Navigation – Plan du site
Varia

La construction sociale de la paranoïa pénitentiaire

L’exemple des surveillants de prison au sein des unités hospitalières sécurisées interrégionales
Élodie Janicaud

Résumés

Régulièrement décrite comme un trait décuplant l’imaginaire de la violence en prison ou réactivant les appréhensions des personnes soumises aux effets de la carcéralisation, la « paranoïa pénitentiaire » s’avère peu questionnée par la littérature sociologique. À la croisée du sens commun et du langage psychiatrique, cette notion reste descriptive pour qualifier les mécanismes de défense collectifs ou individuels imbriqués à la peur perçue ou ressentie des protagonistes de l’univers carcéral. À partir d’une analyse constructiviste, cet article met l’accent sur la place prise par l’organisation violente de la prison, structurant un environnement sinistre qui frappe les détenus, les acteurs de terrain. Tous mobilisent leur subjectivité pour résister à cette souffrance. Espace-temps doublement confiné et propice à la suspicion, les UHSI sont une occasion de questionner cet impensé de la paranoïa pénitentiaire en sociologie carcérale. Ces traits caractéristiques sont la résultante d’une sinistrose propre aux surveillants de prison provoquant déliaison sociale et désubjectivation.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Si les sciences sociales ont une utilité pour la société – ce dont nous sommes convaincus –, c’est par leur travail critique. Cette critique porte principalement sur les notions et les instruments avec lesquels les hommes et les femmes d’aujourd’hui pensent et transforment le monde, notions et instruments qui, souvent, leur deviennent invisibles, donc impensés. (Fassin, Rechtman, 2007, 19)

Introduction

  • 1 Le processus de carcéralisation est défini par ces auteures comme l’intériorisation du mode de fonc (...)

1Les murs ont des oreilles ! Cette expression, couramment utilisée tant du côté des détenus que du côté des surveillants de prison pour décrire la méfiance extrême et la suspicion généralisée qui régulent les relations carcérales, a rarement fait l’objet d’une analyse sociologique approfondie. En effet, si les travaux jusqu’ici menés sur la prison énumèrent à maintes reprises cette tendance prononcée à la « paranoïa», celle-ci reste avant tout à l’état de valeur descriptive relevant d’un discours hybride à la croisée du sens commun et du langage psychiatrique (Fassin, Rechtman, 2007). Alors renvoyée à un mécanisme de défense collectif ou individuel étroitement imbriqué à la peur perçue ou ressentie par les principaux protagonistes (surveillant(e)s et détenu(e)s) composant l’univers carcéral, la paranoïa est ainsi régulièrement décrite par la littérature sociologique comme un trait décuplant l’imaginaire du crime et de la violence en prison (Chauvenet, 2006, 379 ; Rostaing, 2010) ou réactivant les troubles et les appréhensions (Fixot, 2012, 109) des personnes soumises aux effets de la carcéralisation1 (Chauvenet et al., 2008).

2Néanmoins, et bien que justifiée pour ces apports descriptifs, la reprise par la sociologie d’une notion directement issue de la psychologie semble alors enrayer un questionnement en profondeur sur ce que l’on nomme communément la « paranoïa pénitentiaire », fournissant, in fine, des explications éparses à la qualification d’un fait qui semble aussi discursivement évasif que concrètement diffus. Sans revenir sur les troubles éventuellement avérés de paranoïa en prison, ceci n’étant pas l’apanage du sociologue, mais plutôt pour éviter l’écueil d’une « psychologisation des faits sociaux », le parti pris de cet article a été de s’orienter vers une posture constructiviste (Fassin, Rechtman, 2007) afin d’interroger, plus en amont, les processus et les mécanismes sociaux à l’œuvre dans l’émergence de la « paranoïa pénitentiaire ».

3Parce que l’étiquetage pathologique joue bien plutôt le rôle de « poteau indicateur », signalant qu’une véritable analyse sociologique doit être développée pour rendre compte de l’aspect qui se donne à voir comme tel (Darmon, 2008, 154), cet article vise à rompre avec les sens savants médicaux et psychologiques (ibid., 153) en mettant l’accent, d’une part, sur la place prise par l’organisation carcérale dans la structuration d’un environnement sinistre qui frappe sensoriellement et mentalement (Fixot, 2012, 104) les individus en son sein et, d’autre part, sur les pratiques des acteurs de terrain qui, pris dans un système structurellement violent, voient leur subjectivité mobilisée pour résister à la souffrance engendrée par l’enfermement. Si la paranoïa est habituellement attribuée aux personnes détenues (Chauvenet et al., 2008 ; Rostaing, 2010) et si, la méfiance entre les surveillants de base et leur hiérarchie est plus surprenante (Benguigui, 2011, 63) et prend parfois des proportions inattendues (idem), le simple constat d’une tendance à la paranoïa existante autant chez les détenus qu’au sein du personnel de surveillance indique une régularité dans la vie collective de la prison méritant l’attention du sociologue.

La prise en charge sanitaire en prison : rappel historique
Auparavant organisée autour d’une « médecine pénitentiaire » composée de quelques médecins, bien souvent vacataires, et d’infirmières employés par l’administration pénitentiaire, la prise en charge sanitaire des détenus atteints de troubles somatiques a subi d’importantes modifications institutionnelles et organisationnelles. C’est en 1994, suite aux ravages sanitaires provoqués par l’épidémie du sida et à la prise de conscience du manque de moyens permettant aux professionnels de la santé d’exercer en prison, que les pouvoirs publics ont décidé de transférer la prise en charge sanitaire des détenus de l’administration pénitentiaire à l’administration hospitalière. Calquée sur le modèle de la prise en charge de la santé mentale, qui avait permis d’instaurer des équipes de soins par l’installation de services médicaux psychologiques régionaux (SMPR) en détention, la réforme du 18 janvier 1994 a implanté des unités de consultation et de soins ambulatoires (UCSA) au cœur même des prisons. Chaque prison s’est ainsi vue dotée d’une UCSA, rattachée à l’hôpital public le plus proche des prisons. En assurant une meilleure prise en charge sanitaire de la population détenue, ces modifications ont engendré une augmentation des hospitalisations des personnes détenues jusqu’ici assurées par les hôpitaux publics de proximité des prisons et l’hôpital carcéral de Fresnes. C’est donc en réponse à l’augmentation des hospitalisations de la population détenue et dans une volonté de rationaliser le schéma national d’hospitalisation (SNH) des personnes détenues que les Unités hospitalières sécurisées interrégionales (UHSI) ont été créées. Inscrites dans la lignée de la réforme des soins en prison du 18 janvier 1994 et promulgué par l’arrêté du 24 août 2000 afin d’accueillir au sein des centres hospitaliers universitaires (CHU) les détenus souffrant de pathologies somatiques pour une durée supérieure à 48 heures, les USHI ont pour double objectif de « renforcer la sécurité des personnels pénitentiaires, des personnels hospitaliers et de leurs patients » ainsi que « d’élargir les missions des personnels pénitentiaires affectés à la surveillance des détenus malades ». C’est dans ce contexte que les surveillants de prison ont eu la double mission de protéger le personnel soignant et des détenus au sein de ces nouvelles structures de soins et de parer aux tentatives d’évasion de l’établissement.

  • 2 Guide pratique de références opérationnelles, La surveillance d’une unité hospitalière sécurisée in (...)

4Les UHSI sont définies comme des « structures sécurisées sous surveillance pénitentiaire au sein d’un établissement de santé, destinées exclusivement à l’admission des personnes détenues des deux sexes, majeures ou mineures, incarcérées dans un établissement pénitentiaire de leur ressort et présentant un problème de santé lié à une pathologie somatique2 ». En délocalisant ainsi la surveillance pénitentiaire de la prison à l’hôpital public, la création des UHSI a provoqué un décloisonnement du métier de surveillant de prison et un renouvellement des collaborations entre les champs sanitaire et pénitentiaire (Bazex, 2009). Structures doublement confinées par l’isolement relatif à la prise en charge hospitalière et l’enfermement inhérent à la peine privative de liberté, les UHSI forment un microcosme clos et restreint (Chantraine et al., 2012) où se trouvent réactivées les tensions inhérentes à la prise en charge sanitaire en prison et offrent ainsi un prisme d’analyse privilégié pour « relire certaines facettes de l’institution pénitentiaire jusqu’alors non observées ou partiellement par d’autres angles d’analyses » (Milly, 2001a, 17). Cependant, si la confrontation du soin et de la sécurité peuvent donner lieu à une opposition structurelle très nette entre soignants et surveillants, c’est à partir des surveillants de prison qu’a ici été questionné cet impensé relatif de la sociologie qu’est la « paranoïa pénitentiaire ». Le corps des surveillants de prison doit se recomposer institutionnellement et se repositionner professionnellement pour s’ajuster au cadre hospitalier. Il forme – de par les remaniements identitaires qu’il présente – un cadre d’analyse opératoire pour saisir les mécanismes de l’organisation carcérale propices à l’émergence de la « paranoïa pénitentiaire ».

Recueil et analyse des données
Issues d’un travail ethnographique mené durant six mois auprès des surveillants de prison UHSI, les données ici présentées sont le résultat d’observations directes de longue durée et d’entretiens individuels ou collectifs menés auprès d’une quinzaine de surveillants. Néanmoins, comme le rappelle Lorna A. Rhodes, en évoquant les difficultés de l’enquête ethnographique en milieu carcéral, l’accueil du chercheur dans un milieu aussi fermé que la prison dépend largement de la perception de l’objet d’étude que s’en font les acteurs en son sein (Rhodes, 2001). En effet, face à la forte méfiance des surveillants au sein de l’UHSI enquêtée -méfiance d’autant plus durable qu’elle est ici associée à un contexte de paranoïa- , la figure plutôt méconnue du sociologue, étranger à l’institution et, de surcroît, muni d’un dictaphone, a bien souvent renvoyé aux surveillants soit l’image du psychologue qu’ils cherchent à fuir pour préserver leur vie privée de la promiscuité qui règne en prison, soit l’image du journaliste qu’ils jugent, bien souvent, comme non objectif en raison de l’image négative de leur métier véhiculée par les médias.

5Si la forte prégnance de la « paranoïa pénitentiaire » au sein de cette UHSI n’a donc pas facilité la réalisation des entretiens, les observations ont, quant à elles, permis de saisir « l’articulation entre une architecture sécuritaire et un régime de surveillance intensive » (Chantraine et al., 2012, 126) et sur laquelle - au même titre que les établissements pour mineurs (EPM) situés eux aussi à l’extérieur des détentions - repose l’activité de contrôle des UHSI. En suivant, comme l’ont fait Gilles Chantraine, David Sheer et Olivier Milhaud dans le cadre des EPM, le principe d’une analyse réinscrivant l’imbrication des dispositifs matériels et humains de contrôle et de surveillance dans l’économie relationnelle complexe de la détention, l’analyse ici menée a souhaité mettre l’accent sur l’impact de l’organisation et de l’architecture carcérale sur les interactions et la subjectivité des agents de surveillance. C’est donc en mêlant plusieurs champs disciplinaires tels que la clinique, la psychodynamique ainsi que la sociologie, que l’articulation entre le niveau institutionnel et le niveau individuel opérant dans la construction sociale de la paranoïa a ici été prise en compte. En effet, les dimensions collectives du travail analysées à la lumière de la clinique et de la psychodynamique du travail permettent de dégager une argumentation critique vis à vis des théories de la société qui, en règle générale, n’accordent pas à l’organisation du travail une place décisive dans la formation ou la déstructuration des rapports entre les êtres humains (Dejours, 2009b, 9). L’analyse des données s’est ainsi centrée sur les liens existants entre les dynamiques institutionnelles, l’organisation du travail et le vécu subjectif des surveillants au sein de l’UHSI, afin d’interroger de manière novatrice la « paranoïa pénitentiaire ». Il s’agira donc, en s’appuyant sur une sociologie du travail tel que Everett Hughes la concevait, c’est-à-dire comme une division des tâches allant « au-delà du simple phénomène technique » (Hughes, 1996 [1971], 64) et contenant « d’infinies nuances psychosociologiques » (idem), de comprendre comment l’univers carcéral, par la spécificité de son organisation, structurellement violente, en vient-il à infiltrer la subjectivité des surveillants au point de faire émerger les traces d’une « paranoïa pénitentiaire » ? Comment les surveillants de prison mobilisent-ils leur subjectivité pour résister à cette infiltration de la violence carcérale dans leur travail quotidien ? Enfin, convient-il vraiment de parler de « paranoïa » pour décrire un fait qui semble, de près ou de loin, convoquer des réactions qu’il serait peut-être anormales de ne pas déployer dans un contexte tel que celui de la prison, plutôt que de s’en tenir à une description renvoyant aux catégories du pathologique et aux nosographies de la maladie mentale ?

1. L’UHSI comme caricature de l’organisation carcérale

6Véritable dispositif guerrier (Chauvenet, 1998) conçu pour isoler et enfermer les individus en son sein, la prison repose avant tout sur un principe de division et d’hostilité généralisé dans lequel chacun devient pour l’autre un ennemi potentiel (Chauvenet, 2006, 374). En effet, en dépit des différentes réformes sanitaires ayant participé ces dernières décennies à « l’humanisation des prisons », la prison reste structurée par des logiques paradoxales qui lui donnent le visage intemporel d’un lieu a-démocratique (Guilbaud, Malochet, 2011, 10). Ainsi en va-t-il des UHSI qui, bien souvent présentées comme la vitrine des nouveaux dispositifs contribuant à l’amélioration du dispositif sanitaire participent finalement à exacerber les mécanismes internes de l’organisation carcérale et restent, à ce titre, l’occasion de repenser les mécanismes de l’enfermement. Source de bien des suspicions chez les détenus, le cloisonnement de l’UHSI l’est tout autant pour le personnel de surveillance qui, au-delà d’un double confinement propice au développement de la paranoïa doit également faire face à un effritement de la cohésion interne à leur corps de métier tendant à renforcer les hostilités de chacun envers chacun.

1.1. Une suspicion exacerbée par le double confinement de l’UHSI

7Si d’apparence extérieure l’UHSI enquêtée ne présente aucune différence particulière parmi les autres structures internes au CHU, l’entrée au sein de celle-ci dénote immédiatement des détentions habituelles. Les bruits feutrés des portes sécurisées donnant accès au rez-de-chaussée, la salle de fouille entièrement médicalisée, la propreté des sols et des murs ne peuvent alors que renvoyer l’étrange sensation d’un lieu aseptisé sous la vigilance constante du personnel de surveillance et des caméras scrutant de part et d’autre l’établissement. Au premier étage où sont installés les bureaux administratifs succède un deuxième étage réservé aux soins des personnes détenues. Chambres verrouillées, fenêtres avec barreaux, circulation des patients détenus réduite à son strict minimum, absence de cours de promenade, l’UHSI présente à première vue l’un des lieux privatifs de liberté des plus confiné. En effet, bien que cette structure reste un espace de soins éloigné de la détention, l’enfermement provoqué par l’incarcération y est finalement redoublée par le confinement du lieu de soin. Comme pour créer un cloisonnement à la fois adouci, euphémisé et plus efficace (Razac, 2009, 212), la médicalisation du lieu concrétise ainsi une violence douce et implacable (ibid., 226) par l’intrication d’un ordre hospitalier et d’un ordre pénitentiaire tendant à quadriller l’espace. Loin d’être décloisonnée, la pratique professionnelle des surveillants de prison apparaît donc plutôt prisonnière d’un espace-temps doublement contraignant. En effet, à l’organisation pyramidale de l’administration pénitentiaire (Chauvenet et al., 1994) qui façonne la base et la hiérarchie du métier de surveillant s’adjoint le complexe administratif de l’hôpital. L’UHSI prend ainsi une configuration organisationnelle triangulaire comportant à sa base des métiers modestes (Hughes, 1996 [1971]) représentés par le personnel soignant (infirmière, aide-soignante) et le personnel de surveillance. À son sommet, se trouve l’encadrement, composé par les formes les plus prestigieuses de ces activités, hiérarchiquement supérieures et structurant le cadre de travail, à savoir les officiers pénitentiaires et la profession médicale. Face à l’imbrication de cette hiérarchie hospitalo-carcérale, les surveillants de prison se trouvent confrontés à des modifications de leur rôle professionnel pour s’ajuster au cadre de travail, définies en partie par le corps médical et qui exacerbent les « injonctions paradoxales » d’un métier, au carrefour du soin et de la peine, en occasionnant une double perte de sens au travail pour ces derniers.

1.1.1. Une double perte de sens au travail

  • 3 E. Hughes définit par la notion de sale boulot, les tâches physiquement dégoûtantes ou humiliantes. (...)

8Cette perte de sens se répercute d’abord au sein de la division technique du travail, les surveillants se voyant majoritairement relégués aux seuls actes sécuritaires de leur métier et aux tâches subalternes d’accueil ou de fourniture des produits de première nécessité pour les détenus. L’aspect relationnel du métier de surveillant de prison, qui est une caractéristique essentielle du métier en détention, se voit donc excessivement réduit au profit de la fonction de contrôle nécessaire à la sécurité interne de l’UHSI. Le guide pratique des modes opérationnels relatif à la surveillance d’une UHSI énumère ainsi les tâches des surveillants de prison UHSI : les agents, « après le contrôle à la porte d’entrée principale » doivent « effectuer une fouille adaptée à l’état de santé du détenu », « fournir des produits d’hygiène et de toilette, ainsi que du linge de corps si le détenu n’en a pas », « fermer à clef la chambre qui aura été attribuée au détenu ». Les agents doivent également « procéder aux contrôles programmés des locaux », c’est-à-dire contrôler l’effectif des détenus, sécuriser les soins en accompagnant le personnel soignant aux chambres des détenus, exécuter les fouilles des chambres et la vérification des barreaux aux fenêtres. Enfin, les agents ont le rôle de gérer les bons de cantine des détenus, les appels téléphoniques, la distribution du courrier ainsi que d’assurer les parloirs prévus pour les détenus. Pris dans un « faisceau de tâches » (Hughes, 1996 [1971]) fort répétitif, où ces derniers se voient donc attribuer le « sale boulot »3 (idem, 81) sécuritaire ou bien les rôles les moins qualifiants de l’institution UHSI, la division technique du travail vient finalement accentuer le sentiment d’instrumentalisation au travail des surveillants qui se sentent alors, pour la majorité, réduits au rôle de « porte-clés » des professionnels de santé :

Ils [les soignants] n’apprécient pas le fait que ce soit un surveillant qui doive ouvrir la porte pour qu’ils puissent faire les soins. Et nous, on apprécie pas du tout quand ils ont besoin d’un surveillant pour ouvrir la porte. Ils ne demandent pas un surveillant qui peut venir ouvrir la porte, ils demandent une clé (surveillant, 27 ans).

9À la tâche noble du soin, de réparer et de rendre au corps ses fonctions vitales, se côtoie donc la tâche ingrate de coercition, confrontation paradoxale qui fonctionne comme un rappel aux surveillants de l’image négative habituellement attachée à leur métier. Sur cette dichotomie institutionnelle s’inscrivent donc spatialement des sphères professionnelles distinctes, avec peu de relations fonctionnelles entre eux (Chauvenet et al., 2008, 152). Ainsi, malgré leur apparente proximité, le camp des soignants et le camp des surveillants régulent l’espace interne de l’UHSI, ces deux groupes protagonistes ne se mélangeant que rarement. Ce cloisonnement professionnel entre un « eux » et un « nous » instaure alors, de par la distance et la méconnaisse sociales qu’il provoque, un climat de méfiance et d’hostilité dans les rapports quotidiens entretenus entre les professionnels du soin et de la surveillance. En effet, au sentiment d’instrumentalisation au travail - redoublé par la redistribution des tâches internes à l’UHSI - vient donc s’inscrire une division morale du travail plus large contenant d’infinies nuances psychosociologiques (Hughes, 1996 [1971], 64) pour les surveillants de prison qui, n’obtiennent que rarement le soutien de leur hiérarchie :

Nous-même nous nous engueulons avec le médical et quand nous allons voir notre officier pour lui en parler il nous dit : « Oui mais vous-même vous n’êtes pas parfait » […] Moi la dernière fois je me suis pris la tête avec lui parce que je lui ai dit que j’avais l’impression de ne pas être soutenu par ma hiérarchie et il a pété un plomb. Il m’a dit « Comment ça ? La dernière fois vous étiez dans un transat et je ne vous ai rien dit ! » Mais c’est pas ça, quand je dis que je ne suis pas soutenu par ma direction c’est que j’ai un problème et que je veux être appuyé. Je ne lui ai pas demandé d’être laxiste ou pas. Et voilà, en fait il ne comprend pas que moi je ne lui demande pas ça. Moi je lui demande d’aller voir les gens et de leur dire « merde ! » et c’est son rôle (surveillant, 36 ans).

  • 4 Selon C. Dejours, pratiquement toutes les stratégies collectives de défense mettent en scène la vir (...)
  • 5 Les UHSA correspondent à un « hôpital prison » à l’intérieur d’un service hospitalier de psychiatri (...)

10Entrant alors dans des mécanismes de défense viriles4 en affrontant le corps médical ou en usant de stratégies de préservation auprès de la hiérarchie pénitentiaire pour faire face aux tensions internes, les positions des corps professionnels en présence tendent à se cristalliser sur leurs positions respectives. Si le corps médical tente par une forme d’entreprise morale (Becker, 1985) d’obtenir une meilleure coopération avec les surveillants, il apparaît nettement que pour ne pas être « souillé » par l’univers contaminant de la prison (Goffman, 1968), celui-ci tend à instaurer des barrières avec les surveillants qui se voient alors par le miroir que cette situation représente dans une position où la double illégitimité sociale et morale de la population pénale rejaillit sur les personnels et déclasse leur travail (Bessin, Lechien, 2000, 171). Par conséquent, si la loi du 22 juin 1987 définit la double mission de maintien de la sécurité et de réinsertion sociale attribuée aux surveillants de prison, ces derniers sont -au sein de la division technique et morale du travail propre à l’UHSI – déclassés dans l’unique rôle de la coercition excluant du même coup la nature relationnelle du métier de surveillant au profit de la seule relation soignant-soigné. Comparant son rôle professionnel au rôle accompli par le personnel de surveillance au sein des Unités hospitalières spécialement aménagées5 (UHSA), uniquement chargé de la sécurité périmétrique de ces établissements, ce surveillant pointe alors l’inutilité de sa mission et l’amélioration des rapports professionnels que l’on obtiendrait en laissant les surveillants de prison à la périphérie de l’UHSI :

Ici on a un maximum de 20 détenus. Suivant l’UHSA c’est beaucoup plus important donc grosso modo ils sont comme nous, peut-être plus. Puis quand tu regardes, les unités pour malade difficile (UMD) pour les gens un peu fou, y a pas de surveillants ou autres, et pourtant y a des gens très dangereux, y a des meurtriers aussi dedans. Et ils se débrouillent. Ici ça devrait être pareil. Je pense que ça améliorerait les choses mais ça n’a pas été réfléchi comme ça. Le rapport serait beaucoup mieux, chacun aurait son… ça doit quand même être embêtant pour eux de venir nous demander les clés. Puis nous, faire le pied de grue devant une porte pendant une heure, c’est casse-pied aussi. Pour moi, une partie de notre fonction est inutile, tout simplement (surveillant UHSI, 28 ans).

11La comparaison faite par ce surveillant entre UHSI et UHSA – deux institutions aux missions pourtant différentes, l’une relevant du secteur somatique, l’autre du secteur psychiatrique, mais aux évolutions institutionnelles concomitantes – utilise alors les figures de la dangerosité psychiatrique et de la dangerosité criminelle (Bazex et al., 2008) pour déconstruire de manière critique la prétendue nécessité du personnel de surveillance dans une institution dont les missions de soins s’opposent au fondement même du métier de surveillant. Comme si les rôles de chacun avaient été impensés par la réforme du 24 août 2000, le discours de ce surveillant emprunte ainsi le registre de la construction de deux catégories de détenus – les « fous » et les « meurtriers » – qui reposent toutes les deux sur le principe de la peur et de l’imprévisibilité, pour finalement invalider le mode de fonctionnement institutionnel alors mis en place. Redonnant par-là même à chacun sa fonction, aux soignants le soin et aux surveillants le sécuritaire, ce surveillant accentue du même coup l’aporie sur laquelle s’est construite cette institution et l’hypocrisie ressentie quant aux missions officiellement attribuées aux surveillants.

1.1.2. Une double instrumentalisation

12Plutôt vécu sous le mode de la « cohabitation forcée » par le cadre prédéfini de l’organisation hospitalo-carcérale que sous des modalités de sociabilités professionnelles enrichissantes, bien que chacun des protagonistes se voient nécessairement dans l’obligation de coopérer puisque enfermés dans la même situation (Bessin, 2003), les tensions inhérentes aux soins en milieu carcéral pèsent finalement sur l’ambiance de l’institution. Impuissants pour affronter ces tensions internes dans un cadre hospitalier où le discours médical apparaît comme le plus légitime (Bessin, 1995), l’ambiance au sein de l’UHSI devient une plainte récurrente des surveillants. C’est pourquoi ce surveillant donnera alors une représentation de perpendicularité plus que de parallélisme aux missions de soin et de sécurité coexistant en un seul et même lieu :

On n’aime pas trop le service. C’est vrai que l’ambiance avec le médical n’est pas toujours au beau fixe. T’es toujours plus ou moins surveillé, puis bon, ce sont deux métiers qui n’ont pas les mêmes bases, les mêmes façons de penser. Ce ne sont pas deux métiers parallèles, c’est plutôt perpendiculaires que parallèles (surveillant UHSI, 28 ans).

  • 6 A. Strauss entend par le concept d’ordre négocié les processus de négociations qui ont court entre (...)

13La sensation d’être un surveillant surveillé (Lhuilier, Aymard, 1997, 77), à l’instar du contrôle exercé par la profession médicale, vient donc lourdement s’ajouter aux sentiments de déclassement et d’inutilité professionnelle ressentis par les surveillants. Outre le cadre hospitalier qui dicte sa propre temporalité et sa propre utilisation de l’espace en référence aux patients accueillis, les surveillants voient également toute leur vie organisée, rythmée par des contraintes spatiales et temporelles particulièrement strictes (Englebert, 2010, 143) de l’administration pénitentiaire. Les surveillants sont ainsi sujets aux horaires atypiques de l’institution qui se marquent par des journées allant jusqu’à treize heures de travail sur certains postes, des nuits rattrapées sur les seuls jours de repos des agents et des journées de réserves non officialisées pour faire face aux dysfonctionnements institutionnels. À l’ordre négocié6 (Strauss, 1992) de l’hôpital où le corps médical programme le traitement et le suivi des patients en organisant l’action autour du malade (Strauss, 1992, 104), les surveillants de prison UHSI doivent donc également suivre les recommandations de leur hiérarchie, elle-même en constante difficulté pour parer aux réajustements continuels de l’institution hospitalière. Les problèmes d’ordre temporel sont ainsi récurrents pour les agents de l’UHSI qui, en plus de la difficile gestion des plannings et des journées qui semblent parfois interminables, sont désormais assignés aux longues heures de gardes statiques. En raison des contraintes budgétaires de l’administration pénitentiaire et des flux de patients plus ou moins importants, certains surveillants se voient donc faire des demi-journées aux journées initialement prévues sur leur emploi du temps. Il est ainsi courant que les surveillants soient renvoyés chez eux lorsque la matinée de travail n’indique pas aux officiers une grosse charge de travail pour l’après-midi à venir. Avec la conviction d’être totalement instrumentalisé par sa propre administration, ce surveillant mécontent de la gestion des plannings mis en place par son encadrement comparera son poste dans la fonction publique pénitentiaire à une boîte d’intérimaires :

La gestion des plannings est très chiante parce que lorsqu’ils ont besoin de toi ils te gardent, s’ils n’ont pas besoin de toi, ils te dégagent. Donc t’as l’impression de faire de l’intérim alors que t’es en CDI quoi. Ils t’utilisent pour n’importe quoi. Mais ce n’est pas normal, si on te fait venir le matin pour tel nombre d’heures on te garde pour tel nombre d’heures. Sinon on ne te fait pas venir. Ou alors, on te dit à l’avance tu viens pour 9h au lieu de 13h ou tu viens pour 11h mais on te le dit parce que tu as une vie et que ta vie ce n’est pas ton travail (surveillant UHSI, 36 ans).

14Un autre surveillant exprimera, quant à lui, l’usure psychique ressentie face aux journées de treize heures et le stress finalement provoqué par la fatigue accumulée, de surcroît difficilement récupérable en raison de la variabilité du planning attitré aux surveillants :

Treize heures de travail c’est quand même beaucoup. C’est même plus que ça si tu comptes le transport. Au final, tu n’as le temps de rien. Mais bon c’est comme ça. Les gens qui travaillaient dans les mines et autres, ils avaient des emplois du temps bien plus terribles. C’est comme ça. C’est long, c’est même très long. Physiquement ce n’est pas extrême, on prend tous du poids ici, mais psychologiquement c’est lourd. Puis t’as beaucoup de fatigue, t’as peu de sommeil. Si tu enlèves le sommeil à quelqu’un il va devenir beaucoup plus irritable (surveillant UHSI, 27 ans).

15Aujourd’hui reléguées à l’administration pénitentiaire bien qu’au départ prévues pour être effectuées par la police nationale, les gardes statiques des personnes détenues hospitalisées dans d’autres secteurs du CHU restent un problème crucial pour les surveillants qui ne disposent pas encore de moyens matériels et humains suffisants pour les assurer. La mise en forme sociale de la fatigue (Loriol, 2003) ici décrite par les agents dépend ainsi des contraintes spécifiques au métier de surveillance. Mais au-delà des contraintes de travail, caractérisées par l’usure psychique et la disponibilité permanente aux tâches commanditées par la hiérarchie, ce sont surtout les conditions de travail des agents au sein de l’UHSI qui tendent à provoquer ces plaintes de fatigue. Comme l’indique Pierre Roche, dans son enquête menée sur l’usine Ugine Acier de Fos, les plaintes de fatigue des ouvriers se font surtout entendre lorsque les conditions de travail sont considérées comme socialement anormales et que les salariés ne parviennent pas à récupérer leur force de travail dans les temps prévus à cet effet (Roche, in Loriol, 2003, 469). C’est pourquoi, cette surveillante désignera les mauvaises conditions de travail comme la principale source de fatigue pour les agents de garde la nuit :

Y a pas de solutions apportées aux problèmes. Cela fait 2 ans et demi que l’UHSI a ouvert, et ça fait deux ans que nous faisons des gardes statiques, c’est-à-dire des nuits sur la totalité du site [CHU], nous n’avons jamais eu de relèves. 12h45 de travail sans être relevés dans un couloir de l’hôpital à garder les voyous, sans relèves ! Alors ça aussi c’est insupportable, c’est intenable, c’est désagréable ! C’est long, fatigant parce qu’on est assis sur une chaise de 18h45 jusqu’à 7h du matin (surveillante, 35 ans).

16Doublement instrumentalisés, par l’administration hospitalière et par l’administration pénitentiaire, mais aussi placés dans une relation en miroir (Rostaing, 2010 ; Vacheret, Lemire, 2006) face aux professionnels de la santé sans grand soutien de leur propre hiérarchie, les surveillants de prison UHSI ressentent ainsi une double perte de sens au travail, à la fois technique et morale. En effet, l’équation insoluble (Farges, 2007, 107) des rapports entre le soin et la peine s’avère ici exacerbée dans un espace-temps doublement contraint par la rigidité et l’instabilité (Chauvenet, 2006) de ces deux organisations que sont la prison et l’hôpital. Pesant à la fois sur l’ambiance du service et sur l’organisation du temps de travail des surveillants, la structure confinée et quadrillée de l’UHSI provoque alors fatigue, stress, usure psychique et tensions internes au cadre de travail, autant de facteurs venant augmenter le développement de l’imaginaire susceptible de déboucher sur des schèmes de pensée persécuteurs et anxiogènes redoublant alors la sensation d’être surveillé, instrumentalisé, ou inutile au sein du cadre de travail. Mais si cette suspicion s’avère occasionnée par la mise en altérité de ces deux corps de métiers (soin et surveillance) au sein d’un même espace clos et des changements organisationnels subis par les surveillants, elle se trouve également renforcée par le manque de cohésion interne au corps des surveillants.

1.2. Un effritement de la cohésion professionnelle des surveillants

  • 7 A. Strauss utilise la notion de segment pour désigner les groupements qui émergent à l’intérieur de (...)

17Tenir compte de la matrice sociale (Hughes, 1996 [1971]) de l’espace hospitalo-carcéral, c’est-à-dire de son cadre institutionnel avec son système d’interactions, et de ses impacts sur le métier de surveillant en termes de redistribution des tâches, ne doit pas pour autant occulter de l’analyse la situation de travail réelle des surveillants qui, confrontés à une transformation institutionnelle de leur cadre d’activité sont aussi dans l’obligation de recomposer leur corps de métier sur la base d’une nouvelle dynamique organisationnelle. Le déplacement géographique des surveillants, de la prison à l’hôpital, laisse ainsi entrevoir, la construction d’un nouveau segment professionnel7 (Strauss, 1992) au sein du corps des surveillants de prison qui, parce qu’il se trouve soumis à des transformations de son appareil conceptuel et technique (idem, 82), subit un bouleversement de son identité collective. En ce sens, une posture interactionniste qui considère l’organisation carcérale comme un processus qui se forme, se déforme ou se transforme par les actions et par les relations que nouent les acteurs entre eux (Rostaing, 2009, 90) s’avère nécessaire pour comprendre comment les surveillants font face aux transformations institutionnelles de leur cadre d’exercice. Entre réorganisation et redéfinition de leur métier (Lhuilier, Aymard, 1997, 39), les surveillants doivent effectivement affronter une nouvelle configuration organisationnelle, dont les traits structurels et temporels s’avèrent favorables à l’effritement de la cohésion interne à leur corps de métier et, subséquemment, au développement de la paranoïa entre les agents.

1.2.1 Un sureffectif en vase clos

18D’un point de vue structurel, l’UHSI rassemble dans sa totalité de nombreux surveillants au regard du nombre de détenus pouvant être accueillis, à savoir une soixantaine d’agents répartie en six équipes pour une vingtaine de détenus. Ce ratio surveillants/détenus pour une structure aussi petite se justifie non pas tant par le grand nombre de tâches à effectuer que pour répondre aux besoins de l’institution hospitalière et à la régulation temporelle et spatiale de la prison ordonnée autour du concept fondamental de mouvement (Chauvenet et al., 1994, 21). Chaque transfert hospitalier ou garde statique de détenus comprenant au minimum deux agents, il est nécessaire pour l’encadrement de bénéficier d’un minimum de surveillants pour combler les transferts programmés sur d’autres plateaux hospitaliers. Selon les jours, le nombre de surveillants présents à l’UHSI est donc variable mais lorsque les temps inoccupés par l’organisation du travail tendent à s’étaler, ces derniers se regroupent dans les lieux qui leur sont destinés, tels que les postes de contrôle, la salle de repos, les unités de vie des patients-détenus où sont postés certains de leurs collègues. Si ces temps, parfois vécus sous la forme de l’interminable, sont alors l’occasion pour les surveillants de développer leur connaissance des uns et des autres, ils comportent aussi ses dérives. Les surveillants inoccupés au sein de l’organisation chahutent alors amicalement les infirmières, leurs homologues masculins ou féminins ; s’endorment parfois dans la salle de repos, lisent des documents au sein des postes contrôles ou sortent fumer devant le bâtiment. Mais ces conduites, soient propices à l’alourdissement de l’ambiance entre surveillants, soient décriées par la hiérarchie hospitalo-carcéral comme l’expression d’un non professionnalisme, occasionnent alors des conflits qui amenuisent les liens internes au corps pénitentiaire. Ce surveillant explique ainsi le passage d’une temporalité propice à la rigolade entre collègues à une temporalité propice à la division du groupe :

T’es tranquille mais ça à ses défauts. T’es tranquille mais t’as le temps de parler sur les autres. On pourrait être là tranquille à discuter de Voici et de Closer mais non, on discute des autres, alors des fois c’est gentil ou c’est rigolo mais des fois c’est vicieux ou bien ça attaque. Et puis quand ça attaque, ça attaque en groupe et puis y en a au moins un qui va aller le reporter. Et puis c’est pas pensé (surveillant, 36 ans).

  • 8 Pour C. Dejours les stratégies collectives de défense ont pour but de masquer ou d’occulter une anx (...)

19Si situer l’autre s’avère essentiel dans un univers marqué par l’hostilité, le cadre de l’UHSI -par la sociabilité qu’il occasionne entre membres du personnel- tend à compresser les rapports entretenus entre chacun et à engendrer des mécanismes de défense collectifs8 (Dejours, 2009a, 168) qui, par la mise en altérité occasionnée, courent toujours le risque de franchir le cap de la violence entre surveillants. Il est d’ailleurs régulier d’entendre les surveillants évoquer une bagarre ou une dispute entre collègues enclenchée par des petits riens mais prenant au sein de ce double confinement une dimension disproportionnée. Au temps long parfois inoccupé, ce même surveillant ajoutera la taille de la structure qui tend à instaurer une plus grande proximité entre les agents :

Tu sais dans un petit environnement où les gens n’ont rien à faire, les gens se cassent du sucre sur le dos, ils blablatent toute la journée puis au bout d’un moment ça devient n’importe quoi, ça peut tomber dans la grossièreté, dans la méchanceté, ça tombe dans l’excès et comme les gens n’ont rien à faire d’autres, eh bien, ça vient vite tout ça. Et c’est pour ça qu’on n’a pas de problèmes avec les détenus, on a que des problèmes avec les surveillants (surveillant, 36 ans).

20Les problèmes rencontrés au sein de l’institution se déplaçant ainsi des détenus (seuls en chambre et sortant rarement de celle-ci) aux surveillants, et en dépit du fait que ces problèmes soient en grande partie provoqués par l’inactivité des surveillants et l’étroitesse dans laquelle prennent place les rapports entre les membres du personnels, la hiérarchie pénitentiaire y lit de son côté un manque de professionnalisme de ses agents et tend à prendre ses distances face à ces derniers, augmentant ainsi la division interne au corps des surveillants. La petite taille de la structure UHSI, qui peut donc s’apparenter à un vase clos, vient renforcer la cohabitation forcée des uns et des autres tout en provoquant des moments de prises de distance pour éviter cette cohabitation inéluctable. À la compression spatio-temporelle sur laquelle s’inscrivent les relations succèdent ainsi des temps d’isolement et de repli renforçant la méfiance entre les agents ou entre les agents et leurs officiers. Cette surveillante, sans vraiment donner de raisons apparentes à son propos, trouve ainsi plus difficile d’exercer dans une petite structure où les conflits peuvent éclater à tout moment :

X : C’est plus dur de travailler, y’a pas mal de conflits dans les petites structures, des conflits de toutes sortes…
E : Entre personnels ?
X : Oui, hiérarchie et personnel. Au début c’était très difficile parce que la hiérarchie n’aime pas entendre la vérité. Quand les agents se plaignent quand ça ne va pas, pour eux c’est comme si on jouait dans leurs pattes ! (surveillante UHSI, 35 ans).

21Arrivée dès l’ouverture de la structure, cette surveillante oppose les conflits pouvant être occasionnés par la difficile organisation du travail à la connaissance pratique dont disposent les surveillants face aux problèmes rencontrés, « vérité » qui ne serait alors pas entendue par sa hiérarchie. Déniant par-là même les difficultés organisationnelles rencontrées par chacun, mais accentuant pour le coup le manque de confiance et de communication ressentie dans ses rapports à sa hiérarchie, les plaintes des agents sont alors représentées comme un jeu qui agacerait celle-ci. Indiquant à la fois le manque d’échanges et d’usage de la parole qui permettraient d’apaiser l’ambiance, l’expression « dans leurs pattes » soulève finalement la trop grande proximité spatiale dénuée de proximité sociale quant aux rapports entretenus entre surveillants et officiers de l’institution. Les officiers de l’UHSI ayant préféré prendre des distances relationnelles avec leurs agents, notamment en raison du non-professionnalisme qu’ils leur attribuent, les surveillants interprètent finalement le peu de liens alors entretenus entre ces deux groupes protagonistes à des relations amicales qui sillonneraient la plus ou moins grande proximité de la hiérarchie avec certains surveillants. Tel un sentiment d’injustice perçu entre des agents qui seraient alors plus ou moins appréciés sur des critères personnels et non professionnels et d’autres rencontrés uniquement en cas d’erreurs ou de manquements, les surveillants expriment aussi le principe de la peur rattaché à la sanction et sur lequel tendent à s’appuyer les rapports entre le personnel de surveillance et la hiérarchie pénitentiaire.

1.2.2. Peur, incertitude et opacité

22Propice aux développements des appréhensions, les craintes de sanctions enclenchent de multiples suspicions entre les agents de surveillance, certains lisant, en cas de trop grande proximité avec la hiérarchie, seulement l’occasion d’une délation. Dans ce contexte de travail où les conflits rencontrés peuvent aussi faire l’objet de plaintes auprès de la hiérarchie, la figure élective de la « balance », qui reste discriminante dans un métier à dominante masculine dont les règles sont fondées sur l’honneur et la virilité, traverse de part et d’autres les rapports entre les surveillants. Il est effectivement rare de ne pas entendre les surveillants craindre que des faits soient répétés à la hiérarchie, craintes qui peuvent parfois prendre la forme de mises en garde « bienveillantes » auprès de l’enquêtrice qui, étrangère aux situations, pourrait alors être prise dans les mêmes configurations relationnelles. Si ces plaintes ont souvent lieu dans les coulisses de l’institution, elles expriment aussi l’incertitude quant aux relations entretenues entre les uns et les autres, incertitude qui semble trouver sa source non seulement dans le manque de communication de la hiérarchie envers le personnel mais aussi dans l’opacité provoquée par le confinement du lieu et les mécanismes de repli de chacun sur sa sphère de travail. L’opacité me sera tout de suite invoquée par ce surveillant, lorsque je lui demanderai si à défaut d’avoir des liens avec sa hiérarchie, il y a des liens entretenus entre les deux hiérarchies respectives de l’établissement :

Ouais y en a mais on ne le voit pas. Déjà parce que les officiers sont toujours dans leur bureau, mais c’est vrai que régulièrement le personnel médical va voir le lieutenant et le commandant mais je ne sais pas pourquoi. Certainement pour établir les plannings des sorties pour les escortes, les gardes statiques tout ça. Après ils se voient parce qu’il y a de la délation (surveillant, 29 ans).

  • 9 Les surveillants gradés sont chargés d’encadrer les surveillants non gradés et sont situés dans la (...)

23Pris dans cette organisation conflictuelle, certains agents souhaitent alors réintégrer les établissements pénitentiaires d’origine ou attendent les CAP (commission administrative paritaire relative à la mobilité professionnelle des surveillants) pour postuler sur des postes qu’ils jugent plus opportuns. Avec le sentiment d’être malmenés par leur hiérarchie, déconsidérés par les professionnels de santé et jugés par leur groupe de pairs, les surveillants subissent, en effet, une triple pression dans leur activité professionnelle les poussant à quitter l’institution au profit de postes moins usants psychiquement et à l’expérience plus enrichissante. Expliquant la fragilité dont font ainsi l’objet les premiers surveillants9 en raison de l’ambiguïté de leur position au sein de la ligne hiérarchique (Cambon-Bessières, 2006, 9), ce surveillant fait part du « malaise » qui assaille les premiers surveillants au sein de l’UHSI :

X : Y a des chefs [premiers surveillants] qui ont envie de partir aussi parce qu’ils commencent à se sentir mal.
E : Ils se sentent mal ?
X : Ils se sentent mal parce qu’ils sont entre nous et les officiers. Alors d’un côté on va les voir parce que c’est le bordel et d’un autre côté ce sont les chefs qui leur imposent des objectifs, donc ils sont pris entre les deux. Et franchement, certains préfèrent se barrer parce qu’ils n’ont pas envie de se mettre en conflit avec nous alors que c’est au-dessus d’eux qu’on leur impose et, nous, on le sait que ce n’est pas eux (surveillant, 36 ans).

24La solidarité plus ou moins stratégique ici décrite entre premiers surveillants et surveillants – quoique intimement liée à l’interdépendance des positions exercées par ces deux groupes au sein de l’organisation, les uns contrôlant et organisant, les seconds effectuant les tâches et renvoyant des informations aux premiers – se repère surtout en situation de crise (Cambon-Bessières, 2006, 12). En effet, si les rapports entre surveillants et premiers surveillants sont facilités par la proximité spatiale et professionnelle de ces deux groupes, cette solidarité est aussi la résultante de la pesanteur de l’ambiance à l’UHSI qui occasionne une multitude de frustrations. Aux premiers surveillants qui, par leur position dans l’organisation du travail canalisent la plupart des conflits, les surveillants font face quant à eux à un manque de communication tel que les possibilités d’amélioration dans leur métier s’avèrent quasiment inexistantes :

Avec les premiers surveillants ça va, avec les officiers un peu moins parce que déjà ils restent toute la journée dans leur bureau, ils ne se déplacent jamais pour dire bonjour à ceux qui sont en train de travailler. Moi je trouve qu’ils n’affirment pas assez leur autorité. En tant que lieutenant et commandant, tu as quand même un rôle à jouer quand certains ne font pas leur travail ou pas correctement. Alors ici on ne leur dit pas, ou ils le font par derrière, ou ils le font dire par le premier surveillant même si ce sont eux [officiers] qui l’ont constaté, ils ne vont pas le dire sur le moment. Ça va être après et c’est un truc que je regrette un peu, parce que si tu veux t’améliorer… (surveillant, 29 ans).

25Structurellement conflictuelle, l’organisation carcérale ne manque pas d’imposer aux personnels pénitentiaires à la fois l’isolement et l’enfermement prévus pour les détenus. Le double confinement spatio-temporel de l’UHSI semble ainsi condenser les contradictions et les rapports de force inhérents au principe de sécurité. Isolement sur certains postes de travail, cohabitation forcée entre les membres du personnel sur un temps élargi, cloisonnement structurel et professionnel qui donne plus d’opacité quant aux relations entretenues, mais aussi manque d’échanges et de paroles entre personnel et hiérarchie qui vient renforcer les visions stéréotypées des uns et des autres, sont autant de facteurs pesant sur ou entre les membres du personnel. Dans ce contexte de double confinement où l’inactivité, la dévaluation et la pression professionnelles sont des traits caractéristiques du travail réel accompli par les surveillants, les appréhensions de chacun prennent parfois des proportions inattendues au sein du personnel de surveillance qui apparaît parfois à vif (Dejours, 2009a) au sein du cadre de travail. S’il est certes difficile de distinguer la part de réalité et la part de projection imaginaire qui président à l’évaluation de la pression (Chauvenet et al., 1994, 134), il apparaît ici que la crainte de ne pas convenir aux ordres commandités, la peur d’être sanctionné par l’encadrement hiérarchique et la suspicion pouvant naître de l’effritement de la cohésion interne aux corps des surveillants tendent finalement à la paranoïsation des rapports entretenus au sein de l’institution. L’imaginaire des surveillants prédominant alors sur le travail réellement accompli, la suspicion induite par le cadre de travail vient s’ajouter à la double violence et à la double exclusion dont fait déjà l’objet le monde des surveillants de prison (Chauvenet et al., 1994).

2. Le monde des surveillants de prison : de la double exclusion à la double violence

26Isolant les membres qu’elle contient à la fois du dedans mais aussi du dehors (Lhuilier, Aymard, 1997), le principe de double exclusion de la prison n’échappe pas au personnel de surveillance qui est non seulement méconnu du public extérieur mais aussi méprisé par la population qu’il doit maintenir en son sein. Cette situation de double exclusion, qui induit à bien des égards un malaise chez les surveillants de prison, repose avant tout sur la violence structurelle sur laquelle s’est édifiée l’institution prison, celle-ci n’ayant que pour seule finalité le contrôle social de la population qu’elle contient. Subséquemment, si à bien des titres, en effet, l’organisation carcérale façonne la situation des surveillants de façon similaire à celle des détenus (Chauvenet et al., 2008, 293), l’UHSI présente également – de par le cadre télescopique qu’elle représente – l’occasion de repenser le despotisme légal (Chauvenet, 2006) sur lequel s’est instituée la prison. Aussi, au-delà des mécanismes de l’enfermement propices au développement de la suspicion, l’UHSI permet-elle de saisir la double violence qui pèse sur les surveillants de prison et qui, relevant tout autant du traitement politique individuel des agents que des pratiques ayant cours au sein de l’institution, est alors susceptible de renvoyer une vision « paranoïde » du monde des surveillants de prison.

2.1. L’UHSI comme observatoire de la double violence

  • 10 Dossier de presse du Ministère de la justice, « La première unité hospitalière sécurisée interrégio (...)
  • 11 Les forces de police restent le socle de référence pour l’administration pénitentiaire lorsqu’il s’ (...)
  • 12 L’auteure entend par « déprise institutionnelle » les formes de désengagements institutionnels prov (...)
  • 13 La reprise institutionnelle est définie comme les formes de renforcement institutionnel avec un rec (...)

27L’ouverture des UHSI, qui était présentée lors de l’inauguration de la première UHSI sur le territoire français10 comme une occasion pour les surveillants de renouveler leurs missions et de se calquer un peu plus sur les forces de police11, a finalement été – dans le cas de l’UHSI enquêtée – l’instrument pour appuyer le despotisme bureaucratique et légal (Chauvenet, 2006) de la prison. Au processus de déprise institutionnelle12 qui s’enclenchait alors pour les surveillants en raison du décloisonnement qu’elle procurait pour le métier, s’est adjoint une reprise institutionnelle13 (Rostaing, 2009) d’envergure, consistant à déverser au sein de l’UHSI les surveillants susceptibles de perturber l’ordre carcéral en vigueur au sein des établissements pénitentiaires. Ainsi, si certaines demandes écrites ont été adressées au personnel chargé de la sélection des agents (Direction, ressources humaines, officiers), le recrutement alors mis en place a vite été rattrapé par le système de sanctions-privilèges propre aux institutions totales (Goffman, 1968).

2.1.1 Du recrutement au renforcement de l’ordre carcéral

28Les demandes écrites adressées au personnel chargé du recrutement - bien souvent motivées soit par l’envie de bénéficier d’une nouvelle coopération professionnelle avec les forces de police ou les professionnels de la santé, soit par la volonté d’exercer plus amplement le second volet de leur activité, la réinsertion – ont vite laissé place à un renforcement de l’ordre carcéral par l’intermédiaire duquel certains agents se sont trouvés contraints d’aller exercer leurs missions à l’UHSI. Le cadre de l’UHSI, qui représentait pour certains surveillants un moindre stress et une diminution de la pression professionnelle rencontrée en détention, a finalement contribué à renforcer les hiérarchisations internes au métier de surveillant. Comme l’indique ce premier surveillant, en charge de l’encadrement des agents, si certains surveillants ont effectivement pu bénéficier des avantages qui s’offraient à eux, d’autres se sont trouvés forcés d’y consacrer une partie de leur temps professionnel :

Bien à l’UHSI au moins y’a pas de stress hein ! Sincèrement. C’est vrai qu’au début y a eu une sélection qui était faite et beaucoup sont passés entre les mailles du filet. Et il fallait aussi faire le « ménage ». Y avait beaucoup de stagiaires qui n’acceptaient pas l’autorité et tous les surveillants qu’on ne voulait pas au grand quartier et bien on les envoyait à l’UHSI. Enfin les derniers de la classe étaient affectés directement à l’UHSI (premier surveillant, 41 ans).

29Le « ménage », ici décrit par ce surveillant, incarne surtout le rôle limité de régulation institutionnelle (Rostaing, 2012, 156) face à la violence qui structure la prison mais aussi le caractère plutôt despotique de l’autorité pénitentiaire qui, en déplaçant les problèmes dans un cadre géographique plus lointain, laissent les agents de l’UHSI en position de résister aux situations problématiques rencontrées dans l’espace de travail. Si ce même surveillant évoque, plus loin dans l’entretien, les prémisses d’un recrutement assuré par la direction inter-régionale alors en charge de la mise en place des UHSI, certains surveillants se sont donc vus souscrits au port de l’arme sans entretien préalable auprès des instances décisionnelles :

Tous les agents ont été convoqués et y avait un entretien préalable devant la direction inter-régionale. Et après comme c’est devenu une sanction, au quartier [quartier pénitentiaire de la maison d’arrêt rattachée à l’UHSI] tous les surveillants qui étaient problématiques ont été affectés à l’UHSI sans entretien préalable. Y avait pas d’entretien donc systématiquement on les envoyait chez nous [UHSI]. On avait un surveillant qui était alcoolique et il empestait l’alcool et il avait le port d’armes. On avait aussi une surveillante qui était perturbée psychologiquement, elle n’était pas « nette » et elle avait le port d’armes (premier surveillant, 41 ans).

30Telle une dérive institutionnelle enclenchée par routinisation d’une procédure, ni plus ni moins violente, dans un contexte de réforme institutionnelle où tous les membres du personnel, y compris les agents confrontés à une passade charnière de leur existence, se voient finalement prendre en charge des nouvelles missions avec la responsabilité du port de l’arme, l’encadrement se trouve finalement en situation de résister par des arrangements locaux à l’arrivée massive de surveillants jugés comme « perturbés » dans leur comportement. Outre les demandes pour bénéficier de psychologues ou d’assistantes sociales en réponse aux difficultés rencontrées par les agents, ou au retrait des missions de gardes statiques nécessitant le port de l’arme pour les agents jugés trop « fragiles », ce surveillant m’expliquera alors les risques d’implosion pouvant résulter de ces subjectivités meurtries par l’ordre carcéral dans un contexte de double confinement compressant à son paroxysme les rapports entre les agents :

E : Mais y’a pas un psychologue qui les voit ?
X : Effectivement, j’ai adressé un courrier au chef d’établissement et après la psychologue et l’assistante sociale sont venues une fois par mois. Je me rappelle une fois y’a une surveillante qui était à la porte d’entrée et elle a pété un câble ! Elle était imprévisible.
E : Sans raison ?
X : Sans raison, elle était à la porte d’entrée, elle a mis un coup de pied dans la porte, elle était à la limite de l’agression et elle a quitté l’établissement puis elle est allée au commissariat du 18e arrondissement pour déposer une plainte contre moi pour abus de pouvoir (premier surveillant, 41 ans).

31D’une manière très diffuse s’opère donc un glissement passant d’abord par une violence institutionnelle, induisant des résistances chez certains surveillants, à des implosions de violence entre membres du personnel qui, renvoyés à leur seule subjectivité pour affronter ces difficultés subissent alors de plein fouet l’échec des arrangements locaux, non suffisants pour affronter les situations fort alarmantes rencontrées. Néanmoins, si l’emprise institutionnelle qui pèsent sur la subjectivité des agents et la non-reconnaissance institutionnelle en cas de situation problématique apparaissent ici de manière flagrante, il convient de ne pas omettre les faits de violence pouvant être commis entre agents qui, confinés dans un milieu reposant sur des conduites viriles avec toutes les pertes de repères et de normalité induites par l’existence prolongée en détention (Chauvenet et al., 1994), débouchent sur des pratiques susceptibles de compromettre l’intégrité des uns et des autres. Il est ainsi courant d’observer moqueries ou humiliations répétées sur des agents qui soit ne correspondent pas aux normes virilistes du métier ou soit novices dans le métier, commettent des erreurs dans leur approche de la population pénale, erreurs susceptibles de nuire à l’absence de désordre (Chauvenet et al., 1994) recherchée par l’ensemble des surveillants.

2.1.2. Autosurveillance et violence entre agents

32S’il est vrai que dans tous les métiers se retrouvent une tendance à l’auto-surveillance entre professionnels (Hughes, [1996] 2004), les « conflits du quotidien » rencontrés par les agents prennent dans le double confinement de l’UHSI et par l’intermédiaire des nouvelles technologies, notamment les caméras de surveillance, une proportion démesurée conduisant, de par la position du tout savoir (Lhuilier, Aymard, 1997) de chacun sur chacun ainsi créée, à surveiller, juger et glaner les informations disponibles sur les collègues. Les rumeurs alors construites viennent augmenter l’utilisation ordinaire de la violence dans le travail (Demaegdt, 2008, 89) entre les agents, qui finissent par emprunter des postures d’évitement ou de préservation lorsqu’il s’agit pour eux d’évoquer leurs expériences professionnelles à l’enquêtrice, ou bien, lorsqu’il s’agit d’exprimer les difficultés personnelles ou professionnelles auprès d’un psychologue rattaché à l’institution. Avec la crainte d’être entendu ou que les faits soient répétés, et donc d’être décrédibilisé par le reste de ses collègues, ce surveillant invoquera son refus de rencontrer un psychologue au sein de l’UHSI :

Le problème c’est que ce sont des psychologues du travail et bien que tu aies le secret médical moi je n’ai pas assez confiance envers les gens qui travaillent dans la même administration que moi pour leur raconter ma vie. Et forcément on sait que s’il en parle au psychologue et si le psychologue trouve que c’est suffisamment dangereux, il en parlera au chef. Et la personne sera cataloguée. Donc on catalogue ou est-ce qu’on aide les gens ? C’est ça la question. Non on aide les gens, après on catalogue si vraiment on ne peut plus rien faire. Mais en premier on aide et cataloguer la personne ça ne peut pas l’aider, ça ne peut que l’enfoncer parce qu’on la montre du doigt et tout de suite, elle se sent isolée et c’est n’importe quoi. Et ça c’est l’administration, on n’arrive pas à se mettre en phase, l’administration ne veut pas admettre ses fautes et donc elle désigne celui qui a tort (surveillant, 36 ans).

33Si, en effet, dans la paranoïa, ce qui est « mauvais », dangereux psychiquement est projeté hors de soi (Demaegt, 2008, 87), il apparaît nettement dans le discours tenu par ce surveillant que sa peur d’être « catalogué » en rencontrant un psychologue est projeté sur l’entité abstraite de l’administration pénitentiaire. Le sentiment de persécution ici bien mis en avant par cette représentation d’une administration qui non seulement serait en « faute » et qui irait jusqu’à désigner un fautif pour se déculpabiliser, n’en fait pas moins référence à des pratiques bien réelles, quoique déformées par l’interprétation de ce surveillant. Dans la pratique, effectivement, l’administration peut émettre un signalement aux psychologues de l’établissement, signalement ayant souvent lieu suite à un incident, une agression en détention ou une observation émise par un responsable de l’agent. Les psychologues restent, quant à eux, soumis au principe du secret professionnel et n’informent l’administration pénitentiaire qu’en cas d’extrême gravité ou, parfois, sous l’accord de l’agent si la révélation de l’information peut participer à l’amélioration de sa situation. Le manque de confiance que les agents accordent aux psychologues est donc très souvent une forme de préservation de soi face aux pratiques réellement observées au sein des murs de la prison, mais parce qu’ils ne disposent alors pas de la totalité des informations justement en raison du secret professionnel et de ce qui leur est donc finalement caché, l’imaginaire des surveillants prend une fois de plus le pas sur les pratiques réelles qu’ils observent pour s’incarner dans les rumeurs qui alimentent de part et d’autres l’institution. Incluant alors toutes les suppositions possibles et inimaginables dans un univers clos où la confidentialité s’avère ténue, le secret professionnel des psychologues fait finalement figure de suspicion induisant le manque de confiance des agents. C’est aussi ce qu’indiquera à plusieurs reprises cette surveillante qui, prise entre la mainmise institutionnelle de l’administration et les violences effectives du cadre de travail, prendra une posture défensive s’apparentant alors au délire de grandeur (Benguigui, 2011) rencontré dans la paranoïa :

Bien y a le psychologue de la pénitentiaire, de la maison d’arrêt, mais les psy qui sont sous la responsabilité du DI [directeur interrégional], du ministère ce ne sont pas des psy de confiance. Moi personnellement je n’ai pas confiance en eux. Quel que soit le psy qu’on me mettra, je n’ai aucune confiance. Il y a le secret professionnel mais il n’est pas gardé, parce que si on décide d’aller faire la peau d’un voyou ou d’un collègue qui fait chier et bien ce sera dévoilé au grand jour par le psy…
E : [Mes yeux s’agrandissent, je suis en réalité surprise par la véhémence des propos soulevés par cette surveillante, mais m’imaginant en connivence avec elle, elle reprendra]
X : … Oui oui ça va être dévoilé par le psy ! Alors moi j’ai jugé bon de ne faire confiance à aucun psy. D’ailleurs avec les divers problèmes que nous avons eus à l’UHSI, elle a eu l’occasion de venir pour recevoir les agents. Eh bien moi la psy, je lui ai dit que nombreux sont les psy qui ont des problèmes chez eux qui n’arrivent pas à les résoudre, alors je ne vois pas comment ils feront pour aider un agent à résoudre son problème avec la direction aux alentours. Non non, pour moi les psy ce sont des colporteurs de parole. Aucune confiance (surveillante, 35 ans).

  • 14 La subjectivation est ici entendue au double sens que lui donne C. Dejours et qui renvoie, d’une pa (...)

34Similaires aux discours produits par les détenus en détention, les discours des surveillants indiquent bien les symptômes cliniques caractéristiques de la paranoïa. Cependant, si la paranoïa est définie comme une psychose associée, le plus souvent, d’un délire de persécution et d’un délire de grandeur (Benguigui, 2011, 58), il apparaît ici que la double violence à laquelle sont exposés les surveillants de prison – violence aussi bien institutionnelle que violence pratiquée entre collègues – vient par l’emprise qu’elle établit sur les surveillants de prison, contraints eux aussi par l’enfermement, meurtrir la subjectivité de ces derniers au point de faire émerger les traces d’une paranoïa. Laissés à leur seule subjectivité pour affronter cette double violence, les surveillants en viennent donc à des stratégies d’évitement et de préservation obstruant la parole et l’échange qui risquent par le cloisonnement spatial et le tout savoir de chacun sur chacun d’être interceptés, risquant ainsi de dévoiler des informations privées que les surveillants tentent tant bien que mal de ne pas faire apparaître pour se protéger de la promiscuité de leur lieu de travail. Comme des subjectivités dé-subjectivées14 par l’ordre carcéral, dans un espace hospitalo-carcéral favorisant la suspicion, la promiscuité et le développement de schèmes de pensée persécuteurs, les surveillants entreprennent des processus de re-subjectivation pour résister à leur environnement professionnel, re-subjectivation qui par son caractère démesuré pourrait laisser croire que les surveillants appartiendraient à un monde « autre », dépourvu du sens de la réalité et renvoyant alors une vision paranoïde du monde pénitentiaire.

2.2. Reléguer la peur, produire des rumeurs et s’inventer des vies

35Désœuvrés et malmenés par la toute-puissance de l’ordre carcéral mais aussi dévirilisés par la mixité de l’espace hospitalier, les surveillants de prison UHSI sont donc sujets à une forte dé-subjectivation dans leur rapport au travail. En effet, soumis aux processus de dépersonnalisation (Goffman, 1968) de la prison, les surveillants semblent dépossédés de leur propre identité, à la fois personnelle et professionnelle. N’ayant que peu de ressources personnelles pour résister à la dé-subjectivation dont ils font l’objet, les surveillants tentent alors de reléguer la peur par des discours sécuritaires, de produire des rumeurs pour garder prise sur le système qui les contrôle et de s’inventer des vies pour sublimer leur soi finalement fragilisé par le cadre de travail. Cette re-subjectivation qui prend appui sur des stratégies défensives et adaptatives s’inscrit sur le double discours (Chauvenet et al., 1994), public et privé, propre au monde des surveillants, ces derniers tentant alors dans leur discours public à afficher leur re-subjectivation et à évoquer dans leur discours privé la crainte que cette re-subjectivation, parfois démesurée, provoque chez les uns et les autres.

2.2.1. Le discours public sécuritaire et l’hypervigilance

36Le discours public des surveillants, très souvent marqué par l’importance qu’ils attribuent au sécuritaire, en raison notamment d’une situation d’impuissance face aux multiples contradictions qui définissent leur position (Chauvenet et al., 1994, 199), s’avère dans la réception privée qu’en font certains surveillants de l’UHSI incompris. En effet, parfois démesuré, ce discours montre des surveillants dans un rôle répressif face aux détenus alors qu’il n’en est rien dans la pratique. L’incompréhension de certains surveillants face à ce discours public semble ainsi trouver son origine dans les raisons qui poussent les surveillants à passer leur concours d’entrée au sein de l’administration pénitentiaire. Ayant soit traversé une longue période de chômage, soit subi des plans de licenciement pour la majorité, même si certains surveillants le deviennent encore par filiation familiale, les surveillants – qui recherchent avant tout la sécurité de l’emploi – ont donc certaines difficultés à saisir ce discours sécuritaire qu’ils peuvent finalement très mal interpréter, comme ce surveillant venu à l’UHSI pour quitter l’aspect répressif du métier et qui attribue alors ce discours public à une tendance prononcée au fascisme :

En détention, tu croises beaucoup de gens qui aiment travailler en détention et moi, ça me paraît extrêmement bizarre les gens comme ça. En général je ne m’entends pas trop avec eux, ce sont des fachos les gens comme ça. Moi je suis venu ici parce que c’est plus tranquille et qu’on est loin de la détention, et donc ce n’est pas le même travail, ce n’est pas la même ambiance. Et les gens avec qui je m’entends bien ce sont des gens qui n’aiment pas travailler en détention et qui sont venus là [UHSI] pour ça quoi. Y a des gens qui sont retournés à V [établissement pénitentiaire] parce qu’ils font des heures supplémentaires et pas ici. Tu vois ? Donc je veux dire… Leur qualité de vie ils s’en foutent quoi, ils préfèrent l’argent plutôt que d’être tranquille au boulot (surveillant, 29 ans).

37Rabattus à une espèce d’hommes autre, comme si surveillants et détenus appartenaient à la même espèce déviante, brutale et violente (Benguigui, 2011, 127), le discours public et parfois réactionnaire des surveillants tend alors dans la réception privée qu’en font certains agents à rendre étrangers les surveillants les uns vis-à-vis des autres. Ces jugements entre pairs empêchent bien souvent les surveillants de tisser du lien social, notamment par les processus de déliaison institutionnelle (Moulin, Sevin, 2012, 154) que ces jugements provoquent en clivant les « bons » et les « mauvais surveillants ». C’est notamment en raison de cet effacement des liens que se crée un vide social ne permettant pas aux surveillants de s’appuyer sur une connaissance partagée du réel (Dejours, 2006, 130) laissant alors place aux mécanismes collectifs de défense suscités par la peur. En effet, ce discours public sécuritaire, souvent radical, reste surtout une stratégie adaptative permettant aux surveillants de reléguer la peur en requalifiant la « méfiance » comme compétence (Demaegdt, 2008, 80). À cette relégation de la peur vient s’ajouter une seconde stratégie collective de défense, celle de l’hyper-vigilance provoquée par le « tout sécuritaire » des prisons. C’est ainsi qu’un surveillant m’indiquera quant à lui les fausses informations créées de toutes pièces par certains agents, qui pris dans des schémas d’hyper-vigilance et d’agressivité propres à la paranoïa, se voient dans la nécessité d’attaquer le système sécuritaire qui les entoure en injectant des rumeurs :

X : Alors des fois ce qui est drôle c’est de balancer des fausses informations, tu racontes une connerie. Moi ça m’est déjà arrivé, pas ici mais ça m’est déjà arrivé.
E : Comme quoi par exemple ?
X : Bien j’ai raconté des conneries, machin il a fait ça alors que c’était totalement faux et j’attendais de voir jusqu’où ça allait quoi. Et ce sont des balances, le téléphone arabe, puis tu vois que ça remonte à un moment. Et puis ils se sentent tout cons parce qu’ils voient que leur système à la con a été piraté quelque part et qu’il y a quelqu’un qui les a pris pour des gros cons. Et comme personne ne sait d’où ça vient parce qu’en fait c’est une rumeur que t’as pu entendre même si c’est toi qui l’invente. Et tu sais que ça t’amuses parce que lorsque ça arrive là-haut, bien c’est faux, puis on est vraiment tous des cons, et toi t’es en bas et tu te serres les mains, t’es bien content, et c’est bien fait pour vos gueules ! (surveillant, 36 ans).

38Si divers travaux (Rostaing, 2010 ; Chauvenet, 2010, Chauvenet et al., 2008) affirment que les rumeurs augmentent les appréhensions et les hostilités de chacun envers chacun, elles apparaissent - au même titre que la relégation de la peur - comme une stratégie collective de défense pour garder prise sur l’arsenal sécuritaire de la prison. Déjouer la violence institutionnelle de la prison en faisant remonter de fausses informations permet ainsi de biaiser, comme par court-circuit, la régulation institutionnelle habituelle dans un lieu où les informations montent plus rapidement qu’elles ne redescendent. Mais bien que ces stratégies collectives de défense soient une manière pour les surveillants de marquer une certaine autonomie envers le système de contraintes qui les entourent, elles colonisent aussi toute la subjectivité au travail des surveillants qui, pour faire face au fantasme et à la peur ainsi créée, ont pour stratégies défensives individuelles de cacher leur situation de vie réelle.

2.2.2. La démesure et l’étrangeté

  • 15 Reprenant la notion du surmoi freudien et du surmoi corporel de Sami-Ali – notions qui corresponden (...)

39Comme l’a déjà constaté Bruno Milly en étudiant les professionnels de la santé et les enseignants en prison, les surveillants sont également amenés à déployer des stratégies identitaires de présentation de soi (Milly, 2001b) visant à éviter la stigmatisation du cadre carcéral. Mais à la différence des professionnels de la santé et des enseignants qui manipulent leur présentation de soi par des mythes mobilisateurs (ibid.) pour afficher leur appartenance à des groupes professionnels extérieurs à la prison, les surveillants mobilisent des mythes biographiques (Chantraine, 2003) pour redéfinir leur conception de soi et réaffirmer leur statut d’être normal (Chantraine, 2003, 376). En effet, telle une rythmique spatiale et temporelle sans sujet, l’espace-temps de l’UHSI exacerbe effectivement le surmoi carcéral15 (Englebert, 2010, 143) prévalent en prison, imposant alors une perte de subjectivité pour les surveillants finalement amenés à préserver leur soi de la promiscuité de leur lieu de travail en réinventant leurs trajectoires de vies ou en déformant certaines informations de leur vie privée. Là aussi la démesure tend à prendre le pas sur la réalité des pratiques, comme ce surveillant qui attribue alors la tendance de ses collègues à voiler leur vie privée comme une étrangeté inhérente au vécu solitaire de ces derniers :

X : Mais c’est vrai que dans l’administration pénitentiaire y’a beaucoup de gens bizarres.
E : Bizarre dans quoi ? Le comportement par exemple ?
X : Ouais dans le comportement. Y a beaucoup de menteurs aussi. Ouais c’est le comportement des menteurs, des gens qui essaient de s’inventer une vie parce qu’ils n’ont pas forcément une vie trépidante donc ils n’ont pas forcément envie de le montrer sur le lieu de travail donc ils s’inventent des trucs. Bon, je ne juge pas, après quand ça t’arrive à toi j’imagine que quand les gens racontent pleins de trucs, tu n’as pas trop envie d’être là et de dire moi je ne fais rien. Mais c’est pour ça que je n’ai jamais eu trop d’affinités avec mes collègues. Je me suis fait deux amis dans la pénitentiaire depuis 4 ans (surveillant, 29 ans).

40Les « gens bizarres » répertoriés dans la case des « menteurs » dans les catégorisations de ce surveillant, ne semblent finalement être qu’une mise en scène sociale permettant d’échapper au regard et au jugement de l’autre pour des surveillants parfois doublement exclus, du dedans et du dehors. Quand « se raconter » devient trop difficile dans un corps professionnel sujet à la violence, à la promiscuité et aux attitudes virilistes, « s’inventer » devient donc une solution pour re-subjectiver son expérience vécue. Ainsi certains surveillants, avec toute la part genrée que les rapports enquêtés-enquêtrice provoquent, et bien souvent pour rétablir les hiérarchies internes entre hommes et femmes, savants et profanes, se présentaient comme ayant de nombreux amis haut placés ou politiciens. Je recueillerai ainsi lors d’entretiens informels les destins ratés de certains surveillants dont l’un issu du monde du spectacle où il figurait alors comme un célèbre acrobate, à qui l’ont demandait auparavant des autographes, allant alors jusqu’à s’identifier comme un ami proche de célébrités, telle que « Madona » dont la personnalité ne peut alors que rappeler la « symbolique féminine » propre aux milieux virils. Un autre surveillant, toujours lors d’un entretien informel, opèrera des glissements de discours qui commenceront à m’alerter durant l’enquête, en m’évoquant des figures historiques célèbres qui le passionnaient lors de son temps libre, telles que Guillaume le Conquérant, pour finalement finir par s’identifier à certains personnages historiques, avec comme fin à notre discussion « moi aussi, ça fait 200 ans que j’attends ça ! » D’autres, enfin, par humour, se demandaient ce qu’ils allaient faire plus tard dans la vie, « peut-être bien boucher ! » nous dira l’un d’entre eux lors d’un moment de détente propice à la rigolade entre collègues. N’allant pas sans rappeler les rapports existants entre aliénation et rupture du lien avec le réel dans le champ du travail (Dejours, 2006, 124), le surréalisme ou le non-sens du réel renvoyé par ces discours et qui surdéterminent largement l’étrangeté du lieu commenceront ainsi à m’inquiéter de plus en plus, la paranoïa envahissant également l’enquêtrice alors en quête de sens :

Je suis restée longtemps perplexe dans le poste de contrôle et de circulation [PCC], m’interrogeant sur tous ces discours irréalistes récoltés à droite et à gauche. Ces enquêtés cherchent-ils à « mettre en boîte » l’enquêtrice ? Est-ce une forme d’humour, de séduction ou de vantardise auprès de celle-ci ? Mensonges ou blagues pas bien interceptés ? S’agit-il d’un problème de santé mentale ? Les surveillants ont-ils des codes entre eux comme il a pu être observé chez les détenus ? Au moment même où les questions m’assaillaient de toutes parts, un surveillant est venu me rejoindre au PCC pour me demander si je ne trouvais pas que certaines personnes étaient bizarres ici. La peur m’a soudainement envahie, je suis restée complètement stoïque face à lui, m’accrochant à la seule chose que je pouvais, mon carnet de notes ! S’apercevant de mon malaise, maintenu par mon silence, il finira par me rassurer m’expliquant qu’il trouvait juste certaines personnes étranges, moi-même finissant ainsi par le devenir (journal de terrain, mars 2011).

41La paranoïa, et son corollaire la peur, envahissent ainsi les relations entretenues, chacun finissant par devenir progressivement l’étranger de l’autre. Prenant place avant tout dans un contexte structurellement violent, où l’identité de chacun tend à s’évaporer pour donner place à des processus de re-subjectivation qui s’élabore dans des jeux de voilement et de dévoilement, au carrefour du discours public et du discours privé, et s’appuyant sur les aspects sécuritaires ou virils propres à l’organisation carcérale, reléguer la peur, produire des rumeurs et s’inventer des vies permettent ainsi de se fondre dans un univers où il apparaît dangereux, si ce n’est risqué, de révéler sa propre vulnérabilité. Telle une manière stratégique d’habiter un nouveau lieu doublement confiné, de créer du lien là où le vide social fait place, de réajuster les hiérarchies sociales entre hommes et femmes ou savants et profanes, et de sublimer son identité au travail, toutes ces stratégies adaptatives ne sont finalement, ni plus ni moins, qu’une manière créative et inventive de résister à la double violence de la prison, qui non seulement exclut mais dépossède les individus en son sein. L’étrangeté, la démesure, la peur et les résistances déployées par chacun tendent alors à renvoyer une vision paranoïde du monde des surveillants de prison quand bien même il est finalement question pour ces derniers de retraduire des demandes continuelles traversant leur corps de métier à savoir la préservation de soi, la reconnaisse d’autrui et l’existence au-delà des murs de la prison.

Conclusion : « Paranoïa pénitentiaire » ou « sinistrose carcérale » ?

42Malgré sa spécificité médicale l’UHSI reste un lieu privatif de liberté et présente, à ce titre, toutes les conditions spatiales, temporelles et organisationnelles pour une mise en visibilité des mécanismes de l’enfermement propices à l’émergence de la paranoïa. Néanmoins, interroger la « paranoïa pénitentiaire » au prisme des surveillants de prison au sein de l’UHSI a permis de soumettre cet impensé relatif de la sociologie dans un cadre de travail jusqu’ici non investi et qui exacerbe des traits de l’incarcération jusqu’alors partiellement observés. Si Everett Hughes attirait déjà notre attention sur certains problèmes qui se trouvent à la frontière entre sociologie et psychologie, et sur lesquels les chercheurs de ces disciplines devraient travailler de concert » (Hughes, [1996] 2004, 85) il semble que la « paranoïa pénitentiaire, situé au croisement de la surveillance et de la subjectivation (Rhodes, 2001), se prête amplement à cette invitation. Cependant, bien que les surveillants présentent effectivement des schèmes de pensées persécuteurs, anxiogènes ou proches de l’autosuffisance et des mécanismes de défenses tels que l’hyper-vigilance, la relégation de la peur, l’agressivité ou le report hors de soi de ce qui semble constituer un danger, il convient de ne pas omettre de l’analyse les faits sociaux participant activement à l’émergence de ces traits psychosociologiques. Prenant ses sources à la fois dans le cadre architectural des lieux privatifs de liberté qui cloisonne, isole et opacifie les relations mais aussi dans des conditions de travail difficiles où la fatigue, la suspicion et la violence marquent de part et d’autre l’espace professionnel, la paranoïa pénitentiaire est aussi la résultante des pratiques et des stratégies défensives des acteurs, ici les surveillants UHSI qui, désubjectivisés et soumis à la mise en altérité dans un espace-temps doublement confiné, se voient aussi dans l’obligation de résister avec leurs seules ressources à la double exclusion et à la double violence sur laquelle s’est édifiée l’institution prison.

43Espace-temps propice à une suspicion renforcée par l’absence de contenance qu’offre habituellement la cohésion d’équipe chez les surveillants, mais aussi cadre d’analyse privilégié pour observer le despotisme légal (Chauvenet, 2006) de la prison et la double violence dans laquelle prend place le métier de surveillant de prison, l’UHSI s’est ainsi présentée comme l’occasion de questionner la place prise par les conditions de travail des surveillants dans le processus de construction sociale de la « paranoïa pénitentiaire ». Mais s’il est vrai qu’aux tentatives de réforme la prison montre une incroyable faculté à reproduire son inertie, la construction sociale de la paranoïa ici présentée révèle aussi le rôle joué par les acteurs de la prison, les surveillants, qui remanient, rejouent ou détournent les régulations et les mécanismes institutionnels traversant l’organisation carcérale. Ainsi, ce que l’on appelle communément la « paranoïa pénitentiaire » semble surtout être la résultante d’une sinistrose carcérale qui, au croisement de la suspicion et de la violence carcérale, provoque déliaison sociale, stratégies collectives de défense et processus de désubjectivation. Contribuant ainsi très largement à la méfiance et à l’hostilité exprimées dans la paranoïa et, parce qu’elle frappe sensoriellement et mentalement les individus (Fixot, 2012), cette sinistrose marque alors une emprise sur le corps et l’esprit des surveillants au point de faire émerger les traces d’une paranoïa pénitentiaire. La présence prolongée des surveillants en détention, qui subissent de plein fouet les effets néfastes de l’incarcération atteint donc, au-delà de la seule représentation cognitive, l’expérience affective des corps des surveillants de prison (Dejours, 2009a, 32). En ce sens, et à la condition de renouer avec les théories de la « centralité politique du travail » (Dejours, 2009a et b) selon laquelle le travail engage toute la subjectivité, la paranoïa pénitentiaire pourrait à nouveau être saisie par la sociologie afin de repenser, plus largement, les rapports qui existent entre les formes de surveillance contemporaine (Quessada, 2010) et la subjectivité au travail des surveillants de prison.

Haut de page

Bibliographie

Bazex H., 2009, L’unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) de Toulouse. Fonctionnement général, vécu de l’hospitalisation et collaborations professionnelles, CIRAP, dossier thématique, n° 6.

Bazex H., Mbanzoulou P., Razac O., 2008, Les nouvelles figures de la dangerosité, Les chroniques du CIRAP.

Becker H. S., 1985, Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Benguigui G., 2011, La paranoïa pénitentiaire, in Mucchielli L. (dir.), Prisons sous tensions, coll. Questions de société / Champ social, 57-87.

Bessin M., 1995, Le social aux urgences hospitalières : les enjeux d’une restructuration, Les Cahiers de la sécurité intérieure, 22, 4e trimestre, 57-65.

Bessin M., 2003, Coopérations, conflits et concurrence dans le système de santé, Les cahiers de la sécurité intérieure, 165-177.

Bessin M., Lechien M.-H., 2000, Soignants et malades incarcérés. Conditions, pratiques et usages des soins en prison, Rapport de recherche : GIP mission de recherche "Droit et Justice", Paris, EHESS.

Cambon-Bessières L., 2006, Les premiers surveillants. Une fonction de cohérence, Dossiers thématiques du CIRAP, n°2, Agen, ENAP.

Chantraine G., 2003, Prison, désaffiliation, stigmates. L’engrenage carcéral de « l’inutile au monde » contemporain, Déviance et Société, 27, 4, 363-387.

Chantraine G., Scheer D., Milhaud O., 2012, Espace et surveillances en établissement pénitentiaire pour mineurs, Politix, 97, 1, 125-148.

Chauvenet A., 1998, Guerre et paix en prison, Les cahiers de la sécurité intérieure, 91-111.

Chauvenet A., 2006, Privation de liberté et violence : le despotisme ordinaire en prison, Déviance et Société, 30, 373-388.

Chauvenet A., 2010, « Les prisonniers »., construction et déconstruction d’une notion, Pouvoirs, 135, 4, 41-52.

Chauvenet A., Orlic F., Benguigui G., 1994, Le monde des surveillants de prison, Paris, PUF.

Chauvenet A., Rostaing C., Orlic F., 2008, La violence carcérale en question, Paris, PUF.

Darmon M., 2008, La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation, Politix. Revue des Sciences Sociales du Politique, 21, 82, 149-167.

Dejours C., 2006, Aliénation et clinique du travail, Actuel Marx, 39, 123-144.

Dejours C., 2009a, Travail vivant : sexualité et travail, Paris, Payot.

Dejours C., 2009b, Travail vivant : travail et émancipation, Paris, Payot.

Demaegdt C., 2008, Méfiance, violence et sexualisation secondaire dans le métier de surveillance, Martin Média / Travailler, 20, 77-97.

Englebert J., 2010, Préliminaire à l’étude de l’univers carcéral, Groupe EDP sciences / Psychologie clinique, 30, 136-149.

Farges E., 2007, Penser la réforme pénitentiaire avec M. Foucault, Apports et limites à une sociologie politique de la loi du 18 janvier 1994, Raisons politiques, 25, 101-125.

Fassin D., Rechtman R., 2007, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.

Fixot A.-M., 2012, Sortir de la sinistrose carcérale, Revue du Mauss, 40, 103-123.

Goffman E., 1968, Asiles : étude sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit.

Guilbaud F., Malochet G., 2011, Prisons : l’équilibre des tensions, in Mucchielli L. (dir.) Prisons sous tensions, Nîmes, Champ social éditions, 7-18.

Hughes E. C., 1996 [1971], Le regard sociologique, Paris, EHESS.

Lhuilier D., Aymard N., 1997, L’univers pénitentiaire. Du côté des surveillants de prison, Paris, Desclée de Brouwer.

Loriol M., 2003, Donner un sens à la plainte de fatigue au travail, L’année sociologique, 53, 2, 459-485.

Milly B., 2001a, Soigner en prison, Paris, PUF.

Milly B., 2001b, Les professions en prison : convergence entre individualisme méthodologique et interactionnisme symbolique, L’année sociologique, 51, 1, 103-136.

Moulin V., Sevin A.-S., 2012, Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire, Le travail humain, 75, 147-178.

Quessada D., 2010, De la sousveillance. La surveillance globale, un nouveau mode de gouvernementalité, Multitudes, 40, 54-59.

Razac O., 2009, Histoire politique du barbelé : la prairie, la tranchée, le camp, Champs essais, Paris, Flammarion.

Rhodes L., 2001, Toward an Anthropology of prisons, Annual Review of anthropology, 30, 65-83.

Rostaing C., 2009, Interroger les changements de la prison. Des processus de déprise et de reprise institutionnelle, Tracés. Revue de Sciences humaines, 17, 89-108.

Rostaing C., 2010, Hiérarchie des légitimités, obstacle et défi à la connaissance des violences carcérales, Tracés. Revue de Sciences humaines, 19, 83-99.

Rostaing C., 2012, Processus de stigmatisation et violences en prison. De la nécessité de résister, in Laforgue D., Rostaing C. (dir.), Violences et institutions. Réguler, innover ou résister ?, Paris, CNRS éditions Alpha, 155-179.

Strauss A., 1992, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, Coll. Logiques sociales, L’Harmattan.

Vacheret M., Lemire G., 2006, Anatomie de la prison contemporaine, Nouvelle édition, Montréal, Les presses de l’université de Montréal.

Haut de page

Notes

1 Le processus de carcéralisation est défini par ces auteures comme l’intériorisation du mode de fonctionnement de la prison.

2 Guide pratique de références opérationnelles, La surveillance d’une unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI), Les règles pénitentiaires européennes, ministère de la Justice.

3 E. Hughes définit par la notion de sale boulot, les tâches physiquement dégoûtantes ou humiliantes. Il indique également que le sale boulot peut aussi correspondre à ce qui va à l’encontre de nos conceptions morales les plus héroïques.

4 Selon C. Dejours, pratiquement toutes les stratégies collectives de défense mettent en scène la virilité.

5 Les UHSA correspondent à un « hôpital prison » à l’intérieur d’un service hospitalier de psychiatrie. Elles accueillent les détenus ayant des troubles psychiatriques des deux sexes, hommes ou femmes, avec ou sans consentement. Comme les UHSI, pour le secteur somatique, ces structures prennent aussi en charge les détenus mineurs. En revanche, à la différence des UHSI, les UHSA ne comprennent aucun surveillant à l’intérieur de l’établissement, ces derniers ne s’occupant que de la sécurité périmétrique de l’établissement.

6 A. Strauss entend par le concept d’ordre négocié les processus de négociations qui ont court entre professionnels pour donner de l’ordre aux situations continuellement changeantes de l’hôpital.

7 A. Strauss utilise la notion de segment pour désigner les groupements qui émergent à l’intérieur des professions

8 Pour C. Dejours les stratégies collectives de défense ont pour but de masquer ou d’occulter une anxiété particulièrement grave. Elles sont plus précisément définies par cet auteur comme des stratégies qui consistent à retourner par une série de conduites paradoxales, le rapport subjectif au danger.

9 Les surveillants gradés sont chargés d’encadrer les surveillants non gradés et sont situés dans la hiérarchie pénitentiaire entre les officiers et les surveillants.

10 Dossier de presse du Ministère de la justice, « La première unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) à Nancy », 16 février 2004.

11 Les forces de police restent le socle de référence pour l’administration pénitentiaire lorsqu’il s’agit de faire avancer les règles et les principes législatifs régissant le métier de surveillant de prison.

12 L’auteure entend par « déprise institutionnelle » les formes de désengagements institutionnels provoqués par le décloisonnement des prisons.

13 La reprise institutionnelle est définie comme les formes de renforcement institutionnel avec un recentrage de l’institution sur quelques missions.

14 La subjectivation est ici entendue au double sens que lui donne C. Dejours et qui renvoie, d’une part, aux conditions grâce auxquelles le monde peut être approprié par un sujet et, d’autre part, à l’expérience affective du corps par laquelle se fait cette appropriation du monde.

15 Reprenant la notion du surmoi freudien et du surmoi corporel de Sami-Ali – notions qui correspondent respectivement à l’intériorisation des codes sociaux et moraux et à l’adaptation à ces codes –, cet auteur l’adapte au monde carcéral. Synchronisant le quotidien des personnes incarcérées, le surmoi carcéral renvoie ainsi au panoptisme de M. Foucault mais au lieu de mettre l’accent sur la surveillance continuelle de l’architecture carcérale, cette notion met l’accent sur les impositions corporelles que provoque l’univers carcéral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Janicaud, « La construction sociale de la paranoïa pénitentiaire », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. X | 2013, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8574 ; DOI : 10.4000/champpenal.8574

Haut de page

Auteur

Élodie Janicaud

Doctorante en sociologie, rattachée à l’IRIS (UMR 8156-723). Contact : elodie.janicaud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org