Navigation – Plan du site
Lectures

Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l’école et la rue

Paris, PUF, 2011, 468 pages
Vincent Burckel
Référence(s) :

Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l’école et la rue, Paris, PUF, 2011, 468 p., ISBN : 978-2-13-057872-7

Texte intégral

Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l'école et la rue (PUF, 2011)Afficher l’image
Crédits : PUF

1Issu d’une thèse soutenue en 2007, ce travail consiste en une enquête ethnographique dans un quartier populaire de la banlieue parisienne, qui vise à saisir les logiques aboutissant à la formation des bandes. Le choix du terrain s’explique pour des raisons à la fois scientifiques et biographiques. Marwan Mohammed est originaire du quartier des Hautes-Noues à Villiers-sur-Marne, un quartier populaire de la banlieue parisienne où il a également travaillé et milité au sein d’une association. L’auteur a pris soin de conjuguer les avantages de la proximité sociale avec ceux de la nécessaire distance à l’objet de recherche, grâce à une posture réflexive dont il rend compte explicitement à la fin de l’ouvrage. Au final, cette enquête lui a permis de constituer un ensemble très important de matériaux – notamment de nombreuses observations et entretiens, produits de 2003 à 2007 – retraçant la genèse sociale des bandes, définies sommairement comme des groupes informels relativement stables et visibles, composés surtout de jeunes des classes populaires, aux pratiques plutôt déviantes et conflictuelles.

Entre famille, école et rue

  • 1 La « rue » est définie comme « l’ensemble des interactions instituées qui se déroulent dans les esp (...)
  • 2 L’auteur s’appuie en particulier sur l’enquête de Millet, Thin, 2005.

2Les discours dominants au sein des champs politique et médiatique mettent régulièrement en cause les parents « démissionnaires », et/ou les jeunes « qui le veulent bien » ou « se trouvent des excuses » pour expliquer les pratiques généralement associées aux bandes (« incivilités », perturbations, bagarres, dégradations, agressions, provocations...). Marwan Mohammed a mis en place un dispositif d’enquête original qui vise à rendre compte sociologiquement de ces formes de sociabilités en considérant ensemble trois « scènes » : la famille, l’école et la « rue1 ». Marwan Mohammed met ainsi en évidence la fonction « compensatrice » de l’investissement dans les bandes, le degré d’investissement de ses membres étant négativement corrélé à leur degré d’intégration observé dans les autres institutions socialisatrices (l’école et la famille). L’auteur montre que les conditions sociales générales d’existence du public des bandes (et de leurs familles) sont décisives pour comprendre le phénomène. Les jeunes des bandes ont des parents très majoritairement d’origine populaire, immigrés, occupant des emplois pénibles aux horaires souvent décalés et mal rémunérés (quand ils ne subissent pas le chômage), obtenant des logements inadaptés à la taille de leur ménage. Dans ces familles, de manière générale, l’étroitesse du capital économique se conjugue à celle du capital scolaire et permet ainsi de comprendre la récurrence des tensions et des ruptures familiales, les forts taux d’échecs scolaires des enfants2 et la forte probabilité (par rapport à d’autres milieux sociaux) qu’ils puissent s’engager à l’adolescence dans le monde des bandes. La possibilité de donner sens aux pratiques des bandes est indissociable de la connaissance de l’existence d’une économie du capital symbolique, ce que l’auteur désigne par « la quête des gratifications symboliques », c’est-à-dire la recherche du « respect », de l’ « honneur », de la reconnaissance… comme autant de « raisons de vivre ». Quand on est jeune, de sexe masculin, issu des fractions des classes populaires ségréguées spatialement, sans capital économique (argent de poche, vêtements de luxe…) ni capital culturel (titres scolaires, manières de parler et de penser légitimes…), la bande représente un moyen de valorisation compensatoire particulièrement efficace. Et si au sein d’une même famille populaire de cités tous les jeunes hommes ne s’engagent pas dans le monde des bandes, cela ne veut pas dire pour autant que ceux qui rejoignent cet univers « le veulent bien ». En croisant les propriétés sociales des enquêtés avec les configurations familiales dans lesquelles ils évoluent, Mohammed rend ainsi compte de ce qui se joue au sein des familles populaires dans le processus d’orientation des fils vers des carrières déviantes ou conformes. En fait, les stratégies parentales en milieu populaire peuvent conduire à favoriser ou défavoriser certains membres d’une même fratrie (par exemple, l’aîné ou le cadet), par l’élection ou le rejet affectif(voir Vernier, 1999) et ainsi rentabiliser l’investissement des ressources sociales – modestes par définition (en payant par exemple une école privée seulement à un des fils). Les effets du temps et de l’histoire sont un autre facteur explicatif des différences d’éducation et d’institution des enfants par les parents. Quand parfois plus d’une dizaine d’années séparent la naissance de l’aîné de celle du cadet, le vieillissement biologique des parents peut rendre plus difficile le contrôle parental. Dans le contexte des années 1990-2000, cela s’ajoute au vieillissement social des parents en lien avec la dévalorisation symbolique de la condition ouvrière et donc de la figure paternelle : les grands frères adolescents dans les années 1980 n’ont pas connu le même contexte familial que leurs petits frères qui ont grandi dans les années 1990. La succession des générations s’explique ainsi par les transformations sociohistoriques qu’ont connu depuis ces trente dernières années les marchés du travail, scolaire, matrimonial, des biens symboliques, ainsi que de l’espace résidentiel et des formes d’encadrement de l’Etat (associations, travail social, bibliothèques...).

Le monde des bandes

  • 3 Les expressions entre guillemets renvoient toutes à des notions forgées par Marwan Mohammed.
  • 4 Voir Retière, 2003 et Renahy, 2010.
  • 5 Contrairement aux jeunes hommes du quartier qui ne sortent que rarement de leurs domiciles et souff (...)
  • 6 On pourrait poursuivre les analyses de l’auteur sur les profits symboliques engrangés par certains (...)

3Marwan Mohammed propose une description de l’espace des styles de vie des « jeunes des cités » tous ou presque issus des classes populaires, en différents « pôles normatifs » qui correspondent à ce que ces enquêtés appellent des « délires » : « taffeurs », « foot », « boxe », « moto », « hip hop », « vannes », « by night », « Muslim »3… S’il souligne l’hétérogénéité de leurs pratiques, le sociologue concède que le pôle « déviant », correspondant au monde des bandes, exerce sur les jeunes du quartier une « domination ancienne et fortement ancrée », contrairement par exemple au pôle « scolaire et intellectuel », considéré comme « fragile et minoritaire ». On peut aussi faire l’hypothèse que les différents « délires » décrits comme conformes possèdent aussi leurs versions déviantes, où l’usage « pacifique » ou « ludique » des pratiques devient agonistique et rapproche ses pratiquants du monde des bandes et de ses valeurs. Dès lors, le sport de combat devient bagarre, les « vannes » deviennent insultes ou provocations, les « virées » nocturnes dans les lieux de divertissement se transforment en occasion de défier les « bolos » en opposant à des manières perçues comme illégitimes une virilité agressive. On comprend ainsi toute la puissance normative exercée par les valeurs des bandes parmi la jeunesse populaire de sexe masculin. Mais au final, à quoi correspondent vraiment ces « valeurs » ? Le monde des bandes, univers de jeunes hommes issus des classes populaires, s’appuie fortement sur les valeurs de virilité associées à la logique agonistique, ainsi qu’à la « grammaire de l’honneur » qui encourage la défense du « territoire ». Le goût pour le « combat » constitue une version juvénile de l’ethos traditionnel des hommes des classes populaires, attaché à la force physique et s’exprimant dans le travail manuel (voir Mauger, 2006). La recherche de Marwan Mohammed souligne ainsi l’ambigüité de la fonction sociale des bandes. Si elles « ont tout pour déplaire » et peuvent incarner « une dangerosité de proximité », la dimension transgressive des bandes va de pair avec un fort « niveau de cohésion locale ». Il précise même qu’elles sont « bien plus intégrées qu’on ne le dit à leur voisinage ». Ainsi, malgré leurs « incivilités », tout se passe comme si les jeunes des bandes étaient très soucieux de jouer le jeu des réputations locales. Ils s’identifient fortement au territoire (un quartier, un secteur ou une rue) et à sa communauté, défendus face aux « étrangers », c’est-à-dire les bandes adverses venant d’ailleurs. En quelque sorte, la forte présence de la bande sur le quartier tend à intégrer fortement ses membres au groupe local et constitue pour eux un moyen compensatoire d’obtenir du « capital d’autochtonie4 », par le fait même d’y avoir un visage connu et reconnu5. L’affinité des habitus les rapproche de leurs pairs masculins et féminins et leur assure en partie le respect par la considération positive de leur « virilité » (capital fondé notamment sur la reconnaissance du « courage » et des capacités à se « battre »). Cette reconnaissance auprès des jeunes femmes leur offre un pouvoir spécifique leur permettant de « peser » à leur manière sur le marché du sexe et de la séduction6. Ces avantages sont toutefois généralement fragiles et éphémères, car la frontière entre le conforme et le déviant est fragile. Constamment poussé à la surenchère dans la provocation du fait de la dépendance à ce marché tendu qu’est le monde des bandes, l’homo bandus s’expose fortement à la menace de s’attirer les rappels à l’ordre, les étiquetages stigmatisants et de dériver progressivement vers la marginalité. De plus, les rétributions symboliques liées à l’investissement dans le monde des bandes décroissent avec le temps, au fur et à mesure que « la jeunesse » s’achève. Peu à peu, on rentre dans le rang : « le renouvellement de la rue est dans l’ordre des choses : les grands disparaissent et les petits prennent leur place avant d’être eux-mêmes poussés par la relève ». On retrouve ici la fonction rituelle des bandes décrite par l’Ecole de Chicago, comme « rite de passage » (Mauger, 2011) vers une vie prolétaire conforme : de la bande à la vie ouvrière et de la famille d’origine à la famille d’arrivée, avec l’acquisition du statut de mari et de parent. Ce cursus classique des garçons issus des fractions les plus dominées des classes populaires est cependant remis en cause par la prolongation scolaire, la poursuite des transformations économiques en cours depuis une quarantaine d’années (précarisation ou disparition de l’emploi ouvrier non-qualifié), la pénalisation accrue de la déviance et l’incarcération croissante, le recul de l’Etat social et au final, par l’insertion de plus en plus difficile sur le marché matrimonial.

Effets de la « crise » et développement du « bizness »

  • 7 Cf. les travaux de « L’école de Chicago » sur la délinquance juvénile, dont l’enquête fondatrice de (...)
  • 8 Les chiffres cités sont tous empruntés à l’auteur.
  • 9 Une minorité d’entre eux en sort de façon brutale : mort, blessures graves et handicaps physiques, (...)

4Marwan Mohammed diagnostique un « déclin d’une cité d’ouvriers » [le quartier des Hautes-Noues à Villiers-sur-Marne] au tournant des années 1970-1980, faisant de son terrain d’enquête une figure idéal-typique des quartiers populaires inscrits dans des anciens espaces industriels en crise et en proie à la « désorganisation sociale7 ». Il souligne les effets de la « crise » sur l’emploi des jeunes. Désindustrialisation (entre 1975 et 1988, en Ile de France ont été détruit 650 000 emplois industriels8), tertiarisation (qui va de pair avec une féminisation de l’emploi) et précarisation du travail touchent en premier lieu les jeunes du quartier, dont le taux de chômage atteint 39 % en 1999, alors que pour l’ensemble de la population active de la ville, il est passé de 6,2 % en 1982 à 21,3 % en 1999. Si l’on prend également en compte les effets des politiques publiques de l’habitat qui ont contribué à la « fuite des HLM » par les familles établies et la concentration des familles immigrées dernières arrivantes les plus pauvres, on comprend comment la « rue » s’est dérégulée, avec le départ des anciens qui constituaient les piliers de l’autorité traditionnelle et l’encadrement politique des habitants du quartier. Ce contexte socio-économique de crise favorise la constitution dans le quartier d’une sous-culture délinquante, juvénile et masculine plus radicalement et durablement marginalisée du reste de la population. Dans les « cités », l’installation durable de l’économie de la drogue et du « bizness » en général apparaît comme un palliatif à la crise du marché du travail ouvrier (destin probable des jeunes des classes populaires) et explique bien souvent le développement des « embrouilles ». Les liens entre les jeunes des bandes et le « bizness » sont donc aujourd’hui plus serrés que par le passé. Malgré tout, le désengagement et la conversion progressive vers une vie « normale » reste la norme9, si tant est que le marché du travail puisse encore le permettre à l’avenir.

L’ethnicité des bandes, un faux problème sociologique ?

  • 10 On pense ici au terme médiatique de « bande ethnique ».
  • 11 Voir Elias, Scotson, 1997 [1965].
  • 12 Cf. Du Pouget B., 1976, Adolescents de banlieue, Lyon, Fédérop.

5Marwan Mohammed s’interroge enfin sur la prétendue apparition d’une dimension « ethnique » des bandes10, thème qui revient de manière récurrente dans les discours médiatico-politiques depuis les années 1980 et qui met en évidence au final un prétendu racisme au sein des nouvelles bandes composées d’enfants d’immigrés africains. Pour Mohammed, les usages de l’ethnicité dans les bandes, vue comme « catégorie de classement » et « catégorie d’identification », paraissent si flous (« pluriels », « éclatés », « désordonnés », « fluides », « imbriqués », « diffuse ») qu’ils ne peuvent être révélateurs d’une véritable conversion des valeurs de ce milieu (« de la question sociale à la question raciale »). La vision du monde agonistique associée à la masculinité populaire et l’attachement au territoire local continuent à être les principes centraux de l’unité des bandes. Si aujourd’hui la majorité des jeunes des bandes des cités de la région parisienne sont « Noirs » ou « Arabes », il s’agit plus des effets de la ségrégation urbaine des couches populaires les plus fragiles (aujourd’hui composées majoritairement par des familles migrantes venues de l’Afrique et de l’Asie) que d’une adhésion au « racisme anti-blanc ». En fait, les modes de recrutement internes des membres des bandes fonctionnent toujours selon la logique, décrite par Elias et Scotson11, où les nouveaux arrivants (les « outsiders ») parmi une communauté locale doivent faire leurs preuves pour se faire accepter parmi les « établis ». Hormis l’appartenance locale, le principe de sélection se fait toujours autour de la proximité avec un habitus masculin-populaire12 : s’intéressant à la « communication publique » des bandes contemporaines, Mohammed conclut que le registre ethnique « masque bien souvent des conflits d’intérêts, des postures réactives ou des antagonismes de classe très classiques ». Ainsi, parmi une bande composée majoritairement de « Noirs », l’usage péjoratif du terme de « blanc » est associé aux figures négatives du « bouffon » et du « bourgeois » servant davantage à stigmatiser (par la logique du retournement du stigmate) la « synthèse d’une attitude et d’une position sociale » qu’une « race ». C’est pourquoi dans une bande de ce type, un « blanc » (« Français », « Gaulois ») pourra être parfaitement légitime, et, à la limite, pourra être perçu comme un « Arabe » ou un « Noir » parce que les catégories ethniques fonctionnent comme des principes de vision et de division sociale : le « blanc » a vécu dans le même espace que ses pairs non-blancs, a connu les mêmes conditions sociales d’existence et présente en définitive un ethos similaire, et cesse ainsi symboliquement d’être perçu comme un « blanc ».

6En définitive, cette riche enquête ethnographique donne des éléments essentiels pour comprendre la formation des bandes. On peut toutefois regretter la quasi-absence d’investigation sur la question du travail. Enquêter sur leurs rapports au marché du travail aurait pu conduire à mettre plus nettement en évidence les rapports entre les transformations des bandes et la crise de reproduction du monde ouvrier. Dans cette perspective, il aurait été intéressant d’envisager plus systématiquement les relations entre les générations, notamment entre les « pères » (les « vieux » qui sont aussi d’anciens « jeunes ») et les « fils » (« les jeunes ») et prendre ainsi la mesure de l’écart entre leurs visions du monde respectives.

Haut de page

Bibliographie

Elias N., Scotson J. L., 1997 [1965], Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard.

Joey Starr, avec Manœuvre Ph., 2006, Mauvaise réputation, Paris, Flammarion.

Mauger G., 2011 (mai), « Eternel retour des bandes de jeunes. Rites de passage ou délinquance », Le Monde diplomatique, n° 686.

Mauger G., 2006, Les bandes, le milieu et la bohême populaire, Paris, Belin.

Millet M., Thin D., 2005, Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale, Paris, PUF.

Renahy N., « Classes populaires et capital d’autochtonie, Genèse et usages d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, 2010, 9-26.

Retière J-N., « Autour de l’autochtonie, Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, 16, 2003, 121-143.

Trasher F., The Gang. A Study of 1.313 gangs in Chicago, 1963 [1927], Chicago, The University of Chicago Press.

Vernier B., 1999, Le visage et le nom. Contribution à l’étude des systèmes de parenté, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 La « rue » est définie comme « l’ensemble des interactions instituées qui se déroulent dans les espaces publics et informels de sociabilité ».

2 L’auteur s’appuie en particulier sur l’enquête de Millet, Thin, 2005.

3 Les expressions entre guillemets renvoient toutes à des notions forgées par Marwan Mohammed.

4 Voir Retière, 2003 et Renahy, 2010.

5 Contrairement aux jeunes hommes du quartier qui ne sortent que rarement de leurs domiciles et souffrent d’invisibilité sociale.

6 On pourrait poursuivre les analyses de l’auteur sur les profits symboliques engrangés par certains membres « en vue » du monde des bandes (et ceux qui en partagent l’hexis corporelle) au-delà de leur propre milieu social. Quels sont les conditions sociales de cette alchimie particulière qui ennoblit le « barbare », admiré et désirable auprès de certaines fractions des classes dominantes – jeunes bourgeois ou bourgeoises plus ou moins « bohêmes » et en quête d’ « encanaillement » ? On pense par exemple à la trajectoire de Joey Starr, rappeur-acteur, fils d’ouvrier, originaire d’une cité populaire de Saint-Denis, ami ou amant de certains artistes branchés parisiens, qui est passé du monde des bandes à cette composante de la « bohême populaire » qu’est aujourd’hui le mouvement hip-hop (Cf. Mauger G., 2006 et Joey Starr, Manœuvre 2006).

7 Cf. les travaux de « L’école de Chicago » sur la délinquance juvénile, dont l’enquête fondatrice de Trasher, 1963 [1927].

8 Les chiffres cités sont tous empruntés à l’auteur.

9 Une minorité d’entre eux en sort de façon brutale : mort, blessures graves et handicaps physiques, prison, éloignement forcé…

10 On pense ici au terme médiatique de « bande ethnique ».

11 Voir Elias, Scotson, 1997 [1965].

12 Cf. Du Pouget B., 1976, Adolescents de banlieue, Lyon, Fédérop.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Burckel, « Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l’école et la rue », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. X | 2013, mis en ligne le 21 juillet 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8562

Haut de page

Auteur

Vincent Burckel

Doctorant en sociologie, rattaché aux laboratoires Printemps (UMR 8085) et CMH-ETT (UMR 8097).

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org