Navigation – Plan du site
Dossier

Tordre ou briser le bâton de la justice ?

Les mouvements de l’après-68 et les illégalismes des dominants, entre justice populaire et refus de la pénalité (1968-1972)
To twist or to break the bâton of justice? Post-68 movements faced with the illegalities of the dominant class: between popular justice and rejection of penality
Jean Bérard

Résumés

Cet article porte sur les débats suscités dans les mouvements contestataires nés après mai 68 par l’idée d’appliquer une répression pénale plus sévère aux illégalismes commis par les membres des classes dominantes. Son hypothèse est que ce débat est un aspect de la déstabilisation des positions politiques en matière pénale initiée dans les années 1970 et qu’il a pris forme parmi les militants au croisement entre la reprise par les mouvements d’extrême-gauche d’une analyse critique de la justice comme justice de classe et la mise en cause des institutions disciplinaires par d’autres mouvements sociaux. Il montre que, dans le contexte de l’échec des tentatives maoïstes de « justice populaire », les luttes contre les institutions d’enfermement ont pris le pas sur la volonté d’appliquer des peines de prison à des membres des couches sociales favorisées, et que cette situation a engendré une certaine indétermination militante dont les conséquences structurent le champ contemporain. S’il est consensuel chez les acteurs militants de demander que la lumière soit faite sur les illégalismes politiques et financiers, le sort pénal qui doit être réservé aux auteurs d’infraction est sujet à interrogations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 2010, Éva Joly a remporté le prix de l’humour politique pour avoir déclaré : Je connais bien Dominique Strauss-Kahn, je l’ai mis en examen. Elle était récompensée pour une flèche politique particulièrement bien sentie, parce qu’elle inversait temporairement le rapport de force des partis en présence en la renvoyant, elle, du côté de la justice qui ordonne et, lui, du côté des délinquants potentiels. Il se peut cependant que la petite phrase de l’ancienne juge d’instruction désigne une question politique plus problématique que les rivalités entre responsables socialistes et écologistes. Le double sens de L’ivresse du pouvoir, le titre du film que Claude Chabrol a consacré, de façon peu mystérieuse à l’affaire Elf et qui met en scène les relations entre prévenus et juges d’instruction, contient ce questionnement. L’ivresse est d’abord celle des responsables politiques et dirigeants d’entreprise qui s’affranchissent des règles légales, et cuvent une sévère « gueule de bois » lorsqu’ils se retrouvent, à leur grande surprise, dans le cabinet du juge et à la prison de la Santé. Mais elle est aussi l’ivresse du pouvoir de garder à vue, de menotter, d’interroger, d’enfermer. Entre la critique de ces deux ivresses demeure une question difficile : pour dégriser ceux qui commettent impunément des illégalismes économiques et financiers, faut-il user de la prise de corps, des techniques d’interrogatoires, de la détention, bref, du pouvoir de punir ?

2Le but de l’article n’est pas d’analyser des illégalismes pratiqués par les classes dominantes, ni de décrire sociologiquement la manière dont les mouvements « des années 68 », entendues comme la séquence contestataire qui s’ouvre à la fin des années 1960 et se referme entre la fin des années 1970 et le début des années 1980 (voir par exemple Vigna, 2007), se sont saisis de « l’arme du droit » (Israël, 2009), ni enfin d’analyser de manière exhaustive une affaire en particulier (Guillot, 2010). Il porte sur le fait que le traitement de ces illégalismes, et, plus particulièrement, leur éventuelle répression pénale, fait question pour le monde militant. Faut-il mettre en prison les délinquants en col blanc ? La réponse n’a rien d’évident parce qu’elle croise deux formes concurrentes de critique sociale : la dénonciation des inégalités dans la gestion des illégalismes et de l’impunité des auteurs d’infractions économiques et financières opaques et difficiles à poursuivre et à juger ; et le refus de l’usage de l’incarcération, conçue comme une manière inefficace, attentatoire aux droits et coûteuse de gérer les problèmes de délinquance. Notre hypothèse est que la manière dont cette question est posée dans les débats contemporains a une histoire qui s’est forgée dans les premières années après 1968. En effet, les « années 68 » ont été un moment de double mise en cause de la justice et de la prison : comme appareils de classe, dont il faudrait renverser l’usage, et comme appareils disciplinaires parmi d’autres (hôpitaux, foyers, armée, collèges, etc.), dont il faudrait abandonner ou, à tout le moins, drastiquement restreindre l’usage. Notre idée est que la façon dont se sont construits et transformés les débats entre ces formes concurrentes de critiques a contribué à former la structure du champ militant contemporain. Mais celle-ci sera davantage esquissée que montrée dans les dimensions de cet article.

  • 1  « Sur la justice populaire. Débat avec les maos », Les Temps modernes n°310 bis : Nouveau Fascisme (...)

3L’opposition entre l’idée de renversement de la justice de classe et l’idée de lutte contre les disciplines et le système pénal est explicitée de manière imagée à la fin d’un entretien de 1972 entre Michel Foucault et le maoïste Victor (Benny Lévy), auquel nous empruntons notre titre. Lorsque Victor affirme : Au premier stade de la révolution idéologique, je suis pour le pillage, je suis pour les "excès". Il faut tordre le bâton dans l’autre sens, et l’on ne peut renverser le monde sans casser des œufs, Foucault répond : Il faut surtout casser le bâton1. On peut donner une formulation plus savante de cette métaphore à l’aide de deux notions de théorie de la peine et de sociologie de la déviance. La rationalité pénale moderne est définie par Alvaro Pires comme le cadre théorique dans lequel se déploie la pénalité et qui lui donne ses traits fondamentaux (hostile, négative, abstraite, atomisante) (Debuyst, Digneffe, Pires, 1998). Les filières pénales, analysées par la sociologie de la déviance (Robert, 1977 ; Aubusson de Cavarlay, 1985 ; Lascoumes, 1986a ; Lascoumes, 1986b), permettent de comprendre l’ensemble des mécanismes d’orientation et de sélection qui jalonnent la chaîne pénale et expliquent le traitement différencié des illégalismes selon les types de délit et l’origine sociale de leurs auteurs. Ces notions descriptives peuvent être utilisées comme mode de distinction entre des options militantes normatives. Faut-il d’abord lutter pour tordre le bâton, c’est-à-dire renverser les filtres de sélection des filières pénales et orienter vers d’autres cibles sociales les rigueurs de la répression, légalement ou par des actions militantes (tribunaux populaires, séquestrations, etc.) ? Ou faut-il tenter de briser l’exercice de la rationalité pénale elle-même et, par-là, renoncer à en faire usage aussi bien pour les illégalismes des pauvres que pour ceux des classes dominantes ?

  • 2  Le grand nombre de petits groupes et leur caractère éphémère interdit de prétendre cerner de façon (...)

4Pour explorer les formes concrètes prises par la tension entre ces deux types de position contestataires dans les premières années après 1968, cette contribution s’appuie sur trois sources. La première est issue des deux principales organisations maoïstes, et des deux plus importantes organisations trotskistes (Salles, 2005, 137 ; Sommier, 2008, 304) de la période, à savoir respectivement la Gauche prolétarienne, Vive la révolution, la Ligue communiste et Lutte Ouvrière, par l’intermédiaire de leurs principales publications, respectivement La Cause du peuple, Tout !, Rouge et Lutte ouvrière2. Ces sources imprimées ont été complétées, en ce qui concerne les tentatives maoïstes de justice populaire, par la lecture de fonds d’archives déposés à la BDIC (Fonds Bernard Leroy ; Fonds Saïd Bouziri). Enfin, les conflits politiques liés à ces tentatives dans le champ militant ont été abordés à partir des publications militantes des autres acteurs de la contestation que sont les mouvements féministes (MLF), homosexuels (FHAR), de prisonniers (GIP, CAP), de magistrats (SM). Une dimension importante des débats qui traversent la période concerne le monde carcéral et l’autonomisation du militantisme en direction des prisons par la création du Groupe d’Information sur les prisons. Une telle création est clairement liée aux questions dont nous essayons de retracer l’histoire, puisqu’elle engage une redéfinition des conceptions de la justice, en particulier de la distinction classique entre détention politique et détention de droit commun. Ce moment créateur a déjà fait l’objet de plusieurs analyses (Artières, 2000 ; Artières, Quéro, Zancarini-Fournel, 2003 ; Boullant, 2003 ; Artières, 2004 ; Salle, 2004 ; Quéro, 2008). Nous ne lui donnons pas une place centrale, pour concentrer notre attention sur des éléments, à notre sens, moins souvent soulignés, et qui concernent, au-delà de la prison, la transversalité des critiques contre les institutions disciplinaires.

I - Justice de classe et critique des disciplines

  • 3  Par exemple, Lutte ouvrière, 26 juin 1968, 1.
  • 4  Marx, Engels, 1973 [1848], 34.

5L’après-mai des mouvements de contestation commence à l’extrême gauche, dans les organisations révolutionnaires. Ce sont les forces organisées, certes à des degrés divers, qui ont refusé les compromis et réformes issus des négociations de Grenelle, et qui ont appelé, au contraire de la CGT et du PC, à la poursuite des grèves3. Ces mouvements héritent d’une conception marxiste de la justice dont la finalité est, selon les termes du Manifeste du Parti communiste, de réaliser des intrusions despotiques dans le droit de propriété4. Cette tradition théorique et politique fait de la justice une forme dérivée des rapports de classe : dure contre tous ceux qui contestent l’ordre social, tolérante aux infractions des dominants et de leurs alliés dans le maintien de l’ordre (proxénètes, trafiquants, voyous briseurs de grève).

1) Le traitement différencié des illégalismes

  • 5  Rouge, 22 janvier 1969, 10.
  • 6  Lutte ouvrière, 26 mars 1969, 36.
  • 7  Tout !, 1er février 1971, 8.
  • 8  Rouge, 3 novembre 1969, 37.

6Les mouvements d’extrême-gauche d’après 68 héritent de cette tradition. Selon Rouge, le premier caractère distinctif du système judiciaire est la séparation entre la justice ordinaire et la justice politique, marquée par l’utilisation de la Cour de sûreté de l’État5. Pour ces militants, l’usage politique de la justice est dans le prolongement de l’action de propagande et de répression de l’État. En mars 1969, Lutte ouvrière rend compte du procès d’un homme qui a tué un militant lors de la campagne électorale de juin 1968. Jean-Claude Vallain, l’assassin, a été condamné à 8 ans de réclusion criminelle, et André Verlay (ancien légionnaire), qui avait tiré à la carabine sans atteindre personne, à quatre ans de prison avec sursis. Pour le journal, « ce jugement est à rapprocher de celui rendu en décembre 68 par la Cour de Sûreté de l’État contre des ouvriers et des étudiants de Bordeaux. Sur neuf accusés, trois ont été condamnés à quatre, trois et deux ans de prison ferme pour… des dégâts matériels. Mais il est vrai que ces jeunes gens n’étaient pas, eux, membres de l’UDR »6. Certains illégalismes sont ainsi considérés comme faisant l’objet d’une mansuétude indue de la part de l’État. Lorsque les députés légifèrent sur la répression de l’usage et du trafic de stupéfiants, Tout ! dénonce la poursuite des marginaux, comparée au trafic d’héroïne toléré par le gouvernement, trafiquée depuis Marseille au su de tous, au service d’héroïnomanes bourgeois7. De même, pour Rouge, « ce n’est pas précisément dans la lutte contre le gangstérisme que M. Marcellin s’est rendu célèbre »8. La conception de la justice comme justice politique de classe n’est donc pas une position contre la répression, mais une position différentielle pour laquelle la justice est trop clémente envers ceux qui soutiennent son pouvoir et trop sévère contre ceux qui le contestent.

2) La critique des disciplines

  • 9  La Cause du peuple, 16-17 juin 1968, 17 ; La Cause du peuple, 25-26 mai 1968, 3.

7En même temps, dans les premiers mois après mai 68, une position concurrente est visible dans l’expression des mouvements révolutionnaires, même si elle n’est pas explicitement présentée comme une ligne directrice. C’est la contestation des disciplines, qui désigne l’ensemble des luttes menées contre la présomption de minorité des personnes vivant et/ou étudiant et/ou travaillant dans des institutions d’éducation, d’assistance, de soin ou de redressement, qui permettent, selon les termes de Dominique Memmi, l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire de manière incarnée (physiquement présente), continue, dans un lieu unique et plus ou moins clos (Memmi, 2008). À la mi-juin 1968, alors que le nombre de grévistes s’étiole, les maoïstes de La Cause du peuple constatent que « des millions de travailleurs ont regagné leur prison »9. C’est une image ancienne de considérer sur le même mode les prisonniers au travail et les ouvriers à la chaîne, étroitement soumis au contrôle de contremaîtres gardiens, pointant à l’entrée de l’usine, fouillés à la sortie, marchant au pas, empêchés de parler pendant les heures de travail, condamnés à manger à la chaîne, dépossédés de toute individualité, de toute autonomie (Tartakowsky, Margairaz, 2006, 16). Ce qui, dans les actions ouvrières de mai 68, transforme les formes de luttes héritées de l’après-guerre est plutôt que, au-delà de cette image, les contestations sont dirigées directement contre l’ordre de l’usine, ses contraintes et sa hiérarchie. C’est ce que Xavier Vigna désigne sous le terme d’insubordination (Vigna, 2007, 13) contre le déséquilibre structurel (Memmi, 2008) de pouvoir qui marque toutes les relations disciplinaires, entre patron et ouvrier, surveillant et prisonnier, éducateur et mineur délinquant, psychiatre et malades enfermés, etc.

  • 10  Lutte ouvrière, 6-12 janvier 1970, 71.
  • 11  La Cause du peuple, 31 octobre 1969, 13. De même Lutte ouvrière, 6 novembre 1968, 16 ; Lutte ouvri (...)
  • 12  Lutte ouvrière, 2 juillet 1969, 50.
  • 13  Tout !, 8 septembre 1970, 2.
  • 14  Rouge, 16 février 1970, 52. De même, Tout !, 10 janvier 1971, 6/7.
  • 15  Lutte ouvrière, 15 janvier 1969, 26.
  • 16  La Cause du peuple, 16 janvier 1970, 15.
  • 17  La Cause du peuple, 6 février 1970, 16 ; La Cause du peuple, 31 octobre 1969, 13.
  • 18  Rouge, 28 mai 1969, 21.
  • 19  La Cause du peuple, 31 octobre 1969, 13.
  • 20  Rouge, 16 février 1970, 52.

8En janvier 1970, Lutte ouvrière rapporte « quatre jours de grève au CET [collège d’enseignement technique] Ledru-Rollin », pour « une salle de réunion, un tableau d’affichage, un minimum de chauffage »10. Les « bataillons rouges de la jeunesse », selon l’expression de La Cause du peuple, d’un centre de redressement dénoncent quant à eux la nourriture (« vingt fois par mois des patates ») et le « chauffage inexistant »11. Ces motifs de contestation se rattachent à une vision globale de l’exploitation. Mais de même que les luttes à l’usine portent à la fois sur les thèmes traditionnels des salaires et sur la remise en question de « l’ordre usinier », les dénonciations des institutions disciplinaires portent également sur l’ordre des institutions, leurs règlements et leurs sanctions. Au « CET de la Courneuve », Lutte ouvrière décrit un « véritable dressage »12. L’interdiction des cheveux longs a, pour les maoïstes de Tout !, des conséquences tragiques, car des coupes forcées provoquent des suicides13. Rouge dénonce la rigueur et l’arbitraire du règlement intérieur du centre d’accueil Benoît Malon de la Croix Rouge, à Paris quai de Valmy, destiné à « de jeunes apprentis, des “taulards” fraîchement libérés, quelques clochards mais surtout des travailleurs immigrés »14. Or, comme Rouge le note à propos de la « Discipline générale » du foyer, le propre des institutions disciplinaires est qu’elles sont dotées de règles floues, supportant une large part d’interprétations arbitraires. La contestation produit l’activation des solutions répressives, brutalités15, brimades16 et sanctions mesquines17 qui font l’objet de dénonciations répétées. Le lieu de la plus forte dénonciation de la discipline est l’armée, (« encasernement, privation d’une vie sexuelle normale, discipline, abrutissement »)18, dans laquelle la sanction la plus dramatique est l’envoi en bataillon disciplinaire. La Cause du peuple décrit la violence des « bagnes dans l’armée », sous la forme du récit d’un soldat envoyé « en section spéciale » pour des « motifs de punition bidon »19. Un soldat raconte dans Rouge « la haine » qui l’habite après avoir subi ce traitement20.

  • 21  La Cause du peuple, 18-19 juin 1968, 18.

9Ces contestations prennent place de façon singulière dans les pages des journaux d’extrême gauche. Elles sont à la fois omniprésentes et politiquement placées en position subordonnée par rapport aux luttes menées dans les usines. La Cause du peuple écrit dans son programme que « les éléments des anciens corps répressifs pourront se rééduquer en participant au travail productif »21. Dans le même temps, le journal se fait largement l’écho des critiques portées contre les institutions de « rééducation », y compris lorsque cette rééducation est supposée « productive ». Alors que la théorie politique héritée conduit à réaffirmer l’idée de tordre le bâton de la justice pour amender les contrevenants à l’ordre d’une société révolutionnée, un ensemble de critiques encore peu théorisées fait valoir la nécessité de briser le bâton des institutions répressives.

II - Une justice révolutionnaire

10Cette ambivalence devient visible lorsque les maoïstes de la Gauche prolétarienne essaient de penser ce que serait une justice qui, renversant son appartenance de classe, deviendrait une justice populaire. La tentative d’application la plus importante de ces préceptes a lieu à Lens à la fin de l’année 1970. Le 4 février 1970, à Fouquières-lès-Lens, 16 mineurs sont tués par un coup de grisou. Le 16 février, des militants attaquent au cocktail Molotov le siège des Houillères de Hénin-Liétard. Le 14 décembre, sept d’entre eux sont jugés par la Cour de Sûreté de l’État. C’est la conjonction de l’accident et du procès des militants qui ouvre la possibilité d’instruire le procès de la justice, et de tenter, hors de l’État, d’imaginer une justice populaire.

1) Un tribunal populaire

  • 22  « Des grandes écoles aux prisons, pourquoi des ingénieurs changent de camp », BDIC, Fonds Bernard (...)
  • 23  BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/6.

11Suite au coup de grisou, des ingénieurs des Mines maoïstes cherchent à unir leur mouvement à celui des mineurs. Cette convergence permet une requalification des faits et renverse la domination technique des dirigeants des Mines, qui consiste dans la maîtrise de la qualification juridique appliquée à l’affaire (Lascoumes, 1986a, 352). En l’occurrence, le règlement de l’affaire voulu par la direction des Houillières consiste à opérer une disjonction : d’un côté, l’affirmation, à destination des familles, de la fatalité de l’accident ; de l’autre, la réflexion technique, destinée à demeurer interne au monde des ingénieurs, sur les raisons de l’accident. Les ingénieurs maoïstes défont ce dédoublement en qualifiant l’accident « d’assassinat d’ouvriers », « conséquence logique, inévitable, de la politique quotidienne du patronat et de la direction des Houillères »22. Les militants maoïstes mettent donc sur pied un tribunal populaire qui, contre les intermédiaires du patronat que sont ordinairement ingénieurs et médecins, veut permettre la qualification pénale des faits reprochés aux dirigeants des Houillères. Une affiche qui annonce le procès fait une liste des principaux accidents miniers depuis 1945, comme celui de Liévin en 1965, qui a fait 21 morts23. Un texte de Sartre l’accompagne :

  • 24  Ibidem.

Quand les Houillères tuent, c’est normal : PERSONNE n’est coupable. (…) Les masses en ont assez de cette justice partiale et volontairement aveugle, qui ne punit jamais les vrais coupables. À cette justice de classe, il est temps d’opposer la vraie justice, la justice populaire24.

  • 25  Ibidem.

12Lors du procès, les mots d’ordre vengeurs déclenchent les réactions les plus vives25. Sartre est procureur. Il estime qu’il ne s’agit pas d’un homicide par imprudence car les responsables savaient ce qui était en jeu et opte pour l’homicide intentionnel. Un texte du Secours Rouge tente de diffuser les « conclusions du tribunal populaire » :

  • 26  BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/6.

« L’État-Patron est reconnu coupable de l’assassinat du 4 février 1970 » ; « Les cadres, les ingénieurs responsables de la fosse 6 sont également coupables d’homicides intentionnels » ; « En conséquence, les ingénieurs, médecins et cadres ne sont plus censés ignorer le fait, clairement démontré par le tribunal populaire, de la responsabilité intentionnelle de ceux qui favorisent le jeu de l’État-Patron, et ceci à quelque échelon qu’il se situe dans la hiérarchie »26.

  • 27  Minutes du procès, BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/12.

13À la fin du procès, deux mineurs prennent la parole pour demander ce qui va suivre. La salle scande « continuons le combat », et finit en chantant l’Internationale27.

  • 28  BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/6.
  • 29  La Cause du mineur, n°2, supplément à La Cause du peuple, 6 février 1970, 16, BDIC, Fonds Bernard (...)
  • 30  J’accuse, 15 janvier 1971, 1.
  • 31  Le Journal du dimanche, 13 décembre 1970, « Rendre la justice ».
  • 32  Ibidem.

14De fait, la question posée par une telle action est celle de ses prolongements. Avant le procès, Sartre a cette formule ambiguë : Et si les assassins existent, nous entendons les nommer pour les désigner aux mineurs. Nos sentences seront, par-là exécutoires28. Cette formule fait penser à nombre de slogans maoïstes, publiés notamment dans La Cause du mineur, supplément à la Cause du peuple : « Assassins, vous n’êtes pas avares quand il s’agit de notre peau, faites gaffe à la vôtre ! »29. Mais, après le procès, Sartre donne un sens différent au propos, faisant de la publicité de la condamnation le critère même de son exécution30. Il se défend ainsi des accusations d’incitation au « lynchage » formulées par la presse à l’issue du procès31. Pour lui, le procès est le complément des séquestrations et n’est qu’une « étape » vers un réel tribunal révolutionnaire qui permettrait à la fois le jugement et la peine32. A contrario, l’exercice d’une telle justice pose problème si les conditions révolutionnaires de constitution d’un tel tribunal ne sont pas remplies.

2) Les impasses de la justice populaire

15C’est pour cette raison que deux moments souvent cités comme marquant le début du déclin de l’extrême gauche maoïste sont des mises à l’épreuve des conceptions de la justice populaire développée par les militants. Le premier est la mort de Pierre Overney, le 25 février 1972, devant l’usine de Renault-Billancourt, lors d’une distribution de tracts (Artières, 2008, 356). Le second est celui de l’affaire de Bruay-en-Artois, qui éclate au printemps 1972 (Collectif, 2009, 51). Ces affaires ont posé un problème politique aux militants, parce qu’elles ont représenté des moments d’interrogations irrésolues sur la manière dont ils avaient conçu l’idée d’une justice populaire comme justice révolutionnaire.

  • 33  La Cause du peuple, nouvelle série, 25 mars 1972, 21.
  • 34  Ibidem.

16La mort de Pierre Overney est suivie, le 8 mars, par l’enlèvement de Robert Nogrette, directeur adjoint du personnel chez Renault, par l’organisation maoïste appelée « Nouvelle Résistance Populaire » (NRP). Il est libéré 48 heures plus tard par les militants. Dans le numéro suivant de la Cause du peuple, un long texte explique qu’il « n’était pas question (…) d’exécuter »33 le prisonnier. Pour elle, « ce pas ne sera franchi que lorsque l’opinion populaire décidera que le moment est venu de répondre "coup pour coup", de répondre aux balles par les balles ». Elle explique aussi qu’elle s’est refusée « à improviser des sévices, des brimades »34. Le refus de cette violence place la construction théorique maoïste dans une situation délicate. En effet, le dénouement de l’affaire Nogrette rend visible le refus des maoïstes de construire par eux-mêmes les deux branches de la justice populaire, en raison de leur refus de se faire les exécutants d’une peine.

  • 35  La Cause du peuple, nouvelle série, 1er mai 1972, 23.
  • 36  La Cause du peuple, nouvelle série, 17 mai 1972, 24.
  • 37  Ibidem.

17L’affaire de Bruay-en-Artois permet cependant de donner un sens nouveau à l’idée de justice populaire. Après la découverte, le 6 avril 1972, du corps de Brigitte Dewèvre, une fille de mineur de seize ans, le juge d'instruction du parquet de Béthune, Henri Pascal, met en examen un couple de notables, le notaire Pierre Leroy et sa maîtresse Monique Béghin-Mayeur. Le 1er mai, La Cause du peuple annonce en une : « Bruay : et maintenant ils massacrent nos enfants »35. « Ils » désigne « les bourgeois », et tout l’article analyse le meurtre comme extension de la domination de classe. Pour le journal, Pierre Leroy a le monopole de la vente des biens des Houillères36. Dans la veine classique de la dénonciation des illégalismes commis par les classes dominantes, le journal note que « ce bourgeois honnête a payé une amende au fisc de 40 millions d’AF [anciens francs], il y a trois ans ». Il construit l’image du notaire en meurtrier autour de l’idée d’une continuité entre les formes de vie bourgeoises – la prédation du travail ouvrier et la consommation de ce travail, notamment par des plaisirs de table – et l’appropriation meurtrière de la jeune femme assassinée. C’est pourquoi, selon eux, les positions concernant l’affaire suivent le découpage de classe de la ville de Bruay entre les riches qui soutiennent Leroy et les ouvriers. L’enquête « populaire » tente de montrer l’incohérence et les dissimulations des déclarations du notaire, de sa maîtresse et de leur entourage37.

  • 38  Ibidem.
  • 39  Ibidem.
  • 40  La Cause du peuple, spécial « Bruay, la longue marche de la justice », 5 Août 1972.
  • 41  Ibidem.
  • 42  La Cause du peuple, nouvelle série, 14 septembre 1972, 27.

18Ce qui donne une dimension particulière à l’affaire est que le juge d’instruction adopte l’idée de la culpabilité du notaire. L’action d’un juge « rouge » (Robert, 1976) permet d’imaginer l’exercice d’une justice populaire complète. C’est dans ce cadre que La Cause du peuple publie des textes d’une grande violence : « Oui nous sommes des barbares » ; « Il faut le faire souffrir petit à petit ! Qu’ils nous le donnent, nous le découperons morceau par morceau au rasoir ! ». Ces textes font débat, d’abord au sein des proches de La Cause du peuple. Sartre juge qu’il aurait fallu montrer que la haine légitime du peuple s’adresse au notaire pour ses activités sociales, comme ennemi de classe caractérisé, et non à Leroy, assassin de la petite Brigitte, pour la raison qu’on n’a pas encore prouvé qu’il l’ait tuée38. La réponse du journal tient dans la distinction entre la conception intellectuelle de la justice populaire, et sa pratique réelle. Selon lui, la différence entre le contrôle de la justice par les intellectuels, et son contrôle par le peuple, c’est la « haine de classe »39. Cette mise au point ne lève cependant pas la critique fondamentale portée contre les actions menées à Bruay-en-Artois : l’exploitation d’un fait divers, sa transformation en fait politique par l’assimilation du bourgeois à l’assassin. De fait, le journal reprend des méthodes de journaux à sensations et relaie des informations policières très peu fiables, relatives à 7 crimes dont l’auteur n’a pas été identifié (Morrot, Mathieu, 1973). Le 18 juillet, Pierre Leroy est remis en liberté. Peu après, le juge est dessaisi de l’affaire. Une marche sur Béthune est organisée qui réunit, selon les maoïstes, 2 000 personnes40. À la fin du mois de juillet, des manifestations ont lieu à Paris, et les maos appellent à former partout des « Comités pour la vérité et la justice ». En août, le journal explique « pourquoi à Bruay on est convaincu de la culpabilité de Leroy »41. Mais la preuve ne viendra jamais. En septembre, Jean-Pierre Flahaut, membre du comité, est interrogé par la police42. Malgré les protestations de La Cause du peuple, la thèse de la culpabilité du notaire recule et, avec elle, l’idée d’inscrire des actions militantes dans l’exercice d’une sévérité pénale renversée.

III - De la justice populaire à la critique de la justice

19En effet, l’affaire de Bruay isole les maoïstes des autres acteurs des luttes en matière judicaire. Comme l’expliqueront en 1978, Danielle et Jacques Rancière, elle porte à un point de divorce visible les contradictions entre les aspirations portées par la révolte anti-autoritaire et les normes de la conscience prolétarienne à partir desquelles se proférait l’accusation populaire (Rancière, Rancière, 1978, 21).

1) Dévoiler les illégalismes des dominants

  • 43  Justice, juin 1972, 18.
  • 44  Justice, septembre 1972, 19.
  • 45  Justice,, janvier 1972, 16.
  • 46  Ibidem.
  • 47  Le Torchon brûle, juillet 1971, 2.

20La position du Syndicat de la Magistrature est symptomatique. Jeune organisation créée en 1968, le syndicat incarne l’émergence dans le champ judiciaire de modes d’expression liés à la contestation anti-autoritaire (Robert, 1978 ; Devillé, 1993). Il ne prend pas une position tranchée et souligne « la position inconfortable du juge d’instruction tiraillé entre les nécessités de la recherche de la vérité et la garantie des libertés individuelles »43. Il réagit avec beaucoup de prudence au dessaisissement du juge Pascal44. Dans sa réflexion sur les inégalités devant la justice, le Syndicat de la magistrature analyse l’impunité qui caractérise généralement la délinquance d’affaire. Sa réflexion suit de peu la crise de la « Garantie foncière », une escroquerie immobilière dans laquelle étaient impliqués des parlementaires, des banques profitant de la fraude pour s’enrichir, des journaux soupçonnés de vénalité (Blic (de), 2007, 243). Il considère que les délits et fraudes économiques forment une véritable criminalité parfois très consciente, qui se nourrit de l’impunité que procurent les gros moyens financiers45. Le Syndicat dénonce également les inégalités devant la justice concernant le droit pénal du travail, « aux incriminations nombreuses mais aux sanctions peu sévères »46. Il manifeste une volonté de poursuivre davantage les délits des classes dominantes, mais il ne fait pas l’éloge d’une justice renversée qui réserverait à ces délinquants toutes les rigueurs des peines. Il s’agit plutôt de rendre cette délinquance complexe accessible à l’investigation, pour mettre fin à l’honorabilité des puissants délinquants. Ces positions intéressent les jeunes mouvements féministes, qui saluent dans le Torchon brûle le congrès du Syndicat de la magistrature sur la justice et l’argent, et ignorent la « justice populaire »47.

  • 48  CAP, novembre 1975, 31.

21Par ailleurs, l’affaire de Bruay-en-Artois est mentionnée par le Comité d’action des prisonniers comme le point de rupture avec l’extrême gauche maoïste et un motif de la création du mouvement48. De manière un peu anecdotique, si on en croit son récit, le bourgeois Leroy aurait trouvé, en prison, plus de solidarité contre le juge qui incarcère que d’hostilité contre sa position sociale, manifestée, lors de sa libération, par une atmosphère de victoire dans toute la prison (Morrot, Mathieu, 1973, 57). Plus généralement, l’usage que font les maoïstes du placement en détention du notaire se retourne contre eux parce que cette incarcération est permise par un fonctionnement de la justice dénoncé par ailleurs par de nombreux mouvements nés après 1968 : le pouvoir discrétionnaire du juge d’instruction et la rupture de la présomption d’innocence par la détention provisoire. La contradiction entre le refus de la discipline, en particulier carcérale, et l’idée d’une justice qui applique la rationalité pénale à d’autres classes était demeurée latente dans la pratique de séquestrations et dans le procès de Lens, justement parce que, comme le disait Sartre, aucune de ces actions n’avait réuni les deux bouts de la justice populaire. Par la coïncidence entre l’action des maoïstes et celle d’un juge d’instruction, l’affaire de Bruay rend visible le fait que la justice populaire des maoïstes est l’application de la rationalité pénale à la bourgeoisie. Qui plus est, parce qu’ils ont refusé d’être eux-mêmes les exécutants de la sanction, au cours de l’enlèvement de Nogrette, les maoïstes politisent une affaire dans laquelle la définition des charges n’a rien de politique. L’ensemble ne tient que par l’idée qu’un tel meurtre ne peut qu’être le fait de la bourgeoisie, qui perd son sens à mesure que croissent les doutes sur la culpabilité du notaire.

2) Des luttes contre la justice

  • 49  La Cause du peuple, nouvelle série, 1er décembre 1972, 33.
  • 50  La Cause du peuple, nouvelle série, 21 juin 1972, 25.
  • 51  Ibidem.
  • 52  Ibidem.

22Le fossé entre maoïstes et militants du CAP se creuse quelques semaines plus tard, après l’exécution de Buffet et Bontems, suite à leur tentative d’évasion de Clairvaux achevée par l’exécution de deux otages (Badinter, 1973 ; Vigo, 1974). La Cause du peuple annonce en une « la guillotine, mais pour Touvier »49 et récuse « le piège à cons : pour ou contre la peine de mort ? ». Cette ligne est contestée. À la page suivante, le journal publie un article du CAP, qui ne brosse pas un portrait sympathique de Buffet et Bontems, mais déplore leur exécution. Claude Mauriac rapporte dans son journal les discussions autour de Touvier au moment du lancement de Libération, et cite une intervention de Serge Livrozet, l’un des animateurs du CAP : Touvier, même Touvier, n’est plus le même qu’à l’époque de ses crimes. Aucun d’entre nous n’est le même. Même Touvier, aujourd’hui, je me refuserais de le punir pour ce qu’il a fait, même d’horrible, il y a trente ans (Mauriac, 1976, 420). Le soutien, même sous conditions, des maoïstes à la peine de mort parachève leur séparation avec les militants qui luttent contre les instruments répressifs de l’État, contre la peine de mort et contre la prison. Ce moment de crise pour les maoïstes et leur idée de justice populaire est confirmé, en juin 1972, par un texte de Sartre qui veut ouvrir un « débat sur la Cause du peuple »50. Pour Sartre, jusqu’à maintenant, le journal ne parle pas des mouvements qui demeurent encore, d’une certaine manière, petit-bourgeois, jeunes, femmes, intellectuels, petits commerçants. Il juge inadmissible que le journal n’en dise rien51. Qui plus est, le journal ne « tient pas assez compte de l’Ennemi », c’est-à-dire qu’il ne parle pas assez de l’action de l’État qui, parfois, par la répression, l’emporte52. Autrement dit, même s’ils les placent sous une appellation peu flatteuse, Sartre reconnaît que les mouvements les plus vivaces sont ceux qui luttent contre la répression au lieu de vouloir s’en faire les ordonnateurs, fussent-ils révolutionnaires.

23En 1974, Philippe Gavi, Jean-Paul Sartre et Victor publient des entretiens réalisés entre novembre 1972 et mars 1974. En décembre 1972, Victor juge que les mouvements contestataires naissants, comme les mouvements féministes, sont petits bourgeois : La petite bourgeoisie n’a pas le même rapport à la collectivité que la classe ouvrière. Elle n’aime pas la discipline. Et encore moins la discipline collective. […] Vouloir contrôler dès maintenant la révolte anti-autoritaire, ce serait la neutraliser (Gavi, Sartre, Victor, 1974, 112). Il est peu probable que les maos, l’eussent-ils voulu, aient pu contrôler, fin 1972, la « révolte anti-autoritaire » et son refus de la discipline qui est précisément le trait commun qui met à distance des maoïstes les contestataires des ordres pénitentiaires, familiaux, hospitaliers, militaires. Après la fin de la Gauche prolétarienne en novembre 1973, estime Victor, il faut éviter d’être coincé entre l’Union de la gauche et la complète marginalité (Gavi, Sartre, Victor, 1974, 317). C’est cette position que les maos ne trouveront pas. L’assassinat, en 1977, de Tramoni, l’assassin de Pierre Overney, par les « Noyaux armés pour l'autonomie populaire » issus de la dissolution de la Gauche prolétarienne, est une réalisation concrète de « justice révolutionnaire » qui s’opère dans une « complète marginalité ».

  • 53  Justice, novembre 1975, 43. « Le soir des faits, la rame lourdement chargée, refuse d’avancer en r (...)
  • 54  Sur ce magistrat et sa conception de son action, voir Cam, 1978, 2.
  • 55  Justice, novembre 1975, 43.

24Cette marginalité est accentuée par la transformation rapide du contexte politique en matière pénale, liée à l’apparition du thème politique de l’insécurité comme objet de préoccupation et de législation du gouvernement. Ce changement déplace les termes du débat public et les priorités des acteurs militants. Par exemple, au sein du Syndicat de la magistrature, l’affaire Chapron illustre la transition la subversion de la justice par des pratiques hétérodoxes à la défense contre les transformations offensives impulsées par le gouvernement. Celle-ci débute lorsque, le 23 janvier 1975 dans la nuit, à l’usine « Huiles goudrons dérivés » de Vendin-le-Vieil, l’ouvrier Wuillaume, salarié d’une agence de travail temporaire, meurt écrasé entre deux wagons de chemin de fer sur une voie de chargement53. Ce drame est le début d’une action menée par le juge Patrice de Charrette pour tordre le cours ordinaire de la justice en matière de droit du travail54. Le premier moment de l’affaire est la mise en évidence, par « l’enquête préliminaire et surtout l’enquête de l’inspecteur du travail [...] de graves négligences »55. Une information judiciaire est ouverte fin avril 1975. Le second moment de l’affaire se déroule à l’automne. Le 30 septembre 1975, Patrice de Charrette, accompagné d’un substitut, se rend sur les lieux. Il constate qu’ils ont été modifiés après l’accident et décide le placement en détention provisoire de Chapron. Cette décision déclenche une réaction très rapide de la haute hiérarchie judiciaire. Immédiatement saisie, la cour d’appel de Douai censure la première décision. La hiérarchie du tribunal demande ensuite des comptes au juge d’instruction et au substitut du procureur qui l’accompagnaient sur les lieux.

  • 56  Ibidem.
  • 57  Ibidem.

25L’action du juge de Charrette pose question au Syndicat de la magistrature, de la même façon que toutes les actions qui, pour faire valoir des droits, utilisent la force répressive de la justice. Le Syndicat détaille l’ensemble des obstacles qui placent ordinairement ces accidents à l’écart d’un traitement pénal : « un nombre très restreint de ceux-ci parviennent à la connaissance des tribunaux », « une partie importante ne donne pas lieu à des poursuites pénales » et « les quelques affaires qui parviennent au stade du jugement après de longues instructions très techniques aboutissent à une répression insuffisante et souvent dérisoire (peines d’amendes) »56. Le Syndicat constate que cette affaire illustre aussi « le recours de plus en plus fréquent des grandes entreprises au travail intérimaire » qui permet d’obtenir une « main-d’œuvre moins protégée ». Pour toutes ces raisons, le Syndicat de la magistrature juge que les chefs d’entreprise estiment devoir bénéficier d’un traitement judiciaire « hors du droit commun »57. L’affaire Chapron est en ce sens un autre exemple de tentative pour détourner la rationalité pénale de ses clientèles ordinaires, et d’usage de la répression à des fins subversives : non pas pour elles-mêmes, mais comme exemples en vue d’une transformation sociale.

  • 58  Justice, décembre 1975, 44.
  • 59  Ibidem.
  • 60  Justice, avril 1977, 53.
  • 61  Justice, mars 1979, 69.
  • 62  Justice, décembre 1975, 44.

26Mais le questionnement induit par cet usage de l’outil carcéral s’éteint rapidement. Contrairement à ce qui s’est passé dans l’affaire de Bruay-en-Artois, la détention provisoire ne dure pas, la hiérarchie judiciaire assurant elle-même un rapide retour à l’ordre. Les suites données par le syndicat aux discussions sur l’affaire sont modestes. Dans son rapport d’activité, il souligne que le ministère n’a pas pris de sanction contre Patrice de Charrette58. Fin 1975, Justice estime que « cette affaire est bien banale »59. En avril 1977, le syndicat critique le jugement rendu par le tribunal de Béthune, qui condamne à des amendes le chef d’entreprise et le chef de la société de travail d’intérim, mais écarte l’idée d’homicide involontaire60. En 1979, Justice annonce discrètement l’épilogue de l’affaire Chapron, devant la Cour de Cassation : le jugement est cassé, mais la relaxe pour homicide involontaire définitivement acquise61. Surtout, dès la fin de l’année 1975, le suivi de cette affaire occupe moins le syndicat que la réflexion sur « l’idée force [...] que le développement d’une campagne sur la notion de sécurité est corrélatif à celui de la crise économique »62. D’autant plus que ce sont les juges militants qui sont accusés d’être partiellement responsables de la situation en matière de sécurité, par leur refus d’appliquer la loi.

3) Un champ de contestation éclaté

27En 1972, à la fin de leur discussion sur la justice, Foucault et Victor tentent des opérations inverses. Victor veut synthétiser un certain nombre de thèses générales définissant la justice populaire, sur lesquelles, malgré les désaccords exprimés au cours de la discussion, ils seraient tous deux d’accord. Mais Foucault refuse les thèses proposées par Victor et dresse une cartographie des points de lutte judiciaire :

  • 63  Foucault, 1972, reproduit in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, tome 2, 366-367.

À l’égard de la justice, la lutte peut prendre plusieurs formes. Premièrement, on peut la prendre à son propre jeu. On peut, par exemple, porter plainte contre la police. Ce n’est évidemment pas un acte de justice populaire, c’est la justice bourgeoise piégée. Deuxièmement, on peut mener des guérillas contre le pouvoir de justice et l’empêcher de s’exercer. Par exemple, échapper à la police, bafouer un tribunal, aller demander des comptes à un juge. Tout ça c’est la guérilla anti-judiciaire, mais ce n’est pas encore la contre-justice. La contre-justice, ce serait de pouvoir exercer, à l’égard d’un justiciable, qui, d’ordinaire, échappe à la justice, un acte de type judiciaire, c’est-à-dire s’emparer de sa personne, le traduire devant un tribunal, susciter un juge qui le juge en se référant à certaines formes d’équité et le condamne réellement à une peine que l’autre serait obligé d’accomplir. Ainsi on prendrait exactement la place de la justice. Dans un tribunal comme celui de Lens, on n’exerce pas un pouvoir de contre-justice, mais tout d’abord un pouvoir d’information  : on a arraché à la classe bourgeoise, à la direction des Houillières, aux ingénieurs des informations qu’ils refusaient aux masses. [...] On a donc exercé là deux pouvoirs importants, celui de savoir la vérité et celui de la diffuser. C’est très important, mais ce n’est pas un pouvoir de juger63.

28Cette énumération rend compte de la diversité des possibilités de front de lutte que la diversification des mouvements sociaux a rendu possibles. Foucault n’analyse pas la pratique du contre-tribunal, dans laquelle les maos voient une justice populaire élaborée, comme une contre-justice mais, dans la lignée du travail du GIP, comme une contre-information sur la justice. Il dit à Victor qu’il juge qu’une contre-justice réelle, qui rendrait des sanctions réelles et exécutoires à la place du juge, tout en restant populaire, c’est-à-dire en renonçant à la forme du tribunal, n’existe pas. C’est par contraste avec ces tentatives, qu’il juge vaines, qu’il mentionne d’autres usages : imposer une autre information sur le fonctionnement réel des appareils judiciaire et pénitentiaire, forcer la justice à appliquer la loi lorsque c’est l’État qui la bafoue, refuser de jouer le jeu de la justice en pratiquant collectivement des illégalismes. Ces formes de militantisme se sont diffusées et ont constitué des champs distincts, dans les luttes carcérales, pour la légalisation de l’avortement (Picq, 1993 ; Rémy, 1990 ; Riot-Sarcey, 2002 ; Achin, Naudier, 2008), contre les crimes racistes (Zancarini-Fournel, 2002 ; Hajjat, 2008), contre la pénalisation de l’homosexualité avec les mineurs (Girard, 1981 ; Sibalis, 2005 ; Jackson, 2006).

29Ce que nous voudrions ici rapidement esquisser est l’idée que la manière dont est actuellement posée la question de la répression des illégalismes des classes dominantes a hérité des différentes lignes politiques constituées sur cette question dans les années 1970. La forme la plus fréquente de mise en cause des illégalismes dominants est l’affaire politico-financière. Elle connaît des moments de présence plus ou moins forte sur la scène publique. Alors que, entre 1945 et la fin des années 1970, une étude ne recensait « aucun cas d’interruption de carrière politique à la suite d’accusation d’atteintes à la probité », de nombreuses affaires ont éclaté dans les années 1980 (Lascoumes, 2006, 386). La séquence des « affaires » des années 1980 et 1990 a pris fin. Mais, alors que de fait, les firmes transnationales sont les véritables entrepreneurs normatifs avec leurs capacités à produire des règles hégémoniques, secteurs économiques par secteurs, et à imposer aux États leur vérité comptable, leur vérité fiscale, leur vérité sur la “saine” concurrence et le salariat, leur vérité sur la responsabilité sociale (Lascoumes, 2006, 386), dans le contexte de crise financière, économique et sociale, de nouvelles affaires émergent qui mettent en cause de grandes fortunes et de hauts responsables politiques.

  • 64  Transparency International, Bilan du quinquennat en matière de transparence, d’intégrité et de lut (...)

30À côté et au cours de ces affaires ponctuelles interviennent des acteurs militants structurés pour demander, de façon constante, une lutte plus intense contre les illégalismes financiers. C’est le cas des associations comme Sherpa, Transparency International ou Anticor. Ces organisations peuvent être actives dans le cours de telle ou telle affaire, comme, par exemple, Anticor au moment du procès de Jacques Chirac. Mais elles déplacent l’accent du face à face entre un juge pugnace et un ou des membres des élites, caractéristique des affaires, pour demander une série de règles nouvelles de prévention et de répression des illégalismes financiers. En ce sens, elles peuvent rencontrer des questionnements sur l’intensification de la répression. Par exemple, au crédit du bilan de la législature 2007-2012, Transparency International note que « la loi du 13 novembre 2007 relative à la lutte contre la corruption, a renforcé les moyens procéduraux mis à la disposition des juges anti-corruption. Ceux-ci se sont vus, en effet, octroyer la possibilité de recourir à des techniques spéciales d'enquête jusque-là réservées à la grande criminalité (surveillance des biens et des personnes, sonorisation et captation d’images, infiltration, interception de correspondances, saisie conservatoire des avoirs des personnes mises en examen) »64. Ces « techniques spéciales d’enquête » ont, lorsqu’elles ont été créées pour poursuivre la « grande criminalité », été contestées par les acteurs de la gauche judiciaire, comme le Syndicat de la magistrature.

  • 65  Ibidem.

31Il y a bien là un point de contact entre la logique de redirection de l’arsenal pénal vers de nouvelles cibles et la lutte contre l’extension de cet arsenal. Mais un tel point de conflit ne fait pas l’objet d’une discussion publique, sauf lorsque des responsables politiques et économiques sont incarcérés. Dans ce cas, ils deviennent souvent eux-mêmes les porte-parole de la critique de la prison. Par exemple, d’anciens responsables d’entreprise passés par la prison dans la période des affaires politico-financières des années 1990 se sont organisés en un petit groupe militant (Groupe Mialet) qui porte le nom d’un cadre qui s’est suicidé en détention. Ils militent pour de meilleures conditions d’incarcération et une réduction de l’usage de la prison. Une figure caractéristique de ces parcours politiques est celle de Pierre Botton, qui, hier condamné pour des affaires financières, est aujourd’hui actif pour mener des expérimentations sur de nouvelles formes d’exécution des sanctions pénales. Mais le plus souvent ce qui est en jeu est d’abord la définition de règles qui préviennent les délits et ensuite la possibilité donnée à la justice d’enquêter en cas de soupçon. En d’autres termes, pour reprendre ceux du rapport de Transparency International publié en février 2012, ce qui forme la revendication la plus importante n’est pas le recours à la répression mais le fait de donner « les moyens de la justice pour lutter contre la corruption »65. La suite pénale possible, et en particulier, l’incarcération, demeure assez rare pour ne pas former un point de conflit.

  • 66  Bernard-Henry Lévy, La barbarie à visage humain, Paris, Grasset, 1977. Cité par (Traverso, 2001, 7 (...)
  • 67  Bernard-Henry Lévy, « Il est revenu, quoi ? Le temps des séquestrations », Le Point, 16 avril 2009

32En revanche, les actions qui, dans le contexte de crise économique, réempruntent le répertoire des actions directes contre les dirigeants, et, en particulier, des séquestrations, rencontrent chez les commentateurs le discrédit dans lequel sont tombées les tentatives de justice populaire des maoïstes. Après 1975, au moment où le débat intellectuel se concentre sur la critique du totalitarisme, la justice populaire devient une figure repoussoir des intellectuels qui réclament d’abord le respect du droit. Dans La Barbarie à visage humain, livre symbole du succès médiatique des « nouveaux philosophes », Bernard-Henry Lévy juge que la liberté est menacée quand un magistrat croit juste et bon de réclamer la levée du secret d’une instruction et estime que le juge Pascal est une figure totalitaire de la justice dite populaire66. Le même Bernard-Henry Lévy mobilise de nouveau cette image, trente ans plus tard, pour expliquer ce qu’il pense des séquestrations opérées, par exemple par les ouvriers de Continental, qui rappellent les actions des maoïstes et risquent, explique-t-il, de mener vers la négation de l’État de droit et vers le pire67. Quelques mois plus tard, le philosophe reprend exactement la même image pour critiquer la manière dont la justice traite Dominique Strauss-Kahn :

  • 68  Bernard-Henry Lévy, « Affaire Strauss-Kahn, question de principe », Le Point, 26 mai 2011.

Je maintiens que ceux qui s'étonnent que l'on ne prenne pas, par principe, le parti de la "femme pauvre et immigrée" contre l'"homme blanc, riche et arrogant" censé l'avoir violée, sont en train de réinventer une justice de classe à l'envers - non plus, comme autrefois : "salauds de pauvres, les riches ont toujours raison", mais : "salauds de riches, c'est la parole des pauvres qui est sacrée". Ce préjugé-ci est aussi révoltant, ni plus ni moins, que le précédent ; ce renversement rappelle, en France au moins, la tristement célèbre affaire de Bruay-en-Artois où l'on vit, au début des années 70, près de Béthune, un notaire décrété coupable, parce que bourgeois, d'un crime dont on s'avisa ensuite, une fois le vent d'hystérie tombé et son existence ruinée, qu'il ne l'avait, en réalité, pas commis68.

33Une telle analyse s’inscrit bien dans ce que Pierre Tévanian et Sylvie Tissot ont décrit comme un trait de l’expression médiatique des classes dirigeantes : euphémisationde la violence des dominants (État, patronat, pression sociale masculiniste, hétérosexiste et blanco-centriste), et hyperbolisation de la violence des dominé(e)s (Tévanian, Tissot, 2010). Dans le champ de la critique sociale, selon l’analyse de Luc Boltanski, vouloir la reprise d’une sociologie des classes sociales (Boltanski, 2009, 223), c’est retrouver la question des illégalismes spécifiques de classes dominantes. En effet, explique-t-il, ce que partagent implicitement les membres d’une classe dominante, sous la forme d’un savoir commun qu’ils ne peuvent pas avouer aux autres - qu’ils peuvent à peine s’avouer à eux-mêmes - est que, d’un côté, il est indispensable qu’il y ait des règles, c’est-à-dire du droit, des procédures, des normes, des standards, des règlements, etc., et, de l’autre, que l’on ne peut rien faire de vraiment profitable [...], que l’on ne peut pas simplement agir, dans un monde incertain, si on suit ces règles (Boltanski, 2009, 217).

34Les conséquences politiques de ce type d’analyse pose cependant une difficulté doctrinale : faut-il revendiquer la sévérité pénale contre les dominants ? Les réponses apportées par la gauche modérée peuvent sembler lourdement grevées par la mise en cause passée dans des affaires de responsables des deux bords politiques, et l’appartenance de ses dirigeants aux élites et aux élus qui ont longtemps opposé à la justice un « front commun » (Robert, 2007, 40). Il n’en demeure pas moins que l’idée d’une sévérité pénale renversée heurte de front la critique des institutions disciplinaires. Comme l’expliquait la revue Actes dès 1984, la question demeure ouverte de savoir comment concevoir des sanctions significatives pour les illégalismes des dominants, au croisement entre le refus de la prison et le refus de l’impunité (Collectif, 1984).

Haut de page

Bibliographie

Achin C., Naudier D., 2008, Les féminismes en pratique, in Damamme D., Gobille B., Matonti F., Pudal M. (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’atelier, 383-399.

Artières P., 2000, L’ombre des prisonniers sur le toit, les héritages du GIP, in Eribon D. (dir.), L’Infréquentable Michel Foucault, Paris, EPEL, 101-111.

Artières P., 2001, La prison en procès. Les mutins de Nancy (1972), Vingtième siècle, Revue d’histoire, 70, 57-70.

Artières P., 2004, Les mutins, la psychiatre et l’aumônier, Archéologie d’un silence foucaldien (Toul, décembre 1971), Le Portique, 13-14, 117-126.

Artières P., 2008, Les cent visages du gauchisme, in Artières P., Zancarini-Fournel M. (dir.), 68, une histoire collective 1962-1981, Paris, La Découverte, 350-356.

Artières P., Quéro L., Zancarini-Fournel M., 2003, Groupe d’information sur les prisons, archives d’une lutte, 1970-1972, Paris, Éditions de l’IMEC.

Aubusson de Cavarlay B., 1985, Hommes, peines et infractions, la légalité de l’inégalité, L’Année sociologique, 35, 3, 275-309.

Badinter B., 1973, L’exécution, Paris, Fayard.

Blic D. (de), 2007, Cent ans de scandales financiers en France, investissement et désinvestissement d’une forme politique, in Boltanski L., Claverie E., Offenstadt N., Van Damme S. (dir.), Affaires, scandales et grandes causes, de Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 231-247.

Boltanski L., 2009, De la critique, précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Boullant F., 2003, Michel Foucault et les prisons, Paris, PUF.

Brodiez A., 2006, Le secours populaire français, 1946-2000, du communisme à l’humanitaire, Paris, Presses de Sciences Po.

Cam P., Juges rouges et droit du travail, Actes de la recherche en sciences sociales, 1978, 19, 1, 2-27.

Collectif, 1984, Actes, cahiers d’action juridique trimestriels, 45-46.

Collectif Maurice Florence, 2009, Archives de l’infamie, Paris, Les Prairies ordinaires.

Debuyst C., Digneffe F., Pires A. P., 1998, Histoire des savoirs sur le crime et la peine, tome 2 : La rationalité pénale et la naissance de la criminologie, Bruxelles, De Boeck Université.

Devillé A., 1993, Le Syndicat de la magistrature en France, 1968-1988. Interprétation de la construction d'une action collective, Revue interdisciplinaire d'études juridiques, 31, 55-68.

Elbaz S., Israël L., 2005, L'invention du droit comme arme politique dans le communisme français. L'association juridique internationale (1929-1939), Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 85, 1, 31-43.

Foucault, M., 1972, Sur la justice populaire. Débat avec les maos, Les Temps modernes : Nouveau Fascisme, nouvelle démocratie, 310 bis, 355-366.

Gavi P., Sartre J.-P., Victor, 1974, On a raison de se révolter, Paris, Gallimard.

Girard J., 1981, Le mouvement homosexuel en France, 1945-1980, Paris, Syros.

Guillot R., 2010, Le meurtre de Bruay-en-Artois : de l’affaire judiciaire à la Cause du peuple (1972-1974), thèse de doctorat en sciences politiques, soutenue le 29 novembre 2010 à l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.

Hajjat A., 2008, Alliances inattendues à la Goutte d’Or, in Artières P., Zancarini-Fournel M. (dir.), 68, une histoire collective 1962-1981, Paris, La Découverte, 350-356.

Israël L., 2009, L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences-Po.

Jackson J., 2006, Le mouvement Arcadie, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4, 53, 150-174.

Jackson J., 2009, Arcadie, la vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisation, Paris, Autrement.

Lascoumes P., 1986a, Des erreurs, pas des fautes, la gestion discrète du droit des affaires, Paris, CESDIP, Déviance et contrôle social, 42.

Lascoumes P., 1986b, Les affaires ou l’art de l’ombre, Paris, Le Centurion.

Lascoumes P., 2006, Juges, médias, élites, in Lévy R., Mucchielli L., Zauberman R. (dir.), Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements, Mélanges pour et avec Philippe Robert, Paris, L’Harmattan, 381-398.

Marx K., Engels F., 1973 [1848] Manifeste du Parti communiste, Paris, Librairie générale française.

Mauriac C., 1976, Le temps immobile, tome 3 : Et comme l’espérance est violente, Paris, Grasset.

Memmi D., 2008, Mai 68 ou la crise de la domination rapprochée, in Damamme D., Gobille B., Matonti F., Pudal B. (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’atelier, 35-46.

Morrot B., Mathieu A., 1973, L’autre crime de Bruay, maître Leroy et Monique Mayeur parlent, Paris, Julliard.

Petit J-G., 1998, Ces peines obscures, la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard.

Picq F., 1993, Libération des femmes, les années-mouvement, Paris, Seuil.

Quéro L., 2008, Les prisonniers enfin : de l’indifférence à l’effet de souffle, in Artières P., Zancarini-Fournel M. (dir.), 68, une histoire collective 1962-1981, Paris, La Découverte, 566-573.

Rancière D., Rancière J., 1978, La légende des philosophes (les intellectuels et la traversée du gauchisme), Les lauriers de mai ou les chemins du pouvoir (1968-1978), Révoltes logiques, numéro spécial, 7-25.

Rémy M., 1990, Histoire des mouvements de femmes, de l’utopie à l’intégration, Paris, L’Harmattan.

Riot-Sarcey M., 2002, Histoire du féminisme,Paris, La Découverte.

Robert M., 1976, On les appelle les juges rouges, Paris, Tema.

Robert M. 1978, Le fait syndical dans la magistrature française, Déviance et société, 2, 4, 389-399.

Robert P., 1977, Les statistiques criminelles et la recherche, Déviance et société, 1977, 1, 1, 3-28.

Robert P., 2007, Des blousons noirs au sentiment d’insécurité : un demi-siècle de mutations, in Lévy R., Mucchielli L., Zauberman R. (dir.). Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements. Mélanges pour et avec Philippe Robert, Paris, L’Harmattan, 17-41.

Salle G., 2004, Mettre la prison à l’épreuve. Le GIP en guerre contre l’ « Intolérable », Cultures et Conflits, 55, 71-96.

Salles J.-P., 2005, La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981), instrument du grand soir ou lieu d’apprentissage ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Sibalis M., 2005, Gay Liberation Comes to France: The Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), French History and Civilization, 1, 267-278.

Sommier I., 2008, Les gauchismes, in Damamme D., Gobille B., Matonti F., Pudal B. (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’atelier, 295-305.

Tartakowsky D., Margairaz M., 2006, L’avenir nous appartient, une histoire du Front populaire, Paris, Larousse.

Tévanian P., Tissot S., 2010, Les mots sont importants, Paris, Libertalia.

Traverso E., 2001, Le totalitarisme, le XXe siècle en débat, Paris, Seuil.

Vigna X., 2007, L’insubordination ouvrière dans les usines, essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Vigo R., 1974, La tragédie de Clairvaux, Paris, Flammarion.

Vimont J.-C., 1993, La prison politique en France : genèse d’un mode d’incarcération spécifique - XVIIIe-XXe siècles, Paris, Anthropos-Economica.

Willemez L., 2003, Quand les syndicats se saisissent du droit, Sociétés contemporaines, 52, 4, 17-38.

Zancarini-Fournel M., 2002, La question immigrée après-68, Plein Droit, 53-54, 3-7.

Haut de page

Notes

1  « Sur la justice populaire. Débat avec les maos », Les Temps modernes n°310 bis : Nouveau Fascisme, nouvelle démocratie, juin 1972, 355-366.

2  Le grand nombre de petits groupes et leur caractère éphémère interdit de prétendre cerner de façon exhaustive la parole des mouvements politiques d’extrême-gauche après 1968, ainsi que d’en estimer précisément les troupes (Vigna, 2007, 287 ; Artières, 2008, 353).

3  Par exemple, Lutte ouvrière, 26 juin 1968, 1.

4  Marx, Engels, 1973 [1848], 34.

5  Rouge, 22 janvier 1969, 10.

6  Lutte ouvrière, 26 mars 1969, 36.

7  Tout !, 1er février 1971, 8.

8  Rouge, 3 novembre 1969, 37.

9  La Cause du peuple, 16-17 juin 1968, 17 ; La Cause du peuple, 25-26 mai 1968, 3.

10  Lutte ouvrière, 6-12 janvier 1970, 71.

11  La Cause du peuple, 31 octobre 1969, 13. De même Lutte ouvrière, 6 novembre 1968, 16 ; Lutte ouvrière, 2 juillet 1969, 50 ; La Cause du peuple, 6 février 1970, 16.

12  Lutte ouvrière, 2 juillet 1969, 50.

13  Tout !, 8 septembre 1970, 2.

14  Rouge, 16 février 1970, 52. De même, Tout !, 10 janvier 1971, 6/7.

15  Lutte ouvrière, 15 janvier 1969, 26.

16  La Cause du peuple, 16 janvier 1970, 15.

17  La Cause du peuple, 6 février 1970, 16 ; La Cause du peuple, 31 octobre 1969, 13.

18  Rouge, 28 mai 1969, 21.

19  La Cause du peuple, 31 octobre 1969, 13.

20  Rouge, 16 février 1970, 52.

21  La Cause du peuple, 18-19 juin 1968, 18.

22  « Des grandes écoles aux prisons, pourquoi des ingénieurs changent de camp », BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/1.

23  BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/6.

24  Ibidem.

25  Ibidem.

26  BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/6.

27  Minutes du procès, BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/12.

28  BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/6.

29  La Cause du mineur, n°2, supplément à La Cause du peuple, 6 février 1970, 16, BDIC, Fonds Bernard Leroy, microfiche 204/12.

30  J’accuse, 15 janvier 1971, 1.

31  Le Journal du dimanche, 13 décembre 1970, « Rendre la justice ».

32  Ibidem.

33  La Cause du peuple, nouvelle série, 25 mars 1972, 21.

34  Ibidem.

35  La Cause du peuple, nouvelle série, 1er mai 1972, 23.

36  La Cause du peuple, nouvelle série, 17 mai 1972, 24.

37  Ibidem.

38  Ibidem.

39  Ibidem.

40  La Cause du peuple, spécial « Bruay, la longue marche de la justice », 5 Août 1972.

41  Ibidem.

42  La Cause du peuple, nouvelle série, 14 septembre 1972, 27.

43  Justice, juin 1972, 18.

44  Justice, septembre 1972, 19.

45  Justice,, janvier 1972, 16.

46  Ibidem.

47  Le Torchon brûle, juillet 1971, 2.

48  CAP, novembre 1975, 31.

49  La Cause du peuple, nouvelle série, 1er décembre 1972, 33.

50  La Cause du peuple, nouvelle série, 21 juin 1972, 25.

51  Ibidem.

52  Ibidem.

53  Justice, novembre 1975, 43. « Le soir des faits, la rame lourdement chargée, refuse d’avancer en raison des freins. Wuillaume, qui travaille à ce poste depuis quelques heures, détache les wagons de queue pour alléger le convoi. La rame avance d’un mètre cinquante, les wagons de queue en raison de la pente reviennent vers l’avant et écrasent l’ouvrier entre les tampons de deux wagons ».

54  Sur ce magistrat et sa conception de son action, voir Cam, 1978, 2.

55  Justice, novembre 1975, 43.

56  Ibidem.

57  Ibidem.

58  Justice, décembre 1975, 44.

59  Ibidem.

60  Justice, avril 1977, 53.

61  Justice, mars 1979, 69.

62  Justice, décembre 1975, 44.

63  Foucault, 1972, reproduit in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, tome 2, 366-367.

64  Transparency International, Bilan du quinquennat en matière de transparence, d’intégrité et de lutte contre la corruption, février 2012.

65  Ibidem.

66  Bernard-Henry Lévy, La barbarie à visage humain, Paris, Grasset, 1977. Cité par (Traverso, 2001, 709).

67  Bernard-Henry Lévy, « Il est revenu, quoi ? Le temps des séquestrations », Le Point, 16 avril 2009.

68  Bernard-Henry Lévy, « Affaire Strauss-Kahn, question de principe », Le Point, 26 mai 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bérard, « Tordre ou briser le bâton de la justice ? », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. X | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8418 ; DOI : 10.4000/champpenal.8418

Haut de page

Auteur

Jean Bérard

Agrégé et docteur en histoire, chercheur associé au Centre de recherches historiques de l’Université Paris 8 (EA 1571).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org