Navigation – Plan du site

Compte rendu de la réunion du Bureau Exécutif / Comité de rédaction de février 2011

16 février 2011 [vidéoconférence]

Présents

Comité éditorial : Gilles Chantraine, Bruno Gravier, Martine Kaluszynski, Frédéric Ocqueteau et Grégory Salle.

Bureau exécutif : Thierry Godefroy et Valérie Moulin.

L’échange avait pour objet de préparer l’AG, de préparer le renouvellement du Comité de rédaction, d’examiner la question des traductions et de faire le point sur les publications.

Comité de rédaction

Le Comité de rédaction sera à renouveler lors de la prochaine AG de juin 2011, soit en raison du terme des mandats ou sur décision personnelle.

L’échéance de 2011 concerne Gilles C., Martine K., Bruno G. et Jean-François C. qui arriveront au terme de leurs deux mandats (+ Jacques F. en 2012). Nicolas C. sera à la fin de son premier mandat également en 2011. Grégory S. et Frédéric O. achèveront leur premier mandat en 2012.

Le deuxième élément à prendre en compte est l’art 10 des statuts qui précise le fonctionnement du Comité de rédaction. Il y est indiqué que la durée du mandat est de trois ans renouvelable une fois. Ce terme concerne donc Gilles C., Martine K., Bruno G. et Jean-François C. en 2011.

Il ressort de la discussion que ce terme de 2011 est une bonne occasion de tenir compte de l’expérience acquise au cours des derniers exercices et de proposer à l’AG une réorganisation plus complète du Comité de rédaction.

Gilles C. et Grégory S. font part de leur expérience aux postes de directeur éditorial et de rédacteur en chef et de l’évolution de CP/PF.

La montée en charge des dossiers thématiques totalement assumés par un (ou des) membres de Conseil a modifié l’animation de la revue qui reposait exclusivement  sur les délégués éditoriaux. Les dossiers thématiques ont pour effet de faire plus largement participer les membres de CP.

La répartition actuelle des fonctions du binôme Directeur-Rédacteur en chef repose sur la division suivante : les rapports tissés avec les auteurs (réception des articles, retour des évaluations) est la fonction dévolue au rédacteur en chef ; et les rapports tissés avec les délégués éditoriaux et l’évaluation reviennent au Directeur.

Gilles C. et Grégory S. proposent une autre articulation du binôme qui tienne mieux compte de la montée en puissance des dossiers thématiques. L’un se chargerait d’entretenir un rapport privilégié avec le coordonnateur du dossier et l’autre avec les auteurs des articles.

Le souhait de développer plus encore les rubriques « lectures » et « confrontations » amène à proposer qu’elles soient chacune gérée par deux personnes.

La question du renouvellement du Comité de rédaction et de la règle de l’article 10 est l’objet d’un débat largement ouvert pour tenir compte de plusieurs souhaits. La règle « couperet » du renouvellement unique du mandat avait été conçue pour assurer une circulation des membres à laquelle nous sommes tous légitimement attachés. Mais son automaticité conduit à casser le désir de certains membres particulièrement investis de vouloir continuer à avoir une forte implication ; il serait dommage de priver la revue de ces concours.

En l’état, plusieurs pistes sont donc envisageables :

  • Nous pouvons modifier les statuts et ne plus mettre de terme, mais modifier les statuts à la veille d’un renouvellement prêterait à discussion.

  • Nous pouvons envisager d’ouvrir la possibilité pour les membres atteints par la limite de se représenter immédiatement ou après le « purgatoire » d’un mandat. A l’image de ce que l’AG avait décidé l’année dernière pour le terme de 9 ans au Conseil.

Un autre élément a été soulevé concernant le souhait de conserver l’indication d’un « rattachement disciplinaire » des membres du Comité qui, sans assigner chacun dans des cases étroites, puisse néanmoins assurer une réelle diversité des sensibilités dans la revue. Bruno G. a souligné à nouveau combien il lui semblait nécessaire que les « psy » puissent penser avec des sociologues, des juristes… pour éviter « les monstruosités qui se profilent » dans ce champ.

Toutes ces questions sont à discuter.

En l’état, il est apparaît souhaitable de procéder à un renouvellement complet du Comité afin de mettre en harmonie tous les termes des mandats.

Nicolas C. et Frédéric O., qui sont loin du terme des deux mandats pourraient se présenter pour former le nouveau binôme Directeur éditorial/rédacteur en chef (ou inversement) tel qu’évoqué supra.

Pour les autres postes (6), il serait procédé à un appel large à candidatures et tenu compte du fort désir exprimé par deux anciens (Martine K. et Gilles C.) de continuer à rester actifs au sein du Comité.

Grégory S., qui souhaite quitter son poste de rédacteur en chef, accepterait de se charger du secrétariat de rédaction (essentiellement la mise en ligne) poste occupée par Cédric MB qui, de son côté, pourrait devenir délégué éditorial.

Traduction - financement

La question du financement doit être résolue. En l’état, nous ne pouvons plus financer de traduction.

Il a été proposé de demander aux auteurs de fournir un long résumé (4 000 signes) avec problématisation de l’objet de recherche, la méthode, les principaux résultats dont la revue prendrait en charge la traduction. Cette façon de procéder permettrait de faire indexer les articles dans les bases documentaires anglo-saxonnes.

Valérie M. doit se renseigner auprès des fonds européens, l’idée d’organiser un colloque Champ Pénal a également été évoquée.

  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org