Navigation – Plan du site
Lectures

Benjamin Moignard, L’école et la rue : fabriques de délinquance. Recherches comparatives en France et au Brésil.

Paris, Le Monde/PUF, coll. « Partage du savoir », 2008, 217 p.
Géraldine Bugnon

Texte intégral

1L’ouvrage de Benjamin Moignard L’école et la rue : fabriques de délinquance présente les résultats d’une recherche comparative ambitieuse proposant d’élucider les rapports entre école, délinquance et marginalité urbaine en France et au Brésil. Il s’agit ainsi d’interroger tant la relation que l’école entretient avec son quartier et la manière dont l’institution scolaire prend en charge les comportements déviants, que les logiques menant à la formation de gangs juvéniles et les activités déviantes pratiquées par ces derniers.

2Partant du constat que les sphères médiatiques et politiques, mais aussi certaines recherches académiques sur la violence à l’école, proposent des explications fondées sur une contamination de l’école par la violence de la rue, l’auteur annonce d’emblée sa volonté de renverser cette thèse dominante en explorant la manière dont l’école participe elle aussi à la fabrication des comportements déviants. L’ouvrage entend ainsi contribuer au renouveau de la sociologie de l’école qui, en portant son regard au-delà des murs de l’établissement scolaire, appréhende de manière relationnelle la question urbaine et la question scolaire.

3À travers une démarche ethnographique, combinant observations et entretiens, B. Moignard étudie la réalité de deux écoles secondaires, l’une située dans un quartier périphérique en France, l’autre dans une favela de Rio de Janeiro. La comparaison de ces deux établissements scolaires, l’un situé dans un pays riche et ancré dans une tradition d’État-providence, l’autre dans un pays émergent et présentant une structure fortement inégalitaire, doit permettre, selon les propos de l’auteur, de faire de l’altérité un opérateur de connaissances. Plutôt que de chercher à mesurer des différences ou des similitudes, la méthode comparative par contraste vise à déplacer le regard du chercheur afin de faire émerger des modes de compréhension originaux des situations sociales. Au fil des quatre chapitres de cet ouvrage, l’auteur analyse, en articulant habilement les matériaux empiriques issus des deux contextes nationaux, les formes de sociabilités adolescentes, les espaces sociaux des pratiques déviantes adolescentes, ainsi que l’impact de la politique des établissements scolaires sur ces pratiques.

4L’auteur aborde, dans le premier chapitre, les questions méthodologiques d’entrée et de maintien sur le terrain. Cette étude est en effet essentiellement basée sur des observations ethnographiques dans les écoles et leur quartier (125 jours d’observation au total, en France et au Brésil) ; le corpus empirique est également composé d’entretiens avec des adolescents, des professeurs et des membres du personnel scolaire (58 entretiens au total), mais ces derniers ont été exclusivement réalisés sur le terrain français pour des questions de langue.

5L’ouvrage se poursuit par une réflexion sur les sociabilités adolescentes (chapitre 2). Tant en France qu’au Brésil, l’habitus agonistique, basé sur les notions d’honneur, de virilité et de courage, est le propre de la "culture de rue" dans laquelle baignent les jeunes étudiés. Autre similitude entre les deux contextes : les discriminations auxquelles les jeunes doivent faire face, les uns en raison de leur appartenance ethnique, les autres parce qu’ils appartiennent à l’univers des favelas. L’auteur note toutefois que le degré de structuration des gangs est bien différent en France et au Brésil : alors que les jeunes brésiliens occupent au sein du trafic de drogue des statuts clairement définis et hiérarchisés, les gangs français ne jouissent pas du même degré d’organisation.

  • 1  Voir De Souza, Silva, 2006, Caminhada de crianças, adolescentes e jovens na rede do tráfico de dro (...)

6Le chapitre suivant est consacré aux activités déviantes, qu’elles soient pratiquées au sein du périmètre scolaire ou dans le quartier (chapitre 3). L’organisation du trafic de drogue à Rio de Janeiro fait l’objet d’une description détaillée, qui révèle l’homologie entre économie légale et illégale (division des rôles, gains financiers, système de livraisons). L’auteur avance également une explication intéressante concernant l’entrée dans le trafic de drogue des adolescents brésiliens, comme résultat d’une logique à la fois de proximité socio-spatiale et d’opportunité : les jeunes brésiliens connaissent en effet au préalable les membres des gangs, ils entrent progressivement dans une relation avec les trafiquants basée sur le don et le contre-don, et s’aperçoivent un jour qu’ils sont devenus membres du groupe à part entière, sans n’être jamais passés par un rituel d’entrée formel, ni même avoir reçu d’invitation explicite à faire partie du gang. La comparaison avec la France permet ensuite de souligner une série de contrastes dans les modes d’organisation de la délinquance juvénile dans chacun des pays étudiés : premièrement, la main-d’œuvre adolescente est moins présente dans le trafic de drogue en France ; les bandes d’adolescents français sont davantage fondées sur une sociabilité partagée que sur des activités délinquantes ; par ailleurs, ces dernières sont plus diversifiées (vol, braquage, recel) que dans le scénario brésilien, où les adolescents sont essentiellement impliqués dans le trafic de drogue. Cette dernière observation mériterait toutefois d’être nuancée à la lumière d’autres études sur le trafic de drogue à Rio de Janeiro1 : bien que le vol soit effectivement proscrit à l’intérieur des favelas par les chefs du trafic, les jeunes favelados pratiquent souvent, en parallèle à leurs activités dans le trafic de drogue, des vols et braquages à main armée dans les quartiers favorisés, et revendent d’ailleurs leur butin aux trafiquants hauts placés de leur quartier. On regrette par ailleurs de ne pas avoir plus de détails sur le fonctionnement concret des gangs français (relations au sein du groupe, partage des gains, etc.), qui feraient écho aux descriptions riches de l’organisation du trafic de drogue à Rio de Janeiro. En dépit de ces remarques, il ressort de cette analyse croisée des modalités de la délinquance juvénile en France et au Brésil, un constat sociologique fort intéressant : le gang français doit être en premier lieu appréhendé à partir de sa dimension ludique et socialisatrice, alors que les activités délinquantes des jeunes brésiliens liées au trafic de drogue se présentent sous une forme plus professionnalisée, puisqu’elles prennent place au sein d’une organisation structurée et hiérarchisée, à but essentiellement lucratif. Cela peut s’expliquer par le caractère plus hermétique des filières de trafic de drogue en France, tenues par de jeunes adultes ne faisant pas appel à la main-d’œuvre adolescente.

7Du côté des établissements scolaires, B Moignard décrit une école brésilienne relativement épargnée par la violence, capable de produire une "culture de la paix", en raison notamment de son ouverture à la communauté et au quartier. L’auteur nuance toutefois quelque peu ce constat, évitant ainsi une analyse "fleur bleue" de la situation, en précisant que cet ordre scolaire dépend aussi des accords avec les chefs du trafic local, qui sont des acteurs de premier rang en matière de régulation sociale au sein des favelas brésiliennes. En France au contraire, l’école se caractérise par un repli sur elle-même, une logique sécuritaire vis-à-vis du quartier qu’elle considère comme source de violence. Paradoxalement, ce que l’auteur désigne comme des "micro-violences" sont légion dans le collège français : échange de coups, alarme incendie déclenchée, ou encore serrure de classe bouchée.

8Ces considérations amènent l’auteur, dans le quatrième et dernier chapitre, à considérer l’hypothèse d’une école française "fabrique de délinquance", hypothèse qu’il développe par contraste avec les observations effectuées au Brésil. Trois arguments principaux, puisés dans le discours des professeurs mais aussi dans le fonctionnement de l’établissement viennent étayer cette hypothèse. Premièrement, l’auteur relève que si tant les professeurs brésiliens que français tendent à expliquer l’inadaptation de certains élèves par un déficit de socialisation familiale (déresponsabilisant ainsi l’institution scolaire), l’école française persiste à considérer que sa mission première est l’enseignement de savoirs scolaires, alors que l’école brésilienne assume avant tout un rôle d’agent socialisateur. L’essentiel, au Brésil, est en effet d’éviter que les jeunes passent trop de temps dans la rue et s’engagent dans le trafic de drogue. L’auteur analyse ainsi avec finesse comment, à partir d’une interprétation commune d’un problème donné, les deux institutions scolaires étudiées apportent des réponses différentes : confrontation et rupture dans le cas français, esquive et recours au registre affectif dans le cas brésilien. Deuxièmement, B. Moignard considère que la politique de tri scolaire appliquée en France participe à la construction des bandes, puisqu’elle regroupe dans quelques classes les élèves considérés difficiles. Faisant preuve ici d’une grande précision ethnographique, l’auteur expose en détail le profil des jeunes intégrant les bandes, leur origine, parcours au sein des bandes et situation scolaire. Troisièmement, le système de sanctions de l’établissement français vise principalement à éviter la contamination (de l’école, des bons élèves) par des éléments externes et perturbateurs (le quartier, les élèves difficiles), et passe la plupart du temps par des mesures d’exclusion ; le système français a par ailleurs totalement dissocié apprentissage et discipline puisque l’application des sanctions est déléguée à un personnel spécifique, les surveillants. Cette division du travail n’existe pas dans le collège brésilien, et les professeurs s’impliquent directement dans la gestion du maintien de l’ordre, le plus souvent en mobilisant un registre affectif, qui vise à faire culpabiliser les élèves indisciplinés.

9Au terme de cette argumentation émerge ce qui devient indubitablement la thèse centrale de cet ouvrage : si la violence à l’école est plus présente et intense en France qu’au Brésil, c’est parce que l’école brésilienne est "du quartier", c’est-à-dire insérée dans son environnement urbain, alors que l’école française se limite à être située "dans le quartier", tout en maintenant une relation de rupture et de rejet avec celui-ci. Cette relative "paix scolaire" au Brésil se gagne toutefois au prix des accords passés avec les trafiquants locaux, ainsi qu’à une certaine baisse des exigences en matière d’apprentissages scolaires. Ainsi, l’auteur formule l’hypothèse intéressante que si l’école est un acteur central des favelas brésiliennes, elle participe aussi activement à l’oppression paternaliste, en sacrifiant les apprentissages scolaires et diminuant ainsi les chances d’ascension sociale des jeunes de quartier défavorisés.

10Si l’ouvrage de B. Moignard témoigne donc d’une grande richesse ethnographique et apporte des explications et hypothèses audacieuses en réponse aux questions initialement posées, une série de questions reste toutefois en suspens.

11En premier lieu, le système scolaire brésilien est relativement complexe, puisque les élèves ont la possibilité de suivre les cours à trois périodes différentes de la journée (matin, après-midi ou soir) ; le gouvernement brésilien a également mis en place divers cursus alternatifs destinés aux jeunes en rupture scolaire, permettant par exemple de terminer l’école obligatoire en dix-huit mois seulement (en bénéficiant d’une bourse d’étude et d’un soutien à l’insertion professionnelle), ou encore d’accélérer le cycle d’études secondaires en doublant le rythme d’apprentissage (deux ans condensés en une année). L’ouvrage de B. Moignard ne fait pas mention de cette complexité, et l’auteur ne précise pas si les données récoltées englobent ces différents aspects du système scolaire brésilien. Or, c’est justement dans ces cursus alternatifs et dans les classes du soir qu’étudient les jeunes les plus marginalisés de la société brésilienne ; le décrochage scolaire est en effet fortement corrélé aux conditions socioéconomiques précaires, à la nécessité financière de travailler durant la journée ou encore à l’insertion prolongée dans l’économie illégale du trafic de drogue. Par conséquent, afin de traiter de manière nuancée la problématique des violences scolaires dans les quartiers périphériques, on aurait pu s’attendre à ce que l’auteur rende compte de la diversité des espaces éducatifs au Brésil.

12Deuxièmement, on observe au fil de l’ouvrage un glissement dans les concepts utilisés : l’auteur cesse ainsi peu à peu de parler de « délinquance » et adopte soudain, au milieu du troisième chapitre, l’expression de « micro-violences » scolaires. Si ces deux notions réfèrent bien à des déviances au sens sociologique du terme, il nous semble difficile de comparer, terme à terme, des actes relevant de la délinquance pénale au sens strict (le commerce de drogue au sein d’une organisation armée) avec des actes s’apparentant plutôt à des incivilités en milieu scolaire. Cette asymétrie de gravité des actes commis par les jeunes français et brésiliens semble d’ailleurs indiquer une tolérance beaucoup plus faible à la violence au sein du contexte français, hypothèse que l’auteur de ce livre ne considère pas.

13Troisièmement, l’auteur, dans son analyse du cas français, établit un lien causal entre la politique scolaire de tri, menant à la formation de classes ségréguées et ethnicisées, et la construction de gangs juvéniles, issus de ces mêmes classes. L’école devient ainsi directement responsable de la production de comportements déviants, véritable « fabrique de délinquance ». Or, si les données issues de la recherche montrent très certainement une corrélation entre jeunes appartenant à des gangs et classes ségréguées, la causalité reste à notre avis à démontrer, puisqu’aucune analyse en termes de carrière ne vient décrire la manière dont ces deux univers (gangs et classes spéciales) s’imbriquent et se co-construisent au fil des trajectoires des jeunes.

14Malgré ces limites, l’ouvrage de Benjamin Moignard présente un intérêt certain pour les sociologues de l’éducation et de la déviance, ainsi que pour tous les chercheurs qui entendent relever le défi méthodologique de mêler, dans leurs recherches, une perspective à la fois comparative et ethnographique. Cette étude démontre en outre de manière convaincante la nécessité de penser les institutions dans leur ancrage territorial et en relation avec les groupes sociaux environnants. Enfin, elle propose une analyse critique et argumentée du modèle éducatif français, basé sur l’idéal républicain de transmission universelle des savoirs, mais peu enclin à s’ouvrir vers l’extérieur et à prendre en compte la diversité des contextes urbains.

Haut de page

Notes

1  Voir De Souza, Silva, 2006, Caminhada de crianças, adolescentes e jovens na rede do tráfico de drogas no varejo do Rio de Janeiro, 2004-2006, Observatório de favelas, Rio de Janeiro.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Bugnon, « Benjamin Moignard, L’école et la rue : fabriques de délinquance. Recherches comparatives en France et au Brésil. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 21 avril 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8363

Haut de page

Auteur

Géraldine Bugnon

Doctorante en sociologie (Université de Genève et Université Lille 1).

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org