Navigation – Plan du site
Articles ("Varia")

Des actions concertées pour des « gangs de rue » ou des « gangs de rue » pour des actions concertées ?

‘Street gangs’ justifying concerted actions or concerted actions justified by the issue of ‘street gangs’?
Jean-François Cauchie et Patrice Corriveau

Résumés

À la suite de plusieurs rencontres professionnelles entre chercheurs et membres d’une Table de concertation sur les gangs à Gatineau, il est apparu que les divers partenaires à cette action concertée (service de police, organismes communautaires, hôpitaux, commissions scolaires) éprouvaient beaucoup de difficultés à saisir sur quoi ils travaillaient, à identifier les objectifs qu’ils poursuivaient mais aussi à comprendre qui ils étaient collectivement. Si des repositionnements professionnels et identitaires sont inévitables dans toute action concertée, un dispositif de recherche essentiellement basé sur la méthode d’analyse en groupe (MAG) a mis en évidence que dans le cas étudié, les malaises ressentis avaient surtout trait au fait que les organismes et les acteurs qui les représentent devaient vivre avec un mandat flou qui apparait par défaut. Ce n’était pas tant la présence d’une action concertée sur des « problématiques jeunesse » qui était mise en question que le fait de devoir passer par la case « gangs de rue » pour justifier cette action. Une question se pose donc : est-on dans un scénario où c’est l’action concertée qui répond à une problématique « gang » ou dans un cas de figure où c’est la problématique « gang » qui s’impose comme la meilleure justification de l’action concertée ?

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous tenons à remercier les évaluateurs pour la pertinence de leurs commentaires qui ont grandement contribué à l’amélioration de cet article. Cette recherche a été rendue possible grâce à une subvention du groupe Metropolis (Domaine 5), groupe appuyé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Texte intégral

  • 1  « Gang de rue » est mis entre guillemets pour en indiquer le caractère à la fois socialement const (...)
  • 2  Mis en italique pour pouvoir ensuite s’y référer plus facilement et parfois indiquer simplement la(...)

1Même s’il reste difficile à circonscrire, le phénomène des « gangs de rue »1 suscite une inquiétude politique et policière au Canada depuis une bonne quinzaine d’années, notamment au Québec. Cette inquiétude se traduira entre autres par deux plans d’intervention québécois successifs sur les gangs de rue (2007-2010 et 2011-2014). L’initiative politique axe l’intervention autour de l’acteur policier mais c’est surtout une approche globale intégrée entre tous les partenaires « terrain » (police, justice, éducation, santé) qui est attendue. Au nom d’un devoir commun de prise en charge du phénomène des gangs de rue, la transversalité remplace la division du travail antérieure. En lieu et place d’une différenciation de territoires exclusifs d’intervention dans des séquences temporelles désintégrées, ces plans d’intervention imposent des compétences à intégrer dans une action commune (De Munck, 1995, 20). L’action commune n’est plus définie à partir d’une fonction prédéterminée (la police, la médecine, l’aide sociale) mais à partir d’un problème à traiter (les gangs de rue). C’est une de ces actions concertées, la Table de concertation sur les gangs à Gatineau2, qui a retenu notre attention dans le présent article.

2Informés des difficultés que connaissait la Table à se situer par rapport à sa raison d’être, nous avons été à la rencontre de ses membres (service de police, centres jeunesse, organismes communautaires et milieux scolaires) pour mieux saisir la contribution d’une action concertée à la prise en charge d’un phénomène comme celui des gangs de rue. La méthode privilégiée a été celle de l’analyse en groupe (Van Campenhoudt, Chaumont, Franssen, 2005). Cette méthode part du principe que pour comprendre le mode de fonctionnement de la Table, les problèmes et les enjeux qui s’y retrouvent doivent être appréhendés dans leur co-production sociale entre des acteurs aux positions et aux points de vue divergents (ibid., 34). La conflictualité du jeu social et la capacité d’action des individus sont d’emblée reconnues. Très vite, la méthode d’analyse en groupe (MAG) nous amènera à reformuler notre fil conducteur initial. Plutôt qu’éclairer la façon dont un dispositif (la Table) viendrait, par son action concertée, répondre à une problématique « gang », notre recherche apportera davantage d’éléments sur les difficultés que rencontre la Table dans un contexte où sa « raison d’être » (les gangs de rue) semble quelque peu virtuelle.

Les « gangs », un phénomène de grande ampleur au Canada et au Québec ?

  • 3  Est membre d’un gang « quiconque est impliqué, directement ou indirectement, dans un crime qui tro (...)
  • 4  Rapport disponible en suivant ce lien.
  • 5  Selon le rapport 2006 du SCRC, les membres de gangs de rue sont majoritairement âgés entre 21 et 3 (...)

3Au Canada et aux États-Unis, le phénomène des gangs a connu ces dernières décennies une recrudescence politique et médiatique. Leur ampleur, leur visibilité mais aussi une augmentation de leurs activités violentes prendraient des proportions inquiétantes au Canada. En 2006, le Service canadien de renseignements criminels (SCRC) estime à 344 le nombre de « gangs de rue » au Canada et à près de 11 900 le nombre de membres3 présents et actifs dans plus de 166 régions du Canada. Dans son rapport 2010, le SCRC souligne que « les organismes d’application de la loi au Canada notent une augmentation du nombre de gangs de rue depuis 2006 »4. Pour ce qui est des jeunes de moins de 18 ans impliqués dans ce type de regroupement, le Youth Gang Survey les évalue à près de 7 000 en 20025. Au Québec plus spécifiquement, le SCRC (2006) estime à une cinquantaine le nombre de gangs de rue répertoriés. Ce nombre inclut « des bandes définies comme émergentes, dont le caractère improvisé et éphémère rend plus difficile encore une évaluation précise » (Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue, 2007, 10).

  • 6  Bania (2009, 93) souligne la polysémie de cette notion de violence attribuée aux gangs : les bagar (...)
  • 7  Les études anglo-saxonnes sur la desistance montrent par ailleurs que la sortie de la délinquance (...)

4L’ensemble de ces données quantitatives doit susciter la vigilance. D’abord parce que la constitution et la présence de « gangs » constituent un phénomène labile. Ensuite, parce qu’il n’existe aucun consensus statistique, politique ou même scientifique en ce qui concerne la définition d’un « gang » : quelles sont les conditions pour en être reconnu membre ? Quelles activités criminalisables y sont associées ? Que faut-il entendre par « violence des gangs »6 ?, etc. Enfin, parce que le niveau et la durée d’implication d’un jeune dans un « gang » varient considérablement et que les statistiques prennent rarement en compte sinon jamais, les processus de « désistance »7 (sortie d’un parcours ou d’une carrière de délinquance liée aux « gangs »). Malgré leurs limites évidentes, ces données soulignent néanmoins l’intérêt (parfois l’inquiétude) des autorités à l’égard de ce phénomène.

  • 8  Pour le caractère cyclique des paniques morales sur violence des jeunes en général, voir notamment (...)
  • 9  À l’instar de Castel (1995a, 14), il faut cependant se rappeler que parler en termes d’exclusion, (...)

5Le tableau sociologique est lui aussi plus nuancé. Perreault et Bibeau (2003) au Canada, Mohammed et Mucchielli (2007) en France8 et McCorkle et Miethe (2002) aux États-Unis pour ne nommer qu’eux, rappellent le caractère « chimérique », voire cyclique des paniques morales autour des « gangs ». Quoi qu’il en soit, les « gangs » ou « gangs de rue » feraient aujourd’hui peur. Les recherches canadiennes et étasuniennes soulignent également à grands traits les nombreuses raisons qui poussent les jeunes vers un gang. Ces études renvoient très souvent à l’incapacité ou à la difficulté de ces jeunes à s’intégrer dans la société canadienne (ou américaine) (Bania, 2009 ; Totten, 2009, 2000 ; Corriveau, 2009 ; Chettleburgh, 2007 ; Perreault, 2005a, 2005b ; Tichit, 2003 ; Perreault, Bibeau, 2003 ; Hamel et al., 1998). Désaffiliés au sens de Castel (1995b), ces jeunes se constituent alors en gangs essentiellement sur une base élective car les membres ont le sentiment d’éprouver les mêmes problèmes personnels, familiaux, scolaires ou relationnels (Bania, 2009 ; Dorais, Corriveau, 2009 ; White, 2008). Autant de défis difficiles à relever quand on sait combien les situations d’échec (familial, scolaire, affectif, professionnel) tendent aujourd’hui à être de plus en plus ressenties, par ceux qui en sont victimes, comme autant de disqualifications individuelles (Van Campenhoudt, Chaumont, Franssen, 2005, 26), y compris dans des milieux a priori moins touchés par un déficit d’intégration sociale. Le gang apparaît alors comme un lieu compensatoire d’intégration, comme gage de respect et de reconnaissance par les pairs, voire comme « solution » acceptable, du moins à court terme, face à l’exclusion sociale (Perreault, Bibeau, 2003)9. Ajoutons cependant qu’ avec la relégation d’un nombre sans cesse croissant de personnes dans des conditions de vie précaires et dépourvues de perspectives, mais aussi leur concentration dans les quartiers les plus dégradés, le développement de la violence urbaine apparaît presque inéluctable (Van Campenhoudt, 1999, 51).

Les « réponses politiques »10 au phénomène des gangs de rue

  • 10  La présence des guillemets vient rappeler que le problème du phénomène des « gangs » ne trouve pas (...)

6Qu’elle soit latente ou manifeste, nuancée ou amplifiée, c’est bien cette violence que tentent d’endiguer des dispositifs présentés pour faire barrage au problème des gangs de rue ; des dispositifs auxquels Castel (1995a, 15) adresse une critique générale quand il soutient que l’action sociale ferait l’impasse sur la nécessité de s’interroger sur les dynamiques globales responsables des déséquilibres actuels. Peu outillée pour saisir les processus qui génèrent des états de marginalisation pourtant de plus en plus structurels, l’action sociale se voudrait trop souvent pragmatique, agissant seulement là où se manifestent – sur le terrain – les problèmes (plutôt que là où ils trouvent leur origine). Dans un tel contexte, l’action sociale se limite alors à identifier des problèmes pour lesquels elle peut mobiliser des ressources propres et se déployer en caractérisant des populations cibles à partir d’un déficit précis (ibid.).

  • 11  Sur l’importance des actions concertées, voir notamment Hamel, Cousineau, Vézina (2008).
  • 12  Gatineau compte approximativement 261 000 habitants, soit la quatrième plus grande ville du Québec (...)
  • 13  Ministère de la Sécurité publique, ministère de la Santé et des Services sociaux, Institut nationa (...)

7Il en va ainsi de la problématique des « gangs » au Canada. La plupart des villes de moyenne ou grande taille ont mis sur pied des actions concertées visant à réunir les différents intervenants concernés par la présence de gangs, avérée ou potentielle, sur leur territoire : acteurs communautaires, scolaires, policiers, judiciaires, etc.11. Au Québec, les actions intersectorielles, la concertation, les actions locales ou encore l’empowerment des individus et des collectivités font ainsi partie intégrante des politiques d’intervention auprès « des jeunes en difficulté » (Cousineau, 2007, 54). C’est notamment le cas dans la ville de Gatineau12 où une escouade régionale mixte d’intervention policière et une Table de concertation sur les gangs sont créées pour répondre à un phénomène défini comme « émergent » par les pouvoirs publics et les forces de l’ordre en place. La mise en place d’actions concertées autour du phénomène des gangs va en fait s’inscrire dans un vaste plan d’intervention des politiques publiques. Après deux forums canadiens qui avaient porté sur les « gangs de jeunes », l’un tenu à Montréal en 1999 et l’autre à Winnipeg en 2001, un comité québécois a ainsi réuni plusieurs partenaires13 avec pour mandat de brosser le portrait de la situation du Québec en matière de regroupements de jeunes délinquants.

8Suivra alors le premier Forum québécois d’échange sur les jeunes et les gangs de rue en 2003, qui conduit à la création d’un réseau concerté permanent d’échanges sur la question de l’adhésion des jeunes aux gangs de rue. Les directeurs de plusieurs corps policiers du Québec convainquent bientôt le ministère de la Sécurité publique du Québec de confier au Comité de coordination des efforts de lutte contre le crime organisé (CELCO) le mandat de mettre en place un groupe de travail sur les gangs de rue en vue d’élaborer un plan d’intervention pour y faire face. Un premier Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue (2007-2010) en découle, lequel engage les partenaires concernés par ce phénomène dans une démarche commune où se côtoient, de façon synergique et complémentaire, quatre volets intégrés : 1) la répression, 2) la prévention et l’intervention, 3) la recherche et l’analyse, et 4) la formation et la communication. La Table de concertation sur les gangs à Gatineau, qui fera l’objet d’une réflexion plus appuyée dans l’article, s’inscrit dans ce premier plan d’action, comme dans celui qui lui succèdera (Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue, 2012).

La notion de réseau au cœur des nouvelles politiques publiques

9Au cœur de ces actions concertées, il y a le travail en réseau, qui apparaît aujourd’hui autant comme injonction que comme aspiration. Or, la notion n’est pas dénuée de pièges. Elle présuppose souvent une mystique du consensus qui ne se vérifie que rarement sur le terrain et a pour corollaire le refoulement voire la non-reconnaissance des conflits et autres rapports de pouvoir (Van Campenhoudt, 2010, 7). La notion doit entre autres son succèsà la remise en cause des politiques publiques dites différenciées (De Munck, 1995, 20). Dans les textes et discours officiels, la notion même d'institution tend à céder la place à celle de dispositif. Pour les « gangs de rue » comme pour d’autres problématiques « jeunesse », on voit ainsi émerger un ensemble de nouveaux dispositifs (en matière d’emploi, de santé, de scolarité, de délinquance) qui, pour paraphraser Franssen (2002, 226-236), demandent aux professionnels de réadapter leurs propres dispositifs aux groupes identifiés « à risque » ou « à problèmes », de favoriser la multiplication des partenariats avec d’autres intervenants ou encore de privilégier des partenariats en réseau et plus ou moins formalisés en lieu et place d’un modèle pyramidal hiérarchique et autoritaire. Un risque apparaît alors que le critère d’efficience s’impose au critère de justice et que la rationalité gestionnaire technique élude la question du sens et de la pertinence même de l’intervention (Franssen, 2002, 232). Des craintes qui paraissent d’autant plus fondées que les modes d’évaluation de nombre de politiques actuelles, semblent finalement moins s’intéresser aux risques sociaux à gérer qu’aux dispositifs chargés de les gérer (Brion, 2003, 113).

10En somme, les évaluations de l’action publique actuelle porteraient davantage sur l’effectivité des procédures que sur les résultats que ces dernières peuvent produire (Dean, 1999). Des métiers de l’intégration et du contrôle social, il est de plus en plus attendu qu’ils fassent collectivement preuve de flexibilité et d’adaptabilité, qu’ils mettent en œuvre des projets (tout en étant déjà attentifs à en lancer d’autres), qu’ils fassent du lien, qu’ils produisent de l'accord (Van Campenhoudt, 2010, 6). Faire circuler l'information entre les institutions et entre les personnes est devenu une valeur en soi, une qualité dont doit se prévaloir un nombre croissant de professionnels (ibid.). Dans le domaine politique, l’action publique qui est dorénavant valorisée, c’est celle où une pluralité de partenaires qui ne sont pas liés par des rapports hiérarchiques négocient et se coordonnent en permanence pour résoudre les problèmes (Moreau Defarges, 2003, 58). C’est notamment le cas au Québec, où l’approche de prévention par le développement social communautaire gagne en popularité, une approche qui mise sur la concertation en matière d’intervention auprès de la problématique gang. Comme le rappelle Cousineau (2007, 54), depuis les années 1990, les milieux communautaires et institutionnels ont été invités à travailler en partenariat. Plus spécifiquement, « en 1992, la Politique de la santé et du bien-être élaborée par le ministère québécois de la Santé et des Services sociaux reconnaissait les limites des modes d’intervention institutionnels chez les jeunes marginaux et préconisait des interventions mieux adaptées au mode de vie de ces jeunes, en particulier en visant une intervention qu’on dira souple ».

Genèse d’une recherche : des définitions qui ne parlent pas…

11En 2004, une table de concertation sur les gangs de rue est créée au sein du Service de police de la Ville de Gatineau suite au Forum québécois d’échange sur les jeunes et les gangs de rue et ce, en collaboration avec une quinzaine d’organismes œuvrant dans des domaines variés liés à la « problématique jeunesse » comme le décrochage scolaire, l’itinérance, la santé mentale, la toxicomanie, la police, la fugue, etc. Dans son plan d’action, la Table se donne pour mission « d’être une source de référence à l’échelle régionale en ce qui a trait au phénomène des gangs et d’exercer un leadership quant au développement et à la promotion des moyens efficaces pour prévenir ou réduire la délinquance en Outaouais » (Table de concertation, 2008). Dès 2005, l’intervention auprès des jeunes que promeut la Table « doit tenir compte de la globalité de leur situation, ne doit pas les réduire à leurs appartenances et à leurs actions [en tant que membres d’un gang], doit partir du principe que toute personne est autonome et responsable de ses choix mais aussi que l’environnement dans lequel elle habite aura un impact sur ses choix ; enfin, l’intervention doit assurer un travail conjoint entre prévention et répression ».

12Suite au premier Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue, la Table se donne comme mandat d’orienter son travail sur les quatre axes suivants : développement et communication, prévention, intervention et répression. Le premier consiste à maximiser et à bonifier les partenariats entre les membres de façon durable et efficace, à offrir des formations sur le thème « gangs de rue », à se partager les informations entre partenaires pour mieux saisir les réalités locales ainsi qu’à documenter les recherches canadiennes qui portent sur ceux-ci. Le second vise à anticiper ou à ne pas aggraver le problème des « gangs de rue » en faisant du citoyen un acteur à part entière de la sécurisation de son territoire. Il s’agit en outre de sensibiliser les jeunes au thème des gangs et d’appuyer tout partenaire qui se lance dans une campagne de prévention. Le troisième vise plus directement les jeunes « à risques », à savoir ceux qu’il faut éloigner d’éventuels « gangs émergents », si du moins la réalité locale fait état de leur présence (ce qui est loin de faire l’unanimité). Le quatrième axe mentionné par la Table compte sur un échange d’informations avec la police, mais celle-ci semble réticente à diffuser les renseignements dont elle dispose.

13Par ailleurs, dans l’optique de nourrir une perception des « gangs de rue » commune à tous ses membres (ou du moins vers laquelle tous pourraient tendre), la Table adopte dans son plan d’action de 2008 la définition du Service du renseignement criminel du Québec. Selon cette définition, un gang de rue serait « un regroupement plus ou moins structuré d’adolescents ou de jeunes adultes qui privilégient la force de l’intimidation du groupe et la violence pour accomplir des actes criminels dans le but d’obtenir pouvoir et reconnaissance et/ou de contrôler des sphères d’activités lucratives » (SRCQ, 2008).

  • 14  Des contributions remarquées ont par ailleurs été soulignées : (Hamel, Cousineau, Vézina, Léveillé (...)

14Or, il semble qu’en pratique, nombre de partenaires – sinon tous – semblent davantage confrontés à ce qu’ils appellent, selon les cas de figure, des p’tits culs qui jouent aux ‘gangs de rue’, des regroupements de jeunes, ou encore des jeunes judiciarisés, mais pas des gangs de rue. Ajoutons que lors de leurs rencontres mensuelles, les participants apportent rarement une expérience personnelle et locale sur d’éventuelles confrontations avec des « gangs de rue » gatinois mais font plutôt des comptes rendus d’articles, de colloques et d’expérience concernant des « gangs de rue » à Montréal, Toronto, voire aux États-Unis14. Derrière un consensus apparent sur leur raison d’être, les différents membres de la Table semblent en fait constamment mettre en question la définition de leur mandat commun et de leur public-cible. Non seulement la plupart de ces membres semblent peu convaincus de l’existence de données probantes sur la présence de « gangs de rue » à Gatineau mais ils n’ont en outre que peu d’information (sinon aucune) de l’escouade régionale mixte sur les éventuels allers et venues de gangs dans la région. Ces différents constats ne vont pas sans poser problème aux yeux de membres de la Table, certains s’interrogeant ni plus ni moins sur la légitimité de son existence (en tout cas en l’état).

15De tels questionnements ont attiré notre attention et nous avons dès lors proposé aux membres de la Table de mobiliser avec eux la méthode d’analyse en groupe (Van Campenhoudt, Chaumont, Franssen, 2005). Cette méthode apparaît en effet appropriée pour aborder certaines difficultés professionnelles que connaissent aujourd’hui les métiers de l’intégration et du contrôle social. Moins formalisées, quatre autres demi-journées préparatoires en vue de la MAG ont été menées avec l’ensemble des membres de la Table et sont également venues enrichir l’analyse de la méthode d’analyse en groupe (ci-après MAG). Au terme de notre étude, membres de la Table de concertation et chercheurs en sont arrivés à mieux comprendre les dynamiques, les difficultés mais aussi les enjeux professionnels qui caractérisaient cette action concertée en perpétuelle remise en question. Avant de rentrer dans l’analyse proprement dite, explicitons davantage notre dispositif de recherche.

Le dispositif de recherche : la méthode d’analyse en groupe

  • 15  Sur un terrain relativement connexe, cette approche a notamment été utilisée dans De Coninck et al(...)

16Partant du principe que ce sont les membres de la Table eux-mêmes qui sont les mieux placés pour cerner les enjeux qui les touchent, nous avons utilisé la MAG telle que préconisée et éprouvée depuis vingt ans par l’équipe de Van Campenhoudt, Chaumont et Franssen (2005)15.

17La méthode d’analyse en groupe repose sur des postulats d’ordre général qui doivent être d’emblée annoncés : 1) Les sociétés occidentales ne sont pas plus démocratiques ou plus égalitaires qu’avant. La perspective égalitaire a sans doute même perdu du poids comme objectif légitime de la décision et de l’arbitrage politiques, voire comme représentation des rapports entre groupes sociaux (ibid., 23). 2) Alors que les politiques publiques « classiques » s’appliquaient selon un découpage disciplinaire (éducation, santé, justice, etc.), les nouveaux dispositifs se caractérisent par une hybridation des logiques d’intervention. Perçue comme antidote aux effets pervers des cloisonnements institutionnels et professionnels, cette hybridation n’en constitue pas moins une source de confusion des rôles et des fonctions des métiers de l’intégration et du contrôle social (ibid., 27-28). 3) La prise en charge des problèmes sociaux doit de plus en plus concilier des exigences possiblement contradictoires. D’un côté, le financement par projet et les procédures d’évaluation des résultats vont dans le sens d’une contractualisation des politiques publiques et de l’introduction d’une ingénierie managériale (ibid., 30-31). De l’autre, les « partenaires » (police, justice, santé, éducation) sont invités, de manière croissante et contraignante, à construire réflexivement – mais surtout collectivement – le sens de leur raison d’être : Qui sommes-nous et que faisons-nous? Quel projet nous réunit-il ? Qui peut en être ? Qui ne devrait pas y entrer ? Qui devrait en sortir ? Qui (ne) devrait (pas) le piloter ? Comment être évalué ?, etc. (ibid.). Autant de questions qui ne vont donc pas (ou plus) de soi.

  • 16  À savoir, dans la présente recherche, les partenaires « terrain » police, justice, éducation et sa (...)

18À ces postulats d’ordre général sur les politiques publiques contemporaines impliquées dans le traitement de problèmes sociaux, la MAG ajoute des présupposés sur sa conception de l’acteur16 :

  • 17  La MAG part ainsi du principe que pour « pouvoir être libres, les échanges ne peuvent pas être com (...)

La conception du sujet engagé dans la MAG est celle d’un sujet réflexif qui met en œuvre non seulement des compétences pratiques [au point d’être considéré comme le meilleur connaisseur de sa pratique], mais aussi des capacités critiques. Ni totalement aliénés, ni totalement souverains, les individus sont à la fois contraints et agissants, en partie inconscients à eux-mêmes mais capables de lucidité. Cette capacité réflexive est d’abord une compétence sociale qui trouve à s’exercer dans certaines conditions. La MAG va tenter d’établir des conditions de débat qui vont permettre une telle analyse réflexive17. Enfin, le sujet n’est pas vu comme une monade isolée. Il est toujours appréhendé dans les rapports sociaux dans lesquels il est engagé. Et face aux contraintes et autres déterminations que les autres exercent sur lui, l’acteur s’engage à son tour, avec des ressources variables, dans des relations d’échange lui permettant d’agir sur les autres (ibid., 35).

  • 18  Au sens où « les intérêts distincts des acteurs sont suffisamment divergents pour faire naître du (...)

19Par ailleurs, les acteurs sont toujours, certes à différents degrés, en situation de coopération conflictuelle18. Enfin, quand bien même le point de vue particulier des différents acteurs n’est que partiel, il « n’est pas disqualifié pour autant, il est au contraire réputé éclairant et la confrontation (plutôt que l’agrégation) des perspectives élargit la vision de chacun » (ibid., 185).

20Fondée sur ces différents postulats, la MAG que nous avons menée cherche à clarifier le jeu de la coopération conflictuelle quant à la raison d’être de la Table. Qui mieux que ses propres membres peuvent en effet comprendre les enjeux et les difficultés que représente une telle action concertée ? Après quatre demi-journées de travail qui ont réuni la quinzaine d’organismes impliqués dans la Table, l’essentiel de l’analyse a été produite par les participants à la MAG elle-même (huit personnes incluant un membre de la police, un membre des Centres jeunesse ainsi que des membres d’organismes communautaires).

  • 19  Pensons par exemple à une MAG précédente qui réunissait uniquement des travailleurs sociaux sur le (...)

21La MAG comprend quatre phases (ibid., 67-164). Dès sa première phase, la MAG ancre la recherche dans l’expérience concrète des participants (voir tableau infra). Chaque intervenant raconte un récit qui doit porter sur des événements jugés intéressants au regard de l’objectif de recherche (la raison d’être de la Table). Il doit porter sur une histoire vraie, impliquer directement le narrateur et idéalement d’autres intervenants présents à la MAG (ou du moins leurs organismes respectifs). Les participants choisissent ensuite collectivement le récit qui leur paraît le plus pertinent pour la réflexion entamée. Le récit retenu est ensuite étoffé par le narrateur qui en expose les enjeux mais sans pour autant en donner une interprétation. Les autres participants peuvent poser des questions d’éclaircissement ou ajouter des éléments d’information mais, à ce stade, eux aussi doivent encore éviter les interprétations. Arrive alors la deuxième phase de la MAG durant laquelle les participants proposent leurs interprétations (deux tours de table qui se clôturent chacun par le narrateur). Une diversité des façons de rendre intelligible la situation exposée dans le récit est attendue. Les chercheurs impliqués dans la MAG n’ont pas un temps de parole supérieur aux participants (égalité morale) : ils peuvent avancer des interprétations au récit mais ils doivent surtout veiller à faire respecter les temps de parole ainsi qu’à identifier les non-dits, les contradictions et autres expressions dissidentes que vient souvent masquer le consensus apparent d’un discours dominant19. Dans la troisième phase, les chercheurs organisent les diverses interprétations proposées dans une structure claire et cohérente qui reprend tout le travail du groupe en faisant voir ses lignes de force et surtout ses tensions. Si des divergences portant sur les interprétations de la situation sont inévitables, les reconnaître comme telles peut déjà aider à des coopérations possibles entre les différents acteurs. Enfin, la quatrième et dernière phase amène les chercheurs à discuter leurs résultats avec les participants de la MAG et, si ces derniers le souhaitent, à réfléchir avec eux aux perspectives pratiques des enseignements tirés de la recherche.

Les étapes d’une analyse en groupe

22L’espace imparti pour l’article ne nous permet pas de rentrer en profondeur dans les quinze étapes du processus de recherche (ibid., 66) mais les indiquer au lecteur l’aidera à suivre notre fil conducteur.

Première phase : le récit

1e étape

Proposition de récits

2e étape

Choix des récits analysés

3e étape

Narration

4e étape

Enjeux vus par le narrateur ou la narratrice

5e étape

Questions d’information

Deuxième phase : les interprétations

6e étape

Premier tour de table

7e étape

Réactions du narrateur ou de la narratrice

8e étape

Réécoute du récit

9e étape

Deuxième tour de table

10e étape

Réactions du narrateur ou de la narratrice

Troisième phase : l’analyse

11e étape

Convergences et divergences

12e étape

Apports théoriques

13e étape

Hypothèses des chercheurs et nouvelles problématiques

Quatrième phase : perspectives pratiques et évaluation

14e étape

Perspectives pratiques

15e étape

Évaluation

Les limites d’une méthode

  • 20  Dans le cadre de la MAG, les rapports sociaux retenus ne sont pas contradictoires mais conflictuel (...)

23La MAG présente des limites qui demandent à être explicitement circonscrites. Ainsi, à la question « la MAG est-elle un instrument de changement social, à même de contribuer à une transformation des rapports sociaux, dans le sens d’une émancipation des groupes dominés? », il nous faut répondre avec humilité. Tout d’abord, elle ne fonctionne qu’en situation de coopération conflictuelle, et non quand l’oppression est trop complète, le rapport de force trop inégal – par exemple, entre des esclaves et leurs propriétaires (ibid., 184)20. Ensuite, force est de reconnaître qu’au terme d’une MAG, les marges de manœuvre des différents participants peuvent certes être élargies mais rarement au point de remettre en question la légitimité des places qu’ils occupent dans le champ investi :

Pour autant, le contexte institutionnel et sociétal dans lequel prennent place les expériences relatées et analysées par les participants n’est pas « un donné mis entre parenthèses ». Même si le récit retenu peut en apparence sembler anodin et anecdotique, il contient souvent bon nombre d’enjeux sociaux et sociétaux. […] Autrement dit, le travail mené ne se réduit pas à des enjeux techniques ou organisationnels. Les questionnements plus larges, éthiques et politiques, sont bien présents. Mais la dimension conflictuelle demeure il est vrai généralement inclusive (ibid., 181-184).

24Van Campenhoudt et al. comparent la MAG à la pédagogie de l’opprimé de Freire (1983) et y voient une version plausible de l’idéal émancipateur après l’estompement de l’horizon révolutionnaire, […] une méthode adéquate à une période de désenchantement (ibid., 181). Ils la décrivent aussi comme radicale démocratique :

En contribuant à la reconnaissance mutuelle des enjeux communs et des intérêts divergents entre des acteurs occupant des positions différentes, la MAG est radicale démocratique, au sens où Ricœur définit comme démocratique une société qui se reconnaît comme divisée et se donne pour finalité d’arbitrer, par le débat, ses conflits en y associant le plus grand nombre (ibid., 185-186).

Le récit retenu et ses interprétations (le cas des Hells Muppets

  • 21  Par exemple, le cas du membre d’un organisme communautaire qui souhaite avoir des nouvelles d’un j (...)

25Comme le stipule la MAG, chaque participant a initialement présenté un récit qui a permis de soulever plusieurs des enjeux liés à la raison d’être de la Table : la volonté de s’impliquer dans des actions concrètes (par exemple, l’organisation d’un colloque sur les gangs à Gatineau), la difficulté de faire un suivi de « clientèle »21 ou encore l’impression que la dynamique de la Table repose en grande partie sur les épaules d’un ou deux membres-clés (ce qui a pu conduire à un désengagement progressif de certains participants au fil des années). Le récit qui retiendra le plus l’attention des participants à la MAG, c’est celui qu’ils intituleront le cas des Hells Muppets. En voici un court résumé. Un groupe d’adolescents se promenant en scooter dans la région de Gatineau préoccupait les autorités de la ville. Ce groupe s’adonnait à de petits actes de délinquance (par exemple, du vandalisme et le vol de pièces de scooter) et sa présence était perçue comme intimidante par les gens de la région au point où la police procéda à l’arrestation, médiatisée, de certains membres de ce prétendu « gang ». Interpellés par ces événements, les membres de la Table de concertation ont décidé d’intervenir. Pour ce faire, ils sont entrés en contact avec une compagnie de théâtre de la région dans le but de créer une pièce qui présenterait les aspects positifs et négatifs d’une adhésion à un gang. La pièce de théâtre, qui visait des jeunes de 13 à 15 ans (secondaires 2 et 3 au Québec), était perçue comme un bon moyen d’entrer en contact avec les jeunes, en plus de ne pas exiger des ressources financières trop importantes compte tenu des moyens limités pour intervenir. La pièce a été présentée pendant deux ans, à raison de deux sessions annuelles, puis le soufflé est retombé.

  • 22  L’exigence d’anonymat dans un contexte local qui ne concerne qu’un petit nombre de personnes nous (...)

26Selon le narrateur du récit retenu, l’exemple de la pièce de théâtre a surtout montré l’intérêt des membres de la Table à s’engager dans la mise en œuvre d’un projet concret tout en soulignant les difficultés de maintenir la coordination des intervenants de divers organismes dans le maintien d’un tel projet. Pour d’autres, la question du degré d’engagement varié et variable des membres de l’action concertée apparaît secondaire. Le cas des Hells Muppets les interpelle davantage au motif qu’il faut voir dans la pièce de théâtre « une tentative d’impliquer tous les membres de la Table puisque quelque part, on vient tous de la famille des intervenants » ; avec la pièce, on se rejoignait peut-être plus facilement alors que pour lancer d’autres trucs, là on avait des schèmes différents (Gabriel)22. La pièce a l’avantage de ne fâcher personne, ce n’est pas confrontant et on évite ainsi les conflits, dira encore Dominic. Elle permet aussi de maintenir une zone grise (Paul), de ne pas se positionner finalement. Pour Alexandre, on a plutôt collaboré dans le facile. On est une coquille vide. On fait des échanges à l'occasion, mais jamais rien de concret.

27Il estime que le récit témoigne d’une Table qui se perd dans la « virtualité » : Je trouve ça assez sidérant et assez étonnant que la Table s'autosaisisse d’un cas comme ça parce qu’à la base, on avait décidé de faire ici le volet prévention, or là on n’est même pas dans la prévention. Ou alors une prévention qui ne nous engage pas dans l'immédiat, d’autant que la pièce visait des jeunes sans rapport direct ou indirect avec des gangs de rue. Frédéric, comme d’autres, dresse le même constat de virtualité et en tire une conclusion sur la mobilisation décevante de la Table : quand on fait de la prévention de prévention, il y a un risque certain de perdre des forces vives. Alexandre ajoute qu’il reste une autre grande confusion : la Table ne veut-elle agir qu’en amont des problèmes ? Fait-elle juste de la prévention pis tout le reste on ne s'en occupe pas ? Gabriel se pose la même question :

Des fois on est d'accord, des fois pas. Où va-t-on comme Table ? J’ai l’impression que le récit [des Hells Muppets] laisse entendre qu’on s'entend bien, qu’on respecte nos mandats respectifs. On les connaît assez bien. Je pense que c’est le mandat de la Table qui n’est pas toujours hyper clair. Pour moi, il n’est pas hyper toujours clair. Si on va avec la répression… Est-ce que ce type d’intervention a sa place au sein de notre Table ?

28Le récit trahit donc aussi le choix de la Table de privilégier la « prévention » sur d’autres volets prévus par le Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue. Enfin, le récit retenu par les participants questionne la pertinence de parler de gang (de rue) dans la Région : C'est quoi les ‘christie’ de problèmes qu'on a dans la région finalement, y en as-tu, y en as-tu pas? Pour moi, le récit est très révélateur là-dessus (Alexandre).

Le récit, point de départ d’une analyse sur la raison d’être de la Table

29Peu à peu, les interprétations du récit ont conduit à des questionnements plus généraux sur la raison d’être de la Table. Des convergences mais aussi des divergences entre différentes interprétations ont ainsi été relevées. Dans le langage de la MAG, parler de convergence ne veut pas dire que tous les participants s’y retrouvent, s’y reconnaissent, il suffit « de retrouver deux ou plusieurs interprétations qui vont dans le même sens, relèvent d’un même type d’explications des phénomènes, se renforcent ou se complètent » (ibid., 97). Parmi ces convergences, soulignons:1)La reconnaissance du fait qu’un mandat à la fois large et souple permet à « chacun d’en être », favorise l’absence de conflit, et ouvre à la mise en œuvre d’actions peu controversées sur le plan éthique. Pour Paul, tout le monde a des mandats différents mais avec la pièce, on avait quand même un but commun pis c'est ce qui permettait que les choses puissent bien s'articuler puis bien fonctionner.

302) La reconnaissance du fait que la mobilisation dans toute action concertée passe par l’action et qu’il est difficile d’agir quand on ne sait pas envers qui et avec quel objectif : L'action est très mobilisante, je pense qu’il ne faut pas la perdre de vue. C'est ce qui nous nourrit comme Table. C'est ce qui nous permet de nous projeter et d'analyser ce qu'on fait. En même temps, si on avait un cadre un peu plus clair, accepté et connu de tous, ça nous aiderait peut-être à mieux fonctionner (Gabriel).

313) La reconnaissance du fait que la Table ne se retrouve pas dans la définition de « gang de rue » telle qu’établie par le Service du renseignement criminel du Québec (2008). Les participants tergiversent constamment sur la terminologie à adopter : des gangs de rue, des jeunes qui sont judiciarisés, des jeunes à risques, les jeunes en général[pièce de théâtre], etc. ? Dominic le perçoit très clairement : Comme on est des gens, je vais dire intelligents, c'est sûr qu'en cours de route on s'est posé des questions : ‘Est-on sur la bonne cible ?’, ‘Fait-on les bonnes choses ?? On s’est posé ces questions-là, on se les pose encore, pis en fait, c'est un peu pour ça qu'on est là, pis qu'on a accepté de participer à votre étude ».

324) La reconnaissance de l’enjeu non résolu du « quoi dire, quoi taire ». Quid du problème de délation, du respect des liens de la confidentialité, de la préservation de ses territoires d’action et de ses informations ? Qu’être prêt à entendre si on siège sur la Table ? Certains s’inquiètent de voir mise en péril leur intervention et la confiance patiemment établie avec leur clientèle. Ils reconnaissent néanmoins qu’à ce stade, la confidentialité a été respectée et qu’aucune information nominative n’a été divulguée. Or, pour Alexandre, c’est précisément là que le bât blesse. Si la Table doit inclure l’ensemble des volets du Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue, elle doit prévoir un mécanisme proche de celui de Montréal ou d’une table socio-judiciaire dans la Région de Gatineau :

Je fais le parallèle avec Montréal, il y a un protocole d'échange entre le Service de police et le Centre jeunesse pour échanger les informations directement en lien avec des jeunes impliqués dans des gangs de rue. Ici, dans la Région, on a une Table qu'on appelle « socio-judiciaire » avec les juges, avec le Centre Jeunesse, avec le corps policier. À mon avis, c’est ce type de Table qui nous permettrait plus d'agir sur le phénomène [des gangs].

33À ces convergences viennent se greffer des divergences. Toujours selon la MAG, il y a divergence quand « deux ou plusieurs interprétations vont dans des sens différents, plus ou moins opposés, relèvent de types d’explications des phénomènes discordants, voire incompatibles les uns avec les autres et se concurrencent plus qu’elles ne se renforcent mutuellement » (ibid., 98).

34Tout d’abord, si tous les participants reconnaissent qu’un mandat large et souple facilite l’inclusion du plus grand nombre, tous ne s’en réjouissent pas. L’extension des joueurs n’accroît pas nécessairement les options en termes d’intervention, elle peut au contraire les limiter. Faire d’une fin en soi la valorisation et la multiplication des partenariats peut conduire à un véritable « fourre-tout ». D’après lui, il faudrait accepter que des joueurs sortent et peut-être que d’autres entrent (mais là encore, en nombre limité). Quoi qu’il en soit, alors que certains voient la pièce de théâtre comme un type d’intervention dont peut se satisfaire la Table au nom de son plus petit dénominateur commun (Paul), d’autres y voient une action par défaut, qui ne serait là que pour faire vivre la Table (Alexandre). Un tel constat se traduit par l’absence d’une réponse limpide à la question « faut-il davantage clarifier le mandat et la cible de la Table ou gagne-t-on à les laisser les plus ouverts et les plus flexibles possibles ? ».

35Autre élément de divergence, si tous les participants reconnaissent que la concertation passe d’abord par l’action, on a vu que la manière légitime de la cadrer ne va pas de soi. Pour certains, une prévention générale se justifie aisément comme intervention nécessaire mais jamais suffisante pour faire face à des problématiques souvent complexes ; d’autres lui préfèrent un mandat explicitement tourné vers des actions spécifiques et ciblées sur la délinquance de gangs (quitte à voir disparaître la Table si la délinquance n’est ni avérée, ni même émergente).

36Une divergence entre les participants apparaît également sur le plan de l’évaluation de l’action, les uns souhaitant vanter son dynamisme (nombre et maintien de partenariats, nombre de fois qu’une pièce est jouée, nombre de projets en route, etc.) ; les autres, cherchant davantage à objectiver la résolution de problèmes concrets (diminution de la délinquance, réduction de l’adhésion à des « gangs émergents » ou à des « gangs de rue », etc.).

Les malaises de la concertation

37Les éléments mentionnés supra montrent en somme des intervenants amenés à composer avec des définitions soit très larges (celle du mandat), soit très restreintes (celle de la cible), et là où certains s’en accommodent, voire les revendiquent, d’autres cherchent au contraire à les corriger (Claude, Dominic, Maxime). Cette situation confuse a conduit les participants de la MAG à reconnaître la présence d’un dilemme au sein de la Table. Se concerter conduirait en fait à deux impasses : Soit, on se dit tout mais certains d’entre nous fragilisent alors leur intervention et leurs relations avec leurs clients ; soit, on ne se dit rien mais on se limite alors à de la prévention, de la sensibilisation, du virtuel, du général (Frédéric). Dominic est même plus catégorique encore : Si un moment donné, on ne va pas dans le tout dire, ou au moins s’en rapprocher, la Table est vouée à l’échec ou à un cul de sac.

38Confrontés à ce dilemme, les membres de la Table vivent des malaises liés à leur participation. Au-delà de l’enjeu « quoi dire quoi taire », se posent en effet les questions « En suis-je ?», « Dois-je en être ? ». Plus encore, « Puis-je en être si je n’ai rien à dire sur le sujet des gangs ? », « Puis-je en être si je ne veux pas donner ou recevoir certains types d’information ? ». Dans un contexte où les définitions du mandat et de la cible sont constamment réinterrogées, il revient par ailleurs à chaque organisme (ou du moins à leurs porte-parole présents à la Table) de réécrire inlassablement la pertinence (ou non) de sa participation à cette action concertée. La pertinence de s’ajouter mais aussi de rester à la Table ne réside pas dans les seules caractéristiques reconnues à celle-ci, elle doit aussi satisfaire le mandat de l’organisme lui-même, ce qui ne va pas toujours de soi, loin s’en faut. Comme l’explique Dominic, tous les organismes ont de la difficulté à définir ce qu’est un gang. Chacun va aussi avoir des contraintes selon son mandat, par exemple, pour l’un, il faut que ce soit un jeune, pour l’autre, il faut qu’il soit judiciarisé, etc.

  • 23  Horowitz, 1990 ; Spergel, 1995 ; Hamel et al., 1998 ; Sanchez-Jankowski, 2003 ; Sullivan, 2005 ; M (...)

39À l’instar d’autres recherches scientifiques sur le sujet, il est apparu évident que les organismes de la Table ont de la difficulté à élaborer une définition conjointe de ce qu’est un gang et un membre de gang23. L’absence d’une définition véritablement partagée apporte dès lors son lot de difficultés pour les intervenants, notamment en ce qui a trait à l’évaluation de la pertinence de leurs actions conjointes. Si un terme fédérateur peut ouvrir à des collaborations fructueuses, il peut parfois aussi desservir la problématique qu’il prétend éclairer, notamment en amalgamant différents regroupements de jeunes et en semant la confusion auprès des intervenants qui doivent y faire face. On peut d’ailleurs se demander si l’usage politique de l’expression « gangs » ou « gangs de rue » ne crée pas des scissions brutales entre différentes associations de jeunes, empêchant ainsi d’emblée de voir les nombreuses similitudes entre elles (Robert, Lascoumes, 1974 ; Perreault, Bibeau, 2003 ; White, Mason, 2006). Dominic explique : Au départ, la commande que j'ai eue c'est ‘les gangs de rue, ça y est, il y en a, ça commence à être à la mode, ça s'en vient à Gatineau. Faut faire quelque chose, organise nous ça’. Or Claude, comme d’autres, ne voit rien de tel sur le terrain : Mon quotidien quand on parle de gang, il n’y en a pas… je vois pas ça. Paul confirme : A-t-on un problème de gang de rue à Gatineau ? Moi je pense que non. Entre ce que j'ai vécu à Montréal et ce que je vois ici, il y a deux mondes.

40Par ailleurs, même si une hiérarchie explicite entre certains organismes n’est pas à exclure, il apparaît surtout que chacun d’entre eux s’interroge d’abord sur la façon de faire naître la participation et sur comment se situer. Là où certains considèrent que l’action concertée préexistait et survivrait à la Table, d’autres mentionnent que celle-ci facilite, voire rend possible la concertation et l’action commune. Le défi du partenariat n’est, quoi qu’il en soit, jamais simple quand on sait qu’il suppose un décloisonnement toujours susceptible de soulever des dilemmes éthiques (par exemple, donner des informations nominatives en présence d’un policier). Ces situations tendues peuvent conduire à un repli stratégique ponctuel des supposés partenaires (en évitant notamment de se rendre aux réunions de la Table). D’autres, au contraire, vont rappeler que pour eux, sans informations partagées (et sans possibilité de suivi de dossiers judiciaires), il est inutile de maintenir la Table en l’état, celle-ci ne devant pas se résumer à un simple club social de rencontre (Alexandre). D’autres encore vont dire que la concertation qui fonctionne, c’est précisément celle qui maintient le réchaud allumé dans la durée, condition nécessaire pour pouvoir ensuite être activée ponctuellement (Paul et Frédéric). Au-delà des positions prises dans ce débat, Dominic est convaincue – rejointe en cela par la plupart des autres participants – qu’une intervention est toujours de meilleure qualité quand elle est concertée, au sens où davantage d’expertise est mise à contribution.

41Un dernier point concernant les malaises rencontrés par la Table est éclairé par Crawford (2001, 24). Confrontée à une pluralité d’objectifs difficiles sinon impossibles à concilier, une action concertée va souvent soit en sacrifier une partie (du reste pas toujours de façon assumée) soit finir par renoncer à tous. Or, si on n’y prend garde, le sacrifice comme l’inertie peuvent aisément rendre le partenariat vide de sens et rapidement démotiver les membres d’un dispositif comme celui de la Table. Alexandre résume bien le malaise vécu par certains intervenants : Le récit retenu montre que la table est en fait une table de happening pour se donner bonne conscience. Elle agit seulement dans le sens d’une prévention primaire (quand elle agit !) et absolument pas dans l’idée d'une intervention coordonnée de tous les acteurs. Un peu dans la même lignée, une autre option consiste à limiter le rôle de la Table à une recherche incessante d’information qui, faute de données probantes sur le phénomène local « gangs de rue », reste surtout cantonnée à des généralités ou à des réalités locales autres (par exemple, Montréal). On verra alors parallèlement plusieurs participants recourir à une formation aux techniques communicationnelles, à l’échange de bonnes pratiques lors de plateformes, forums et autres colloques.

Une mutation provisoire ?

42Au final, l’ensemble des malaises qui touchait à la raison d’être de la Table a conduit les partenaires à vouloir modifier leurs façons de faire afin de sortir des impasses que posaient entre autres le problème de l’échange d’information nominative, le problème de l’objet sur lequel portait la concertation (« gangs de rue ») ou encore le problème d’un mandat trop général (qui allait de la répression à la sensibilisation du public en passant par la prévention primaire, secondaire et tertiaire). Conscients que passer par la case « gangs de rue » remettait en question la pertinence même de leur action concertée alors qu’elle gardait tout son sens en matière « d’intervention jeunesse », les membres de la Table se sont (provisoirement) mis d’accord 1) pour arrimer la « cible » de l’action concertée à la problématique de la délinquance jeunesse organisée à plus ou moins grande échelle et à divers stades de réseautage (ce qui permet de travailler tant en amont qu’en aval de la problématique ciblée) ; 2) pour limiter le mandat à un rôle informationnel découpé comme suit : i) un rôle de vigie (répertorier les diverses manifestations délictueuses des regroupements de jeunes ; ii) un rôle de partage des savoirs et des savoirs faire (échanger sur les réalités vécues par les partenaires à partir d’expériences et de cas concrets afin de mettre à disposition les bonnes pratiques des uns et des autres) ; iii) un rôle de réseautage (servir de ressource pour mobiliser les organismes de la Région qui ont, ponctuellement ou non, à intervenir auprès de la clientèle ciblée) ; iv) un rôle de sensibilisation du public (clarifier et démystifier la problématique « bandes et regroupements de jeunes » ici et maintenant à Gatineau auprès du public et des décideurs).

En guise de conclusion

43Notre recherche illustre bien que le sens des actions concertées ne va pas nécessairement de soi, surtout dans un contexte de grande labilité concernant l’objet d’intervention, à savoir les « gangs de rue » à Gatineau. Nous avons constaté que les objectifs de la Table de concertation constituent un enjeu à (re)négocier constamment entre différents acteurs aux mandats souvent distincts. Les professionnels des métiers de l’intégration sont en effet de plus en plus amenés à travailler en réseau tout en restant chacun soumis au respect de règles procédurales plus ou moins strictes, notamment en matière de secret professionnel. Dans ce type d’action concertée, le travail en réseau tend à s’imposer à la fois comme injonction et comme aspiration, y compris quand la cible même de l’intervention ne semble pas avoir de fondement empirique, comme c’est le cas avec les « gangs » à Gatineau. Les partenaires se questionnent en outre sur les effets des pressions politiques derrières leurs actions concertées. Voici un échange révélateur :

Alexandre : Ma question c'est « quelles étaient les pressions politiques mises sur la Table? »

Paul : C'était indirect pis rapporté mais nous, on les sentait quand même ces pressions politiques-là. On voyait bien que si des organisations n’avaient pas eu peur de s'opposer pis de dire des choses ouvertement, d'autres organisations plus institutionnelles ne pouvaient pas se le permettre.

44Parallèlement, apparaît pour les membres de la Table, la promotion, voire l’autopromotion de nouveaux critères d’évaluation et de subsidiation de l’action (logique de projet, d’évaluation par les résultats, de partenariat, de qualité de service, etc.). Dominic le reconnaît explicitement : Tout le monde court après ça, va chercher du crédit avec ça. On a participé à ça, la Table, c’est clair, les organismes mettent ça dans leur rapport annuel, et moi mon boss, il me donne une belle tape dans le dos. Parmi ces critères d’évaluation, nous avons vu que « l’obligation » de partenariat entre professionnels peut induire un brouillage des territoires organisationnels et par là des recompositions en terme d’identité, de « propriété » et d’autorité (Weller, 1999). Autour de la Table, des repositionnements professionnels et identitaires sont sans cesse apparus. Ces repositionnements, pourtant nécessaires et inévitables dans les actions concertées, s’avèrent déstabilisants pour les acteurs et les organismes qu’ils représentent, notamment parce que ces repositionnements sont dus à un phénomène, les « gangs de rue », dont les acteurs ne saisissent pas toujours la pertinence et les contours mais par rapport auquel ils sont pourtant supposés s’unir. Pour Frédéric, Le récit de la pièce ne s’arrête donc pas à la pièce. Alexandre poursuit en signalant que la Table n’est jamais intervenue sur le phénomène de gang de rue : Il y a différentes instances qui travaillent sur la jeunesse en général à Gatineau. Dominic exprime le même malaise via la dénomination de la Table de concertation : La Table a fait une réflexion et on ne s'appelle plus LA Table sur le phénomène des gangs de rue, on est une table sur le phénomène des gangs. Enfin, Gabriel et Daniel vont plus loin encore en concluant similairement qu’il n’y en a pas de problème de phénomène de gang de rue en Outaouais. Une question se pose donc : est-on dans un scénario où une action, par sa dimension concertée, viendrait adéquatement répondre à une problématique « gang » ou plutôt dans un cas de figure où il faut passer par la case « gangs de rue » pour justifier la pertinence d’une action concertée ?

Haut de page

Bibliographie

Bania M., 2009, Gang Violence Among Youth and Young Adults: (Dis)Affiliation and the Potential for Prevention, Revue de l’IPC Review, 3, 89-116.

Brion F., 2003, Art de la gestion des risques et méthodes de sécurité dans les sociétés libérales avancées, Recherches sociologiques, 34, 2, 109-121.

Castel R., 1995a, Les pièges de l’exclusion, Lien social et Politiques, 34, 13-21.

Castel R., 1995b, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

Chettleburgh M.C., 2007, Young Thugs. Inside the Dangerous World of Canadian Street Gangs, NY, Harper Collins.

Corriveau P., 2009, La violence dans l’univers des gangs : du besoin de protection à la construction identitaire masculine, Revue de l’IPC Review, 3, 117-134.

Cousineau M.-M., 2007, Prévention autour des jeunes en difficulté : reconnaître la complexité et attaquer les intersections, Revue de l’IPC Review, 1, 45-68.

Crawford A. 2001, Vers une reconfiguration des pouvoirs ? Le niveau local et les perspectives de la gouvernance, Déviance et Société, 25, 1, 3-32.

Dean M., 1999, Risk, calculable and incalculable, in Lupton D. (ed.), Risk and Sociocultural Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 131-159.

De Coninck F., Cartuyvels Y., Franssen A., Kaminski D., Mary Ph., Rea A., Van Campenhoudt L., 2005, Aux frontières de la justice, aux marges de la société. Une analyse en groupe d’acteurs et de chercheurs, Gent, Politique scientifique – Academia Press.

De Munck J. (1995), La toxicomanie dans le conflit des normes, Les carnets du centre de philosophie de droit, 17, 3-31.

Dorais M., Corriveau P., 2009, Gangs and Girls. Understanding Juvenile Prostitution, Montreal/Toronto, McGill/Queen’s University Press.

Franssen A., 2002, La nouvelle fabrique du sujet, Thèse de doctorat, Louvain-la-Neuve, UCL.

Freire, P., 1983, Pédagogie de l’opprimé, Paris, La Découverte.

Hamel S., Cousineau M.-M., Vézina M., avec la collaboration de Léveillé S., 2006, Guide d’action intersectorielle pour la prévention du phénomène des gangs, Montréal, Institut de recherche pour le développement social des jeunes.

Hamel S., Cousineau M.-M., Vézina M., 2008, Prévenir les gangs avec une approche globale et intégrée : le rôle crucial des agents de liaison, Revue de l’IPC Review, 2, 57-81.

Hamel S., Cousineau M.-M., Tichit L., Léveillé S., Vézina M., 2004, Analyse de la construction d’une innovation sociale : le cas de Jeunesse et gangs de rue, Nouvelles pratiques sociales, 16, 2, 52-67.

Hamel S., Fredette C., Blais M.-F., Hébert J., Berthot J., 1998, Jeunesse et gangs de rue. Phase II : Résultats de recherche-terrain et proposition d’un plan stratégique quinquennal, Montréal, Service de police de la Communauté urbaine de Montréal.

Hamel S., Vézina M., Cousineau M.-M., 2008, Prévenir les gangs en se basant sur la sociologie des organisations : pour sortir des sentiers battus, Communication et organisation, 34, 243-262.

Horowitz R., 1990, Sociological perspectives on gangs: Conflicting definitions and concepts, In: Huff C.R. (ed.), Gangs in America, Newbury Park, Sage, 37-54.

McCorkle R. C., Miethe T. D., 2002, Panic: The Social Construction of the Street Gang Problem, Upper Saddle River, Prentice Hall.

Ministère de la Sécurité publique du Québec, 2007, Gangs de rue : le Plan d'intervention québécois 2007-2010, Gouvernement du Québec, Québec.

Moreau Defarges Ph., 2003, La gouvernance, Paris, PUF, Coll. Que sais-je ?, n° 3676.

Mohammed M., Mucchielli L. (dir.), 2007, Les bandes de jeunes. Des ‘blousons noirs’ à nos jours. Paris, La découverte.

Mohammed M., 2007, Des ‘bandes d’ici’ aux ‘gangs d’ailleurs’ : comment définir et comparer ?, in Mohammed M., Mucchielli L. (dir.), Les bandes de jeunes. Des ‘blousons noirs’ à nos jours, Paris, La Découverte, 265-287.

Mucchielli L., 2006, La "violence des jeunes" : peur collective et paniques morales au tournant du XXe et du XXIe siècle, in Lévy R., Mucchielli L., Zauberman, R. (dir.), Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements. Mélanges pour et avec Philippe Robert, Paris, L’Harmattan, 195-223.

Mucchielli L., 2008, Une société plus violente ? Une analyse socio-historique des violences interpersonnelles en France, des années 1970 à nos jours, Déviance et Société, 32, 2, 115-147.

Perreault M., 2005a, Bandes de jeunes et gangs de rue. Les dérives criminelles d’une quête identitaire, Globe. Revue internationale d’études québécoises, 8, 2, 91-119.

Perreault M., 2005b, Les gangs de rue : un passage risqué, in Jeffrey D., Le Breton D., Lévy J.J. (dir.), Jeunesse à risque. Rite et passage, Québec, PUL, 57-68.

Perreault M., Bibeau G., 2003, La Gang : une chimère à apprivoiser. Marginalité et transnationalité chez les jeunes Québécois d’origine afro-antillaise, Montréal, Boréal.

Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue 2007-2010, 2007, Québec, Gouvernement du Québec.

Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue 2011-2014, 2012, Québec, Gouvernement du Québec.

Robert P., Lascoumes P., 1974, Les bandes d’adolescents. Une théorie de la ségrégation, Paris, Éditions Ouvrières.

Sanchez-Jankowski M., 2003, Gangs and social change, Theoretical Criminology, 7, 2, 191-216.

Service canadien de renseignements criminels, 2006, Gangs de rue au Canada 2006, Canada, SCRC.

Service du renseignement criminel du Québec (SRCQ), 2008, Qu’est-ce qu’un gang de rue ?, Québec, ministère de la Sécurité publique du Québec.

Spergel I. A., 1995, The Youth Gang Problem, New York, Oxford University Press

Sullivan L., 2005, Maybe we shouldn’t study ‘gangs’, Journal of Contemporary Criminal Justice, 21, 2, 170-190.

Table de concertation sur le phénomène des gangs (2008), Plan d’action 2008-2010, Gatineau, Ville de Gatineau.

Tichit L., 2003, Gangs juvéniles et construits ethniques dans le contexte américain, Criminologie, 36, 2, 57-68.

Totten M.D., 2000, Guys, Gangs, and Girlfriend Abuse, Peterborough, Broadview Press.

Totten M.D., 2009, Aboriginal Youth and Violent Gang Involvment in Canada: Quality Prevention Strategies, Revue de l’IPC Review, 3, 135-156.

Van Campenhoudt L., 1999, L’insécurité est moins un problème qu’une solution, in Cartuyvels Y., Mary Ph. (dir.), L’État face à l’insécurité. Dérives politiques des années 90, Bruxelles, Éditions Labor, 51-66.

Van Campenhoudt L., 2010, Pouvoir et réseau social : une matrice théorique, in Collectif, Travail, inégalités et responsabilité, Actes du colloque organisé à l'occasion de la fondation du CIRTES-UCL (Centre Interdisciplinaire de Recherche Travail, État et Société) et en hommage à Georges Liénard, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 5 - 42.

Van Campenhoudt L., Chaumont J.-M., Franssen A., 2005, La méthode d’analyse en groupe. Applications aux phénomènes sociaux, Paris, Dunod.

Weller M., 1999, L’État au guichet : sociologie cognitive et modernisation administrative des services publics, Paris, Desclée de Brouwer.

White R., 2008, Disputed Definitions and Fluid Identities: The Limitations of Social Profiling in Relation to Ethnic Youth Gangs, Youth Justice, 8, 2, 149-161.

White R., Mason R., 2006, Youth gangs and youth violence: Charting the key dimensions, Australian and New Zealand Journal of Criminology, 39, 1, 54-70.

Youth Gang Survey, 2003, 2002, Canadian Police Survey on Youth Gangs, Ottawa, Astwood Strategy Corporation.

Haut de page

Notes

1  « Gang de rue » est mis entre guillemets pour en indiquer le caractère à la fois socialement construit et extrêmement hétérogène. Ce postulat accompagnera tout l’article mais les guillemets ne seront pas chaque fois rappelés.

2  Mis en italique pour pouvoir ensuite s’y référer plus facilement et parfois indiquer simplement la Table.

3  Est membre d’un gang « quiconque est impliqué, directement ou indirectement, dans un crime qui trouve sa motivation dans celle du gang », mais aussi quiconque a été identifié comme membre d’un gang par au moins deux des voies suivantes : par une source d’information jugée pertinente (qu’elle provienne de la communauté, d’un autre membre du gang ou même d’un membre d’un gang rival), par une surveillance policière, par des aveux, voire le fait de s’être dénoncé soi-même, par un verdict ou toute autre conclusion d’un tribunal, ou encore par les signes distinctifs d’une appartenance à un gang (attirail, tatouages, tenue vestimentaire, etc.) (CRSC, in Bania, 2009, 93).

4  Rapport disponible en suivant ce lien.

5  Selon le rapport 2006 du SCRC, les membres de gangs de rue sont majoritairement âgés entre 21 et 30 ans, et seulement 6% des gangs sont composés exclusivement de jeunes de moins de 17 ans.

6  Bania (2009, 93) souligne la polysémie de cette notion de violence attribuée aux gangs : les bagarres dans la cour d’école, le trafic de drogue, les agressions physiques, la prostitution, les meurtres, etc. Voir également Chettleburgh (2007) et SCRC (2006).

7  Les études anglo-saxonnes sur la desistance montrent par ailleurs que la sortie de la délinquance commence souvent par une diminution de la fréquence, de l’intensité et/ou de la gravité des actes.

8  Pour le caractère cyclique des paniques morales sur violence des jeunes en général, voir notamment Mucchielli (2006 et 2008).

9  À l’instar de Castel (1995a, 14), il faut cependant se rappeler que parler en termes d’exclusion, c’est plaquer une qualification purement négative, qui nomme le manque sans dire en quoi il consiste, ni d’où il provient.

10  La présence des guillemets vient rappeler que le problème du phénomène des « gangs » ne trouve pas seulement réponse dans nos politiques publiques, il y trouve souvent aussi sa source.

11  Sur l’importance des actions concertées, voir notamment Hamel, Cousineau, Vézina (2008).

12  Gatineau compte approximativement 261 000 habitants, soit la quatrième plus grande ville du Québec.

13  Ministère de la Sécurité publique, ministère de la Santé et des Services sociaux, Institut national de santé publique du Québec, Association des directeurs de police du Québec, Sûreté du Québec, Service de police de la Ville de Montréal, Ville de Montréal, Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire, Projet ado-communautaire en travail de rue, Centre international de criminologie comparée et Institut de recherche pour le développement social des jeunes (Plan d’intervention Québécois sur les gangs de rue, 2012, 3).

14  Des contributions remarquées ont par ailleurs été soulignées : (Hamel, Cousineau, Vézina, Léveillé, 2006) ; (MSP, 2007). Un grand merci ici à Véronique Leduc et Patrick Savoie pour leurs contributions au présent article.

15  Sur un terrain relativement connexe, cette approche a notamment été utilisée dans De Coninck et al. (2005). Pour davantage de précisions sur la méthode, voir l’ouvrage de Van Campenhoudt, Chaumont, Franssen (2005).

16  À savoir, dans la présente recherche, les partenaires « terrain » police, justice, éducation et santé.

17  La MAG part ainsi du principe que pour « pouvoir être libres, les échanges ne peuvent pas être complètement spontanés : elle prend donc la forme d’un débat organisé, réglé par des procédures et des consignes précises » (ibid., 43). Elle reconnaît aux acteurs des positions d’autorité inégales mais « vise à créer un espace de discussion ouvert qui exclut les arguments d’autorité et encourage une égalité morale entre les divers participants à l’étude » (ibid., 44). Elle soutient que c’est en « s’écoutant mutuellement que chacun voit ses interprétations à la fois prises au sérieux et relativisées » (ibid., 157). Enfin, elle défend que c’est parce qu’elle « n’impose pas au groupe de travail de prise de décision (même s’il peut inclure des décideurs) qu’elle est gage d’effets concrets ou à tout le moins d’une discussion plus franche entre les participants » (ibid., 157).

18  Au sens où « les intérêts distincts des acteurs sont suffisamment divergents pour faire naître du conflit et des rapports de pouvoir, mais suffisamment convergents pour que, malgré tout, chacun reste à la table des négociations » (ibid., 176).

19  Pensons par exemple à une MAG précédente qui réunissait uniquement des travailleurs sociaux sur le thème de l’inflexion sécuritaire et gestionnaire du travail social. Au départ, l’interprétation du travail social par une grande majorité de participants semblait consensuelle, celle – pure et manichéenne – du « ‘bon travailleur social’ confronté aux contraintes d’un environnement hostile ». Mais il aura suffi que « l’on encourage l’expression de participants moins loquaces pour que l’un d’entre eux – vantant sa bonne relation avec la police – suscite un silence gêné et brise l’image d’un consensus fort ». Le groupe prend finalement acte « de la contradiction inhérente à la relation d’aide, caractérisée par le double exercice de la solidarité et du contrôle social » (ibid., 117-119).

20  Dans le cadre de la MAG, les rapports sociaux retenus ne sont pas contradictoires mais conflictuels, ils n’opposent pas des ennemis mais distinguent des adversaires. Il n’est pas question d’abolir une domination mais plutôt de rendre intelligibles des conflits, à la fois moins dramatiques et posés comme irréductibles (ibid., 182).

21  Par exemple, le cas du membre d’un organisme communautaire qui souhaite avoir des nouvelles d’un jeune usager de drogues mais qui ne veut pas demander une telle information à la Table en présence de la police, de peur d’une intervention répressive de celle-ci. Comme organisation, on respecte le mandat de chacun à l'intérieur de [la Table]. Mais même s’il y a eu des discussions des fois avec les policiers pour la partie répression et ainsi de suite, c'était clair que nous autres, on ne voulait pas embarquer là-dedans. [La Table], ça peut être un lieu d'échange d'information mais pas un lieu de délation (Paul).

22  L’exigence d’anonymat dans un contexte local qui ne concerne qu’un petit nombre de personnes nous a conduits à opter pour l’utilisation de prénoms fictifs et masculins. Nous avons par ailleurs décidé de ne pas mentionner les appartenances professionnelles des différents participants afin de respecter une confidentialité qui ne pourrait pas être assurée autrement, mais surtout dans la mesure où l’intelligibilité des résultats du présent article n’y perd pas en qualité.

23  Horowitz, 1990 ; Spergel, 1995 ; Hamel et al., 1998 ; Sanchez-Jankowski, 2003 ; Sullivan, 2005 ; Mohammed, 2007 ; White, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Cauchie et Patrice Corriveau, « Des actions concertées pour des « gangs de rue » ou des « gangs de rue » pour des actions concertées ? », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. IX | 2012, mis en ligne le 17 décembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8368 ; DOI : 10.4000/champpenal.8368

Haut de page

Auteurs

Jean-François Cauchie

Professeur agrégé (Associate Professor) au département de criminologie de l’Université d’Ottawa (Canada).

Articles du même auteur

Patrice Corriveau

Professeur agrégé (Associate Professor) au département de criminologie de l’Université d’Ottawa (Canada).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org