Navigation – Plan du site
Actes de colloque/Conference Proceedings

Terrorisme et antiterrorisme : le jeu du pire

Stéphane Leman-Langlois
Traduction(s) :
Terrorism and counter-terrorism: a choice between two evils

Résumés

Les recherches de Jean-Paul Brodeur sur le terrorisme ont porté sur deux aspects de la question, également importants et indissociables. Le premier est celui du fonctionnement, des objectifs et des méthodes des groupes qu’on nomme « terroristes », tout en considérant les résultats réels obtenus. Le second est celui de la régulation, de l’organisation, du financement et des conséquences des stratégies, organismes et programmes mis sur pied ou modifiés afin de leur faire face. Plus d’une décennie après le 11 septembre 2001, il semble bien que les plus graves dangers auxquels font face les Canadiens, comme la plupart des Occidentaux, proviennent du second aspect.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1C’est à l’automne 2002 que j’ai commencé à travailler avec Jean-Paul sur le terrorisme. Fidèle à lui-même, il m’avait dicté, en un après-midi, l’essentiel d’une demande de financement au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, financement que nous obtenions quelques mois plus tard. Son expertise de longue date lui avait fait comprendre, contrairement à la majorité des chercheurs dans ce domaine, qu’il est illusoire d’espérer comprendre le terrorisme sans se pencher sur l’anti-terrorisme, et vice versa – c’est ce qui fit l’originalité de son projet.

2D’ailleurs, dans le profond sillage laissé par les attaques de septembre 2001, ce sont deux intuitions fondamentales qui le poussèrent à se pencher sur ces questions. La première était qu’une nouvelle forme de terrorisme presque apolitique, sauvage, obsédé par la volonté de massacrer, avait vu le jour. La seconde était que ce « nouveau terrorisme » donnerait lieu à une réaction débridée qui n'hésiterait plus à fouler aux pieds les principes démocratiques les plus élémentaires. Nous serions donc acculés au choix hobbesien entre le terrorisme, ou la terreur s’y opposant.

3Il ne s’agissait pas de jouer au prophète de malheur mais de réactiver notre sens critique collectif. D’ailleurs la fin de la première décennie du XXIe siècle a vu se résorber la vague du nouveau terrorisme. Pour sa part, la société civile a su résister, tant bien que mal, aux agressions répétées de ses ennemis intérieurs. Cependant ces attaques continuent de se multiplier et il serait naïf de croire que la partie est gagnée. Plus que jamais, il faut donc que ces intuitions nous encouragent à (ré)introduire la mesure dans nos analyses du problème et surtout dans nos stratégies de réponse.

I - Charybde : le nouveau terrorisme

4Après l’attaque du 11 septembre 2001, il était difficile de déterminer avec précision les contours de ce que plusieurs experts en la matière avaient pourtant déjà qualifié de « nouveau » terrorisme. D’une part, il devint évident que les pertes massives dues à l’effondrement du World Trade Center n’étaient pas prévues par les têtes pensantes du complot. D’autre part, la perte de centaines de personnes suite à des attaques contre le transport aérien, sans doute la cible la plus vulnérable de la société moderne, n’était pas un phénomène nouveau. Le Canada avait d’ailleurs déjà connu la tragédie la plus importante de l’histoire du terrorisme aérien avec la perte du vol 182 d’Air India en 1985. Le nouveau terrorisme datait-il donc de 1985 ?

5Pour compliquer les choses, la majeure partie, voire la totalité des actes associés au nouveau terrorisme prenaient leur source dans un contexte particulier : celui du combat lancé par Oussama ben Laden contre un ennemi flou mais généralement compris comme l'ensemble des nations occidentales. Son al Qaïda était, et continue d’être un monstre aux définitions multiples, dont deux principales qui sont contradictoires. L’une décrit l’organisation relativement classique qui fonctionnait jusqu’en septembre 2001 et la seconde l’idéologie « virale » qui seule survit à l’opération Anaconda de mars 2002, lorsque les mujahids étrangers furent définitivement mis en déroute par les forces alliées en Afghanistan. Non pas que plus personne ne se réclama d’al Qaïda après le printemps 2002. Au contraire, des dizaines de personnages et de groupes apparurent pour jurer allégeance au cheik désormais montagnard malgré lui (que l’on retrouva éventuellement dans une banlieue pakistanaise). Mais c’est désormais l’idée qui recrute, à travers un branding international séduisant autant les révoltés aux causes variées que les autorités désireuses de simplifier l’univers de la lutte au terrorisme pour les besoins de la consommation publique.

6À la fois les médias, les politiques et les experts-minute ignorent allègrement cette distinction pourtant cruciale. Une fois l’organisation centrale disparue il ne devrait pas être surprenant que les attaques transnationales aient cédé la place à un terrorisme tout à fait classique, centré sur des griefs locaux et visant des cibles tout aussi locales. Le côté fallacieux de notre nouvelle obsession pour le terrorisme homegrown provient justement de cette confusion des objets.

7Cela dit, la plupart des banques de données sur le terrorisme, dans la mesure où l’on peut faire confiance à ces outils plutôt grossiers, montrent bien deux tendances. À partir de la fin des années 1980, une baisse vertigineuse du nombre brut d’attentats terroristes et, à partir de 1995, une augmentation du nombre de morts par attaque. Nous crûmes y voir l’émergence d’une évolution dans les activités terroristes qui, dans leur ensemble, s’éloignaient peu à peu de la violence revendicatrice des années 1960 et 1970, où la brutalité était tenue à un minimum et le message répété ad nauseam (Leman-Langlois, Brodeur, 2005). Désormais, la violence ne semblait plus limitée que par la puissance des moyens disponibles, ce qui fit dire à un chercheur que l’on faisait face à une volonté de « génocide graduel » à laquelle, heureusement pour nous, les moyens faisaient défaut.

8Restent tout de même de multiples défauts à ce concept de nouveau terrorisme, défauts qui s’accumulent et se clarifient avec le recul. Premièrement, avec la disparition de l’organisation de ben Laden la fréquence, de même que l’envergure des attaques ont fortement diminué (sauf en Iraq et en Afghanistan, où la situation est exceptionnelle et ne cadre pas avec la notion de « nouveau terrorisme » de toute manière). Deuxièmement, ses aspects grandiloquent, religieux et intransigeant ont été fortement exagérés. Il se trouve que nous avons sous-analysé le discours des principaux dirigeants de ces mouvements et fortement exagéré l’importance des métaphores religieuses du califat et de la débâcle de 1492. Dans les faits ben Laden, al Zawahiri et d’autres ont également répété des demandes beaucoup plus terre à terre, dont trois principales : le retrait des forces occidentales des terres saintes ; la fin du support inconditionnel à Israël ; la fin du support aux régimes corrompus opprimant les peuples musulmans. L’histoire récente démontre que ce troisième objectif est en voie de se réaliser de lui-même, sans la moindre participation d’al Qaïda. Ainsi il faut éviter de tomber dans le panneau, bien utile dans certaines sphères politiques, voulant qu’une des choses qui sont nouvelles dans ce terrorisme est qu’il est animé par des demandes irréalistes, voire irrationnelles, que l’on peut ignorer en bloc. Cette même erreur d'interprétation mène aussi à la conclusion que la violence à laquelle les terroristes s’abandonnent est tellement déconnectée des objectifs déjantés et fumeux qu’elle vise à accomplir qu’elle tiendrait du nihilisme ou du moins d'un fanatisme hors de portée de tout argument rationnel - bref, qu'on ne peut que lui déclarer une guerre totale. Or, en réalité il y a des objectifs clairs et une logique d’action. D'où l'importance, soulignée supra, de toujours analyser le terrorisme et l'antiterrorisme ensemble, puisque l'un influence irrémédiablement la forme et le contenu de l'autre. Espérons qu’il soit inutile de souligner le fait que cet argument ne justifie en rien l’usage de la violence - il vise simplement à en faire un compte rendu qui ne contredise pas les faits.

9Évidemment, l’image déformée du terroriste fanatique aux demandes insatiables et incompréhensibles, visant à tuer pour tuer et prenant les moyens maximaux pour y arriver, terrorise. Dans sa dernière présentation publique, à la fin mars 2010, Jean-Paul s’était justement demandé, pourquoi le terrorisme terrorise-t-il ? Remarquant que toutes sortes de terrorisme ont sévi dans plusieurs pays, la tâche était de découvrir les conditions qui font que la réaction étatique est parfois rationnelle, parfois disproportionnée et surtout, désorganisée par la panique - le cas des États-Unis et à moindre échelle, du Canada. Les quelques 100 milliards de dollars dépensés par le Canada pour se protéger contre une menace fantomatique, dans une décennie de compressions budgétaires, en est un bon exemple.

10Dans le cas des États-Unis, il faut d’abord noter bien sûr que le 11 septembre 2001 fut rapidement compris comme une violation sans précédent du territoire des États-Unis (on oublia rapidement les attentats antérieurs de moindre envergure comme celui d’Oklahoma City ou l’attaque de 1993 contre le World Trade Center). Bref, au niveau empirique, une partie de l’exceptionnalisme étasunien est dû à l’ampleur des attaques et à leur nouveauté. Cependant, il y a beaucoup plus. Le gouvernement a délibérément reconfiguré une série d’entités administratives, à grande échelle, pour s’accorder avec une perception spécifique (et entièrement erronée) de la menace terroriste. Pour paraphraser J. Simon, il gouverne par le terrorisme, à travers une politisation du terrorisme qui ressemble d’assez près à celle du crime. Les nouvelles missions et pratiques de ces entités administratives ont, à leur tour, généré une montagne toujours plus haute d’information sur le terrorisme, un phénomène relativement connu de rétroaction. Ainsi, du moins au chapitre des perceptions, l’intensité du remue-ménage anti-terroriste est parfaitement proportionnelle à celle de la menace.

11Bref, pour saisir le fonctionnement de l’appareil d’amplification de la terreur il faut le voir comme un « recyclage » plus ou moins explicite, plus ou moins intentionnel, d’une série d’actes individuels et de phénomènes plus ou moins reliés (Brodeur, Leman-Langlois, 2005). La phase de l’impact, l’attaque en tant que telle, est suivie relativement rapidement par une phase d’écho, de durée et d’intensité indéterminées mais fortement influencée par la médiagénie des dommages physiques (plus il y a d’images, plus les échos seront nombreux et persistants). Les échos de l’attaque sont renvoyés par une série d’entités détenant une masse critique de pouvoir social et de légitimité populaire.

  • Recyclage médiatique : le miroir déformant des médias, de par sa nature, rend habituel l’exceptionnel. Un acte terroriste, rare dans nos sociétés, déplace rapidement toutes les autres nouvelles dans les vitrines Internet et les manchettes du journal télévisé et occupe tout l’espace. Cette présence a deux effets principaux : elle donne une impression d’ampleur, transformant l’événement en phénomène ou en tendance ; elle a une valeur heuristique, illustrant un risque qui de par le fait même nous semble plus important (Pidgeon, Kasperson, Slovic, 2003).

  • Recyclage administratif : plusieurs entités administratives ont profité de la visibilité de la menace terroriste pour tenter d’obtenir de nouveaux budgets et des cadres régulatoires plus favorables. Plusieurs nouveaux fonds ad hoc furent attribués à des organisations policières, à des agences de transport en commun et à des organismes de renseignement. Chacune de ces dépenses donne lieu à une légitimation qui remet inévitablement en scène les menaces et leur fait « écho ».

  • Recyclage industriel : suite à chaque nouvelle attaque terroriste, la plupart des gouvernements se sont lancés dans des dépenses visant à contrer leur répétition (OCDE : 120 milliards par année). Les premiers bénéficiaires de cette manne financière sont les entreprises impliquées dans la production de biens, services et d’information centrés sur la production de sécurité.

  • Recyclage politique : plusieurs politiciens et partis politiques ont utilisé, à répétition, des actes terroristes particuliers ou le concept de terrorisme en général pour justifier une ribambelle impressionnante de nouvelles politiques, lois, budgets, mais aussi pour montrer à leur électorat qu’ils sont les meilleurs gestionnaires de crise. Certains, comme George W. Bush, ont même utilisé le terrorisme pour détourner l’attention portée sur des problèmes sans aucune relation avec le terrorisme, comme par exemple lors du désastre causé par l’ouragan Katrina en 2005.

  • Recyclage stratégique : en 2006 la Gendarmerie Royale du Canada émettait pour le public un porte-clés avec une  « lampe del », et avec en larges caractères le numéro 1-800 servant à signaler les activités suspectes menaçant la sécurité nationale. Les organisations policières de Vancouver et de Gatineau, entre autres, ont également mené des campagnes pour convaincre les usagers des transports en commun d’être en alerte et de surveiller les colis et comportements suspects. Sans égard à l'efficacité réelle de telles mesures, elles contribuent certainement à soutenir l'attention du citoyen.

12Bref, il est fort possible que ce qu’il y a de plus nouveau dans le terrorisme contemporain est la manière dont il est approché par les entités au pouvoir (publiques et privées), qui donne préséance aux risques politiques et à ce que j’appellerais une « futurologie rétrospective ».

II - Scylla : le nouvel antiterrorisme

13Prévenir le terrorisme, comme n’importe quelle autre activité, implique que l’on soit en mesure de prédire le futur. En criminologie on y arrive souvent, surtout en épluchant les statistiques qui décrivent le passé. En mariant de grands nombres à des théories qui établissent une stabilité approximative, on peut évaluer le risque global qu’une activité se reproduise. Cette nouvelle attention à ce que Zedner (2007) a appelé le « pré-crime » doit une grande partie de sa popularité au modèle de gestion des risques qui s’est implanté dans les agences gouvernementales à la fin des années 1980. On lui doit entre autres les outils actuariels de prédiction de la dangerosité et les divers usages de la géomatique dans la prévention et la répression du crime.

14En matière de terrorisme, la même volonté de prédire existe. En fait elle existe dans une manifestation encore plus extrême puisque si en criminologie « ordinaire » on se contente amplement de réductions statistiques « significatives » (lire : « non dues au hasard » et pas nécessairement « importantes ») de la criminalité, en matière de terrorisme le but visé est l’absence totale de toute attaque. De plus, les actes terroristes sont si rares dans les sociétés occidentales que les outils statistiques mentionnés supra sont inutilisables. Ces deux réalités ont mené non pas à l’abandon de la volonté de prédire, mais au remplacement des méthodes visant à la satisfaire.

15À la fin 2001 la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis met en branle le projet « Total Information Awareness », nommé dira-t-on dans la plus béate naïveté culturelle. Il s’agit, avec l’aide d’une myriade d’entrepreneurs en haute technologie, de former un système d’exploration de données (data mining) qui trouverait des traces d’activité terroriste en ratissant la plupart des banques de données existantes dans le monde (incluant tous les ministères et agences gouvernementales, les entreprises de crédit, les lignes aériennes, les fournisseurs d’accès internet, les entreprises de vente au détail, etc., dans le monde). En mettant toute l’information à disponibilité, on pourrait arrêter les terroristes au moment de leurs activités préparatoires.

16Nonobstant les objections éthiques que ce projet souleva (pour lesquelles il fut éventuellement démantelé par le Congrès. Notons toutefois que le projet est maintenant piloté par la National Security Agency), Jean-Paul s’y attaqua sous un angle logique pour démontrer qu’il n’avait guère plus de chance d’identifier un terroriste qu’un citoyen pris au hasard (Brodeur, Leman-Langlois, 2006). Premièrement, il faut noter qu’il n’existe pas de théorie du terrorisme - ni même d’un type particulier de terrorisme - qui permette d’en évaluer la constance dans le temps ou d’en connaître la signature, une liste limitée de séquences psychiques ou comportementales particulières. Et le projet de la DARPA ne se penchait aucunement sur ce problème : aucun expert du terrorisme ne fut placé sur les listes de contractuels. Ce fut jugé inutile parce que le programme consistait, dès le départ, à reconnaître des actes passés dans le futur : partant d’une analyse séquentielle d’actes terroristes déjà connus, on cherchait à identifier l’image miroir de ces séquences dans les banques de données explorées. Donc, ce découpage séquentiel est fondé sur deux convictions : 1) que toute l’information est disponible sur un nombre n suffisant d’actes passés ; 2) que les faits des séquences observées se passent de théories, ce sont des objets empiriques purs. Les deux sont erronées.

17Seconde erreur fondamentale du système, son approche déductive, implique que les séquences d’actes passés sont prédictives de l’avenir. C’est une supposition plutôt étonnante, sachant que le programme en entier fut inventé suite aux attaques de 2001, qui justement sont le prototype même de la proverbiale « donnée aberrante ». Quoi qu’il en soit, ce déductivisme assez primaire conçoit le terrorisme comme anhistorique, autonome et peu affecté par les mesures que l’on prend pour le contrer.

18Il ne faut pas confondre ce constat d’inefficacité de certaines mesures de prédiction pour un défaitisme. Bien que des pentes raides se dressent devant bon nombre de stratégies policières traditionnelles, dont celles qui visent à faire mieux collaborer les policiers avec les agents de la sécurité nationale (Brodeur, 2000, 2010), dans la plupart des cas les stratégies d’enquête low-tech sont toujours de mise (Leman-Langlois, Brodeur, 2005 ; Brodeur, Leman-Langlois, 2008b). La raison en est bien simple : malgré l’image du super-vilain de bande dessinée véhiculée par les médias et par la politique, le terroriste reste un être humain avec des comportements humains (Brodeur, 2009). Une fois que l’on réussit à saisir ses motifs et sa compréhension de l’action politique, plusieurs techniques policières conventionnelles peuvent être adaptées pour lui faire face.

19Cela dit, cette adaptation n'est pas sans risques. Elle ne peut rester un détail ou une forme de recyclage des pratiques conventionnelles. Le cas de Maher Arar, qui préoccupa Jean-Paul au plus haut point, devrait faire école. C’est précisément parce qu’on a appliqué les méthodes et les stratégies normales de la lutte au crime organisé à l’enquête sur des « sujets d’intérêt » en matière de terrorisme que plusieurs Canadiens parfaitement innocents, dont Arar, furent déportés vers la torture (Leman-Langlois, Brodeur, 2006). Le même genre de cafouillage continue d’avoir lieu au quotidien au Canada, avec par exemple les suspects détenus sous des « certificats de sécurité » justifiés par des informations partielles, souvent tout simplement fausses, et surtout mal interprétées. Mohammed Mahjoub, par exemple, est détenu au Canada depuis plus de 12 ans à l’aide de « preuves » occupant un continuum entre le flou et le faux. Évidemment, comme le gouvernement du Canada vient tout juste de réaffirmer son soutien à l’utilisation judiciaire d’informations obtenues sous la torture, ce genre d’exemple ne peut que devenir de plus en plus courant.

20Jean-Paul expliquait cet éloignement constant des règles de droit par la domination d’un certain discours politique faisant du terrorisme un acte de guerre  (Leman-Langlois, Brodeur, 2009). Cette guerre, métaphorique au même titre que la guerre contre la pauvreté ou contre le cancer, s’est rapidement introduite dans le réel avec la guerre en Afghanistan puis les stratégies et surtout les légitimations guerrières de l’action contre-terroriste. Or, une guerre a pour objectif la neutralisation, voire l’annihilation d’une puissance ennemie et non la mise en état d’arrestation d’un sujet de droit.

Conclusion

21Entre les périls jumeaux du terrorisme extrême et du contre-terrorisme tout aussi extrême, le citoyen peut paraître bien mal pris. Certains constats ne permettent pas l’optimisme : aucune des nouvelles stratégies utilisées ou disponibles n’a su démontrer son efficacité ; les États-Unis, qui continuent d’être notre modèle en la matière, ont multiplié les faux complots pour ensuite les « déjouer » de main de maître (Aaronson, 2012) ; l’augmentation des capacités de surveillance humaines et technologiques tend à aliéner les citoyens, au point où près d’une centaine d’organismes communautaires canadiens ont signé un accord commun de non-coopération avec le Service canadien de renseignement de sécurité (Réseau de la commission populaire, 2012). Bref, pour l’instant notre choix collectif pour le contre-terrorisme extrême nous coûte plus qu’il ne nous rapporte.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aaronson T., 2012, Terrorists for the FBI, Mother Jones.

Brodeur J.-P., 2000, Cops and Spooks, the Uneasy Partnership, Police Practice and Research, 1, 3, 1-25.

Brodeur J.-P., 2003, Les services de renseignement et les attentats de septembre 2001, Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 1, 103-111.

Brodeur J.-P., 2008, Haute et basse police après le 11 septembre, Criminologie, 41, 1, 133-151.

Brodeur J.-P., 2009, Comment définir le terrorisme ?, in Leman-Langlois S., Brodeur J.-P. (dir.), Terrorisme et antiterrorisme au Canada, Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 17-37.

Brodeur J.-P., 2010a, Pourquoi le terrorisme terrorise-t-il tant les Étasuniens ?, Conférence donnée aux HEI, Université Laval, 24 mars 2010.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brodeur J.-P., 2010b, The Policing Web, Oxford, Oxford University Press.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199740598.001.0001

Brodeur J.-P., Leman-Langlois S., 2005, La terreur recyclée, Conférence conjointe donnée au colloque Terreurs, terrorisme et processus inconscients, UQAM, les 27-29 octobre.

Brodeur J.-P., Leman-Langlois S., 2006, Surveillance-Fiction: High And Low Policing Revisited, in Haggerty K., Ericson R., The New Politics of Surveillance and Visibility, Toronto, University of Toronto Press, 171-198.

Brodeur J.-P., Leman-Langlois S., 2008a, Security and Privacy in Canada, Private-military-police Hybrid Structures and Techniques, conférence conjointe donnée au International Working Group on Privacy and Security First Closed Seminar, Faculté de droit de l’Université de Montréal, septembre.

Brodeur J.-P.,  Leman-Langlois S., 2008b, Policing counter-terrorism, Conférence conjointe donnée pour le Canadian Centre of Intelligence and Security Studies (CCISS) et la Gendarmerie Royale du Canada, Hôtel Marriot, Ottawa, 24 novembre.

Leman-Langlois S., Brodeur J.-P., 2005, Terrorism Old and New, Police Practice and Research, 6, 2, 121-140. Également publié in Millie A., Dilip D. (dir.), 2008, Contemporary Issues in Law Enforcement and Policing, Boca Raton, CRC Press, 81-104.

Leman-Langlois S., Brodeur J.-P., 2006, Extraordinary Renditions And Evidence Laundering : The Case of Maher Arar, Conférence conjointe donnée à la reunion annuelle de l’American Sociological Association, 11-14 août.

Leman-Langlois S., Brodeur J.-P. (dir.), 2009, Terrorisme et Antiterrorisme au Canada, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pidgeon N., Kasperson R., Slovic P., 2003, The Social Amplification of Risk, Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511550461

Réseau de la commission populaire (2012).

Zedner L., 2007, Pre-crime and Post-Criminology, Theoretical Criminology, 11, 2, 261-281.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Leman-Langlois, « Terrorisme et antiterrorisme : le jeu du pire », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8319 ; DOI : 10.4000/champpenal.8319

Haut de page

Auteur

Stéphane Leman-Langlois

École de service social - Université Laval.
Contact : stephane.leman-langlois@svs.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org