Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Tremblay, Le délinquant idéal. Performance, discipline, solidarité.

Montréal, Liber, 2010, 263 p.
Frédéric Ocqueteau

Texte intégral

1Voici une synthèse raisonnée des travaux d’un socio-criminologue montréalais peu conformiste, dont la pensée rebelle, compliquée, décomplexée et souvent déroutante mérite d’être plus connue pour être mieux discutée. Elle vogue à contre-courant des modes et de nombre d’idées reçues, mais n’en reste pas moins profondément conservatrice. On se propose de suivre l’étonnante construction de cet ouvrage, tout en se permettant quelques échappées critiques au sujet des apories auxquelles il conduit, avant de prendre définitivement le large.

2Qui aurait imaginé que la vieille théorie des associations différentielles (AD) d’Edwin Sutherland (1883-1950), l’auteur du Voleur professionnel et de White Collar Crime, stabilisée en France en 1966 dans Principes de criminologie (avec D. Cressey) ait semblé encore féconde pour dépeindre la figure du délinquant d’aujourd’hui ? Rappelons que cette théorie expliquait le comportement délinquant à l’aune d’un contexte de transmissions de messages et de pratiques favorables à la transgression des interdits pénaux plutôt qu'aux messages les inhibant et incitant le sujet au conformisme. P. Tremblay en a visiblement puisé une source d’inspiration majeure, tirant Sutherland du côté des paradigmes de l’acteur rationnel, audace assez provocatrice à l’heure où l’impact des valeurs néolibérales qu’ils véhiculent dans le gouvernement des conduites humaines commence à sérieusement montrer leurs limites. Pour l’auteur, en effet, les performances des (vrais) délinquants demandent à être évaluées comme celles de n’importe quel entrepreneur ou chef d’entreprise du monde licite. En fin de parcours, Tremblay boucle la boucle de l’actualité de son inspirateur en formulant ceci : une activité criminelle se professionnalise lorsque les délinquants choisissent d’y consacrer une part importante de leurs énergies ; lorsqu’ils parviennent individuellement et collectivement à en retirer des revenus appréciables pour une période de temps significative ; lorsque l’accès aux systèmes de délinquance est informellement contrôlé par des équipes, des groupes ou des organisations ; et lorsqu’il existe un bassin suffisant de mentors susceptibles d’assurer la formation de cohortes successives de débutants (231). Pour parvenir à cette conclusion, l’auteur a structuré son propos en explorant trois dimensions majeures : d’abord les impacts de l’impunité sur l’agir criminel et la nécessaire discipline de soi en prison quand on s’est fait prendre ; ensuite  les conditions du succès de certaines pratiques illicites innovantes ; enfin, la « professionnalisation délinquante ».

3À suivre patiemment ce fil, on comprend qu’il s’est moins agi de brosser le portrait du délinquant idéal (ce en quoi le titre est équivoque), que de démontrer la méthode de sa pratique de criminologue empirique, étant donné que l’auteur mobilise nombre de ses propres travaux pour renforcer une conviction idéologique forgée de longue date.

4Tremblay défend d’abord la théorie de Sutherland contre des contresens dont elle aurait été l’objet depuis le milieu des années 1960, ce qui l’aurait conduit à sa disqualification progressive, voire à son abandon définitif. Il montre comment, intimement articulée à la théorie des choix sociométriques de Jacob Levy (Moreno) des années 1930, la théorie des AD mettrait d’abord en scène des sujets confrontés aux choix exprimés par les autres membres du socius (ou groupe d’associés) participant à l’activité criminelle. L’expérience de l’impunité sociale des sujets (par suite du non-signalement de leurs actes par les autres agents des socius concernés) jouerait un rôle décisif dans leurs divers apprentissages. Chaque sujet naviguerait en cours de socialisation entre associations désapprobatrices, neutres ou approbatrices (par hypothèse incitatrices aux apprentissages déviants). Tremblay suggère un nouveau toilettage de la théorie contre ses réifications et réductionnismes psychologisants. Elle doit être expliquée par l’histoire des divers apprentissages des sujets dans la structuration déterminante de leurs relations personnelles, autrement dit à partir de la circonspection de candidats ambivalents, simultanément soumis à la tentation et à la peur de transgresser certains interdits sociaux majeurs. La démonstration n’est pas toujours parfaitement cohérente à ce sujet. Si l’on ne détecte jamais sous la plume de théorie quelconque d’un penchant au crime chez les acteurs qui les distingueraient entre eux, bien que le terme soit employé sans précaution (p. 83), ce n’est pas à sa genèse qu’il s’attache mais à leurs propres calculs de pondération visant à comparer les avantages de l’expérience de l’impunité aux désagréments qu’elle préviendrait. Mais on ne sait jamais trop à quel moment de la biographie des sujets ces calculs prendraient une importance déterminante pour la suite. Ni surtout, que faire du candidat ayant préféré renoncer à sa mauvaise vie (sic), à supposer que chaque être humain soit confronté à l’intensité de ce choix du renoncement, par définition hors horizon du criminologue. Tremblay, visiblement fasciné par les bifurcations des destinées entre non délinquants et délinquants ne propose guère de théorie du conformisme parmi les renonçants, alors que, sous sa plume, pleuvent les jugements de valeur départageant les bons délinquants, performants et innovateurs dans leurs entreprises illicites, des mauvais, impulsifs et perdants, population sans aucun intérêt pour son propos.

  • 1  Le meilleur (les voies progressives de sortie des engrenages de la délinquance, par exemple) n’int (...)

5La figure du délinquant sociologique (sic) de P. Tremblay l’incite plutôt à discuter de la fable du dilemme du prisonnier des économistes orthodoxes, et à en confronter le paradigme à l’aune de sa pratique criminologique, sans aller jusqu’au bout. Pour lui, le dilemme de l’acteur transgressif ne serait pas celui d’être dissuadé de passer à l’acte par l’intimidation d’un système de dissuasion incertain et rusé pariant sur le résultat de l’épreuve de la loyauté ou la trahison du comparse. Il tiendrait plutôt en sa faculté « d’anticiper ses regrets » (sic) en les minimisant, au cas où, contre toute attente, il se ferait pincer par la police et serait sévèrement puni par la justice. La tâche du socio-criminologue consisterait donc à expliquer avant tout les mécanismes de la dissuasion négative. L’intensité du sentiment de fierté ressentie par l’impunité serait le moteur le plus décisif dans la décision de persister dans la transgression : adrénaline procurée par la commission du délit impuni ou bien griserie liée à la satisfaction d’avoir su déjouer surveillances et pièges de la police. Bien qu’il ne mobilise pas les travaux de David Matza pour décrire les flottements de l’acteur à la dérive (Delinquency and drift, 1964), il accorde en revanche un crédit solide à ceux de son collègue Gresham Sykes sur le socius carcéral (La société des captifs, 1958). Tremblay met à jour les divers apprentissages et adaptations dans l’univers des longues peines où cohabitent des pairs non choisis, entendant détruire ce qu’il estime être des lieux communs sur la prison comme « école du crime » ou « lieu de prévention de la future récidive ». Il se montre beaucoup plus sensible à un autre type d’apprentissage, celui de la discipline de soi, ce qui n’est d’ailleurs pas incompatible à ses yeux avec la perpétuation de l’organisation d’un business illicite en son sein. Dès lors, la meilleure stratégie d’adaptation à la prison serait celle de la coopération asymétrique avec une administration cherchant à négocier la paix, quitte s’y prendre de façon à ce que puissent continuer à s’y exercer des trafics officieux de stupéfiants, par exemple. Au nombre des performances inattendues au portrait du délinquant incarcéré idéal, il faut compter avec cet apprentissage de l’autodiscipline, c’est-à-dire l’endurance du caractère face à la promiscuité contrainte pour sauvegarder son honneur sexuel et sa réputation d’entrepreneur avisé. L’auteur concède, sans trop y croire, que cette performance dont tout le monde n’est pas capable ne présagerait rien des suites de l’élargissement des condamnés à de longues peines, leur vie future pouvant déboucher sur le meilleur1 comme le pire.

6Partant à la recherche des moteurs des systèmes de délinquance, dont les éléments clés, concurrence, mobilité et  conflit sont trouvés dans les développements de Sutherland sur les forains et gens du voyage au XIXe siècle, Tremblay discute ensuite de la délinquance du marché du travail, autrement dit de l’implication des sujets dans le monde illicite des relations économiques parallèles.  Il met en scène des systèmes d’action concrets ou structures d’interdépendance au sein desquels différents protagonistes aux intérêts clivés favoriseraient des occasions. Vols et emprunts massifs de véhicules et leur revente en pièces détachées en auraient été l’exemple le plus achevé, à une époque florissante où données institutionnelles quantitatives et données qualitatives de délinquance auto révéléesétaient particulièrement abondantes. À ce sujet, l’auteur contredit l’hypothèse selon laquelle la négligence des victimes pour alerter les autorités aurait été le facteur le plus favorable à l’épanouissement de ces marchés parallèles. Des voleurs ayant réussi à vivre confortablement de cette économie du recyclage illicite sont plutôt analysés comme des larrons actifs ayant choisi de créer, de perfectionner ou d’organiser leurs propres occasions. En d’autres termes, ils auraient su et pu s’aménager un socius favorable à la poursuite de leurs activités illicites. D’après l’auteur, ils firent preuve d’intelligence innovatrice pour créer de tellesoccasions, surent tenir compte à moyen terme des intérêts et réactions évolutives des victimes et des clients complices de recéleurs qui en tirèrent des avantages indirects, et surtout, surent s’assurer d’une taille critique au sein de réseaux co-délinquants, vue la difficulté croissante des tâches à exécuter. Crime explains crime : toute criminalité innovatrice s’expliquerait d’elle-même en s’autodéterminant, avertit-il, par le biais d’un assez stupéfiant coup de force épistémologique. Ce serait un combat de chaque instant s’articulant à un socius d’insatisfaits latents, le besoin d’inventer des solutions illicites toujours plus efficaces, de savoir les diffuser dans d’autres socius intéressés, et de maîtriser les différents mécanismes de régulation pour en contenir convenablement les inévitables sources de conflits. Les démonstrations rétrospectives de ce chapitre paraissent robustes ; mais il n’est cependant pas sûr qu’en période de crise économique durable, les terrains empiriques étudiés seraient aisément réplicables, vu qu’un contexte macrosociologique de croissance économique faste pesait largement sur des démonstrations dont on doute qu’elles seraient aussi triomphalistes en période de dépression économique structurelle.

7Son dernier point s’attache à prendre parti dans quelques controverses contemporaines au sujet de la professionnalisation criminelle. Dans quelle mesure et jusqu’où peut-on évoquer l’idée d’une maturité délinquante ou les conditions d’une pérennisation de l’activité illégale ? C’est la partie la plus fragile de la démonstration, où éclatent des arguments spéculatifs les moins convaincants. Défendant son modèle, il lutte d’abord contre toutes les récupérations psychologisantes de la théorie des AD notamment représentées par un Ronald Akers. Mais il s’en prend également à l’emprise hégémonique de la théorie des « opportunités occasionnelles » de Marcus Felson (l’occasion fait le larron) affadie par R. Clarke et surtout par un M. Cusson, ayant eu le tort de trop tirer sur la corde des prétendus succès de la prévention situationnelle (durcir la cible convoitée pour dissuader le passage à l’acte prédateur). Si d’autres criminologues penchés sur les carrières criminelles ont pris plus au sérieux les hypothèses de Sutherland et Cressey en montrant des processus empiriques de déprofessionnalisations (ou désapprentissages), Tremblay, qui semble mieux les apprécier, leur répond néanmoins que de tels processus ne sont pas incompatibles avec des phénomènes de reprofessionnalisation parmi des récidivistes chevronnés. Il veut bien admettre que les performants connaîtraient eux aussi des échecs pour mieux rebondir, comme il en irait dans le monde de l’économie licite. Et il concède même que divers facteurs exogènes peuvent bloquer un temps l’accès aux opportunités criminelles attrayantes chez les plus méritants d’entre eux -ce qui ne serait que partie remise-, quand bien même forceraient-ils la majorité des moins doués à pratiquer une délinquance de subsistance ou de galère (227). On l’aura compris, l’auteur revendique en définitive un objet d’étude lié à la compréhension de l’intelligence des seuls délinquants innovateurs gagnants, plutôt qu’à la conduite de l’armada des losers. Il ne semble vouloir admettre que le délinquant idéal puisse devenir fatigué et vouloir « se ranger des voitures » comme tout le monde, parce qu’il aurait surtout à cœur de laisser sa trace en formant des cohortes de débutants avant de passer la main. Si on suit ce raisonnement, une autre morale est sauve : celle que le vice de la performance rendrait à la vertu du marais des suivistes.

8La socio-criminologie de Pierre Tremblay n’est à vrai dire émancipatrice pour personne, mais surtout, elle nous paraît rater gravement son ambition. Pour s’enraciner dans le projet global d’une criminologie tel que le concevait Edwin H. Sutherland, c’est-à-dire d’abandonner la focale d’une étiologie individualisée, il nous semble que son actualité serait différente de celle que Tremblay croit pouvoir en tirer. Ayant négligé de s’appesantir sur la version longtemps censurée de White Collar Crime, il n’aborde pas ce qu’elle annonçait déjà au sortir de la crise de 1929, à savoir les ressorts de la criminalité des grandes entreprises américaines. Celles-là mêmes qui se rendent aujourd’hui coupables ou complices des mœurs amorales de la grande finance internationale. L’étude de Tremblay, obstinément accrochée à sa trouble fascination pour les chefs de gangs de rue charismatiques se confessant de  leurs exploits au fin fond de leur cellule, -comble d’ironie-, avait bien peu de chances de rencontrer les grands prédateurs en col blanc d’aujourd’hui. Appartenant de près ou de loin au socius des élites politiques, économiques ou sociales impunies de notre époque, ces derniers ne risquaient guère de se prêter au jeu du dévoilement de leurs pratiques corruptrices et mafieuses aux criminologues, ne serait-ce, -hélas peut-être- que parce qu’ils auraient bien du mal à les y trouver.

Haut de page

Notes

1  Le meilleur (les voies progressives de sortie des engrenages de la délinquance, par exemple) n’intéresse apparemment pas l’auteur qui semble tout ignorer de l’apport des desistance for crime studies. Pour une somme d’exemples récents en langue française, voir Mohammed M. (dir.), Les sorties de délinquance, théories, méthodes, enquêtes, Paris, La découverte, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Pierre Tremblay, Le délinquant idéal. Performance, discipline, solidarité. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 20 août 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8355

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

(CESDIP – UMR 8183)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org