, pour élaborer une théorie qui intègre véritablement les phénomènes modernes de policing privé et « pluriel » (que je désignerais plus volontiers par prestation de services policiers indépendante de l’État). C'est un projet très ambitieux (et à mon avis largement réussi) qui a dû surmonter un certain nombre d’enjeux et de controverses aussi bien définitionnels que théoriques. Il est impossible de surestimer l’importance que revêt ce nouveau point de départ en matière d’approche plus globale et de théorisation du policing.

6Dans les premiers chapitres, bien que Jean-Paul donne une vision large et pluraliste des multiples formes de policing assurées par des prestataires publics et privés – qu’il désigne sous le terme d'« assemblage policier » — il est intéressant de constater qu’en fait, il ne fournit pas dans son traité de définition concrète et exhaustive du policing.

7Au lieu de cela, fondant son approche sur les célèbres écrits d’Egon Bittner, qu’il développe, Jean-Paul fournit une nouvelle définition de « l’agent policier », dans laquelle il passe du postulat de Bittner fondé sur les caractéristiques intrinsèques de la « police » que sont la capacité illimitée et l'autorité de recourir à la force, à l’idée maîtresse de « l'exercice des pouvoirs (judiciaires et extrajudiciaires) refusé aux autres citoyens ». Il affirme en outre que cette définition ne s'applique pas seulement à la police publique, mais aussi à la sécurité privée. Vous ne serez probablement pas étonnés d’entendre que cet argument est, selon moi, tout à fait discutable, puisqu'une grande partie du pouvoir et de l'autorité de la police privée provient précisément du pouvoir et de l'autorité dont disposent les « citoyens ordinaires » en tant que propriétaires, employeurs, etc.

8Pratiquement un huitième du livre de Jean-Paul, à savoir le chapitre 8 comprenant 53 pages, est essentiellement consacré à la notion de sécurité privée, auquel s’ajoute une autre partie traitant des « frontières du policing » et examinant d’autres fournisseurs indépendants de l’État, dans l'environnement du policing pluriel moderne. Cependant, je concentrerai mes propos exclusivement sur son analyse du policing privé, traitée dans ce chapitre 8 et, comme Jean-Paul l’aurait dit lui-même, je m’en tiendrai aux 3 principaux points suivants : (1) son étude concernant les difficultés à définir et mesurer la taille du secteur de la sécurité privée ; (2) le poids qu’il accorde aux technologies de sécurité et les implications en découlant pour sa théorie du policing ; et (3) le fait qu’il assimile le policing privé à une forme de « haute police ».

I - Définir et mesurer la sécurité privée

9Plutôt que d’aborder directement la définition du « policing privé » et de la « sécurité privée » (que ces deux termes soient synonymes ou non), Jean-Paul analyse la manière dont d'autres ont défini ce phénomène et examine les personnes et éléments qu’ils ont inclus dans leurs définitions. Il précise, à juste titre, que l’on a accordé trop d'attention au gardiennage (surtout le secteur de la sécurité à contrat) et pas assez aux services internes de sécurité ou à l'industrie manufacturière de produits de sécurité, actuellement en plein essor. Il se montre très critique au sujet des affirmations concernant l’importance du secteur du gardiennage, en soutenant notamment que la plupart d’entre elles étaient exagérées. Il précise également, comme certains l’ont fait dans le passé, que les supposés ratios élevés de policiers privés, comparativement à ceux du secteur public, provenaient de la combinaison de deux facteurs : de l’élargissement des définitions de la sécurité privée et de la réduction de celles des forces publiques. Cet exemple rapporté dans ces propos illustre, j’imagine, l’impression de pensée « moins rigoureuse » des sociologues que Jean-Paul avait mentionnée lors de notre première rencontre, mais je ne suis pas foncièrement persuadé que son argumentation résisterait à un examen rigoureux, ou qu'elle ne s'avérerait pas également quelque peu exagérée. Néanmoins, il est important d’entendre ce plaidoyer qui n'est pas dénué de mérite et qui, espérons-le, incitera de futurs chercheurs à être plus minutieux dans leur façon d’aborder cette problématique. Il conclut son analyse, cependant, par une importante observation soulignant le fait qu’il paraît plus réalisable de transformer le policing grâce à de nouveaux équipements et technologies de sécurité que par des changements dans les effectifs policiers et leur gouvernance.

II - Technologies et secteur manufacturier liés à la sécurité, leurs implications pour la « théorie du policing »

10La primauté que Jean-Paul donne aux technologies et à l’industrie manufacturière liés à la sécurité pour nous aider à comprendre l’évolution du policing soulève des questions difficiles sur le plan de la définition de la « théorie générale du policing » qu’il s’efforçait de développer. En effet, j’ai du mal à comprendre comment cette « technologisation » peut s’inscrire aisément dans une théorie si générale, notamment, en raison du fait qu’elle repose surtout sur la définition de « l’agent policier » à laquelle je faisais allusion tout à l’heure.

11Il me paraît un peu étonnant que sa principale illustration de la pertinence des technologies de sécurité, pour comprendre le policing, se traduise par l’étude de cas sur les armes à létalité réduite (les pistolets paralysants Tasers) — soit cinq pages du livre (283-288). Bien que ce thème apparaisse dans le chapitre sur la « sécurité privée », ceci s'avère être une étude de cas concernant l'influence de l'introduction des Tasers sur la façon d’agir et de maintenir l’ordre de la police publique. La question se pose, naturellement, de savoir s’il est pertinent (ou utile) de considérer l'industrie manufacturière de sécurité comme une branche de la sécurité privée (protection policière indépendante de l’État), de la police publique, ou des deux. Jean-Paul ne résout jamais vraiment cette problématique (ni même n’en prend acte) dans son livre. Il réfléchit plutôt sur le développement possible, durant les années à venir, d’« un complexe policiaro-industriel » (c’est moi qui souligne) comparable au « complexe militaro-industriel » qui était un sujet de débat dans les dernières années du XXe siècle.

12Toutefois, ce sujet de réflexion qu’est le complexe industriel policier n’est délibérément pas inclus dans la présentation schématique de sa « théorie du policing », parce que cette notion s’avère encore trop hypothétique et ne vise, avant tout, qu’à favoriser des recherches complémentaires. Il conclut ainsi : L’étude systématique des technologies de police et de sécurité ne fait que débuter, et il serait prématuré d'évaluer son impact sur les conceptions actuelles du policing. Mais il réfléchit au fait que l’on peut envisager le complexe policiaro-industriel, par la suite, comme le fondement sur lequel reposerait (sa) figure en forme de losanges (décrivant son concept intégrateur du policing).

13Nous nous retrouvons donc, je pense, avec trois conclusions implicites et fondamentales : 1) nous ne sommes pas tout à fait en mesure d’élaborer une théorie du policing entièrement intégrée, parce que nous n’en savons pas encore assez sur l’un des éléments les plus importants du policing, à savoir les technologies et l'industrie de la sécurité ; 2) à l'avenir, les chercheurs de ce domaine devraient accorder une attention prioritaire aux technologies et à l'industrie de la sécurité ; et 3) quand nous en saurons effectivement plus sur cet aspect du policing, tenter de dichotomiser « policing privé et public » (ou prestation de services policiers dépendante et indépendante de l’État) se révélera peut-être impossible.

III - Le policing privé, une forme de « haute police »

  • 1 Paru en 1983 sous le titre original : High policing and low policing: remarks about the policing of (...)

14Comme chacun sait, l’une des publications les plus significatives de Jean-Paul sur le policing (du moins dans la littérature anglophone) a été son article fondamental publié en 1983 et intitulé Haute police et basse police : observations sur la police des activités politiques1. De façon très simplifiée, l'argumentation en était que le policing entrepris pour protéger l'État et ses institutions (la haute police) présentait un caractère fondamentalement différent de l’action policière quotidienne contre le crime, visant à protéger des citoyens (la basse police). En 2006, Conor F. O'Reilly et Graham Ellison ont publié un article dans lequel ils appliquaient ces conceptions de haute et basse police aux activités de la sécurité privée. Dans le chapitre 8 de son livre, Jean-Paul pousse l’argumentation de MM. O'Reilly et Ellison plus loin, en affirmant que toute la sécurité privée arbore les caractéristiques et les approches de la haute police. Selon moi, ceci implique inévitablement une révision radicale de ces concepts. En effet, si la sécurité privée utilise les approches de la haute police pour combattre quotidiennement le crime et l'insécurité, la distinction originale entre haute et basse police (la première s'appliquant à la police « politique » et la deuxième à tout ce qui est lutte contre le crime et le désordre) apparaît alors un peu confuse. À travers cet aspect de la théorie du policing, le livre de Jean-Paul nous pose donc un défi, à savoir nous inciter à poursuivre cette réflexion de manière rigoureuse.

  • 2 (N.d.T.) : En français dans le texte.

15En conclusion, qualifier l'analyse de Jean-Paul, dans The Policing Web, de « magistrale » n'est aucunement exagéré. Le livre fournira matière à réflexion, à débat et à polémique pour les prochaines décennies, et incarne cette perfection en matière de recherche qui a rendu Jean-Paul si réputé parmi ses amis et collègues. Je n’ai abordé ici que quelques-unes des questions posées par l’un des chapitres de ce livre résolument provocateur et inspirant. Bien entendu, on y trouve d’innombrables autres sources de discussions et d’approfondissement théorique. Tant pis2 – comme on dit dans sa langue maternelle – Jean-Paul lui-même ne pourra plus prendre part aux débats assurément initiés par son livre, et pour lesquels nous lui sommes tous infiniment redevables. C’est une immense perte pour ses collègues chercheurs dont il était le chef de file et la source d’inspiration.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Brodeur J-P., (1983) « High policing and low policing: remarks about the policing of political activities », Social Problems 30 (5): 507-520.
DOI : 10.1525/sp.1983.30.5.03a00030

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

O’Reilly C., Ellison G., (2006), "Eye spy private high": Re-conceptualizing High Policing Theory, British Journal of Criminology, 46 (4), 641-660.
DOI : 10.1093/bjc/azi090

Haut de page

Notes

1 Paru en 1983 sous le titre original : High policing and low policing: remarks about the policing of political activities.

2 (N.d.T.) : En français dans le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Stenning, « Aperçu de l’analyse du professeur Jean-Paul Brodeur sur la sécurité privée, au chapitre 8 de son livre The Policing Web », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8314 ; DOI : 10.4000/champpenal.8314

Haut de page

Auteur

Philip Stenning

École de criminologie et de justice pénale, Griffith University (Australie). Contact : p.stenning@griffith.edu.au

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org