Navigation – Plan du site
Dossier

L’articulation morale de la petite corruption à la grande dans les discours populaires grecs

The moral articulation of petty and serious corruption in popular Greek discourses
Ivan Thomi

Résumés

En Grèce, comme dans d’autres pays où la corruption est dite endémique, différents facteurs culturels et historiques peuvent expliquer la relative indulgence dont bénéficient en pratique certains échanges « corruptionnels ». Les personnes interrogées lors d’une enquête ethnographique en 2006 ont souvent atténué leur part de responsabilité morale dans la petite corruption en présentant leur participation comme contrainte par les circonstances ou comme justifiée par certaines valeurs morales prioritaires, et en la contrastant par rapport à des transgressions bien plus graves, relevant de la grande corruption et de valeurs bien plus discutables. Pour distinguer leurs propres transgressions, pardonnables, de celles des autres, impardonnables, les informateurs usent de critères qui dessinent indirectement les contours d’une image populaire de la grande corruption, et qui postulent parfois une grande différence de nature entre les motivations respectives des acteurs de la grande et de la petite corruption. Cependant, le rejet mutuel des responsabilités entre certains acteurs et le caractère relatif de certains critères peuvent faire douter d’une différence qualitative de motivations. Ces discours nous disent beaucoup sur les représentations collectives de la corruption, mais une ethnographie des transgressions de haut niveau reste nécessaire pour rendre compte de leurs véritables moteurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : anthropologie et corruption(s)

  • 1  Notamment Hertz (2000) ; Scott (1972) pour l’Asie ; Grødeland, Koshechkina et Miller (1998) pour l (...)
  • 2  Le plus souvent, le sens commun dévalorise les valeurs et pratiques exotiques lues dans le context (...)

1Les raisons de la relative carence en documents ethnologiques sur la grande corruption en Europe occidentale sont multiples. En premier lieu, les différentes approches de cette problématique tendent à suivre les contours d’un grand partage entre d’un côté des régions suffisamment exotiques pour faciliter la distanciation morale nécessaire à la démarche descriptive des ethnologues, et de l’autre les contextes plus familiers dans lesquels la corruption n’est appréhendée que de façon normative, notamment sous l’angle juridique. Les écrits ethnographiques sur la corruption en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, ainsi que dans l’Europe de l’Est en reconstruction après la chute de l’URSS, ne manquent pas1. Ils prennent soin de rendre compte, avec l’empathie nécessaire, des logiques culturelles et des obligations pragmatiques dans lesquelles sont pris les acteurs de la corruption, et qui la légitiment selon leur perspective. Or, le relativisme nécessaire au compte rendu des subjectivités autochtones devient plus difficile à mettre en œuvre lorsqu’il est question de la société du chercheur lui-même, et des problématiques sur lesquelles il se positionne déjà en tant que citoyen actif, électeur, et commentateur profane directement impliqué par le quotidien. L’ethnographe fait souvent montre d’une tolérance détachée dans les sociétés qu’il étudie et d’un engagement plus critique dans son propre pays2. Comprendre le vécu subjectif des « corrupteurs » et « corrompus » lointains, avec les doutes que cela entraîne sur la validité de ces catégories lorsqu’elles ne sont pas adoptées par les personnes concernées, s’avère moralement plus compliqué – voire plus scandaleux – dans un environnement proche dont les cartographies morales sont déjà profondément incorporées par le chercheur et son lecteur et ne sont pas remises en question par la tabula rasa de l’altérité.

2En second lieu, divers facteurs pratiques et psychologiques rendent malaisée l’ethnographie des milieux socio-économiques plus élevés que celui du chercheur (Bowman, 2009). Malgré les encouragements à enquêter « vers le haut » (Nader, 1969), l’ethnographie des régions du pouvoir reste un domaine relativement marginal. L’enquêteur est facilement découragé par la difficulté de l’accès au quotidien des enquêtés, par les intermédiaires derrière lesquels ceux-là ont le privilège de se préserver, et par la méfiance qu’induit une opposition idéologique présumée par défaut, les chercheurs en sciences humaines se voulant traditionnellement – et assez notoirement – plus solidaires des groupes dominés que des groupes dominants. Lorsque la corruption est étudiée, il s’agit donc plus généralement de la « petite corruption », pratiquée au sein des classes sociales plus accessibles aux chercheurs universitaires et globalement moins susceptibles de rejeter leur autorité inquisitrice. Or, en Europe de l’Ouest, la corruption est avant tout une pratique du pouvoir, qui exclut les classes moyennes de ses opportunités. Cette tendance naturelle à enquêter « vers le bas » ou « latéralement » se traduit donc par un maintien de la corruption comme une thématique anthropologique extra-européenne, car confinée aux pays où sa pratique est plus « démocratisée » donc plus aisément observable.

3Enfin, dans les sociétés où la corruption est dite endémique, ses mécanismes socioculturels sont de portée plus large que dans les sociétés où cette pratique est réservée à une sous-culture spécifique. Ils peuvent illustrer des inadéquations structurelles entre les institutions officielles et les valeurs populaires, à une échelle qui en fait un problème général dont la clarification anthropologique est un enjeu plus important que la compréhension d’un sous-groupe donné et de ses transgressions plus minoritaires. Cette question de représentativité et de potentiel de généralisation joue un rôle dans le choix des types de corruption que l’anthropologie va considérer prioritairement.

  • 3  Dans ce texte, « corruptionnel » est préféré à « corrupteur » pour évoquer un contexte ou un proce (...)

4Si les ethnologues s’intéressent donc avant tout à la « petite corruption » dans des pays exotiques, leurs études peuvent toutefois présenter un certain intérêt indirect pour la compréhension la « grande corruption » en Europe. Cet intérêt est certes limité par le contexte culturel spécifique aux situations de corruption endémique, puisque c’est cette spécificité culturelle elle-même qui, dans son opposition avec les logiques rationnelles-légales importées par les colons européens, semble hybrider les institutions bureaucratiques en systèmes « corruptionnels »3. Mais la compréhension des principes et enjeux moraux qui y permettent ou encouragent les transgressions corruptionnelles peut ouvrir certaines pistes sur les mécanismes légitimant la « grande corruption » chez les élites européennes, dans le même sens où l’étude des systèmes d’échanges trobriandais permet de mieux comprendre les mécanismes du don et du contre-don dans nos propres sociétés (Mauss, 1950 ; Godbout, 2000). D’autre part, l’opposition entre la « petite » et la « grande » corruption n’interdit pas d’éclairer l’une par l’autre : si l’on part du principe (peut-être contestable) qu’elles relèvent bel et bien de deux logiques différentes, nous pouvons circonscrire une première approximation de l’une par les éléments sur lesquels l’autre s’en désolidarise.

5Rappelons que, dans la typologie de Heidenheimer (2001), les corruptions « petites », « routinières » et « aggravées » se distinguent par l’importance croissante de leurs enjeux. En parallèle, les corruptions « blanches », « grises » et « noires » distinguent les pratiques selon les jugements collectifs qui s’y rapportent dans une société donnée - de l’indulgence à la stigmatisation morale, en passant par les pratiques ambivalentes sur lesquelles différents milieux socioculturels peuvent émettre des jugements contradictoires. En règle générale, la « petite » corruption (une contravention qui saute) est considérée comme « blanche » et la corruption « aggravée » (un détournement de fonds) comme « noire », bien que les correspondances intermédiaires fluctuent selon les différents types de sociétés. Or, les attributions de valeurs morales à telles ou telles pratiques s’avèrent argumentées. La « petite corruption » est généralement tolérée sur la base des mêmes logiques discursives qui relèguent la corruption « aggravée » au domaine de l’intolérable. Les argumentaires qui légitiment la « petite corruption » et en définissent les frontières dessinent en creux les pratiques qui en sont exclues, et les attitudes morales qui sont attribuées à la corruption « aggravée ». Nous arrivons ainsi, indirectement, à un descriptif de la « grande corruption », subjectif mais consensuel et populaire. Je me propose ici de cerner ces représentations de la « grande corruption » telles qu’elles se reflètent indirectement dans les discours que tiennent les acteurs de la « petite corruption » sur leurs propres pratiques. Je m’en tiendrai à une opposition entre les deux pôles de la « grande » ou « haute » corruption et de la « petite » ou « basse » corruption, sans chercher à définir de catégories intermédiaires dans le continuum qui les sépare.

  • 4  Un séjour de quatre mois, partagé entre Athènes et Kalamata, où une vingtaine de personnes d’âges, (...)

6En 2006, c’est-à-dire avant que la crise de la dette grecque n’exacerbe ces questions et n’en rende le traitement aussi délicat qu’aujourd’hui, j’ai effectué un terrain ethnographique4 en Grèce visant à mieux cerner les représentations collectives et les justifications morales mises à contribution dans des pratiques populaires jugées corruptionnelles par des observateurs étrangers. Cette enquête a typiquement porté sur la « petite corruption », celle qui concerne le quotidien de la majorité de la population. Parfois, il s’agissait d’activités considérées comme légitimes par leurs auteurs, et donc ne méritant pas selon eux le qualificatif de corruptionnelles. Dans d’autres cas, ce qualificatif faisait l’objet d’âpres négociations. Parfois encore ce terme était-il pleinement accepté, avec toute sa charge négative, bien que le locuteur se dédouane de la responsabilité de l’acte en reportant celle-ci sur l’autre acteur de l’échange. Tous ces raisonnements moraux traçaient explicitement une ligne de fracture entre les pratiques qui étaient globalement acceptables, et celles qui relevaient de la « vraie corruption ». Mais avant de voir quels éléments caractérisaient les transgressions unanimement stigmatisées, il nous faut comprendre la relative neutralité morale, selon la perspective de nombreux informateurs, des activités corruptionnelles plus ordinaires. Pour cela, il nous faut en premier lieu préciser le contexte général dans lequel ces pratiques ont cours.

I - Le contexte grec : une réinvention permanente

7Sur le plan symbolique, la Grèce est centrale à l’identité culturelle européenne, qui se définit comme lointaine héritière des modèles démocratiques athéniens et de la philosophie antique de l’ère de Périclès (cet aspect influe beaucoup sur les revendications d’appartenance de la Grèce à l’Union européenne (UE), à la fois en Grèce et du côté de l’Union). Géographiquement, ce pays se situe à la périphérie de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique. Il n’a rejoint la CEE qu’en 1981, et jusqu’en 2007 était le seul État politiquement européen à ne posséder aucune frontière commune avec les autres. Il était aussi le seul pays européen dont l’écriture ne se base pas sur l’alphabet latin. De 1460 à 1832, la Grèce était occupée par l’empire ottoman, subissant l’influence orientale sur différents aspects de sa culture. Les représentations populaires du lien entre la Grèce et l’Europe sont donc très ambivalentes. D’un côté, l’Europe est souvent tenue pour une entité géographique extérieure : contrairement à un Français ou même un Suisse, un Grec parlera facilement d’un voyage « en Europe » lors d’un déplacement vers un autre pays du continent. En revanche, vis-à-vis de l’Anatolie, les Grecs se disent plus catégoriquement Européens. L’Europe représente un occident moderniste contrastant avec un orient rétrograde dont les Grecs se désolidarisent d’autant plus volontiers que l’hostilité méfiante vis-à-vis de la Turquie reste relativement vivace. Ainsi, entre l’image souvent idéalisée d’un Occident progressiste symbolisant la modernisation technologique et institutionnelle de la Grèce, et l’image plus négative d’un Orient figurant certaines habitudes de pensée traditionnelles et obsolètes mais garantissant aussi une autonomie identitaire grecque par rapport à l’Europe, un jeu s’établit sur une double identité culturelle, instrumentalisée en fonction des contextes de discussions et des oppositions qui y sont jugées les plus pertinentes – Michael Herzfeld (1989) l’analyse plus longuement en termes de « disémie » culturelle, une dualité analogue à la diglossie des linguistes mais étendu à un champ sémiotique plus large (attitudes corporelles, art, valeurs, etc.). Notons déjà que sur cet axe, la corruption est souvent rattachée par les informateurs à l’influence anatolienne, et décrite comme une scorie de l’occupation ottomane. Les luttes anticorruption sont alors décrites comme un effort pour se rapprocher de l’Europe, vis-à-vis de laquelle la Grèce est ressentie comme « en retard » le long d’un axe évolutionniste allant d’est en ouest.

8Un statut intermédiaire entre deux appartenances géopolitiques se retrouve dans les discours de l’UE, qui attribuaient à la Grèce un rôle de « cheval de Troie » du développement économique ouest-européen dans une région balkanique supposée bénéficier de son influence. La Grèce y était considérée comme « le plus riche des pays pauvres », le plus stable et le plus stabilisateur (Tsoukalis, 2003). Enfin, sa position à l’articulation de trois continents physiques et blocs idéologiques en ont fait durant tout le XXe siècle une zone stratégique clé sur l’échiquier militaire international, avec comme conséquence une ingérence étrangère persistante (établissement ou soutien à des dictatures anticommunistes censées faire tampon vis-à-vis du bloc soviétique) et l’installation de bases américaines à portée de l’URSS et du Proche-Orient.

9L’histoire n’a pas offert à ce pays beaucoup d’opportunités de développement propre. Après quatre siècles de joug ottoman, l’État grec s’est construit sous l’égide de la Russie, de la France et de la Grande-Bretagne, qui ont imposé aux communautés locales des structures centralisées basées sur le modèle monarchique et juridique bavarois (Pollis, 1987). Le XXe siècle a été un enchaînement de mises sous tutelles économiques (Bloudanis, 2010), d’occupations militaires et d’autocraties soutenues par les puissances étrangères, soucieuses de bloquer l’influence soviétique en Europe. La guerre civile qui a fait 160 000 morts à la fin de la Seconde Guerre mondiale en opposant le gouvernement mis en place par les Alliés aux ex-résistants communistes qui refusaient de désarmer, joue encore un rôle dans l’ imaginaire actuel et les affiliations politiques des familles de victimes des deux camps. Mais plus encore, le souvenir de la dictature des Colonels (1967-1974) continue à peser sur les représentations et attentes politiques grecques. Nombre de lois actuellement en cours de révision datent de la chute de la dictature, et du souci des gouvernements ultérieurs d’en surcompenser l’autoritarisme – c’est le cas par exemple des lois sur les universités, qui en font des sanctuaires autogérés, politisés, et protégés de toute intervention policière. Les émeutes chroniques, notamment celles qui ont lieu chaque 17 novembre à l’anniversaire des soulèvements estudiantins de 1973, sont traversées, dans les discours et représentations de soi, de références à cette époque, de même que les affrontements brutaux entre étudiants très politisés et très polarisés se jouent souvent en référence aux blessures de la guerre civile.

10Cette histoire nationale spécifique n’est pas sans conséquence sur la corruptibilité des institutions grecques. En premier lieu, la mise en place des structures centralisées de l’État-nation et des modèles de représentations identitaires liés à la citoyenneté moderne, loin d’être les produits d’évolutions socioculturelles autochtones, ont été imposées en 1830 à une population jusque-là organisée en communautés régionales avec ce que cela impliquait d’obligations préférentielles. L’anthropologie exotisante des années 1960, très focalisée sur le monde rural et les survivances folkloriques, a tracé des parallèles explicites entre les cultures communautaires grecques de l’époque et l’anti-individualisme de l’Afrique traditionnelle (Pollis, 1965 ; Zoïa, 1990). Dans la Grèce moderniste et urbaine d’aujourd’hui, les villages d’origine des citoyens restent un référentiel pertinent lors des interactions entre inconnus, et continuent à fonder des réflexes de solidarité entre immigrés urbains se découvrant des origines régionales voisines. Les familles étendues grecques forment encore des réseaux d’obligations morales mutuelles sans se dissoudre dans le mode de vie urbain auquel se seraient attendus certains sociologues (Maratou-Alipranti, Hadjiyanni, 2001). Sans essentialiser la culture grecque à la manière des ethnographes culturalistes des années 1960, on peut constater le maintien d’une morale de solidarité communautaire chez de nombreux grecs. Or, l’une des trois caractéristiques des « Nouveaux États » auxquels Leys (1965) et Olivier de Sardan (1996) rattachent une forme spécifique de corruption endémique enracinée dans les logiques culturelles indigènes et leur friction sur les exigences des bureaucraties modernes, est l’importation récente du modèle de l’État-nation et l’adhésion incomplète à ses principes d’identification.

11Une deuxième caractéristique de ces « Nouveaux États » est le faible poids de l’appareil juridique, dont les lois floues et/ou peu appliquées offrent une grande latitude aux réinterprétations négociées. Or, l’histoire des dictatures grecques et de ses clientélismes gouvernementaux successifs trouve encore son écho dans une méfiance populaire vis-à-vis de l’État qui légitime indirectement certaines formes d’incivisme et d’organisation informelle autonome. En Grèce, les lois et interdits sont peu spontanément respectés, et leurs transgressions peu sanctionnées, ce dont les informateurs se félicitent ou s’insurgent selon leur sensibilité ou le contexte considéré, qui peut aller de la circulation automobile à la construction immobilière – même si l’on rencontre de plus en plus de jeunes adultes décidés à compenser par un rigorisme ostensible cette tendance jugée primitive. Enfin, l’histoire politique, militaire et économique de la Grèce l’a maintenue à un niveau de pauvreté parmi les plus sévères d’Europe, ce qui constitue la troisième caractéristique de ces « Nouveaux États ». Les difficultés économiques accentuent l’intérêt d’accepter ou d’exiger des bonus corruptionnels, et donnent plus d’importance aux bénéfices potentiels des arrangements illicites qu’aux risques encourus. Les complicités corruptionnelles grecques sont décrites comme des alliances nécessaires en situation de guerre économique, même lorsque ces alliances sont présentées comme purement opportunistes. La paupérisation dramatique induite par les restrictions européennes accentue encore ce facteur.

  • 5  Le pluralisme des référentiels moraux, la personnalisation des rapports, le coût supposé de l’inté (...)

12En règle générale, nous retrouvons en Grèce, à un certain degré, plusieurs des conditions et des « facilitateurs » culturels de la corruption qu’Olivier de Sardan (1996) liste pour le contexte africain5. Les arrangements informels grecs, loin d’être des signes d’immoralité congénitale ou d’infantilisme socioculturel (Koutsoukis, 2003 et ses critiques chez Bratsis, 2003) font sens dans un contexte où la lettre de la loi est incertaine, où la morale des réseaux sociaux (familiaux, géographiques, etc.) contrebalance encore l’individualisme moderniste supposé fonder l’égalité citoyenne, et où la pauvreté accule beaucoup de gens au bricolage quotidien. La relative banalité des pratiques dites corruptionnelles est généreusement dénoncée par les médias et citoyens grecs, même si elle se voit parfois relativisée lorsque surgit la crainte d’un jugement extérieur. Le discours populaire grec unanime, bien qu’il soit difficile d’évaluer son degré d’exagération, affirme que la corruption serait absolument partout présente et qu’aucune affaire, aucun transaction ne pourrait être menée à terme sans pot-de-vin. Il s’accompagne souvent de dénonciations auto-dépréciatives de la « mentalité grecque », du « retard » du pays par rapport à l’Europe, de l’incurie des politiciens, et il se nuance parfois de considération sur l’universalité de la corruption et sur des différences qui ne seraient que de degrés entre les différents pays, la Grèce étant alors décrite comme présentant un niveau de corruption plus élevé que le reste de l’Europe, mais moins que l’Anatolie.

13Les systèmes de valeurs qui permettent aux pratiques dites « corruptionnelles » de rester généralisées coexistent donc avec les systèmes de valeurs qui les stigmatisent. On se retrouve dès lors face au paradoxe fondamental des situations de « corruption généralisée » : tout le monde y participe – ou est dit y participer – alors que le consensus semble total sur la nocivité et l’immoralité de ces pratiques.

II - Petite corruption : les axes d’évaluation morale

14Ce paradoxe n’est qu’apparent. Lorsqu’on interroge ces pratiques plus en détail, on se rend rapidement compte de la faiblesse du consensus sur les catégories d’activités que le terme de « corruption » est censé recouvrir. Très souvent, le mot « corruption » stigmatise les pratiques dont le voisin se rend coupable, alors que les activités du locuteur lui-même sont présentées comme relevant d’arrangements de bon sens, d’échanges de bons procédés, voire de la simple bienséance. Mais ces distinctions morales ne sont pas pour autant arbitraires. Si nombre de pratiques peuvent basculer d’une catégorie à l’autre selon la perspective envisagée, le choix de celle-ci est argumenté et défendu en fonction de valeurs morales généralement cohérentes. Les torts potentiels infligés aux tiers, la nature de la rétribution au service demandé, la nature des liens entre les acteurs de l’échange sont les principaux paramètres invoqués pour évaluer le degré de légitimité d’un arrangement illégal, et donc pour décider s’il relève de la « véritable corruption » ou non.

15La nature du service obtenu par l’échange informel forme l’un des deux axes principaux de son évaluation morale. Le jugement porté sur cet échange s’appuie alors sur l’estimation de son degré de nuisance. Une transaction illégale est facilement considérée comme non-corruptionnelle si elle ne semble nuire à personne en particulier. Par exemple : le service militaire obligatoire, en Grèce, peut se dérouler dans différentes régions, certaines étant plus souhaitées que d’autres par les appelés. Faire jouer ses contacts familiaux pour être affecté non pas au hasard mais à une région prédéterminée peut constituer en soi un favoritisme moralement douteux. Mais dans un cas relaté par un informateur, cet arrangement s’est vu justifié par la sélection d’une destination a priori impopulaire : l’appelé avait demandé à effectuer son service dans une île à proximité du lieu de résidence de son amante, sachant que la grande majorité des appelés redoutent d’être envoyés dans des endroits aussi reculés. L’échange d’affectations s’est ainsi probablement effectué au bénéfice des deux concernés : le « corrupteur » et l’inconnu dont il a pris la place. Un exemple différent concerne un arrangement entre un propriétaire d’appartements à louer et un fonctionnaire public, qui lui renvoie les demandes d’hébergement en échange d’un pourcentage informel sur les loyers perçus. Selon les définitions du propriétaire, il ne s’agissait absolument pas de corruption, puisque les appartements en question et leurs tarifs étaient parfaitement décents à ses yeux, et que les locataires exclusivement redirigés vers lui ne se trouvaient donc pas lésés par ce système. Il se serait agi de corruption, en revanche, si les appartements avaient été insalubres et infestés de cafards (sic). Par ailleurs, à aptitudes supposées égales, l’embauche préférentielle d’un candidat membre d’un réseau de solidarité a été justifié comme normale et inoffensive, selon l’argument analogique pour lequel « entre deux secrétaires de mêmes compétences, il est naturel de choisir la plus jolie ». Aucune conséquence négative n’est supposée dans ces arrangements-là.

16Un cas particulier de cet argument est celui de la prise de risque en transgression de certaines normes de sécurité dont les exigences peuvent être jugées économiquement prohibitives et fondées sur des dangers trop abstraits. Par exemple : le raccordement d’une maison à une ligne électrique trop éloignée aurait légalement exigé l’érection d’un poteau supplémentaire, aux frais de l’habitant. Cette obligation a été contournée « par bon sens », les installateurs ayant accepté de tirer la ligne d’alimentation au-delà des distances maximales de sécurité, la seule alternative présentée étant de laisser un foyer sans électricité. L’évaluation du risque/bénéfice a été considérée comme une responsabilité personnelle du côté du propriétaire, et fermer les yeux sur cette transgression a été présenté comme un acte de bienveillance de la part des installateurs. Les contrôles techniques automobiles et surtout les réparations obligatoires qui en découlent sont eux aussi occasionnellement perçus comme absurdement coûteux ou ingérables, et peuvent être court-circuités par un pot-de-vin. Cette justification se nuance de la conscience d’un risque infligé à l’entourage, et un informateur s’est affirmé ravi d’avoir été forcé d’investir dans la sécurité de son véhicule après un contrôle en Allemagne qui ne lui avait pas laissé l’échappatoire du bakchich. On peut rattacher à cette catégorie-là les entrées monnayées dans des salles de concert pleines. L’argument selon lequel « il y a toujours la place de rajouter deux chaises » fait fi des règles de sécurité et de leurs raisons d’être, perçues comme trop abstraites ou trop hypothétiques. Le risque encouru, par les corrupteurs ou les autres spectateurs, ne leur apparaît pas assez réel pour être comptabilisé comme un coût moral.

17L’autre axe principal de cette évaluation morale est celui de la nature du paiement, critère indirectement lié à la nature de la relation entre les protagonistes. Une distinction est faite par le sens commun – et parfois par le langage lui-même – entre les échanges de purs services, les cadeaux en nature, et enfin les contreparties financières, ces dernières suscitant encore des jugements de sévérités différentes selon l’importance des montants en jeu.

18Les transgressions aux normes les plus spontanément excusées sont celles se réclamant de la simple bienveillance ou du devoir moral, que ce soit vis-à-vis d’inconnus ou de membres d’un réseau donné. Qu’elles soient présentées comme désintéressées n’empêche pas pour autant le bénéficiaire de contracter ce qu’il ressentira comme une dette morale, l’engageant tacitement à rendre la pareille à son bienfaiteur, si ou quand l’opportunité s’en présentera. Une telle contrepartie n’est possible que dans des contextes où les gens se connaissent et sont voués à se recroiser, et cette configuration est donc plus fréquente dans les petites agglomérations que dans l’anonymat des grandes. Ce type d’échange évoque le cadeau étudié par Godbout (2000), dans le sens où la distance et l’inquantifiable équivalence entre le don et le contre-don (s’il a lieu) permet de maintenir l’apparence de gratuité du service rendu. On retrouve par ailleurs ce critère d’évaluation morale en Chine (Hertz, 2000), où le laps de temps séparant les deux mouvements d’un échange potentiellement corruptionnel est interprété comme un indice de son caractère plus ou moins désintéressé.

19La valorisation populaire de ces pratiques (par opposition aux corruptions plus marchandes) est probablement liée à la valeur du lien social en Grèce. Or, si l’on peut avancer que la société grecque demeure très conviviale et que les interactions y sont rapidement personnalisées, il faut aussi noter que les représentations individualistes y gagnent régulièrement du terrain. L’anonymat partiel offert par la mégalopole athénienne et par les sociétés nord-européennes est jugé libérateur par certains informateurs rencontrés, ravis de s’affranchir des contraintes sociales et de l’oppressant sentiment de surveillance mutuelle qu’ils ont ressenti dans de plus petites villes grecques. Ils perçoivent alors l’autonomie comme une vertu mise en danger par les réseaux d’obligations mutuelles, les réseaux d’interdépendances représentant, sous cette perspective, moins une force qu’une faiblesse potentielle. Le refus de mettre à contribution des contacts pour quelque faveur corruptionnelle de cet ordre se voit explicitement justifié par la crainte de l’endettement moral, chez des personnes qui ne rechignent pas toutes aux petits arrangements financiers, alors qu’à l’inverse, les liens sociaux renforcés par ces endettements mutuels justifient implicitement ces échanges aux yeux de ceux qui les pratiquent et qui critiquent sévèrement la corruption monnayée en espèces.

20L’échange de purs services peut aussi prendre des formes plus marchandes, et perdre l’excuse de la sociabilité. Un exemple moralement controversé est l’archétype du rousféti politique. Lors d’élections locales, les candidats peuvent parfois échanger une faveur (telle qu’une attribution de poste dans la fonction publique) contre des promesses de vote. Étant donné la taille des réseaux familiaux en Grèce, un service rendu à un électeur peut assurer un nombre conséquent de bulletins en retour. Les jugements moraux exprimés sur ce genre de pratique sont généralement négatifs, quoique d’intensité variable suivant les informateurs. Certains la stigmatisent d’autant plus sévèrement qu’ils la dénoncent chez des voisins mal aimés (dont, par exemple, l’enfant aurait obtenu un poste administratif en échange de la mise à disposition d’une camionnette et d’un haut-parleur au candidat en campagne), ou que l’arrangement s’effectue à l’encontre de leurs idéaux (un informateur très à gauche, contrarié par les engagements pris par son fils vis-à-vis d’un politicien de droite, se félicitait de ce que ce politicien n’ait finalement pas respecté sa part de l’accord). Notons aussi que certains informateurs considèrent cette pratique comme désuète, et se moquent de ceux qui la croient encore d’actualité.

21Si le terme de rousféti désigne le plus souvent ces arrangements politiques et les faveurs de solidarité, le terme de dorodokía concerne surtout les corruptions matérielles. Les contreparties en nature sont généralement plus critiquées que les échanges de services, même si une faveur encouragée ou récompensée par un petit cadeau peut être jugée péché véniel. La nature de certains cadeaux peut en effet se rapprocher d’un simple geste social, un fonctionnaire avouant par exemple se sentir inévitablement mieux disposé envers un client qui lui offrirait préalablement un café. Ce don-là, s’il est plus palpable, demeure d’un coût symbolique, et un échange de cet ordre peut avoir un degré de matérialité analogue à celui d’un échange de cigarettes dans d’autres contextes. Mais en règle générale, le cadeau matériel fait douter de la spontanéité de la faveur, et de ses motivations purement relationnelles. Le graissage de patte se dit en grec ládoma, « huilage », et son archétype, le plus souvent évoqué comme étymologie, est l’huile d’olive que les familles grecques offraient aux administrateurs turcs pendant l’occupation ottomane afin de s’assurer de leur faveur ou de leur clémence. Ce terme s’emploie pour toute forme de paiement corruptionnel, mais le fait qu’il évoque à la base un cadeau en nature rappelle que celui-ci n’est pas périphérique à la notion de corruption, même si le terme de corruption évoque en premier lieu les pots-de-vin en monnaie.

22En Grèce comme dans le reste de l’Europe, les cadeaux physiques n’ont pas la même signification que l’argent. Les fonctionnaires acceptent un objet plus facilement qu’une liasse de billets reçue de façon inopinée : l’objet est plus aisé à interpréter comme don convivial, et, le cas échéant, plus facile à redistribuer ailleurs, de façon à se défaire personnellement de l’inconfortable gratitude qu’il peut engendrer. Une fois encore, nous sommes renvoyés au rôle social du don et du contre-don. Un cadeau entre amis ne porte pas la même charge symbolique que de l’argent, avant tout parce que sa valeur n’est pas directement quantifiable, ni précisément équivalente à la valeur du don qui en est l’origine. Loin de laisser « quittes » les deux protagonistes de l’échange, le cadeau renverse perpétuellement leur sentiment de dette mutuelle, et maintient un déséquilibre qui assure la pérennité de leur lien. À l’inverse, un don dont la valeur mesurable correspondrait exactement à ce qui avait été offert dans l’autre sens (le même objet, ou le montant exact de son prix) signifierait le solde des dettes mutuelles, et créerait un équilibre susceptible de mettre un terme à la relation. C’est alors le principe de l’échange marchand, celui qui permet aux consommateurs et aux commerçants de n’entretenir que des rapports ponctuels sans investissement relationnel, et accessoirement celui qui permet de signifier la clôture d’une relation. La monnaie étant l’outil de prédilection des échanges à équilibres précisément calibrés, elle constitue un cadeau moins « social » et moins « affectif » qu’un objet à la valeur vague. Ces significations viennent nuancer les transactions corruptionnelles. Les cadeaux en nature peuvent ressortir de la corruption. Mais en Grèce, lorsque l’on parle de véritable corruption, on évoque avant tout les fakelákia : les « petites enveloppes ».

23Le fakeláki est un terme d’usage aussi courant que dorodokía et qui est utilisé comme euphémisme pour toute somme d’argent remise en guise de pot-de-vin. Dans le langage commun, le fakeláki va jusqu’à désigner la pratique elle-même, comme forme spécifique de dorodokía. Mais là encore, au sein même de cette catégorie, divers paramètres entrent en jeu pour en graduer la charge morale.

24La meilleure illustration en est le milieu hospitalier, principal lieu de corruption en Grèce, ou du moins le plus fréquemment donné en exemple par les informateurs. En Grèce, les soins médicaux sont entièrement pris en charge par l’État, mais le corps hospitalier est peu payé, et ses moyens limités (les citoyens les plus fortunés préfèrent souvent s’en remettre aux hôpitaux privés, mais le gros de la population n’en a pas les moyens). En théorie, une hospitalisation est gratuite, alors qu’en pratique elle peut coûter plusieurs centaines d’euros en fakelákia. Or, cette tradition de pots-de-vins nosocomiaux est l’objet d’une double interprétation : l’une selon laquelle cet argent serait extorqué par le corps soignant comme condition de soins de qualité, l’autre selon laquelle il lui serait offert de bonne grâce en remerciement de ces soins. Les informateurs qui voient ces enveloppes comme de simples pourboires, soulignent la disproportion entre l’importance des services rendus et la misère des salaires que les médecins et infirmiers reçoivent de l’État. Le fakeláki nosocomial est une obligation morale, à laquelle ces donneurs se sentiraient coupables de se soustraire. À l’inverse, d’autres informateurs considèrent les soins reçus comme un dû, déjà payé par les impôts, et accusent les soignants de menacer les patients pour obtenir ces bonus à leurs salaires. Si cette tradition a pu être basée sur la gratitude spontanée à une certaine époque, elle a été selon eux pervertie aujourd’hui par un corps hospitalier trop habitué à ces pourboires et n’acceptant plus leur absence. Les résultats de cette divergence de vues sont d’une part d’interminables disputes familiales lorsqu’un membre est hospitalisé et qu’il faut décider de l’attitude à adopter vis-à-vis des médecins, et d’autre part un réel dilemme intérieur pour de nombreux protagonistes, sincèrement tiraillés entre les deux représentations de cette pratique. Cela dit, les témoignages abondent également de patients démarchés plus ou moins directement par des soignants posant leurs propres conditions monétaires.

  • 6  Depuis avril 2013, l’article de loi sur la corruption passive (art. 235, alinéa 3) stipule que « l (...)

25Les réalités sont difficiles à cerner. Les médecins interrogés affirment être eux-mêmes mal à l’aise devant ces pratiques, et avoir parfois des difficultés à refuser des enveloppes imposées par les familles de patients. Effectivement, certains informateurs racontent les efforts qu’ils ont dû fournir pour parvenir à imposer leurs pourboires, et les stratagèmes imaginatifs qu’ils ont parfois mis en place pour laisser cet argent à l’hôpital. Ce qui n’est pas particulièrement absurde dans le sens où la difficulté psychologique de faire face à une prise en charge sans pouvoir offrir de contrepartie a déjà été documentée dans d’autres contextes, comme celui des relations entre travailleurs sociaux et bénéficiaires de l’aide sociale (Ossipow et al., 2008). Quoiqu’il en soit, dans la hiérarchie de l’hôpital, si l’on regrette que les patients cherchent à influer sur l’organisation du service à coups de pot-de-vin, on affirme que, au vu de la pauvreté des salaires, ces sommes supplémentaires sont la seule chose qui retient le corps hospitalier de faire grève. L’indulgence gouvernementale envers le système du fakeláki nosocomial serait ainsi une forme de privatisation informelle des hôpitaux publics, les patients prenant partiellement en charge les salaires des médecins que l’État ne parvient depuis longtemps plus à payer décemment6.

26Un point à noter à ce sujet est la faible pertinence de l’ordre chronologique des transactions. On pourrait supposer intuitivement qu’un pot-de-vin (extorqué ou non) se distinguerait d’un pourboire par le fait qu’il précède le service au lieu de lui succéder, mais ce n’est pas le cas. Souvent donné après les soins, le fakeláki est supposé l’objet d’un accord tacite pré-établi (une « loi non écrite »), et le médecin floué de son paiement pourrait reporter sa négligence sur le prochain membre de la famille qui nécessitera d’une hospitalisation. On retrouve ici l’idée d’une unité familiale, semblable à celle qui faisait de l’intention de vote collectif une monnaie d’échange pertinente pour les élus locaux.

  • 7  À ce titre, des petites sommes reçues plusieurs fois par jour (par exemple 30 euros perçus par un (...)

27En revanche, la distinction entre pot-de-vin et pourboire se base souvent sur l’importance des sommes mises en jeu. Plus la somme reçue7 est grande, plus elle est susceptible de constituer une motivation en elle-même, et moins le service rendu apparaît motivé par des considérations morales. L’appât du gain devient un mobile de transgression plus probable que la bienveillance et la solidarité, et le jugement populaire s’en ressent. De façon assez prévisible, lorsque les sommes offertes se rapprochent des critères de la « corruption aggravée », l’échange perd progressivement son ambiguïté. On se rapproche de la corruption que Heidenheimer classe comme « noire », et que les Grecs désignent comme katharí dorodokía (véritable corruption) ou plus, catégoriquement encore, estampillent diafthorá.

28Alors que le mot dorodokía trouve ses racines dans le mot dóro (cadeau), le mot diafthorá, de son côté, signifie littéralement corruption au sens de putréfaction. Le terme est réservé aux pratiques qui font l’objet de scandales publics, aux niveaux étatique, judiciaire, industriel. Bien que dorodokía soit un terme péjoratif qui ne désigne pas de pratiques légitimées (au contraire du rousféti qui, selon certaines acceptations, peut recouvrir de petits arrangements valorisés), il englobe toute forme d’échange considéré comme corruption, grave ou vénielle. En revanche, il est considéré comme impropre et disproportionné de parler de diafthorá pour certaines pratiques ne relevant que de la dorodokía au sens large, comme la majorité des exemples cités jusqu’ici. Diafthorá est un terme trop dur pour concerner les pratiques dont les informateurs se rendent coupables eux-mêmes, fût-ce sous la contrainte. Les exemples qui s’y rapportent font état de juges marrons relaxant des trafiquants de drogue, ou de politiciens inquiétés par la justice et fuyant à l’étranger avec des millions dans leurs valises. Les degrés de culpabilité morale de ces acteurs-là sont considérés comme sans aucune mesure avec celle des acteurs de la « petite corruption », même lorsque ces derniers font l’objet d’accusations méprisantes.

III - Grande corruption : une frontière relative

  • 8  Encore cela dépend-il des régions et domaines d’activités, la Suisse n’étant pas sans présenter se (...)

29Comme déjà mentionné, mon terrain portait sur les pratiques que le sens commun dans ma société d’origine aurait sans doute8 qualifié de corruptionnelles, mais qui ne sont pas désignées comme telles par leurs propres acteurs. Cet objet pose un problème méthodologique, celui de la façon de dénommer les activités en question, alors qu’elles n’entrent pas dans une catégorie précise, et, par principe, échappent à l’appellation culpabilisante de « corruption ». La corruption proprement dite – celle des élites – a été le sujet sur lequel démarraient la plupart des entretiens, et vers lequel elles retournaient lorsque le dialogue s’orientait trop vers le vécu personnel de l’informateur. Elle constituait un terrain de discussion sur lequel l’interlocuteur pouvait exprimer des points de vue moraux confortablement univoques, et en rester au niveau des énoncés les plus conventionnels. Lorsqu’un jugement était directement demandé sur un acte relevant du rousféti ou de la dorodokía, il s’avérait presque toujours négatif, et lorsque l’on demandait d’expliciter pourquoi, la réponse venait souvent sous la forme d’exemples de diafthorá, faisant glisser la discussion sur un thème qui cessait d’impliquer le locuteur. La stigmatisation de la grande corruption a ainsi beaucoup servi de paratonnerre aux questionnements sur les motivations des informateurs dans leurs propres pratiques.

30Dans ces moments-là, l’accent était mis sur la capacité de nuisance de la corruption, et sur la vénalité de ses participants. Les exemples étaient puisés dans l’actualité récente, procès de députés corrompus par de grandes sommes, impunité de criminels en mesure de soudoyer les juges, etc. La distinction entre l’univers modeste des informateurs et celui plus privilégié des protagonistes de la grande corruption était appuyée de considérations sur les inégalités aggravées par l’argent (les moyens de payer des services illégitimes) et le statut (« nous, nous sommes pauvres, ce sont les riches qui ont des amis suffisamment bien placés »). À cela s’ajoutaient souvent des dénonciations désabusées de l’inaptitude générale des dirigeants, de leur malhonnêteté et de l’hypocrisie de leurs discours anticorruption. Pour les plus cyniques des informateurs, voter l’alternance à chaque élection était le seul moyen de réduire saisonnièrement les niveaux de corruption, chaque nouveau gouvernement prenant soin de faire remplacer les réseaux du précédent, et offrant ainsi une courte période de renouveau éthique avant la reprise d’immuables habitudes corruptionnelles.

31Mais lorsque l’on considère les pratiques les plus répandues dans la population, cette scission entre les univers de la grande et de la petite corruption ne se révèle pas considérée comme totale. Parmi les explications que les informateurs donnent à la banalité de la petite corruption en Grèce, la corruption de leurs élites figure en bonne place, liant, dans leurs discours, les deux catégories d’activités par une causalité descendante relevant de plusieurs mécanismes.

32En premier lieu, certains informateurs estiment que le gouvernement devrait tenir un rôle d’exemplarité sur le plan de l’intégrité morale. À leurs yeux, les scandales publics ridiculisent les discours officiels appelant à la droiture civique, et vident la classe politique de l’autorité morale qui légitimerait ces exhortations. Respecter la loi devient absurde aux yeux de certains contribuables si les autorités elles-mêmes ne la respectent pas – et à l’inverse, d’après eux, si les politiciens étaient intègres, l’exemple serait suivi par les citoyens. Selon ces interprétations, ce sont les actions personnelles des politiciens, plutôt que leurs discours, qui définissent les normes à suivre, et le type de société auquel les citoyens se conforment.

33Les discours anticorruption officiels sont vus eux-mêmes comme aggravants par certains informateurs qui estiment qu’ils ne sont pas suivis de mesures réelles, mais qu’ils relèvent de la malhonnêteté supplémentaire d’un double langage. Certains y voient un manque de volonté politique et le souci secret de préserver des pratiques dont les hauts fonctionnaires d’État bénéficient largement. D’autres y voient même des injonctions sélectives, les élites s’octroyant des moyens de profiter du système tout en les interdisant aux autres. La lutte ne concernerait que la petite corruption et épargnerait la grande. Mais globalement, les opinions divergent sur la réalité de ces mesures anticorruption et il y a autant d’informateurs pour percevoir les niveaux de corruption soit stables ou croissants, soit en nette régression, notamment depuis les jeux olympiques de 2004 et les efforts du gouvernement grec pour consolider sa respectabilité européenne. Mes informateurs ne présument donc pas unanimement ni la futilité, ni la duplicité des efforts anticorruption.

34L’excuse principale donnée par les informateurs à la petite corruption est le dysfonctionnement du « système » : la dorodokía et le rousféti sont souvent présentés comme des nécessités pratiques pour obtenir des résultats légitimement attendus, en contournant les failles d’un système bureaucratique inefficace ou en se résignant à jouer le jeu de ses perversions. Les défectuosités de ce « système » sont souvent décrites comme conséquences directes de la corruption des fonctionnaires, et de l’incompétence issue du clientélisme. L’hypertrophie bureaucratique de la Grèce est effectivement largement due aux postes de complaisance attribués par les partis politiques successifs comme moyen de s’assurer une base électorale captive (Tsoucalas, 2003). Outre le surdéveloppement des filières de formation débouchant sur ces sécurisantes carrières bureaucratiques, cette forme de clientélisme a pour conséquences l’émergence d’un système bureaucratique tentaculaire et l’accession fréquente de postulants incompétents à des positions administratives. Cette incompétence accentuerait le pouvoir des élus locaux, à qui les citoyens doivent s’adresser directement pour contourner par le rousféti les blocages, les ralentissements et les problèmes dus à des fonctionnaires mal formés. Ainsi, les élites sont considérées comme coupables de la corruption générale à plusieurs titres : la mise en place d’un système bureaucratique inefficace (en quantité et en qualité), et son maintien comme moyen de contrôle du pouvoir (fidélisation politique par le clientélisme, centralisation et personnalisation du pouvoir par l’incompétence des subalternes).

35Les représentants de l’autorité publique sont décrits comme abusant volontiers de leur statut : un fonctionnaire supervisant un projet immobilier demandera s’il n’y a pas « un petit os pour lui », faisant comprendre que, sans commission informelle, il trouvera nécessairement moyen de faire bloquer les travaux pour un vice de procédure quelconque. Certains employés d’entreprises, bien qu’opposés aux pratiques corruptionnelles, affirment être contraints de joindre des bakchichs à leurs dossiers sur l’ordre explicite de leurs supérieurs. Ceux-là arguent de l’obligation de rivaliser à armes égales avec leurs compétiteurs qui eux, n’hésitent pas à user du pot-de-vin pour accélérer les procédures bureaucratiques ou pour consolider les relations commerciales. Plus généralement encore, puisque la corruption est liée à une asymétrie de pouvoirs entre un prestataire et son client, le sens commun en fait porter la responsabilité sur les représentants de l’autorité administrative. Le pot-de-vin (d’une trentaine d’euros) donné par le contribuable au fonctionnaire en charge de son dossier est présenté comme nécessaire face à des lenteurs bureaucratiques qui sont interprétées soit comme un moyen d’extorsion délibéré, soit comme une conséquence de la priorité donnée aux dossiers accompagnés de pots-de-vin. Au niveau individuel tout comme au niveau des relations entre entreprises, le fakeláki, donné à contrecœur, serait une forme de légitime défense vis-à-vis des gens qui y auraient spontanément recours. La corruption des autres, qu’elle soit réelle ou imaginaire, accule à la corruption.

36Pour résumer, mes informateurs décrivent souvent la corruption comme une pratique qui serait imposée par le « haut », et dont, quels qu’en soient les acteurs, les véritables responsables, directs ou indirects, seraient les individus occupant des positions de pouvoir. Ceux-là se rendraient coupables de pratiques :

  • 1) Délibérées : le coupable est présumé libre de faire autrement, et son comportement détermine celui des autres citoyens.

    • 9  Nombre d’explications offertes par les informateurs grecs reposent sur une vision essentialisée (e (...)

    2) Motivée par la vénalité et la paresse : « Ils ne font rien si tu ne les motives pas avec un pot-de-vin », « Le Grec9 est égoïste ».

  • 3) Signe d’incompétence professionnelle : « Ils ne savent pas faire leur boulot », « Ils n’ont pas d’éthique de travail », « Il faudrait les engager au mérite », « Ils ne font aucun effort parce qu’ils savent qu’ils ne peuvent pas être licenciés » – ce dernier argument prenant d’ailleurs le contre-pied de l’argument analogue en ex-URSS, où le sentiment d’impunité de la corruption est attribué au caractère éphémère des postes de travail dans l’administration (voir Grødeland, Koshechkina et Miller, 1998).

  • 4) Nuisibles au pays. Notamment, aggravant les injustices sociales. « Rien ne marche si tu n’as pas d’argent pour le pot-de-vin », « Ce sont les riches qui ont des amis suffisamment bien placés ».

  • 5) Initiées par les receveurs de pot-de-vin, dans une optique d’accaparement (extorsion).

37À ces transgressions inexcusables, ou à ces positions moralement condamnables au sein d’un échange, s’en opposent d’autres, excusables parce que :

  • 1) Imposées : contraintes par le racket des fonctionnaires, les ordres des supérieurs ou la situation générale.

  • 2) Motivées par l’altruisme et le bon sens : « Le Grec a bon cœur », « C’est normal d’aider quand on peut ».

  • 3) Signe de compétence sociale : la bienséance d’un pourboire ou autre contre-don, le respect d’une obligation relationnelle, la primauté de l’argument humain sur le rigorisme procédurier.

  • 4) Permettant de contourner ou résoudre des problèmes : « On n’en aurait pas besoin si les choses marchaient bien », « S’ils l’interdisent sans changer le système, alors ce sera pire pour nous », « S’il n’y avait pas les fakelákia pour augmenter les salaires, alors ils feraient grève ».

  • 5) Initiées par les donneurs de pot-de-vin, dans une optique de don (pourboire).

38Un argument généralement admis est que la dorodokía est acceptable lorsqu’elle répare une injustice, par exemple en bénéficiant à un individu dans le besoin ou spolié par « le système », et inacceptable dans le cas contraire, lorsqu’elle bénéficie à une personne déjà adéquatement lotie. Cette opposition calque assez directement l’axe moral de la corruption blanche ou noire sur l’axe socio-économique de la corruption petite et grande. Mais ces oppositions sont relatives, tout comme les richesses et les positions de pouvoir. Les exemples subjectifs donnés plus haut illustrent que les degrés de responsabilité et d’immoralité attribués aux positions dominantes dans une relation de pouvoir varient avec les écarts hiérarchiques et se retrouvent à différents échelons. En d’autres termes, chaque informateur étant situé entre des acteurs de statuts inférieurs et supérieurs, il aura tendance à dédouaner ses propres pratiques comme relevant au pire d’une forme bénigne de corruption, et à attribuer aux échelons supérieurs des caractéristiques corruptionnelles plus graves, tout en étant lui-même possiblement soupçonné de cette gravité de corruption par des commentateurs situés à des échelons inférieurs.

  • 10  Cette logique de placebo se retrouve aussi en contexte hospitalier, où une informatrice fait remar (...)

39D’autres éléments nuancent encore ces oppositions. La contrainte au fakeláki « nosocomial » par exemple, est souvent dénoncée non pas comme une pression verticale comme c’est le cas lorsque le soignant est accusé de racket, mais comme une pression horizontale, celle des pairs et membres de la famille qui insistent sur son obligation morale. Les conflits d’interprétation de ces « pourboires » se jouent parfois sans référence à une quelconque responsabilité des médecins, mais seulement sur l’adéquation des possibles rétributions et sur la nuisance financière que constitue cette tradition. L’argument de la compétition avec d’autres « corrupteurs » dédouane aussi en rattachant l’obligation de corrompre à la malséance de la classe sociale à laquelle on appartient. Par ailleurs, les fonctionnaires recevant un pot-de-vin de leurs clients retournent sur eux la responsabilité de l’échange. Le fakeláki ne serait accepté par eux que par lassitude devant les insistances des donneurs, et dans l’idée de les apaiser par l’indéracinable croyance que le traitement de leurs dossiers pourrait en être accéléré pour autant, les réponses sur l’incompressibilité bureaucratique du temps de la démarche étant refusées par des clients frustrés et colériques10. L’occasionelle acceptation du pot-de-vin est aussi expliquée, du point de vue des fonctionnaires interrogés, comme une conséquence de leurs difficultés économiques et de la tentation que représentent les fakelákia proposés. Le rapport de force est d’une certaine façon renversé, la puissance coercitive étant dès lors attribuée au tentateur insistant.

Conclusion : le miroir des corrompus

40Les citoyens grecs n’attribuent pas à leurs élites un monopole sur les composantes négatives de la « corruption ». Ces critères d’immoralité peuvent être désignés comme remplis dans n’importe quel contexte corruptionnel, proche ou éloigné du locuteur. En revanche, la corruption à haut niveau (du moins à un niveau perçu comme plus élevé que celui du locuteur) est toujours affirmée comme satisfaisant ces critères. Dans les représentations populaires, la grande corruption ne laisse aucune place pour les excuses et justifications que se donne parfois la petite. Elle cristallise ce qu’il y a de plus blâmable dans la corruption en général, dont elle est le miroir le plus cauchemardesque. Elle est à la fois la source et l’archétype des mauvaises pratiques informelles. Comme référence de monstruosité, elle sert à la fois à dénoncer par analogie certaines pratiques ordinaires et à en absoudre d’autres par contraste.

41Au-delà de ce rôle de référence mythique, on peut s’interroger sur la réalité derrière cette attribution de caractéristiques. D’une part, ce type d’attribution est parfois arbitraire et contradictoire : il peut dépendre des positions hiérarchiques relatives des protagonistes (par exemple : client, employé, chef), il peut être inversé en fonction du rôle tenu par le locuteur. D’autre part, l’étude de la petite corruption révélant souvent des discours justificatifs et des motivations plus morales que l’on pourrait s’y attendre, l’observation réelle des acteurs de la haute corruption peut potentiellement – c’est du moins l’hypothèse que l’on peut faire – réserver des surprises du même ordre, c’est-à-dire des principes d’obligations morales différents des motivations que présupposent les acteurs de la petite corruption.

42Ces points restent indépendants de la question des nuisances réelles de la petite et de la grande corruption, et de leurs estimations respectives. Qu’elles soient d’ordres très différents ou non, elles ne sont pas évaluables par les seules analyses de discours. En revanche, approcher les phénomènes culturels qui sous-tendent ces pratiques permet de dépasser le « jeu de l’éthique publique », superficiellement punitif, par lequel les autorités grecques ont évité la remise en question du contexte de ces transgressions (Glick, 1998). Par ailleurs, s’il s’agit d’émettre un jugement sur la qualité morale des acteurs de la corruption ordinaire, individuellement ou collectivement, tenir compte des intentions et des préoccupations sous-jacentes à leurs pratiques devient important. Indépendamment de conséquences qui ne sont pas toujours mesurables par les acteurs, ni ne relèvent d’un sens commun univoque et universel, la prise en compte des représentations qui justifient une pratique corruptionnelle donnée ré-humanise des gens qu’un regard culturellement trop extérieur peut aisément réduire a des figures simplistes d’infantilisme ou de sauvagerie. Inutile d’insister sur les violences « civilisatrices », physiques ou symboliques, punitives ou purificatrices, que des réductions de cet ordre peuvent indûment légitimer aux yeux de populations et décideurs étrangers.

43Or, si les sciences humaines font preuve de prudence aujourd’hui sur l’appréhension des pratiques exotiques qui font scandale à nos yeux, l’opposition petite/grande corruption continue souvent à présupposer des distinctions morales à la fois analogues à celles opérées par les acteurs de la petite, et analogues aux projections moralistes d’une culture (ou sous-culture) sur les pratiques d’une autre. Clarifier les façons dont s’opposent petite et grande corruptions dans les représentations populaires ne revient pas à valider objectivement ladite opposition. Il reste à accomplir l’inconfortable travail d’une authentique ethnographie (« vers le haut ») de la grande corruption pour en déterminer les moteurs réels. Quitte, le cas échéant, à se repositionner face à ses propres motifs d’indulgence et d’indignation.

Haut de page

Bibliographie

BIZEUL D., 2007, Des loyautés incompatibles. Aspects moraux d’une immersion au Front National, SociologieS [En ligne], dossier « Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain », mis en ligne le 21 juin 2007.

BLOUDANIS N., 2010, Faillites grecques : une fatalité historique ? Patmos, Xerolas.

BLUNDO G., OLIVIER DE SARDAN J.-P., 2001, Sémiologie populaire de la corruption, Politique Africaine, 83, 98-114.

BLUNDO G., OLIVIER DE SARDAN J.-P. (dir.), 2007, État et corruption en Afrique, Paris, Karthala.

BOWMAN D., 2009, Studying up, down, sideways and through: situated research and policy networks, in LOCKIE S., BISSELL D., GREIG A., HYNES M., MARSH D., SAHA L., SIKORA J., WOODMAN D. (Eds), The future of sociology, the annual conference of The Australian Sociological Association, Canberra, Australian National University, 11 p.

BRATSIS P., 2003, Corrupt compared to what?, The Hellenic Observatory of the European Institute. Discussion Paper No.8, London School of Economics and Political Science.

GLICK J., 1998, Social Attitudes Towards Corruption in Greece Today, inΝΙΚΟΛΟΠΟΥΛΟΥ Αλεξάνδρα, Κράτος και διαφθορά,, Athènes : Ι. Σιδερις, 163-168.

GODBOUT J. T., 2000, L’esprit du don, Paris, La Découverte.

GRØDELAND Å., KOSHECHKINA T., MILLER W., 1998, Foolish to Give and Yet More Foolish not to Take. In-depth Interviews with Post-Communist Citizens on their Everyday Use of Bribes and Contacts, Europe-Asia Studies, 50, 4, 651-677.

HEIDENHEIMER A. J., 2001, Perspectives on the perception of corruption, in JOHNSTON M., HEIDENHEIMER A. (Eds), Political Corruption, Concepts and Contexts, Transaction Publishers, 149-163.

HERZFELD M., 1989, Anthropology through the Looking-Glass, Cambridge, Cambridge University Press.

HERTZ E., 2000, Le bien de l’autre : justice et corruption en Chine populaire, in BLUNDO G. (dir.), « Monnayer les pouvoirs : espaces, mécanismes et représentations de la corruption », Nouveaux Cahiers de l’IUED, 9, 99-122.

KOUTSOUKIS K. S., 2003, Political Corruption in Greece, in BULL M. J., NEWELL J. L. (Eds), Corruption in Contemporary Politics, New York, Palgrave Macmillan, 24-36.

LEYS C., 1965, What is the problem about corruption?, The Journal of Modern African Studies, 3, 2, 215-230.

MARATOU-ALIPRANTI L., HADJIYIANNI A., 2001, Relations familiales et sociabilités en milieu urbain : le cas du Pirée, Strates. Matériaux pour la recherche en sciences sociales, n° 10.

MAUSS M., 1950, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

NADER L., 1969, Up the Anthropologist: Perspectives Gained from studying up, in HYMES D. (ed.), Reinventing Anthropology, New York, Random House, 284-311.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., 1996, L’économie morale de la corruption en Afrique, Politique Africaine, 63, 97-116.

OSSIPOW L., LAMBELET A., CSUPOR I., 2008, De l’aide à la reconnaissance, ethnographie de l’action sociale, Genève, IES-Éditions.

POLLIS A., 1965, Political Implications of the Modern Greek Concept of Self, The British Journal of Sociology, 16, 1, 29-47.

POLLIS A., 1987, The State, the Law and Human Rights in Modern Greece, Human Rights Quarterly, 9, 4, 587-614.

PREVELAKIS G., 2005, Le processus de purification ethnique à travers le temps, Les permanences balkaniques au XXe siècle, Guerres mondiales et conflits contemporains, 217, 47-59.

QUELOZ, N., BORGHI M., CESONI M. L. (Eds.), 2000, Processus de corruption en Suisse, Bâle/Genève/Munich, Helbing & Lichtenhahn, vol. 1.

REY S., 2005, Le dé-voilement comme principe anthropologique, ou comment traiter des discriminations envers les femmes, in DEUBER ZIEGLER E., PERRET G. (dir.), Nous autres, Genève, Infolio, 193-209.

SCOTT J. C., 1972, Comparative Political Corruption, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

THOMI I., 2009, Le poisson par la queue, Mémoire de Licence sous la dir. de Ellen Hertz, Institut d’Ethnologie de Neuchâtel.

TSOUCALAS C., 2003, La société grecque face à l’intégration européenne, Pôle Sud, 18, 9-29.

TSOUKALIS L., 2003, La Grèce dans l’Union européenne, Pôle Sud, 18, 91-100.

ZOIA G., 1990, L’anthropologie en Grèce, Terrain, 14, 143-151.

Haut de page

Notes

1  Notamment Hertz (2000) ; Scott (1972) pour l’Asie ; Grødeland, Koshechkina et Miller (1998) pour l’ex-URSS ; Blundo, Olivier de Sardan (2001, 2007) pour l’Afrique.

2  Le plus souvent, le sens commun dévalorise les valeurs et pratiques exotiques lues dans le contexte de son propre ethnocentrisme. Il appartient à l’ethnologue de restituer à ces apparentes aberrations, proche ou lointaines, le sens qu’elles prennent dans leurs propres contextes culturels, et qu’elle perdent dans leurs décontextualisation. Il arrive toutefois que l’impression d’exotisme joue un rôle opposé, idéalisant l’altérité par projection de valeurs locales (la figure du « barbare » fait place à la figure du « bon sauvage »), l’analyse ethnologique relativisant alors ce jugement dans la direction inverse. Pour autant, ces oppositions entre jugements populaires et regards anthropologiques ne sont pas systématiques, et la compréhension ré-humanisante d’autrui, si elle permet d’ajuster le regard critique, ne renverse pas obligatoirement le jugement porté sur les pratiques et discours étudiés(Rey, 2005 ; Bizeul, 2007).

3  Dans ce texte, « corruptionnel » est préféré à « corrupteur » pour évoquer un contexte ou un processus en rapport avec la corruption, là où « corrupteur » évoquerait plus spécifiquement un facteur d’évolution vers un état de corruption. Par ailleurs, le terme sera systématiquement employé avec une réserve implicite, sa charge sémantique ne convenant pas obligatoirement aux réalités qu’il désigne.

4  Un séjour de quatre mois, partagé entre Athènes et Kalamata, où une vingtaine de personnes d’âges, de champs d’activité, de catégories sociales et de sensibilités idéologiques très variées ont été mises à contribution dans des entretiens semi-directifs, parfois enregistrés. Une partie de ces informateurs (selon le terme emprunté à la tradition ethnographique, et que j’utiliserai tout au long de ce texte) a été choisie au sein de ma propre famille éloignée et de ses réseaux de connaissances, ce qui a permis l’établissement relativement rapide des rapports de confiance nécessaire au dépassement des discours convenus. Cette enquête a débouché sur un mémoire de Master à l’Institut d’ethnologie de Neuchâtel, en Suisse (Thomi, 2009).

5  Le pluralisme des référentiels moraux, la personnalisation des rapports, le coût supposé de l’intégrité, facilitent l’acceptation d’arrangements corruptionnels. Les types d’arguments justificatifs donnés en Grèce recoupent eux aussi certaines catégories classificatoires d’Olivier de Sardan, comme la récupération d’un dû, la bienséance, la pression sociale, le mimétisme, et parfois une logique de défi, même si celle-ci peut aussi se retrouver dans le rejet ostensible des pressions corruptrices. Le degré d’applicabilité des catégories d’Olivier de Sardan au contexte grec mérite une discussion en soi.

6  Depuis avril 2013, l’article de loi sur la corruption passive (art. 235, alinéa 3) stipule que « la simple manifestation matérielle de gratitude ne relève pas de la dorodokía ». De houleux débats visent à déterminer les frontières de cette « simple gratitude », évoquant une distinction entre cadeaux matériels et monétaires, ou une limite à 100 euros.

7  À ce titre, des petites sommes reçues plusieurs fois par jour (par exemple 30 euros perçus par un fonctionnaire pour accélérer des procédures individuelles) peuvent être considérées comme plus corruptionnelles que de grandes sommes reçues dans des occasions moins quotidiennes (par exemple 1000 euros en « remerciement » d’une opération chirurgicale). Le jugement porte alors sur les sommes accumulées.

8  Encore cela dépend-il des régions et domaines d’activités, la Suisse n’étant pas sans présenter ses propres espaces d’échanges informels aux définitions plus ou moins négociables (Queloz, Borghi et Cesoni, 2000).

9  Nombre d’explications offertes par les informateurs grecs reposent sur une vision essentialisée (et donc assez nécessairement contradictoire) « du » Grec, archétype d’une catégorie culturelle imaginée spécifiquement homogène et immuable. À noter que l’idée de cette identité culturelle intemporelle reste très présente dans le sens commun, sous-tend bien des discours sur la migration, et semble résister aux déconstructions historiques (Prevelakis, 2005).

10  Cette logique de placebo se retrouve aussi en contexte hospitalier, où une informatrice fait remarquer que son pot-de-vin n’a pas empêché une opération d’échouer lamentablement, selon elle pour cause de négligence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Thomi, « L’articulation morale de la petite corruption à la grande dans les discours populaires grecs », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. X | 2013, mis en ligne le 10 mai 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8472 ; DOI : 10.4000/champpenal.8472

Haut de page

Auteur

Ivan Thomi

Diplômé de l’institut d’Ethnologie de Neuchâtel (Suisse), il travaille actuellement au Greek Council for Refugees (Athènes). Cet article s’appuie sur une recherche menée auparavant dans le cadre d’un Mémoire de Master (Le poisson par la queue : Une étude de la corruption ordinaire en Grèce contemporaine, dirigé par Ellen Hertz, 2009).

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org